Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

3 commentaires

  1. jany guiot dit :

    « pourquoi exiger d’un livre à vivre, comme il y en a si peu, les qualités d’un livre à lire, comme il y en a tant et trop ? ».

    De la diversite…..

    Il y a tant de livres a la FNAC plein de leur verite, qu’a un moment l’on cherche a decouvrir le livre qui s’ecrit dans le soi.

    Je crois plus au dialogue des civilisations, au dialogue des rencontres, a la rencontre de la diversite comme sources de notre evolution.
    Le livre est le temoin d’un instant, la rencontre est l’ouverture dans l’instant.

    Le monde va vers l’humanisme car il ne peut en etre autrement, le monde dessine son evolution en donnant a l’homme la reconnaissance qu’il recherche malgre les autres et grace aux autres.

    C’est l’ego qui va permettre a l’homme d’evoluer vers l’humanisme, pour mieux se proteger, pour mieux exister il va devoir reconnaitre les autres dans leur identite.

    L’acceptation de la diversite, la reconnaissance des traditions, la reconnaissance de l’environnement, le dialogue sont des chemins de l’humanisme…

    Les regulations necessaires dans la mondialisation font aussi parti de la demarche humaniste pour mieux vivre ensemble.

    L’ego n’existe pas sans les autres..les autres n’existent pas sans leur ego.

    Cordialement,

    jany guiot

  2. Jacques d'Hornes dit :

    Bonjour Monsieur le Premier Ministre,

    La lecture demeure l’un de vos passe-temps favoris. Les sujets traités semblent revêtir un grand intérêt et sont d’actualité. A priori, le premier s’ouvrant aux « dialogues des civilisations »  aurait ma préférence, je verrai un peu plus tard, étant donné qu’actuellement je suis très absorbé par la lecture d’un ouvrage traitant également des religions, une nouvelle convergence entre nous.

    Je lis actuellement un ouvrage de Georges Suffert « Tu es Pierre » (paru en 2000 – éditions de Fallois), l’histoire des vingt premiers siècles de l’Eglise fondée par Jésus-Christ.

    Le thème de cet ouvrage est intéressant : « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise ». Parti de Jérusalem, le premier des apôtres alla donc à Rome fonder la première Eglise de Jésus. C’était il y a deux mille ans. L’orgueilleux Empire romain n’est plus. Ni aucun de ceux qui sont venus après lui. L’Eglise est toujours là, vivante. Quels procédés, quelle sagesse, voire quel miracle, ont permis à cette étrange organisation de surmonter l’obstacle décisif : le temps ? Qui a fait quoi ? Quelles défaites l’Eglise a-t-elle subies ? Quelles erreurs capitales a-t-elle commises ?.

    Ce livre retrace cette épopée inconnue : L’histoire de l’Eglise est-elle une tempête dont le fracas n’est pas venu jusqu’à nous ?

    Je vous souhaite de bonnes lectures et vais poursuivre la mienne.

    Bien Cordialement

    Jacques d’Hornes

  3. vautier dit :

    Pourquoi vous énerver comme cela Mr Raffarin ? !!!! Immobilisme ?
    Un peu de sagesse , à vôtre age !!! faites comme Alain Juppé , Lui il a compris !
    « Ce qui fût, sera » dit la Bible !
    Les hommes ont tout corrompu sur cette terre, avec leur péché et leur amour de l’argent qui est une racine de tous les maux, dit l’Apôtre Paul !
    DANS LA MAIN DE DIEU :
    On attend l’arrivée de la statue de fer et d’argile mélés: l’Euro-Méditerrannée…l’empire romain va renaître, les rois de l’orient vont faire du grabuge…et puis ce sera la fin à Jérusalem.
    Le libéralisme va s’écrouler !
    C’était prévu : lisez dans la Bible, le Livre du Prophète Daniel :
    « Dans les temps de ces rois, le Dieu des cieux suscitera UN ROYAUME QUI NE SERA JAMAIS DETRUIT, et qui ne passera pas sous la domination d’un autre peuple; il brisera et détruira tous ces royaumes là, et lui même subsistera éternellement. C’est ce qu’indique la Pierre (CHRIST) que tu as vu se détacher de la montagne (Dieu)sans le secours d’aucune main, et qui a brisé le fer, l’airain, l’argile, l’argent et l’or. Le grand Dieu a fait connaitre au roi ce qui doit arriver apres cela. Le songe est véritable, et son explication certaine ». ch 2 v 44 & 45 voir aussi la suite: ch 7 et ch 12

Laisser un commentaire