Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

6 commentaires

  1. Caroline dit :

    @Jacques d’Hornes
    Cher Monsieur,
    Pour reprendre le fil de l’ancien billet, voyez ce qui se passe déjà à la tête de l’UMP autour de Monsieur Devedjan.
    Comme JP Raffarin, je n’aime pas ces critiques assassines – surtout 2 jours avant les élections ! On se demande parfois ce que les dirigeants ont dans la tête !
    Merci Monsieur Raffarin pour votre implication et j’espère que vous saurez ramener un peu de calme à la tête de l’UMP. Votre intervention en novembre 2006 avait été décisive pour calmer tout le monde.

  2. François dit :

    Je suis furieux contre l’offensive qu’ont décidé de lancer les Balkany en pleine bataille qui ne s’annonce pas facile pour nous et dans la quelle au moins l’unité (qui fait la force) devrait en principe nous aider en ne troublant pas notre électorat.

    Et voilà que les époux de Levallois, qui pour une bataille du 9-2 veulent encore nous plomber. C’est lamentable comme comportement !

    J’espère aussi que nous gagnerons Châtellerault et conserverons le département de la Vienne qui permettront de souffler un peu face à la toute puissace de madame Royal dans la gestion de la Région.

    Mais aussi suis-je un peu inquiet pour Angouleme ou Cognac que nous risquons bien de perdre… Et d’ailleurs JPR tu n’en parles pas. Pourquoi ? Tu penses que c’est plié ?

    En tout cas, pour la Vienne je suis presque sûr qu’il restera à droite Mais petite inquiétude encore pour les Deux-Sèvres et la Charente-Maritime. Enfin, on vera bien dimanche ! Je croise les doigts pour nos candidats…

    A bientôt !

  3. Pierre Archambeaud dit :

    Cher Jean-Pierre Raffarin,

    J’espère que votre promenade dans la Cité Royale a été agréable ; je connais un tout petit peu cette ville, car je vécu là-bas pendant… 14 ans ! (Un double septennat…). Ma mère travaille et vit à Versailles.
    C’est à Versailles que j’ai fait mes premiers pas en politique. J’avais 17 ans et je me suis découvert cette passion, aux côtés notamment d’Etienne Pinte.
    Je ne connais pas François de Mazières (je connais bien son rival malheureux Bertrand Devys), mais comme vous, je lui souhaite tous mes meilleurs souhaits pour dimanche.
    Face à lui, se présente un conseiller municipal sortant, ancien compagnon de route de Bruno Mégret. La décence m’interdit d’écrire ici ce que je pense de ce monsieur. Il suffit de surfer sur son site internet ou de lire les bulletins municipaux pour constater que cet opposant manie l’outrance avec une force inouïe !
    Puisse François de Mazières être un bon maire, comme avant lui Maître André Damien. A l’époque où il était l’élu de cette belle ville, j’assistais régulièrement aux conseils municipaux : je ne pense pas avoir connu un homme aussi cultivé. Cultivé et passionnant, « sachant tout sur tout ».
    J’aime bien Etienne Pinte, mais je ne l’ai connu que comme député, ayant quitté Versailles quelques mois avant qu’il n’en devienne le maire. Je ne puis donc faire de commentaires sur son bilan, mais ce que je sais ce que si Etienne Pinte a été élu pour la première fois député en 1973 (j’avais 1 an !) et qu’il a été constamment réélu haut la main à chaque renouvellement de ses mandats, alors il n’a pas été un mauvais représentant des versaillaises et des versaillais.

    Je ne suis pas un fan de Monsieur Devedjan, je l’aime bien mais je ne suis pas un fan. Je trouve cependant particulièrement indigne la campagne de dénigrement dont il fait actuellement l’objet. Ceux qui le critiquent et le combattent pourraient avoir l’intelligence de le faire à huis clos et après les élections. Que veulent ces gens-là ? Se poser en recours ? En recours contre qui, contre quoi, pour qui et pour quoi ? Ils donnent une belle image d’unité et de rassemblement ! Et pourtant, je ne suis pas adhérent à l’Ump (ni à aucun autre mouvement). Après les élections, même si les résultats pour la majorité sont mitigés (voire catastrophiques), il vous faudra, Cher Jean-Pierre Raffarin, mettre toute votre sagesse et tout votre talent pour ramener le calme dans les rangs de ce mouvement.

    Je terminerai sur une anecdote qui montre une fois encore que je « n’ai pas eu de chance » : j’étais à Poitiers mercredi, mais il ne m’a été possible de venir visiter Chasseneuil, car une fois encore, je n’étais pas décisionnaire du trajet. Mais ce n’est que partie remise.

    Très amicalement à vous, ainsi qu’à « Jacques le Varois », « Jany le Globetrotter », Anaëlle (enfin revenue sur ce site) et Caroline qui lorsqu’elle intervient ici le fait avec intelligence et à tous les autres.

    Pierre ARCHAMBEAUD

  4. Jacques d'Hornes dit :

    Bonjour Caroline,

    Bien que toutes ces affaires soient étroitement liées, ne tirons pas trop vite les conclusions, des erreurs ont été faites depuis le début de la campagne et devront être débattues mais seulement à l’issue de ces élections. Quand le résultat n’est pas là il y a toujours des polémiques.

    Je salue la sagesse de Monsieur le Premier Ministre et adhère entièrement à sa conclusion et à son recul pour parler de l’avenir de l’UMP où certaines personnes ont peut-être quelques velléités quant à sa gouvernance.

    Laissons pour l’instant se dérouler le second tour des élections municipales et cantonales qui sont des élections locales dans toute la France en sachant bien que notre pays ne se limite pas à Paris et à sa banlieue qui semblent être le nombril de la France pour certains….

    Restons calmes et mobilisés pour aborder ce second tour, l’adversité ne doit pas se trouver au sein de l’UMP.

    Bien amicalement

    Jacques d’Hornes

  5. Jacques d'Hornes dit :

    Bonjour Monsieur le Premier Ministre,

    Je vais essayer de mettre un peu de gaîté à votre billet qui montre bien que le monde politique est parfois cruel.
    J’ai bien observé la photographie et effectivement cette campagne électorale vous a mobilisé, je crois que votre coiffeur va vous dire « Monsieur Raffarin il y a bien longtemps que je vous ai vu », je souris, c’est l’ancien militaire qui vous parle et cette photo me ramène quelques années en arrière quand je rentrais de mission avec le besoin de rendre visite à ce cher Figaro.

    Si il y a quelques remous dans l’UMP parisien, je dois vous avouer que dans ma commune c’est dans les rangs de la gauche que ça bouillonne. Dans un précédent billet je vous avais donné les résultats et pour le second tour la Gauche déroule le tapis rouge pour la réélection du Docteur Paecht, le candidat PS et son dissident n’ont pas trouvé d’accord pour faire liste unique, il faut dire que l’un est plutôt un enfant de l’archaïsme socialiste et l’autre est plutôt écholo-modemiste de gauche, sa dernière trouvaille étant un Futuroscope de la mer dans une boîte à sardines.

    Revenons un peu sérieux et à votre Poitou natal, je pense et je souhaite que Jean-Pierre Abelin l’emporte à Châtellerault, il se retrouve un peu dans la même situation que dans ma commune. Quant au Département de la Vienne, je partage le pronostic de Monsieur François Massaret, je suis assez confiant, les poitevins seront conscients d’ un certain équilibre dans la Région dirigée par Madame Royal.

    J’approuve totalement votre conclusion, je ne m’étalerai sur la situation houleuse de l’UMP, ce n’est pas le moment et nous aurons l’occasion d’en reparler. Je vous donnerai mon point de vue.

    Je vous souhaite un excellent week-end, reposez vous bien et avec un large sourire : bien le bonjour à Monsieur Figaro.

    Très cordialement

    Jacques d’Hornes

  6. Jacques d'Hornes dit :

    Bonjour Monsieur le Premier Ministre,

    Comme promis, je vous apporte mon point de vue sur le climat houleux qui pèse sur l’UMP et mes conclusions sur ces élections municipales et cantonales.

    L’U.M.P.

    Comme Pierre Archambeaud, je ne suis pas un fan de Monsieur Devedjian, surtout depuis la parution en début d’année 2006 de son livre « A moi, le Ministère de la parole » dans lequel il ne fût pas très tendre à votre endroit : pas très facile le monsieur, une certaine force de caractère mais pourquoi tant d‘amertume envers son Chef de Gouvernement qui vous a fait confiance durant trois ans et toujours soutenu ? Enfin ! l’essentiel, dans ce différend qui vous a opposés, est ce que vous ressentez maintenant à son égard et cela ne vous a pas empêchés d’avoir de bonnes relations pour la bonne marche de l’UMP. Dans cette nouvelle histoire, en se référant à ce différend précité, il fait un peu figure « d’arroseur arrosé », mais ne rouvrons pas certaines plaies. Toutefois, pour cette dernière affaire, l’instant fût mal choisi pour régler des comptes et tout comme vous, je n’apprécie guère que l’on tire sur ses soldats en pleine bataille en leur intentant un procès, surtout fait d’une manière très peu cavalière et dans de telles circonstances. N’y avait-il pas suffisamment de remous depuis quelques temps dans Paris et sa couronne sans rajouter une nouvelle couche entre deux tours ?

    Globalement au sein de l’UMP : quand il y a un manque de résultats il faut toujours un bouc émissaire, et le tour d’horizon est vite fait. Pas Monsieur Gaudin trop occupé avec sa ville de Marseille, ni Monsieur Méhaignerie, pour les mêmes raisons dans sa ville de Vitré mais réélu au 1er tour et qui ne s‘est pas trop impliqué dans cette campagne au niveau de la gouvernance du parti, ne restaient plus que vous et Patrick Devedjian qui vous êtes pourtant beaucoup dépensés tous les deux durant cette campagne.

    Je pense qu’il était très difficile de vous faire porter le chapeau pour deux raisons. D’une part, par votre sagesse vous êtes le ciment de l’UMP en raison de la diversité de ses courants et d’autre part, votre expérience acquise à Matignon et votre désintéressement personnel servent beaucoup le Président, mais toutefois avec un petit souci qui doit lui poser problème malgré votre loyauté : vous n’êtes pas mû auprès de lui, ainsi vous pouvez jouir d’une certaine liberté que vous revendiquez et que vous utilisez toujours à bon escient et pour de bonnes causes.

    Pour diriger l’UMP il faut, soit une personnalité avec un certain charisme comme l’était Monsieur Sarkozy ou alors une personne plus sage, fin diplomate, réfléchie, ayant un pouvoir de réaction et d’analyse rapide avec des qualités de communication, soyons réaliste vous en êtes l’illustration et il serait très difficile de vous remplacer car il faut bien admettre que vous avez pris l‘ascendant sur les deux autres vice-présidents. Pour vous remplacer dans ce poste au sein de l’UMP, je ne vois qu’une seule personne qui côtoie certaines de ces valeurs mais qui jouit également d’une certaine popularité, je ne pense pas que le Président de la République s’y risquerait surtout avec sa baisse de popularité, cet homme lui ferait très vite de l’ombre et représenterait un danger car il a des ambitions personnelles contrairement à vous.

    Après le constat de ces observations, il ne restait guère plus que votre ancien ministre pour être le dindon de la farce.

    Maintenant, le cas de Monsieur Balkany, je devrai dire des Balkany, je ne sais pas s’il (ils) est (sont) manipulé(s)…..je ne suis pas dans le secret des Dieux. Il est toutefois bien plus hardi qu’il ne l’était il y a quelques temps et je ne sais vraiment pas s’il recevrait les sacrements de tous les militants s’il vise la place de secrétaire général, j’en doute !

    Pour clore ce chapitre houleux, je citerai une phrase de votre discours du 5 février 2008 à l’Ecole des dirigeants et créateurs d’entreprises « la fidélité n’est pas une valeur à la mode « , alors qu’adviendra-t-il au sein de l’UMP ? Le parti paraît être la cible principale pour un remaniement au sein de la Majorité.

    LES ERREURS COMMISES DURANT CETTE CAMPAGNE ELECTORALE

    Puisque nous sommes dans les confidences, abordons les erreurs commises lors de cette campagne électorale qui incombent à l’ensemble de la Majorité et pas seulement au parti :

    1°) – Politisation des élections locales en voulant les nationaliser. Une déclaration avec de grands effets saisie au vol par l’opposition, il n’en fallait pas plus pour prendre l‘avantage. Une seule possibilité de riposte : argumenter sur la fiscalité locale plus élevée dans les communes de gauche et en particulier avec son augmentation due au passage depuis 2004 des régions dans le giron socialiste, je pense que lors de la campagne vous n’avez pas assez insisté sur ce fait, seulement un léger soubresaut insuffisant quelques jours avant le second tour.

    2°) – Mauvais choix dans certaines investitures de grandes villes (Reims par exemple) il fallait privilégier des gens du cru en priorité, non des parachutés, ce sont des élections locales. Le 1er tour des élections ne doit pas servir de tour préliminaire ;

    3°) – Trop d’ouvertures dans les listes de la majorité amenant la constitution de listes dissidentes formées par des rebelles mécontents, ça a coûté cher notamment au 1er tour. Par contre il me semble que pour le second tour certains n’ont pas tenu compte que nous ne pouvions pas faire abstraction de l’électorat du Centre et qu’il fallait faire des rapprochements avec les électeurs du Modem en s’associant avec ses dirigeants car l’adversaire restait quand même le PS et la gauche (La ville de Pau par exemple avec un certain Monsieur Bayrou).

    4°) – Manque de considération de la situation d’une partie de son propre électorat malgré une faible réaction un peu tardive du Gouvernement avec l’augmentation insuffisante des petites retraites, beaucoup de personnes ont été oubliées par les mesures gouvernementales pour améliorer le pouvoir d’achat. Il aurait sans doute été préférable de faire ces élections à l’automne 2007 avant de prendre certaines mesures drastiques comme la franchise médicale, par exemple. L’importante abstention vient peut-être de là, nombre de personnes se sentent abandonnées et n’ont même plus confiance en leurs élus de proximité.

    5°) – Une campagne publicitaire (chaînes publiques et médias) sur les élections municipales et surtout cantonales aurait été nécessaire pour sensibiliser davantage le peuple sur l’importance de ces élections, elle aurait pu être orchestrée par le Ministère de l’Intérieur et relayée à l’échelon local par voie d’affichage. Au niveau de l’UMP il aurait fallu appuyer sur le besoin de diversité dans le paysage politique.

    6°) – Le tout est lié : savoir communiquer avec les médias et éviter quelques querelles de clocher qui ne doivent pas éclater au grand public, surtout entre deux tours de scrutin à un moment où le mot d’ordre doit être le rassemblement. Là-dessus, le secrétaire général du parti a quand même une part de responsabilités, encore qu’il en fût également la victime.

    Cette énumération n’est sans doute pas exhaustive mais représente à mes yeux les principales erreurs. J’avais déjà parlé de la plupart de ces risques dans différents billets que j’ai postés depuis le congrès national de l’UMP de Strasbourg de fin septembre 2007.

    Je suis peut-être un peu dur dans mon constat, les faits sont là mais ne vous visent en aucun cas, vous avez été exemplaire et vous vous êtes investi sans compter durant cette campagne. Sur votre blog, dans vos déclarations à la presse, dans vos interventions télévisées ou lors de vos meetings de soutien, vous n’avez jamais cessé de rappeler un certain nombre de ces recommandations.

    Il y a du pain sur la planche, de nouvelles échéances arrivent….

    Très cordialement

    Jacques d’Hornes

    NB : Le Docteur Paecht est battu pour quelques voix dans une confusion totale qui risque de faire des remous. Nombre de seynois ont été dupés dans ces élections municipales et je ne serai pas étonné si je retournai devant les urnes dans les prochaines semaines en raison d’une invalidation de ces élections municipales, j‘attends des réactions. Dans tous les cas, cette façon d’agir des candidats de gauche ne sert pas notre démocratie.

Laisser un commentaire


 
 

Recherche

 

Calendrier

mars 2008
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Syndiquer ce Blog