Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

6 commentaires

  1. jany guiot dit :

    L’Harmonisation de l’Architecture Sociale,
    Par le dialogue permanent….

    Monsieur le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin,

    Pourquoi faudrait-il oser la réforme permanente ?
    Pourquoi doit-on formuler ce qui devrait être un état de fait ?

    Le Président de la République, les Ministres, les Députés, les assemblées etc…ont été élu ou appelé pour gérer un pays, un grand bateau qui est la France.

    Un bateau sur les eaux a besoin d’ajustements permanents pour garder son équilibre et un cap.
    Il en est de même pour un pays qui a besoin de beaucoup de compréhension et de finesse pour trouver l’équilibre qui apporte « la confiance ».

    La confiance est psychologique mais elle est un facteur indispensable dans toute reprise.

    C’est pourquoi, je parle souvent de travailler sur trois plans dans la société pour la faire grandir.
    Le social, le sociétal, l’environnemental.

    L’homme doit trouver la reconnaissance dans la société, que ce soit dans son environnement proche mais aussi dans son travail.

    La représentativité des syndicats et des salariés à la gestion de l’entreprise est une réforme des plus importantes du monde moderne.
    Quand nous parlons de gestion, nous parlons des investissements, de la gestion de l’outil de travail, de la politique industrielle etc….

    Le mot « réforme » me gêne, il est ringard…LE MOT STAGNE, je ne me permettrais pas de penser cela de vous Monsieur le Premier Ministre, qui venez de prouver que vous savez bouger…

    Il faudrait trouver un mot plus dynamique et plein de vie…..

    L’harmonisation de l’architecture sociale a besoin du dialogue permanent pour trouver la voie, le chemin du devenir.

    Le Président, les Ministres doivent comprendre qu’il est essentiel de faire grandir le débat dans notre société, c’est l’éveil des consciences.

    Au niveau des projets, au sein de l’entreprise j’ai pu remarquer que l’équilibre se trouve quand il y a un esprit de team, mais aussi de vigilance.
    Des régles, des contrôles, la protection dans l’environnement.
    Ne créons pas une société austère, ni autoritaire, responsabilisons les hommes pour qu’ils trouvent leur dimension.

    Je ternis un peu le propos car je sais qu’aujourd’hui dans les grands groupes, l’égoïsme, le carriérisme tuent toute approche de responsabilisation.
    C’est pourquoi les projets ne sont plus encadrés, ne sont plus gérer avec un esprit de team.

    Les règles existent mais elles ne sont plus appliquées par méconnaissance, l’échelle des âges a disparu dans la société, les vieux seniors sont jetés comme des kleenex pour être remplacés par une jeunesse qui se cherche.

    Retrouvons les équilibres, retrouvons l’esprit de team, retrouvons les valeurs humanistes de progrès.

    Le dialogue permanent pour l’harmonisation de l’architecture sociale….

    Monsieur le Premier Ministre, il y a un temps pour tout, les travaux seront toujours inachevés car la vie est ainsi…

    Veuillez agréer l’expression de ma très haute considération.

    jany guiot

  2. jany guiot dit :

    Le Management ou l’architecture d’une organisation.

    Aujourd’hui j’ai l’impression de parler dans le vide, les évidences dans les méthodes de gestion sont bafouées par une nomenclaturat de clônes…sortis d’écoles où l’on n’apprend plus grand chose..ou si peu pour la vie des projets.

    La carrière est plus importante que les résultats obtenus sur un projet, aujourd’hui les mauvais sont bien notés, pourvu qu’ils jouent au bridge et au golf…

    J’ai toujours travaillé dûr, dans l’urgence, sur les projets mal identifiés, mal quantifiés.

    L’architecture des organisations n’est pas harmonisée pour permettre la responsabilisation des personnes, aujourd’hui c’est le jeu de dames qui permet aux grands responsables de fuir leurs responsabilités.
    Les résultats ne sont jamais là.

    Pour les gouvernants, c’est aussi peut-être la même chose, pourquoi serait-ce différent ?

    N’y-a-t’il pas dans les ministères des jeux d’intrigue ? de dames ?

    Le Management implique un groupe, un team qui travaille ensemble, dans la même direction, le même enthousiasme, le même idéal.
    J’ai remarqué que les gens projets se font avec des gens très ordinaires, pas des lumières, mais il y a un esprit.

    Aujourd’hui je n’attend rien des dirigeants, ceux-ci se cachent derrière l’hypocrisie de leurs postes, surtout pas de vague pour la carrière…il n’y a pas d’élégance, le coeur est etouffé…

    La modernité nous a apporté « L’assurance qualité » la réflexion « ISO » les entreprises sont friandes de ces nouveaux diplômes de reconnaissance, mais que font-elles de ceux-ci ? les mettre à l’entrée sur des étagères ?

    La politique industrielle, la politique des projets a besoin d’hommes qui réfléchissent le devenir, qui dessinent les projets, qui les gèrent dans la clarté de leurs visions.

    Je sais que ce que je dis ne sera jamais entendu et pourtant….
    Laissons crever les industries, laissons crever le savoir faire, laissons crever les villes dortoirs, et surtout refaisons le monde avec des mots.

    Je suis de passage, je voulais seulement exprimer un souhait, celui de redonner un peu de vérité aux projets et au management.

    Il est possible de se réveiller, il suffit de relever ses manches…..

    jany guiot

  3. Jacques d'Hornes dit :

    Bonjour Jany,

    Une fois de plus votre diagnostic est excellent, tout comme celui de Monsieur Raffarin.

    Dans la société actuelle, je crois que nous sommes tous des experts pour faire un diagnostic, le problème le plus difficile est de passer à la deuxième et ensuite à la troisième phase du système : comment faire pour résoudre les problèmes et leur application.

    Notre pays, comme notre société en général, a besoin d’être réformé, qu’importe le mot employé : « réformer, moderniser, relooker », le problème est autre. Je pense que dans le monde actuel, nous avons perdu la culture de tout ce qui touche à nos problèmes, avec les nouvelles technologies nous avons des connaissances sur tout mais en fait elles sont très limitées et ne vont pas au fond du problème.

    Nous manquons de culture de l’entreprise pour les sociétés : après l‘on s‘étonne du piètre bilan de nos sociétés à l‘étranger, de culture sociale pour la vie quotidienne, etc… etc…., il faut aller au coeur du problème or nos réformateurs ont une vision beaucoup trop technocratique pour mener à bien ces réformes, certes ils ont la volonté mais est-ce suffisant ? Je ne le pense pas.

    Alors que faisons nous, nous créons des commissions. Un exemple : combien de commissions pour régler le problème du pouvoir d’achat ? Je ne voudrai pas être médisant mais dans ces commissions combien de ménagères ont été invitées, par contre combien de personnes qui n’ont jamais fait un achat sur un marché y participent. Et pour tout c’est comme ça (pas les personnes compétentes à la bonne place).

    Seule positivité dans les réformes menées, la participation dans les débats des syndicats, et pourtant je suis issu d’une corporation où les syndicats n’existent pas (militaire de carrière) mais il faut qu’elle soit représentative et surtout constructive, son but ne doit pas se limiter à l’obstruction comme malheureusement c’est encore trop souvent le cas pour certaines corporations.

    Mais enfin, le constat est fait, il faut réformer, aller vite, ne pas oublier une pièce du puzzle des réformes de l’Etat, mais surtout il faut le faire après concertation et à bon escient car les critiques ne manqueront pas et le Président et le Gouvernement seront jugés sur le résultat.

    Je continue à réfléchir, j’y reviendrai sans doute, pour l’instant je vais aller au marché voir si mon pouvoir d’achat à augmenter (je souris).

    Très cordialement

    Jacques

  4. jany guiot dit :

    Bonjour Jacques,

    Merci pour votre commentaire, il y a beaucoup à faire, l’ouvrage est sur le métier !
    J’essaie toujours de mettre en pratique ce que j’écris, sinon je ne l’écrirais pas…
    Ce n’est pas un choix, c’est une obligation qui vient de l’intérieur…

    J’ai choisi (en souriant aussi) d’aller chercher mon pouvoir d’achat ailleurs, je ne veux pas déranger les petits patrons qui préfèrent la main d’oeuvre payée au lance-pierres.

    N’oublions pas qu’en tirant tous les salaires vers le bas, nous avons mis les comptes sociaux en difficulté.

    Salaire, pouvoir d’achat, marge bénéficiaire, chiffre d’affaire, un tout qui doit trouver l’équilibre, celui de la confiance…

    Ne refaisons pas le monde, d’autant plus que cette dernière équation est très difficile, je pensais qu’avec tous les technocrates sur les parvis de l’Elysee l’on aurait pu aménager un espace de réflexion technique sur l’équilibre entre les rémunérations et les marges des entreprises.
    Meme si les marges sont perçues à l’étranger.

    Au marché vous trouverez des produits frais…

    Bien cordialement,

    jany guiot

  5. Jacques d'Hornes dit :

    Monsieur le Premier Ministre,

    J’ai étudié davantage cet entretien et plusieurs réflexions me viennent en tête, notamment dans la réforme de nos institutions.

    Tout d’abord, il faut absolument maintenir or de ces débats la loi concernant le mode de scrutin des sénateurs. Cela ne doit pas servir de monnaie d’échange pour l’adoption des réformes des institutions. Car si l’on peut discuter du mode de scrutin dans le cadre d’une réforme de sa loi où des aménagements sont sans doute nécessaires pour la représentation de l’électorat, je crains que, en l’examinant dans le contexte de la réforme de nos institutions et compte tenu que le collège des sénateurs est moins important que celui des députés, cette loi soit complètement modifiée et que nous arrivions à ce que le Sénat devienne le clone de l’Assemblée Nationale. Plus on augmentera le collège des Grands Electeurs, plus il ressemblera à l‘électorat national, sans doute faut-il jouer davantage sur le redécoupage de nos circonscriptions. Or, je pense qu’il faut maintenir la diversité du mode d’élections de nos parlementaires pour que le bicamérisme soit efficace et que leurs rôles de contre pouvoir puissent être mener à bien. Nous avons vu ces derniers mois à plusieurs reprises l’utilité d’avoir deux chambres bien distinctes dans leurs modes d’élection (notamment sur l’adoption de la loi sur l’ADN).
    Il y a également un fait très important en ce qui concerne le Sénat, c’est qu’en aucun cas la Chambre Haute ne peut être dissoute contrairement à l’Assemblée Nationale, d‘où la nécessité d‘avoir une majorité présidentielle dans cette institution.

    Je pense également qu’il faut que le Gouvernement conserve la possibilité d’ avoir recours au 49.3 pour éviter l’immobilisme comme vous le rappelez en connaissance de cause.

    Quant au droit d’expression du Président de la République, je reprends les termes que j’avais employé dans le cadre de la Commission Balladur :
    Je trouve un peu absurde que le Président de la République ne puisse pas communiquer avec les deux assemblées du Parlement autrement que par des messages qu’il fait lire. Est-ce vraiment la vérité ? – dans les textes : OUI, mais cela n’empêche pas un Président de recevoir à l’Elysée les élus (Députés et Sénateurs) de sa majorité, ce qui représente plus de la moitié des Parlementaires, alors doit-il faire de la ségrégation ? le Président n’est-il pas l’élu de tous les Français. Faut-il faire une session extraordinaire ? Dans ce cas, pourquoi ne pas instaurer, en cas de faits très importants pour notre Pays (crises, événements internationaux, etc…) que notre Président puisse s’adresser directement aux Parlementaires lors d’un congrès dit « présidentiel » dans la mesure où il n’empiète pas sur les attributions du Premier Ministre qui demeure responsable de l’action du gouvernement devant les assemblées.

    Très cordialement

    Jacques d’Hornes

  6. Jacques d'Hornes dit :

    Bonjour Monsieur le Premier Ministre,

    Petite étude sur le pouvoir d’achat et comment faire pour l’améliorer au lieu de discuter pendant des lustres sur la suppression de telle ou telle loi ou de faire des comparaisons entre les diverses enseignes de nos grandes surfaces.

    En vidant mon baise-en-ville, je me suis retrouvé avec deux factures de supermarchés., l’une datant du 9 mai dernier, l’autre du 13. En comparant les achats effectués, je me suis aperçu que j’avais sur la quantité : cinq produits identiques de même grande marque. Je me suis amusé à calculer le prix de revient de ces cinq produits et en tout et pour tout j’ai constaté une différence de 1 centime, quoi de plus normal en 4 jours avec un jour férié. Seulement il s’avère que si je n’ai pas effectué mes achats dans le même centre, je les ai faits dans la même ville et dans deux supermarchés portant la même enseigne (A et B). Si l’équilibre entre mes deux factures se retrouvent, il n’en demeure pas moins qu’en les épluchant plus profondément, je me suis aperçu que deux produits sont plus coûteux dans A que dans B et trois produits sont moins chers dans A que dans B, et que si j’avais payé tous ces produits aux prix les plus bas, j’aurais économisé 25 centimes sur un montant de 9 euros.

    Alors quand le Président de ces supermarchés dit que les grandes marques représentent 70 % des ventes des supermarchés et qu’aujourd’hui la loi leur permet de fixer leurs tarifs sans que les distributeurs n’aient leur mot à dire, il serait bien avisé de balayer dans les magasins portant son enseigne et de prévenir également ses concurrents car je pense que la même chose doit se produire ailleurs et à ce moment là le pouvoir d’achat des ménagères s’améliorera sans doute et peut-être que l’inflation pourra être diviser par deux comme il l’argumentait dernièrement dans l’émission « le grand jury « .

    C’est un peu trop facile, on baisse les prix de certains articles et on augmente les autres et la balance est rétablie car je ne pense pas qu’une personne qui va faire ses courses dans un supermarché d’une certaine enseigne va aller faire d’autres courses dans un autre supermarché de la même enseigne. C’est un peu prendre les gens pour des imbéciles.

    Très cordialement

    Jacques d’Hornes

Laisser un commentaire


 
 

Recherche

 

Calendrier

mai 2008
L Ma Me J V S D
« avr   juin »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Syndiquer ce Blog