Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

4 commentaires

  1. Jacques d'Hornes dit :

    Bonjour Monsieur le Premier Ministre,

    Une semaine, où vous retrouvez une certaine stabilité nationale, bien différente des dernières qui vous ont transporté dans différentes parties du globe. Je pense qu‘elle sera nécessaire pour aborder avec sérénité ce mois de juin qui ne sera pas de tout repos avec sans aucun doute de nombreux débats préparatifs à d’importantes échéances pour notre pays, je pense en particulier au 1er juillet avec la présidence française de l’Union Européenne et le 7 juillet avec le congrès de Versailles portant sur la réforme de nos Institutions.

    Mois de juin où nous suivrons également avec beaucoup d’espoir le référendum en Irlande sur la ratification du Traité de Lisbonne.

    Je tiens également à vous remercier pour toutes ces informations que vous nous avez délivrées dans votre message depuis le Québec. J’ai particulièrement apprécié le site monquebec2008.com qui m’a permis de faire un petit pèlerinage dans des lieux qui ne me sont pas inconnus, mais dont certains ont bien changé.
    Par contre, j’ai remarqué la fidélité au Québec de notre Marine Nationale avec la présence de la frégate « Cassard », joli fleuron de la Royale. J’ai eu un pincement au cœur : il y a 24 ans je participais avec la frégate « Montcalm » au 450ème anniversaire de la découverte de la Nouvelle France par Jacques Cartier, j’en conserve un souvenir impérissable.

    Je vous souhaite une bonne semaine

    Très cordialement

    Jacques d’Hornes

  2. Médéric L. Pascal dit :

    Monsieur le Premier Ministre,

    Une petite lecture qui ne manquera pas de vous interpeller, vous qui plaidez sans cesse avec raison, mais non sans passion, pour l’unité de notre famille politique et qui pourrait intéresser, aussi, le Président:

    Cliquer ici (lien vers le Figaro.fr)
    http://www.lefigaro.fr/politique/2008/05/27/01002-20080527ARTFIG00004-cope-savoure-sa-liberte-conquise-face-a-sarkozy.php

    Du coq à l’âne mais alors un âne à fières plumes: où en sommes-nous de la préparation des prochaines échéances électorales? Non, je ne pensais pas précisément aux sénatoriales, quoique, après tout celles-ci comptent aussi; et pourtant j’aimerais bien, moi, être Sénateur – un peu de jeunesse, raisonnable jeunesse, jeunesse toute sénatoriale, dans cette vénérable institution, cela ne nuirait pas vraiment à son image, ni à celle de notre famille politique. Mais bon… – non, je pensais ici plutôt aux Européennes. C’est, grosso modo, dans un an, qui plus est le premier rendez-vous démocratique européen depuis le non au projet de constitution européenne, le scrutin est proportionnel – ce qui le rapproche d’un premier tour de présidentielle – et il est très facile de lui donner une signification nationale. Ceci n’échappera certainement pas à, disons au hasard, un F. Bayrou ou un O. Besancenot…

    Un deuxième échec consécutif serait catastrophique pour le gouvernement et funeste à la présidence de N. Sarkozy. Nous avons le devoir d’être à la hauteur. Alors ma question est la suivante: avons-nous une stratégie?

    L’actuel désordre au sein de la majorité parlementaire, enfin à la Chambre… ne semble pas vraiment la dessiner, les aménagements apportés à la tête de l’UMP ne semblent pas non plus porter tous les fruits escomptés (cf l’affaire du démantèlement (sic) des 35h…), quant au Président, lui-même semble quelque peu en peine d’inspiration ces derniers temps, allant jusqu’à nous servir une nouvelle fois ce matin en guise de petit déjeuner son hymne à la France qui se lève tôt – un disque un peu usé par la longue campagne présidentielle et dont les accents semblent par conséquent aujourd’hui quelque peu nostalgique.

    Où en sommes-nous, donc, Monsieur le Premier Ministre, un an à peine après notre jolie victoire élyséenne et comment aider ?

    Avec toute ma sympathie,
    Médéric L. Pascal

    PS- Le nouveau design de vos carnets, pardon de votre carnet, est, il me semble, très réussi cependant avez-vous conscience du fait que votre bandeau-titre ne se charge pas?

  3. dashu dit :

    造成今日之老大中国者,则中国老朽之冤业也;制出将来之少年中国者,则中国少年之责任也。彼老朽者何足道,彼与此世界作别之日不远矣,而我少年乃新来而与世界为缘。如僦屋者然,彼明日将迁居他方,而我今日始入此室处,将迁居者,不爱护其窗栊,不洁治其庭庑,俗人恒情,亦何足怪。若我少年者前程浩浩,后顾茫茫,中国而为牛、为马、为奴、为隶,则烹脔鞭箠之惨酷,惟我少年当之;中国如称霸宇内、主盟地球,则指挥顾盼之尊荣,惟我少年享之。于彼气息奄奄、与鬼为邻者何与焉?彼而漠然置之,犹可言也;我而漠然置之,不可言也。使举国之少年而果为少年也,则吾中国为未来之国,其进步未可量也;使举国之少年而亦为老大也,则吾中国为过去之国,其澌亡可翘足而待也。故今日之责任,不在他人,而全在我少年。少年智则国智,少年富则国富,少年强则国强,少年独立则国独立,少年自由则国自由,少年进步则国进步,少年胜于欧洲,则国胜于欧洲,少年雄于地球,则国雄于地球。红日初升,其道大光;河出伏流,一泻汪洋;潜龙腾渊,鳞爪飞扬;乳虎啸谷,百兽震惶;鹰隼试翼,风尘吸张;奇花初胎,矞矞皇皇;干将发硎,有作其芒;天戴其苍,地履其黄;纵有千古,横有八荒;前途似海,来日方长。美哉,我少年中国,与天不老!壮哉,我中国少年,与国无疆!

  4. 黄白坡 dit :

    中国问题不在于少年,而在于那些握有国家权利、老朽昏庸的家伙,这帮人残酷冷漠、心胸狭窄,为了权势不惜任何代价,他们根本就没有想到仔细他人的生命。
    而不幸的是:我们国家的希望恰恰就在这些昏人的身上,因为他们继续愚弄百姓和我们的孩子、包括他们自己的后代,最后,我们的孩子将重复现在的历史,他们会变成同样的老朽昏庸的东西,这个国家就这样:上一代害下一代,一代一代的害下去,没有止境!
    有志不在年高,这句话只说对了一小半,有志更不在年少!少年无志是可以理解的,因为他们年轻不懂事,少年即使有志,通常也是不切实际的幻想而已,有志无志,对少年人自己、对国家影响其实不大。真正可怕的是:成年无志、中年无志、老年无志!尤其是那些控制国家政权的人无志、那些身居国家重要岗位人无志、国家的战士分子无志,这才是这个国家最可怕的!
    当我们国家的最高领导人、我们的政府不知道应用手中的权利去实现中国的民主、去保卫人民的自由,反而实现自己的独裁、掠夺他人的自由和幸福,并用一些丑陋的思想去愚弄自己、控制他人、毒害我们的后代,而我们又沦为他们的帮凶,进一步的愚弄自己和自己 的后代,并且为他们歌功颂德,那么我们国家、我们自己、我们的后代,到底还有什么希望?
    恳求我们的大人们,让我们从自己做起,让我们认识到我们自己的人权,让我们自己拥有民主、让我们自己拥有思想自由,让我们自己改变自己,自己去追求造物主赋予我们幸福的权利,并把这些权利留给下一代,留给我们的少年!
    让我们现在开始立志吧,老年人和中年人!因为留我们的时间并不多,让我们不再危害自己,也不再毒害我们的后代吧!让我们不再用所谓“科学”的理论毒害自己,让我们认识自己、认识这个世界,让我们认识我们自己真正需要的权利:生命、自由和幸福的追求!
    朋友,别把幻想寄托在下一代,而是给下一代留下有价值的东西,别让我们的后代诅咒我们,别让我们的后代嘲笑我们,别让我们浪费自己的宝贵青春!

Laisser un commentaire