Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

17 commentaires

  1. FOGLIA dit :

    Bonjour Monsieur le Premier Ministre,

    merci pour ces réflexions humanistes appliquées à la géostratégie, et ce discours d’authenticité !

    D’abord le détail : si Montaigne ne s’est pas occupé de ses enfants, c’est que les enfants n’étaient pas vraiment considérés comme des êtres humains avant cinq/sept ans, et que l’éducation proprement dite ne commençait qu’à partir de cet âge-là, âge que les enfants de Montaigne n’ont hélas jamais dépassé… La mortalité infantile était par ailleurs si élevée qu’en humaniste soucieux de bien gérer ses affects, Montaigne préférait (malgré lui ?) ne pas trop investir dans l’amour des bébés.

    Montaigne est par ailleurs audacieux avec l’éducation des jeunes enfants, comme le montre l’essai « De l’institution des enfants » (I,26), où il fait sortir l’enfant de la salle de classe pour le confier aux relations humaines, dans lesquelles il voit la meilleure formation du jugement. Pour Montaigne, l’enfant, c’est l’être humain dans sa simplicité naturelle, et il conçoit l’éducation comme un épanouissement, non comme un emprisonnement.
    http://lyc-sevres.ac-versailles.fr/p_mont_pub.Fog.enfant.php

    Ensuite, les considérations géostratégiques. Quel est le rôle de l’Europe dans le monde aujourd’hui ? Si je vous suis, Monsieur le Premier Ministre, et si l’Europe a pour mission de favoriser la paix dans le monde après l’avoir réalisée chez soi, cela veut dire que nous devons nous y préparer davantage et nous en donner les moyens. Les Européens le souhaitent lorsqu’il est question de valeurs, abstraitement, mais le référendum irlandais a montré aussi la difficulté d’évoquer les questions militaires au niveau européen.
    http://groupedesbellesfeuilles.blogactiv.eu/2008/06/13/le-non-irlandais-en-images/
    Pourtant les projets fédérateurs ne manquent pas non plus, si l’on conçoit ces projets comme vous le faites en Girondin, à partir de la fédération des initiatives territoriales et du besoin de créer une unité respectueuse de ses membres.

    Par rapport aux Etats-Unis, qui apparaissent aujourd’hui comme facteur de déstabilisation (crise financière, guerre en Irak), l’Europe peut jouer assez efficacement le rôle d’une puissance d’équilibre. Qu’il s’agisse toutefois d’immigration ou d’équilibre monétaire, on voit bien que l’Europe ne saurait agir seule, et que c’est dans le respect, le dialogue et la concertation qu’elle a des chances de pouvoir faire quelque chose. Il me semble que l’esprit européen, que vous appelez humanisme, est une synthèse entre l’engagement au service de valeurs et un certain scepticisme, qui fait que nous gardons toujours une réserve devant notre propre engagement. Ce décalage nous permet de mieux nous comprendre nous-mêmes et d’accepter les différences.

    Pour finir sur une nouvelle note philosophique (une vocation bien affirmée chez vous, Monsieur le Premier Ministre, et mise au service de la Cité dans une tradition romaine), je trouve que vous avez raison de rappeler que le vivre ensemble doit contrebalancer les tendances individualistes et relativistes qui font partie de notre modernité. Platon ne faisait pas autre chose, dans le Théétète, lorsqu’il rappelait contre les partisans du relativisme que ceux-ci se privent non seulement de la connaissance, mais aussi de la possibilité même d’échanger au moyen du langage.

    Veuillez agréer mes salutations cordiales depuis Berlin,
    Marc Foglia

  2. Serge TCHAHA dit :

    Bonjour Monsieur le Premier Minitre,

    Permettez moi de vous remercier pour cette contribution, ce fut agréable de décortiquer votre point de vue.

    Je fus particulièrement intéréssé par le fait que :

    1. Vous mentionniez en parlant de la culture chinoise que « Cette culture-là va se diffuser comme se diffuse la puissance économique » car je partage totalement votre avis à ce propos. D’ailleurs, je crois savoir que dans plusieurs pays, la Chine organise déjà des concours de langue. Or parler une langue constitue le premier pas pour la découverte de la culture qui se cache derrière celle-ci.

    2. « L’Europe de l’énergie », je ne suis pas un très grand spécialiste, mais je crois que construire l’Europe à travers des grands projets fédérateurs est une idée juste et intelligente. La croissance de demain dépendra beaucoup aussi de la faculté des puissances à pouvoir s’approvisionner car les pays émergents sont de plus en plus consommateurs d’énergie, donc la concurrence pour se les octroyer va être rude. « L’Europe de l’énergie » pourrait à cet effet aider les pays européens à préserver sa croissance car à 27, l’influence dans la négociation et dans les affaires du monde est plus importante.

    Mon avis sur la diversité :

    Je pense que c’est un besoin tellement profond qu’il ne sert à rien de tenter de l’effacer. Nos cultures sont nos identités, elles représentent ce qui nous rend unique, les valeurs que nous désirerons transmettre à nos enfants.

    Voilà.

    Merci encore et à bientôt.

    Serge TCHAHA.

  3. jacqueline de paris dit :

    Bonsoir, monsieur premier ministre!
    Surtout, je vous remercie, pour vos réflexions, dans un plan large politique et mondiale.
    C’est vrai, que la nécessité d’aujourd’hui est la diversité. L’ouverture de plusieurs cultures,( plutôt en les donnes) après l’échec de marxisme à sortir en premier plan une révision de la politique. C’est elle seule devrait construire les défis de ce début de millénaire, car l’orgueil et les egos au delà de la fierté nationale, manipule l’avenir ANSI. Il faut peser le projet de l’avenir pacifique à sa diversité sur les principes base de l’humanité, plutôt sur la responsabilité de la nouvelle génération, laquelle dans les zones de l’échec de marxisme sont avec la tolérance de cette diversité; L’alimentation des passés dans les Balkans, lorsque ils passent d’une culture impose de longue occupation turc, tombe aussitot à la suite dans un autre empire de marxisme, lesquels pour leur éternités ont alimente la fameuse patrimoine, laquelle est devenu la seule facteur d’une déstabilisé de région.
    On a besoin pour telle réflection, monsieur premier ministre, parce que l’actualité est assez complique pour faire une conclusion.
    Mes sincères remercies pour ces informations et je vous souhaite les meilleurs réussites à votre mission.

  4. Alain Lavallée dit :

    Bonjour Monsieur le Premier Ministre,

    vos expériences diverses permettent d’enrichir vos réflexions et les nôtres sur ce thème d’importance majeure comme vous le soulignez, pour le XXIe siècle comment concilier Diversité et culture commune, diversité et unité, comment générer un projet commun auquel la population d’une nation adhère, s,engage….

    Je vais me contenter d’ajouter des commentaires sur le milieu que je connais le mieux: Québec, Canada, Amérique du Nord.

    Je vais d’abord souligner qu’il y a ici en Amérique du Nord un réel vent où liberté devient libertarisme, hyperindividualisme…,(droite radicale étatsunienne) c’est une forme particulière de l’atomisation, la liberté qui nie le collectif. C,est le triomphe du « me, myself and I »…. citoyen-roi qui ne veut que des droits individuels, qui veut tous les droits, tous les services , mais qui n’accepte aucun devoir, aucune taxe ou impôt pour l’entretien des infrastructures collectives de la ville, de la nation. Ce modèle étatsunien est déstabilisant … financiarisation de l’économie, déréglementation, (ex: règles de plus en plus libérales pour l’obtention des hypothèques… et on va d’une crise financière à l’autre, il y a 5 ans la déréglementation de l’énergie en Californie avait aussi mené à des aberrations….., les exemples sont multiples… et là l’État doit intervenir pour éviter faillites en série … FannieMae ‘ Freddy Mac qui représentent 45 % des hypothèque détenues aux USA)…

    Quant à l’influence culturelle étatsunienne, il y a bien entendu la voie de l’américanisation.. où une culture adopterait intégralement l’ »american way of life »…

    mais de plus en plus chaque nation des Amériques développe son américanité (Mexique, Brésil, Costa Rica…). Le Canada met de l’avant son multiculturalisme; le Québec par son héritage français ou francophone, par la redécouverte de ses relations avec les amérindiens, par ses tentatives (difficiles car continuellement bloquées ou presque par Ottawa) tente d’avoir des liens avec les nations latino-américaines (Une belle exception s,est produite en 2004, lorsque vous avez mené une exploration conjointe France-Québec au Mexique… cette expérience était censée se reproduire mais…. pourquoi cela ne s’est-il pas produit? vous avez la réponse, moi je ne le sais pas)… le Québec cherche à développer un interculturalisme, une améri-latinité originale mais fragile… les forces de l’homogénéisation sont grandes…

    Quant à la question de la « globalisation » et de la diversité linguistique… La société étatsunienne est un modèle phare d’une société qui s’est construite sur l’immigration (se construisant sur la tragédie des peuples amérindiens , il ne faut pas l’oublier), toutes les langues se sont éteintes au profit de l’anglais est-ce que le vivre ensemble y est plus harmonieux…. ???? le taux de criminalité et de violence sociale y est de 3 à 4 fois plus élevé qu’en Europe… (vrai que c’est un raccourci… mais bon, je n’ai pas l temps de m’étendre sur cette question je vais passer aux cas du Québec et du Canada)

    Le Canada nouveau, depuis 1982, alors qu’il y a eu le rapatriement unilatéral de la Constitution britannique s’est basé sur le « multiculturalisme », la valorisation de toutes les cultures. Le Québec n’a pas adhéré à la Constitution canadienne qui s’est élaboré en 1982, car elle nie la notion de peuple fondateur francophone qu’au cours du siècle précédent le Québec était parvenu à gagner et à maintenir.

    Les Pays-Bas avaient aussi adopter la voie du multiculturalisme et ils sont en train de se poser des questions sur ce sujet.

    Officiellement le Québec rejette le multiculturalisme canadien et préfère parler d’interculturalisme ou de culture commune, de culture convergente (selon les partis politiques). Depuis 1983 il tente d’élaborer cet interculturalisme.

    Il y a un très beau livre qui a été écrit sur le multuculturalisme canadien par l’écrivain Neil Bissoondath. Il soutient que le multiculturalisme canadien ne favorise pas l’intégration mais la création de ghettos qui cohabitent sans se croiser … il n’y a pas de culture commune (« Le marché aux illusions, essai sur le multiculturalisme, 1996) (Bissoondath est le neveu de l’écrivain V S Naipaul, de l’Inde, prix Nobel de littérature. Il a immigré au Canada en 1973, a vécu longtemps à Toronto, puis a déménagé à Montréal, Il vit depuis 1999 à Québec).

    L’interculturalisme québécois tente de concilier l’existence d’une culture commune avec un respect des différences, Alain G. Gagnon a beaucoup travaillé avec des collègues universitaires à cerner cette approche que le Québec tente de développer depuis 1982 (« Diversité et identités au Québec et dans les régions d’Europe »2006). C’est très difficile car le gouvernement canadien cherche à imposer continuellement son dogme multiculturaliste… les fêtes du 400e entre autres ont été le lieu de cet affrontement de coulisses. Le ministre Couillard a démissionné il y a 3 semaines entre autres parce qu’il ne parvenait pas à pouvoir donner suite aux projets liant les communes racines du Poitou Charente et les familles souche du Québec….) la Grande Traversée de l’atlantique, le retour aux sources… Ottawa trouvait ces projets contraire au dogme du multiculturalisme, car en rejoignant les familles souches il rejoignait la nation québécoise… Ottawa-Canada veut que ce ne soit que la ville de Québec qui soit célébrée .

    J’ai été un peu long, mais bon il semble que le livre qui fait le point sur cette question de comment concilier les théories libérales et les droits collectifs , la liberté et le vivre ensemble, liberté et culture commune a été écrit. (Michel Seymour, « Une théorie des droits collectifs. De la tolérance à la reconnaissance.  » Boréal, 2008, fait plus de 700 pages) » je ne m’y suis pas attaqué. Je travaille sur un autre thème pour le moment.

    En terminant je dirais que je suis d’accord avec vous lorsque vous écrivez que « C’est dans la Constitution et dans la nation que le politique doit veiller à injecter le maximum d’unité. »,
    il y a eu des discussions au QUébec sur cette question, la pertinence pour le Québec de se doter d’une constitution qui lui soit propre, d’autant plus que depuis 1982, il n’adhère pas à la constitution canadienne. Tous les partis politiques sont d’accord avec cette idée d’une constitution québécoise, sauf celui de M. Charest. M, Charest espère que le Québec adhère à la constitution canadienne et au multiculturalisme, mais pour cela il a besoin d’un gouvernement majoritaire. Ce qu’il tentera probablement d’aller chercher tout de suite après le sommet de la francophonie du mois d’octobre prochain.

    Je vous prie Monsieur le Premier ministre, d’accepter mes salutations distinguées,

    Alain Lavallée

  5. Jacques d'Hornes dit :

    Bonjour Monsieur le Premier Ministre,

    Très absorbé ces derniers temps à suivre la deuxième lecture du Projet de loi constitutionnelle de modernisation des institutions de la Ve République ayant même joué parfois l’oiseau de nuit, je vous ai délaissé un petit peu, je vais essayer de combler ce retard en vous apportant ce petit commentaire.

    Tout d’abord un petit mot sur la réforme de nos institutions, j’ai donc suivi les débats parfois assez tendus mais toujours courtois et je pense que certains membres de la Chambre Haute auront bien mérité les quelques jours de congé qui s‘annoncent, je pense en particulier à votre ami le Sénateur Jean-Jacques Hyest, Rapporteur et Président de la commission des lois émérite qui s’est dépensé sans compter tout au long de ces débats qu’ils soient de 1ère ou de seconde lecture. Je souhaite que ce travail ne reste pas vain et que nos Parlementaires sauront adopter cette réforme lundi au congrès de Versailles, il va mieux quelques améliorations que pas du tout et certains pourraient regretter de voter contre cette loi.

    Revenons à ce billet. Comme toujours, vos réflexions sont pertinentes sur ce que doit être l’humanisme du XXIème siècle avec des valeurs modernes et des projets communs. Cependant, elles m’amènent également à une réflexion qu’il faudra être vigilant, car si, comme vous le rappelez, trois valeurs s’imposent à cet humanisme de la diversité que sont le respect, la réciprocité du respect et le dépassement des personnes, vous faites également allusion au respect de la culture, or nous avons à travers le monde des cultures différentes et il ne faudrait pas que ces cultures amènent de la division avec un « choc » des cultures ! Je suis pour le respect des cultures mais il ne faut pas qu’elles ne mettent entrave à l’unité, faisons attention car des prémisses apparaissent ici et là au niveau international mais également au niveau national et même régional voire communal sans parler des relations familiales et intergénérationnelles.

    Très cordialement

    Jacques

  6. Antoine dit :

    Et autrement, vous avez un avis sur les manoeuvres du jour ?

    Faire pression sur les parlementaires, c’est particulièrement démocratique et respectueux de la séparation des pouvoirs, n’est-ce pas ?

    On peut éventuellement arranger la situation en demandant au Français de revoter l’élection présidentielle puisqu’il est désormais patent que les Français se sont trompés.

    Au fait, connaissez-vous l’article 68 de la Constitution ?

  7. Mary dit :

    Bonsoir Antoine,

    Vous voulez parler des socialistes, qui font tellement de pressions sur ceux des leurs qui approuvent la réforme de la Constitution et voudraient bien la voter ? Comme je vous comprends !!
    Eux qui dénoncent tellement les députés « godillots » comme ils disent ! Vraiment « ça la fout mal » !!!

    Et tout ce déni de démocratie, tout ce déni du suffrage universel depuis un an ! Vraiment, je vous comprends, Antoine, les socialistes ne sont pas raisonnables… et c’est vrai que l’article 68 aurait été très utile si par malheur ils avaient accédé au pouvoir en mai 2007 !!!!

    J’en profite pour saluer Monsieur d’Hornes ainsi que Pierre.

  8. Jacques d'Hornes dit :

    Bonjour Mary,

    Vous êtes formidable, votre billet déploie une certaine habileté, bravo pour cette réflexion. Je dois vous avouer que l’idée m’a traversé l’esprit de répondre à ce Monsieur. Et puis, est-ce par sagesse ne voulant pas entrer dans une nouvelle polémique, je ne l’ai pas fait.

    J’en profite pour saluer votre courage maintes fois démontré.

    C’est bien que ce Monsieur fasse part de l’article 68, ça prouve au moins qu’il a lu la Constitution, mais je crois qu’il s’égare un peu, cet article est bien plus complexe qu’il ne le paraît.

    Néanmoins, je me suis fait la réflexion suivante : pour oser interpeller Monsieur Raffarin de la sorte et lui faire de telles suggestions, il fallait que l’interlocuteur soit membre du Conseil Constitutionnel ou alors être un opposant en mal de digestion. Après vérification je me suis aperçu qu’aucun membre de ce conseil avait ce patronyme ni même portait le prénom d’Antoine.

    Toutefois, je reconnais l’abnégation de ce Monsieur.

    Très cordialement

    Jacques

    NB : Ma chère Mary, appelez-moi Jacques, c’est beaucoup plus chaleureux surtout sur ce site si convivial où l‘on a toujours beaucoup de plaisir à se rendre.

  9. Antoine dit :

    @ Mary,

    Vous vivez dans la bulle UMP, un OVNI politique anciennement parti politique, aujourd’hui un truc qui ressemble à une secte. Vous êtes complétement conditionnée pour réagir de façon pavlovienne en pointant immédiatement les socialistes mais vous refusez de voir la réalité :

    « Institutions : Villiers dénonce le chantage de la majorité

    « Menace, tentative d’achat,… » Le député souverainiste dénonce des méthodes « choquantes » pour convaincre son camp de voter « oui » à la réforme des institutions.

    [...]

    La députée MPF Véronique Besse a déclaré qu’elle avait d’abord été appelée par des collègues UMP, avant que les appels ne viennent «de plus haut», et par exemple du président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer. «Et on m’a dit que cela allait venir de plus haut encore», a-t-elle ironisé. Ses différents interlocuteurs lui ont donné le sentiment qu’elle pouvait «demander la lune». «On me demande ce que je veux», «on me demande si une mission sur la famille me ferait plaisir, en me disant qu’on s’arrangera sur les conditions», a-t-elle dit. «Je suis admirative des députés UMP qui résistent encore», a-t-elle dit ».

    http://www.lefigaro.fr/politique/2008/07/18/01002-20080718ARTFIG00399-institutions-villiers-denonce-le-chantage-de-la-majorite-.php

    « À l’UMP, les «irréductibles» déterminés à voter non

    Le gaulliste Jacques Myard, reçu aussi à l’Élysée, constate : «Si on interrogeait les députés UMP à bulletins secrets, 40 % d’entre eux voteraient contre.»

    http://www.lefigaro.fr/politique/2008/07/18/01002-20080718ARTFIG00014–l-ump-les-irreductibles-determines-a-voter-non-.php

    Quelle sera la légitimité d’une révision parlementaire de la Constitution votée suite à des pressions ?

    Et pendant ce temps : « Nicolas Sarkozy veut la tête de Franz-Olivier Giesbert »
    http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/medias/medias__pouvoirs/20080718.OBS3452/nicolas_sarkozy_veut_la_tete_de_franzolivier_giesbert.html

    Honte aux parlementaires-vassaux UMP qui n’ont que pour vertu la COUARDISE !

    Honneurs aux parlementaires UMP qui résisteront aux pressions et sauront voter en conscience !

    La France n’est pas le jouet de Sarkozy.

  10. Jacques d'Hornes dit :

    Monsieur Antoine,

    Je viens de lire votre dernier billet et je m’aperçois que vous êtes un peu dur avec Mary, sans doute emportée par sa fougue de militante se focalisant un peu trop sur l’ennemi socialiste mais peut-on lui en vouloir ? Surtout que le billet, auquel elle répondait, manquait visiblement d’un peu de clarté car si votre second commentaire correspond au message que vous vouliez faire passer, je pense que vous vous êtes trompé d’interlocuteur en vous adressant à Monsieur Raffarin, ou alors vous connaissez très mal notre ancien Premier Ministre. Dois-je vous rappeler que, tout en restant loyal, il a pris position plusieurs fois contre notre Président (nationalisation des élections municipales, ADN, etc…) au cours de ces derniers mois.

    En reprenant vos propos, vous n’êtes pas mal non plus dans le style pavlovien, Mary dans sa bulle UMP qui n’amène aucune contestation mais vous dans le rôle d’opposant quand ça vous arrange. Vous reprenez les arguments de Monsieur de Villiers, alors que ce Monsieur aurait sans aucun doute voter favorablement au congrès de Versailles lundi prochain si l’amendement proposé par l’Assemblée Nationale concernant l’article 88.5 avait été maintenu, une obsession face à l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne, or cet amendement fût rejeté par une large majorité des Sénateurs tous bords confondus (297 voix pour 304 exprimées), tout simplement parce qu’il montrait du doigt sans le nommer ce pays. Ce qui n’empêchera pas d’ailleurs de procéder à un référendum lors de la demande d’adhésion de ce pays dans l’Union Européenne au moment opportun.

    Par ailleurs, la suite de votre second billet fait un peu sourire. Quel est le but de cette réforme de nos institutions ? Donner plus de pouvoir au Parlement pour équilibrer les institutions, je ne vois pas pourquoi des Parlementaires qui ont la possibilité d’acquérir plus de pouvoir voteraient contre cette loi, alors qu’ils ont tout à gagner, sauf bien sûr s’ils sont conservateurs comme peuvent l’être le MPF de Monsieur de Villiers ou les Gaullistes de l’UMP. Alors quoi de plus normal, que d’essayer de rameuter les troupes devant un vote très incertain. Ce lundi prochain, chaque parlementaire devra assumer ses responsabilités pour voter ce texte et dans le cas où cette réforme ne passerait pas certains auront sans doute beaucoup de regrets d’avoir très peu de pouvoir (surtout les partis minoritaires) et ne pourront s’en prendre qu’à eux-mêmes, il vaut mieux avoir quelques petits nouveaux avantages que pas du tout.

    Bien amicalement

    Jacques

  11. Antoine dit :

    @ Jacques d’Hornes

    Cette révision de la Constitution est un trompe-l’oeil. Il s’agit de donner l’illusion de donner plus de pouvoirs au Parlement. Mais la *pratique actuelle des institutions* ne changera pas. L’Executif continuera d’exercer des pressions sur le Législatif au-delà du légitime et du raisonnable, et n’hésitera pas à neutraliser, contourner ou dévoyer les nouvelles dispositions.

    Vous parlez du Sénateur Raffarin qui s’est opposé aux tests ADN. Mais si je ne me trompe pas, il a, comme le Sénateur Pasqua, finalement changé d’avis sur le sujet.

    Les parlementaires UMP, et pas seulement eux, semblent subir des pressions, menaces, chantages et intimidations. Leur vote n’est pas libre. En droit civil, nous parlerions de vices du consentement. La séparation des pouvoirs est inexistante, le Parlement une véritable chambre d’enregistrement comme l’a reconnu Copé l’arriviste.

    Si certaines dispositions sont intéressantes – à mes yeux, seule l’introduction de l’exception d’inconstitutionnalité autrefois proposée par la Commission Vedel est une véritable réforme – le bilan avantages/inconvénients fait pencher la balance en faveur d’un rejet. En particulier, la présence du Président devant le Congrès est un obstacle dirimant à l’approbation de ce projet.

    Monsieur d’Hornes, nous sommes dans une situation où le clivage gauche/droite n’est plus l’essentiel. Il s’agit désormais de rassembler les parlementaires républicains – et patriotes – pour que la France retrouve son honneur. Vous trouverez peut-être que j’exagère et que je dramatise, ce à quoi je vous répondrais que vous feignez de voir la réalité de la pratique du pouvoir.

    En l’état actuel, voter en faveur de cette révision serait comme organiser un barbecue dans l’Estérel (pour citer le Président la République Jacques Chirac). Il est manifeste que Sarkozy n’est pas sain d’esprit et qu’il n’agit pas principalement dans l’intérêt du pays et pour l’intérêt général. C’est d’abord l’esprit de cour qui domine, pas la volonté de prendre des décisions pour l’intérêt du pays.

    J’espère sincèrement que le Sénateur Raffarin réflechira à nouveau à son choix et, qui sait, qu’il refusera de succomber à la pression sociale et rejetera cette révision de la Constitution.

    Enfin, la référence à l’article 68 de la Constitution est particulièrement pertinente, n’en déplaise à votre cynisme.

    Citoyennement.

  12. Pierre ARCHAMBEAUD dit :

    Bonjour Mary, Antoine et Jacques,

    Chère Mary, merci pour votre « bonjour » et je vous adresse mon « bonsoir ».

    Cher Antoine, vos propos sont un tout petit peu attaquants et donc attaquables.
    Je ne fais partie d’aucune « secte », mais franchement je vois rouge quand on attaque mon amie Mary et mon camarade Jacques !
    Bon je ne vous ferai pas le coup de « c’est pas bien d’attaquer une femme » (un des arguments favoris des zélateurs de Madame Royal), et puis Mary, qui est pleine de talent n’a besoin de personne pour se défendre. Je note d’ailleurs que vous n’êtes pas parvenu à lui marcher sur les pieds… Et je serai vous, je ne m’y risquerai pas…
    Pour ce qui est de revoter l’élection présidentielle, voici une riche idée ! J’y adhère pleinement mais en mai 2012, pas avant. Sinon, ce ne serait pas démocratique. Et puis je ne dois pas être un bon Français, mais je ne suis pas de ceux qui estiment s’être trompés ! A un point tel que je risque fort de récidiver en 2012.
    Pour ce qui est de l’article 68, en vous lisant on se dit que vous ne l’avez pas choisi par hazard : 68, c’est aussi l’année du grand B… ! Peut-être en étiez-vous ?
    Au sujet des parlementaires UMP, je trouve normal et cohérent qu’ils votent selon les consignes UMP. Cela peut choquer, j’en conviens, mais je suis toujours choqué quand je vois un élu tirer contre son camps. Avoir l’investiture UMP pour être crédible et éligible ne doit pas autoriser à se servir ensuite de cette étiquette pour s’en servir comme un paillasson. C’est bien trop facile !!! Les réunions de groupe à l’Assemblée et au Sénat sont faites pour cela. Mais une fois dans l’hémycycle, l’union et la cohésion s’imposent. Il y a eu débat avant et maintenant il doit y avoir cohésion. Je conviens que mes arguments puissent choquer. Mais on ne peut pas se réclamer du Président et de sa majorité et se conduire comme un opposant.
    C’est, je l’avoue mon côté « fana-mili », pas fanatique militant, mais fanatique militaire. Bon j’étais samedi soir à Saint-Cyr Coetquidan pour le Triomphe des élèves officiers et en les voyant, je me disais que cela faisait du bien de voir qu’il y a encore des hommes et des femmes qui croient encore aux valeurs de notre si beau pays. A l’heure où nos ondes sont envahies (polluées) par Secret Storye et Tokyo Hôtel, passer une soirée à St Cyr, cela vous redonne le moral ! Outre le côté privé, mon père, mon grand-père et mon arrière-grand-père ont tous les 3 fait St Cyr, oui c’est un grand bol d’air de voir cette unité, cette cohésion. Et bien je trouve, et je sais que cela va choquer, que lorsque vous êtes élu, vous vous devez de respecter votre investiture, comme ces officiers respectent leur uniforme.

    Cher Antoine, je vous cite, « Pour que la France retrouve son honneur ». Vous insinuez donc que la France a perdu son d’honneur !!! Un jour normal, je trouverai totalement honteux, misérable et scandaleux que l’on dise de mon pays qu’il a perdu son honneur !! C’est un jour normal !!! Et je trouve donc vos arguments honteux, misérables et scandaleux !!!

    Pour ce qui est du cynisme de Jacques, là je préfère ne pas vous écrire ce que je pense de votre sortie !
    Traiter Jacques de cynique, c’est sinistre et totalement faux. Vous devriez lire Jacques d’Hornes plus régulièrement !!! Vous devriez d’ailleurs relire l’éloge de Monsieur le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin vis-à-vis de Jacques. Cela vous ferai sans doute un bien fou !!! J’ai écrit « Monsieur le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin », parce que je trouve cela moins cynique que d’écrire « Monsieur le Sénateur Raffarin »… Question de point de vue.
    Jacques a été un brillant serviteur de la France, un ancien de la Royale (de la Marine Nationale si vous préférez) et moi qui le connais un peu beaucoup et même très bien, je puis vous assurer que jamais je ne me risquerai de le traiter de cynique, même pour plaisanter !!
    Non seulement ce serait totalement irrespectueux, mais j’aurais trop peur de passer pour un clown auprès des intervenants de ce blog !!! Maintenant, si vous êtes plus fort que nous tous et visiblement telle est votre conviction, vous pouvez traiter Jacques de cynique et même de bien autre chose. Attention cependant à l’esprit de cohésion, à l’esprit de corps qui règne ici !!!

    Ici on peut tout dire, tout penser, tout dévoiler. Mais il faut aussi se méfier de la « Force J » !!! J=Jorétapo, un groupe d’intervention qui en a fait renoncer plus d’un dans l’art de la provocation !! Lisez les archives de ce blog : vous noterez qu’il n’y a pas de survivants parmi les coriaces et les forts en g… !!

    A très bientôt, Cher Monsieur Antoine et n’hésitez pas à revenir défier Mary et sa bulle, Jacques et son cynisme et moi, votre modeste serviteur !!

    Très respectueusement et sans l’ombre d’un soupçon de haine ou de cynisme,

    Pierre ARCHAMBEAUD

  13. Jacques d'Hornes dit :

    Monsieur Antoine,

    Comme je l’ai déjà dit précédemment, je ne suis pas un homme à polémiquer, surtout dans le domaine politique où chacun a ses convictions et son point de vue.

    Ne soyons pas utopistes. Vous confondez rêve et réalité et vous pensez que vous et ceux que vous soutenez vous pouvez tout changer. Je ne le pense pas, je suis plutôt réaliste, de l’opinion générale des Français qu’ils soient de droite ou de gauche mais qui souhaitent néanmoins une évolution dans nos Institutions.

    Nous n’arriverons jamais à nous entendre, aussi je préfère clore ce débat qui aurait tendance à s’envenimer.

    Respectueusement

    Jacques d’Hornes

  14. Antoine dit :

    @ Pierre

    En résumé, sur ce blog, c’est à qui fera le meilleur éloge de l’autre, à qui sera le plus flatteur et le plus obséquieux.

    Je ne joue pas au vassal et au suzerain.

    @ Sénateur Raffarin,

    Nous sommes les otages des caprices et des égoïsmes des politiques.

    Et en aparté, le sarkozysme est un gigantesque dîner de cons.

  15. Jacques d'Hornes dit :

    @ Antoine

    Je m’étais pourtant promis de ne pas y revenir, mais vos propos en ont décidé autrement.

    Je pense qu’il vaut mieux être flatteur et obséquieux que de s‘enferrer dans la suffisance, un peu de courtoisie et d’humilité n’ont jamais nui à la chaleur humaine cher Monsieur et notre Société en a bien besoin.

    En venant sur le blog de Monsieur Raffarin, vous auriez dû lire la charte de ce support avant d’y apposer un commentaire, mais c’est vrai j’oubliai que vous faites parti de cette minorité qui veut tout changer, même les règles du blog de Monsieur le Premier Ministre.

    Quant au dîner de cons … ! Il me semble que certains refusent le fait de ne pas avoir été conviés.

    Cordialement

    Jacques d’Hornes

  16. Mary dit :

    Sur ce blog, Antoine, nous nous apprécions et nous nous respectons.
    Il est fort dommage que vous confondiez la courtoisie, l’estime et le respect avec la flatterie et l’obséquiosité.

    Je ne partage ni vos points de vue ni vos idées ; nous aurions pu en discuter mais je vous trouve bien trop excessif et intolérant et surtout un tantinet prétentieux lorsque vous prétendez que les français se sont trompés lors de la dernière élection présidentielle ; à part vous, nous sommes donc tous des sots… vous avez donc une bien piètre vision de plus de 19 millions de vos concitoyens ! En ce qui me concerne, comme Pierre, je récidiverai avec joie en 2012 !

    Alors, cessez donc de vous faire du mal ; personne ne vous oblige à venir sur ce blog, à moins que nous puissions échanger des points de vue différents entre gens civilisés.

    Vous paraissez bien amer dans votre dernier commentaire… Ah ! oui, c’est vrai, la réforme des institutions a été adoptée… et J. Lang bien maltraité par son parti !

  17. Pierre ARCHAMBEAUD dit :

    Bonsoir Antoine,

    Pour faire votre éloge, il me faudra beaucoup de courage, d’imagination, mais aussi d’abnégation. Je suis en manque d’inspiration vis-à-vis de vous et pour les flatteries, je préfère flatter mes chiens, parce que vous, je ne vous aime pas !

    Je ne vous aime pas et je n’aime pas non plus les donneurs de leçons et les faiseurs de morale.

    Restez donc dans votre petite France que vous seul allez pouvoir défendre et protéger et devenez le sauveur de la morale et du bon sens. Votre France elle fleure bon des temps anciens et aujourd’hui heureusement révolus !

    En ce qui me concerne et je crains ne pas être le seul, je n’ai plus rien à vous dire et d’ailleurs, si vous me le permettez, je vais clore ici notre semblant de dialogue avorté.

    Puisque vous parlez du Dîner de Cons, vous me permettrez de paraphraser ce film : « Il s’appelle juste Antoine !  » « Ah il n’a pas de nom de famille ? » « Non il s’appelle juste Antoine et il ne donne pas son nom parce qu’il n’est pas assez courageux ».

    En plus si cela se trouve votre grand courage vous a même poussé à emprunter un prénom qui n’est pas le vôtre ! Histoire de n’assumer ni vos mots, ni votre brillante personnalité !

    Pierre ARCHAMBEAUD

Laisser un commentaire


 
 

Recherche

 

Calendrier

juillet 2008
L Ma Me J V S D
« juin   août »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Syndiquer ce Blog