Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

11 commentaires

  1. Alain Lavallée dit :

    Bonjour Monsieur le Premier ministre,

    merci pour ces réflexions très riches. Je vais y aller de quelques réactions un peu pêle mêle.

    D’abord au sujet de l’interconnexion en temps réel des marchés financiarisés et mondialisés. Yves Barel grand connaisseur des systèmes nous aurait rappelé deux images toutes simples:
    1- la nécessité de coupe-feu qui empêche ou ralentit la propagation des « incendies »
    2- plus la chaîne de reliances interconnectées est longue plus l’amplitude oscillatrice est susceptible d’amplifications dévastatrices (chutes dramatiques des cours, remontées tout aussi dramatique… panique des foules d,acheteurs et de vendeurs comme l’a bien montré J P Dupuy dans « Logique des phénomènes collectifs » et André Orléan dans « la bourse »…. il devra y avoir des formes de re-réglementation… (ex: la vente à découvert…. doit-elle continuer à exister comme pratique? est-elle nécessaire ? quelle est son utilité réelle? d,ailleurs c,est un des premiers mécanismes à avoir été banni de manière sélective sur les marchés,,,, il y a un examen à mener sur ces mécanismes )

    Une grande difficulté à ce moment-là réside dans le fait qu’il faut éviter en quittant le « tout marché coutermiste-déréglementation maximale » » d’aller vers son antipode qui est le tout-État-planificateur tout puissant, qui s’est effondré il y a 20 ans, Qu’est-ce qui va nous guider entre ces 2 pôles ? Même question pour les 2 pôles du local au global?

    Ce qui différencie le monde interconnecté en temps réel actuel, c,est qu’il opère de plus en plus selon une logique de réseaux (plutôt que la seule logique d’une hiérarchie de commande et de contrôle) à savoir que la stratégie de développement s’y déploie selon une logique d’insertion stratégique, beaucoup plus que selon une logique d’intégration et d’exclusion. Les communautés deviennent de plus en plus une question d’adhésion plutôt que des communautés d,enracinement ou des sociétés où les gens sont considérés comme de simples facteurs de production déracinés, inclus ou marginalisés.

    Les entreprises apprenantes (Olivier Favereau-Nanterre) et les milieux innovateurs (Denis Maillat-Neufchatel ou Pierre Veltz- Paris) deviennent les matrices d’adaptation et de gouvernance. C’est ainsi que ce qui compte le plus maintenant, c’est l’écosystème relationnel (richesse des connexions internes d’une communauté, d’une région , ou d’une entreprise ainsi que richesse des connexions externes de ces entités). C,est là que s,exerce la complexité, qu’elle doit pouvoir se développer ( 1- enrichissement des connexions 2- complexité structurelle (existence de touts, d’écosystèmes interconnectés, plus d’un niveau d’organisation impliqué) 3- complexité dynamique (grand nb de connexions et compl. struct0 amène une certaine imprévisibilité de l’évolution 4- il y a une relation paradoxale entre les niveaux, le global (environnement) contient le local qui contient du global.)

    Vous proposez d’introduire des modes différents de financement et de soutien de projets… manière d’introduire du capital patient qui agit en fonction d’autres règles que le seul unidimensionalisme du capital financier à cout terme. Ces suggestions constituent aussi des moyens de temporiser les conséquences des oscillations dévastatrices et des incendies dont je parlais au début. Idéalement il serait souhaitable que ces projets à soutenir soient des émergences provenant des milieux ou aient un lien avec… et que les niveaux politiques de concertation les détectent (Pierre Veltz- Des lieux et des liens- Politiques du territoire à l’heure de la mondialisation »)….. dans un objectif de mieux-vivre comme vous l’indiquez et en profiter pour se débarrasser de boulets actuels avec un horizon de moyen terme

    Il se fait tard ici, je vais terminer avec les 4 fondamentaux : je suis d,accord mais je me pose des interrogations

    - la conscience planétaire post-Kyoto

    (il y a aussi des cataclysmes culturels à réparer… autochtones des Amériques par exemple… ils avaient un continent)

    - dans l’équilibre intercontinental (l’Europe est une entité richement articulée; la Chine m’apparaît une entité dominée par une hiérarchie; les États-Unis sous Bush sont très déconnectés de plus de 25 pays des Amériques… mais très articulés avec Canada et dans une moindre mesure Mexique… Il y a un problème dans ce dernier pôle,,, et un autre différent dans le pôle chinois, que fait-on…quelles sont les conséquences de ces modalités d’articulation différentes propres à ces 3 pôles ? est-ce que cela signifie que si par exemple on choisit une stratégie du type « mondialisation métissée », l’Europe sera perdante car les 2 autres pôles sont à un stade beaucoup moins avancé sur ce plan de la diversité métissée (le melting pot étatsunien nie la différence, ttrès réducteur de complexité)

    - la solidarité continentale (vrai pour l’Europe…., mais non souhaitée actuellement par la moitié des pays des Amériques,,il y a presqu’affrontement quant à la Chine je ne connais pas bien mon préjugé… bien des parties de l’empire n’en font pas partie de plein gré… alors quel est l’impact du choix de telle stratégie plutôt que telle autre

    - le respect des nations (si simple et si compliqué… la nation en France na pas le même sens qu’en anglais)

    Tout ça est un peu pêle mêle mais ce sont quelques interrogations qui surgissent à lune première lecture de vos réflexions.

    Je vous prie d’accepter mes salutations distinguées

    Alain Lavallée
    Québec

  2. jany guiot dit :

    Vos mots Mr. le Premier Ministre.
    Cette « planète de la diversité » a vocation à être promue par l’humanisme européen fondé lui-même sur le respect, l’équilibre et le dépassement grâce auquel la personne humaine s’élève par des projets qui la dépassent.

    La planete est diversite de facon  » sociale, societale et environnementale » le respect de ces differentes valeurs sont aussi « diversite »

    La democratie ne s’exporte pas, elle prend racine et grandit dans unenvironnement global « social, societalet environnemental » les traditions ont une grande importance.

    Le monde tend vers l’humanisme malgre lui, les valeurs communes reposent sur la prise de conscience de l’ego de chacun, des communautes, des nations, nous n’existons pas, nous n’evoluons pas sans les autres.

    l’humanisme est un dialogue de l’homme, des communautes, des regions, des pays, pour mieux prendre conscience de la vie en harmonie.
    Cette vie en harmonie, la relation entre pays, passe par la reconnaissance de l’autre dans sa difference, dans son identite, son spectre, « sociale, societale, environnementale »

    La democratie est un eveil des consciences qui prend racine dans chaque pays de nature differente, respectons les autres et donnons des signes de reconnaissance pour ouvrir le dialogue.

    Aujourd’hui nous en sommes en crise, crise de confiance sur une economie qui a oublie qu’elle vivait dans une societe du troisieme millenaire.
    Beaucoup de politiques, de chefs d’entreprises ont ete depasse, nous avons oublie de respecter les regles de la nature humaine.
    Les conseils d’administration ont oublie le role qui etait le leur.
    Les patrons, les syndicats commencent seulement a comprendre…

    Pour recolter, il faut respecter la nature, le terrain, les hommes…
    Ne jamais oublier qu’apres la recolte, il faut reinvestir dans la prochaine recolte…
    Laisser a la nature le temps de son equilibre…

    Aujourd’hui, le monde est en crise de croissance, il s’eveille…
    Nous avons besoin de GRANDS HOMMES POLITIQUES, INDUSTRIELS DE PROGRES pour accompagner le devenir.

    Un Grand Homme c’est avant tout un homme ordinaire qui a compris qu’il doit oublier son ego pour prendre l’habit de son role.

    Au-dela des clivages, au-dela des ego, il y a la fonction.

    Quel beau monde nous aurions si l’homme puisait ses mots a la source !

    jany guiot

  3. jany guiot dit :

    Sur le chemin de la vie, j’ai pu remarque que c’est dans la plus grande adversite, dans le chaos, que les choses prenaient formes…

    Dans un moment de crise grave, il est donc souhaitable de ne pas crier comme les poules mais de regarder les elements et de manoeuvrer…avec…dans une attitude de confiance…

    La confiance, c’est l’esprit qui habite la forme,
    Qui illumine la matiere, les elements…
    Un souffle, un espace d’eternite,
    La dimension du coeur…

    Encore des mots sans accents….un salut fraternel du Nigeria aux amis (ies) de ce blog.

    jany guiot

  4. jany guiot dit :

    la vie est un chemin de rencontre…
    L’inconnu nous fait decouvrir le doute, la peur, la mort…
    Le connu se fait matiere…
    Au-dela du doute, de la peur, de la mort, il y a l’esprit…

    L’homme est avant homme, il sera toujours fait de doute, de peur, de mort…
    Il est poussiere !
    Sa dimension est dans l’esprit, dans la source…

    Laissons la source s’ecouler dans nos jours,
    Sans a priori, sans rien attendre,
    Son parfum, ses lumieres, ses chants d’oiseaux…

    jany guiot

  5. Alain Lavallée dit :

    Bonjour Monsieur le premier ministre,

    peut-être deux commentaires s’inscrivant dans la lignée de la nécessité d’instaurer des coupe-feu afin d’éviter la propagation de catastrophes et dans la lignée de « re-réglementations nécessaires ».
    Vous avez souligné précédemment que la crise qui est partie du modèle états-unien avant de se propager à de nombreuses économies un peu partout sur la planète était caractérisée par un problème de surconsommation—menant à un surendettement (des ménages entre autres)…
    Le modèle étatsunien dans la foulée des déréglementations et de la financiarisation a entraîné une dérive incroyable dans l’envol des rémunérations des PDG et des cadres supérieurs depuis 30 ans aux USA…parallèlement dans plusieurs États il n’y avait aucun salaire minimum prescrit… ce qui a fait que les écarts entre la rémunération moyenne des PDG est passée au cours des dernières décennies de 50 fois à 100 fois, puis 200 fois…. et de 2004 à 2007 a dépassé les 450 fois et davantage le salaire moyen des ouvriers….. ce qui est surréaliste…… d’où une partie du surendettement de ceux qui sont en bas de l’échelle et la consommation hyper-ostentatoire de ceux qui sont en haut, a mené aussi au surendettement des entreeprises, les dirigeants faisant des prises de contrôle à coups de milliards $ car le chiffre d,affaires grimpaient et leurs rémunérations au « rendement » évalué par le chiffres d’affaires grimpait…

    Ce qui a été dévastateur c’est que cela s,est étendu à 50 états homogènes (USA) ou presque en concurrence de déréglementation les uns par rapport aux autres dans un contexte de très basse complexité (même langue, même règles, mêmes valeurs, mêmes aspirations au toujours plus ….) d’où chaîne amplificatrice plus longue touchant 300 millions de personnes… crise de dettes provoquée en partie parce que dès 2003 on a assouplit le crédit afin d’éviter que la bulle immobilière ne crève (comme au Japon en 1990 )… des dizaines de millions d’États-Uniens sans SMIC qui se payent des maisons à des prix de dirigeants … tôt ou tard ça fait problème et le problème a frappé avec plus d’ampleur à la fin 2007… parce que tout était irréaliste (surendettement, surconsommation… écart salarial)

    re-réglementer …l’Union européenne a une plus grande diversité culturelle (des langues différentes, des cultures différenttes, des valeurs différentes, des modes de vie plus variés) certains pays peuvent avoir des écarts salariaux entre ouvriers et patrons de 50 fois, 40 fois , 30 fois, 80 fois,,,, mais pas 400 fois. dans un archipel culturel de 20 ou 30 millions de personnes il y aurait eu des protestations qui auraient imposer un « plafond d’écart salarial » »…

    Un moyen de protéger la diversité et la complexité c,est de protéger et valoriser les langues qui sont le support de cultures différentes… et des valeurs différentes émergent… des écosystèmes socio culturels variés peuvent se déployer… ce qui ne peut presque pas se faire aux États Unis car la complexité et la diversité est réduite au minimum… une langue, le moins possible de règles, concurrence de tous contre tous,(melting pot) où l’on ne se différencie plus par la qualité différente d’être ou de valeurs mais plutôt par la quantité… d’où la surconsommation et les dérives surréalistes et catastrophistes du modèle étatsunien

    un danger pour l’Europe… se réduire à la même langue…. mène à moyen terme à même valeurs de repère. Encourager la diversité au sein de l’Europe c’est aussi encourager un plurilinguisme où quelques langues majeures deviennent des passerelles d’archipels culturels variés (français-allemand, français-espagnol, français anglais, etc….).

    Deuxième commentaire, je ne pense pas que la continentalisation tout azimut soit une solution. Il n’y a que l’Europe qui soit un véritable continent, et dans un modèle différent la Chine. Dans un monde de réseaux… il faut aller vers d’autres réseaux avec qui on souhaite adhérer… externes aussi… par exemple ce peut être l’embryon d,entente France Québec qui pourrait s’étendre à leurs continents respectifs, ce pourrait être Europe… et le rassemblement d’États qui s’inscrit dans la foulée du Mercosur latino-américain…. car la Chine avec son milliard d’habitants se positionne partout sur la planète « Amérique latine » « Afrique »… l’Europe a suffisamment de diversité pour établir quelques réseaux externes mais en même temps il doit y avoir certains choix… (trop de diversité disperse…).

    Je vous prie d,accepter mes salutations,et je vous souhaite un colloque enrichissant cette fin de semaine

    Alain Lavallée

    Québec

  6. Jacques d'Hornes dit :

    Bonjour Monsieur le Premier Ministre,

    J’attendais l’intervention du Président de la République pour apporter ma contribution à votre billet. Je ne peux pas dire que je sois enthousiasmé, son discours me fait penser à celui d’un candidat aux présidentielles qui prône la rupture. Une nouvelle fois beaucoup de blabla et d’effervescence pour peu de concret, il y a du bon, du moins bon mais également du nul…et surtout un plan de relance à longue échéance alors qu’une crise demande une réaction urgente pour faire repartir la croissance.

    En effet j’aurais pensé, compte tenu de la crise financière mondiale, que notre Président et son Gouvernement aurait mis le « paquet » pour sortir notre Pays de cette mauvaise passe et relancer au plus vite une croissance en berne et cette croissance ne peut venir que de notre commerce intérieur. Pour y parvenir il n’y avait pas trente six solutions, d’autres pays l’ont bien compris en baissant leur taux de TVA, il fallait booster le pouvoir d’achat des ménages. Alors certains diront qu’en baissant la TVA nous avantageons la Chine ou l’Allemagne nos principaux fournisseurs, pas nécessairement nous n’étions pas obligés d’appliquer une baisse de la TVA sur tous les produits mais l’on pouvait très bien privilégier les produits français, il fallait jouer à fond la pro-consommation française des produits de notre agriculture, de l’agroalimentaire et de la pêche par exemple, en période de fêtes ces produits auraient trouvé acquéreurs et le peuple s’en serait sans doute réjoui, alors que les quelques privilégiés qui percevront une prime exceptionnelle de 200 euros devront attendre fin mars/début avril 2009 pour en voir la couleur, ça va beaucoup moins vite que lorsqu’il faut régler un PV. La confiance d’un peuple ne méritait-elle pas que l’Etat débloque quelques milliards pour le faire….surtout qu’il était assuré par ce biais d’un début de retour de croissance. Ne dit-on pas que le pessimisme c’est le manque de confiance, tout simplement parce que le Président et son Gouvernement ne rassurent pas les français avec certaines mesures.

    Si l’on peut se réjouir de certaines mesures prises, un minimum, concernant différents investissements dans de gros travaux publics dont j’avais fait mention dans mon billet du 16 novembre à 07H46 dans « Nous n’échapperons pas à un plan de relance » notamment dans les transports, dans l’habitat, etc, le reste fait l’effet d’un coup d’épée dans l’eau et ce n’est pas la prime à la casse de 1000 euros qui permettra une relance de l’automobile, il aurait sans doute mieux valu une baisse notable de la TVA qui aurait eu sans doute beaucoup plus d’impact sur la vente de véhicules encore que l’automobile n’est pas la priorité actuelle des ménages, loin s’en faut, et surtout avec quel argent….

    Dans votre billet, vous dites que le politique n’est pas innocent de la crise que nous traversons en appuyant notamment sur le fait suivant « permettre à des électeurs américains non solvables de devenir propriétaires, c’était une promesse électorale ». Que penser du doublement des prêts à taux 0% pour l’accession à la propriété formulée par le Président, il pousse au crédit alors que c’est la base de la crise américaine, et de nombreux français même certains solvables ne sont pas mieux lotis que ces américains qui ont tous perdus, car je pense et je l’ai déjà dit dans l’un de mes billets qu’il ne faut pas croire que l’accession à la propriété soit ouverte à tout le monde. C’est une ineptie : pour pousser à la consommation on donne de nombreux avantages, prêts à un taux dérisoire, APL, avantages familiaux et fiscaux, etc… et puis le jour à l’intéressé a terminé le paiement de son logement et qu’il peut vivre des jours heureux, il arrive à la retraite avec une baisse de ses revenus, un appartement trop grand mais dont il ne veut pas se séparer pour la seule raison de pouvoir recevoir ses enfants et petits enfants une fois par an, ses enfants ont quitté le domicile d’où une perte de parts fiscales, surviennent alors bien souvent un ravalement de façade (pas gratuit, je subis actuellement le mien et il me coûte 4600 Euros), réfection de la toiture de l’immeuble, ou une mise en conformité d’un ascenseur, etc… et les intéressés se retrouvent avec un couteau sur la gorge alors qu’ils se sont privés toute leur vie. Ne croyez vous pas qu’il faudrait peut-être réfléchir avant de proposer certains plans.

    Bien amicalement

    Jacques

  7. Jacques d'Hornes dit :

    Bonjour Monsieur le Premier Ministre,

    J’apporte une petite précision à mon billet précédent dans lequel je regrette que le Président n’a pas fait un geste pour le pouvoir d’achat.

    On privilégie l’investissement au détriment du pouvoir d’achat, c’est très bien et je comprends très bien que l’Etat privilégie ses intérêts mais on pouvait également rendre du pouvoir d’achat intelligent, c’est comme cela que l’on ramène de la confiance à son peuple. Je ne suis pas un économiste aguerri mais ça ne m’empêche pas de raisonner intelligemment. La production dépend de la consommation donc de la demande. J’ai également dit dans mon précédent billet qu’il fallait privilégier la pro-consommation française. Prenons par exemple le ravalement de façade dont je parlais dans mon billet, qui me coûte 4600 Euros avec une TVA à 19,6 %, avec une TVA à 5,5% et je ne suis pas partie prenante puisque c’est fait mais j’aurais économisé 700 Euros que j’aurai sans doute dépensé autrement. Par ailleurs, ce ravalement de façade a procuré du travail à une société française employant en principe des salariés français, mais il a également eut lieu en raison d’un vote positif lors d’une réunion de copropriétaires, or je suis persuadé que si ce vote avait lieu actuellement en pleine crise financière il aurait était négatif les citoyens privilégiant leur pouvoir d’achat et cette entreprise n’auraient pas effectué les travaux entraînant sans doute une mise au chômage de son personnel et peut-être un dépôt de bilan alors que si par exemple on ramène cette TVA à 5,5 % durant une période limitée la décision de l’assemblée serait favorable.
    Il y a quantité de petites mesures comme celle-ci qui peuvent être bénéfiques pour notre pays et relancer la croissance et l‘éventail est vaste. Je pense que nos dirigeants seraient bien inspirés à ne pas mettre toujours les œufs dans le même panier.

    Très amicalement

    Jacques

  8. Mistral dit :

    Je suis d’accord avec Jacques.

    L’Etat privilégie ses intérêts, cad Bercy, ses fonctionnaires.

    Un exemple : quand la crise nous est tombée dessus, les Assedic cad l’Unedic nous a décalé le paiement des cotisations du troisième trimestre exigible en octobre d’un mois pour les PME de 20 salariés.

    Pareil pour les caisses de retraites, qui sur un simple courrier nous décale sur trois mois le paiement des cotisations du 4eme trimestre exigible en janvier.

    Ce sont des actes simples, qui ne coute pas un centime puisque les PME paient au bout du compte, mais qui nous donne un peu d’air en trésorerie.

    Et puis aussi un peu de baume au cœur quand on se sent aidé pour une fois dans ce pays !

    Quid de l’Etat ? Quid de l’URSSAF et de la TVA ???

    Rien que dalle !

    On nous parle de plan de milliard et Cie, de mesure technique, et quand il s’agit d’une mesure simple, efficace, rapide, il n’y a plus personne.

    Je rappelle que la LME s’applique au 1er janvier et que nous allons subir un raccourcissement des délais de paiement alors que nos clients dont les marchés ont été signés en 2008 continueront à nous payer à plus de 60 jours.

    Eric Woerth que j’ai entendu à Nîmes jeudi soir ne m’a pas convaincu.

    Malheureusement à mon avis, il écoute un peu trop les fonctionnaires qui l’entourent.

    J’espère pour notre pays que mes confrères et moi même allons tenir, car si les PME s’effondrent que va t’il se passer ???

    J’ai le sentiment que si il n’y a pas massivement et rapidement une diminution du nombre de fonctionnaire et des charges et des impots associés, nous risquons de connaitre des lendemains difficile voir tragique.

  9. Rochefort Cécilia dit :

    Monsieur Raffarin, un petit commentaire (ou un billet) concernant votre proposition de fusionner Poitou-Charentes et Aquitaine ??
    Lire : http://www.lepetiteconomiste.com/Dominique-Bussereau-et-Jean-Pierre,1188

    Merci
    Cécilia Rochefort
    http://www.lepetiteconomiste.com

  10. Jacques d'Hornes dit :

    Bonjour Monsieur le Premier Ministre,

    Petites anecdotes.

    La prime à la casse de 1.000 euros…
    L’une des catégorie de personnes qui possède un véhicule de plus de 10 ans est celle des retraités qui entretiennent régulièrement leur véhicule en bon état qui leur sert surtout pour faire de petits trajets (courses, promenades, etc…) et une à deux fois par an ils prennent la route pour aller rendre visite à leurs enfants pour voir leurs petits enfants. Je discutais de cette mesure avec l’un de mes amis qui a 75 ans que je rejoins tous les matins à la plage où nous nous baignons dans une eau à 15° après qu’il ait fait son footing de 5 Kms, donc possédant une très bonne condition physique et par là même une bonne santé et il m’a dit la chose suivante et pourtant je sais qu’il a apporté sa voix au Président, « Ils me font rigoler lui et le Premier Ministre, toujours les mêmes discours et toujours plus d‘injustices, il faut que l’on fasse toujours plus mais avec toujours moins, à chaque fois ils nous rabâchent qu’il faut aider les entreprises et faire de la solidarité, et bien pour commencer avant de donner des conseils ils seraient bien avisés de se les appliquer. En ce qui concerne cette prime à la casse, pour ma part je veux bien changer ma voiture qui a 11 ans mais je la paie comment, tous les mois je vois mon pouvoir d’achat diminuer, et si je m’adresse à ma banque pour avoir un prêt, elle me rétorque que je suis trop âgé, cherches l’erreur : alors que la durée de vie augmente il y a toujours la même limite d’âge pour les prêts ».

    Nous avons poursuivi notre conversation ô combien intéressante. Cet ami était assez remonté et a ajouté ceci : « de toute manière, que je le veuille ou non, je vais les aider quand même car étant imposable, comme il (sous-entendu NS) a suggéré aux collectivités territoriales d’apporter leur contribution, j’en serai encore de ma poche lors des prochaines impositions (taxes foncière et d’habitation) ». Je lui ai également demandé des nouvelles de son épouse, je ne vous dis pas le juron qu’il a proféré à son endroit, pourtant il l’adore et pour cause ils sont mariés depuis 53 ans, il m‘a répondu qu‘elle était toujours dans ses tricots, elle s‘est mise dans la tête de faire des pulls pour ses petits enfants pour Noël, « que veux-tu nous n‘avons plus les moyens de leur faire un chèque alors on compense autrement » m’avait-il dit il y a quelques temps.

    Nous avions passé un moment agréable car nous avions aussi discuté de Sports et des derniers résultats, mais à travers cette discussion le malheur est de constater que cet ami n’est pas le seul dans ce cas là et le pire c’est qu’il fait parti d’un grand nombre de nos concitoyens qui ont voté pour notre Président de la République en mai 2007 (fort pourcentage) je doute qu’il en soit de même aux prochaines échéances à force de multiplier les injustices en oubliant toujours les mêmes et en les mettant toujours davantage à contribution, mais c’est-ce que certains appellent la solidarité, drôle de définition…

    Bien amicalement

    Jacques

  11. Jacques d'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Cher Monsieur le Premier Ministre,

    J’apporte une petite remarque sur mes billets.

    Vous avez dû remarqué que bien souvent j’essaie d’étayer mes divers commentaires avec des exemples ou des anecdotes très souvent d‘actualité mais également qui me semblent pertinents, ceux-ci n’ont pas pour but de critiquer la politique menée par le Chef de l’Etat ou le Gouvernement que bien souvent j’approuve et je soutiens, mais pour essayer de démontrer que si régulièrement il y a de bonnes idées, elles ne sont pas toujours exploitées à fond et pêchent parfois dans leur champ d’application tout simplement parce qu’elles ne sont pas assez réfléchies ou alors exploitées dans la précipitation ou encore pour essayer de compléter certaines mesures qui les rendraient plus équitables.

    Les politiques ont souvent de bonnes idées mais j’ai souvent remarqué qu’ils manquaient également de méthode ou d’organisation dans la manière de les mettre en place. Ceci me fait penser à une autre remarque que vous aviez faite quand vous étiez l’hôte de Matignon à savoir que bien souvent de bonnes remarques et réflexions provoquaient certaines réformes ou mesures mais qu’en conclusion elles n’amenaient pas toujours les résultats escomptés.

    C’est le gros problème de la technocratie. Ce système dans lequel les responsables politiques ou administratifs sont des spécialistes qui donnent la priorité aux aspects techniques des problèmes en négligeant trop souvent les réalités humaines. Il existe toujours quelques subtilités, quelques cas particuliers qui bien souvent touchent un plus grand nombre de personnes que l‘on ne pense et qui se retrouvent dans l‘embarras. Cela ne s’acquiert que sur le terrain et non dans les couloirs d’un Ministère ou d’une Assemblée.

    Ceci est d’autant plus regrettable quand il s’agit de décisions prises au plus haut niveau de l’Etat où l’avenir de notre Pays et de ses sujets est en jeu et cela se produit de plus en plus fréquemment depuis mai 2007, où bien des décisions ne sont prises qu’en comité restreint et amènent des polémiques. Nous pouvons avoir un Président super actif qui, plus est, possède de fortes convictions et qui veut également aller vite, mais s’il s’est entouré de personnes qui ne voit que par lui, qui ne jure que par lui, il ne reste plus grand place pour déceler la petite erreur ou l’oubli qui peuvent faire capoter un excellent projet ou léser une partie des citoyens. Il faut davantage de diversité dans la réflexion et dans l’action et également en prendre le temps même dans l’urgence : ne pas confondre vitesse et précipitation.

    Vous me direz que la réforme de notre Constitution pourvoit à ma requête. Je vous répondrais « oui, en partie » dans la mesure où les Parlementaires s’expriment avec leurs convictions et non en suivant la doctrine du parti. Et il reste également un certain nombre de décisions qui sont prises en catimini et ce sont souvent sur celles-ci que l’on trouve à redire.

    J’ajouterais également qu’un peu plus d’humanisme et d’équité de la part de nos dirigeants ne feraient pas de mal et notre pays s’en porterait sans doute beaucoup mieux.

    Bien amicalement

    Jacques

Laisser un commentaire


 
 

Recherche

 

Calendrier

décembre 2008
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Syndiquer ce Blog