Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

17 commentaires

  1. Claire Mermet-Maréchal dit :

    Bonsoir Monsieur RAFFARIN,

    Cette question demande réflexion. Vous avez à ce sujet parfaitement raison.

    Personnellement, comme vous, j’y serais partisante en ce qui concerne les élections des députés et des sénateurs.

    Mais, car il y a un mais, si vous visionnez ce qui s’est passé dans ma contrée, que vous connaissez, nous étions très mal sans « les petits arrangements » en ce qui concerne le Conseil Général.
    Il manquait une voix aux uns et une voix aux autres.

    Le suspens était entier entre les deux tours…et….a accouché d’un demi : ouf…. »

    Septembre a vu tomber un ami qui nous est commun au deuxième tour. De là est née une belle zizanie, d’ailleurs pas très catholique!.

    Les mêmes petits arrangements vous ont éloigné, à mon grand regret, du poste où, déjà, je vous immaginais très bien.

    Depuis, je sais qui j’aime, où dont mes amis, mais j’ai beaucoup de bleus au coeur.

  2. Bruno Bernard dit :

    Bonjour monsieur le Premier ministre,

    autant j’ai applaudi à votre analyse sur le fait que l’UMP était un parti de premier tour et qu’elle connaissait les pires difficultés en l’absence de réserve de voix, autant je ne crois pas qu’adapter la totalité de notre système démocratique en fonction de cela soit la bonne solution.

    Le second tour d’une élection n’est pas uniquement le lieu du chantage par les plus petites formations politiques mais aussi l’occasion pour un camp politique de se rassembler au délà de ses différences.

    D’ailleurs qui peut dire qu’aujourd’hui en France, les petits partis ont un rôle d’arbitre?

    Vous prenez en exemple le système britannique du « first past the post » (le candidat arrivé en tête au premier tour est élu) qui a le mérite de dégager des majorités claires.
    Tout d’abord une petite précision car cela n’est pas tout à fait vrai, la possibilité d’un « hung parliament » (parlement sans majorité claire) existe toujours malgré ce système. De plus le système britannique n’est plus du tout bipartite mais tripartite avec un parti Libéral-Démocrate qui fait entre 15 et 25% aux élections.
    Ma réflexion sur ce système est la suivante si cela permet une plus grande lisibilité, cela ne permet pas, à mon sens, de dire qu’il soit plus démocratique. En effet, le candidat arrivé en tête est rarement élu à la majorité et ses adversaires peuvent totaliser plus de voix que lui au final. C’est un peu la situation de l’UMP dans ses élections européennes, en tête avec 30% mais absolument pas majoritaire dans le pays.

    Je tenais à partager ces réflexions avec vous et j’espère qu’elles vous seront utiles.

    Très cordialement

  3. Dimitri dit :

    Quitte à changer, je serais plutôt favorable au scrutin à vote unique transférable (« Single transferable vote », en anglais), qui se déroule aussi en un seul tour.
    J’ai l’occasion de le voir régulièrement à l’oeuvre, puisque je vis en Irlande, et son fonctionnement me semble un bon compromis entre représentativité et stabilité des majorités.
    Ne serait-il pas une alternative préférable à celle du scrutin britannique ?

  4. jacqueline de paris dit :

    Bonsoir monsieur premier ministre,

    C’est une bonne réflexion ce que vous venez à nous découvrir laquelle va donnée un vrai souffle les nouveaux conseilles généraux. Mon avis ce sera mieux, pour un changement au fond de seuil. Par ailleurs, il fallait le revoir aussi certains texte de loi (code électoral). Personnellement au débat aussi de vote des étrangers, dehors de communauté européenne, je suis contre, car ce pourra dans certains commune, la vote sera manipuler et certainement on verra l’alimentation de clientelisme.
    Inspirée de vous, je pense d’aller plus loin, que serait une belle proposition pour les législatives.
    Les Sarkozists, avec leurs volontarismes, devrient continuer les reformes en se les comparant avec les réussîtes aux nos voisins.
    Meilleurs souhaits à vos réflexions sages.

  5. PILLET Michel dit :

    Merci de bien vouloir modifier ma nouvelle adresse e-mail, à savoir michel.pillet@sfr.fr.
    A noter que mon ancienne adresse e-mail « …@tele2.fr » cessera de fonctionner courant juin prochain.

    Cordialement.

    Michel PILLET

  6. Jacques d'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Cher Monsieur le Premier Ministre,

    Chaque règle a ses avantages et ses inconvénients.

    Dans la mesure où l’on privilégie les scrutins majoritaires aux scrutins proportionnels pour faciliter la gouvernance par rapport à la représentation, je pense que nous devons jouer cette carte à fond c’est-à-dire un scrutin à un tour qui, je crois, mobilisera davantage les électeurs dans un Pays où le vote n’est pas obligatoire.

    Par ailleurs, le scrutin à un tour a l’avantage d’éviter certaines « magouilles » entre deux tours, comme c’est trop souvent le cas notamment lors d’élections municipales, qui n’amènent bien souvent que quelques arrangements implicites qui entraînent par la suite des désaccords provoquant à plus ou moins longue échéance des démissions et des remaniements qui gênent considérablement l’équipe dirigeante.

    Je pense qu’avant tout, il faut être honnête avec les citoyens et bien définir les règles de scrutins pour lesquels ils sont amenés à s’exprimer.

    Bien amicalement.

    Jacques

  7. SEDAT dit :

    Bjr Jean-Pierre Raffarin…!

    J’ai apprécié la déclaration de Michel Barnier dernièrement à propos des partis d’oppositions,moteur de la démocratie,en les comparant à des joueurs de touche assis sur leur banc critiquant leur propre équipe de France de Football évoluant sur le terrain européen,quand on est dans la même équipe,nous ne devons de ne pas critiquer sa propre équipe mais être derrière elle,pour assurer la victoire du leadership présidentiel,union de la majorité…!

    Mais vous savez,les français sont compliqués dans leur tête,ne palabrons pas,comme dirait François Fillon,gagnons du temps,excellente journée,@+,Reynaldo.

  8. Le Normand dit :

    Monsieur le Premier Ministre,

    Quelle est votre retour concernant le rapport Balladur. Il est surprenant mais vous n’avez pas rédigé de billet sur le sujet. Il semble que le sujet dérange nos élus (Alain Lambert n’a aussi rien rédigé). Pouvez vous nous donnner votre vision de la france territorialle de demain ? Regions et départements fusionnées ? Des conseillers élus sur un territoire ? Clause de compétence ? Moins de régions ? Pouvez vous nous dire quelles sont vos convictions sur le sujet.

    Merci

  9. Jacques d'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Monsieur Le Normand,

    Vous êtes impatient ! Attendez que le projet pour la réforme des collectivités locales reviennent sur le devant de la scène, pour l’instant il ne semble pas être à l’ordre du jour.

    Monsieur le Premier Ministre s’est déjà largement exprimé lors de son audition par le Comité pour la réforme des collectivités locales (Comité Balladur) dont vous trouverez le lien ci-après :
    http://www.reformedescollectiviteslocales.fr/actualites/?id=59

    Par ailleurs, lors de la parution des 20 propositions du Comité, il me semble qu’il avait proposé un référendum pour la fusion des régions et notamment celle entre les Régions Poitou-Charentes et Aquitaine.

    Bien amicalement

    Jacques d’Hornes

  10. Jacques d'Hornes dit :

    Monsieur Le Normand,

    Petit additif à mon billet précédent.

    Je vous joins deux nouveaux liens qui devraient vous permettre de patienter.

    http://www.dailymotion.com/video/x81aeb_reforme-des-collectivites-locales-j_news

    http://discours.vie-publique.fr/notices/093000516.html

    Bien amicalement

    Jacques d’Hornes

  11. DOUCET Christian dit :

    M. Jean-Pierre RAFFARIN,

    J’apprécie depuis longtemps tout particulièrement votre clairvoyance, votre bon sens et votre modération, vertus qui manquent à beaucoup en politique (et pas seulement en politique !)

    Toutefois je serais moins d’accord sur le changement proposé (mais je trouve que c’est tout à votre honneur de consulter la « base » sur le sujet).

    Il me semble que le scrutin actuel en deux tours fonctionne bien. Il permet de rassembler progressivement les français, traditionnellement émiéttés entre une infinité de partis, et d’aboutir à une majorité de gouvernement. Il concilie ainsi diversité et liberté avec efficacité.

    Il permet également, en démultipliant les débats et avec une certaine dramatisation progressive, de mieux sensibiliser les citoyens aux enjeux.

    Il permet enfin de rattraper les erreurs du premier tour (pensons à la percée du FN lors du premier tour des élections présidentielles 2002).

    Par contre, ne pourrait-on pas, comme aux Etats-Unis, s’orienter vers un regroupement de tous les scrutins ? Cela permettrait d’avoir une majorité cohérente à tous les niveaux à l’instant T et donc une efficacité gouvernementale maximale. La multiplicité des échelons : national, région département, collectivité de communes, commune… devient paralysante lorsqu’ils ne sont pas cohérents entre eux.

    Il me semble que cela fonctionne bien aux USA et,personnellement, je pense qu’au lieu de rechercher la singularité (l’ »exception française ») il vaut toujours mieux s’inspirer de ce qui fonctionne bien ailleurs (quitte à adapter les modalités).

    Toutefois, afin d’éviter les excès qu’un tel « monothéïsme » pourrait entraîner, il faudrait en contrepartie faciliter les référendums d’initiative populaire, ce qui pourrait être de nature à créer un contre-pouvoir.

    Si vous en avez la patience, vous pouvez consulter mon propre blog « le vilain petit canard » (http://levilainpetitcanard2.blogspot.com/) dans lequel j’essaye également, mais avec certainement moins de profondeur et de talent que vous, d’oeuvrer dans le bon sens.

  12. Dan Sprinceana dit :

    Pétition Parc de Saint-Cloud, la SCULPTURE en danger !
    OBJET : Pétition pour la sauvegarde du lieu de création dédié à l’art plastique du Parc de Saint-Cloud, lieu peut-être unique en France. Sculpteur moi-même, je suis le créateur et l’animateur de l’atelier de sculpture du parc depuis 7 ans. Mes actions ont permis de réaliser deux résidences d’artistes (50 jeunes créateurs européens), deux concours internationaux de sculpture,  » Mémoire de racines  » et  » Brancusi, hommage et héritage « , et trois expositions réunissant plus de 100.000 visiteurs. Les médias français se sont beaucoup intéressés à cette activité : 5 reportages télés et une émission en direct, 10 radios et plus de 50 articles dans la presse écrite et web… Au moins autant à l’étranger ! Aujourd’hui ce lieu est menacé de disparaître par « caprice » administratif !

    De plus, dans le schéma de développement de la  » Vallée de la Culture  » de Val de Seine, les souhaits du Président de la République et du Président des Hauts de Seine seraient de transformer ce parc en Parc de Sculptures. Maintenant que l’édifice commence à se construire, l’administrateur du domaine national de Saint-Cloud, par orgueil et rancune sans doute, veut « virer » le sculpteur, tout simplement ! Il a même réussi à convaincre sa hiérarchie, le Centre de monuments nationaux. Quelle « ténacité ».

    Mes chères amies, mes chers amis, Mesdames et Messieurs,

    Voilà, après tant d’années je suis sommé de quitter les lieux avec mon matériel et 50 sculptures monumentales, sous 10 jours ! Le bulldozer administratif s’est mis en marche !

    C’est d’une inélégance incroyable, tant sur la question financière à plus de 60 ans, que sur le plan de l’éthique en général, après tant d’années de collaboration fructueuse, honnête et très souvent non rémunérée !

    Sauf si grâce à cette pétition j’obtiens un nombre important de signatures afin de convaincre l’administration du bien-fondé de ma demande d’obtenir une concession (voir détails sur mon site), afin de pérenniser cette activité. Plus il y a de signatures… et plus la chance d’arrêter le bulldozer grandit. Envoyez ce mail à toutes vos relations et amis afin que je puisse obtenir un très grand nombre de signatures.

    NOUVEAU : le film documentaire  » Mémoire de racines « , est visible sur le web (il y a un lien sur la première page de mon site), un grand souvenir, à voir et à revoir.

    Je vous remercie vivement par avance,
    Dan SPRINCEANA
    3, place du 18 juin 1940 75006 Paris
    06.37.35.17.88
    dan-s@wanadoo.fr

    L’appel à soutien, la source du « contentieux », la pétition, les résultats actuels… et plein d’autres info sur : http://www.dansprinceana.com

  13. daniel DELVERT dit :

    Je suis à la fois étonné et satisfait de lire des écrits qui, de la part de JP Raffarin, semblent montrer la préférence pour la proportionnelle dans les élections.
    Etonné car c’est tellement nouveau de voir des personnalités politiques issues de l’UMP s’engager pour une réflexion sur cette voie. Satisfait que ce soit JP Raffarin que je connais depuis 1977 qui en soit l’auteur.
    Les éléments plaidant en faveur de ce mode de scrutin sont très nombreux, mais je me centrerai sur un seul élément. Trop d’électeurs désertent les bureaux de vote ou critiquent la politique à cause du manque de renouvellement de ses représentants.
    JPR appuie sa réflexion sur le modèle britannique, comparons-nous un instant avec l’Espagne qui utilise le scrutin proportionnel pour la plupart des ses élections, sans circonscription.
    Felipe GONZALEZ a fait 4 mandats comme Président du Gouvernement, il gouvernera de 1982 à 1996. Il est né en 1942, il sera élu Député à 35 ans (1977), il gouvernera à 40 ans jusqu’à l’âge 54 ans (de 1982 à 1996). Après 4 mandats, il quitte le pouvoir à 54 ans !
    José Maria AZNAR, né en 1953, fera 2 mandats à ce même poste. Il arrive au pouvoir à l’âge de 43 ans et repart 51 ans (1996-2004).
    José Luis ZAPATERO , né en 1960, actuel Président du Gouvernement est arrivé à ses fonctions en 2004 soit à 44 ans. Il a 49 ans à ce jour !
    Le scrutin de liste à la proportionnelle permet de placer en tête, donc de propulser ceux ou celles qui représentent le mieux les valeurs de leur parti politique. On n’en est plus aux listes de notables sur chaque circonscription électorale.
    Dans la vie professionnelle, on voudrait privilégier la mobilité géographique des managers. En politique française, la circonscription est le domaine réservé de ceux qui ne bougent pas de leur fief…
    Je ne sais pas trop si la France est « un vieux pays », je ne sais pas trop si c’est vrai ou non, je ne sais pas trop si c’est une qualité ou non.
    Mais je sais que la France a de vieux élus …
    Daniel DELVERT

  14. Jacques d'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Monsieur Delvert,

    Je ne pense pas que l’âge des élus influe beaucoup sur l‘efficacité à gouverner, par exemple vous avez souvent de jeunes élus que sont bien plus conservateurs que leurs aînés, le tout réside dans la politique menée et à mener face aux événements qui se présentent. Vous faites référence aux dirigeants espagnols, face à la crise économique mondiale à laquelle nous sommes confrontés, je n’ai pas l’impression que l’Espagne se trouve dans une situation plus confortable que la nôtre, bien au contraire.

    Ce problème de l’âge des élus, c’est un peu comme la parité homme/femme dans le paysage politique, ce n’est pas parce qu’elle sera respectée que nous serons mieux dirigés, je pense que la motivation et le désintéressement des élus sont beaucoup plus primordiaux. Des femmes et des hommes politiques sont aussi compétents que d’autres et vice-versa dans bien des domaines, que ces domaines soient ou pas plus appropriés à un homme ou à une femme. L’intérêt réside d’être au service de son Pays, de sa région ou de sa commune et de ses citoyens.

    Par ailleurs, sauf erreur de ma part, je ne pense pas que Monsieur le Premier Ministre ait abordé le mode de scrutins (majoritaire et/ou proportionnel ou encore mixte), je pense que dans sa réflexion il cherche à faire évoluer la procédure du scrutin majoritaire.

    Bien amicalement

    Jacques d’Hornes

  15. Benoit dit :

    Monsieur le Premier ministre,

    Pourriez-vous nous faire part de votre analyse s’agissant du scrutin sénatorial.

    Tout en maintenant un scrutin indirect, êtes-vous favorable à une désignation des sénateurs intégralement
    à la proportionnelle?

    En vous remerciant.

  16. Arnaud LEHMANN dit :

    Nous savons tous qu’il n’existe pas de mode du scrutin parfait. Pour autant, l’actuel scrutin à deux tours est préférable selon moi en ce sens qu’il permet tout de même de faire apparaître qu’il n’existe pas que les grandes formations. La vie politique française est diverse, c’est une richesse à laquelle elle ne doit pas renoncer. Il faut peut-être y mettre un peu d’ordre, mais pas de cette manière.

    Les petites formations ont la possibilité d’apparaître un peu grâce au scrutin à deux tours. Ce qui ne serait pas le cas dans le cadre du scrutin à un tour et je pense que cela renforcerait le phénomène du vote utile d’un côté et par ailleurs le camp des abstentionnistes.

    Les arrangements et magouilles existeraient toujours en coulisse, il en va ainsi de la vie politique. On négocierait le soutien de telle ou telle personnalité de telle partie dans tel coin contre celui d’un des siens ailleurs. Il n’y aurait guère de changement. L’existence d’un second tour les rends plus apparents avec les ralliements et appels aux votes.

    A l’heure actuelle, les moments d’élections sont les seuls instants où il est possible de voir un peu de diversité dans les propositions. On peut y trouver le plus farfelu, mais certaines propositions de petites formations politiques peuvent être intéressantes à étudier. Elles peuvent être plus innovantes que celles des grands partis qui n’osent déstabiliser leur électorat. Toutes ne sont pas bonnes à jeter.

    Le verrouillage des élections par le scrutin à un tour m’apparaît ainsi comme un recul en matière d’expression démocratique. Si à l’heure actuelle, on peut voir apparaître des candidatures fantaisistes, cela n’enlève en rien le plus qu’apporte l’élection à deux tours.

  17. Jacques d'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Monsieur Arnaud Lehmann,

    Vos réflexions sont assez pertinentes, toutefois je pense que la seule chose où vous n’avez pas tort est quand vous dites qu’il n’existe pas de mode de scrutin parfait. Pour le reste nous pouvons avoir des avis bien différents suivant de quel côté l’on veut se placer.

    D’une part, je ne pense pas que les petits partis attendent les élections pour montrer qu’ils existent, ils le font quotidiennement par le biais des médias, du net, dans la rue, etc…. Personnellement je préférerais les voir se faire entendre dans les hémicycles, lieux démocratiques et plus appropriés par excellence (une dose de proportionnel serait la bien venue).

    Par ailleurs, vous dites que les arrangements et magouilles existeraient toujours, en effet mais je pense que par honnêteté envers l’électorat il serait préférable qu’ils prennent forme avant les élections qu’entre deux tours, car sans doute que certains indécis s’ils les connaissaient avant de mettre leur bulletin dans l’urne au premier tour voteraient peut-être autrement et notamment lors des élections municipales où beaucoup d’électeurs ne votent pas pour un parti mais pour un projet.

    Ensuite, vous parlez de verrouillage par le scrutin à un tour, oui mais le but recherché est de donner une majorité à la gouvernance, ce qui implique que des réformes pourront être adoptées ou des lois pourront être votées avec beaucoup moins d’obstructions que ce n’est le cas actuellement, ce qui n’empêchera pas un vote sanction à l’issue du mandat si les électeurs ne sont pas satisfaits mais au moins le travail aura pu être effectué.

    Bien amicalement

    Jacques d’Hornes

Laisser un commentaire