Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

40 commentaires

  1. Eric REIBEL dit :

    Une nouvelle stratégie sociale à France Télécom, c’est bien le moins qu’on puisse exiger après 2
    douzaines de suicides !
    Mais d’abord et pour commencer : le licenciement immédiat du Président de France Télécom, sans
    parachute doré, ni indemnités quelles qu’elles soient, en attendant une enquête approfondie sur
    sur son management de l’entreprise et sur ses responsabilités depuis la date du 1er suicide.

    Voilà qui …commencerait… à rassurer les Français et davantage les salariés de France Télécom
    assommés par l’inertie et la langue de bois des Dirigeants et des Elus.

  2. patrick edouard bernardeau dit :

    Autant de morts pour une restructuration d’entreprise, certes très importante, est alarmant.
    Quelle est donc cette nouvelle guerre finalement, sans soldat ni champs de bataille repérés ?
    Non seulement des gens se sont suicidés mais je pense à la détresse, parfois extrème, de l’entourage.
    C’est un peu mon métier. De quel soutien bénéficient les endeuillés ?

  3. POISSON NICOLE dit :

    Vous ne vous associez pas aux attaques contre Monsieur Lombard. Mais qui est responsable ?
    Responsable mais pas coupable n’est-ce pas ?
    Quand il s’agit d’encaisser son copieux salaire se sent-il responsable. ?

    Déçue par votre commentaire. Le Responsable d’une Entreprise est RESPONSABLE ;
    Il doit assumer ses échecs et partir au plus vite, par respect pour ceux qui se sont donné la mort et pour ceux qui restent.

  4. Mistral dit :

    On peux partager votre inquiétude.

    On peut aussi comparer le taux de suicide chez France Télécom ( 24 en 18 mois pour environ 100 000 salariés, soit 16par an pour 100 000, au taux de suicide en France qui est de 16,2 pour 100 000 personnes.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Suicide
    http://fr.wikipedia.org/wiki/France_T%C3%A9l%C3%A9com

    Pardonnez moi pour ce décombre macabre, mais on se suicide autant chez France Télécom que dans le reste de la population.

    Ca ne diminue pas l’importance de ces drames, mais en ces temps de folies médiatique, il me semble que ces chiffres remettent les choses à leur place.

    D’ou la question : faut il en tirer des conclusions quand au management chez FT ?

  5. POUPONNOT Yves dit :

    Changer la stratégie sociale oui. Et les méthodes de management, oui.
    La culture d’une entreprise publique et celle d’une entreprise privée n’est pas semblable. Il va de soit qu’obtenir des résultats financiers de ceux pour qui ça leur été étranger doit perturber beaucoup d’esprits. Il n’est pas évident de passer d’un poste de technicien à un poste de commercial. Mais que diable, que ce soit fait humainement et ne pas brandir la mutation comme arme de disuasion ou de sanction. Veiller aussi aux actions « des petits chefs » anmés par la soif du pouvoir et des resultats, encouragés par « les grands chefs » qui ferment les yeux sur les méthodes.
    Je ne connais pas bien les dessous de cette affaire mais n’est-pas Orange qui dicte se méthode à France Télécom. Ce sera donc une révolution que de changer de stratégie stratégie sociale.

  6. Oscar, Valence dit :

    Bonsoir,

    Alors, on fait dans la litote ! ? Au mieux, M Lombard devrait être viré sans indemnité, voire traîné, manu militari, en justice (avec un genre de GAV que nos pandores savent réserver à la jeunesse gaucho- cosmopolite) ! Initiateur qu’il est du management par la peur, destiné à faire craquer les salariés et les forcer au départ. Je regrette que les plus fragiles se prennent pour cible. M Lombard, par son attitude, sa légèreté, son manque d’empathie ; rend l’impression nauséeuse d’un être absolument abject. J’encourage les salariés de La Poste, dont le statut est en plein bouleversement, d’en prendre de la graine, car contrairement aux souhaits du plus grand nombre et la Raison, cette logique du management par la peur, est appelée à se généraliser, face à des salariés incapables d’une action collective coordonnée et efficace. …

    Cdlt.

    Oscar.

  7. Bosio gérald dit :

    Voila la partie apparente d’un iceberg dérivant d’autant plus menaçant que tel l’armateur et le capitaine du Titanic trop de dirigents de grandes entreprises courent après d’hypothétiques « ruban(s) bleu(s) du profit en mettant gravement en danger l’équipage et évidemment les clients embarqués !
    Dans de tels cas répétitifs et dramatiques à quoi servent – ou ont servi – les Directions des Relations « dites » Humaines ?
    Les condoléances ne sauraient suffire !…
    « Développement durable » …un slogan…Rien de plus…à ce stade !!
    Question en sus :Où coure-t-on avec cette chasse moderne et infernale du prospect, du client etc…sans cesse relancer téléphoniquement au coeur même de la vie « dite » privé …??
    Toute forme de harcèlement est dénonçable et devrait etre punissable !
    Avis à faire partager pour action…Merci

    Gérald BOSIO

  8. François CLERIN dit :

    Monsieur le Premier Ministre,
    La dérive morbide de l’entreprise France Télécom engage l’Etat et sa direction. M. Lombard n’exclue pas d’autres suicides, France Info rapporte des propos de votre part mettant en garde contre le « lynchage médiatique » à l’encontre de la direction de France Télécom. Si vous l’avez prononcé, le terme est mal choisi au regard des 24 suicides survenus ces derniers mois. Je suis de ceux qui ont approuvé le changement de statut puis la privatisation de France Télécom, dont la culture étatique n’était plus adaptée à la globalisation des télécommunications. Encore faut-il que le changement de culture d’entreprise n’entraîne pas mort d’homme. M. Lombard doit changer son équipe directionnelle. L’Etat, actionnaire historique de référence, doit le lui signifier. Combien de morts a-t-il fallu attendre avant que la direction communique? Respectueument.

  9. REGARD dit :

    sans vouloir sombrer dans le catastrophisme, la situation sociale devient eexplosive et désespérante
    la situation économique ne peut s améliorer si lerrements décisionnels se poursuivent
    la sécurité va se dégrade’r de plus en plus; la drogue est devenu un fléau de moins en moins controlé
    le, parlement légifère mais les lois ne servent plus sans parler de leur non application
    Je trouve notre mai Premier Ministre Jean Pierre Raffarin bien au dessous de la vérité.
    Allez vous promener Gare du Nord ou aux Puces; prenez le bus 31 àu 95; écoutez les voix fatiguées et écoeurées des voyageurs harassés. La joie a disparue des visages; Rome devait présenter les mêmes spectacles avant sa chute.
    Il faut que notre Président rétablisse l ordre et la confiance au travers d un monde en guerres et en décrépitude.
    on se suicide au travail, en prison, dans la rue. Qu une voix s éllève avant la desesperance finale
    et que soit diminués les excès de la médiatisation bruyante
    Les carnets de JP Raffarin nous apportent un peu de sagesse; mais il faut tout remettre à plat
    triste France , pauvre France

  10. Jacques d'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Cher Monsieur le Premier Ministre,

    La situation est suffisamment grave pour appeler à la plus grande sagesse. Il faut très vite que tous les partis concernés de cette entreprise se réinstallent autour de la table du dialogue sous l’égide ou pas d’un médiateur en remettant l’être humain au centre du débat, le faire en toute sérénité en n’oubliant cependant pas que le chef d’entreprise est également un homme. L’heure n’est pas au « lynchage » d’une personne et surtout pas sous les effets de la pression médiatique, politique ou de l’opinion publique, nous ne sommes ni juges ni arbitres. En ce qui concerne le maintien ou pas du Président de l’entreprise dans ses fonctions, je pense que l’intéressé est suffisamment « responsable » pour savoir ce qu’il doit faire. L’important est de ramener de la confiance aux salariés de France Télécom dans ce climat empreint d’émotion et de gravité.

    Maintenant il est très difficile d’émettre un point de vue sans connaître exactement la politique menée par France Télécom avec la concurrence accrue dans les télécommunications. Cependant de nombreuses questions et réflexions se posent :
    - De simples mutations internes peuvent-elles justifier de tels actes ?
    - Ne serait-ce pas dû à un manque de formation des personnels d’où la remise en cause de la culture de l’entreprise (un mal profond français).
    On peut également se demander si les syndicats (sans doute pas suffisamment puissants) assument parfaitement leurs fonctions au sein de cette société !

    Laissons la Commission des Affaires Sociales du Sénat, d’excellente constitution, rendre ses conclusions.

    Bien amicalement à vous.

    Jacques

  11. SEDAT dit :

    Bjr Jean-Pierre Raffarin…!

    Monsieur Lombard aurait dû démissionner depuis longtemps déjà (Je me demande si ce personnage a la conscience tranquille)…?!

    Je m’associe au « Franc-parler » d’ »Oscar,Valence »,c’est sûr,ce n’est pas le « Management à la Marius/Paul Berliet » qui était exemplaire (Ce sentir au sein d’une entreprise aussi bien que dans sa propre famille et non pas enfermé comme dans une prison)…!

    A bons entendeurs,salut @Tous,excellente journée,Reynaldo.

  12. rivas dit :

    monsieur raffarin
    nous sommes actuellement entrain de reprendre un bar-restaurant dans la vienne, nous ne sommes pas originaire de la région mais elle nous a toujours plus.
    Notre projet est entrain de sombrer aux oubliettes car nous sommes confrontés a un soucis de taille, une seule banque a l’heure actuel etudi les dossier de reprise d’entreprise il s’agit du credit agricole, les autres banques ne veulent meme pas en entendre parler, et du fait elle a des exigeances enorme, par exemple un apport d’au moins 50% du prix de vente, faire chuter le prix de vente du commerce.
    Enfin bref il est quasiment impossible a l’heure actuel de reprendre une entreprise dans la vienne.
    que sont devenu les engagements des banques suite au pret de l’etat pour les sauver de la banqueroute?
    l’affaire a reprendre est excellente et peu encore etre devellopée mais a cause des banques des commerces vont disparaitre des bourgs et des communes, le desertification rural est en marche grace a eux.
    la banque nous dis que l’investissement est hasardeux alors que eux meme recommence a investir massivement sur les marchés boursier et a redistribuer des primes a leurs trader mais la crise vient de ses marchés boursier et non des commerces qui apportent emploi, et service a proximités de la population.
    a l’heure ou l’on parle de reduire la consommation de l’energie fossiles on oblige la population a parcourir plus de kilometre pour se ravitailler en nourriture et produits diverse sans compter les loisirs du week end. trouvez vous tous cela logique?
    que compte faire l’etat?
    je sais que cette region vous tiens a coeur et pour nous egalement, je n’y vois pas qu’une source de revenu mais aussi une region ou mes enfants pourront grandir et s’epanouir.
    dans l’attente de votre reponse
    cordialement

  13. verger dit :

    Un gouffre entre le public et le privé !
    Bonjour Monsieur Le Premier Ministre,
    Le fait d’avoir un objectif chiffré puis une obligation de résultat suivi d’un contrôle continu déclenche une succession de suicides. Etonnant, inquiétant et qui pose un réel problème. Apparemment aucune possibilité, pour certains de ses salariés, d’accepter l’évolution de sa société, les contraintes du marché et l’obligation d’y faire face. Ceci pour l’analyse économique qui doit être tout de même contrebalancer par une implacation des salariés impulsée par la Direction Générale et et appliquée par le DRH. Ce processus est fait systématiquement par une entreprise privée. C’est parfois la survie de cette dernière qui est en jeu. Mais cela parait un non-sens pour les salariés de France Télécom dont la liquidation judiciaire ne semble pourtant pas d’actualité. Aucun frein, même leur famille ou changer de métier, ne les retient. Cela est tragique car bien loin de la réalité de la vie actuelle.

  14. carole dit :

    Monsieur Raffarin,

    Je suis navrée de poster ici ce que je vais vous écrire et qui n’a aucun rapport avec le thème ci-dessus,
    mais je suis profondément indignée et choquée par l’attitude de certains ministres et microcosme parisien.

    Affaire Polanski.

    La France serait-elle devenue folle ?
    Qui se croit au dessus des lois dans ce pays ?

    Depuis plusieurs jours, sur les chaînes étrangères, on passe et repasse l’affaire Polanski. Mais le plus incroyable, c’est la réaction de Kouchner et Mitterand, deux ministres de la France, et suivant leurs dires N Sarkozy aurait le même avis qu’eux !
    Vous remarquerez que je ne mets pas de Monsieur devant le nom de ces personnes qui soutiennent allègrement une personne qui a commis un viol sur une enfant de treize ans. Sous prétexe de talent, ces messieurs donneraient l’immunité « culturelle ». Je vous conseille d’aller lire les faits de cette horrible histoire , relatée dans des journaux étrangers (alcool, abus, sodomie, reconnaissance de l’agression par Polanski, fuite de Californie et arrivée en France, nationalité française, transaction de 225 000 dolars……..) et j’en passe.

    Et voilà notre pays, mon pays, qui va encore se placer sur le devant de la scène, en défendant l’indéfendable. Et ce sont des personnes de la RUPTURE/OUVERTURE qui brillent par leur cynisme.
    Seraient-ils devenus les porte-drapeaux du microcosme parisien, avant de défendre nos valeurs de respect et de justice ?

    F Mitterand a déclaré :
    « Si le monde de la culture ne soutenait pas R Polanski, ça voudrait dire qu’il n’y a pas de culture dans notre pays. De la même manière qu’il y a une Amérique généreuse, il y a une Amérique qui fait peur. »

    1 F Mitterand est bien réducteur devant notre Nation !!!! La culture se résumerait-elle uniquement à cette armée d’intermitents donnent des leçons sur tout et n’importe quoi dans notre pays ?
    Il me semble que beaucoup de français sont révoltés par les paroles osées de ces gens de gauche (eh oui), donc les français sont incultes, ils ne comprennent rien, n’est-ce-pas ?

    2 Moi, Monsieur Raffarin, ce qui me fait peur, c’est la prise de pouvoir de notre pays, par ces personnes qui n’ont aucun respect pour les victimes de viols, quelque soit le nombre d’années écoulées. Ces personnes sont indignes de la France.

    Je vous joins une déclaration de Costa Gavras, à vomir !!!

    http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=5624

    La cerise sur le gâteau, c’est pour ces peoples que l’on nous a inventé une loi Hadopi.
    Ce n’est plus de culture qu’il faut parler, mais d’inculture !
    Franchement Monsieur Raffarin, la France ne méritait pas cela.

    La rupture/ouverture ne grandit pas notre pays. Elle contribue à l’enfoncer davantage, dû au manque de courage politique de ceux qui ont honte d’être à droite.

    Respectueusement.

  15. carole dit :

    Monsieur Raffarin,

    Pour revenir au sujet, après ma saine colère, je ne peux qu’adhérer à votre commentaire sur France Télécom concernant Monsieur Lombard.

    « Ce Monsieur a très bien expliqué que le problème était celui d’une société qui fonctionnait auparavent comme une administration. »

    Passer du service public au service marchand n’est pas simple. L’activité antérieure de l’entreprise, ainsi que leurs habitudes sont ancrées dans les mémoires. Le burn-out est bien présent chez FT, mais je ne pense pas que cela soit la faute du management, ni de leur Président.
    Il me semble que c’est simplement l’ECHEC des DRH. Pourquoi ?
    Parce que l’encadrement, si moindre problème, se retourne systèmatiquement vers les RH, qui ne connaissent pas toujours le terrain. Pourquoi les cadres s’embêteraient-ils avec le « social » quand des RH viennent leur passer des consignes de management. On se refile la « patate », c’est tellement simple.
    Plus personne ne prends de risques au détriment d’un climat social malsain.
    Autrement, je rejoins les propos de Verger sur ce sujet.

    Cordialement.

  16. AUTEAU Patrick dit :

    Monsieur RAFFARIN,
    Je partage tout à fait votre analyse : attaquer un seul dirigeant de l’entreprise en exigeant sa démission n’apportera certainement pas la sérénité nécessaire au rétablissement d’une situation « normale ».
    La révision de la stratégie de l’entreprise et du management qui en résulte doit être une oeuvre collective animée bien entendu par les dirigeants actuels de l’entreprise.

    Respectueusement et cordialement

  17. Claude dit :

    Bonsoir monsieur Raffarin,

    Excusez-moi pour la tonalité provocatrice de ce qui suit. La provoc fait souvent passer en quelques mots ce qui nécessiterait ordinairement de longs développements.

    Pourquoi surfer sur cette vague ? Pourquoi utiliser ces drames insupportables pour faire de la politique facile ?

    Savez vous que du temps où vous étiez Premier ministre le taux de suicide en France valait largement celui de France-Telecom aujourd’hui ? Savez vous qu’aujourd’hui encore le taux de suicide de la France est probablement supérieur à celui de France-Telecom ?

    Il est très dangereux de dénoncer tout et n’importe quoi par pure démagogie.

    Il y a des endroits où l’on se suicide plus qu’à France Telecom.

    Savez-vous combien de français de France-Telecom ou pas seront encouragés à franchir le mauvais pas du suicide parce qu’ils se sentent confortés dans leur désarroi par tout ce tapage que l’on fait autour du suicide ? Moi je ne le sais pas mais je sens confusément qu’il y a pas mal de gens chez qui l’idée de se trucider va faire son chemin plus facilement. Combien vont trouver que leur suicide sera utile à une cause et combien vont trouver dans l’intérêt collectif qu’ils vont susciter un encouragement à franchir le pas ?

    Et même s’il n’y en a qu’un, est-ce que les syndicalistes qui surfent sur la détresse des gens vont démissionner ?

    Est-il possible d’encourager les français à réfléchir avant de proposer haineusement de pendre les gens comme certains le font ici au propre ou au figuré ?

    Cordialement,
    Claude

  18. MASSIAH dit :

    Monsieur Le Premier Ministre

    Je suis heureux de vous voir réagir.
    Permettez moi de ne pas être d’accord avec vous et de m ‘associer aux attaques contre M Lombard.
    Il est intolérable de penser qu il a fallu arriver à 20 suicides pour que M Lombard réagisse.
    Il est intolérable de comparer le suicide à une mode.
    http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=5469

    Cela fait preuve d’un manque de dimension psychologique qu’un dirigeant de ce niveau devrait posséder.
    Par ailleurs si au bout des premiers suicides les états majors ne sont pas convoqués et les bonnes décisions non prises c’est un problème de management.

    Bien cordialement

    Patrick Massiah
    Patrick Massiah

  19. Mary dit :

    Ce que je vais écrire n’est certainement pas politiquement correct ; c’est pourtant en connaissance de cause que je le fais, pour l’avoir vécu.

    Dans les grandes entreprises, ce ne sont pas les dirigeants qui nous posent problème, car on ne les voit jamais ; on ne les connait même pas et ils ne nous connaissent pas !

    Ce sont les « cheffaillons », la plupart syndiqués qui nous mènent la vie dure si vous ne partagez leur façon de voir ; l’article paru dans Paris Match et dans lequel s’exprime le père de la jeune femme qui s’est suicidée il y a quelque temps à France Télécom, étaye mon point de vue. (j’espère que certains d’entre vous l’ont lu)

    J’ai vécu personnellement, dans ma (très) importante entreprise (si je peux employer ce terme la concernant) un enfer ; je n’ai jamais cédé, je n’ai jamais changé ma façon de travailler, je n’ai jamais cédé aux sirènes des médecins avec leurs pilules roses et pourtant pendant très longtemps j’ai pleuré chez moi tous les soirs….. mais à force de pugnacité, de ténacité, j’ai réussi à obtenir une mutation de « ces personnes qui rendent malades » pour harcèlement moral.
    Ce fut dur, très dur, car dans ce genre d’entreprises pour la « paix sociale » (cela me fait toujours rire) certains salariés sont extrêmement protégés  !

  20. SEDAT dit :

    @ »MASSIAH »…!

    « Le PDG de France Télécom s’est excusé,mercredi,des propos qu’il a tenus la veille évoquant une « Mode du suicide » au sein de son entreprise…! [Mardi],par erreur (Mon oeil…!),j’ai utilisé le mot « Mode » qui était la traduction du « Mood » (Humeur) en anglais…! Je m’excuse (Et d’abord pour commencer,on ne s’excuse pas,on demande des excuses comme on ne se pardonne pas,mais on demande pardon,pardonnez-moi…!) d’avoir fait ça,a déclaré Didier Lombard sur RTL,ajoutant: »Je suis focalisé (lol) sur :Arrêtez cette spirale « Du suicide » dans laquelle nous sommes »,a-t-il ajouté »…! Source « Le Monde ».

    PS Quand au reste « MASSIAH »,je suis entièrement d’accord avec vous,il y aurait eu un suicide,encore,ok,mais là,il y en a eu 24 en 18 mois,hallucinant,il y a eu un laisser-aller,alors messieurs les dirigeants d’entreprises,maintenant,des actes de bonnes velontés…! Merci@+,Reynaldo.

  21. Mistral dit :

    On est dans l’émotion.

    A part Claude, pas un commentaire ne relève ce que j’ai écrit, à savoir que le taux de suicide chez France Télécom est quasi le même que pour le reste de la population française.

    Donc pourquoi ne pas en tenir compte ?

    D’autre part, la démission, l’arrêt maladie, celà existe non ?

    Il y a sans doute une sorte de solidarité des salariés qui en bavent et qui comme Mary compare leur propre situation avec ces évènements.

    Et bien on a ce que l’on mérite.

    Si la France n’avait pas écoeuré les entrepreneurs qui ont été remplacé par des financiers aux ordres des fonds de pension, on en serait pas arrivé la.

    Il faut renverser la machine étatique, supprimer les centaines de milliers d’emplois de fonctionnaires totalement inutile et permettre aux français qui ont le courage d’entreprendre de pouvoir s’exprimer.

    Et ca commence par la réduction de moitié des élus locaux.

    Tout est lié.

    Selon mon humble avis …

  22. Mary dit :

    Extrait de l’article de Paris Match du 17/09/09 : (à propos du suicide de Stéphanie à France Télécom)
    C’est son père , Guy, qui s’exprime :

    « A 23 ans, Stéphanie entre chez France Télécom au service des grands comptes à Ivry. Le début de l’enfer.
    Elle est tombée au milieu de gens qui devaient faire un choix entre public et privé. Ils se disaient débordés mais luttaient surtout contre le privatisation de France Télécom.
    Stéphanie, elle fait son boulot et plutôt très bien. Sa hiérarchie la félicite, et fait rare, elle reçoit même des lettres de clients pour la remercier de ses conseils.
    Les autres lui en ont voulu et le lui ont fait payer. Ils se sont dit : »La petite, elle est en train de nous casser la baraque, ça ne va pas ».
    Ils ne lui parlaient pas, ne lui proposaient jamais de déjeuner avec elle. Ils l’ont isolée.
    ……. J’avais envie d’aller les voir et de les attraper »

    Voilà, c’est comme cela que ça se passe dans de nombreux endroits et les dirigeants de ces grandes sociétés n’y sont pour rien ; ils ne sont même pas au courant !

    Non, Mistral, il n’y a pas de solidarité pour ceux qui en bavent ; les autres collègues ne veulent pas d’histoire, ne veulent pas s’en mêler et suivent comme des moutons même s’ils ne sont pas d’accord.

    Les médecins prescrivent des antidépresseurs, anxiolytiques ou autres cochonneries et tout cela conduit au suicide.

  23. carole dit :

    Mistral,

    On ne peut qu’être d’accord avec vos dires et ceux de Claude.
    Les suicides en entreprise et l’infantilisation généralisée de la France ne sont que le miroir de notre société.
    Oui, les politiques surfent sur l’émotion, comme ils surfent sur la discrimination, le racisme, la crise, la repentance, ETC….. Tous les repères et valeurs qui ont construit cette nation se trouvent dilapidés.

    Lamentablement, les français deviennent dépendants d’un Etat-nounou et tristement, cette addiction devenue permanente, ils en redemandent. Il suffit de lire les sondages, les blogs, les journaux….. Ils se privent eux-mêmes de la liberté de penser et d’agir.
    Nous avons en France, un éco-pouvoir, socio-pouvoir, bio-pouvoir, poli-pouvoir. Cette infantilisation du pays à travers les lois (pour le bien-être de tous, ben voyons), ne fait qu’anéantir la responsabilité et le courage.
    Mais il est touours plus facile d’avoir un coupable à jetter à la vindicte populaire, que de se remettre en cause. Notre machine étatique (comme vous dites) ne fonctionne que pour elle, bien protégée sous les ors de la République.

  24. carole dit :

    Mary,

    Ce que vous venez de poster démontre finalement ce que disait Monsieur Lombard : « problème de passage d’une administration publique au fonctionnement du privé ». Qui casse la baraque au fond ? Les syndicats, les accros du public……………………. et tout cela dans un énorme brouhaha médiatique. En période de crise, rien de tel pour fustiger les patrons qui ont toujours le dos très très large !

    Quel gâchis !

  25. Jacques d'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Cher Mistral,

    Je les déplore autant que vous mais ce ne sont pas les chiffres ni les statistiques qui sont les plus importants, même un seul suicide serait encore trop, il faut regarder bien plus loin, en définir les causes et ce que l’on peut faire pour y remédier.
    Sans parler d’un phénomène de « mode », on peut peut-être parler d’un effet « boule de neige », ces personnes ont voulu attirer l’attention sur certains faits dans leur entreprise, parce qu’ils n’ont pas été écoutés au moment opportun, au moment où ils avaient besoin des autres ressentant un phénomène de rejet, mais est-ce seulement particulier à France/Télécom, je ne le pense pas et l’on retrouve ce problème aussi bien dans le secteur public que privé, les raisons sont diverses : un « chef » qui adopte la politique du « marche ou crève » pour répondre à des impératifs (divers également), un travail qui ne vous passionne pas mais il faut bien survivre dans cette société cruelle, la crainte de mal faire parce qu’un manque de formation, d’autres raisons encore et il y a cette petite goutte qui fait déborder le vase qui amène le plus faible à commettre l’irréparable.

    C’est le grave problème de notre société et je ne pense pas que c’est qu’une fois que l’on aura « supprimer les centaines de milliers d’emplois de fonctionnaires totalement inutiles et permettre aux français qui ont le courage d’entreprendre de pouvoir s’exprimer », comme vous le suggérez, que cela changera, tout simplement parce que c’est notre mentalité qu’il faut changer. Je crois que nous devons davantage poser notre regard sur notre voisin et non s’enferrer dans notre monde individualisme comme beaucoup d’entre nous font malheureusement.

    Bien amicalement

    Jacques

  26. carole dit :

    HORS SUJET

    Cher Monsieur Raffarin,

    On parle Morale, Confiance, Respect ………….

    Extrait de l’autobiographie de votre ministre de l’inculture :

    http://langelot.blog.lemonde.fr/2009/09/30/mauvais-roman/

    Monsieur Raffarin, comment peut-on accepter cette déliquescence ?

    Cordialement.

  27. carole dit :

    Bonjour à tous,
    Bonjours Jacques,

    Vous écrivez :
    « Sans parler d’un phénomène de « mode », on peut peut-être parler d’un effet « boule de neige », ces personnes ont voulu attirer l’attention sur certains faits dans leur entreprise, parce qu’ils n’ont pas été écoutés au moment opportun, au moment où ils avaient besoin des autres ressentant un phénomène de rejet, mais est-ce seulement particulier à France/Télécom, je ne le pense pas et l’on retrouve ce problème aussi bien dans le secteur public que privé, les raisons sont diverses ……. »

    « ces personnes ont voulu attirer l’attention », mais Jacques on n’attire pas l’attention avec la Mort !
    C’est dramatique, mais regardez et lisez bien ce qu’il en ressort : on veut virer le Président, on va mettre en place des « cellules », parler et encore parler, mais le problème de fond sera toujours présent.

    Attirer l’attention dans notre pays, c’est quoi ? Se suicider, brûler des voitures, des écoles …….., des bobos d’intermitents qui meublent les plateaux télés avec des arguments de speudo-psycho, des sursauts de nos politiques « plus jamais ça ! », des sequestros de patrons, des bouteilles de gaz devant les usines, des menaces, des combats entre la gauche et la droite (devenue gauche), une école en perdition (professeurs brutalisés, élèves nivelés par le bas)…………
    Hélas, mille fois hélas Jacques, tout cela, ce sont des événements ponctuels, dont raffolent nos médias de la subjectivité), et tout cela sera oublié dans quelques mois, sans solution aucune.

    Notre pays est malade, nos politiques en général s’accrochent à leurs cumuls, en regardant la masse, tout en préparant les élections suivantes. C’est un ballet perpétuel où il n’y a que très peu de place pour le peuple.
    Vous parlez d’un monde individualiste, non le français n’est pas individualiste, il existe toujours les familles, l’entre-aide, les réseaux……. Ceux qui sont individualistes et qui font partie du club bien fermé de l’égotisme, ce sont nos politiques. Pas un n’ essaie de réduire ses dépenses étatiques. A chaque élection, c’est à celui qui fera mieux que l’autre, mais qui finalement s’adapte au système et oublie très vite ce pourquoi il avait été élu.
    Exemple : Oh nous dit-on, on va faire la chasse aux contribuables qui ont des comptes en Suisse…..
    Que croyez-vous Jacques ? Là encore on joue sur le psychologique, alors que des poursuites judiciaires pouvaient régler cette question. Jacques, nous sommes arrivés à un point de non-retour. Quand on utilise la psychologie de masse, la sensibilité, la peur, les grandes paroles utopiques……. c’est que l’impuissance à régler tout problème crucial est masquée par les belles paroles, et tout cela en devient déshonnorant et indigne.

    Quant aux fonctionnaires ou assimilés Jacques, oui il y en a beaucoup trop. 25% de la population active. Pour en arriver à quoi ? Des dépenses étatiques ou des collectivités qui ne s’arrêtent jamais de grimper.
    Allez voir le budget de l’état, les comptes de l’Agence France Trésor, les chiffres des douanes, les dépenses des communes ……… une véritable tartuferie !
    Je ne suis par contre les fonctionnaires, il en faut. Police, armée, justice mais tout le reste Jacques, est-ce vraiment utile ? Regardez les dépenses de l’EN (quel résultat), les dépenses de la SS (quel résultat), les dépenses des hôpitaux (quel résultat), les dépenses des collectivités (quel résultat), des CCI/départements/régions (quel résultat)…….. Un gouffre de dépenses, alors que les recettes fiscales ne rentrent plus. Aucune anticipation, aucune stratégie d’avenir, uniquement l’état-nounou.
    Finalement Jacques l’individualisme vient de l’Etat et de son manque de gestion rigoureuse. Après décline les mentalités qui pourraient changer, si au moins nos politiques faisaient preuve d’honnêteté.

    Amicalement.

  28. mistral dit :

    Je suis encore une fois totalement d’accord avec Carole.

    Cher Jacques, je comprends votre position humaniste.

    Ce que j’essaie d’exprimer c’est qu’aujourd’hui les entreprises sont dirigés par des financiers et non par des patrons soucieux de leur salariés.

    Et que la raison de ce phénomène provient du fait que la France s’est fonctionnarisée en décourageant les entrepreneurs.

    Ce sont donc les financiers aux ordres de la bourse qui dirigent les entreprises.

    Si on y rajoute le code du travail incompréhensible, la surprotection des salariés qui abouti au contraire, et l’administration de l’économie, on a tous les ingrédient des tensions sociales et de la pression sur les salariés.

    Ai-je tort dans cette analyse ?

  29. Jacques d'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Chère Carole, Cher Mistral,

    Je n’ai pas trop envie d’écrire tout simplement parce qu’hier matin, j’ai dû malheureusement me séparer de l’une de mes plus fidèles amies, « Lorie » ma chienne Labrador âgée de 15 ans que j’ai conduite chez le vétérinaire, et sa disparition m’affecte profondément, mes pensées sont ailleurs. Elle était une véritable amie, par un simple regard nous nous comprenions comme j‘aimerais voir les gens de tous pays, de toutes races, de toutes religions et de toutes sensibilités se comprendre. Je la savais « condamnée » et devant mon désarroi, le vétérinaire m’a dit « vous avez pris la sage décision au bon moment » mais mon immense chagrin est présent.

    Mes amis, je crois que nous nous écartons du sujet initial du billet de Monsieur le Premier Ministre en abordant à nouveau certains sujets sur lesquels nous nous sommes déjà exprimés en d‘autres circonstances.
    Je comprends très bien la révolte et les arguments de chacun, ils sont recevables, il m’arrive aussi d’être mécontent mais on ne peut pas toujours rejeter toutes les erreurs ou les fautes sur les mêmes personnes, chacun a sa part de responsabilités dans cette situation de « mal être » dans notre Pays, et malheureusement elle ne fait que s‘accentuer délivrant chaque jour par certains faits et gestes, par certaines déclarations son lot d’agressivité et de violence et cela est inacceptable dans un pays « civilisé ». Ceci entraîne une perte de sang froid improductive, l’on y perd souvent sa concentration qui permet souvent de faire évoluer les choses. Il est grand temps que notre joli Pays retrouve un peu de sérénité car il est bien « triste » de nos jours, et cela ne sera possible qu’au travers d’échanges constructifs venant de toutes parts mais à condition que certaines réflexions ne tombent pas trop souvent dans « les oreilles de sourds » !

    Bien amicalement à tous les deux.

    Jacques

  30. jany guiot dit :

    A lire les commentaires de beaucoup d’amis de ce blog,

    on a l’impression qu’il y a deux « France », celle des fonctionnaires, celle du privée, c’est faux Jacques…Il y a des fonctionnaires très responsabilises, Il y a dans le privée, beaucoup de gens (fonctionnarises par la carrière surtout dans les grandes entreprises) souvent l’on s’aperçoit que dans les grandes entreprises, ceux qui travaillent le plus sont les petits cadres, les petits employés,les cabinets de conseils en gestion et les consultants externes.

    Mistral a raison de parler de gestion par la finance, je rajouterai (la finance tournée vers la spéculation du court terme. De tout temps l’entreprise a eu besoin de capitaux afin qu’elle puisse investir pour produire.

    N’oublions pas que la gestion par la speculation des valeurs a commence il y a tres longtemps, dans les annees 80, l’entreprise et son outil de production n’ont pas ete respecte.
    Nous pouvons parler de manque de conscience et surtout recherche du profit sur le court terme.

    Mais il etait important de passer par cette phase pour comprendre l’epoque dans laquelle nous vivons et l’importance de l’outil de production et de son capital.

    Aujourd’hui tous les partenaires sociaux, les politiques reconnaissent qu’il faut retrouver une ethique dans la maniere d’entreprendre.

    Aujourd’hui, l’important n’est pas de diviser les français en rejetant à l’autre tous les maux de notre société, le temps est au rassemblement dans une réflexion collective sur la construction de notre devenir mutuel.

    C’est par le dialogue social, par la représentativité des salaries a la gestion des entreprises, par la relecture des obligations patronales et salariales que nous arriverons a trouver un éveil de la conscience mutuelle.

    J’ai souvent parle de qualité de management, l’on ma souvent jeter la pierre car l’on pensait que j’étais dans le dénigrement.
    Non, la France a besoin de retrouver les valeurs de gestion, une gestion éveillée par une prise de conscience mutuelle des objectifs à atteindre…

    La France doit faire sa révolution dans son entendement, le temps du corporatisme est fini, celui du patron sans foi ni loi aussi…
    Le syndicalisme doit aussi continuer sa transformation…
    Le politique (élu et représentant du peuple) doit pouvoir mieux se responsabiliser dans l’exercice de la politique globale qui prend en compte les aspects sociaux, sociétaux, environnementaux et de gestion en général.

    Le politique a sa responsabilité dans la politique industrielle en général et du développement…

    Nous le voyons de plus en plus sur les marches internationaux, les politiques apportent souvent leur soutien aux grands groupes…
    C’est pourquoi, il serait intéressant de réfléchir sur la requalification de notre offre pour permettre une relance de notre industrie de production.

    La requalification de notre offre passe par une réflexion générale sur nos méthodes de gestion (je reviens dessus, c’est important).

    Exemple, aujourd’hui des grands groupes français ont des contrats sur l’Afrique, pour la dynamique commerciale c’est un succès, c’est aussi un succès pour la bourse, mais par contre réfléchissons-nous sur la gestion du contract et des activités qui sont liées a celui-ci ?
    Non…

    L’après signature de contrat montre souvent une activité confuse par un manque certain d’organisation et des retards…
    Pour faire baisser les coûts, le personnel a bas prix est privilégie pour la supervision directe, souvent la gestion technique des contrats se fait a distance ou par intermittence par des contrôleurs qualifies mais pas assez présents pour permettre d’assurer la qualité dans les prestations.

    Il est donc important de requalifier notre offre générale…
    Nous sommes dans une période importante de notre évolution, c’est par les rencontres, par le dialogue construit et encadre, par la reconnaissance de chacun dans son identité, que la conscience mutuelle s’éveillera.

    L’humanisme n’est pas un phénomène de mode, ni un dogme, c’est avant tout un chemin construit par les hommes pour les hommes et leur devenir.

    Bien cordialement,

    jany guiot

    Jany Guiot

  31. Claude dit :

    Jacques,

    Pourquoi gâchez-vous toujours vos commentaires (pas toujours dénués de bon sens) par une inutile agression intolérante à la fin ?

    Pourquoi pensez-vous que les oreilles de ceux qui ne partagent pas votre point de vue soient surement des « oreilles de sourds » ? N’avez vous jamais été effleuré par l’idée que les autres peuvent penser la même chose de vous ?

    Pourquoi ces agressions gratuites alors que personne ne vous agresse ? Pourquoi alors être surpris par les réactions de ceux qui se sentent visés ?

    Vous êtes une sorte de fonctionnaire (de ceux dont j’apprécie l’utilité) je suis une sorte d’entrepreneur (rare, puisque j’ai aussi été un fonctionnaire utile). Notre regard sur la vie est donc fatalement différent. Chacun son expérience. Acceptez donc que vous ne soyez pas reçu comme le dispensateur de la parole d’évangile, il y a d’autres bonnes paroles sur terre. Si vous étiez « le modèle » cela se saurait. Soyez seulement un témoin qui se donne la peine de réfléchir comme je pense en être un. Et tout le monde appréciera vos interventions même quand tout le monde ne sera pas d’accord avec vous.

    Sur le suicide il faut être moins péremptoire que la plupart des gens ne le sont. Le suicide est presque toujours l’aboutissement d’une équation personnelle du suicidé quand cette équation est devenue beaucoup trop complexe pour qu’il s’y retrouve. Dans cette équation les facteurs sont très nombreux et le fonctionnement de son entreprise n’en est qu’un des facteurs. Quand les plus de la vie, de l’environnement et de l’entourage ne contrebalancent plus les moins de la vie professionnelle, alors il faut s’interroger sur la vie professionnelle mais aussi sur la vie en général et sur l’environnement et l’entourage. La seule chose dont je suis à peu près sûr c’est qu’à force d’intrumentaliser le suicide on en suscite d’autres.

    Je compatis à votre peine que je comprends après la fin de vie de votre Labrador.

    Cordialement,
    Claude

  32. Jacques d'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Claude,

    En réponse à cette énième attaque contre un fidèle de ce carnet (toute liste confondue, relativement longue), je n’ai pas grand-chose à vous dire puisque vous connaissez tous vos défauts, les dévoilant un à un dès qu’une vérité dite globalement vous éclate à la figure, ce qui vous effraie.
    Cependant, ne prenez pas tout pour argent comptant et sortez de votre égocentrisme, vous avez tant de connaissances à apporter aux autres pour le bien de ce carnet, mais visiblement ce n’est pas ce qui vous intéresse, pas plus que les billets de Monsieur Raffarin ou très peu, votre plaisir est ailleurs…

    Néanmoins, je vous remercie pour votre compassion à ma peine suite à la disparition de ma fidèle amie.

    Cordialement

    Jacques

  33. SALAIGNAC dit :

    C’est vrai, nous avons les hommes politiques que nous méritons. A vous écouter aujourd’hui je suis inquiet pour l’avenir. En fait, je ne sais pas si vous nous prenez vraiment pour des imbéciles à la mémoire courte ou si vous croyez vraiment que l’on peut vous croire. Quoiqu’il en soit, et à propos de l’ouverture du capital de La Poste, je vous invite à jeter un œil sur le lien qui suit.

    http://www.youtube.com/watch?v=cccgl5hx4rw

    Faut-il en rire ou en pleurer ? Subir ou se révolter ?

  34. Ernest GRANSAGNE dit :

    Bonjour à tous

    Un contact tout doux, un regard qui parle, une respiration apaisée, une patte chaude et sereine, nos amis les animaux sont la chance de l’homme.

    Je souhaite à tous de connaître ces joies incomparables que seuls ils peuvent nous donner : sans calcul, sans arrière pensée, sans compensation, ils donnent, ils donnent, ils ne savent que donner.

    A leur disparition, ils nous lèguent les merveilleux souvenirs vécus ensemble, c’est une grande richesse.

    Lorie a eu l’immense chance d’avoir eu 15 années de bonheur… Ce n’est pas rien.

    Nous savons que la nature est ainsi faite et que nos chers amis, chats, chiens, chevaux, nous quitteront un jour en laissant un grand vide.

    Ils nous auront donné une grande leçon : celle de la droiture, de l’honnêteté, du partage et de l’amour simple.

    En attendant, il faut se cramponner pour ne pas trop faiblir…

    Je ne suis pas bon Jacques, dans ces cas là, pour trouver les bons mots. Mais je comprends parfaitement ce que vous pouvez ressentir.

    Amicalement

    Ernest

  35. Nicole dit :

    la période du plein emploi est terminée depuis longtemps, dans le privé on ne fait plus grève pour une augmentation de salaire, dorénavant l’essentiel est de garder son emploi, parmi le patronat beaucoup vont en profiter pour payer moins bien les salariés nouvellement arrivés, et vont essayer de pousser vers la sortie ceux qui coutent cher, à savoir les employés en place depuis trop longtemps; harcèlement, déclassement, les méthodes sont diverses;( il ne faut bien sûr pas généraliser); Pour ma part j’ai connu un directeur général odieux (issu d’une « très grande famille »),
    une fois par semaine les principaux responsables étaient conviés à une réunion, la terreur régnait,
    à chacune des réunions un des responsable immanquablement tenait le rôle de « souffre douleur » pour ce « monsieur »; Pour les employés : le harcèlement moral n’était pas rare (le médecin du travail s’en ait même plaint), certainement l’effet « boomerang »;
    Naîvement une employée, un jour, lui a écrit afin de décrire le harcèlement dont elle était victime; Sa réponse : il a fait venir l’un des hauts responsables de la société, en lui donnant la lettre il lui a dit : « vous me virez ça ! » (et je passe sur les abus de biens sociaux…malgré qu’il soit richissime..); il était en fait DG d’une très grande filiale;
    Un jour la société a été rachetée, il a été viré (avec certainement de très belles indemnités..), j’avoue que nombre d’employés (dont bien sûr moi-même) avons pensé qu’enfin il allait connaitre le sort qu’il réservait auparavant sans pitié aux autres; et que peut-être (on peut réver..) cela lui ouvrirait les yeux sur, entre autres, son absence d’humanité;
    Malheureusement il travaille dans un milieu où les relations jouent un rôle très très important, et donc malgré qu’il ait dépassé la cinquantaine, peu de temps après il a trouvé un poste équivalent, et dernièrement j’ai appris qu’il avait encore pris du galon..
    je ne peux pas bien sûr pas citer le milieu dans lequel il travaille, il est très possible que Mr Raffarin le connaisse.. Mr Raffarin n’est pas en cause bien sûr, et d’ailleurs il est certain que cet homme sait être très charmant quand il en a besoin; ha je vous donne quand même son nom : « Mister Jeckyll et Mr Hyde »; Mieux vaut en rire que d’être obligé d’en pleurer..

    Il faut dire que peu d’êtres humains sont capables d’être de bons dirigeants, beaucoup perdent le sens des réalités au rythme des pouvoirs qui leur sont accordés; (et même à un petit niveau d’ailleurs)

    Et au fait pourquoi à 50 ans un simple employé est jugé vieux, mais jeune quand il a un poste dans les « hautes sphères » ????? certains ont le droit de vieillir et d’autres pas..incohérente cette société..

  36. Nicole dit :

    il suffirait simplement que tous les chefs de service à France Télécom soient réellement à l’écoute des employés qu’ils ont sous leurs ordres, et que ces mêmes chefs de service soient « réellement » entendus par leurs responsables, qu’ils puissent ainsi relayer les propos des employés; le problème des entreprises c’est qu’il y a souvent un ou plusieurs chainons manquants; une strate qui n’écoute pas celle en dessous et qui se contente de donner des ordres; des directives qu’il est très mal vu de contester ou de ne pas approuver ; On en arrive ainsi à de simples exécuteurs d’ordre; ainsi les employés se sentent mépriser, ils ont l’impression de devoir seulement obéir et que de toute façon quoiqu’ils pensent cela n’intéressera personne (et ils ont malheureusement raison..); C’est dommage car les employés sont souvent au coeur des problèmes du service où ils travaillent, alors que les ordres émanent de personnes qui en connaisse à peine la réalité;
    J’ai entendu récemment l’ interview de l’employé de France Télécom qui s’est donné un coup de couteau, le journaliste lui a demandé si avant de faire cela il n’avait pas essayé de dialoguer avec son responsable, il a répondu que son supérieur hierarchique ne l’aurait pas écouté, que de toute façon il était connu pour n’écouter jamais personne; Peut-être parce que justement ce dernier non plus n’était écouté par personne..
    J’ai lu aujourd’hui sur internet quelques témoignages de personnes qui travaillent actuellement à France Télécom et qui sont très mal; , et celui d’une femme dont le mari travaille à France télécom, elle a peur car son mari depuis son retour d’un arrêt maladie n’a pas retrouvé son poste initial, on lui donne des missions de 6 mois qui ne servent pas à grand chose, son mari se sent inutile, il aimerait bien sûr retrouver son poste initial, il se sent mis au placard..elle a peur pour lui..il n’ a pas de réel dialogue avec sa hiérarchie..
    On parle du nombre annuel des suicides en France qui ne serait pas supérieur au pourcentage des suicides à France Télecom..il ne faut pas oublier que La plupart des suicides chez France Télécom sont des personnes qui avaient plus de 40 ans; Et si on veut parler de chiffres le mieux serait de comparer avec une autre société qui aurait un nombre de salariés équivalent..

  37. Jacques d'Hornes dit :

    Cher Ernest,

    On ne trouve pas toujours les mots pour exprimer ce que l’on ressent, mais peu importent les mots, c’est l’expression qui compte et vous vous êtes bien débrouillé en employant des mots justes pour définir le comportement de nos fidèles amis, j’y suis très sensible, et je vous en remercie.

    Vous dites que Lorie a eu l’immense chance d’avoir eu 15 années de bonheur… Oui, et elle avait beaucoup de qualités comme la plupart de ses congénères, mais ils ont tous le même et unique défaut, celui de ne pas vivre assez vieux et leur disparition cause beaucoup de chagrin à leur maître. Je ne suis pas le seul à le ressentir, tout mon entourage est dans ce cas, et cela va jusqu’à tous les enfants du quartier avec qui elle faisait l’unanimité, grand nombre de Mamans m’ont dit en l’apprenant « comment je vais l’annoncer à mon enfant ? ».

    La vie est ainsi faite !

    Lorie, câline et débonnaire, c‘était 40 kilos d‘amour, un charme discret et irrésistible, un regard expressif, sa tête qui venait se poser à tout moment sur ma cuisse….

    Bien amicalement

    Jacques

  38. SEDAT dit :

    @ »Jacques d’Hornes »…!

    L’âge et la vieillesse sont relatifs avec une vie bien pleine ou presque vide…!

    « Hier,j’étais un chien…! Aujourd’hui,je suis un chien…! Demain,je serai un chien…! Bon sang…! Il est vraiment difficile d’obtenir de l’avancement »…! Charles Monroe Schulz. Extrait de la bande dessinée Snoopy.

    Sincères salutations,@+,Reynaldo.

  39. Jacques d'Hornes dit :

    Reynaldo,

    La vie et la vieillesse

    La vie, c’est la pluie…., c’est le beau temps
    C’est la rosée du matin et la douceur d’un coucher de soleil
    C’est un sourire, une larme… des souvenirs, des espoirs….
    Des jours bleus et des jours noirs.
    La vie c’est vous, c’est moi, c’est nous, c’est tout….
    C’est le souffle divin…., c’est le plus beau, le plus précieux…
    La vie, c’est un changement perpétuel et continuel, c’est s’adapter, essayer, tomber, se relever, échouer et gagner.
    C’est un jeu qui suit les caprices des vagues et du vent
    La vie, il ne faut pas essayer de la prévoir, de la deviner, de la comprendre ou de la changer.
    La vie, elle se vit au jour le jour…. Avec confiance, courage, optimisme et amour.
    Il suffit d’accrocher un sourire à nos lèvres, de regarder bien droit devant soi et de suivre son étoile, des jours merveilleux nous attendent.
    La vie, c’est précieux, à nous de continuer à en jouir et à profiter de ses bienfaits.

    La vieillesse
    Chaque jour est un cadeau, et aussi longtemps que l’on peut ouvrir les yeux, il faut focaliser sur le nouveau jour et tous les souvenirs heureux que l’on a amassés tout au long de sa vie.
    La vieillesse est comme un compte en banque. On retire de ce que l’on a amassé.
    Un conseil pour les plus jeunes, qu’ils déposent beaucoup de bonheur dans leur compte en banque de souvenirs, personnellement je dépose encore.

    Amicalement

    Jacques

  40. carole dit :

    Cher Jacques,

    Je ne puis vous être d’un grand réconfort, mais sachez que je suis très attristée de votre peine quant à la disparition de votre fidèle Lorie.
    Toute mon amitié sincère et une abrazo fuerte.

    Carole

Laisser un commentaire