Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

8 commentaires

  1. SEDAT dit :

    Bjr Jean-Pierre Raffarin…!

    Au fait,qu’est devenue cette fameuse liste noire…? lol ^o^ mdr

    Rappelez-vous mon article du 09/04/2009,en sachant que la crise mondiale pro/vienne des Etats-Unis d’Amérique,il est très étonnant que les Etats-Unis d’Amérique du « Delaware » et du « Nevada » n’aient été épinglés par la fameuse liste noire dressée par le « G20″…! (Et,je ne parle même pas des autres,par exemple, »Macao », »Hong-Kong »,les « Iles Caïmans »,la « City Bank londonnienne »,et j’en passe des vertes et des pas mûres,pires que les « Philippines », »Le Costa Rica », »L’Uruguay »,la « Malaisie » (Bjr le malaise,lol),tout recommence comme avant sous le soleil de ça tend vers le pire et le meilleur en étant unis vers celle qui nous attend…! Ce sont des lumières…!

    @Suivre,excellente soirée@Tous,Bonne nuit les petits,Reynaldo.

  2. Ernest GRANSAGNE dit :

    Bonjour Monsieur Raffarin

    Bonjour à tous

    Si la City réagit, c’est que notre Président a encore appuyé là où ça faisiat mal.

    D’abord que les britanniques deviennent européens, vraiment, en adoptant l’Euro, par exemple, après on pourrait commencer à les regarder autrement, nos « amis » de la City ?

  3. Van Obbergen François dit :

    Je m’associe aux félicitations à Michel BARNIER, nouveau Commissaire européen au marché intérieur et aux services financiers. Nos amis banquiers anglais sont de joyeux hypocrites. Qui mieux qu’eux ont été mis en garde ? A part des effets de manche dans tel ou tel pays, c’est bien de chez eux qu’est venu le premier vrai signal de régulation.
    En commençant par une séparation franche entre la banque de réseau qui récolte l’épargne, la rétribue et la redistribue avec un profit au passage ( et sans profit s’il s’agit d’une vraie mutuelle ou vraie coopérative) et la bancasino.
    La première est certes ennuyeuse, au service de l’économie et du plus grand nombre, l’autre excitante, instrument de la rapacité d’une soi disant « élite » très minoritaire, scandaleusement spoliatrice du plus grand nombre. Plus grave, ayant la main sur le politique.

    Le 21 octobre 2008, ce n’est pas Nicolas Sarkosy, mais bien Mervyn King, Gouverneur de la Banque d’Angleterre, qui déclarait devant la Chambre de Commerce de Leeds:

    “I have said many times that successful monetary policy would appear rather boring. So let me extend an invitation to the banking industry to join me in promoting the idea that a little more boredom would be no bad thing. The long march back to boredom and stability starts tonight in Leeds”.

    Le 28 juin 2009 il déclarait qu’il convenait de séparer la banque de détail de la banque d’investissement.

    Nos amis banquiers n’ayant apparemment rien compris, le 21 octobre 2009 il le leur a répété avec plus de fermeté : Too big to fail : c’est fini.
    Si « Marx n’a jamais fixé de date butoir à la réalisation de la social démocratie » ( Michel Rocard) …nos amis anglais veulent-ils aider « les capitalistes qui veulent la mort du capitalisme » (Claude Bébéar) ?

  4. jany guiot dit :

    Monsieur le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin,

    Vous parlez de la « city »
    Mais ne pourrions-nous pas étendre la réflexion à tout le système bancaire en général.

    Quel décision a été prise par « les grands du G20 » concernant le système bancaire au niveau de la planète et surtout pour les 24 banques internationales et les 6 groupes d’assurance mises « sous monitoring »… ?

    Je ne cite que quelques exemples surtout celles qui concernent les européens :
    Barclay, Standard Chartered, HSBC, Crédit Suisse et UBS AG, BNP Paribas, Société Générale, BBVA, Deutsch Banks…Aviva, Axa..dans les assurances…

    Il y a bien longtemps que les organismes bancaires, les responsables politiques, parlent du problème des retraites et des moyens des les assurer…
    Les petits épargnants ont suivi les conseils des spécialistes et cherche a consolider l’hypothétique retraite en épargnant dans des assurances ou des Sicav a tiroirs…

    Il y a eu la première crise « Internet et les valeurs virtuelles » et aujourd’hui il y a l’effet de fond, la véritable secousse, la crise économique mondiale…

    Les petits épargnants ont toujours pense que le système bancaire de nos pays développes étaient fiables dans le temps.
    Faudra-t-il que les petits épargnants paient par deux fois les erreurs de nos dirigeants qui n’ont pas su rappeler a l’ordre le système bancaire en général ?.

    A titre personnel, combien de fois j’ai demande au banquier d’éviter de prendre des risques sur des valeurs outre atlantique, c’était un choix, pourquoi n’a-t-il pas été entendu ?

    En 2000, les petits porteurs ont perdu 40% des valeurs, aujourd’hui combien vont-ils perdre, tout ? Avec en prime une retraire réduite ?

    Le dirigeant actuel du FMI, Dominique Strauss Khan était pour la nouvelle économie, il a su par ses propos influencer les petits porteurs a investir pour leur devenir, alors qu’il était ministre..

    QUESTIONS.
    QUE COMPTENT FAIRE LES DIRIGEANTS EUROPEENS POUR CONFORTER LES AVOIRS DES PETITS PORTEURS QUI ONT CRU A L’INVESTISSEMENT DANS L’ECONOMIE DU NON-VIRTUEL ?

    Comme dit Sedat a sa manière…

    Faudra-t-il que l’on s’écarte de la table du poker perdu,
    Sans un sou pour les vieux jours…
    Les illusions perdues…
    Pendant que les banques continueront de présenter de nouveaux prospectus tout neuf, avec des graphes défiant tout entendement.

    Veuillez agréer Monsieur le Premier Ministre, l’expression de ma très haute considération.

    jany guiot

  5. JPM dit :

    Je suis fatigué des coups de boule à la Zidane que vous corrigez avec ce message.
    Avant hier, c’était François Fillon qui allait au Congrès des Maire.
    Hier, c’était notre Premier Ministre qui se rendait à l’Institut Montaigne pour calmer le jeu sur le débat sur l’identité nationale.
    Je suis perdu comme une majorité d’amis ou de membres de ma famille qui ont voté pour le Président.
    Demain c’est Copenhague dont beaucoup soupçonnent une grande fumisterie quand on voit la collusion objective de Al Gore, fondateur de la bourse carbone de Chicago, le patron du GIEC membre du board, les ONG dont un certain nombre étaient des trosko-maoïstes bon teint.
    La prestation de JL Borloo lors au cours de l’émission de Dominique Taddéï m’a stupéfait et mis en colère devant le vide de son argumentaire.
    Comme beaucoup, j’ai le sentiment que le CO2 qui est devenu l’alpha et l’oméga de la politique mondiale, est un cache sexe de la crise financière et industrielle, loin d’être finie, et l’arbre qui cache la forêt de nos dettes abyssales.
    Pourquoi notre Président ne s’est pas rendu aux deux dernières conférences mondiales, l’une sur l’eau et l’autre sur la faim ?
    Alors que des commissions d’enquêtes scientifiques s’ouvrent, que le MET a décidé de mettre à plat toutes ses données climatiques depuis 120 ans, la France bobo-libéro-socialo-écologiste roupille dans son carbone consensuel et traite les sceptiques de négationnistes alors que la jeune science du climat n’est pas une religion.

  6. Carriere dit :

    tout à fait d’accord pour l’évolution grace à une Europe unie .

  7. Kim Ta dit :

    Monsieur le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin,

    Certes, la City occupe la deuxième place financière mondiale. Les propos de notre Président de la République sont pertinents, tranchants, si tranchants que nos amis britanniques se sont sentis froissés. Et je n’ai toujours pas compris pourquoi la Grande-Bretagne ne souhaite pas adopter l’euro.

    Avec mes profonds respects,
    Kim Ta
    Experte internationale en Développement durable
    Commission Européenne & Nations-Unies

  8. Van Obbergen François dit :

    Confirmation : les anglais tirent les premiers.
    La mesure pour l’instant est annoncée comme transitoire, mais néanmoins les bonus des traders seront taxés à 50% au dessus d’un plafond très bas. Qui en France avait dit que ce n’était pas faisable?. Espérons qu’il en aille de même pour une taxe mondiale ( type Tobin) sur les flux financiers. D’après les experts € 25 milliards si 0,01%. Rappel : il a manqué une voix au Parlement européen lpour voter cette taxe : celle d’Arlette Laguiller.

Laisser un commentaire