Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

27 commentaires

  1. SEDAT dit :

    Bjr Jean-Pierre Raffarin…!

    Bien joué,c’est la grande classe,je viens de lire la biographie de madame Catherine Ashton,assurément,une grande dame,et vive le français,qui est pour moi,la seule langue de l’affranchissement au delà de toutes les frontières…!

    Excellent week-end @Tous nos « Cybernautes,Internautes »…!

    PS Et aussi, »Astronautes », »Comosnautes », »Spanionautes »,et à tous les autres,ne vous battez pas,il y en a pour tous le monde. lol

    Reynaldo.

  2. Alain Lavallée dit :

    Bonjour Monsieur le premier ministre,

    Merci de rappeler la valeur de la diversité, car c’est la diversité des expressions culturelles et des manière d’être qui fait la richesse de l’Europe. Il faut que le français ait sa place en Europe et dans le monde.

    La communauté européenne de doit pas devenir un copier coller du « melting pot  » étatsunien,
    Oui le défi est plus grand lorsque l’on choisit la voie du respect des nations et des cultures, il y a un prix à payer pour le plurilinguisme, mais en même temps c,est une richesse que de préserver ces manières d’être différents , tout en étant semblables, tous humains.

    Par l’exigence du français, c’est la préservation de la francophonie qui se met en place
    et par-delà cette exigence, ce sont de grands ensembles culturels planétaires qui à la fois se distinguent et se chevauchent, qui créent différemment, s’interpénètrent et se fécondent en y apportant leurs différences… grande zone d’influence francophone, grandes zones d’influence hispanophone, russophone, arabophone, anglophone , sinophone…..

    Je vous prie d’agréer mes respects ,

    Alain Lavallée

  3. Jacques D'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Cher Monsieur le Premier Ministre,

    C’est un premier pas ! Cependant il faudra persévérer et notamment dans d’autres domaines et en d’autres lieux de l’Union Européenne.

    Une nouvelle fois, je partage les points de vue de notre Ami Alain Lavallée que je salue. Il ne manque jamais de pertinence dans ses propos pour défendre notre Langue Française.

    Il faut adopter le plurilinguisme. Au-delà de l’exigence francophone, je pense que c’est un besoin pour l’Europe si diversifiée, si nous voulons la voir s’imposer sur l’échiquier mondial.
    Il faut multiplier nos efforts et notamment au Parlement Européen où nos représentants doivent donner le don en s’exprimant dans notre langue, il est inadmissible qu’ils contribuent à l’essor de la langue anglaise au détriment de notre langue, qu’ils s’expriment dans notre langue à Bruxelles ou à Strasbourg (80 % des textes y sont rédigés en anglais), il est dommage qu’un roumain ou un slovène s’évertue à s’exprimer en français alors que les français s’expriment dans la langue de Shakespeare.

    Il est certaines valeurs qui ne s’expriment qu’en Français !

    « C‘est une belle langue à qui sait la défendre. Elle offre des trésors de richesse infinies. On dirait que le vent s’est pris dans une harpe et qu’il a composé toute une symphonie ».

    Bien amicalement à vous et à ce soir.

    Jacques

  4. SEDAT dit :

    Bjr Jean-Pierre Raffarin…!

    Hier,au « Grand Jury/RTL/Le Figaro/LCI »,vous avez été extrêment performant,la France sous cette soi-disante 5 ème République a besoin de vous plus que jamais et moins que demain à un moment crucial,critique et sensible de son histoire et à mi-quinquennat du mandat de Nicolas Sarkozy,c’est le moment de le conseiller fortement et de l’entourer raisonnablement afin d’éviter d’aller tout droit à la catastrophe…!
    Un grand merci,@+,Reynaldo.

  5. SEDAT dit :

    http://videos.tf1.fr/infos/comme

  6. SEDAT dit :

    Pardon pour l’erreur 404…! (Bog informatique).
    Allez voir le commentaire politique de Christophe Barbier de ce jour sur TF1/LCI…!

  7. jany guiot dit :

    Vu dans Le Figaro.
    Raffarin appelle de ses vœux l’acte II du quinquennat.

    Le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin montre encore une fois des chemins qui peuvent être très intéressant pour le devenir des français, notamment dans le cadre des retraites mais aussi dans celui du financement des comptes sociaux.

    Contrairement à la proposition de Monsieur le Premier Ministre, je préférerais que nous parlions que d’une TVA sociale de réajustement.
    Nous ne sommes pas arrives au point de ne plus devoir responsabiliser les entreprises et les salaries…
    Dans le prélèvement direct des charges, il serait intéressant de trouver une valeur plafond qui s’alignerait sur la plupart des pays d’Europe (quitte a prévoir des réunions en ce sens en exposant nos critères et nos suggestions)

    La raison principale de ce choix est que dans tous les cas la TVA sociale ne serait pas acceptée par la majorité des français et du syndicalisme.
    Avant tout initiative dans ce sens essayons la voie du consensus sociale.

    Par contre le financement mixte pourrait trouver un consensus.
    Nous avons besoin d’un système mixte de financement des retraites et aussi de tous nos comptes sociaux…
    Un financement à partir des revenus (limite dans ses prélèvements)
    Un prolongement de la durée de cotisation
    Un financement à partir d’une TVA sociale de réajustement.

    En diminuant les prélèvements directs sans déresponsabiliser les entreprises et les salaries, les entreprises amélioreraient leurs positions face a la concurrence étrangère, notamment des régions du monde a bas prix de production car les produits importes seraient eux aussi assujettis a la TVA sociale d’ajustement, pendant que dans le même temps les prélèvement obligatoires se verraient diminues.

    Veuillez agréer Monsieur le Premier Ministre, l’expression de ma très haute considération.

    jany guiot

  8. jany guiot dit :

    La 404 Peugeot etait une tres belle voiture et elle a donne beaucoup de bonheur a ses proprietaires, nous l’a croisons encore sur toutes les routes du monde, de l’Afrique a l’Asie.

  9. Caroline dit :

    Je ne comprends pas Monsieur le Premier MInistre, je me souviens que vous étiez contre cette proposition de tva sociale lorsqu’elle a été évoquée en 2007 (vous aviez regretté qu’elle avait fait perdre 60 postes de députés à l’UMP, je me rappelle bien). Encore que personne n’avait mis cette proposition sur la table c’est Laurent Fabius qui avait coincé JL Borloo lors d’un débat.

  10. Hélène F dit :

    Bonjour M. Raffarin,

    je suis Hélène Franchineau, je viens de Loudun, mon oncle est Robert Franchineau, producteur de melons et vice-président de la Caisse régionale du Crédit Agricole Touraine/Poitou.

    Je vous écris car je finis actuellement mon Master de journalisme à l’école de Sciences Po Paris. Egalement passionnée par la Chine (j’y ai vécu 2 ans), je pars la semaine prochaine couvrir l’exposition universelle de Shanghai pour divers médias.
    Je sais que vous vous y rendez également, je voudrais vous demander une interview sur le thème de la présence de la région Poitou/Charentes en Chine, et les relations franco-chinoises dans une Chine qui a retrouvé sa place.
    Je vous ai fait parvenir un courrier au Sénat, sinon vous avez mon email indiqué dans le formulaire de commentaires.
    Je pars le 27 avril pour deux mois, n’hésitez pas à me contacter, je me tiens à votre disposition.
    Respectueusement,

    Hélène Franchineau.

  11. SEDAT dit :

    @ »jany guiot »…!

    La peugeot,ce n’est peut-être pas une erreur de trajectoire…! lol

  12. Alain Soler dit :

    De quel égo s’agit-il ?

    Faut-il imaginer que JPR, l’un des cadres éminent de la majorité ait cet égo si développé qu’il puisse successivement se permettre :

    - de dénoncer une impasse institutionnelle où il faudrait choisir entre régime présidentiel à la française avec un Fillon vice-président ou régime à la mode Chiraquienne !
    On se pince tant on croit rêver devant ce délire inutile et néfaste quand le débat constitutionnel préparé par le programme présidentiel et le comité Balladur c’était en 2008.

    - de publiquement avoir voulu imposer à l’assemblée et au gouvernement un nouveau pacte majoritaire en mettant François Fillon dans une position impossible menant inévitablement s’il vous avait suivi au clash institutionnel comme Chaban-Delmas avec Pompidou !

    - de publiquement « Conseiller » le Président lors du passage sur RTL dimanche ! Nicolas n’est pas bégueule quand aux formes protocolaires mais enfin il ne faudrait pas se moquer du monde.
    Comment voulez-vous qu’un président réagisse quand l’un des généraux de sa majorité vient publiquement lui dire se qu’il doit faire, comme un vulgaire dictat de putschistes, alors que les réunions de groupe de la majorité où les entretiens privés sont dévolus à ce genre de dialogue. N’ai-je pas entendu JPR se féliciter de réunions mensuelles avec le Président ! Pétition rebelote!
    Mettre le Président dans cette situation conduit nécessairement à une dégradation des relations !

    - de publiquement, en parlant de la gestion du drame de la tempête Xynthia avoir évoqué l’inhumanité des décisions des procédures mises en place ; en soutenant ceux dans les communes ainsi que leurs maires dans la contestation –comble politique en soutenant Royal – contre Borloo et Cécile Duflot qui soulignait le courage du gouvernement et du ministre de l’environnement ! On rêve devant tant de jeu stérile !

    « Ecouter les territoires c’est la vie » disiez-vous hier, les cinquante deux victimes et leurs familles n’ont pas nécessairement ce point de vue après ce qu’il faut bien appeler un drame prévisible (avertissements DDE-zone rouge) dans lequel les autorités locales ont une immense responsabilité !!!

    Je ne doute pas d’ailleurs que les victimes, demandent des comptes devant la justice à des élus locaux dont il semble bien, qu’hier comme aujourd’hui, ils soient plus tourmentés par l’avenir de leurs budgets communaux que par l’avenir de leurs administrés face au danger maritime qui les menaçait et les menace toujours.

    Humanité ou inhumanité quel est ce langage d’anthropologue qui voudrait laisser penser que nos gouvernants ne seraient pas sensibles à la détresse humaine de ces familles doublement touchées dans leurs chairs et leurs biens, alors que la responsabilité incombe aux incuries locales !

    Imaginons que deux mois avant le drame les autorités aient procédé aux mêmes décisions sous le principe de précaution et fassent évacuer les lieux- êtes-vous certain de pouvoir parler aujourd’hui sans honte de mesures inhumaines alors que 52 vies auraient été épargnées ?

    Cher JPR vous n’avez pas le monopole de l’humanitaire ni du social
    Alain

  13. Claude dit :

    Bonsoir Caroline,

    Ce n’est pas la TVA sociale qui a fait perdre 60 sièges à la droite. C’est l’incapacité pour les candidats de droite de défendre les bonnes idées. Cela fait trois ans que la droite laisse la gauche tourner ses propositions en dérision sans trouver les mots pour renvoyer la balle. Chaque bonne idée de la droite fait long feu. A croire que les barons de droites se frottent les mains chaque fois que l’exécutif est confronté à un obstacle. Si on avait mis autant d’ardeur à défendre la TVA sociale qu’à défendre l’interdiction de la burqa elle aurait été acceptée comme une bonne idée.

    Quand on a une bonne idée on la travaille et on construit un argumentaire avant de la mettre sur le marché. Imaginez Akio Morita mettant son baladeur sur le marché sans préalable marketing. Cela serait devenu une mauvaise idée.

    Souvenez-vous du collège et du bon élève tourné en dérision par les cancres avec des arguments débiles mais qui tétanisaient le bon élève incapable de faire taire les moqueurs qui mettaient toujours les rieurs dans leur poche. Les bons élèves de droite sont tétanisés par la gauche virtuose en moquerie et en dérision politique. Si la gauche pouvait pratiquer l’économie et le bon sens avec la même virtuosité nous aurions une gauche utile.

    La TVA sociale est une des meilleures bonnes idées fiscales depuis l’invention de la TVA par Maurice Lauré (qui était une tellement bonne idée qu’elle a été reprise par beaucoup de pays).

    La TVA sociale (inventée par la Suède) a été instaurée en Allemagne avec succès (avec l’industrie néerlandaise, l’industrie allemande est la locomotive de l’industrie européenne grâce à l’excellente politique industrielle de l’Allemagne). Je suis à peu près convaincu qu’elle verra le jour en France. La réforme des retraites peut être l’occasion de la mettre en œuvre.

    La sottise consisterait à l’appeler TVA sociale de réajustement ou quelque chose d’équivalent avec la même connotation. Avec ce nom elle serait clairement un outil protectionniste aux yeux du monde. Elle doit apparaitre clairement comme une taxe réellement à vocation sociale interne à la France, voire à l’Europe.

    Je me demande dans quelle mesure les syndicats et la gauche ne trouverait pas que la TVA sociale serait une bonne alternative à un allongement trop important de la durée de cotisation et la proposeraient eux même. Les pirouettes ne les gênent pas vraiment. Ils sont doués pour ça. On peut les aider.

    L’instauration de la TVA sociale n’empêcherait pas de tout mettre en œuvre pour recréer une industrie en France. La naïveté qui consistait à croire que l’industrie des services aux personnes serait une alternative intéressante à la désindustrialisation de la France a fait long feu et les décideurs politiques ont enfin compris que le service aux personnes n’était qu’un excellent outil de redistribution des richesses produites par nos industries. Comme les produits industriels nécessiteront de moins en moins de main d’œuvre il sera nécessaire d’avoir un moyen de redistribution des richesses produites qui ne sera pas de l’assistanat pur et simple aux gens valides.

    Cordialement,
    Claude

  14. Jacques D'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Chère Caroline,

    Il me semble qu’en juin 2007, compte tenu de la complexité du sujet sur lequel il fallait donner beaucoup d’explications aux français, Monsieur Raffarin avait regretté qu’un débat sur la Tva Sociale avait été lancée entre les deux tours des Elections Législatives ayant amené des répercussions sur ces élections (perte d’environ 60 postes de députés à l’UMP).

    Bien amicalement

    Jacques

  15. SEDAT dit :

    http://videos.tf1.fr/infos/2010/3-millions-pour-un-sceau-imperial-chinois-5821182.html

  16. jany guiot dit :

    C’est toujours la première fois
    Par Jean Ferrat
    Album: Jean Ferrat – Vol. 2 (1999)

    Enfin enfin je te retrouve
    Toi qui n’avais jamais été
    Qu’absente comme jeune louve
    Ou l’eau dormante au fond des douves
    S’échappant au soleil d’été

    Tu peux m’ouvrir cent fois les bras
    C’est toujours la première fois

    Absente comme souveraine
    Qu’on voit entre deux haies passer
    O toi si proche et si lointaine
    Dès que l’amour file sa laine
    Entre nos doigts désaccordés

    Tu peux m’ouvrir cent fois les bras
    C’est toujours la première fois

    La faim de toi qui me dévore
    Me fait plier genoux et bras
    Je n’aurais pas assez d’amphore
    Ni de mots encore et encore
    Pour y mettre son terme bas

    Tu peux m’ouvrir cent fois les bras
    C’est toujours la première fois

    La soif de toi par quoi je tremble
    Ma lèvre à jamais desséchée
    Mon amour qu’est-ce qu’il t’en semble
    Est-ce de vivre ou non ensemble
    Qui pourra m’en désaltérer

    Tu peux m’ouvrir cent fois les bras
    C’est toujours la première fois

    L’amour de toi par quoi j’existe
    N’a pas d’autre réalité
    Je ne suis qu’un nom de ta liste
    Un pas que le vent sur la piste
    Efface avant d’avoir été

    Tu peux m’ouvrir cent fois les bras
    C’est toujours la première fois

  17. jany guiot dit :

    Effets de la TVA sociale (voir le site du WIKIPEDIA)
    Afin de vous faire votre propre opinion et surtout de ne pas subir d’influence qui pourrait fausser votre libre comprehension…

    Une partie du coût du travail : Cotisations sociales dans les pays de l’OCDE.La TVA sociale vise à changer le mode de financement de la protection sociale, en augmentant la TVA et en baissant d’un montant équivalent (ou en éliminant) les cotisations sociales. Les résultats positifs espérés sont alors que :

    le coût du travail local est réduit (baisse des charges), aidant les entreprises nationales à être plus compétitives, renforçant l’attractivité économique du territoire et augmentant les flux d’IDE (entrée de capitaux étrangers), maintenant ou augmentant le PIB et l’emploi du territoire. Cela peut contribuer à réduire le travail dissimulé ;
    le prix de vente des produits importés augmente (hausse de la TVA non amortie par une baisse de cotisations) ;
    le prix de vente des produits locaux baisse sur le marché domestique (si la hausse de la TVA est moindre que la baisse du coût de production lié à la baisse des cotisations) et surtout à l’exportation. Cette baisse sera faible voire nulle si les décideurs d’entreprise ne répercutent pas la baisse des cotisations sur les prix de vente, et choisissent d’augmenter les profits, les salaires, ou les investissements ;
    en allégeant le poids des cotisations sociales patronales dans le coût du travail, les hausses de salaire net sont facilitées car elles coûtent moins cher à l’entreprise, n’entraînant plus de hausse simultanée des cotisations sociales ;
    les salaires nets restent inchangés (le niveau des prélèvements obligatoires restant identique), ou éventuellement augmentent (cf. ci-dessus) ;
    selon les partisans de la TVA sociale une augmentation de la rentabilité des entreprises sur le territoire inciterait celles-ci à y investir, créerait des activités économiques et donc de l’emploi.
    Par ailleurs, la théorie économique de l’équilibre général prévoit que la déviation des profits ou des salaires loin de leur niveau d’équilibre soit ramenée à zéro sur le moyen terme du fait de la concurrence. Les « perturbations » induites par la TVA sociale s’estomperaient donc à terme, alors que ses effets positifs perdureraient.

    Les résultats négatifs possibles sont :

    une baisse du pouvoir d’achat si la baisse des prix hors taxe (HT) ne compense pas la hausse de TVA (le type de ménages concernés dépendant des augmentations relatives de TVA selon les biens) ;
    une relance de l’inflation (cet effet est particulièrement mis en valeur par le MINEFE et Christine Lagarde : « sans un accompagnement ferme en matière de maintien des prix, [la mise en place de la TVA sociale] ne serait pas propice, en ce qu’elle serait facteur d’inflation et probablement peu créatrice d’emplois. »)[5] ;
    un effet d’aubaine pour certaines entreprises qui peuvent profiter de la baisse des cotisations pour augmenter leurs profits et non pour baisser leurs prix hors taxe, en particulier sur les secteurs où la concurrence économique est la moins forte ;
    si la hausse de TVA est trop forte (plus de 5 points environ), la fraude fiscale et la contrebande risquent de devenir des problèmes économiques importants.
    En France, les effets de la TVA sociale avaient été étudiés dès 2004, au sein d’un modèle économique global, par une analyse de la DGTPE (une direction du MINEFI) dans un rapport[6] remis au ministre des finances de l’époque Nicolas Sarkozy (rapport établi suite à une commande de la Commission des finances du Sénat), et dans une analyse de la Chambre de commerce de Paris. Ce rapport prévoyait, dans un des scénarii envisagés, un effet légèrement positif sur l’emploi au bout de deux ans, et sur le long terme un effet nul sur l’emploi et une légère baisse du PIB à cause d’un effet désincitatif sur l’investissement[7].
    Etc…

    Lisez l’article complet….C’est pourquoi je proposais une TVA Sociale de reajustement (le reajustement concernait le necessaire appoint pour l’equilibre de nos comptes sociaux)

  18. jany guiot dit :

    Selon Wikipedia et toujours dans un soucis d’eveil…

    Au Danemark
    Entre 1987 et 1989, le Danemark, qui dispose d’un niveau élevé de protection sociale, a abaissé les cotisations sociales des employeurs de 50 % à 30 % en finançant la mesure par une hausse de 3 points du taux de TVA, porté à 25 %.

    Cette réforme n’a pas eu d’effet particulier sur l’inflation selon un rapport du Sénat français[10]; elle a selon le même rapport contribué aux succès de l’économie danoise qui ont suivi : baisse du taux de chômage à 5,5 %, excédent budgétaire, croissance élevée (+3,4 % en 2005), balance commerciale positive. Cependant, durant la période considérée, 1987-1989, la croissance danoise a fortement marqué le pas par rapport au reste de l’Europe, les effets de cette mesure s’ajoutant à des mesures récessionnistes prises l’année précédente.

    En 2002, la TVA représente au Danemark 33 % de ses recettes fiscales, contre 25 % du revenu fiscal en France[11]. Par ailleurs, les impôts directs (revenus des personnes) représentent 53 % des recettes (contre 17 % en France).

    La structure fiscale d’ensemble est donc très différente, et aboutit, pour les bas salaires, à un coin socialo-fiscal parmi les plus élevés dans l’OCDE[12].

    En Allemagne
    En Allemagne, le gouvernement d’Angela Merkel a fait passer au 1er janvier 2007 le taux de TVA de 16 % à 19 % pour financer une partie de la protection sociale (la TVA sur les produits alimentaires n’étant, elle, pas modifiée). Cette hausse de TVA peut s’apparenter à une TVA sociale, puisque les cotisations sociales en Allemagne ont été réduites de l’équivalent de 1 point de TVA.

    Comme en France, les produits de première nécessité sont taxés à un taux faible (5,5 % actuellement), l’impact de la hausse de TVA sur les inégalités a donc été réduit.

    L’effet sur le taux d’inflation[13] est encore difficile à évaluer : hausse des prix de 1,17 % entre janvier et mai 2007, contre +0,92 % sur la même période en 2006 [14], même si les chiffres dénotent sans doute d’une légère accélération (hausse supplémentaire des prix de 0,25 % en cinq mois, soit 0,6 % sur l’année en projection). On peut relever par ailleurs que les consommateurs allemands ont fortement anticipé fin 2006 leurs achats de biens durables, induisant ainsi un effet dépressif sur les prix début 2007, qui a pu contrebalancer l’impact inflationniste d’une hausse de TVA.

    Cette TVA sociale agit comme une dévaluation compétitive, et favorise la compétitivité de l’Allemagne au détriment de ses principaux partenaires commerciaux (le 1er étant la France), nonobstant le fait qu’elle est dans le cas considéré d’ampleur limitée (1 % de TVA).

  19. bonnin dit :

    Monsieur le Sénateur,

    Concernant l’âge de la retraite, vous dîtes que la pénibilité doit être prise en compte alors pourquoi rejeter celle des infirmières. Je trouve affligeant de nous faire du chantage (catégorie A contre la retraite à 60 ans). Notre profession est bafouée par Mme Bachelot qui ne connait rien à notre profession. Il faut, Monsieur le Sénateur, rejeter le texte de la retraite des infirmières par respect pour ces dernières. Respectueuses salutations.

  20. SEDAT dit :

    @ »bonnin »…!
    J’ai une de mes soeurs qui est infirmière,dans les hopitaux,ils suppriment des lits,certains patients/malades dorment dans les couloirs…! mdr (Cynisme).
    Alléluia.

  21. Claude dit :

    Bonnin,

    Vous apportez la démonstration que dès que l’on va parler de la pénibilité on va ouvrir la boîte de Pandore. Chaque catégorie de travailleurs va se trouver victime d’une pénibilité particulière.

    Comme les sinécures ne sont pas les cas les plus courants on va vite être confronté à toutes les récriminations possibles sur ce sujet.

    Ne rêvons pas. Si on veut vraiment régler le problème des retraites en prenant en compte les plus grandes pénibilités, il ny aura que 5 ou 10% des cas qui pourront être pris en compte (ou alors 95 % ce qui reviendrait à ne rien prendre en compte puisque tout le monde se retrouverait à égalité).

    Cordialement,
    Claude

  22. Médéric L. Pascal dit :

    So important indeed! Vital, crucial, and most imperative! And… What about the Abacus case? Well, you know, we will have to wait until we get a fair and approved translation of the reports before we can take a stance…

    Yours francophonetically,
    ‘Ich bin ein Berliner!’-MLP

  23. Carole dit :

    Savent plus quoi inventer pour plomber les finances.
    L’UE clône du Venezuela ou de Cuba.

    http://www.timesonline.co.uk/tol/news/world/europe/article7100943.ece

    Antonio Tajani (commissaire européen à l’entreprise et `l’industrie) décrète que maintenant le TOURISME est un droit de l’homme.
    Jeunes de milieux défavorisés, retraités, personnes à petits revenus feront du tourisme aux frais du contribuable européen.

    La grece est en pleine apocalypse, l’EU a le feu aux « bip » avec le surendettement des états et y-en a qui pense au tourisme.
    TRAVAILLER, ils savent ce que cela veut dire !!!!!!!!!!
    Ca va être ca la nouvelle gouvernance mondiale, avec en tête une gouvernance européenne complétement à gauche ?
    Quand je vois au nom du principe de précaution le « bip » déclenché par les fonctionnaires des Etats Européens concernant l’aérien, je comprends que l’on nous appelle Le Vieux Continent !!!!!!!!
    A gauche toute ………………………………………..

    Tiens en parlant de gauche, je ne dis pas merci à Chirac !
    Grâce à lui quand même (gueguerre entre lui et VGE) on s’est pris Mitterand pendant combien de temps ? La facture on l’a paye encore aujourd’hui. Franchement, il y en a qui sont amnésiques.

  24. Alain Soler dit :

    La TVA sociale

    Une idée intéressante et juste, est-elle pour autant susceptible d’être adoptée au cours de ce quinquennat? J’en doute pour une raison très simple, la même qui s’imposa dans l’entre-deux tours des législatives à l’issue d’un cafouillage calamiteux pour la majorité.

    Sauf erreur, si une expérimentation était envisagée, cette TVA sociale ne faisait partie ni du programme présidentiel – officiel – défendu par Nicolas Sarkozy ni du programme majoritaire destiné à soutenir son action. Le rapport Besson « Tva sociale de septembre 2007 » fixait parfaitement bien les conditions pédagogiques nécessaires pour un tel bouleversement.

    Si cette simple mesure – restée au stade d’idée – eut ces effets si dévastateurs sur le second tour des législatives, c’est que les français – avec l’aide bien intentionnée des opposants qui en rajoutèrent- eurent le sentiments d’être mis devant le fait accompli d’une mesure complexe et trouble, si contraire à leurs habitudes et qui immanquablement allait peser sur les prix !

    L’idée d’une volonté de tromperie était facile à inoculer par les opposants, on avait volontairement caché cette mesure afin de duper les français.

    Il y a une réelle difficulté à expliquer les mécanismes de taxation compensée – idéalement à somme nulle – TVA sociale mais également taxe carbone, taxe professionnelle.
    Malheureusement l’expérience vécue, assez négativement, avec la récente réduction de la Tva dans la restauration et sa bien modeste répercussion sur les prix ne milite guère en sa faveur.

    Vouloir lier aujourd’hui la réforme des retraites, rendue nécessaire par l’accélération des déficits des régimes liés à la crise et l’introduction de la TVA sociale serait une erreur, susceptible de faire capoter l’ensemble de la réforme.

    Pour demeurer dans la clarté et la loyauté avec l’électorat cette mesure ne peut être envisagée qu’à la suite d’une longue période de concertation et de simulations pédagogiques dans le cadre d’un nouveau programme et d’un nouveau mandat.
    Alain

  25. Daniel HOULLE dit :

    Cher Jean-Pierre,
    Mon fils Martial, directeur juridique d’un groupe qui oeuvre dans la fourniture d’énergie aurait besoin de te rencontrer. Dis-moi comment il peut te joindre et prendre rendez-vous.
    Merci,
    Amitiés,
    Daniel

  26. jany guiot dit :

    Monsieur le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin,

    LA REFORME DES RETRAITES ET LE PROBLEME DU TRAVAIL DES SENIORS…

    La retraite et les Seniors le 21 Avril 2010

    Aujourd’hui tout le monde, c’est a dire tous les partenaires sociaux, tous les élus, tous les français, sont persuades que la reformes des retraites et dans la foulee tous les comptes sociaux ont besoin d’être repense dans leur financement.

    Concernant les retraites, le problème de l’activité des seniors devient la pierre angulaire d’un système qui demande la contribution de tous.
    Si l’on décide de travailler plus longtemps, nous devons pouvoir permettre a tous de remplir leur carnet de trimestres ou d’annuités…

    Les syndicats vont donc demander des garanties, les élus représentants du peuple vont chercher a légiférer sur l’employabilité des seniors, les autres vont hurler en disant une très grosse sottise, en déclarant que les seniors trouveront un emploi car l’on sera dans le plein emploi…Ce qui est faux si l’on prend en compte notre histoire sur les trente dernières années…

    Ne reformons pas le financement des retraites sans au moins s’assurer de la source réelle du financement et de sa fiabilité dans le temps.
    Dire que les seniors auront le plein emploi et dans la réalité s’apercevoir que le taux ne sera que de 20 a 30% est une tromperie…

    J’ai déjà parle de propositions de financement.
    Le financement mixte pourrait trouver un consensus.
    Nous avons besoin d’un système mixte de financement des retraites et aussi de tous nos comptes sociaux…
    Un financement à partir des revenus (limite dans ses prélèvements)
    Un prolongement de la durée de cotisation
    Un financement à partir d’une TVA sociale de réajustement.

    Pour le Seniors, je fais cette proposition qui poussera les entreprises, les syndicats, les élus, a se responsabiliser…dans le temps…

    Tout Senior qui aura dépasse l’age de 50 ans, enregistre comme chercheur d’emploi (indemnise ou non) ayant 25 ans minimum de cotisations, verra ses trimestres valides automatiquement sur la base de la moyenne de ces 25 ans…
    Ce sera à l’Unedic, aux représentants des entreprises, aux pôles emploi, aux syndicats de donner la preuve s’il y a des abus…
    Par exemple:
    Un chercheur d’emploi qui refuserait toutes les offres que les organismes lui présenteraient sur une période d’un an…

    Le Senior qui n’aurait plus d’activité au delà de ses 50 ans pourrait faire l’objet d’un suivi particulier par les organismes sociaux afin de vérifier sa situation réelle et la qualité de ses recherches d’emploi.
    Chaque serait valide a la suite de ce contrôle…

    L’objet de cette mesure n’est pas d’encourager l’inactivité, mais surtout de répondre à une nécessite sociale.
    Les Seniors ont aussi le droit a l’emploi comme les autres…Si la société toute entière ne les reconnaît pas dans leur existence faisons en sorte qu’ils soient au moins reconnus dans leurs droits.

    Depuis les années 80, nous n’avons jamais vu le plein emploi…N’écoutons pas les sirènes de l’économie qui n’arrêtent pas d’en chanter les bienfaits…
    Au contraire construisons le devenir sur des fondations solides et réelles…

    Veuillez agréer Monsieur le Premier Ministre, l’expression de ma tres haute considération.

    jany guiot le 21 Avril 2010

  27. SEDAT dit :

    Bjr Jean-Pierre Raffarin…!

    Allez l’Olympique Lyonnais…! Historique (Demi-Finale de la plus belle des « Coupes d’Europe »).
    http://cibou07.skyrock.com/photo.html?id_article=340423636&rev=0
    Hier,Inter de Milan 3 / Barcelone 1…!

    Excellente journée et bon match de feu,@+,Reynaldo.

Laisser un commentaire