Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

6 commentaires

  1. SEDAT Reynaldo dit :

    Bjr Jean-Pierre Raffarin…!

    Je trouve très respectueux de votre part de tenir en considération et de mettre en valeur certains commentaires de nos « Cybernautes/Internautes » notamment ce projet d’une gare TGV dans le sud Vienne qui comme vous l’avez écrit,notre ami Ernest Gransange en a imaginé les grandes lignes…!
    Excellente journée @Tous…!

  2. jany guiot dit :

    L’UMP veut rattraper son retard sur Internet avant 2012
    LEMONDE.FR | 30.09.10 | 11h44 • Mis à jour le 30.09.10 | 12h17 Réagissez (10) Classez Imprimez Envoyez Partagez
    Partagez :

    AFP/MARTIN BUREAU
    Le porte-parole de l’UMP Frédéric Lefebvre répond aux questions des journalistes, le 20 avril 2009 au siège de l’UMP à Paris.
    L’UMP veut mener la contre-offensive contre la « gauchosphère ». Ce concept quelque peu flou, inventé durant l’été par le président des jeunes de l’UMP, Benjamin Lancar, désigne une réalité, celle d’un Web français où le parti majoritaire a bien du mal à se faire une place. Mais dans lequel il est décidé à entrer en force d’ici à la présidentielle.

    A 8 heures par e-mail, recevez la Check-list, votre quotidien du matin
    Abonnez-vous au Monde.fr : 6€ par mois + 1 mois offert
    UMP et Web, trois ans de tensions
    - Hadopi : la loi contre le téléchargement illégal est le plus gros casus belli entre UMP et internautes. Mal ficelée, conçue avant tout pour contenter les lobbies musicaux et audiovisuels, votée par des députés souvent totalement ignares en matière de Web, la loi réprimant le téléchargement illégal, pourtant extrêmement technique, a créé un véritable conflit générationnel et suscité une lutte acharnée de nombreux acteurs du Web, très relayés sur Internet.

    - Les charges anti-Web des députés et ministres: On se souvient des déclarations de Frédéric Lefebvre demandant « combien faudra-t-il de jeunes filles violées (…) de morts suite à l’absorption de faux médicaments (…) d’adolescents manipulés (…) de bombes artisanales ? » avant une régulation du Net. Il y a aussi eu la plainte de Nadine Morano contre un internaute ayant commenté une vidéo d’elle d’un « Hou la menteuse ». Les prises de position, souvent caricaturales, se sont multipliées dans la majorité contre ce nouveau média, des critiques qui ont atteint leur pinacle avec la violente charge contre le site Mediapart.

    - Des initiatives malheureuses : Fin 2009, les « Jeunes pop » mettent en ligne un « lipdub » où les ministres dansent et chantent aux côtés des militants UMP. C’est un succès d’audience, mais avant tout un objet de moquerie. Quelques temps plus tard, l’UMP lance son réseau social, les « Créateurs de possibles ». D’un coût élevé (250 000 euros), ce site destiné à faire remonter les propositions des militants et annoncé comme une révolution est un échec en terme d’audience et de participation.

    Sur le même sujet
    Zoom Quand l’UMP se fait passer pour le PS sur Twitter
    C’est le publicitaire proche de l’UMP Arnaud Dassier, co-responsable de la webcampagne de Nicolas Sarkozy en 2007, qui en a fait l’amer constat, au mois d’août, dans deux billets au vitriol sur son blog (ici et là) : « Il serait temps que l’UMP réinvestisse l’Internet, non comme elle le fait actuellement, en l’utilisant exclusivement comme un relais supplémentaire pour écouler sa propagande ou ses critiques de l’opposition, mais en participant aux débats qui s’y déroulent de manière constructive ». Une critique à laquelle beaucoup souscrivent au sein du parti.

    L’UMP « E-RINGARDISÉE »

    Si sa webcampagne de 2007 fut plutôt efficace, l’UMP a eu le plus grand mal, depuis, à se tailler une place sur le Net. Entre les déclarations anti-Web de quelques élus de la majorité, la bataille homérique autour de la loi Hadopi contre le téléchargement illégal, les initiatives malheureuses (le « lipdub » des Jeunes populaires) et les échecs (le réseau social des « Créateurs de possibles »), l’UMP « s’est elle-même e-ringardisée et fabriqué de toute pièce une image anti-Internet, autant dire anti-modernité, voire anti-jeunes », estime Arnaud Dassier.

    Force est de le constater, le parti présidentiel n’a pas su réagir sur le Web au développement d’un anti-sarkozysme moteur pour nombre de blogs. Il suffit de taper le nom du chef de l’Etat sur Google ou Dailymotion pour le constater : parodies, caricatures parfois violentes, vidéos visionnées et reproduites des dizaines de milliers de fois… Nicolas Sarkozy est certainement le premier chef d’Etat français à prendre de plein fouet l’impact du Web social, qui oppose l’humour et la parodie à la communication du gouvernement.

    La manière dont l’UMP communique est également en question : le parti »colle » au message du gouvernement, parfois jusqu’à la cocasserie, à l’exemple des « éléments de langage », ces argumentaires prémâchés distribués aux ténors de la majorité qui les répètent ensuite dans les médias, au risque de la redondance. Mais dans cette logique de « pack » de rugby, peu de place – c’est un euphémisme – est laissée au débat militant, à la critique ou à la contre-proposition, au risque d’empêcher l’existence d’une « droitosphère » pour faire pendant à la « gauchosphère ».

    LE WEB FRANÇAIS « DE GAUCHE » ?

    Certains, à l’UMP, à commencer par Benjamin Lancar, avancent cette explication aux difficultés numériques de la majorité : selon eux, le Web français est intrinsèquement dominé par la gauche. Une analyse simpliste, estime Guilhem Fouetillou, directeur de Linkfluence, agence spécialisée dans l’analyse de contenus sur le Web : « Il devient de plus en plus difficile de dire que le Web est ‘de gauche’. Sociologiquement, les internautes sont de plus en plus représentatifs de la population en général. Et certes, la gauche est dominante dans la production de contenus politiques sur Internet, mais l’extrême-droite est également très forte ». Selon lui, « on produit des contenus sur Internet lorsqu’on se sent sous-représenté. C’est l’élément-clé : l’UMP est au pouvoir et n’a pas besoin de produire ses propres médias pour exister ».

    Jusqu’à présent, la droite s’est contentée d’une communication institutionnelle, augmentée de quelques succès. Certains ministres, comme Nathalie Kosciusko-Morizet, certains parlementaires également, ont ainsi su investir Internet, notamment via Twitter, mais aussi par leurs blogs personnels : le sénateur Alain Lambert, les anciens premiers ministres Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin, le député Lionel Tardy.

    Mais le phénomène reste marginal, au point que les sympathisants de droite se plaignent souvent de leur « solitude » sur le réseau de microblogging face à la gauche. Même phénomène dans la « blogosphère » : au-delà des cercles militants, les blogs favorables à la majorité sont rarissimes, « une masse manquante », pour Guilhem Fouetillou, alors même que la droite « villepiniste » ou l’extrême-droite sont très actives (voir la carte interactive de Linkfluence).

    1 | 2 | suivant Samuel Laurent

  3. jany guiot dit :

    L’entretien de l’ancien Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin au quotidien Libération montre qu’il a une réelle vision politique du devenir pour la France…

    Comme il a su dire « François Fillon et moi, nous n’avons pas fait le même métier »..
    En réponse aux agitations médiatiques de celui qui doit quitter son poste a Matignon…

    Monsieur Jean-Pierre Raffarin aurait certainement préfère plus de « Fair Play », plus d’élégance, plus de conscience politique, venant de Monsieur Fillon en fin de parcours…

    Il rappelle aussi « Quant au Premier ministre (…) sa priorité de chef de la majorité doit être d’apaiser la démocratie française, la violence du débat politique est inacceptable ».
    Espérons qu’il soit entendu par tous…
    Le successeur de François Fillon devra avoir la dimension d’un homme d’Etat et devra savoir apaiser tout en accordant de la place au dialogue social, au dialogue de proposition…

    Le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin parle aussi de « Annoncer un remaniement plusieurs mois à l’avance, n’était-ce pas une erreur? »
    C’était une erreur car le « leader » doit au contraire veiller à ce que son organisation soit concentrée sur l’objet de ses activités, sur l’action de gouverner la France.
    Le remaniement annonce plusieurs mois a l’avance a jeté un froid dans les relations au sein du gouvernement et aussi avec les grandes institutions de l’Etat.
    Tout en donnant des petites phrases en lecture aux medias friands..
    Au fond ce « je t’aime moi non plus », en accordant trop de temps au remaniement est un peu « enfantin »..Nous ne changerons pas les grands hommes d’Etat….

    Monsieur Raffarin parle aussi « Une adaptation institutionnelle est maintenant nécessaire. Entre l’autorité et l’écoute, il faut trouver le bon équilibre »
    Une phrase qui semble anodine mais qui est très profonde dans sa lecture…

    En 2012, « choisir » entre « un retour à la pratique traditionnelle de la Ve République » ou une « VIe République avec un système de leadership à la française » ».
    Cela demandera une réelle prise de conscience pour le Président s’il est reelu !

    On ne gouverne pas seul, le « leader » doit être en continuel dialogue avec son organisation, avec ses institutions, avec les partenaires sociaux et avec les français administres…
    Il y a un besoin de respect et de reconnaissance en France, a tous les niveaux de la societe.

    Le Président de la République doit être un homme de vision, un homme de projet, sans esprit trop partisan, il doit être un rassembleur, un porteur d’horizon et d’espoir pour la France…
    Des qu’il passe la porte de l’Elysée, la dimension de sa tache doit être en accord avec les habits de sa fonction.

    Merci au Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin de nous éclairer de ses propositions.

    Bien cordialement,

    jany guiot

  4. jany guiot dit :

    L’entretien de l’ancien Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin au quotidien Libération montre qu’il a une réelle vision politique du devenir pour la France…
    Comme il a su dire « François Fillon et moi, nous n’avons pas fait le même métier »..
    En réponse aux agitations médiatiques de celui qui doit quitter son poste a Matignon…

    Monsieur Jean-Pierre Raffarin aurait certainement préfère plus de « Fair Play », plus d’élégance, plus de conscience politique, venant de Monsieur Fillon en fin de parcours…

    Il rappelle aussi « Quant au Premier ministre (…) sa priorité de chef de la majorité doit être d’apaiser la démocratie française, la violence du débat politique est inacceptable ».
    Espérons qu’il soit entendu par tous…
    Le successeur de François Fillon devra avoir la dimension d’un homme d’Etat et devra savoir apaiser tout en accordant de la place au dialogue social, au dialogue de proposition…

    Le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin parle aussi de « Annoncer un remaniement plusieurs mois à l’avance, n’était-ce pas une erreur? »
    C’était une erreur car le « leader » doit au contraire veiller à ce que son organisation soit concentrée sur l’objet de ses activités, sur l’action de gouverner la France.
    Le remaniement annonce plusieurs mois a l’avance a jeté un froid dans les relations au sein du gouvernement et aussi avec les grandes institutions de l’Etat.
    Tout en donnant des petites phrases en lecture aux medias friands..
    Au fond ce « je t’aime moi non plus », en accordant trop de temps au remaniement est un peu « enfantin »..Nous ne changerons pas les grands hommes d’Etat….

    Monsieur Raffarin parle aussi « Une adaptation institutionnelle est maintenant nécessaire. Entre l’autorité et l’écoute, il faut trouver le bon équilibre »
    Une phrase qui semble anodine mais qui est très profonde dans sa lecture…

    En 2012, « choisir » entre « un retour à la pratique traditionnelle de la Ve République » ou une « VIe République avec un système de leadership à la française » ».
    Cela demandera une réelle prise de conscience pour le Président s’il est reelu !

    On ne gouverne pas seul, le « leader » doit être en continuel dialogue avec son organisation, avec ses institutions, avec les partenaires sociaux et avec les français administres…
    Il y a un besoin de respect et de reconnaissance en France, a tous les niveaux de la societe.

    Le Président de la République doit être un homme de vision, un homme de projet, sans esprit trop partisan, il doit être un rassembleur, un porteur d’horizon et d’espoir pour la France…
    Des qu’il passe la porte de l’Elysée, la dimension de sa tache doit être en accord avec les habits de sa fonction.

    Merci au Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin de nous éclairer de ses propositions.

    Bien cordialement,

    jany guiot

  5. Herpin jean luc dit :

    Penser que l’arrivée d’une gare TGV à La Ferrière va désenclaver le Sud Vienne et faire venir des entreprises me semble aujourd’hui une suggestion émanant de rêves comblés d’utopie.
    Bien sûr, en tant que citoyen très ordinaire, je ne détiens qu’une partie de la vérité mais vu les orientations économiques d’aujourd’hui qui conduisent à la paupérisation des secteurs ruraux et à l’appauvrissement de la France, sauf des capitalistes boursiers, il faudra qu’il coule beaucoup d’eau dans la Petite Blourde, la Gartempe et la Vienne avant que l’on me convainque du contraire.
    JL H
    Un natif de Persac

  6. Ernest Gransagne dit :

    Bonjour Jean-Luc

    votre réaction me fait penser à tous ceux – les sceptiques de culture – qui disent toujours non.

    Non à tout.

    Non, c’est du rêve, non c’est pas possible, non ça ne sert à rien, non on est bien comme ça…etc…

    Dans le même temps, on veut travailler moins, gagner plus, faire payer aux riches, refuser la loi, défendre ceux qui l’enfreigne, descendre dans la rue AVEC des gamins à qui l’on fait croire que la contestation PERMANENTE va leur apporter la solution pour demain !

    C’est tout cela qui est « du rêve comblé d’utopie » pour reprendre votre expression.

    Le train, comme le tramway d’ailleurs, a été victime des trente glorieuses où l’énergie parraissait sans fin.

    On a cru que pétrole, électricité, eau, étaient sans limites.

    Aujourd’hui, on constate que l’eau est gaspillée pour certains, manque pour d’autres, que l’électricité est la source de grande pollution avec le thermique et que le pétrole même si on nous fait croîre qu’il va bientôt manquer sera toujours plus cher car les pétroliers s’arrangeront toujours à augmenter leur profit.

    Les tramways retrouvent maintenant la cité… Après 60 années d’oubli !

    Le train redevient pour certains un transport possible.

    Mais comme les avions ont besoin d’aéroports, les automobiles de parkings, les trains ont besoin de gares.

    Guéret, préfecture de la Creuse, au 19e siécle, probablement avec des gens comme vous, ont refusé la ligne de chemin de fer Paris Limoges Toulouse…
    Résultat : c’est La Souterraine qui fut choisie.

    Aujourd’hui Guéret s’en mord les doigts, mais il est trop tard pour pleurer.

    Je n’arrive pas à comprendre que vous ne compreniez pas que l’intérêt du plus grand nombre est de profiter du progrès qui s’offre à nous.

    Je ne comprend pas que vous puissiez être satisfait de voir un train partir de Limoges vers Poitiers et que tout le sud Vienne et le nord Limousin devrait se contenter de le « voir passer ».

    Cette attitude est tellement triste que, comme nous le voyons aujourd’hui avec une France en grève, on en arrive à se demander si certains « réflechissent » un peu avant de dire ou d’agir ?

    J’espère que le choix de notre sénateur Jean-Pierre Raffarin, « croîre au désenclavement du sud Vienne » par la réalisation d’une gare, en parallèle avec une vraie nationale à 4 voies, sera suivi.

    Suivi vite, car nous mourrons ici.

    Le natif de Persac que vous êtes qui est maintenant banlieusard de Poitiers, ne devrait pas oublier que ceux qui seraient bénéficiaires de ce train doivent être respectés comme des êtres humains qui ont droit à la mobilité, au confort et au mieux vivre ensemble.

    Ernest Gransagne

Laisser un commentaire