Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

9 commentaires

  1. FROMONT Christine dit :

    Oui à propos du n°3, j’ai entendu parler du programme ITER aux Assises de la mer à Toulon et on a beaucoup évoqué la Chine durant ces deux jours……

  2. Ernest Gransagne dit :

    Monsieur le Premier Ministre,

    Les preuves sont là :

    Le Poitou est tout de même une terre de prédiction !

    Le Président de Région annonce le nom de son Premier Ministre pour le printemps de 2012…

    Notre Sénateur en Vienne annonce deux jours après le Premier Ministre en France et en Chine !

    J’avoue que je suis fier d’être poitevin !

    En attendant, vos contacts avec les dirigeants chinois sont exactement ce que nous devons attendre de nos élus de haut niveau en regard de ce Pays respectable et puissant : la Chine.

  3. Ernest Gransagne dit :

    Ange ou démon ?
    Caïman ou tigresse ?
    Sauvage ou rebelle ?
    Têtue ou obtue ?
    Plus d’Afrique ou plus d’Europe dans les veines ?
    Vacharde ou rancunière ?

    La « Dame aux caméras » dit qu’elle fait tout.

    En fait si des choses se font, c’est parce que d’autres élaborent et construisent à sa place.

    Extrait de Presse de ce jour :

    Ségolène Royal : l’art de la transgression

    zoom
    Ségolène Royal a transgressé, une fois de plus, les codes du Parti socialiste. Photo AFP
    Candidate à l’Élysée en 2007, Ségolène Royal, qui se lance à nouveau dans la course pour 2012, se montre fidèle à elle-même, bousculant tous les codes du Parti socialiste.

    « J’ai une expérience de campagne. Moi, j’aime ça. La droite ne me fait pas peur », confiait récemment cette femme qui fut la seule à accéder au second tour d’une élection présidentielle, en 2007.

    « J’en ai tellement subi lors de la dernière campagne présidentielle de 2007, et pendant le congrès de Reims, et après, je suis très aguerrie », assurait-elle.

    Lors de ce fratricide congrès en 2008, après une belle bagarre avec le camp de Martine Aubry, arrivée en tête au premier tour, Mme Royal avait échoué, à une poignée de voix près, à prendre le PS. Mais elle ne s’était pas découragée, avait continué à bousculer les codes, faisant bouger les lignes avec sa fête de la Fraternité ou son discours de Dakar, l’anti-discours de Nicolas Sarkozy.

    « 2012, c’est déjà demain »

    Dans l’ouvrage Femme debout, avec Françoise Degois en 2009, l’ancienne compagne de François Hollande, père de ses quatre enfants, confiait : « Aujourd’hui, je revis, je suis heureuse, apaisée, j’ai pu surmonter, digérer, même s’il reste quelques arêtes, et 2012, c’est déjà demain. »

    Née à Dakar il y a 57 ans, cette fille d’officier issue d’une famille catholique, adhérente du PS depuis trente ans, a toujours expliqué que, pour elle, « ce ne pouvait être que la gauche ! Pour la droite, j’avais donné ! » Députée des Deux-Sèvres de 1988 à 2007, trois fois ministre, l’énarque, qui fut conseillère de François Mitterrand, a toujours rompu avec la « novlangue » socialiste.

    Réélue brillamment avec 60,6 % en mars dernier à la présidence de Poitou-Charentes, elle a fait du « terrain » son premier atout. On a pu la voir au côté des victimes de la tempête Xynthia, des salariés d’Heuliez, pour la voiture électrique, les éco-énergies, et ses méthodes de « démocratie participative ». « C’est le passage à l’acte permanent, la créativité. On le pense et on le fait », s’enthousiasme une collaboratrice à la Région Poitou-Charentes.

    « J’ai les résultats de mon action sur le territoire. Les gens ne croient plus à la parole politique, mais à l’action politique. C’est la politique par la preuve », fait-elle valoir.

    Ségolène Royal est aussi — et surtout — une habituée des coups politiques. On se souvient de son arrivée fracassante dans une réunion à Dijon de son ancien lieutenant Vincent Peillon, qu’elle soupçonnait de vouloir confisquer son courant, ou de son entreprise de débauchage des militants MoDem pour les régionales, alors que François Bayrou tenait congrès à Arras.

    L’art du contre-pied

    Elle n’a pas son pareil pour prendre à contre-pied, surgir là on ne l’attend pas. À Reims, elle avait mis au « Frigidaire » sa candidature pour le Parti avant de revenir en force. Là, on la croyait rangée, recentrée au centre du parti, renouant avec Martine Aubry qu’elle rencontrait fréquemment et la remplaçant volontiers pour combattre le projet des retraites. Elle a montré qu’elle est avant tout insaisissable.

  4. Ju'âne Pedro dit :

    Quand on parle des chinois dans notre usine, c’est toujours comme de dangereux concurrents qui plombent les finances de nos entreprises.
    Leurs produits sont forcément de mauvaises qualités et leur savoir faire lamentablement piqué aux européens si savants.
    La technologie est du côté de l’occident, c’est clair.
    Et d’ajouter perfidement , z’ont pas inventé la poudre, les chinois !
    Ben, justement, si , ils l’ont inventée  !
    « Quand la Chine s’éveillera, le monde aura les chocottes » a écrit en son temps, le regretté Alain Peyrefitte .
    Oui, comme on aime avoir peur !
    La peur de l’autre, de l’inconnu, du lendemain !
    La peur de n’être plus leader, de céder quelques places dans le grand classement des puissances mondiales.
    La peur nourrit la peur, avec une logique absurde.
    J’ai peur, je pose mon regard ailleurs.
    Pourtant , ce pays , malgré un pouvoir un rien autoritaire, s’agite de partout.
    Les salariés revendiquent leur part du bénéfice de la croissance.
    La dissidence s’exprime et internet crée un lien puissant qui atténue les effets d’une propagande désuète.
    Le pouvoir politique est condamné à plus de démocratie.
    Qu’il prenne son temps, en enlevant trop vite le couvercle de la cocotte minute, il risque de la faire exploser.
    Finalement, entre la Russie qui fraternise avec l’Otan , la Chine qui fait risette aux occidentaux, les Etas Unis qui appellent au grand désarmement, ce siècle n’est pas si mal barré que ça.
    On est loin des tensions du dernier, avec sa guerre froide à faire éternuer une planète bien fragile !
    L’équilibre est précaire , le monde est fragile, mais l’existence n’est-elle pas synonyme de fragilité ?

    A bientôt !

  5. M.Ludovic Zanker dit :

    La France est en marche avec la Chine, et de futur contrat nouveau!

    Merci, Monsieur le sénateur de montrer que la France est toujours un pays au dela des droits de l’homme, un pays qui écoute et donne des solutions et propositions d’avenir pour avancer sur les ententes franco-chinoises.

    Bien à vous,

    LZ

  6. ESSONE MBA André dit :

    Monsieur le Premier ministre,
    J’approuve entièrement ce que vous venez de faire pour Jean François Copé car il est important qu’il ait des amis dans le milieu politique chinois, mais ce qui me gene un peu avec Pekin c’est la neutralité au niveau international. On a vu dernière avec l’attaque de la corée du nord à la corée du sud que Pékin n’a rien condamné. On ne peut pas etre la deuxieme puissance économique mondiale et ne pas s’impliquer au niveau politique. Il y a des questions qui dépassent les intérêts commerciaux ou économiques. Cela dit, je compte sur votre proximité d’avec certains dirigeants chinois pour user de votre influence.
    Profonds respects.

  7. Hervé Caron dit :

    L’UMP associée au parti COMMUNISTE chinois, on croit rêver !
    Mais il vrai que le « centralisme démocratique » a toujours été de mise au RPR…
    Vous étiez fait pour vous entendre ! :o)

  8. emmanuel dit :

    Hervé Caron enfin quelqu’un qui en a…
    Merci…
    Preuve est faite qu’à droite il n’y a pas qu’une gérontocratie de rampants…
    La France qui va influencer la politique de la Chine…
    C’est au mieux une farce burlesque et grotesque.
    Bonne gesticulation en Chine. Et SVP restez y…
    Cette fois bon vent…

  9. Dawei dit :

    Bonjour,

    J’aime beaucoup vos commentaires emmanuel, quoique parfois mal orthographiés et légèrement diffamatoires envers M. Raffarin.

    Simplement pour vous signaler que le Blog de M. Copé est bloqué en Chine grâce à la police de l’internet, donc je n’y ait pas accès. En revanche celui de M. Raffarin est tout à fait accessible.
    Peut-être Monsieur Copé pourrait-il en toucher deux mots à son nouvel ami Li Keqiang, le futur premier ministre de l’empire celeste ?

    Sincères salutations

Laisser un commentaire