Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

36 commentaires

  1. Mistral dit :

    Monsieur le PM quand en 1936, le Général De Gaulle dénonçait le conservatisme de l’armée française et de ses chefs, Pétain en premier, était il pessimiste ou réaliste ?

    Et vu ce conservatisme ajouté au front populaire que s’est il passé ensuite ? L’histoire doit elle se répéter ?????

    « Après la première interpellation opérée, jeudi soir, à proximité de la cité 212 de Ibrahim D., 19 ans, les enquêteurs de la PJ ont arrêté, ce matin son frère, Demba D., 24 ans, également soupçonné d’avoir participé à la sauvage agression de Claudy Elisor. »

    http://www.leparisien.fr/le-blanc-mesnil-93150/dj-lynche-au-blanc-mesnil-quatre-personnes-interpellees-07-01-2011-1217076.php

    Monsieur le PM demander aux enfants de cet homme s’ils sont optimistes ?

    Ibrahim D et Demba D !!!! Mais non il n’y a a pas de problèmes d’intégration en France . Tout va très bien Mme La Marquise …

    Bien sur qu’il faut croire en l’avenir.

    Mais cela ne doit en aucun cas signifier qu’il faut se voiler la face et refuser de voir et surtout de parler des graves problèmes qui déchirent notre pays.

  2. SEDAT Reynaldo dit :

    Bjr Jean-Pierre Raffarin…!

    [...] Quelques brèves de comptoir…!

    « L’optimisme vient de Dieu,le pessimisme est né dans le cerveau de l’homme »…! Proverbe arabe.
    « Ce qui découle du pessimisme,c’est la doctrine de l’absurdité de l’existence »…! Friedrich Wilhelm Nietzsche.
    « Il est quelquefois bon d’être pessimiste,cela évite un sommeil prolongé »…! François Mitterrand.
    « Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité,un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté »…! Winston Churchill.
    « Le pessimisme ouvre la voie à tous les renoncements »…! Jacques Chirac.
    « Le pessimisme est d’humeur,l’optimisme est de volonté »…! Alain.
    http://www.youtube.com/watch?v=zR-dXhJiLv8
    Excellente journée,@+,Reynaldo.

  3. LACOUT dit :

    le pessimisme vient, avant tout ,du peu d’espoir qu’ont les français d’ameliorer leur quotidien.

    les elites politiques et economique se sont complèment deconnecter du peuple soit par leur facon d’aborder les problèmes, leur façon de vivre, et leur revenus.
    les forces vives de la nation aujourd’hui enfant des papyboomers n’arriveront jamais à atteindre le niveaude vie de leur parents qui eux ponctionnent leur enfants( charges sociales, loyers, prix immobiliers du bord de mer centre ville….) pour assurrer leur train de vie. La reforme des retraites est le plus belle exemple.On a sauvé les pensions…………..des papyboomers electeur de l’UMP en passant

    En 1990 le smic etait à 800€ un cadre de 40 ans touchait en moyenne 3000 €
    En 2010 le smic est à 1300 € un cadre de 40 ans touche toujours 3000 €
    On nivelle par le bas pour toujours en avoir plus en haut.

    « l’argent ne fait pas le bonheur » une parole reservée a ceux qui en ont……..de l’argent

  4. Ju'âne Pedro dit :

    AH LE PESSIMISME DES FRANÇAIS !

    Et oui Jean-Pierre, la France est pessimiste, les sondages l’affirment !
    Nous sommes désespérés !
    Mais bon, la faute à qui ?

    Chaque matin , nous nous levons gentiment pour aller au taf après avoir avalé un café sucré et un morceau de baguette de la veille.
    L’humeur tranquille, la carte de pointage en bandoulière, nous nous dirigeons, moi à l’usine, toi au sénat, pour gagner notre plat de lentilles avec lard fumé au bois de hêtre.
    Pas de souci, tout va bien mais la radio diffuse avec un plaisir sadique toutes les mauvaises nouvelles de la veille.
    Tout va mal !
    La planète va mourir et nous avec !
    La guerre nucléaire est proche !
    La fin du monde en 2012 menace, même si Nicolas est réélu !
    En France, on nous parle de guerre civile !
    Les vieux plombent les jeunes avec la dette, les retraites et les 35h !
    Nous sommes en plein déclin !
    Les entreprises se cassent à l’autre bout du monde et les Chinois achètent celle qui nous reste.
    L’insécurité menace et la peur plane sur la ville.
    Tout va mal !
    Les usines ferment et les ouvriers pleurent devant les caméras de télé !
    Bref, on met en scène l’info !
    Il faut de l’émotion, de la larme, de la désespérance à afficher chaque soir au 20h !
    L’audimat a soif de sang !
    Alors, dans nos chaumières à étages, on reçoit l’image d’un pays quasiment en faillite, au bord de la guerre civile !

    Les politiques, pour se faire élire, dramatisent à l’envie la situation de la France.
    « La France est en dépression, une situation de guerre civile, notre identité nationale est menacée, l’Europe va éclatée, les classes moyennes sont en souffrance etc… »
    C’est le grand gémissement collectif repris par les politiques, les médias et aussi l’électeur de base.
    Si tu savais Jean-Pierre comme c’est difficile de faire rire les collègues à l’usine.
    Le rire est suspect de nuire à la revendication.
    Et pourtant, faut arrêter un peu les conneries !
    Franchement , y’en a marre de cette victimisation permanente des masses.
    Il y de réelles souffrances qui sont masquées par une vague de pleureuses bien souvent égoïstes et attachées à leurs privilèges !
    32 ans que je bosse dans la même entreprise et c’est bien rare qu’il ne se passe pas une semaine sans qu’on m’annonce sa fermeture imminente !
    A croire qu’on aime se faire peur !
    A croire que pour revendiquer, il faut pleurer, gémir, afficher sa souffrance et sa désespérance !

    Que faire face à cette attitude un rien infantile ?
    Rien, laisser courir, t’as mal , pleure un bon coup !
    Tu paies trop d’impôt, vend ta maison de campagne.
    Oui, ça fait du bien de parler de son mal être devant un excellent vin fin avec son foie gras du père Rigord !

    Merde aux pessimistes de façade , la désespérance ne s’affiche pas , hélas !
    Elle est pudique, elle se masque derrière le rire, elle est taiseuse.
    On la montre du doigt car elle est parfois assistée.
    Parfois, elle tue, en silence, loin des caméras et des images racoleuses.

    Ju’âne Pedro

  5. MOREL dit :

    Le pessimisme vient du manque de perspective et du ressassement des mêmes théories, à Droite comme à Gauche. Ce n’est pas avec des vieilles recettes qu’on va innover pour construire l’avenir! La question sociale a besoin d’être aussi un terrain d’innovation et d’expérimentations!
    Un peu d’audace et laissons grincer les vieilles barbes
    Pour ma part, quelques idées simples:
    1. Un seul type de contrat de travail pour le secteur public et le secteur privé : égalité des droits et des statuts, simplification du droit social et facilitation pour passer d’un secteur à un autre.
    2. Un seul organisme pour collecter et gérer le régime de base : économie d’échelle considérable.
    3. Adhésion obligatoire à un syndicat dès 18ans, avec cotisation 100% déductible, aucun financement autre que les cotisations et les services facturés aux adhérents et certification des comptes et du nombre d’adhérents par un organisme indépendant: plus de question sur la représentativité et sur la politisation par une minorité aux dépens de tous,
    4. Tout chômeur indemnisé est automatiquement inscrit une association où 50% du temps est consacré à la recherche d’emploi et à la formation et le reste à des missions d’intérêt général: égalité de droits et de devoirs, implication de tous, pas de personnes en panne ou en souffrance,
    5. Un euro cotisé pour la retraite par qui que ce soit donne le même rendu en termes de revenus de remplacement lors de la retraite: les mêmes efforts donnent les mêmes droits,
    6. Remplacer tous les impôts par une flat taxe sur l’ensemble des revenus par part, prélevée à la source, que ce soit salaire, dividendes ou allocations diverses : simplification, égalité, moins de fraude et transparence,
    7. Salaire doublé pour les enseignants en zone difficile s’engageant pour un contrat de cinq ans et sous réserve que les arrêts maladie soient inférieurs à 10j par an: priorité à la formation de nos jeunes pour les intégrer tous et les préparer à la citoyenneté et à l’emploi.
    Qu’en pensez-vous?

  6. Claude dit :

    Bonjour Morel, Bravo, c’est bien tout ça. Globalement je
    suis d’accord avec vous (sauf l’adhésion obligatoire à un syndicat
    que l’on peut laisser à un futur Pinochet français sinon pourquoi
    pas l’adhésion obligatoire à une religion, à un courant de pensée
    littéraire, à un parti politique centriste, à UFC Que choisir, à
    Ushuaia ou à une enseigne de la grande distribution ?) Comment
    faite vous passer tout ça ? Pour un simple apéritif il est
    difficile de nouer un dialogue avec la CGT (pour ne parler que
    d’eux). Comment pensez-vous les inviter à parler de ça dans le
    calme ? Moi, je ne vois qu’une seule solution. Votons pour Martine
    Aubry (seulement si elle adhère à vos propositions bien entendu
    mais ce n’est pas gagné). C’est la seule femme politique qui, dans
    le dialogue social, ne consulte que ceux qui sont par avance
    d’accord avec elle et qui vont forcément unanimement la trouver
    géniale. A défaut élisons un dictateur du type despote éclairé
    (qu’il soit éclairé lui donnerait un avantage concurrentiel par
    rapport à Martine Aubry). Sinon je crains que vos propositions
    soient un peu trop radicales pour passer un jour. Cordialement,
    Claude

  7. Claude dit :

    Ju’âne Pedro, Vous avez tout à fait raison. Et il y a
    infiniment plus de raisons d’être pessimiste en France. Moi, ce qui
    me tourneboule c’est la sottise des autres. Comment expliquer que
    tous ces gens d’ailleurs qui ont infiniment plus de raisons d’être
    pessimistes que nous (vous, moi et quelques autres exceptés qui
    avons l’optimisme chevillé au corps) ? Comment expliquer que des
    causes bien pires chez les autres que chez nous n’aient que des
    effets banaux pour eux ? Pourquoi ne sont-ils pas anéantis
    d’angoisse ? Pourquoi ont-ils encore la force de répondre aux
    sondages ? Pourquoi alors que le monde entier souhaite venir chez
    nous profiter de notre vie qu’ils croient de cocagne, nous n’avons
    qu’une envie, aller vivre en Irak ou en Afghanistan où les gens
    exultent d’espoir et d’optimisme ? Vous êtes un littéraire, ça se
    voit et, moi qui ne suis qu’un technicien, je comprends ce que vous
    dites contrairement à d’autres qui jouent les lettrés mais qui ne
    sont pas toujours clairs. Alors vous trouverez surement les mots
    pour m’expliquer tout ça qui me laisse perplexe. Ma voisine qui a
    une vie bien remplie derrière elle et qui a généralement du bon
    sens, me dit que quand on apprend à pêcher, on a toujours l’espoir
    que la pêche sera bonne. Quand on compte sur le poissonnier on a
    toujours peur que la pêche ait été mauvaise. Allez comprendre son
    allégorie ! Croyez-vous qu’elle pense que nous sommes trop assistés
    et devenus incapables de nous prendre en charge en nous assumant et
    qu’a force d’être dépendants nous en devenons pessimistes ? Croyez
    vous qu’elle pense que l’on a plus à craindre de se noyer en
    attendant le maître nageur qui aura peut-être un empêchement qu’en
    apprenant à nager ? En attendant je vous souhaite de conserver
    votre bonne humeur et votre optimisme même si vous restez fidèle à
    Ségolène (ce qui nécessite de l’abnégation). La fidélité que l’on a
    pour les gens est plus rassurante que la fidélité qu’on leur
    inspire. Cordialement, Claude (un incorrigible optimiste).

  8. Claude dit :

    Lacout, 3000 euros et des RTT ! Que faites vous pour gagner
    plus ? Mes fils sont cadres (ils n’ont pas encore tous 40 ans) et
    gagnent bien plus que ce que vous dites. Ils n’ont pas le temps
    d’être pessimistes. Je me demande même s’ils ne doivent pas une
    partie de leur rémunération à leur optimisme. Bon courage, Claude
    (qui a démarré dans la vie active avec un CAP d’aide comptable et
    qui touche, aujourd’hui, sans l’avoir volée, une retraite assez
    sensiblement supérieure à votre cadre de référence).

  9. SEDAT Reynaldo dit :

    @ »Claude »…!
    [...] Les propositions radicales existent=Jean-Louis Borloo=Parti Radical (Idées centristes) et il n’est pas le seul…!
    PS Sans être triste et en étant/restant optimiste face à l’avenir de notre Pays.

  10. Alain Lavallée dit :

    Bonjour Monsieur le Premier ministre, Il est très juste de
    dénoncer le pessimisme qui est omniprésent, pas seulement en France
    par ailleurs. Comme l’écrit Betbeze que vous citez «  »Cette crise
    est notre chance (…) il va falloir faire le tri » » » Toute crise
    est une occasion, une croisée des chemins, un moment de décision,
    un moment de faire le tri. Il y a tout juste un an , jour pour
    jour, paraissait dans le journal Le monde (9 janvier 2010), un
    magnifique texte, relativement court d’Edgar Morin intitulé «  »
    Éloge de la métamorphose » ». Il y réfère à notre crise de
    civilisation et suggère de manière fort éclairante que ce n’est pas
    de « révolution » dont nous avons besoin, mais bien plutôt d’une
    « métamorphose ». L’idée de métamorphose contient le sens d’un tri
    menant à une transformation nécessaire et majeure mais elle « la lie
    indissociablement à la conservation (de la vie, de l’héritage des
    cultures et des nations . C’est ainsi que Morin suggère que le
    développement appelle à un nécessaire enveloppement afin que les
    inégalités sociales ne deviennent trop criantes et qu’il n’en
    résulte un climat de violence, Morin suggère que la mondialisation
    actuelle appelle à une démondialisation, à un nécessaire
    épanouissement de l’économie de proximité (locale, régionale), etc.
    Son «  »éloge de la métamorphose » est à lire. Il le termine en
    évoquant 5 raisons d’espérer , malgré la crise (et à cause de
    celle-ci), tout en nous rappelant en terminant que «  » » »L’espérance
    vraie sait qu’elle n’est pas certitude. C’est l’espérance non pas
    au meilleur des mondes, mais en un monde meilleur. » » »
    http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2010/01/09/eloge-de-la-metamorphose-par-edgar-morin_1289625_3232.html
    Bon début d’année, Monsieur le Premier ministre, Alain
    Lavallée

  11. Citoyen du monde dit :

    Merci Morel… C’est une suite de pistes absentes du
    programme du PS, des extrêmes, de l’UMP, du centre. En fait de
    programme les politiques souhaitent surtout que cela dure pour eux.
    C’est plutôt dépriment, ou simplement navrant… Peut-on mettre en
    place vos idées sans les politiques? Le débat est ouvert pour la
    Société Civile… Beau parcours Claude… Et oui Claude nous
    attendons tout des autres dans un environnement ou nous ne sommes
    plus responsable de rien. La génération papy boom c’est elle
    collectivement posée la question de la légitimité de la retraite à
    60ans ? Cette génération a-elle capitalisé? A votre avis Claude ?
    Concernant les impôts tous ceux qui fustigent la dette sont des
    champions particuliers et entreprises de l’optimisation fiscale.
    Alors redonner du sens à l’impôt me semble une piste à investiguer
    : un impôt à la source, pour tous, partout, et proportionnel. Et un
    Etat qui arrête de s’occuper d’économie privée à coût de centaines
    de milliards. En matière d’emploi la droite s’interroge sur la
    pertinence des 35h depuis 10ans. Quand les Coréens étudient et
    travaillent 12h/jour de 7 à 77ans (voir jusqu’à la mort). Est-ce
    cela la recette miracle d’une croissance de 8% ? A votre avis
    Claude… On subventionne des heures supplémentaires à grand coup de
    déficits et de dettes. Un mécanisme mis en place dans la droite
    ligne du « travaillez plus pour gagner plus ». Les 35h c’est une
    absurdité de gauche, et ce slogan c’est quoi quand on préserve la
    semaine de 35h ? A votre avis Claude ? Et l’on assiste à un
    règlement de compte sur fond des 35h entre un JF Copé et un Xavier
    Bertrand. Quand nous devrions discuter du contrat de travail unique
    et de la semaine à 45heures. Et la droite se demande si le Contrat
    de droit privé ne devrait pas être la norme dans la fonction
    publique. Alors que c’est déjà la norme avec des centaines de
    milliers d’agents qui sont en fait en CDD. Aussi parlons de contrat
    unique de droit privé, et de flexibilité du travail pour tous…
    Autant de mots que cette droite a peur de prononcer. En fait de
    Nation Pessimiste, nous sommes un pays dont toutes les composantes
    sont figées dans un monde qui n’existe déjà plus. Tout comme les
    politiques sont sur un train de vie largement au dessus de nos
    moyens.

  12. jany guiot dit :

    Le pessimisme c’est un peu comme le temps, la pluie, les nuages de chagrin, les zones de dépression…
    Le brouillard peut éveiller le poète…La place de la Concorde n’est-elle pas romantique, nostalgique, dans la grisaille de l’automne !

    C’est au leader et a son organisation de tout faire pour que l’espoir et l’optimisme éveillent les esprits et les volontés…

    Il arrive aussi que les leaders et leurs organisations doutent….c’est le cas dans la France actuelle…
    Le message ne passe pas ou peu…

    Nous devons tout faire pour remettre en marche toute notre industrie au travers la politique industrielle, le commerce, les échanges, le dialogue aussi doit permettre aux esprits de faire leur propre revolution.

    Je pense que nous sommes en retard d’un « tempo », la communication du Président n’a pas su prendre l’air du temps de Septembre, c’est dommage…C’était une période fantastique pour redonner un coup de fouet a l’espoir au travers un discours plus vaillant…

    Une grande entreprise francaise communique actuellement par ces mots
    « Lead the change and Change to lead »
    Et ceux de Darwin…qui disent que ce n’est pas les plus forts qui durent dans le temps, ni les plus intelligents, c’est ceux qui sont ouverts au changement et qui s’adaptent a leur environnement.

    Nous devons nous ouvrir, respirer, prendre l’air du temps et nous eveiller.
    La vie est un chemin formidable pour celui qui en prend conscience…

    Le proverbe arabe de notre ami Sedat Reynaldo pose la question de la spiritualité…
    « L’optimisme vient de Dieu,le pessimisme est né dans le cerveau de l’homme »…! Proverbe arabe.

    Je rajoute ces mots « la confiance, nous la trouvons sur le chemin »

    Bien cordialement,

    jany

  13. jany guiot dit :

    Claude,

    Loin de moi la pensée de vous rendre pessimiste, mais je trouve que pour un entrepreneur tel que vous, qui s’est battu tout une vie dans son travail, 3000 Euros en retraite c’est peu…Vous ne devriez pas le mettre en exergue…certains parlaient de privilégiés ceux qui avaient 4000 Euros….

    Je trouve que nous devons réfléchir aux minimums sociaux, au minimum retraite pour permettre a chacun de vivre décemment…Sans dépenser plus, il est possible de revoir notre management de nos architectures sociales.

    Je suis en accord avec notre ami « Lacout » qui parle des salaires figes depuis les annees 90…
    Surtout n’allez pas chercher des chiffres, vous ne me convaincrez pas dans ce domaine précis…

    Par contre, il est certain que pour celui qui veut se battre en dépassant nos petites frontières, le chiffre de 3000 peut passer a 10000, a 15000 et 30000…pour la même période, la réponse est dans le challenge….Rien est facile…

    Bien cordialement,

    jany

  14. MOREL dit :

    Réponse à Claude
    Merci de vos appréciations sur mes propositions. On y sent un scepticisme ironique voire condescendant. C’est votre droit.
    Je m’aperçois que j’ai omis le chèque éducation qui permet aux parents de choisir l’école de leur enfant.
    Sachez d’abord que toutes ces propositions existent dans les faits ailleurs qu’en France (Canada, Belgique, Suède, Danemark, Allemagne, etc) et que les économistes ou intellectuels français à qui je les ai soumises m’ont confirmé leur pertinence. Reste à nos décideurs de se convaincre eux-mêmes qu’elles sont possibles et de trouver courage et capacité de conviction pour les faire accepter par nos concitoyens. Une solution simple: l’expérimentation. Mais ils ont à avoir le courage d’affronter les oppositions, les réticences et les sceptiques, soit 85% de nos concitoyens. N’est-ce pas leur rôle que de voir devant et préparer l’avenir, alors que la majorité des Français restent pris par le quotidien?
    Qu’en pense M. Raffarin?

  15. SK dit :

    Vous êtes référencé sur http://cap2012.blogspot.com – Bonne
    Année, SK

  16. Claude dit :

    Morel,

    Ni ironie, ni condescendance. Désolé si mon style vous gène. Simplement du scepticisme. J’aimerai bien que vos propositions soit applicables.

    Quand on voit le pataquès que ça fait pour réformer les retraites à minima alors que tout le monde sait que ça devait être fait comment imaginer que vos propositions puissent être mises en oeuvre sans coup d’état ?

    Ce n’est pas être pessimiste que de penser que l’impossible n’est pas une perspective raisonnable quand on fait de la politique à droite. Laissons les promesses impossibles à Ségolène Royal. Déjà que pour le possible c’est pas fatalement toujours dans la poche…

    Si vous avez une solution facile pour convaincre sans coup férir ceux qui ne veulent absolument pas de vos propositions je suis sûr que les plus libéraux des Hommes politiques qui vous lisent et qui seront à la direction de la France les appliqueront au moins dans les grandes lignes.

    Je ne connais pas d’économiste qui pense que de telles propositions si pertinentes soient elles soient applicable à court ou moyen terme en France.

    Si vous publiez vos idées ici c’est pour qu’elles puissent être commentées même par quelqu’un comme moi et, en résumé, j’aime bien vos propositions que je crois cependant inapplicables.

    Cordialement,
    Claude

  17. Claude dit :

    Jany,

    Je ne suis pas pessimiste, n’ai aucune raison de le devenir à court terme et je pense comme vous que 3000 euros c’est peu et, compte tenu de ma vie de challenge, je ne m’en contenterai pas. C’est pourquoi je suis content que ma retraite soit sensiblement supérieure à ça. Je ne suis cependant pas exagérément matérialiste et je ne me suis jamais payé au prix du marché mais en fonction des besoins de fonds de roulement de mes entreprises. Je payais de nombreux cadres plus chers que moi. Cela me convenait et les conséquences me conviennent.

    Je ne voudrai pas vous choquer en vous faisant observer qu’un minimum social pour quelqu’un qui n’est pas un accidenté de la vie et qui peut travailler doit s’accompagner d’un « minimum actif ».

    J’ai eu de nombreux élèves capables de faire de bonnes études, que j’ai avertis qu’ils préparaient leurs salaires à venir et qui sont passés outre. J’ai orienté chacun d’eux vers les voies qui me semblaient les plus compatibles avec leurs possibilités dans des activités demandeuses de personnel bien rémunérés. Je ne vois vraiment pas pourquoi ceux qui ont préféré des études laxistes ou de confort bénéficieraient de la bonté publique.

    Je parlais aujourd’hui d’une élève de 5ème qui faisait le projet d’être chômeuse comme ses parents (immigrés de la première génération) et de bien s’en tirer, comme eux et qui est effectivement chômeuse aujourd’hui. Elle cherche du boulot en espérant que ça ne tombe pas sur elle. Pourquoi voulez vous que de telles ambitions soient encouragées ? Ceux qui font profession d’être assistés ne doivent pas prélever leurs moyens de subsistance sur ceux qui triment. Car, par le biais de l’état ou des organismes sociaux, c’est ça qui se passe. Ce sont les salaires des cadres qui sont amputés pour assurer des revenus à ceux qui ne font rien. C’est la classe moyenne qui paie. Les employeurs n’y sont pour rien. Raison de plus pour que la classe moyenne se décarcasse.

    Donc, je suis pour la prise en charge des gens victimes de la vie mais pas de celle des gens coupables de l’échec de leur propre vie.

    Mes garçons sont ingénieurs dans des multinationales technologiques et ont des évolutions de carrière très supérieures à l’évolution du pouvoir d’achat. J’ai plusieurs amis, anciens collaborateurs qui gèrent des entreprises technologiques et dont les salariés sont fidélisés par la manifestation monétaire de l’estime qu’on leur porte quand on leur porte de l’estime. Mais je suppose que c’est chacun selon ses mérites.

    Vous comme moi savons bien qu’il y a cadre et cadre. Vous avez raison de dire que tout est dans le challenge et que rien n’est facile. En moyenne, en dehors de l’intérim et de la délégation de personnel, un ingénieur, pour être rentable, pour payer ses charges de structure, pour payer la recherche et développement qui fait qu’il est performant et pour rapporter de l’argent à son entreprise doit être facturé directement ou indirectement trois fois sa rémunération. S’il est vendu 300 balles il peut difficilement être payé plus de 100 balles.

    Bien entendu, je sais bien que les 35 heures et les rigidités, les RTT, etc. qui les accompagnent ont eu un effet désastreux sur les salaires des cadres (et sur les finances de l’Etat). Mais les 35 heures n’ont eu aucune influence sur les « challenges ». Il y a ceux qui les assument et ceux qui ne les assument pas. En plus, les cadres des années 80 ne rangeaient pas leur bureau à 16h45 pour se précipiter au parking à 17 heures. Je ne sais pas si c’était bien mais la ponctualité du soir ça se paye aussi. Il y a surement aussi à dire sur les modes managériales modernes qui démotivent les collaborateurs mais les modes ça va ça vient.

    Claude

  18. MOREL dit :

    Claude,
    Deux économistes m’ont dit partager ces idées: Michel GODET et Jacques ATTALI. Ils n’ont pas la même étiquette, mais ils ont la même conviction: « Le poisson commence toujours à pourrir par la tête », ce qui signifie que quand les élites se refusent aux idées neuves, c’est l’ensemble de la population qui se fige. Pourquoi la France devrait se complaire dans la sclérose? Les idées libérales ont toujours été davantage porteuses de progrès pour tous que les paradigmes ruminés par la majorité de nos élites depuis le Congrès de Tours! En France, il y a eu le siècle des Lumières. Devons-nous accepter de nous voir imposer un siècle de Ténèbres? Si la France se croit encore le centre du monde, le monde a depuis bien longtemps acté que ce n’est plus le cas. Et la grande majorité des pays qui construisent activement leur avenir ( ex: Corée du Sud, Canada, Taïwan), évitent de trop s’inspirer de nos solutions françaises qui ont largement fait la preuve de leur ineptie, au moins dans leur mise en oeuvre. La liste dressée par Citoyens du monde peut être complétée à l’envi!
    Je vous invite à vous intéresser aux travaux du groupe Bildenberg.
    Et j’attends avec intérêt les commentaires de M. RAFFARIN sur les huit idées
    Bonne journée

  19. Claude dit :

    Morel, Je suppose que Michel Godet (que j’apprécie et que
    je lis assidument) et que Jacques Attali (dont j’apprécie le
    travail depuis très longtemps, bien avant qu’il soit connu du grand
    public et notamment ses ouvrages érudits qu’il a consacré à
    l’histoire du temps et aux sabliers et qui ne sont pas ceux que le
    public connait) vous ont dit comment réformer la France dans le
    sens que vous dites. Racontez nous, ça m’intéresse. Mais je crois
    qu’il est infiniment facile de dénoncer et critiquer mais
    infiniment difficile de réformer. Si une de ces deux personnes de
    talent ont une recette pour corriger démocratiquement nos grands
    travers, alors je crois qu’ils feront beaucoup d’heureux.
    L’indignation est la pommade de ceux qui n’ont pas de remèdes aux
    maux qu’ils dénoncent. C’est comme le « Tiger balm », même pas cher,
    bon pour tout mais qui ne guéri rien tout en donnant bonne
    conscience à celui qui l’applique. Bonsoir, Claude

  20. Ju'âne Pedro dit :

    A bientôt Claude !!!! Vive les optimistes !!!!! :)

  21. Carole dit :

    Bonjour monsieur Raffarin, Bonjour à tous, Pessimisme
    serait-il devenu le nouveau mot à la mode ? Il me semble que les
    francais ont encore des oreilles et des neurones en états de
    fonctionnement pour analyser le fonctionnement de notre pays.
    Comment voulez-vous qu’ils aient confiance dans nos politiques et
    dans le devenir francais quand ils se rendent compte que l’arbre de
    Noel européen est en train de perdre ses boules une par une (PIGS),
    sans parler des autres guirlandes qui essaient de s’accrocher aux
    quelques branches qui restent sur ce pauvre sapin en
    « déséquilibre ». La facture est là et bien là, alors nous avons un
    Père Noel avec son milliard et quelques risettes qui vient faire
    son marché. Un marché juteux (artifices de taux à
    prévoir)………… Puis, sans aller très loin, chacun peut
    regarder sa commune ……….. ex :
    http://www.agefi.fr/articles/La-ville-Saint-Germain-Laye-exposee-emprunts-toxiques-1162639.html
    ses charges (explosion des impôts fonciers et locaux), ses
    nouvelles taxes qui tombe comme la neige mais elles, ne fondent
    pas, ses dépenses quotidiennes, l’insécurité médicamenteuse,
    l’insécurité tout court, l’industrie en déclin………. Bref, une
    quantité de mauvaises nouvelles pour combien de bonnes ??????? Oui,
    cette crise peut être notre chance à condition de courage
    politique. Et pour le moment, il doit être en rtt le courage
    politique. Ah j’oubliais, les cantonnales et sénatoriales
    arrivent……. ca va se bousculer au portillon……. et après
    ??????? Bien cordialement.

  22. Carole dit :

    @Merci Morel et citoyen du monde pour vos posts
    rafraîchissants. Quelques remarques si je puis me permettre.
    —————————————— 3. Adhésion obligatoire
    à un syndicat dès 18ans, avec cotisation 100% déductible, aucun
    financement autre que les cotisations et les services facturés aux
    adhérents et certification des comptes et du nombre d’adhérents par
    un organisme indépendant: plus de question sur la représentativité
    et sur la politisation par une minorité aux dépens de tous,
    ——————————————- L’adhésion obligatoire
    est un risque. Imaginez tel ou tel syndicat à la botte du pouvoir.
    La cuisine entre copains existe. Idéologie, stratégie, interêts
    communs, dérives, gréves, occupation, violence…. Un ex : en
    Argentina, l’adhésion aux gremios est obligatoire. Il faut y avoir
    vécu pour se rendre compte de la puissance et de l’intimidation
    qu’ils peuvent opérer sur un pays. Un désastre. Un autre ex : Cuba
    (regime communiste) ou le Venez (soit disant démocrate). On ne sait
    jamais quel virage peut prendre un pays. Par contre, la
    certification des comptes syndicaux en toute transparence par un
    organisme VRAIMENT indépendant, là je suis pour. Citer Attali est
    un peu osé, non ?????? Il faut quand même se rappeler qu’il a été
    le conseiller de Mitterrand et que ce monsieur lorsque Mitterrand a
    été élu la seconde fois savait qu’il n’avait pas de programme pour
    la France. Merci de me faire sourire. Cordialement.

  23. Jacques D'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Dominique Morel,

    Certaines de vos idées sont intéressantes et méritent d’être approfondies. Cependant vous ne semblez pas tenir compte de la spécificité de certains corps de métiers et de leur utilité, tout comme vous devez prendre en considération que certains statuts leur interdisent toute syndicalisation ou droit de grève.
    Je pense qu’en premier lieu et notamment en ce qui concerne vos réflexions 1 et 3, il faudrait faire des distinctions dans les différents corps de la fonction publique en les classant fonctionnaires ou agents de l’Etat. Pour moi, la personne qui s’engage dans la fonction publique au service de l’Etat (fonctionnaire), doit s’engager à servir la nation et ses citoyens 7 jrs/7 et 24 H/24 en toutes heures et en tous lieux, c’est le cas des militaires par exemple et je crois qu’il faut respecter cette spécificité qui doit être le fil conducteur de toute réforme. N’alignons pas tout le monde en croyant donner de l’égalité dans les droits et les statuts, je pense que nous sommes dans l’impossibilité de le faire sans créer de nouvelles injustices et en le faisant je crains qu’il y ait de fortes répercussions sur les perspectives de carrière et la motivation à s’engager ce qui entraînera une perte sur la qualité des effectifs.

    Bien amicalement

    Jacques

  24. Mistral dit :

    http://www.francesoir.fr/emploi/chantier-de-flamanville-un-travailleur-sur-trois-vient-des-pays-de-l-est.85391

    Que faut il penser ? sinon qu’il est temps de remettre les gens au travail ???

  25. Claude dit :

    Mistral, Les gens sont pessimistes. Ils ont peur de ne pas
    perdre leur emploi rapidement s’il en trouvent un. Bon, je crois
    que j’exagère, mais à peine. Cordialement, Claude

  26. charles dit :

    bonjour et meilleurs voeux.

    L’ »optimisme » ne peut rimer qu’avec « croissance ».
    Comme beaucoup de jeune profession dite « libérale » mais finalement « étouffée » sinon écrasée sous ce bureau au mille tiroirs qu’est l’administration, j’ai été interpellé par votre phrase « une mesure pour simplifier le système serait de reporter les charges sociales sur la TVA », au sujet des importations chinoises. A l’heure de la mondialisation et des « nouvelles » technologies de la communication ( 13 ans déja… ), cette idée ma paraît plus qu’évidente, et j’irais même jusqu’à proposer les prélèvements de cette TVA depuis l’achat du consommateur joint à la possibilité de payer directement hors TVA dans tous les autres cas. ( tout a fait faisable avec nos outils actuels )
    Ces fonds rentreraient directement dans les caisses de l’état, pour laisser toute la voilure aux projets publics.
    Vous parliez très souvent de « moteur » de croissance..
    la où le lobby du papier en est un frein inaliénable, le prélèvement direct en est sans doute l’ »essence »..

    Pourquoi cette simplification ne se met elle pas définitivement en route ?
    j’ai la sensation qu’il est plus facile de la proposer lorsque l’on est plus aux fonctions …

    Napoléon brillait sur une simple chaise sur le champ de bataille.
    Charles en imposait depuis son bureau à Colombey.
    Notre Président se perd dans les tiroirs de son bureau de l’Elysée.

    Personnellement, j’esquisserai un premier sourir lorsque je lirai dans un programme politique :

    1. Education / Orientation plus efficace vers les métiers d’excellence ( Artisanat, Industrie, recherche etc.. plus de « tu finiras ouvriers » dans la bouche de nos enseignants )
    2. Report des charges sociales sur la TVA pour une meilleure compétitivité internationale
    3. Automatisation du traitement des impôts à la source
    4. Véritable Transparence pour tous les comptes publics et associatifs hors défense nationale
    5. Recensement / Indication obligatoire du niveau de risque / Traçade de l’ensemble des produits financiers
    6. Libération des fichiers des identifiants sociaux aujourd’hui protégé par la CNIL ( N° INSEE etc.. ) causant la démultiplication des services de gestion et autorisant la fraude sociale.
    7. Mise en chantier d’une Armée triangulaire ( Allemagne, Angleterre et France ) beaucoup moins coûteuse et demeurant, malgré certains clivages, toujours plus efficace face au conflits actuels ( on ne combat pas le terrorisme avec un porte avion, mais avec un réseau efficace )
    8. Plan inter-régional de répartition de pôle d’activités ( du maître coutelier en Ariège au énergies renouvelables à Grenoble ) afin d’optimiser et réguler les « no_mans_land » économique. ( cf pole medicale / aeronautique en Belgique )
    9. Plan national parallèle de construction de logements ( BBC etc.. )
    10. Droit de grève renforcé ( modalité édicté directement dans le code du travail ), mais condamnation ferme des prises en otages quelqu’elles soient.
    11. Simplification des lois françaises purulentes et leur préparation au conformité européenne.

    et lorsque je ne lirai plus :
    1. la France au français / parce que la france au francais d’aujourd’hui et de demain
    2. travailler plus pour gagner plus / parce que c’est à la france de gagner plus
    3. la force tranquille / parce que c’est deux mots ne doivent plus définir l’ »état » :)

    Bien a vous

    Joachim

  27. Ernest Gransagne dit :

    Bonjour à tous

    à chacun ses Harkis ! (vu ce soir un excellent film de Moati sur ce sujet sur France 2)

    de Gaulle les a eus (les Harkis, dans tous les sens du terme)
    Pétain les a eus (les juifs)
    Les juifs les ont (les Palestiniens)
    l’Espagne aussi (les Basques)
    l’Egypte (les Frères Musulmans)
    L’Arabie Saoudite (les Chrétiens)
    L’Angleterre (les irlandais)
    La Belgique (les Wallons)
    La Belgique (les Flamans)
    Les suisse (l’Europe)
    La Corse (avec le Pouvoir représentatif)
    La Côte d’Ivoire (avec la maturité politique)
    Les Etats-Unis (avec le reste du monde qui existe malgré tout)
    La gauche française (avec la réalité de chaque jour)
    Le Gouvernement français (trop poli et qui laisse filer le temps)
    La rue française (avec la décision des urnes)
    Les syndicats français bidons (avec la non représentativité flagrante)
    Les médias en France (avec la déontologie de base)
    Ségolène Royal (avec le reste des français qui n’a pas voté pour elle : c a d 53,3 %)
    La Hollande (avec sa permicivité légendaire qui l’a débordée par l’extérieur ! )
    L’Allemagne (avec la Grèce)
    L’Italie (avec l’Albanie)
    Paris (avec son Maire)
    Barack Obama (avec Sarah Palin)
    L’Ariège (avec le droit à la vie des ours)
    Les bergers (refusant le retour d’un animal merveilleux : le loup)
    Les chasseurs (qui croient être des défenseurs de la nature en tuant de pauvres animaux)
    Les tibétains (avec le Tigre)
    Le Pape (avec la capote)
    Les extrèmistes religieux (avec ceux qui prônent amour du Prochain et tolérance)
    Tous ces « politiques » qui refusent dialogue et ouverture en refusant la contradiction.
    Les avionneurs en accord avec les compagnies aériennes (pour ne pas installer des enregistreurs de vol insubmersibles)
    Le Gouvernement de la Tunisie qui tire sur des tunisiens sans arme.
    Certains français qui défendent l’indéfendable (par exemple le refus de voir la délinquance et qui fait cette délinquance)
    Les pétroliers (qui prennent les utilisateurs motorisés pour des imbéciles)
    La Police et Gendarmerie qui infligent des amendes pour 1 ou 2 km/h de survitesse mais qui ne surveillent pas les ‘ »STOP » glissés ou brûlés, ainsi que les bandes continues, les feux ou bien les fautes caractérisées graves du Code de la Route.
    J’arrête, je suis indigné !

    INDIGNONS NOUS !

    Ernest Gransagne

  28. MOREL dit :

    Bonsoir à tous et merci à Carole, à Claude, à Jacques et à d’autres de vos réflexions sur mes propositions.
    Je voudrai rappeler que ces propositions existent déjà dans l’une ou l’autre démocratie et fonctionnent.Que le présent est le témoin de la mort du passé que celui de l’accouchement de l’avenir.
    Si nous voulons construire ensemble un avenir meilleur, c’est bien en modelant de nouvelles solutions, forcément en décalage avec les solutions existantes. Si quelque chose ne marche pas ou plus, c’est parce que le monde a changé et que nous n’avons pas pris en compte ce changement dans nos manières de penser et d’agir. Changer les choses, c’est d’abord changer notre manière de VOIR ces choses. Il ya deux types de personnes: ceux qui veulent faire et qui trouvent des moyens. Et ceux qui ne veulent pas faire et qui trouvent des raisons. J’invite le plus grand nombre de personnes à rejoindre le premier groupe. Au moins, même si ça ne marche pas totalement, on aura au moins essayé!
    Bonne soirée!

  29. Carole dit :

    MOREL,

    Le monde a changé, certes, mais pas depuis la crise.
    C’est une fausse excuse et cela arrange pas mal de monde.
    Le reste du monde a fait des pas de géant, pendant que nous avec notre nombril hyper prédominant nous faisions des petits pas de souris.
    Comment voulez-vous changer un pays qui a le nez collé sur son nombril ?
    Comment voulez-vous changer un pays qui a une insécurité fiscale ?
    Comment voulez-vous changer un pays où la grande majorité des médias captent les neurones de leurs auditeurs ou lecteurs avec des discours de conciergerie (je tiens à dire que je respecte mes porteros).
    Comment voulez-vous changer un pays qui n’a pas de culture économique ?
    Comment voulez-vous changer un pays où les enfants, dès leur plus jeune âge sont des petites souris de labo, dont le cerveau viscieusement est modelé à la lutte des classes, à l’éloge des rouges, du Che et cie ? Psichtt du francais et des maths, essentiels pourtant à leur futur. Je ne parle même pas de notre Histoire modifiée, de nos livres remplis d’images inutiles, ni des langues étrangères…… On ne peut pas remercier de Gaulle d’avoir laissé l’EN aux cocos après la guerre. Quelle erreur dramatique.
    Comment voulez-vous changer un pays où les patrons sont détestés, les fonctionnaires adulés, les syndicats inexistants de par leur nombre d’adhérents………
    Et surtout comment voulez-vous changer un pays où dans le paysage politique, pas une tête ne dépasse au niveau économique ? SI, quand ce n’est pas au niveau fiscal, l’innovation sur les taxes est subliminale !

    Comme le disait Charles (ci-dessus), l’administration est un énorme tiroir de paperasses. Je me permet de rajouter : ce que les soviets ont râté, nous on le réussi, tant au niveau de la France que de l’Europe. Que triste ! Intoxication de lois, de papelitos, de commissions……. jusqu’à l’étouffement et là, ils sont optimums.

    En écoutant Nicolas Doz et les Experts ou autres patrons sur BFM Business (je viens de découvrir ce câble), je me dis que ce genre d’émission rarissime devrait être aux heures de grande écoute. Tout n’est pas perdu, mais ces personnes, on ne les entend pas assez. Navrant.

    Cordialement.

  30. MOREL dit :

    Carole, je suis 100% d’accord avec vous! Le poisson commence toujours à pourrir par la tête. Si nous en sommes là, c’est en bonne part que nos élites ont privilégié le statu quo au lieu du progrès. Est-ce pour ne pas perdre leur position ou bien par atteinte du niveau de compétence. Ou encore parce que nous n’avons pas su les pousser en avant? Pour ma part, je crois qu’il y a d’une part celles et ceux qui tiennent les postes et s’y cramponnent, et ceux qui se laissent embobiner par le discours ambiant. Et en France, on sait combien ce discours est décalé de la réalité!

  31. Claude dit :

    Bonjour Carole,

    Vous avez raison. En matière économique les français sont maintenus délibérément dans l’ignorance.

    Demandez donc à monsieur Raffarin pourquoi les programmes scolaires du collège qui faisaient, avant lui, une part intelligente à la vulgarisation à l’économie d’entreprise (1/3 des programmes de technologie au collège) ont été remplacés par des élucubrations d’apprentis mécaniciens qui se prennent pour des ingénieurs en distillant des notions mal maîtrisées d’analyse de la valeur à des enfants de 13/14 ans. L’économie a complètement disparue des programmes du collège.

    Aujourd’hui la technologie au collège sert de repoussoir aux métiers de création et de production comme si tout le monde devait être enseignant, chercheur, fonctionnaire, fournisseurs de services aux personnes au sein d’associations suceuses de subventions ou de niches fiscales ou chômeur.

    Une mode récente décide que les métiers de service de proximité qui échappent à la délocalisation sont les seuls susceptibles de donner du travail pérenne à nos compatriote en oubliant bêtement que les métiers de service aux personnes ne sont qu’un moyen de redistribuer les richesses et que si plus personne ne produit de richesses, il n’y aura rapidement plus rien à redistribuer. L’idée, intelligente, de créer une TVA sociale pour associer les importations à notre protection sociale ne fonctionne que si nous avons encore les moyens d’importer. Et nous ne pouvons importer qu’en exportant donc en produisant.

    Ce sont les métiers de service aux personnes qui servent à « prendre de l’argent » aux créateurs de richesses, naturellement plus riches, pour le redistribuer aux populations les moins formées, naturellement plus pauvres.

    N’oublions pas que les ¾ des très riches sont partis de rien. Nous sommes donc tous des riches en puissance. Ce ne sont jamais les fonctionnaires, les professeurs, les chercheurs ou les femmes de ménage qui deviennent riches. Ce sont les plombiers, les électriciens, les ingénieurs, les administrateurs et les grands incitateurs qui deviennent riches.

    Il faut donc redonner aux jeunes l’envie de créer, produire, d’administrer, d’inciter et de s’enrichir. Ce sont ceux qui s’enrichissent qui donnent du travail aux autres. Plutôt que de supprimer l’initiation au monde économique des collégiens parce que des professeurs détestent l’entreprise et ne savent pas mener cette initiation, ne recrutons pour ça que des professeurs qui aiment l’entreprise.

    Cordialement,
    Claude

    PS – dans les années 90 le recrutement des professeurs de technologie s’est fait à 75% chez les déçus du privé au chômage.

  32. Ernest Gransagne dit :

    Bonjour Claude,
    …et les sportifs, mais aussi ceux qui ont un papa et les mafiosos plus ou moins très malhonnêtes ?

    Ceux-là aussi ils deviennent riches ! Pas celui qui travaille normalement et qui paye tous ces impôts, à la virgule près, car salarié, avec une déclaration à la fois du contribuable et de son patron… où il est impossible de masquer le moindre centime.

  33. Claude dit :

    Bonjour Ernest,

    Est-ce Stéphane Hessel qui fait école ? En tout cas il fait un tabac avec un essai très partisan, pro-palestinien et altermondialiste pro ATTAC, à la limite de l’appel à la haine. Et tous ceux qui ne l’ont pas lu prennent ce « trac militant » pour une invitation à s’indigner en vrac pour tout et rien. Je ne sais pas si la mode est de le lire mais la mode est au moins de l’acheter. Moi il m’a choqué venant de Hessel. Il m’a choqué à cause des l’amalgames faciles, très mode, fait avec le nazisme quand il s’agit par exemple du problème palestinien. Il m’a choqué parce que, lui qui a été victime du nazisme puis qui l’a combattu, n’est qu’indigné, comme un simple témoin devant un fait divers révoltant.

    Sur l’injonction du titre de Stéphane Hessel, beaucoup croient entrer en indignation comme on entre en religion. Entrer en religion c’est faire un travail sur soi, entrer en indignation c’est inviter les autres à culpabiliser et à faire des efforts pour nous plaire, pour correspondre à l’idée que nous nous faisons de ce que doivent être les choses y compris celles que nous ne comprenons pas bien.

    Pour moi, l’indignation est un aveu d’échec, une facilité et un rejet des responsabilités en bloc sur tous les autres. Pour les cas qui la justifient, la colère est plus saine, elle nous engage.

    Mais, si l’indignation n’est qu’une figure de style… alors pourquoi pas ? Cela peut frapper les esprits.

    Bonne année,
    Claude

  34. Claude dit :

    Ernest,

    Re,
    En bon arithmétique, si les 3/4 des gens qui font fortune sont partis de rien, alors c’est qu’il y en a 1/4 qui sont partis de quelque chose.

    Parmi ceux qui ne font pas fortune il y a ceux qui ne voient que les fortunes faciles voire crapuleuses ou qui n’imaginent une fortune possible que par crapulerie et il y a ceux qui s’enthousiasment pour le talent de ceux qui réussissent mieux que les autres grâce à leurs qualités et leur sueur (10/90 si on en croit Edison).

    C’est la ligne de partage entre ceux qui sont optimistes et ceux qui sont pessimistes.

    Je vous aime bien, rejoignez moi dans le camp de ceux qui s’émerveillent encore de la réussite des autres.

    J’ai démarré ma vie d’entrepreneur à peu près en même temps et à peu près de la même façon qu’un des milliardaires de l’informatique et avec, par simple hasard, deux noms d’entreprises très voisins et chacun aux côtés de constructeurs informatiques concurrents. Lui est milliardaire et moi pas. Si j’avais eu son talent, si j’avais habité son pays où l’on aime bien ceux qui réussissent et si j’avais fait ce qu’il à fait aussi bien que lui cela aurait pu être le contraire. Je connais plusieurs types comme lui et je ne connais pas un seul maffioso.

    Soyons positifs.
    Claude
    PS – bonne chance à la « nouvelle Tunisie » où il y a tant de talents qui ne peuvent pas s’exprimer comme chez nous et ça pourrait bien changer si personne ne profite de la situation pour les amener de Charybde en Scylla.

  35. Ernest Gransagne dit :

    Et oui Claude…
    C’est bien l’enjeu de la Tunisie : ne pas tomber de Charybde en Scylla !

    Je vous ferai cependant remarquer qu’en disant cela, vous tombez dans ce que vous me reprochez : un certain manque d’optimisme !

    Quant à votre invitation à vous rejoindre dans le camp de ceux qui s’émerveillent de la réussite des autres, pas besoin, j’y suis déja. (vous devriez m’y avoir déja vu ?)

    Ceux qui ont mieux réussi me servent toujours de « moteur » pour pouvoir m’élever.

    Je n’ai jamais été jaloux de ceux qui réussissent et qui gagnent de l’argent : bien au contraire.

    Mais en le gagnant loyalement bien entendu. C’est pour cela que je précisait qu’il était très difficile de devenir riche si on n’a pas de Papa ou si on ne fait pas partie de certains réseaux…

    Indignons-nous ! Oui Claude j’ai eu comme vous cette grande déception de l’Homme Hessel, qui après un parcours extraordinaire – juif, passage dans les camps, évasion, Gaulliste, puis anti-Gauliste, etc… en arrive à dire ce qu’il dit sur notre Pays et notre Président de la République.

    C’est dommage… Est-ce la vieillesse qui apporte un tel manque de discernement ou bien quelques intérêts malmenés ?

    Soyons positifs.
    Ernest

    PS : Indignation : sentiment de colère que soulève une action qui heurte la conscience morale, le sentiment de justice (le Robert)

    Donc Claude, ce n’est pas un aveu d’échec. Il s’agit bien chez moi de colère saine, comme le dit Le Robert, j’ai horreur de l’injustice, particulièrement quand elle vient de la Justice ou des « élites en place » qui s’en servent… S’indigner est bien de la colère… pour que ça change et que ça aille mieux ! Si ce n’est pas être positif, qu’est-ce que c’est ?

  36. Carole dit :

    Claude et MOREL,

    Quel plaisir de renconter des personnes qui ne vont pas toutes dans le sens du vent d’abrutissement généralisé qui souffle sur la France.

    J’avais écrit il y a bien longtemps, je ne sais plus si c’+etait ici où ailleurs qu#’un pessimiste est un optimiste bien informé#. J’étais allée à une conférence sur l’éco en AN et le conférencier, plutôt positif malgré la conjoncture, nous avait amenés à cette conclusion que je trouve fort réaliste.

    Comme mon ami Ernest, positivons en restant lucides.

    Bien cordialement.

Laisser un commentaire