Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

12 commentaires

  1. Dominique M dit :

    Bonsoir Monsieur le Premier Ministre,
    L’Algérie a aujourd’hui une économie déséquilibrée, associant la production agricole peu transformée donc à faible valeur ajoutée, et la rente des hydrocarbures. Le produit de cette rente ne semble pas soutenir beaucoup le développement et la population est peu qualifiée. Reste à savoir s’il y possibilité d’y organiser une activité productive pérenne. C’est pourtant là la seule voie pour solutionner les questions d’émigration et la fuite des jeunes diplômés.
    Puis-je vous poser une question d’un autre ordre: quelle est la part des charges de personnel au regard des cotisations annuelles perçues par les caisses de retraite françaises? Il semble que son accroissement permanent soit aussi une menace pour le montant des retraites servies aux retraités.
    Avec mes remerciements,
    Très bonne soirée,
    Dominique M

  2. Le Renouveau Jacobin (Floreal) dit :

    L’Algerie,

    Les grands industriels peuvent choisir en toute liberte de commercer avec l’Algerie, mais a leur risque et en pleine responsabilite de leurs actes.

    Personnellement je pense que tant que tous ces etats d’Afrique du nord n’auront pas tirer les lecons du passe et n’auront pas evolue vers une gestion economique et politique plus responsable, en permettant a leur peuple de s’epanouir dans un type de democratie integre a leur environnement global (social, societal, environnemental)….tant que ces pays n’auront pas renonce a leurs integrismes…nous devrons rester dans un rapport de qualite mais conscient qu’il sera difficile de trouver un vrai cadre responsable dans nos echanges avec eux.

    Beaucoup de nos ressortissants qui ont pu connaitre des parents de l’epoque de l’Algerie des annees 40 a 60 peuvent avoir un sentiment de nostalgie, nous pourrions dire la meme chose de Madagascar et d’autres anciens territoires coloniaux, mais ne revons pas, les epoques passent, les souvenirs restent, mais la realite d’aujourd’hui est tout autre…

    Ces pays sont dans des periodes de developpement…
    Nous pouvons participer a leurs developpements au travers de nos echanges, que ce soit au niveau de l’Europe, de la France…Mais ne soyons pas naifs…tout doit se faire dans le cadre d’une veritable politique de developpement…donnant…donnant…pas de saupoudrage electoraliste qui privilegie nos industriels au detriment de la majorite des francais et des peuples africains…

    Bien cordialement,

    Le Renouveau Jacobin (Floreal)

  3. Le Renouveau Jacobin (Floreal) dit :

    Le camp Borloo prépare le terrain

    Par Caroline Vigoureux

    Publié le 20 avril 2011 à 17h24 sur Europe 1

    Derrière Jean-Louis Borloo, les centristes veulent créer une nouvelle force politique pour 2012.

    Jean-Louis Borloo n’a pas quitté l’UMP pour rien. Le président du Parti radical entend fédérer une nouvelle dynamique, ailleurs. Sa formation devrait donc avaliser lors du congrès du parti, les 14 et 15 mai prochains, son entrée dans la Confédération des centres, cette nouvelle force politique qui devraient regrouper le Nouveau centre d’Hervé Morin, la Gauche moderne de Jean-Marie Bockel, l’Alliance centriste du sénateur Jean Arthuis et le club Perspectives et réalités, présidé par Hervé de Charette.

    « L’UMP s’est droitisée »
    En somme, une sorte d’UDF nouvelle version, qui veut peser en 2012. « Nous avons l’ambition d’installer une force au centre de l’échiquier politique », explique à Europe1.fr Laurent Hénart, secrétaire général du Parti radical. « Nous voulons créer une alternative à l’UMP, dont le discours s’est droitisé. Leurs priorités – la sécurité, l’immigration la rigueur – sont en décalage avec celles des Français », estime-t-il. « Alors que nous, nous sommes avant tout sensibles à la question sociale ».

    Mais pas question pour autant de couper tout lien avec l’UMP. « Il n’y a pas d’ambiguïté dans le fait qu’on se situe dans une alliance du centre et de la droite », tranche le bras droit de Jean-Louis Borloo. « Mais nous ne sommes pas des clubs ou des thinks-tanks de l’UMP », nuance-t-il.

    Bayrou en solitaire
    La question du soutien à la majorité pour le second tour de la présidentielle paraît donc logique. « On trouverait ça délicat d’aller devant les électeurs sans dire avec qui on gouvernerait », estime Laurent Hénart. « Au moins, nous sommes clairs là-dessus et c’est ce que les gens attendent ».

    Un rapprochement, qui exclut de fait François Bayrou, qui revendique son indépendance. « Il a une position très solitaire. Je ne le vois pas changer d’avis avant la présidentielle », estime Laurent Hénart. L’hypothèse d’une intégration du leader du Modem à cette nouvelle famille politique semble donc peu probable.

    Du côté, du Modem, la question de rejoindre la confédération semble plus que réglée : « c’est totalement exclu ! », balaye Jean-Luc Bennahmias, vice-président du parti de François Bayrou. « Je ne vois pas une seule position d’indépendance par rapport au bilan gouvernemental. Ils font partie de la majorité présidentielle ! », tempête-t-il, avant de concéder : « je ne considère pas ces gens-là comme des ennemis ». Selon lui, la seule possibilité d’une éventuelle alliance serait que la confédération des centres marque « une rupture totale avec la majorité ».

    « Je le sens déterminé »
    Et pour incarner cette « nouvelle force », Jean-Louis Borloo, semble être le candidat le plus légitime. « Je le sens déterminé », confie Laurent Hénart. « Il est l’animateur naturel de cette confédération. Beaucoup de radicaux vont lui demander de se porter candidat », assure-t-il.

    L’ancien ministre de l’Ecologie devrait recueillir sans difficulté le soutien de ses confrères. Si Hervé Morin a dans un premier temps laissé entendre qu’il serait candidat, le président du Nouveau centre devrait finalement renoncer à ses intentions présidentielles au profit de l’ancien ministre de l’Ecologie. « Si Jean-Louis Borloo est investi par la confédération et est considéré comme le meilleur candidat, je serai derrière lui », a-t-il déjà fait savoir, lundi sur Radio Classique.

    Mais pour l’heure, aucune hypothèse n’est à exclure. « Si la confédération estime dans 3 mois ou 4 mois que, finalement, (…) c’est Hervé Morin qui est le mieux placé pour porter notre message politique, et bien voilà, on la jouera collectif aussi », prévient le président du Nouveau centre.

    Un candidat à l’automne
    L’ancien socialiste Jean-Marie Bockel affiche quant à lui une ligne de conduite sans ambigüité. « Pour moi, c’est clair : Jean-Louis Borloo a vocation à être candidat. Nous sommes très nombreux à lui demander d’y aller », a assuré le président de Gauche moderne la semaine dernière sur Europe 1.

    Courant mai, chacune des composantes de ce futur mouvement doit se réunir pour officialiser son entrée dans cette nouvelle confédération. Selon Laurent Hénart, le choix du candidat devrait avoir lieu « au plus tard à l’automne ». Sans grand suspense.

    ***La Droite humaniste et progressiste doit permettre d’ouvrir le debat au niveau de la Droite qui cherche actuellement une nouvelle forme de message…
    L’UMP et le President n’ont pas su faire evoluer leur message il y a un an, le choix a ete celui de la continuite…
    Souhaitons que ce Centre nouveau nous apportera les reponses a nos attentes, que ce soit dans le domaine de la politique industrielle, de l’emploi, de la reconnaissance des valeurs sociales et de l’equilibre de nos comptes de gestion globaux.

    Jean-Louis Borloo peut etre le symbole de la renaissance des valeurs humanistes de progres en France.

    Bien cordialement,

    Le Renouveau Jacobin (Floreal)

  4. Vanrack dit :

    Projet en France : Luter contre le chômage et la pauvreté.
    Non ?
    Toujours pas ?

  5. Ernest Gransagne dit :

    Pas mal le « relooking » du bandeau… « Sérieusement attentif, en étant à l’écoute ». Bravo
    Très beau portrait réussi par un photographe de talent.

  6. Le Renouveau Jacobin (Floreal) dit :

    Si la France a besoin de s’ouvrir, elle a aussi besoin de retrouver une certaine unite…

    L’unite passe par une veritable reconnaissance de chacun dans son environnement.

    Chacun doit pouvoir avoir la possibilite de s’emanciper, de s’eveiller dans son environnement.

    L’appreciation des salaires fait aussi partie de la reconnaissance…

  7. Le Renouveau Jacobin (Floreal) dit :

    Les annees qui viennent nous amenent a reflechir sur la dimension sociale et la dynamique de l’entreprise pour relever les challenges du devenir…

    Le discours partisan n’a plus sa place comme les « images glamour » sur papier glace…
    L’entreprise doit retrouver le lien de confiance avec ses salaries pour optimiser son management, sa gestion.

    C’est pourquoi, je crois au discours de Monsieur Jean-Louis Borloo qui peut donner a la France l’impulsion pour redonner un espace au dialogue, a la creativite, a l’entreprise…

    Bien cordialement,

    Le Renouveau Jacobin (Floreal)

  8. Le Renouveau Jacobin (Floreal) dit :

    2012: l’indéboulonnable confiance de Sarkozy
    Par LEXPRESS.fr avec AFP, publié le 21/04/2011 à 17:29

    En dépit de sa chute dans les sondages, le chef de l’Etat est serein pour l’élection de 2012.

    Sa popularité n’en finit pas de chuter, la sortie de crise tarde à se concrétiser, sa majorité se lézarde et s’inquiète mais rien n’y fait. A un an de la présidentielle, Nicolas Sarkozy persiste à afficher une insolente confiance en ses chances de victoire en 2012.

    « Tout cela me paraît très mal parti. Franchement, je ne vois plus trop comment on peut s’en sortir ». Comme ce cadre de l’UMP, tout ce que la majorité compte d’augures répète depuis des mois ce même sombre pronostic. Quatre ans après son entrée triomphale à l’Elysée, les perspectives d’une réélection du chef de l’Etat n’ont jamais paru aussi lointaines.

    Après la « claque » infligée à la droite aux cantonales, les enquêtes d’opinion se suivent et se ressemblent. Confronté à Dominique Strauss-Kahn, Martine Aubry ou François Hollande, Nicolas Sarkozy serait balayé dès le premier tour par Marine Le Pen. Même habillée des réserves sondagières d’usage, le scénario d’un « 21 avril à l’envers » prend corps.

    Et pourtant. A ses interlocuteurs sceptiques ou inquiets, le président continue d’opposer la même foi inébranlable et la même énergie, inversement proportionnelles à sa cote de confiance…

    « Moi, la situation, je la sens bien », a-t-il lancé récemment aux députés UMP. D’abord interloquées, ses troupes sont reparties regonflées de l’Elysée. « Il a été très convaincant », se réjouit un haut gradé de l’UMP, « nous avions tous besoin de cette bonne cure de vitamines ».

    Devant ses visiteurs, Nicolas Sarkozy est tout aussi sûr de lui. Il écarte les sondages hors de toute réalité et leur oppose l’accueil « enthousiaste » qui lui est réservé lors de ses visites en province, pourtant formatées à l’extrême. Ou rappelle les précédents Jospin et Balladur, donnés vainqueurs dans la presse avant d’être battus dans les urnes.

    « Il court un vrai risque »

    Comme il l’a dit aux députés UMP, il ne s’inquiète pas non plus des velléités d’indépendance du flanc centriste de sa majorité, rebuté par la « droitisation » de son discours sur l’immigration ou l’islam. Outre François Bayrou, Hervé Morin, Dominique de Villepin et Jean-Louis Borloo agitent la menace d’une candidature potentiellement meurtrière.

    « Tout ça est dangereux », constate un élu important de la majorité, « il court un vrai risque d’être éliminé au premier tour ».

    Même s’il veut croire que la plupart rejoindront le bercail UMP, Nicolas Sarkozy semble avoir mesuré les risques de la division. A chaque occasion, il prêche pour l’union et a donné un tour plus « social » à son discours.

    Après l’avoir défendu bec et ongles, il a fini par enterrer le bouclier fiscal, symbole de l’image de « président des riches » que la gauche lui colle à la peau. Et repassé les habits du « président du pouvoir d’achat » qu’il promettait d’être en 2007 en imposant aux grandes entreprises qui profitent de la reprise de verser une prime à leurs salariés.

    Aveuglé

    Surtout, le locataire de l’Elysée reste plus que jamais confiant dans sa capacité à battre la gauche. Publiquement, il raille volontiers le programme du PS. « Il nous dit à tous ‘vivement que le candidat socialiste soit connu, je vais l’exploser’ », ajoute un de ses récents visiteurs.

    Non, Nicolas Sarkozy ne veut pas se laisser gagner par les doutes qui agitent son camp. Concentré sur son rôle de président, les échéances et les grands dossiers internationaux, ses réformes pour le pays, il reste convaincu que ses efforts finiront par payer.

    « Il y a chez lui une forme d’aveuglement », soupire un responsable centriste, « Nicolas Sarkozy ne voit pas le rejet qu’il suscite dans l’opinion, ni que certains dont il s’est entouré, comme François Fillon ou Jean-François Copé, jouent sa défaite. Le réveil s’annonce brutal ».

    *****************
    Ce que nous pourrions attendre du Président, ce n’est pas d’avoir un « ego sur-gonfle », mais d’avoir une vision, un message pour notre pays…
    Aujourd’hui, c’est la guerre, c’est l’international…mais où est le discours qui rassemble les français sur des idées de progrès ?

    L’échéance de 2012 va-t-elle nous resservir réchauffe les grandes idées du programme de 2007 ?

    Il y a eu un temps pour les idées, 2007 c’était les reformes, la compréhension de la nécessite d’une meilleure gestion des intérêts communs…
    2012, pourrait etre la grandeur d’une vision plus humaniste, plus progressiste, plus sociale de nos interets communs…

    Le monde passe par des crises économiques, politiques et sociales, il est possible de gérer dans ces moments de turbulence…en responsabilisant mieux tous les acteurs économiques et sociaux, en accordant plus de place au dialogue, en mettant en place des pôles de représentativité.

    Une entreprise doit trouver sa force, sa dynamique dans une meilleure harmonisation des rapports au sein de celle-ci.
    La France a un potentiel industriel remarquable, elle doit le faire valoir en trouvant sa force dans l’unité de son management.

    2012, doit être une période de renouveau dans la vision, dans le message de nos politiques…

    Dans le fond peu importe que Nicolas soit de nouveau re-élu ou que Jean-Louis crée la surprise, l’important serait que le message soit au rendez-vous…
    Pas un slogan de plus, pas des mots de publicitaires, mais une véritable vision pour notre pays.

    Des banlieues aux villages retires, des bureaux aux usines qui s’ouvrent ou se ferment, des retraites a la précarité sociale, des nécessaires aides a l’investissement aux investisseurs, il y a trop de monde qui attendent pour devoir relooker un programme…

    Il est dommage de voir les années passer et de ne pas avoir la chance d’entendre un grand message politique pour les hommes au service des hommes, au service de l’éveil des consciences, au service d’un mieux être ensemble, un véritable chemin humaniste qui pourrait permettre a tous de grandir dans un environnement apaise, un environnement de confiance…

    Bien cordialement,

    Le Renouveau Jacobin (Floréal)

  9. BORDIER Stéphane dit :

    Monsieur le Premier Ministre,

    Je rentre de mon 6ème voyage en Algérie depuis 2 ans. Une fois encore les amis algériens que j’ai rencontré (chefs d’entreprises, directeurs centraux d’administration, élus) m’ont affirmé souhaiter que la France retrouve une place importante dans les échanges économiques avec l’Algérie. En effet les autres pays européens, les Etats Unis, ne parlons pas de la Chine, que vous connaissez bien, ont une démarche de conquête à la fois agressive et prenant en compte les aspirations locales. Il nous est reproché de ne nous intéresser qu’aux grands projets et de ne pas travailler sur un pied d’équivalence gagnant gagnant avec les interlocuteurs Algériens.
    J’essaye depuis 2 ans de poser les bases d’échanges autour de la promotion croisée des entreprises artisanales et des TPE/PME mais aussi d’oeuvrer pour la mise en oeuvre de véritables transferts méthodologiques par le biais de programmes de formations adaptés et sur mesure et non copiés collé sur ce qui se passe chez nous. De Oran en passant par Alger, Tizi Ouzou ou Biskra où je me suis rendu les demandes sont fortes.
    Je suis à votre disposition pour faire entendre ce message qui est complémentaire des grands projets que vous défendez et qui sont au combien importants.

    Bien cordialement.

  10. Alain Soler dit :

    Bonjour à tous,
    Léon Camé2

    Le Renouveau Jacobin ou le retour masqué d’un Jany la brocante aux creux d’un langage d’has been dépassé pour un floréal artificiel de vacuité.

  11. Benia dit :

    Mr le Premier Minisitre,

    Bonjour,

    Dans le cadre du forum Algérie-France qui aura lieu fin mai à Alger, je souhaiterais vous présenter France-moyenorient.com, groupe de presse économique en ligne spécialisé sur l’actualité économique,financière et culturelle des pays du Golfe, Proche-Orient et Maghreb.

    Depuis 2005 !, nous tentons avec nos petits moyens de faire naitre un grand groupe de presse économique France-moyenorient vitale pour l’image de la France et nos PME françaises dans ses régions à forte valeurs ajoutées. Or depuis 5 ans, j’ai tenté sans jamais aucun résultat de présenter France-moyenorient auprès du sénat , du ministère des affaires étrangères ou d’ investisseurs. Pouvez vous nous aider ?

    Petit historique:

    France-moyenorient.com est né en décembre 2005 du simple constat qu’il n’existait aucun média français ou francophone proposant quotidiennement de l’information économique, financière et touristique sur cette région. Cependant, les anglophones connaissent de nombreuses références sur cette région. C’est pourquoi il était nécessaire de fournir aux francophones un site qui leur apporterait toute l’actualité économique sur le Moyen-Orient et les pays du Golfe. Notre objectif est de devenir le premier  groupe de presse en ligne spécialisé dans l’information économique, financière  et culturelle en continu sur les pays du Golfe, du Proche-Orient et du Maghreb. D’ après notre business plan , d’ici 2012  nous devrions générer prés de 100 000 visiteurs mensuels  ciblés CSP+/++  et prés de 500 entreprises sur  notre business directory.  Actuellement,   nous générons plus de 100 000 pages vues mensuels. Avec un fort potentiel de développement , à plus long terme une  publication papier sera présente au Moyen-Orient et au Maghreb.

    France-moyenorient.com est un  site très qualitatif pour les particuliers, entreprises, les cadres, les touristes, les décideurs en partance dans la région du Maghreb et du Moyen-Orient. Notre lectorat est essentiellement francophone ( France, Maghreb , Canada, Belgique, Suisse…) mais  le développement de notre version anglaise permettra de  cibler  un lectorat anglophone. En effet, à moyen terme France-moyenorient.com  sera capable d’être présent sur des événements ( salons, conférences, événements culturels et sportifs ) dans les pays du Golfe et au Moyen-Orient . France-moyenorient aura un vrai  impact média auprès des responsables (grands groupes , institutionnels, décideurs) de la région et par la même, renforcer  l’image  de la France et de nos PME par la présence d’un média Français.

    Cordialement,
    BENIA Mustapha
    Directeur et fondateur
    http://www.France-moyenorient.com
    The French Middle East and North Africa Business Resource
    Toute l’actualité économique des pays du Golfe, du Proche-Orient et du Maghreb

  12. Maison de l'Algérie dit :

    Monsieur Le Sénateur,

    Nous avons l’honneur de vous présenter l’association « Maison de l’Algérie » qui vise à encourager, soutenir, et assurer la promotion de projets économiques, sociaux, culturels, touristiques dans un esprit de réciprocité entre les deux sociétés civiles française et algérienne.

    « Maison de l’Algérie » est dédiée en priorité à la jeunesse des deux rives. L’association articule ses actions sur trois axes de développement : le tourisme, l’économie et l’associatif.

    Le bassin méditerranéen vit un bouleversement historique porté par sa jeunesse. L’association Maison de l’Algérie saisie cette occasion pour apporter un espoir d’avenir à la jeunesse méditerranéenne.

    Nous lançons en septembre 2011 en partenariat avec l’association Sos Bab El Oued (Algérie), en guise d’amorçage, des Week-ends à Alger (3 jours): 25 jeunes dotés d’un réel potentiel en termes de compétences, de cursus de formation et d’une fibre entrepreneuriale affirmée rencontrent 25 jeunes à Alger de même profil.

    Pourquoi ? Pour déclencher une dynamique constructive entre les deux rives : flux d’idées, de projets, d’échange d’expériences, de création d’emplois et aussi d’amitiés, de convivialité.

    Maison de l’Algérie se donne comme vocation de bâtir un pont d’intelligence entre les deux pays en initiant ce concept dont le temps fort est l’organisation d’un Café projets (en pratique depuis 5 ans à la mairie de Paris) au cœur d’Alger dont les acteurs seront chaque Week-end les 50 jeunes venus de part et d’autre de la méditerranée.

    Cette opération Maison de l’Algérie conjuguant tourisme, affaires, formations, événementiels et citoyenneté est un moteur à projets considérable pour les deux rives. C’est 375 jeunes français et 375 jeunes algériens en effet miroir en 2011/2012 qui posent là les mécanismes à développer, à inventer pour un seul objet, grandir ce qui mérite de l’être. Cette action concerne la société civile des deux rives.

    Monsieur Le Sénateur, nous serions fiers et honorés de votre soutien.
    .
    Recevez, Monsieur Le Sénateur, nos sentiments les plus dévoués.

    Naima Iratni
    Présidente de l’Association « Maison de l’Algérie »
    http://www.maisondelalgerie.org
    contact@maisondelalgerie.org

Laisser un commentaire