Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

5 commentaires

  1. emmanuel dit :

    Quelques points Monsieur, Juste histoire de contrebalancer votre optimisme primaire concernant les BRIC.
    La Chine s’effondrera comme le Japon, et probablement même plus vite que le Japon.
    En lieu et place de la croissance absolue que vous regardez comme un miracle tout aussi absolu, vous devriez considérer le point mort bas vital de la Chine et une croissance relative. Et celle-ci est de fait la même qu’en occident malgré toute l’épargne, les réserves de changes etc…
    Je vous invite à lire ce petit article.
    http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/international/221134547/chine-va-perdre-pari-croissance
    Il ne s’agit plus de trembler quand la Chine s’éveillera, mais quand la Chine s’effondrera compte tenue de l’optimisme tout aussi béat d’industriels qui bradent en Chine nos savoirs faire.
    Nous reparlerons du miracle Chinois à Toulouse quand ils vont commencer à inonder le monde avec l’équivalent des A320 made in China développés a force de transferts de technologies bradés.

    Je vous invite de fait à cesser vos pérégrinations en Chine, et à vous concentrer sur l’essentiel.
    Notre avenir est en Europe.
    Depuis un an que je parcours vos articles, il n’y a pas eu une ligne sur ce nouvel Euro qu’il nous faut construire.
    Je désespère de lire un article de fond pour nous dévoiler le projet des politiques pour que cet Euro soit enfin l’instrument d’un projet démocratique.
    Mais sur ce point il faut être créatif. Et la créativité et l’un des nombreux fondamentaux qu’il manque à votre génération obnubilée par sa petite carrière politique au mépris de la Cité.

    Votre génération nous impose la chimère des Subprime Grec, Irlandaise, Portugaise et se moque des risques systémiques pour la Cité et principalement de ceux qui payent tous leurs impôts.
    L’essentiel est de sauver en France le Crédit Agricole, la Société Général etc…
    Et nous citoyens n’avons pas le moindre levier pour vous empêcher de nous mener au gouffre.
    Et la bulle sur nos dettes souveraines devenues comptables gonfle avec la complicité de votre génération politique.
    La Chine en Grèce c’est monnaie contre infrastructures majeurs.
    Vous ne garantissez que des subprimes qui nous couvrent de dettes avec intérêts composés pour plusieurs générations.

    Vous rêvez d’une Chine qui s’inscrirait dans la construction d’une gouvernance mondiale.
    Voir même vous rêvez de bâtir une gouvernance mondiale, alors que vous êtes incapable d’écrire une constitution Européenne, dans une Europe cohérente.

    Vous naviguez dans le couloir des utopies protégé par cette monarchie française qui prétend encore être Républicaine et démocratique.
    En fait de République il y a vous en Chine, et vos comparses au FMI à la BCE : l’UMPS dans toute sa splendeur cynique et sans aucun scrupule. L’essentiel est de préserver vos privilèges.

  2. Alain Lavallée dit :

    Bonjour à tous,

    Nomadisme, circulation… attractivité… comment brancher … (?)

    comment se créent ces réseaux qui articulent le local territorialisé et le global circulatoire…

    « marcheur il n’y a pas de chemin, le chemin se fait en marchant (Machado) »

    il n’y a pas de recette, le réseau se fait en se faisant, s’active en se branchant, certains seront riches d’avenir, d’autres deviendront ceps qui se dessécheront. Nécessité de vision qui saisit la complémentarité et la compatibilité (articuler richesses circulantes et ressources localisées) , une population territorialisée engagée , porteuse d’espoir et de rêves, et ouverte sur le monde, mondialistes attentifs, politiques éclairés. Mise en valeur de patrimoines naturels et culturels, création de patrimoines.

    De joyeuses pâques ,

    Alain Lavallée

  3. Le Renouveau Jacobin (Floreal) dit :

    Larcher : «Je sais que Borloo sera responsable»

    ***Cet article est tire du journal Le Figaro, nous le voyons souvent et nous en avons l’expression sur ce Carnet en lisant les propos d’Alain Soler et d’autres, nous avons une Droite stupide, qui n’a pas su faire valoir ses qualites…
    Jean-Louis Borloo et tous ceux qui expriment leur desir de voir une dimension sociale dans la majorite ne sont pas des imbeciles, ni des demeures…Aujourd’hui le President s’ouvre un peu tardivement a ces valeurs.

    Ce que nous voyons actuellement, c’est une Droite qui se fragilise de plus en plus a cause des discours simplets, ironiques, que nous pouvons lire ca et la…

    La politique n’est pas un jeu, si peut-etre pour des retraites roublards qui pensent que l’on peut jouer avec le destin de ceux qui ont du mal a finir leur mois…

    Ci-dessous l’article du journal Le Figaro

    INTERVIEW – Le président du Sénat a la «certitude» que Nicolas Sarkozy sera le candidat de la majorité à la présidentielle.

    LE FIGARO – Après des élections cantonales qui ont laissé des traces, l’UMP est-elle menacée d’explosion ?

    Gérard Larcher – L’UMP est peut-être en train de découvrir ce que nous vivons quotidiennement au Sénat: la réalité d’une majorité composée de familles diverses, avec sa liberté de ton, ses échanges, la nécessaire attention aux autres. L’UMP, c’est un rassemblement de mouvements politiques qui partagent des valeurs. Les sensibilités doivent pouvoir s’y exprimer, être écoutées et faire des propositions. Cela éviterait les contractures que nous sommes en train de vivre. La diversité de la majorité n’a jamais exclu les débats de qualité. La division, elle, est porteuse d’affaiblissement.

    Comprenez-vous les raisons qui ont poussé Jean-Louis Borloo à quitter l’UMP ?

    Jean-Louis Borloo, que je vois régulièrement, a été un ministre important. Je regrette qu’il quitte l’UMP parce que l’UMP a besoin en son sein des sensibilités radicale, gaulliste sociale, chrétienne-démocrate. Il a pu lui arriver de trépigner quand il était au gouvernement, mais il a toujours respecté la solidarité gouvernementale. Aujourd’hui, il exprime sa différence mais il ne se place pas en dehors de la majorité.

    La candidature possible de Borloo n’obère-t-elle pas une victoire en 2012 ?

    Pour moi, les choses sont claires: je soutiendrai Nicolas Sarkozy. Mais ceux de la famille qui se présenteraient au premier tour ne sont pas pour autant nos adversaires. Jean-Louis Borloo n’est pas devenu un opportuniste ou un «coucou dans un nid». Je sais qu’il sera responsable, qu’il ne fera pas perdre la majorité car ce qui le guide, c’est l’intérêt de la France. Parfois il dérange car il est porteur de quelque chose de fort, mais j’ai pour Jean-Louis de l’affection parce qu’il a des idées neuves.

    Pensez-vous, comme Jean-Louis Borloo, que le gouvernement a trop mis l’accent sur les questions de sécurité et d’immigration et pas assez sur les questions sociales et le pouvoir d’achat ?

    Depuis des mois, on a beaucoup vécu sur les thématiques sécuritaires, dont je ne nie pas l’importance, mais il faut parler de ce qui préoccupe en priorité nos concitoyens. Or, la sécurité n’est qu’un outil de la cohésion sociale. Je ressens, à travers mes déplacements, que les Français sont très attentifs à la question de l’équité, qu’ils ont le sentiment que leur pouvoir d’achat a diminué, que la situation s’est dégradée, qu’ils craignent le déclassement. Il faut répondre à ces questions. Je sais que le président de la République en a pris la mesure. La première préoccupation, c’est le pacte social. Et je voudrais dire aux Français: «À la japonaise, sauvons-nous ensemble !»

    Approuvez-vous la volonté de limiter l’immigration légale ?

    Je rappelle que nous avons voté en 2007 une loi inscrite dans le projet du président de la République sur l’immigration choisie. Un arrêté de 2008 définissait trente métiers en tension pour lesquels nous autorisions l’immigration parce que la France manquait de main-d’œuvre dans ces secteurs. La loi prévoyait une révision chaque année. Elle n’a jamais eu lieu. Avant de dire qu’il y a trop d’immigration légale, appliquons la loi de 2007 et réexaminons, emploi par emploi, région par région, quels sont nos besoins en termes d’immigration choisie.

    Que pensez-vous de «la prime à 1000 euros» ?

    Le président de la République a compris l’urgence de répondre en vérité aux inquiétudes des Français. Je suis totalement à ses côtés. Il faut que le pouvoir politique marque, en sortie de crise, la volonté de distribuer équitablement et aboutir à une meilleure répartition de la valeur sans mettre en péril les entreprises donc sans charges sociales sur cette prime. Le partage de la valeur doit devenir un élément essentiel du renouveau des relations sociales. Il faut une loi simple, en deux articles, pour régler les cas où la négociation sociale n’aboutirait pas.

    Faut-il des primaires au sein de l’UMP pour la présidentielle comme le suggère Alain Lamassoure ?

    Je ne me pose pas cette question. Ma liberté de ton m’autorise à dire que Nicolas Sarkozy est le meilleur. Le temps de l’élection viendra. Si personne ne s’exprimait en ce moment, on ne comprendrait pas. Je ne suis pas choqué par les précandidatures des uns ou des autres. On est à un an du premier tour. Il y a encore beaucoup d’inconnues sur le nom des candidats. Donc ne jouons pas sur un paysage qui n’est pas encore campé. La seule certitude, c’est que Nicolas Sarkozy sera candidat.

    Une candidature de François Bayrou peut-elle nuire à Nicolas Sarkozy ?

    Reconnaissons à Bayrou une forme de légitimité et de courage. Il a fait un score important en 2007 parce qu’il a incarné une espérance. Le centre existe dans notre histoire démocratique. Le nier serait une erreur. Je pense qu’il y aura une candidature centriste, celle de François Bayrou ou de Jean-Louis Borloo.

    La rémunération de vos collaborateurs fait polémique. Comment la justifiez-vous ?

    Nous avons embauché un certain nombre de collaborateurs sur la base de leur rémunération antérieure, avec pour objectif d’avoir un cabinet qui puisse être à la hauteur d’un Sénat autonome et fort. Peut-être n’ai-je pas été assez attentif. C’est pourquoi j’ai décidé de soumettre au comité de déontologie parlementaire, présidé par Robert Badinter, l’effectif, les conditions de recrutement et de rémunération de mon cabinet. Ses conclusions, que je porterai à la connaissance du bureau du Sénat, seront les miennes. Je voudrais conclure en disant que la fonction publique parlementaire est spécifique. À tout niveau de compétences, ce sont des contraintes et des devoirs élevés. Ne l’oublions pas!

  4. M.Ludovic Zanker dit :

    Cher Monsieur le Sénateur,
    Cher Jean Pierre Raffarin,

    Vive la Vienne, Vive le monde qui nous entoure dont nous devons ne pas négliger sur le plan morale et politique.
    Je suis content que la Vienne peut servir de capitale dans le monde par son attractivitée et sa belle image, dont vous défendez avec amour, et joie, et perservérance.

    Bien à vous,

    LZ

  5. JLG dit :

    Monsieur,
    J’aime assez l’angélisme avec lequel vous abordez le sujet Chinois en France
    Qu’il s’agisse de Z ou de H les enjeux sont les mêmes et ils re-produiront en Europe ce que j’explique plus tard dans mon texte.
    Avant de leur ouvrir les marchés nationaux (Orange, SFR, Bouygues …) Avant de faciliter leurs implantations (Poitiers). Assurez vous qu’ils renvoient l’ascenseur, qu’ils payent leurs prestataires.

    J’ai participé cette semaine à cette convention UMP sur l’immigration et n’ai pas eu la possibilité de poser ma question.
    Vous trouverez donc une analyse (en toute humilité) et une éventuelle inquiétude.

    Je travaille entre L’Afrique et L’Europe et possède des intérêts dans les deux continents.

    J’ai bien noté les engagements ou envies pris lors de ce colloque
    Co-dev
    Filtrage plus réaliste …

    Néanmoins j’ai un peu peur que ces solutions homéopathiques restent sporadiques face aux enjeux non pas d’aujourd’hui ou de 2012 … mais d’après demain !

    Comme certains d’entre nous le savent, l’Afrique n’appartient plus à l’Afrique et encore moins aux Africains.
    Les chinois aidés par la « bank of China » et un blanc seing de leurs gouvernements ont construit à crédit :
    Réseaux télécoms
    Ponts
    Barrages
    Complexes en tout genres …

    Les gouvernements endettés sur plusieurs générations ne savent plus comment régler la note et cèdent unes à unes les richesses naturelles de leurs territoires :

    Mines
    Plantations …

    Les Sté Chinoises amènent par charters les employés dociles qui rentrent avec des visas payant dans des pays pas très regardants.
    Pas de création de richesse
    Pas d’emplois
    Pas de formations

    Ce nouveau coffre fort ou grenier Chinois sera rapidement exsangue !!!!

    Alors nos amis Africains expérimenterons de nouveau de grandes famines, des guerres civiles …
    Et se retourneront à nouveau vers le cousin Européen si riche à leurs yeux.
    Il sera alors trop tard, « l’art de la guerre » deviendra hélas trop tard notre livre de chevet et nos « Bibles, Tora et Coran » sembleront bien désuets en comparaison de ce mode d’emploi subtile et imparable.

    1- Que ferons nous quand les flux se feront par centaines de milliers et que la peur de mourir aura remplacé l’appât du gain ?????

Laisser un commentaire