Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

38 commentaires

  1. jany dit :

    L’Affaire fait aujourd’hui le tour du monde…
    Dans tous les cas la secousse se fera ressentir coupable ou non…

    Un homme peut être méritant ou brillant aux yeux des observateurs…
    Il peut être droit aussi…
    Il arrive que le chemin de la vie en décide autrement…

    Que l’on soit dans la vérité ou dans la vraisemblance…
    Que l’on soit présumé coupable ou innocent…
    Il arrive que le chemin de la vie en décide autrement…

  2. nana dit :

    C’est vraiment étrange que cette demande de prudence ne soit souhaitée que pour les affaires touchant vos poulins. Qu’en est-il pour la Libye, aucune prudence ne prônée lorsqu’il s’est agi de bombarder des innocents, ni même pour l’Afghanistan….. Pourquoi la prudence ne devrait-elle être clamée que pour sauver un violeur qui a ruiné plus d’un pays.

  3. Nicolas Mauduit dit :

    Le problème quand on s’abandonne à la route droite et glissante de la vraisemblance en lieu et place de la voie étroite de la vérité, c’est que tout, absolument tout devient possible – ensemble ou non…

    entre autres, un montage de chantier est aussi vraisemblable.

  4. jacqueline de paris dit :

    Bonjour monsieur premier ministre,
    Comme vous le dites que la prudence est toujours nécessaire; donc que, lorsque l’affaire en question est entré de faire le tour du monde et que son personnage principal est un français il faut attendre sur tout avec la patience de sagesse le jugement définitif. La vraisemblance ne certifie pas toujours la vérité dont que la patience et la discrétion doivent s’arranger à coté de la prudence pour empêcher les conséquences imprévues et involontaires; Mais la vraisemblance pourrait être une bonne combattante. Ainsi que la question rentra dans les rails de la philosophie et de la psychologie humaine, dont il nous reste de patienter en prudence avant de se prendre la juste et nécessaire position.
    Tenez bon monsieur premier ministre, pour les échéances de 2012.

  5. mélusine dit :

    Ah oui, JPR, tout cela est très vraisemblable…. vu la réputation de DSK ! Mais comment expliquer que ce soit un étudiant militant UMP qui donne l’info sur Twitter, seulement 19 minutes après l’arrestation du monsieur ? Info reprise aussitôt par Arnaud Dassier, ancien directeur de campagne web de NS ( celui par qui le scandale Porschique arrive !) ??????
    Vous êtes vraiment mignon, homus politicus, avec vos galopades ollé-ollé : sexe et pouvoir sont liés, n’est-ce-pas ! Si on enquête un peu plus ….ouf ! restons zen !

  6. Bosio gérald dit :

    Monsieur le premier Ministre,

    Dans de telles cirsconstances l’urgent est d’abord de se taire …Mais,de telles turpitudes révélées , vraies ou présumées sont loins des exigences personnelles que vous réclamez pour les politiques.

    Pire que tous ces écarts déclarés et commentés d’abondance est le ridicule de la situation.
    Quelles que soient les réalités « vraies » aujourd’hui ou demain, elles sont sans importance hors l’indignité des actes et des circonstances.
    Le pouvoir est un « aphrodisiaque » souvent avoué. Attention donc aux éventuels consommateurs, « addicts » ou « compulsifs » de coït ancillaire et furtif…
    Alors ? Mansuétude ?… Non merci dans de telles circonstances pour ce personnage, ses missions, sa représentativité et ses projets nationaux présumés.
    Aucune rigidité morale dans cet avis mais un rappel circonstancié à plus de tenue , de maitrise et de respect.
    Sincèrement, cordialement et respectueusement.
    Gérald BOSIO

  7. Alain Soler dit :

    Bonjour à tous,

    JPR : « Les affaires en politique sont souvent l’occasion d’entendre plusieurs vérités. »

    L’arrestation de DSK n’est pas une affaire politique, les faits qui lui sont reprochés sont d’une extrême gravité et constituent « un crime de droit commun ».

    Bien sûr à ce point de l’enquête la présomption d’innocence doit prévaloir, pour autant les charges constituées par la police américaine, dans des circonstances proches du flagrant délit devaient être bien lourdes pour qu’un homme de pouvoir, Directeur du FMI, soit amené à quitter les lieux précipitamment et que les détectives viennent le sortir de l’avion dix minutes avant le décollage pour Paris.

    J’entendais Clémentine Autain réagir sur cette information, jeune égérie de la gauche anticapitaliste , elle fut victime d’un viol à 17 ans, elle rappelle que seules 4% des femmes agressées sexuellement portent plainte, moins d’une femme violée sur dix porte plainte en France.
    L’origine du silence, le peu d’écoute dans notre pays, la tolérance pour ces bourreaux, la défiance pour ces victimes supposées qui l’auraient bien cherché, et surtout la honte trop lourde à porter !

    Ainsi j’ai entendu François Hollande réagir en déclarant « Je pense d’abord à lui, Dominique Strauss-Kahn, à ses proches, à ses amis socialistes qui apprennent cet événement sans le comprendre mais en le mesurant, et puis aussi aux Français qui en se levant ce matin entendent à la radio cette information »
    FH n’a pas un mot immédiat pour les souffrances de la victime, elle aussi a droit à la présomption d’innocence, à notre respect et notre réconfort !
    Aurait-il fallut la bâillonner, elle aussi, comme trop souvent on le fait dans notre pays !

    L’épisode de 2008 avec une collaboratrice du FMI, qui valut un blâme pour conduite déplacée et des excuses publiques de DSK tant pour sa « victime » et son mari que pour le fonds, n’aura pas effacé toutes les rumeurs fondés ou infondés sur les dérapages de DSK.

    Le témoignage de Tristane Banon en 2007 est édifiant dans arrêt sur image joint, dans cette émission en présence de JM Aphatie, Roger Hanin, Claude Askolowitch elle décrit l’assaut et la bagarre qu’elle subit de celui qui voulut rejouer le Marlon Brando sordide d’un tango à Paris.
    http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=2226

    Il s’agit d’un véritable guet-apens de la part de l’agresseur, une bagarre ou la jeune journaliste dut se défendre âprement ! Une histoire qui a bien des égards ressemble à l’épisode du Sofitel.
    En ce qui concerne le récit de Tristane, on entend la réaction de Roger Hanin : « s’il fait ça, il peut faire n’importe quoi » ! Je suppose que Hanin ne fait pas partie aujourd’hui des personnalités vétitablement surprises.

    Tristane ne sera pas poursuivie pour diffamation, elle-même renonça à poursuivre son agresseur : « je ne voulais pas être jusqu’à la fin de mes jours la fille qui avait eu un problème avec un homme politique. »

    Au Sofitel, quand la femme de ménage arrive dans la suite (3.000 $/nuit) il serait 13h00 (1 pm) ; le client a dû effectuer son check out. Que faisait DSK dans sa douche à ce moment ? Cela rappelle l’épisode décrit par Tristane. DSK s’embarque rapidement dans un avion pour Paris, il était attendu Dimanche en Allemagne ! Mais j’ai trop d’imagination, c’est vrai.

    Pour une déclaration de viol, il y aurait 10 réalités vraisemblables ignorées ! Attendons les vérités de l’enquête mais dans le cas d’un récidiviste de haut rang il ne faut pas écarter du champ des vraisemblances, qu’il ait pu faire de Nombreuses, voire très nombreuses victimes innocentes tétanisées par l’évènement, la honte et la puissance de l’agresseur.
    Autant de victimes auxquelles on n’aurait pas rendu justice!
    Alain

  8. Claude Simonnet dit :

    Très cher JPR,

    Cet évènement médiatique dessert l’humain et en même temps informe. Ce qui se passe chez nos cousins outre-atlantique n’est pas dénué d’intérêt. La pression de l’information est peut-être démesurée, la justice le dira, mais le cas est est à replacer dans un contexte national et international.

    Que l’association socialisme et « agression sociale contre les peuples » semble tant irréel..!

    Que bien des intérêts différents et même opposés doivent être en jeu pour que ce genre d’affaire puisse aboutir !

    Bien à vous.

    Claude Simonnet

  9. Ju'âne Pedro dit :

    Alain Soler dit :

    L’arrestation de DSK n’est pas une affaire politique, les faits qui lui sont reprochés sont d’une extrême gravité et constituent « un crime de droit commun ».

    —————-

    Oui, je partage ce point de vue même si les conséquences au niveau politique sont évidentes.

  10. Alain Soler dit :

    Sofitel, conséquences

    DSK ne sera probablement plus le directeur du FMI quelque soit l’issue de l’affaire du Sofitel. Il ne deviendra pas non plus le candidat socialiste à la présidentielle de 2012.

    () Si ses partisans pouvaient toujours rêver d’un DSK vainqueur des primaires PS, il faut avouer que la bataille au sein du parti socialiste consistait avant tout à convaincre, tant François que Ségolène d’adhérer au pacte Aubry et laisser le champ libre à DSK !

    C’était à cette condition – et à des sondages favorables face à NS – et à cette condition seulement que DSK aurait lâché la proie FMI, où sa réélection ne posait guère de difficulté, pour l’ombre du combat présidentiel à l’issue incertaine.

    Si l’affaire Sofitel ruine définitivement les espoirs des partisans Strauss-Kahniens, les conséquences politiques ne sont pas d’ordre domestique (franco-françaises), étant convaincu d’une part que l’ancien couple H-Royal ne se serait pas désisté et d’autre part que les sondages se seraient équilibrés ;

    () Bref DSK serait resté au FMI comme atout majeur de l’influence française sur la politique monétaire internationale.

    De ce point de vue, les conséquences sont désastreuses pour notre politique internationale, outre la déplorable réputation que cela engendre (violence, sexe, argent) sur notre pays tout entier, en pleine direction des G8/G20, nos positions seront isolées sans pouvoir compter sur ce pilier international (FMI) que nous avions obtenu de haute lutte au sein de l’UE & ONU.

    Paradoxalement la plus lourde perte est pour NS et ses ambitions pour notre Présidence internationale du G20 en 2011, ainsi que l’avenir des cinq prochaines années où nous pouvions espérer qu’un français y poursuivrait sa mission.

    () DSK aurait gardé le silence durant sa garde à vue ; il a engagé les vedettes du barreau américain qui vont tenter de le sortir de se guêpier.

    La plaignante, après l’assaut va subir une double pression, celle des journalistes et des avocats :
    - les avides de détails croustillants pour la presse people,
    - les adeptes du complot qui tenteront de fouiner dans sa vie privée, enquête déjà lancée par la direction du groupe Accord,
    - les avocats de DSK qui eux aussi fouineront pour obtenir un accord transactionnel (petit ou gros chèque) Avant la fin du procès (plaidé non coupable) !

    Elle devra exercer son activité dans un autre établissement, le Sofitel de Times Square deviendra un enfer pour elle !Pas simple pour une plaignante agressée et honnête.
    Alain

  11. Claude Simonnet dit :

    Il y a de nombreuses possibilités de dérives addictives.

    En décembre 2008, dans l’avion qui relie Paris à New York, un jeune passager joue avec 5 ou 6 bâtonnets de » brom…pam ».

    Il est dans un état second. L’hôtesse vient s’enquérir de son comportement. Le passager tente d’expliquer que son ami, assis quelques sièges plus loin, lui a dit d’absorber ces comprimés pour ne pas être gêné par le vol et le décalage horaire !!!

    Il n’y a pas eu de trouble à l’ordre public et donc l’affaire s’arrête là.

    Comment peut-on manipuler des produits à visée neurologique comme on joue avec un jeu banal et comment ce type de produit peut circuler librement dans des mains de jeunes, pour un usage détourné?

    Claude Simonnet

  12. Jacques D'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Cher Monsieur le Premier Ministre,

    Votre analyse est très pertinente. A ce stade de l’enquête où des incertitudes subsistent, je pense qu’il est sage de ne pas tirer de conclusions trop hâtives même si dans tous les cas de figure, cette affaire laissera de nombreuses séquelles et blessures.

    Une phrase de votre billet retient tout particulièrement mon attention : « Cela devrait conduire les responsables politiques à une grande exigence personnelle », vous avez raison et il doit en être ainsi pour tous hommes et femmes publiques qui sont suivis par de nombreux fans et partisans dans leur parcours. Quel est leur ressentiment à l’heure actuelle pour voir en un jour flétrir tant de lauriers ?

    Je salue nos amis Jany et Claude Simonnet si justes dans leurs propos.

    Amitié

    Jacques

  13. Yveline dit :

    Cette affaire est en effet un « bel » exemple de l’importance de la réputation de tout un chacun. Si l’on omet les informations et images brutales qui circulent autour de l’arrestation de DSK et que l’on se tourne vers le futur, il est certain que, quelle que soit l’issue, les conséquences seront désastreuses.
    Pourquoi ? Parce que, comme nous pouvons l’entendre ou le lire, cela est l’occasion de parler de cette réputation entourant la relation qu’entretient cet homme avec la gent féminine. Et, par conséquent, s’il s’avère qu’il est effectivement non coupable, un doute ne subsistera-t-il pas dans l’opinion ? La seule façon, à mon sens, de sortir indemne de telles accusations est certainement de n’avoir jamais eu de comportement qui, de près ou de loin, puisse les rendre, dès le départ, vraisemblables.

  14. Zwartepiet dit :

    A propos de « vraisemblance »… Il est effectivement surprenant que Dominique Strauss-Kahn n’ait pas songé à l’une des nombreuses agences d’escort girls ayant pignon sur rue à New York… Quand on est soi-même un VIP capable de s’offrir des costards sur mesure à $35.000(*), on doit être en mesure de se payer une escort girl, non? Ah! Le fantasme de la soubrette rétive… sans doute plus excitant que celui de l’escort girl de luxe aux émois tarifés mais… bien plus périlleux! Roland Dumas, sur ce plan au moins, s’avéra bien plus futé que DSK…

    Cordiales salutations,
    Zwartepiet

    (*) Georges De Paris, Tailor to Presidents
    Tailor Has Created Suits for Every President Since LBJ

    http://www.npr.org/templates/story/story.php?storyId=938642

  15. Claude dit :

    Bonjour monsieur le Premier ministre,
    Bonjour à tous,

    Au delà de ceux qui se réjouissent politiquement, quelquefois sans retenue mais peu nombreux, il y a tous ceux, dont moi, qui trouvent cette histoire assez invraisemblable.

    Tout le monde sait ici que je ne suis pas un fan de DSK. Et même s’il était, dans la position avantageuse du Sphinx, donné gagnant par les sondages, j’ai toujours pensé que les choses seraient très différentes quand il devrait se mouiller. Je ne suis surement pas le seul à avoir pensé ça et à prendre Hollande bien plus au sérieux même s’il est plutôt l’homme des consensus mous

    Je crois à la présomption d’innocence mais encore plus à la présomption de sincérité des victimes.

    Cependant, moi aussi, j’aime les femmes et si, arrivant dans ma chambre j’y trouve d’une manière inattendue, une femme nue, il est possible que je me fasse des idées sur ses intentions. Mais si arrivant nu de ma salle de bain je me trouve, d’une manière tout aussi inattendue, face à face avec une femme en train de sagement faire le ménage, il est bien plus probable que mon premier réflexe soit de faire immédiatement demi-tour. Quitte à le regretter plus tard. C’est d’autant plus vrai si j’ai des tas de préoccupations politiques et/ou professionnelles qui font que je dois prendre un avion dans des délais brefs pour aller faire un travail difficile qui me préoccupe. Et je mets au défi, 98% des hommes bien éduqués, intelligents, responsables et pressés de dire qu’ils ne feraient pas comme moi. DSK étant bien éduqué, intelligent, responsable et pressé de quitter NY pour l’Europe, je suis obligé de penser qu’il en ferait autant.

    La seule raison qui pourrait m’inciter, dans ces conditions, à vouloir prendre cette femme par le bras et de l’empêcher de s’enfuir alors que je sors nu ou habillé de ma salle de bain, ce serait qu’elle soit en train de me faire les poches ou quelque chose d’équivalent (chose qui pourrait l’inciter momentanément à accuser pour ne pas avoir à se défendre).

    La victime étant a priori présumée sincère et comme nous savons que la police scientifique a des ressources souvent sous-estimées, attendons les résultats des prélèvements et des examens médicaux de la victime présumée et du coupable qu’elle propose avant d’avoir des conclusions péremptoires.

    Ce n’est pas parce que c’est invraisemblable que ce n’est pas vrai mais ce n’est pas non plus parce qu’un homme aime trop les femmes et qu’on lui fait une réputation de « chaud lapin, qu’il est un violeur que son plein gré n’arriverait plus à maîtriser. Si tous les hommes infidèles étaient des violeurs cela se saurait et aucune femme ne serait en sécurité.

    De toute façon, la France est déjà perdante pour son image que Nicolas Sarkozy a mis pas mal de temps à redorer et pour sa représentativité dans les instances internationales. Madame Lagarde ne sera sans doute jamais directrice du FMI malgré ses mérites et sa bonne image internationale.

    Attendons pour voir.

    Bien cordialement,
    Claude

  16. Mistral dit :

    @mélusine

    Woerth DSK : Deux poids deux mesures !

    IL n’y a pas l’ombre d’un début de preuve de quoi que ce soit pour le premier, mais dès le premier jour il était coupable matin, midi et soir.

    Quand au deuxième on apprend qu’en plus de cette affaire, DSK avait déjà oeuvré dans le passé

    « En février 2007, une jeune journaliste et romancière, Tristane Banon, racontait sur le plateau de «93 Faubourg Saint Honoré», une émission qu’animait alors Thierry Ardisson sur Paris Première, comment un homme politique influent avait tenté d’abuser d’elle en 2002. Alors qu’elle travaillait sur un livre, le politique lui proposa de faire une interview dans ce qui se révélera être une garçonnière.

    «J’ai posé le magnétophone tout de suite pour enregistrer, il a voulu que je lui tienne la main pour répondre, parce qu’il m’a dit “je n’y arriverai pas si vous ne me tenez pas la main”, et puis après la main c’est passé au bras, et c’est passé un peu plus loin, donc j’ai tout de suite arrêté…», expliquait-elle devant les invités de l’émission. «Ca s’est fini très très violemment, puisque je lui ai dit clairement non non, on s’est battu au sol, pas qu’une paire de baffes, moi j’ai donné des coups de pieds, il a dégrafé mon soutien-gorge, il a essayé d’ouvrir mon jean… »

    Je suppose que Tristane Banon est elle aussi un suppôt de l’UMP et de Nicolas Sarkozy ???? Tout comme la police de New York, l’amante du FMI la suite à 3000 dollards, la Porche à 130 000 euros, le costume à 30 000 euros etc etc etc

    Melusine : « Si on enquête un peu plus  » mais je ne demande que ca !!! Je propose que les guignols de médiapart s’empare de l’affaire. Je suis sur qu’avec leur grand talent, nous en apprendront plus.

    Si on revient à l’affaire « Tristane Banon », je pose la question suivante :

    Pourquoi les journalistes français qui passent leurs temps à colporter les moindres rumeurs nauséabondes qui viennent du PS à propos du président et du gouvernement, ces mêmes journalistes ne nous ont ils rien dit sur DSK ???????

    Deux poids deux mesures …

  17. mélusine dit :

    @ Mistral : enquêter un peu plus, ce serait au sein de l’actuelle majorité… Vous pensez réellement que les ministres de NS n’ont pas quelques petites photos compromettantes sous l’oreiller ?
    Enquêter un peu plus, ce serait aussi du côté du parti socialiste, bien sûr ! Lorsque je parle de lien entre sexe et pouvoir, je ne fais évidemment pas de différence entre les partis… C’est de la psyco, pas de la politique !
    En ce qui concerne Tristane Banon, on peut dire que son aventure avec DSK ( qu’elle connaissait très bien, puisque amie avec sa fille) lui fait pas mal de pub ( avant, c’était quand même une illustre inconnue cette petite demoiselle !)

    Je peux aussi m’interroger sur la rapidité de diffusion de l’info par des militants UMP ? Je peux, non ?
    Pour tout vous dire, je suis assez d’accord avec Claude quand il dit que le scénario est un peu « tiré par les cheveux »… Surtout que DSK, savait ( avait l’intuition) que ses petits défauts allaient être utilisés contre lui dans la course à la présidentielle ( voir journaliste de Libé)

    Que DSK soit tombé dans un piège, c’est sûr ! La seule question : a-t-il sauté de son plein gré, ou l’a-t-on poussé… peut-être les deux à la fois ?

    Méditons, Mistral, méditons….. sur l’éphémère condition de l’être humain !

  18. Carole dit :

    Bonjour monsieur Raffarin,
    Bonjour à tous,

    Ce que je note de cette lamentable histoire, c’est la Une non stop de nos chers médias. C’est quand même inoui, si on ne comprend pas qu’ils #roulaient# tous pour DSK, on n’a rien compris. Leur campagne gratuite #d’avant-garde# pour la Présidentielle mise à la basura en quelques heures. Ils sont consternés, leurs plans sur la comète OUT. Ils sont choqués, mais de quoi ? La justice américaine que l’on soit puissant ou pékin insignifiant est la même pour tous. Ils devraient être heureux, ceux qui prônent constamment l’injustice entre riches et pauvres.

    Ce que je remarque, c’est que la supposée victime est absente de leur gémissements.

    DSK est présumé innocent, il va être défendu par 2 ténors, tout le monde ne peut se le permettre.
    Laissons la justice faire son job.

    Exigence personnelle et réputation, oui monsieur Raffarin, ce capital est essentiel en politique.

    Bien cordialement.

    NB : Dans notre cher pays, cette histoire aurait-elle fait la Une des médias. Je ne le pense pas.
    Et dire que certains se demandaient s’ils devaient montrer les images de DSK menotté. Ils ne savent pas encore qu’internet ne les attend pas.

  19. battement d'elle dit :

    @ Claude

    « Mais si arrivant nu de ma salle de bain je me trouve, d’une manière tout aussi inattendue, face à face avec une femme en train de sagement faire le ménage, il est bien plus probable que mon premier réflexe soit de faire immédiatement demi-tour. Quitte à le regretter plus tard »

    Ce « quitte à le regretter plus tard » … n’est-il pas de trop ?

    Ça a un côté hyper primaire votre réflexion : on vous imagine entrain de graver ce message sur la paroi d’une grotte plutôt que depuis un ordinateur.

    A vrai dire, c’est votre message tout entier qui laisse très perplexe.

  20. Claude dit :

    Mélusine,

    Je ne suis pas un alibi.

    Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Je suis un garçon équilibré aussi je ne vois pas des complots partout. Je dis simplement que je suis assez étonné de l’attaque telle que décrite (a priori) par la victime. Il me semble peu probable qu’un homme normal surpris nu à l’improviste se jette sur une femme habillée dans la seconde où il la voit. Mais il y a peut-être un problème de traduction et l’attaque instantanée n’était peut-être qu’une lente montée d’adrénaline fatale à l’équilibre de DSK.

    Cela sous-entend au moins deux choses possibles (et des tas d’autres qui dépassent mon imagination) : soit la victime n’était pas une femme ordinaire soit DSK n’était pas, à ce moment là, un homme normal. Il est encore possible que l’un des deux soit vénal et agisse pour l’argent sans avoir besoin de personne pour comploter. J’ai déjà vu des femmes pas ordinaires du tout qui m’affolaient plus que d’autres et j’ai déjà vu des gens habituellement normaux qui disjonctaient. Je dois dire, pour éviter les malentendus, que si des femmes pas ordinaires m’ont affolé, je n’ai pas encore disjonctés. Et comme je n’ai pas la longévité de DSK, il y a désormais peu de chance que ça arrive un jour. Tout ça ce sont des suppositions et j’attends l’avis des enquêteurs.

    Cependant, comme je suis aussi un garçon curieux de tout, bien que je regarde assez peu par dessus les haies et que j’ignore généralement ce qui se passe chez les gens, si vous avez quelques informations croustillantes je suis preneur. Dites-moi vite qui, chez les politiques les plus en vue, viole qui. Sachant qu’il y en a pas mal qui sont encore plus âgés que moi je suis curieux de savoir s’il y a un élixir spécifique aux politiques qui leur permet de violer plus que les autres. Comme vous me semblez, vous même, une femme relativement équilibrée et que je me doute bien que vous ne procéderiez pas par allusions sans savoir quelque chose de concret, j’ai assez confiance dans vos informations à venir. Vous êtes surement, comme moi attentive, à ne pas colporter des idées fausses ou des racontars sans vous assurer préalablement qu’ils sont exacts.

    Mais si ce ne sont que de simples suppositions, dites-nous-le aussi.

    Cordialement,
    Claude

  21. Yves Pouponnot dit :

    Est-ce un traquenard, est-ce la vérité?
    Que de dégats y compris pour la victime, dans les deux cas de figure.
    Les images de DSK sortant du palais de justice nous incitent à méditer sur la fragilité d’une carriere, d’une vie qui peuvent basciler d’un moment à l’autre.
    Même s’il n’est pas de « mon bord » , je lui souhaite ainsi qu’à sa famille et la victime présumée, bon courage.

  22. Mary dit :

    Mélusine, comment pouvez-vous écrire que l’agression de Tristane Banon par DSK lui a fait de la publicité ? J’en reste abasourdie ! Que vous puissiez écrire cela est impensable.
    Vous ne devez pas savoir ce que c’est qu’être agressée !
    Je ne vous le souhaite pas, mais si ça vous arrive, on en reparlera !

  23. Claude dit :

    Battement d’elle,

    Désolé de vous avoir choquée. Ce n’était pas le but.

    Suite à un pari fait avec leurs copains, je me suis retrouvé, il y a très longtemps, alors que j’étais sous-officier de semaine dans une formation d’incorporation, confronté, ainsi que mon adjudant et mon lieutenant également de semaine, à 22 jolies nouvelles recrues au garde à vous au pied de leur lit, nues comme des vers. Pour nous faire une niche pas si innocente que ça, elles avaient échangé leur place avec une section de jeunes hommes que nous pensions trouver au lit après l’extinction des feux. Tous trois, comme un seul homme, avons fait demi-tour surement rouges jusqu’à la pointe des cheveux que j’avais encore. Je ne sais plus depuis le temps, si leur encadrement féminin confronté aux jeunes hommes en question a réagi comme nous. Probablement.

    Croyez le ou ne le croyez pas, je le regrette encore. Je ne sais pas non plus faire d’émoticônes qui rigolent avec cet éditeur mais je sais faire ça <;o}))) (c'est moi en clown avec mes grandes moustaches et mon triple sourire mais je ne sais pas faire les grandes oreilles d'âne qui vont avec).

    Rassurez vous nous n'aurions assurément rien fait à ces jeunes femmes mais quand je dis qu'elles étaient jolies ce n'est qu'une supposition de ma part car je n'ai pas eu le temps de vérifier et c'est ça que je regrette (surtout à 20 ans). L'encadrement féminin des AFAT a-t-il eu des regrets de fuir aussi ? Probablement. Il n'y a aucune raison qu'elles soient plus faux-cul que moi.

    Ne voyez rien de grivois ni dans mon regret avéré d'il y a 50 ans ni dans mon regret supposé d'aujourd'hui. Je ne suis pas un faux-cul. On peut heureusement aimer les femmes sans les violer, c'est mon cas et c'est généralement vrai pour elles aussi. Nous les aimons et il y en a qui nous aiment sans forcer le destin. Je suis sûr que l'on vous aime également.

    Encore pardon,
    Cordialement,
    Claude

  24. Carnet de Jean-Pierre Raffarin » Archive du blog » La communication est politique dit :

    [...] bien, dans les commentaires, ceux qui nous disent que l’affaire DSK est d’ordre privé. Mais cette multiplication [...]

  25. Dominique M dit :

     » Et les bavardages s’arrêtent devant le sérieux de l’Histoire » a dit Hegel. Il est cruel pour un puissant de se voir appliquer la loi commune dans toute sa rigueur implacable alors qu’on a pris l’habitude de vivre à part du commun. Faut-il regretter cette contre-partie de la démocratie que beaucoup espèreraient pour d’autres aspects plus entière?

  26. Bernard Pivot dit :

    C’est le genre de propos que vous devriez dire à votre camarade Bernard Debré.

    Puis au passage, quand ce cher Monsieur Debré nous explique que DSK est « un personnage peu recommandable » , je me permets de lui rappeler que Nicolas Sarkozy lui même qui a fait en sorte que DSK soit nommé au FMI.

  27. mélusine dit :

    @ Claude : vous n’ êtes pas un alibi et ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit ! Je parle du lien entre sexe et pouvoir et non pas de viol ! Donc, je vous laisse vos interrogations et votre provocation sur le sujet… ça ne me concerne pas !

  28. Mistral dit :

    Melusine :

    « En ce qui concerne Tristane Banon, on peut dire que son aventure avec DSK ( qu’elle connaissait très bien, puisque amie avec sa fille) lui fait pas mal de pub ( avant, c’était quand même une illustre inconnue cette petite demoiselle !) »

    Je suis comme Mary choqué par vos propos, sidéré même. « l’aventure » en question est une agression sexuelle.Votre cynisme est effarant.

    « Je peux aussi m’interroger sur la rapidité de diffusion de l’info par des militants UMP ? Je peux, non ? »

    Juste revers des choses. La blogosphère socialiste n’a eu de cesse depuis 4 ans de balancer les pires mensonges pour nuire au président. Internet n’a pas de parti politique.

    Au delà de cela, ce qui une fois de plus caractérise votre commentaire et que l’on retrouve chez les sympathisants socialistes, c’est le déni de la réalité, le refus de voir la vérité.

    A vos yeux et aux leurs il n’y a pas de problèmes avec l’immigration, ni avec le nombre de fonctionnaire, ni avec l’assistanat, ni avec la sécurité etc etc etc

    En l’occurrence, il n’y a pas de problème avec DSK puisque l’une cherche à se faire de la pub et l’autre est un coup monté d’un blogueur UMP.

    Aller je vous le redit encore : OUVREZ LES YEUX POUR VOIR LE MONDE TEL QU’IL EST !

    Et les socialistes donneurs de leçon sur le président, comment disent ils ? bling bling ??

    ah le bling bling ! Et DSK c’est quoi à coté : le big bang ???

    Et les socialistes donneurs de leçon sur Berlusconi ! Ce sinistre individu qui se vautre dans le sexe !

    Ces socialistes qui allaient porter DSK pour être président de la république et dont on va finir par croire qu’à coté de lui Berlusconi est un enfant de coeur …

    Et leurs amis journalistes qui depuis 3 jours nous parlent de « la présomption d’innocence ». Ces même journalistes n’en avaient rien à faire de cette fameuse « présomption d’innocence » pour Eric Woerth par exemple …

    Ces mêmes journalistes savaient qui est DSK. Pourquoi nous ont ils rien dit ?

    Et cette justice américaine, terrible parait il …. Rendez vous compte ces américains osent mettre les menotte à Monsieur DSK tout puissant comme n’importe quel citoyen. Ils osent le mettre en prison. Pire ils osent protéger la victime !!!

    Mais nous en France, nous sommes des gens civilisés voyez vous !!!

    Nous, nous laissons en liberté les violeurs et les pédophiles et nous leur permettons même de vivre à coté de leur victime. Et mieux de recommencer si bon leurs chantent. On est pas des sauvages nous en France !!!

    J’espère, qu’une fois que cette lamentable histoire sera passée, deux choses :

    1/ que les médias et la gauche se remettent sérieusement en question sur la manière de faire de la politique. Le comportement du président et de l’UMP est exemplaire aujourd’hui.

    2/ que l’on tue mai 68 et les années Mitterrand une bonne fois pour toute et que le président soit réélu pour mener toutes les réformes nécessaires.

  29. mélusine dit :

    @Mistral et Mary : restez donc stupéfaits, sidérés et …muets ? non, pas muets ! Le choc n’est donc pas si important, braves gens !
    Figurez-vous que je ne prends pas pour « argent comptant » les accusations de la meilleure amie de la fille de DSK ( Tristane Banon), j’ai le droit de penser que cette personne connaissait très bien le personnage et que « vendre » cette aventure chez Ardisson n’était pas dépourvu d’une certaine manipulation médiatique.
    Pour le reste, j’ai les yeux bien ouverts et je ne suis pas socialiste !

  30. Ju'âne Pedro dit :

    Mistral, soit sympa de signer tes messages !
    L’anonymat rend virulent et courageux, je sais , mais bon…

    Jean-Pierre Georget

    Vive les fonctionnaires !

  31. Claude dit :

    Mélusine,

    Je n’ai jamais fait de lien entre sexe et pouvoir. Je donne généralement assez peu dans les idées reçues. Je pense que vous, vous privilégiez surtout cette idée reçue que rien n’accrédite sérieusement en dehors des impressions qu’ont ceux qui pratiquent le mépris des femmes et des hommes qui sortent du lot.

    Le talent et la culture ne mettent pas à l’abri des travers humains mais donnent généralement plus de ressources pour ne pas y succomber. Les excès et les avatars des personnalités qui font la une font la une également.

    Claude

  32. Bernard Pivot dit :

    Cher Monsieur Raffarin,

    Je vois que vous n’avez pas validé mon commentaire mentionnant le nom de Bernard Debré.
    N’ai-je pas le droit de trouver son comportement indigne?

    Il est intéressant de voir que Monsieur Eric Zemmour ainsi que Monsieur Brice Hortefeux tous les deux condamnés par la justice l’un pour  » provocation à la discrimination raciale » et l’autre pour « injure non publique envers un groupe de personnes en raison de leur origine » ont, eux, le droit de s’exprimer sans limite. Je pense, vous l’aurez deviné, notamment aux réunions organisées par l’UMP ou encore à la présence au gouvernement de Monsieur Hortefeux pendant de longs mois (c’est assez cocasse d’ailleurs avouez-le qu’un homme condamné par la Justice représente les forces de l’ordre)

    Mes propos ne me paraissaient pourtant ni déplacés ni agressifs.

    C’est bien dommage, je vous appréciais pourtant.

    @Pivot Votre commentaire précédent du 17/5 a bien été validé. Pensez-vous à un autre commentaire ?

  33. Mistral dit :

    Juane

    Ce qui compte ce n’est pas mon identité mais les idées que j’exprime ici.

    De la même manière le vote se fait dans l’isoloir.

    Ces idées que je défend, je le fait de la même manière dans ma vie de tous les jours, avec autant de courage et de virulence, même plus :)

    Et votre réponse est à l’image de ce que je n’aime pas chez les socialistes : la gauche attaque les personnes et créé des polémiques au lieu de parler des vrais problèmes et de proposer des alternatives.

    C’est la raison pour laquelle les français n’ont aucune confiance dans les socialistes. Le cataclysme DSK ne va les arranger les choses.

    Juane soit sympa de relire La fontaine

    « Selon que vous serez puissant ou misérable » …

  34. mélusine dit :

    @ Claude : le lien entre sexe et pouvoir existe : ce n’est pas une idée reçue…. d’ailleurs demandez donc à JPR, de nous rappeler cette antique coutume chinoise qui préconise à l’Empereur des gallipettes répétées pour conserver le plus longtemps possible…; le pouvoir !
    Après, je ne vois pas en quoi ça vous dérange ? Vous voulez polémiquer aussi là–dessus ? Juste pour me clouer méchamment le bec , C’est pas fin, hein !
    http://www.francesoir.fr/actualite/politique/sexe-et-pouvoir-deux-pulsions-irresistibles-101696.html

  35. mélusine dit :

    et puis pour votre info, voici une analyse sur le sexe et le pouvoir en Amérique, ça tombe bien !
    http://erea.revues.org/132

  36. catnatt dit :

    MERCI !!!

    Je ne suis pas de votre bord mais sincèrement c’est un des trucs les plus censés que j’ai entendu depuis 3 jours;

    Respect sur ce coup là Monsieur Raffarin :))

  37. Alexis dit :

    L’affaire DSK : surgénéralisation médiatique et autres considérations

    Les faits qui sont reprochés à Dsk sont affligeants. Même si la présomption d’innocence doit évidemment être retenue, on ne peut nier le fait que Monsieur DSK a déjà reconnu un « pétage de plomb » avec une jeune journaliste et que cela doit être naturellement pris en compte dans le cadre général de cette affaire. Les prises de positions de ses amis politiques, les premiers jours qui ont suivi la révélation de l’affaire, sont plus que navrantes. Elles sont l’expression de politiciens issus d’une génération à ranger au rebus (Lang, Kahn…). Suite à ces déclarations, j’étais même prêt à signer des deux mains la pétition de l’association Oser le féminisme, c’est pour dire…. Je ne l’ai pas fait et j’ai été bien inspiré car cette association féministe radicale et sa présidente ne se privent pas d’essayer de tirer profit politique de cette affaire en utilisant des ficelles idéologiques grossières.

    Cette semaine à la télévision, le sujet de prédilection c’était « sexe et pouvoir » (4 émissions au moins). Autant dire un boulevard pour les dénonciateurs et dénonciatrices du machisme et du sexisme, l’association ci-dessus citée en tête. D’une affaire, les féministes radicales tirent des plans sur la comète, questionnent les tréfonds d’une horrible caste des hommes qui opprimerait les femmes envers et contre tout, surfent sur une dialectique féministe radicale bien élaborée qui touche les plus jeunes de notre société. Il y a bien là une matière à réflexion tellement cette idéologie navrante cherche à nous égarer. Nous sommes dans le règne de la surgénéralisation : l’affaire DSK est une occasion trop belle pour stigmatiser tous les hommes et faire en somme un sexisme anti-homme à rebours. Oui les féministes radicales utilisent, non sans finesse et intelligence, une dialectique anti-homme qui ne leur fait pas honneur car elle appliquent contre les hommes ce qu’elles dénoncent pour les femmes !

    Il est plus que nécessaire de réaffirmer que les natures masculine et féminine ne sont pas faites pour être opposées, mais au contrairement que c’est leur complémentarité qui doit être mise en valeur. Non faire un compliment a une femme n’a rien de machiste en soi, c’est l’expression d’une appréciation subjective d’un homme sensible à une femme. C’est l’expression de l’élan d’un homme face à la beauté ou le charme d’une femme. Dès lors que l’approche est courtoise et galante, il n’y a rien à redire, si vous la trouvez touchante dites le, si vous la trouver déplacez dites le aussi. Le message féministe radical nie aux hommes le droit d’avoir une inclinaison vers une femme. Une telle expression masculine serait en effet pour elles la preuve d’une affreuse domination de l’homme. Une telle position féministe est simplement stupide mais toutefois il faut répondre à cette idéologie car elle imprègne notre jeunesse (pour bien se rendre compte de l’aberration de cette idéologie, vous pouvez suivre le lien ci-dessous pour aller voir ce que l’on met dans la tête des jeunes femmes pour les convaincre que leur homme est dominateur et violent, édifiant : http://www.ladominationmasculine.net/themes/43-violence-conjugale/69-test-etes-vous-victime-de-violence-conjugale-.html)

    A force d’être répété comme vérité biblique, et sans réaction explicite des hommes et des femmes qui aiment les hommes, cet argument de la domination masculine se répand dans notre jeunesse par voie de presse et de télévision. On tente ici de nier la nature de l’homme en la soumettant à une idéologie. On ne reconnaît pas l’homme pour ce qu’il est, on souhaite le contraindre alors que cela peut s’expliquer par une nature masculine sensible au charme féminin. Bien sûr qu’un homme lourd doit être, gentiment si possible, remis à sa place, et que l’on peut compter sur l’intelligence féminine pour trouver les mots justes. L’homme et ses natures biologique et psychique doivent être respectées, tout autant que celles de la femme. L’homme ne peut être accusé à tort et à travers par ces femmes radicales idéologisées et militantes. Il est d’ailleurs intéressant de noter que sur ces questions, les hommes sont par ces féministes privés de parole. Elles sont tellement dans une posture de juge : « accusé, levez-vous ! » que de façon induite elle monopolise tout le débat… qui n’a de ce fait pas lieu : c’est un monologue ! Cette idéologie destabilise les hommes, il suffit de voir la prudence des hommes lors des débats télévisés. Ils marchent sur des œufs, comme en état de sidération car leurs accusatrices les stigmatisent et au fond les nient. Redisons-le, une parole contradictoire et courageuse est surtout nécessaire pour les jeunes générations, celles qui sont en phase de maturation et d’éducation et qui aujourd’hui entendent et lisent uniquement la version idéologisée de ces féministes radicales à qui la presse et la télévision donne un écho excessif (cela ne date pas de l’affaire DSK). Nous sommes donc aujourd’hui tous tenus d’oser dire ce que nous pensons et ne plus laisser le monopole de la parole à celles qui veulent détruire les liens entre les hommes et les femmes, à celles qui utilisent une dialectique de lutte des classes revisitée en lutte des sexes. Sortons de l’état de sidération que ce discours culpabilisant génère, et homme ou femme, osons affirmer que nous ne sommes pas d’accord car nous souhaitons une société dans la quelle nos enfants pourront voir grandir des hommes et des femmes respectés dans leurs natures respectives et se respectant les uns et les autres. S’il y a de la part de certains hommes ou de certaines femmes des abus dans leurs comportements (aucun sexe n’est à l’abri d’abus), cela peut tout à fait être dénoncé et corrigé mais sans tomber dans la surgénéralisation idéologisée.

    Digression…

    Pour casser les stéréotypes et poncifs des féministes radicales, nous avons le devoir d’enrichir autant que faire ce peu les débats en ouvrant des questions parfois de bon sens et des perspectives nouvelles. Sur la question des relations entre les hommes et les femmes, nous pourrions avancer l’idée simple suivante : toutes les femmes ne sont pas destinataires de compliments de la part des hommes et tous les hommes ne sont pas à ce point détendus avec les femmes pour oser des compliments à leur égard. Cette remarque est un simple exemple permettant de sortir de la surgénéralisation qui consiste à qualifier tous les hommes de macho en puissance et aussi de considérer que toutes les femmes seraient destinataires de compliments. Cela doit être dit pour remettre en cause la dialectique des féministes radicales. Ceci dit on pourrait s’attarder un instant sur les femmes que notre société, et les stéréotypes contemporains, qualifient de physiquement belles. Celles-là, et celles-là seules sont peut-être destinataires de trop de remarques, de trop de sollicitations visuelles et sont peut être lassées de ce tropisme ? A elles de nous le dire. Ce message pourrait être entendu et compris par les hommes s’il était exprimé par ces femmes avec justesse. Ces sujets pourraient également nous amener à une réflexion de fond sur la beauté, réelle ou présumée, sur ses avantages et ses inconvénients, sur le regard ou les mots de certains hommes, sur la jalousie de certaines femmes et peut être aussi sur la difficulté de ces femmes « trop belles » à exister pour ce qu’elles sont dans leur fort intérieur et pas pour une enveloppe physique (le sujet est vaste et la matière multiple : philosophie, anthropologie, biologie, psychologie….). Là on découvrirait peut être la réalité de certaines femmes peut être plus à plaindre qu’à envier malgré les apparences, on découvrirait aussi que tout ce qui évite la surgénéralisation, dans ce débat comme dans tant d’autres, permettrait sans doute de rendre nos esprits plus libres et plus fertiles. Mais au fond, dans le conditionnement mental médiatique actuel, sommes-nous aujourd’hui en capacité collective d’élever nos débats pour ouvrir notre jeunesse à un avenir politique porteur d’espérances ?

    Autre sujet connexe.

    A une époque où la presse dite féminine se pâme de plus en plus devant des hommes sexy sur papier glacé, il est encore plus étonnant de voir se développer la vindicte féministe radical. On a envie de leur demander de balayer devant leur porte. Aujourd’hui dans la presse féminine les lectrices sont dans le règne de la « sexitude » ! Ce n’est pas un machisme soi-disant omniprésent que les féministes devraient relever, mais bien une société de consommation, fortement confortée par la presse dite féminine (450 millions d’exemplaires vendus par an !) qui chosifie les corps qu’ils soient masculin ou féminin. Or cette presse féminine est le fruit de femmes (pas un homme dans les équipes de rédaction !) dont beaucoup ne cachent pas leurs engagements féministes. N’y aurait-il pas la matière à une remise en cause nécessaire : qu’est ce que ces journalistes femmes sont prêtes à opérer comme changements pour permettre de donner à ses lectrices des repères sensés en lieu et place de la prose utilitariste, parfois dégradante vis-à-vis du masculin (homme ou sextoy, qu’est ce que tu préfères jeune lectrice ?), et consummériste vis-à-vis des femmes (mode et régimes) ? Quelle société voulons-nous transmettre aux jeunes femmes qui lisent cette presse ? Quelles sont les limites que nous sommes prêts à imposer à cette production éditoriale matérialiste qui par ses errements chosifient les êtres humains ? Prenons conscience que le système actuel nous déshumanise tous et toutes (hommes et femmes) et que les responsables politiques et médiatiques doivent en premier prendre leurs responsabilités (c’est la mission des élites n’est-ce pas ?) et proposer des alternatives politiques courageuses à ces errements systémiques. L’argent ne justifie pas tout et les équilibres financiers des industries de la presse ne sont rien par rapport au devenir de nos enfants et d’un projet de civilisation sincère et authentique pour notre monde. Sans une remise en cause de la puissance néfaste de ces structures de presse trop souvent irresponsables (nouvelles bibles des temps présents), nous sommes tous condamnés à voir se rétrécir le champ de l’intelligence collective et à nous égarer gaiement dans une impasse civilisationnelle. Sont invités à se mobiliser ceux que l’on pourra appeler « les bons pères et les bonnes mères de famille », ceux et celles pour qui les intérêts de nos enfants primes sur la cupidité aveugle, ceux et celles qui veulent se regarder dans la glace tout en aillant la chance d’avoir fait progresser nos humanités individuelles et collectives, ceux et celles pour qui la vie est un don qu’il faut protéger de tous les orgueils et de toutes les idéologies. Evidemment, sans exclusive aucune : ceux qui n’ont pas d’enfants sont aussi invités à prendre part à cela. Toutes les intelligences et toutes les énergies seront nécessaires. Alors osons tous et toutes ouvrir nos esprits à une brise rafraîchissante et fraternelle. Et l’affaire DSK sera vite oubliée… sauf par cette jeune femme dont la vie se trouve bouleversée à tout jamais.

  38. | Netlex Focus dit :

    [...] pronostic de vraisemblance pourrait combattre, dans le cas de DSK, la présomption d’innocence. Carnet de Jean-Pierre Raffarin » ; Vérité et Vraisemblance Archive du blog » Politique 15 Mai 2011 BufferIf you enjoyed this post, please consider [...]

Laisser un commentaire