Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

13 commentaires

  1. CASTELIN michel dit :

    Le problème de l’UE c’est les Peuples.
    C’est pourquoi elle veut les tuer. L’UE est populicide.
    C’est ce que faisait l’URSS.
    On connaît le résultat.
    L’UE c’est l’URSS.
    Elle connaîtra le sort de l’URSS*.

    Le ‘mur de la honte’ (désinformation, censure, confiscation démocratique et référendaire) dressé par la sphère politico-intello-médiatique de l’européisme totalitaire s’effondrera.

    Les Peuples souverains et les Nations indépendantes reconstruirons sur les décombres des idéologies.
    Détente, Entente, Concorde et Coopération E-QUI-TA-BLE. La vraie mondialisation.

    Retour en arrière ! s’étranglent les mondialards et les européistes…
    Est-ce que la Russie est revenue en arrière ? Elle rebâtit, douloureusement, après le carnage marxiste-léniniste et stalinien*.

    Castelin michel – 18 juin 2011

    (*Nb : Hélas pour les Pays- hors la Russie – rescapés du communisme, ils sont venus se jeter dans la gueule d’un autre monstre : la collusion morbide et sournoise des internationalistes et des capitalistes au sein de l’UE . Ils feront deux fois le calvaire des dictatures).

  2. Ernest Gransagne dit :

    Bonjour Carole

    Me voici venir vous présenter mes excuses.

    Je ne voulais pas, vous vous en doutez, vous faire essuyer une volée de bois vert par des malotrus mal embouchés !

    Que de haine chez certaines personnes qui pensent détenir la vérité ?

    En attendant qu’est-ce qu’on se marre tant il est bon de soulever des réactions de la part de certains qui se prennent au sérieux en défendant l’indéfendable.

    Pour cela il faut vivre certaines expériences…

    C’est bien pour cela que « mon choix de Société » ne sera jamais celui du communautarisme, ni de l’assistanat, ni d’un quelconque refus de l’élitisme, à travers la compétence et l’effort personnel.

    Il faut juste se retrousser les manches…

    Tout le reste n’est que superflu.

    Rien ne vient tout seul, ni des autres, ni du Gouvernement ou de l’Etat, ni de Dieu.

    Au boulot les gars !

    Je sais Carole, c’est pas gagné !

    Amitiés

    Ernest

  3. Alain Lavallée dit :

    Bonjour à tous,

    il y a 50 ans la France, par la décision du Général de Gaulle, reconnaissait dans les descendants de la Nouvelle France du XVIIe siècle l’existence d’une nation française en Amérique du Nord, le Québec. En effet c’est en 1961 qu’en lieu à Paris l’ouverture d’une Délégation du Québec à Paris, délégation qui quelques années plus tard sera élevée au statut d’ambassade.

    Aujourd’hui en ce 21 juin, Fête de la musique, et bien ces 50 ans sont fêtés par l’événement «  » »Le Québec prend la Bastille » » » à Paris… plusieurs jeunes artistes québécois de la relève… Pierre Lapointe, Ariane Moffatt, Yann Perreault, Alfa Rococo, Karkwa, en compagnie de Grand Corps Malade offrent des prestations… Avis à ceux qui sont à Paris, sinon on peut y assister sur internet via le site Dailymotion.

    http://www.mri.gouv.qc.ca/portail/_scripts/ViewEvent.asp?EventID=10284&lang=fr&strIdSite=FRA

    http://www.lexpress.fr/culture/musique/le-quebec-prend-la-bastille_1004055.html

    Bonne fête de la musique, si vous n’êtes pas à Paris, il y en a certainement près de chez vous,

    Alain Lavallée

  4. jany dit :

    Cher Ernest,

    Une simple petite phrase qui a sa dimension sur le chemin de la vie….

    Ce que l’on peut recevoir dans la vie peut prendre la forme de toute chose…

    « Aide-toi et le ciel t’aidera »

    Bien cordialement,

    jany

  5. Ernest Gransagne dit :

    Oui Jany,

    ni Dieu ni Maître !

    Je suis d’humeur taquine aujourd’hui…

    Allez, on les aura !

    ça se passe bien en Afrique ?

    Amicalement

    Ernest

  6. jany dit :

    Cher Ernest,

    Bonjour,

    Comme vous le voyez l’Afrique bouge, les Hommes d’État s’y déplacent comme notre hôte, le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin…

    L’Afrique grandit car son peuple est plein d’espoir, plein de rêve…c’est peut-être ce que nous avons perdu en France…

    Le Premier Ministre François Fillon devrait être autour du 30 Juin en Indonésie, cette Asie qui bouge aussi, c’est dommage qu’il ne s’arrête qu’a la capitale Jakarta.

    Il aurait pu aller dans la ville de la culture et des universités de Yogyakarta, rencontrer la jeunesse indonésienne…Dans le même temps Richard Gere va y venir pour faire du tourisme, rencontrer le Sultan et se recueillir au fameux temple bouddhiste Borobudur.

    En allant a Yogyakarta, il montrait au peuple indonésien et aux français expatries, qu’il s’intéressait a la culture du pays d’accueil.

    Bien cordialement,

    jany

  7. Ju'âne Pedro dit :

    Au goulag Castelin !

    Vive l’EUROPE ! :)

  8. Alain Lavallée dit :

    Bonjour Monsieur Raffarin, Représentant personnel du Président auprès de la francophonie,

    vous voilà au Gabon à Libreville. Votre séjour là-bas m’incite à raconter un événement qui s’inscrit dans la naissance de l’organisation internationale de la francophonie. Il y est question du triangle diplomatique France, Canada, Québec où le Gabon a tenu un rôle.

    Après avoir invité le Québec à inaugurer une Délégation générale à Paris le 5 octobre 1961 , et l’avoir élevé au statut de Délégation générale en 1964, la France signait avec le Québec une entente de coopération en matière d’éducation (les 2 ministres de l’éducation signèrent car l’éducation est une compétence de l’État fédéré québécois, de la province) puis instaure la Commission permanente de coopération franco-québécoise. qui coordonnera les activités conjointes Québec-France. Dès 1967, le Général De Gaulle souhaitait voir le Québec participer de plain pied, comme acteur, à des rencontres internationales. Il a dit à son ministre de l’Éducation, M. Alain Peyrefitte «  » Le Québec existera quant il participera librement à des rencontres internationales. Tâchez de l’introduire dans cette conférence des ministres de l’Éducation » » »

    Une conférence des ministres francophones de l’éducation se préparait pour février 1968 et devait se tenir à Libreville au Gabon. Alors le ministre de l’éducation du Gabon a simplement envoyé directement au ministre de l’éducation du Québec (M. Jean Guy Cardinal) une lettre d’invitation à participer à cette conférence de l’ACCT (assoc de coopération culturelle et technique… ancêtre de l’OIF actuelle) au Gabon. Le ministre de l’éducation du Québec se rendit à Libreville et cette participation a inauguré l’entrée « tumultueuse » du Québec sur la scène internationale. Le Canada en colère (gouvernement d »Ottawa) rompit ses relations diplomatiques avec le Gabon.

    Tant et si bien que grâce au Général de Gaulle de 1960 à 1970, puis dans sa foulée 1970 à 1995, la France était résolument placée du côté du Québec francophone «  »Toutes les avancées du Québec sur la scène internationale sont dues à l’appui de la France. » » en particulier sa présence au sein de la francophonie.

    Puis au cours de la dernière décennie, en particulier depuis 2007, la France a opéré un rééquilibrage en faveur du gouvernement central du Canada.

    Voilà, une petite incursion dans les relations historiques entre le Gabon, la France, le Québec et le Canada et le déploiement d’une francophonie mondialisée.

    Je vous prie d’accepter Monsieur le Représentant personnel du Président auprès de la francophonie, mes salutations amicales

    Alain Lavallée

  9. jany dit :

    Un article lu dans l’EXPRESS….

    Xavier Bertrand est-il devenu de gauche?

    Par Gino Delmas, publié le 22/06/2011 à 16:34

    Xavier Bertrand est-il devenu de gauche?

    Le ministre du Travail et de la Santé, Xavier Bertrand.

    afp.com/Lionel Bonaventure

    Depuis le mois d’avril, le discours du ministre du Travail revêt des atours inattendus pour un homme de droite. Une fibre sociale que l’ancien patron de l’UMP avait enfouie?

    Depuis quelques mois, Xavier Bertrand est méconnaissable. Nommé ministre du Travail et de la Santé en novembre 2010, il a embrassé le discours protecteur du chef de l’Etat et s’échine à convaincre les Français des classes les plus modestes que le gouvernement est à leurs côtés. Si bien que certains éléments de langage paraissent plutôt sortis d’un discours de gauche que de la bouche d’un ministre UMP.

    Saillies contre les patrons

    Tout débute réellement en avril dernier, lorsque le chef de l’Etat propose l’instauration d’une prime à destination des salariés.

    Le 17 avril, Xavier Bertrand déclenche l’ire du patronat, en s’attaquant aux « grandes entreprises » et en réclamant un recours à la loi pour mieux partager les profits.

    Le 21 avril, il enfonce le clou sur Europe 1, se plaignant que « depuis deux ans, les choses traînent ». Puis enchaîne: « Dans notre pays, les actionnaires captent une part très importante, beaucoup plus importante des profits. Et si l’entreprise réalise des profits, c’est pas aussi grâce aux salariés? »

    Enfin, le 27 avril, sur Canal plus: « Cela fait deux ans que le patronat a ce sujet sur la table et ça a avancé à la vitesse d’un escargot (…) Cette loi qui part d’un principe très simple: s’il y a des dividendes tant mieux mais il faut un plus pour les salariés. Ca s’appelle le partage de la valeur ».

    En bon responsable de droite, Xavier Bertrand n’en oublie certes pas de taper à bras raccourcis sur la fraude aux prestations sociales, réclamant des pénalités plus lourdes. Il n’empêche, son discours s’est sensiblement déporté vers sa gauche.

    Réinstaurer le dialogue social

    Ce lundi 20 juin, Xavier Bertrand a signé une nouvelle saillie très incisive, à l’encontre cette fois-ci des « rémunérations extravagantes », qu’il propose de taxer « d’une manière ou d’une autre », dans « une logique de justice et d’équité ». « D’une certaine façon, c’est la collectivité qui paie à la place des entreprises pour ces rémunérations qui semblent sans fin », a-t-il ajouté.

    Un peu plus tard dans l’après-midi ce lundi, une fois n’est pas coutume, les syndicats dont le financement est visé par une enquête parlementaire, ont reçu le soutien du ministre UMP. « On attendait une transparence qui n’avait jamais été demandée aux organisations syndicales, elles l’ont fait », a-t-il souligné devant l’Ajis (Association des journalistes de l’information sociale). « Ce n’est pas à ce moment-là qu’il faut leur taper dessus, quand même », a conclu Xavier Bertrand.

    Les proches du ministre ne se disent aujourd’hui pas surpris par ces discours. « Il est dans son rôle, juge le député UMP de la Marne Arnaud Robinet, il essaie de réinstaurer le dialogue entre les partenaires sociaux, et il y arrive plutôt bien. » Son collègue de BelfortDamien Meslot assure qu’ »[ils sont] un certain nombre au sein de la majorité à être choqués par les rémunérations d’un certain nombre de personnalités, et que les interventions de Xavier Bertrand sont donc frappées du bon sens ».

    Fibre sociale ou opportunisme?

    « Ces accents sont les siens depuis très longtemps. En 1995, lors de la campagne de soutien à Jacques Chirac pour la présidentielle, c’était cette sensibilité à la chose sociale qui nous avait rapproché, et nous ne nous sommes plus jamais quitté », raconte Dominique Paillé, porte-parole de l’UMP sous la mandature de Xavier Bertrand.

    Damien Meslot le rejoint sur ce point: « Depuis 25 ans que je le connais, Xavier Bertrand a toujours eu une fibre sociale très développée ».

    Partisan de Jean-François Copé, le député UMP de la Mayenne, Yannick Favennec, de tendance libérale, se réjouit lui aussi que Xavier Bertrand se montre ferme à l’encontre du grand patronat, mais nuance son engagement de toujours en faveur du salariat. « Xavier Bertrand faisait partie de ceux qui m’avaient recadré, lorsqu’il y a un peu plus d’un an, j’avais critiqué les patrons du Cac 40 et leurs parachutes dorés. » Il dit espérer que le ministre « ne se contente pas d’incantations mais que celles-ci se traduisent par des actes concrets, qui parlent au gens, car il y a urgence. »

    Copé joue l’apaisement

    Dans l’entourage de Copé, grand rival de Xavier Bertrand, on se montre discret sur le virage « social » du ministre du Travail. Sans doute faut-il y voir un signe des efforts faits pour enterrer la hache de guerre. L’actuel patron de l’UMP avait lancé début mai une invitation à dejeuner à l’intention de Xavier Bertrand, le Figaro révélait le 28 mai que la date choisie était ce mercredi 22 juin.

    ***La Droite se reveillerait-elle ?

  10. Alain Lavallée dit :

    Bonjour Monsieur Raffarin, Représentant personnel du Président auprès de la francophonie,

    Au cours des prochaines heures vont débuter les célébrations de la Fête nationale du Québec qui débute le soir du 23 juin par les « feux de la St-Jean » et se poursuit la journée du 24 juin.

    Dans mon commentaire précédent, je soulignais qu’au cours de la dernière décennie, la France a opéré un rééquilibrage en faveur du Canada et de son gouvernement central.

    Heureusement les Québécois comptent des amis en France, au sein de l’État mais aussi au sein de la société civile; entre autres les membres de l’Association France-Québec créée en 1968 qui compte plus de 4000 membres regroupés au sein d’une soixantaine d’associations régionales, membres dévoués à faire connaître le Québec et à en diffuser la culture (réseaux d’amitié et de coopération).

    Ils ont participé entre autres à la réalisation d’une riche collection d’une douzaine de livres intitulés « « Villes et villages de France, Berceau de l’Amérique française » » (3000 communes répertoriées, 8000 pionniers identifiés, etc). Justement en juin le no 11 de cette collection, celui qui traite du « Poitou-Charentes » vient de paraître. C’est l’un des plus volumineux de la collection, il retrace le destin des Poitevins et Charentais qui aux 17e et 18e siècles sont partis s’établir en Nouvelle-France. J’espère que vous aurez l’occasion de le consulter.

    http://www.francequebec.fr/

    Une Association Québec-France existe au Québec. Elle compte une quinzaine de régionales et a pour objectifs de faire connaître la France et de développer des réseaux d’amitié et de coopération. Elle a été créée en 1971, il y a 40 ans cette année.

    Ces associations France-Québec et Québec-France ont tenu au début juin (2-5 juin), un congrès commun à Bergerac, auquel j’ai participé (vous pouvez en lire la motion adoptée par les congressistes).

    http://www.francequebec.fr/Document%20a%20telecharger/Motion%20du%2017e%20congres%20commun.pdf

    En ce bientôt 24 juin, fête nationale du Québec, j’aimerais formuler deux demandes pour ces amis du Québec que sont les membres de l’Association France-Québec, qui bien entendu sont tous des bénévoles.

    Serait-il possible de trouver à Paris, au sein du vaste patrimoine immobilier de l’État français, une petite place pour loger gracieusement les bureaux de cette association France-Québec qui coordonne l’activité de la soixantaine de régionales ? Actuellement ils paient quelque 30 000 euros par an pour se loger (2000 euros par mois plus les charges).

    Serait-il possible que le Ministère des Affaires étrangères de votre ami M. Juppé, ou une autre institution, puisse leur prêter gracieusement une personne compétente qui pourrait leur servir de directeur général afin de coordonner l’activité de la soixantaine de régionales ( ou leur donner les moyens d’en embaucher un).

    Je sais bien qu’au cours des années vous avez posé maints gestes pour aider vos amis du Québec, et que cela n’a pas toujours été facile. Les vents contraires se sont faits souvent turbulents : que ce soit dans votre initiative de novembre 2004 lorsque vous avez organisé une mission conjointe France-Québec au Mexique, ou que ce soit lorsque vous avez présidé le comité français des fêtes du 400e (Québec 1608-2008).

    Je pense que ce serait un beau cadeau pour le Québec, et pour le 40e anniversaire de l’association Québec-France que nos amis français de France-Québec puissent voir leur capacité de bénévolat ainsi facilitée.

    Je vous prie Monsieur Raffarin, Représentant personnel du Président auprès de la francophonie, d’accepter l’expression de ma considération respectueuse,

    Alain Lavallée
    Président de la régionale Montérégie, Association Québec-France

  11. Ju'âne Pedro dit :

    Mariage

    Mariez il et il,
    Mariez elle et elle,
    Signature sur l’idylle,
    Au diable les querelles.

    Les flèches de Cupidon hétéros ou homos
    Se moquent des principes de nos braves élus.
    Qu’ils se mêlent de leurs guerres, de leur petite promo,
    Qu’ils s’occupent du chômage et de tous les exclus.

    Le choix du p’tit bonheur dérange les bien-pensants,
    Qui montent vite au créneau, se disant tolérants.
    On joue la polémique, c’est bon pour l’audimat,
    La loi ne chang’ra pas s’emportent ces démocrates.

    Etre un couple du même sexe interdit le mariage
    Et tant pis si l’on s’aime, on reste des parias.
    Il ne faut surtout pas modifier les usages,
    Forcément interdire le moindre alléluia.

    Mais dans quelques années, après bien des discours,
    De tergiversations, de sinueux détours,
    Les maires de nos villages marieront les garçons
    Aussi bien que les filles et sans autre façon.

    Mariez il et il,
    Mariez elle et elle,
    Signature sur l’idylle,
    Au diable les querelles.

    Ju’âne Pedro :)

  12. Carole dit :

    Hola Ernest,

    Surtout Ernest ne vous excusez pas, cela m’a plutôt amusée. J’ai le « cuir » dur ………. ~-^

    C’est pas joyeux en UE en ce moment. La Grece en soins intensifs. Terrible, car les docteurs qui veulent la soigner sont pour beaucoup aussi malades qu’elle. Sont fous.

    Belleville : Pas de « cours » d’intégration et tout le tintouin, juste du courage, les manches retroussées et le drapeau francais en main pour oser dire tout haut ce que les francais acceptent sans broncher :
    http://www.atlantico.fr/decryptage/chinois-belleville-racisme-paris-125385.html

    Bac : Quel bordel (lo siento monsieur Raffarin) ! La conscience professionnelle a du soucis à se faire. Il serait intéressant de savoir qui gère ces imprimeries.
    J’ai immédiatement pensé à un quelconque syndicat de l’EN qui a main mise sur l’imprimerie. Une amie m’avait dit que le :::/:::: avait une puissance incroyable sur l’édition et qu’ils pouvaient paralyser ce qu’ils voulaient. Plomber le bac S (élitiste pour beaucoup), et dans le même temps plomber le ministre, fallait oser. Enfin pas malin le type qui est à l’origine de cette mascarade. Des milliers de lycéens payent pour un c……d qui finalement n’a rien à faire dans ce système. Suite à l’enquête, j’espère que l’on saura si cette personne est un gros dur d’un quelconque syndicat majoritaire…….
    Relire La France aux ordres d’un cadavre de M Druon.

    Débat FRance2 Présidentielles : j’ai visionné l’émission. Ce n’´´etait pas un débat, c’était un tribunal où l’accusée était M Le Pen. Un journaliste éco (chauve le nom ?) était correct. Mais alors la bande de gauchistes, de véritables petites toutous hargneux. Sans oublier la nulle en géographie. On aurait davantage besoin d’objectivité et de neutralité sur cette chaîne publique. C’était une orchestration misérable faites par des misérables.

    Amicalement

  13. Ernest Gransagne dit :

    Oui Carole, les chinois de Belleville… la triche du Bac… On conteste la décision du Ministre… forcément !

    Je reviens un instant sur « Battement dailes…

    que le ridicule ne tue pas : elle ne se rend même pas compte que votre intervention « soutenait mes propos » et ne les dévalorisait pas !

    ce qui bien sûr nous mettait « ensemble » de fait.

    Donc en insultant l’un, on insulte l’autre… forcément.

    Il est donc stupide de « s’excuser auprès de l’un seulement ».

    Décidément cette personne lit trop en « diagonale » juge un peu vite « en biais », (modération)

    C’est la raison pour laquelle elle n’a qu’une solution « elle bat des ailes » !

    Ah ! ce que l’on s’amuse !

    Amitiés

    Ernest

Laisser un commentaire