Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

37 commentaires

  1. SEDAT Reynaldo dit :

    [...] Les larmes de Charlène…!
    http://youtu.be/UEmQh77K0Rs

  2. jany dit :

    Jim Morrison est mort il y a 40 ans

    Par Valentine Pétry – Par LEXPRESS.fr

    Le chanteur des Doors est décédé le 3 juillet 1971 à Paris. Retour sur une légende, une vraie, en dix adjectifs et un film documentaire, When You’re Strange.

    ***Sa musique reste toujours présente aujourd’hui…

  3. Ernest Gransagne dit :

    En avant toutes ! Lu dans le Figaro :

    « Ce que la droite pense d’ eux »
    CARL MEEUS, MARC-ANTOINE SABATÉ
    04/07/2011 | Mise à jour : 09:34 Réagir

    Dominique Paillé * « Hollande est le plus dangereux »

    Pour moi, incontestablement, François Hollande est le plus dangereux des candidats à la primaire socialiste. Quand j’entends certains, comme l’a fait le secrétaire général de l’UMP, critiquer cette primaire, je ne peux m’empêcher de penser que cela se retournera contre eux. Ce n’est pas parce qu’on ne veut pas de la démocratie chez soi qu’il faut l’empêcher chez les autres. Or cette primaire aura lieu. Elle risque même de créer une dynamique à gauche. Et le niveau de la participation déterminera le nom du vainqueur. Si la participation est élevée, si nombre d’électeurs de gauche se déplacent pour voter en octobre, alors François Hollande a le plus de chances de l’emporter face à Martine Aubry ou Ségolène Royal. C’est pour nous le candidat le plus dangereux, car Hollande est moins marqué idéologiquement que ses rivales. Il pourra donc, s’il est désigné, capter plus facilement l’électorat de centre-droit.

    *Conseiller politique du parti radical.
    Marc-Philippe Daubresse * « Martine Aubry est une tsarine »

    Martine Aubry, c’est évident, a plus de qualités de caractère et de trempe que François Hollande, dont la candidature «normale» me semble absurde dans le contexte de turbulences économiques que nous connaissons. Quand un navire affronte des tempêtes et des ouragans, il faut un capitaine aguerri et hors norme. Martine Aubry a davantage d’envergure pour s’imposer, mais il lui manque une expérience internationale. Reste que ceux qui se plaisent à railler l’hyper-présidence de Nicolas Sarkozy ne connaissent pas encore l’impératrice présidente de la communauté urbaine de Lille. C’est une tsarine qui exerce son pouvoir de manière absolue et sans partage, allant jusqu’à refuser à son opposition le droit de penser. Quand vous songez que l’on doit aller au tribunal administratif pour obtenir un plan pluriannuel d’investissement, il y a de quoi rêver ! J’ai demandé – autre exemple – à ce que l’on crée une mission d’information présidée par l’opposition et dont le rapporteur général aurait été quelqu’un de proche d’elle, pour que l’on regarde s’il est opportun d’avoir une troisième gare TGV dans la Région Nord-Pas-de-Calais. Elle a refusé le principe même de cette commission. Son mode de gouvernance est l’absolutisme. Mais, surtout, Martine Aubry, c’est du Jospin décongelé. C’est en cela que sa candidature est dangereuse, pour la majorité, mais surtout pour la France. Martine Aubry, c’est la dame des 35 heures, qui coûtent chaque année 12 milliards d’euros à la France !

    *Secrétaire général adjoint de l’UMP.
    Dominique Bussereau * « Il ne faut pas enterrer Royal trop vite »

    Si je dois la comparer à François Hollande ou à Martine Aubry, il est évident que Ségolène Royal ne boxe pas aujourd’hui dans la même catégorie que ses adversaires à la primaire. Martine Aubry est maire de Lille, elle a été ministre du Travail. François Hollande, pour sa part, a eu une expérience politique quasi comparable à celle d’un ministre en étant premier secrétaire du PS pendant la cohabitation de 1997 à 2002. De son côté, Ségolène Royal a une petite expérience ministérielle sans véritable importance. Elle ne peut s’appuyer que sur le bilan de la Région qu’elle préside. Et encore, il est fait d’artifices et d’affirmations qui masquent sa pauvreté. Pour autant, il ne faut pas l’enterrer trop vite dans cette primaire. Ségolène Royal, et on ne peut lui enlever cela, a un culot monstre : quand la porte est fermée, elle passe par la fenêtre et se glisserait à travers le conduit d’une cheminée si toutes les fenêtres étaient closes. Elle n’abdique pas. Elle a un talent politique indéniable, une vraie ténacité. Mais je crains qu’elle ne puisse bluffer deux fois les électeurs socialistes, surtout après les avoir conduits à la défaite en 2007. Alors, il lui reste cette faculté de nuisance qui, chez elle, pourrait aller jusqu’à ne pas respecter cette primaire. Mais ce serait gravissime.

    *Député et président du conseil général de Charente-Maritime.
    Trois présidentiables en quête de style Foot, expos ou bateau

    Premier réflexe matinal pour François Hollande, la lecture du quotidien sportif L’Equipe. L’élu corrézien, amoureux du ballon rond, ne se contente pas de regarder les matchs dans les tribunes, il tapote la balle de temps en temps. Martine Aubry, en bonne maire de Lille, est un soutien sans faille du Losc, double champion 2011, même si sa passion est plus culturelle, avec une prédilection pour les expositions du musée des Arts premiers. Natation et bateau à moteur sont les deux activités préférées de Ségolène Royal. Détentrice du permis bateau, c’est toujours elle qui pilote !
    A deux, trois ou quatre-roues

    Martine Aubry opte pour le vélo. Elle a récemment inauguré dans sa ville le système de vélos en libre-service nommé V’Lille, et en avait offert un, de course, à Nicolas Sarkozy en 2008, lors d’une visite du chef de l’Etat à Lille. Ségolène Royal a fait du sauvetage du fabriquant de voitures électriques Heuliez un symbole de son engagement écologique. Quant à François Hollande, il s’affiche en scooter dans les rues de Paris pour construire son image de « candidat normal » et de jeune cadre dynamique.
    Des modèles au top

    Martine Aubry est souvent désignée comme une « Merkel de gauche ». Au-delà de l’aspect et du style vestimentaire, la rigueur et le pragmatisme rapprochent les deux femmes. François Hollande a été comparé à José Luis Zapatero. Le Premier ministre espagnol avait été élu contre toute attente en 2004, alors qu’il n’avait jamais été ministre et qu’on lui reprochait souvent son manque de charisme. Un parallèle avec le candidat corrézien, qui préfère la comparaison avec Barack Obama ou David Cameron. Ségolène Royal avait affirmé en octobre 2007, lors d’une rencontre avec Michelle Bachelet, se «trouver beaucoup de points communs» avec l’ancienne présidente du Chili, qu’elle était allée soutenir, et qui dirige l’ONU Femmes depuis septembre 2010.

    Soigne ton look

    Chacun a modifié son look depuis quelques mois. François Hollande, qui se prépare depuis plus d’un an, a changé de lunettes, mais a surtout effectué un régime important et perdu de nombreux kilos. La première secrétaire, réputée pour ses tenues sombres, a surtout travaillé son look vestimentaire, et arbore des couleurs plus voyantes comme le rouge. Ses proches assurent qu’elle est mordue de shopping. Une manière de mettre un terme à cette blague qui lui colle à la peau : que fait Martine Aubry de ses vieux vêtements ? Réponse : elle les porte ! Ségolène Royal, après quelques ratés – notamment en Chine avec sa tenue blanche, symbole du deuil, et la tunique bleue de la première Fête de la fraternité -, s’en tient désormais aux tailleurs simples mais souvent colorés.

  4. Ernest Gransagne dit :

    Samedi 2 juillet à 20:30 à Saint-Georges les Baillargeaux, à 10 km de Poitiers.

    Une bien belle soirée fort réussie avec Cristina Branco – grande chanteuse de FADO, une voix d’exception, des musiciens d’exception – piano – contrebasse – guitare classique et guitare portugaise : du grand art !

    Cela est inscrit dans le programme d’été des « HEURES VAGABONDES » du Conseil Général de la Vienne. (15 concerts aux quatre coins du département )

    C’est gratuit.

    La qualité du spectacle est au rendez-vous. Avec un temps merveilleux de bel été.

    Un public ravi.

    Bravo.

    Ernest Gransagne

    PS : un absent de marque, Monsieur Raffarin, le voisin, n’était pas là. Quel dommage.

  5. jany dit :

    Lu dans Le Figaro

    Un dialogue social dynamique en 2010
    AFP
    04/07/2011 | Mise à jour : 19:42
    Le dialogue social s’est maintenu en 2010 au sein des entreprises, avec une augmentation de 18% du nombre d’accords signés, selon le dernier bilan de la Commission nationale de la négociation collective (CNNC), cité lundi par le quotidien Les Echos sur son site internet.

    Dans son bilan, qui doit être officiellement présenté mardi, la CNNC, présidée par le ministre chargé du Travail et composée des partenaires sociaux, explique que « le contexte économique et social de 2010 pouvait laisser craindre un certain gel attentiste du dialogue social », citant la « crise », le « chômage en hausse », et « les nombreux conflits salariaux sur les retraites ».

    Les accords ont notamment porté sur l’égalité professionnelle (149 accords de branche en 2010 contre 121 en 2009), l’emploi des seniors, la formation professionnelle, les retraites complémentaires, les salaires ou encore les primes, indiquent les Echos, sur la base du bilan de la CNNC.

    Dans les entreprises, 34.000 accords ont été signes, soit un bond de 18% par rapport à l’année précédente, un bon résultat qui s’explique notamment par un réajustement des données 2009, utilisées comme comparaison, mais aussi par la présence de dispositifs facilitant les négociations dans les entreprises sans délégué syndical, avec une progression de 54% des accords signés par des élus du personnel à 9.500.

    Selon le quotidien économique, 1.136 accords de branche ont été signés en 2010, un niveau comparable à l’année précédente.

    Les salaires sont le premier sujet d’accord (421 accords de branches ou avenants en 2010), devant les primes (205), la formation professionnelle et l’apprentissage (166), l’égalité homme-femme (149), ou encore la retraite complémentaire (144).
    L’attitude des syndicats face aux accords reste stable, la CFDT étant en tête des signataires (93%) et la CGT lanterne rouge, avec tout de même 85% d’accords signés.

  6. jany dit :

    Lu dans Le Figaro

    « Il faut reprendre confiance » (Sarkozy)
    AFP
    05/07/2011 | Mise à jour : 13:29 Réagir
    Nicolas Sarkozy a affirmé qu’ »après 40 ans de crises », il était temps pour les Français de « reprendre confiance », aujourd’hui dans le Cantal à Montboudif, le village natal de Georges Pompidou, à qui il est venu rendre hommage pour le 100e anniversaire de sa naissance.

    Après « presque quarante ans de crises ininterrompues, de mutations douloureuses [...] le temps est venu de nous réconcilier avec ce que nous sommes profondément, de reprendre confiance, de nous persuader que ce que nos pères ont accompli jadis, nous sommes capables de l’accomplir de nouveau, que le génie de notre peuple n’est pas moins grand aujourd’hui qu’hier », a lancé Nicolas Sarkozy.

    Le chef de l’Etat s’exprimait devant quelque 1500 personnes, élus, entrepreneurs, militants UMP ou simples villageois du Cantal, réunis sous un grand chapiteau monté un peu à l’extérieur de Montboudif, le village où l’ancien président Pompidou est né le 5 juillet 1911.

    Selon Nicolas Sarkozy, « ce centième anniversaire de la naissance de Georges Pompidou doit être l’occasion d’un examen de conscience, d’un retour sur nous-mêmes à un moment de notre histoire où ce retour devient absolument nécessaire ».

    « Évoquer la figure de Georges Pompidou, c’est évoquer la plus pure tradition française mise au service de la plus grande modernité. C’est nous rappeler qu’au fond, la seule mission de la politique aujourd’hui encore, c’est de jeter un pont entre la France d’hier et celle de demain », a-t-il ajouté.

    ****************************************************
    ***Ce discours, beaucoup d’entre nous l’attendaient, le Président de la République a-t-il compris que la confiance passe aussi par l’éveil des consciences…les générations, les traditions, hier, aujourd’hui et demain trouvent leur force, la confiance, dans cette grande chaîne d’union qui fait ce que nous sommes…dans notre environnement global…

    Chacun a son niveau, dans son environnement, dans son écriture, a pu parler de ses rêves, de ses aspirations, des moyens, des méthodes…
    C’est au travers le dialogue social et sociétal que nous pourrons redonner a l’homme et aux hommes la confiance…

    Que les mots du Président ne soient pas ceux d’un simple discours, mais qu’ils soient un appel vers un nouvel horizon, dans la prise de conscience qu’il est possible de marcher ensemble, de grandir ensemble dans une confiance retrouvée…

    Bien cordialement,

    jany

  7. jany dit :

    Ces titres dans Le Figaro…
    Qui nous font réfléchir sur le besoin de retrouver une certaine éthique dans les postes et responsabilités attribuées…

    Les pâtes aux truffes…un détail ou un simple manque d’éducation dans une période ou le profil bas aurait été un signe d’élégance ?

    le « body language », l’expression de soi…combien de fois l’homme peut trahir son égoïsme et sa grossièreté au travers lui….C’est un problème d’éducation…

    L’expression de vie est quelque fois moche, portez des lunettes noires pour avoir l’illusion de ne pas être pareil…pour oublier…en sachant que c’est la vie qui jugera, pas nous…

    La jeune femme Tristane Banon dit : «Je n’en peux plus d’entendre dire que je mens»

    Dominique Strauss-Kahn devrait «se faire soigner» dit sa mère…

    «Dominique Strauss-Kahn devrait prendre les choses avec lucidité et se faire soigner, même si ça n’enlève rien à ses capacités intellectuelles et à sa créativité en matière politique ou économique. Mais c’est quelque chose de très préoccupant pour un homme avec d’énormes responsabilités».

    Si la vérité peut trouver ses nuances dans une Amérique de l’argent…
    La Justice française pourra peut-être faire découvrir une autre facette des personnages en question…

    Dans les histoires de mœurs, il est important que les victimes retrouvent la paix du corps et de l’âme.

    Bien cordialement,

    jany

  8. jany dit :

    Le Centre aura des difficultés avec Herve Morin…
    Car pour trouver une dynamique, il faut que le Centre trouve son unité…
    L’homme politique peut avoir son ambition et l’espoir de trouver la reconnaissance un jour…
    Mais il doit aussi comprendre qu’il faut savoir attendre et mûrir dans une organisation qui peut le soutenir…

    Si le désir de voyage de Jean-Louis Borloo venait a être arrêté dans ses préparatifs, il pourrait en trouver les raisons dans la jeunesse de caractère de ses partenaires…

    On entreprend pas un long voyage avec des turbulents…

    Bien cordialement,

    jany

  9. Carole dit :

    Bonsoir monsieur Raffarin,
    Bonsoir à tous,

    Consternante cette image médiatique de la France.

    L’UE vit une crise majeure avec la Grece à l’agonie, le Portugal qui vient d’être encore dégradé http://www.cotizalia.com/noticias/2011/moodys-rebaja-basura-rating-portugal-posibilidad-20110705-70913.html , notre endettement (dépense publique) qui n’arrête pas de grossir, les marchés (investisseurs) http://chevallier.biz/2011/07/balance-des-paiements-de-la-france-2010/#comments vont nous faire confiance jusque quand ??????……………
    Ailleurs, des économistes analysent le déclin de l’UE et la survie de l’euro. On est sur le fil, les chaussons d’équilibristes sont usés mais nos journalistes incompétents en éco préférent bourrer les neurones des francais avec des potins écoeurants……

    En France :
    Ici, la TV passe en boucle la sordide novella dramatica DSK/DIALLO/BANON ! Mais qu’ils laissent tous la justice faire son job au lieu de respirer au rythme des scoops de NY.
    Ici, tout à coup les syndicats sortent de leur torpeur, ils viennent de réaliser qu’il allait falloir travailler plus longtemps. Quitte à continuer la réformette, si on s’attaquait enfin aux régimes spéciaux !
    Ici, les présidentielles et ses prétendants sont au sommet de la médiocrité.
    Ici, les jeunes racailles désoeuvrées (sic) jouent au mortier contre un commissariat, ils faut bien qu’ils s’occupent ces chérubins de malheur grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr.
    Ici, de jeunes enfants se font violer, torturer, assassiner……… la barbarie prend possession de la France, des cinglés sont en liberté mais la Gauche préfère s’insurger sur le complot imaginaire contre leur icône.
    Ici, le bac (déjà mal en point) est passé à 9 cette année donc 7 au rattrapage. Fuites en maths, en SVT, en anglais, sans parler du bac techno et le ziva/surveillants qui ont aidé à la triche. Quel bordel (je ne m’excuse pas monsieur Raffarin pour la sémantique) tellement je trouve cela honteux.
    Si la conscience professionnelle de ceux qui détiennent les imprimeries était encore honorable, nous n’en serions pas là. Le net et la bêtise aidant, tout a été rendu public. Mais on peut se poser la question suivante : les autres années, en toute discrétion, certains auraient-ils été favorisés par le biais des imprimeries/réseaux…………
    Ici, on détruit la France avec des discours interminables sur le racisme (outil politique), la discrimiation positive (négative), les origines (remise en cause par de grands discours qui ne devraient pas exister), les mots interdits ………….. la France est devenue folle ! Il serait si simple que tout le monde se soumette au mode de fonctionnement de notre pays comme cela se passe partout ailleurs.
    Ici, on parle de salaires extravagants concernant certains boss. Qu’entend-t-on par salaire extravagant ?
    Ici, c’est la guerre riche/pauvre avec le soutien des politiques, attention aux dégâts irréversibles en temps de crise.
    Ici, c’est le principe de précaution dévastateur, alors que hors de l’UE c’est le principe de risk qui prime cela permet d’avancer et de rattraper le temps perdu. EX Pekin/Shangai Ligne TGV 3ans pour la construction. Nous, il aurait fallu 10 ans (35h, écolos, budget……) Et nos amis chinois, non seulement ils fabriquent chez eux, mais ils vendent aussi: ex Colombie….)
    Je pourrais continuer cette liste. C Gave écrivait il y a peu : l’Allemagne a l’industrie, l’Espagne le bâtiment, la France les fonctionnaires. Je rajouterai que la France a aussi des philosophes nuisibles que l’on écoute trop. Donnons la parole aux entrepreneurs et créateurs avant qu’il ne leur prenne l’idée de prendre un aller simple pour l’Asie, l’Amérique du Nord ou Sud ! Parce que très sincérement les penseurs improductifs, ras le bol !

    Bien cordialement.

    NB : Une idée au sujet de notre fameux bac : revenons aux fondamentaux. Maths, physique, chimie, francais avec littérature incluse, histoire (sans modification) la Constitution, géographie, langues (anglais espagnol et éventuellement chinois et arabe). La philo au panier, c’est un outil qui peut être dangereux pour les esprits en pâte à modeler. Igual, les fameuses options (jajaja….) quand on voit certains élèves nager sur la terre battue par manque de piscine, on croit rêver. Rien de fondamental dans ces fameuses options, à supprimer.

  10. Alain Lavallée dit :

    Bonjour à tous,

    Carole écrit «  » »L’UE vit une crise majeure avec la Grece à l’agonie, le Portugal qui vient d’être encore dégradé (….) des économistes analysent le déclin de l’UE et la survie de l’euro. » » »

    Inquiétant oui, mais de ce côté-ci de l’Atlantique des analystes, au moment ou l’État du Minnesota (USA) est fermé depuis 5 jours, se demandent
    «  »qui affichera un défaut de paiement le premier, les États-Unis ou la Grèce ? » »

    Le mal de l’endettement n’est pas qu’européen, loin de là !

    http://www.lesaffaires.com/blogues/diane-berard/diane-berard-qui-affichera-un-defaut-de-paiement-le-premier-les-etats-unis-ou-la-grece-/532600

    Bien cordialement,

    Alain Lavallée

  11. Junjie dit :

    Bonjour Monsieur Raffarin,

    Serait il possible de mettre à l’ordre du jour de l’amitié franco chinoise, la nouvelle loi sur la sécurité sociale en Chine, appliquée aux étrangers?

    Déjà pas aidés par l’ambassade et les consulats lors de la crise des JO qui continué par la suite avec les magouilles des VISA Français. Je ne parle même pas de l’expo universelle qui a fait appel à un minimum de compagnies Françaises pour faire un maximum de pub sur… Non pas la France mais 3/4 méga compagnies Français et… Paris.

    Nous sommes maintenant taxés doublement et rien est fait pour nous aider. Seul l’Allemagne et la Corée sont protégés.

    Vive la relation Franco-Chinoise… Ici, je ne vois pas ou elle est. Déjà Franco-Français c’est pas glorieux mais Franco-Chinois, c’est encore moins glorieux.

    Sinon, petite proposition: Vous nous présenter votre emploi du temps chaque semaine et c’est assez intéressant. Mais il serait encore plus intéressant de faire un bilan de ces RDV! Cela devrait être très passionnant voire plus que la présentation.

  12. jany dit :

    Les vacances approchent pour nos élus,

    Souhaitons leur de belles randonnées dans des paradis de fraîcheur, sur des sentiers bordes de fleurs sauvages…

    Les vacances sont toujours une renaissance, un renouveau sur le chemin de la vie…

    Il y a beaucoup a apprendre sur les petits chemins…Il est bon de se laisser guider par les images qu’ils nous transmettent…

    La nature est un livre ouvert qui guérit les mots de l’âme et du corps a qui sait écouter…

    Ce livre ouvert nous a été donne des nos premiers jours…

    Bien cordialement,

    jany

  13. jany dit :

    Que l’on soit croyant ou athée,
    La lumière est la même pour tous…

    Dans le secret de sa confession,
    La vie est une source d’eau vive…

    jany

  14. Carole dit :

    Bonsoir Alain Lavallée,

    Effectivement beaucoup de comments d’économistes de ce côté de l’Atlantique. Il faut dire qu’entre le New Jersey qui a un besoin urgent de $$$$$$$$$, Le WP qui nous dit que Alto City « ssuspend ses policiers pendant 6 mois…… pchitt les $$$$$$$, le Minessota et la « mise au repos » sans traitement de 22000 fonctionnaires…….. c’est l’hémoragie.
    La différence est que les EE.UU (une nation) peuvent imprimer leur propre monnaie, pas l’UE: Vous verrez d’ici le mois d’août les républicains et démocrates vont êtres obligés de trouver un accord. La liberté d’entreprendre aux EE.UU est primordiale, ce ressort nous ne l’avons pas en UE (trop de contraintes : réglementation administ, fiscales, juridiques, etc).
    La stratégie du désordre à des limites et le $ est et sera, me semble-t-il toujours une valeur refuge. Je le vois autour de moi, du vendeur au chauffeur au chef d’entreprise, c’est le $. Igual en AL, le change real/pesos/$ est rituel, valeur refuge dans toutes les têtes quelque soit le niveau social, c’est assez impressionant. La conversion est automatique.

    Avant on disait Communauté Economique Européenne, aujourd’hui, c’est Union Européenne. Economique a disparu. Communauté s’est transformé en Union et à travers cette modif la suppression des souverainetés nationales s’est installée sournoisement. Voyez le résultat aujourd’hui, nous vivons avec un mirage socialiste qui a rejeté le negoce…………. pour le bien de tous, ben voyons……..

    Cher Alain, au Québec, vous êtes assez « cools » avec votre amigo Ottawa……………
    En parlant du Canada, ils n’ont pas peur du gaz de shale, les chinois sont intéressés, paraît-il………

    Bien cordialement.

  15. jany dit :

    Tout n’est pas moche…

    L’Europe est en crise, les États-Unis aussi…pourtant l’Asie et les pays qui se développent ont besoin de nous…Rien est arrêté comme les sirènes médiatiques nous le laissent entendre…

    Tous les pays doivent aller vers une exigence dans leur gestion économique et sociale….

    Le monde change, avec sa mondialisation, il va vers plus de responsabilisation…

    L’économie et l’intégration des valeurs sociales font parties des valeurs de développement…

    L’humanisme de progrès est l’intégration de toutes ces valeurs…

    La France et l’Europe doivent donc continuer dans leur voie de développement en mieux responsabilisant les partenaires sociaux, en mieux responsabilisant leur gestion…

    La représentativité des salaries, des partenaires, fait partie de l’optimisation de la gestion, avec le dialogue social…Nous le voyons au niveau du Sénat ou de l’Assemblée Nationale, les commissions en parlent et y réfléchissent…

    Bien-sur tout n’est pas rose, la violence est toujours présente autour de nous, sur les écrans…
    L’emploi est toujours un problème dans beaucoup de familles…
    Mais le monde avance et nous avec, que l’on en soit conscient ou pas…

    Au niveau d’un blog, d’un carnet, il est possible de faire partager ses états d’âme du moment, mais nous devons savoir que même sous la pluie, dans la neige, dans la tourmente, quand tout semble gris, il faut avancer… car c’est en marchant, en ouvrant les portes, en allant vers les autres, que nous trouveront l’harmonie et la confiance dans le devenir…

    La confiance vient dans l’action.

    Bien cordialement,

    jany

  16. Jacques D'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Cher Monsieur le Premier Ministre,

    C’est une bien jolie préface que vous apportez au livre de votre collègue et Ami Jean-René Lecerf : elle est très pertinente, vous avez su trouver les mots justes pour dépeindre parfaitement cet humaniste bon teint, courageux et généreux qui ressemble si bien aux hommes de sa région.

    Originaire de la région Nord-Pas de Calais, et bien que j’ai quitté cette région chère à mon cœur mais à laquelle je suis resté très attaché, je suis le parcours de ce sénateur de la région lilloise, notamment au sein de votre Haute Assemblée, souvent en qualité de rapporteur dans de nombreux examens de textes et de lois relatifs à la justice dans notre Pays , et je dois avouer que régulièrement il me satisfait par ses analyses et son jugement, sachant parfois prendre position contre le Gouvernement, issu pourtant de la majorité à laquelle il appartient, mais toujours pour une cause juste tout en restant loyal.
    Je retiens votre phrase : « Jean-René est précis, patient mais il sait, de sa voix douce, parler fort et penser ferme », c’est si vrai tant il sait parfaitement dénoncer, quand il le faut, ce qui ne va pas.

    Notre République et ses territoires ont besoin d’homme de son tempérament, il sait faire vivre la démocratie. Souhaitons qu’un nouveau mandat lui soit accordé lors des prochaines élections sénatoriales. C’est un homme à soutenir, la Droite républicaine en a le plus grand besoin dans une région si ancrée à gauche mais qui côtoie également l’extrême droite.

    Amitié

    Jacques

  17. Alain Lavallée dit :

    Bonjour Carole,

    plusieurs pistes sont suggérées dans votre commentaire précédent.

    Oui il y a question de l’émission des monnaies, mais il y a aussi la question des agences de notation où les États-Uniens ont un contrôle abusif (Moody’s , S & P, etc. ) et où à travers ces agences ce sont les normes du modèle étatsunien de développement qui percent et ce au détriment des pratiques européennes.

    Vivement une agence européenne de notation

    http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/326920/l-europe-veut-briser-l-oligopole-des-agences-de-notation

    Quant aux gaz de schistes, en France il semble que vous ayiez mis un certain hola à leur développement. Aux États-Unis c’est un développement tout azimuts (en Pennsylvanie et au Texas en particulier, mais la population commence à se rebbeller face aux abus et accidents, mais il est trop tard.) Au Québec, le gouv a vendu les permis mais il y a une assez forte résistance et crainte au sein de la population.

    La ressource qui intéresse en particulier les Chinois, mais aussi de grands groupes français comme Total, c’est plutôt les sables bitumineux (concentrés dans Nord Ouest du Canada –ALberta … , à plus de 3000 kms du QUébec etc.) parce que leur exploitation est très polluante).

    Cordialement,

    Alain Lavallée

  18. Carole dit :

    Bonjour Alain,

    Donc vous êtes d’accord avec moi, quantitative easing pour les EE.UU, mais impossible pour l’UE.
    Mais vous rebondissez avec les agences de notation. Soit !
    Chacun peut penser ce qu’il veut des agences de notation, mais il me paraît sain de ramener nos gouvernements dépensiers à la réalité. L’Europe me fait rire, plutôt que d’affronter la catastrophe de l’endettement, faudrait-il la cacher ???????? Quand ils sont bien notés, ils ne pipent mot !
    Oui, il y a des spéculateurs, mais il y a aussi des investisseurs et leur droit premier est de savoir où ils mettent les pieds et ce qu’ils risquent. Et ce que l’on a tendance à oublier dans cet argent virtuel qui circule, ce sont les placements bancaires/assurances des contribuables qui se trouvent par l’opération « du Saint-Esprit » mixés dans de sombres mécanismes.

    Cette Europe outrée ne hurle pas quand l’agence de notation chinoise Dagong dégrade la note de la France. Contrôle abusif car agence de l’Etat communiste chinois ?
    http://french.peopledaily.com.cn/Economie/7398245.html

    Si création d’une agence de notation européenne, elle sera aux ordres de qui ? Cuisine intra-européenne ? J’avoue que je n’ai pas confiance sur une équipe qui nous disait il y a peu avec l’ex grec. Les voyants sont au vert, c’est good, Et patatras, les dizaines de milliards ne suffisent plus et pour compléter le tout les copains vont en demander autant. Vous prêteriez de l’argent à des personnes incapables de vous rembourser, au risque de laisser vos enfants dans la misère ? Moi non. La solidarité a des limites. Un seul coule ou plusieurs vont faire couler le paquebot européen ?

    Concernant les gaz de schiste, je regrette ce nuisible principe de précaution qui nous fait régresser.
    Si on avait fait de même pour l’électricité, on s’éclairerait encore à la bougie ~o~.

    Bien cordialement.

  19. Carole dit :

    Añlain,

    Mon clic de souris a été trop rapide et je n’ai pu vous laisser le lien suivant http://www.moneyweek.fr/20101041472/conseils/matieres-premieres/cnooc-chesapeake-energy-gaz/ concernant l’intérêt de nos amis chinois pour le gaz de shale.

    Cordialement

  20. Jacques Moullé dit :

    Bonjour,

    J’ai écouté l’interview de Mr Raffarin par Mr Apathie sur RTL à 7h50 puis « le zappeur » dans le journal de Midi de RTL…Eh bien, les journalistes se sont permis de faire un montage des paroles de Mr Raffarin. Le passage modifié concernait la phrase « …promesses de bonne gestion, budgétaires » et Mr Apathie se permet de reprendre « de rigueur budgétaire ». ce que Mr Raffarin reprend « …de rigueur budgétaire, de réformes… » et aussitôt ce journaliste l’interrompt, comme à son habitude, en disant « Hola, attention, en général, quand on dit ça, on se fait gronder… rigueur budgétaire, vous l’avez dit… »
    Dans le journal de Midi, la phrase  » de rigueur budgétaire » prononcé en premier par Mr Apathie et repris par Mr Raffarin a disparu.
    Cela montre la manière de procéder des journalistes qui déforment très souvent l’information dans le seul but de susciter des réactions fortes de la part de leurs auditeurs. Ces journalistes ne posent plus les bonnes questions et n’écoutent pas les réponses, ils affirment leurs vérités, souvent à gauche, et jugent leurs invités, cela devient grave et la plupart des interviewés ne bronchent pas.
    Toutes les preuves sont sur le site de RTL et ce n’est qu’un exemple. La Presse est devenue complètement folle.
    Nous connaissions la phrase sortie de son contexte, voici maintenant la phrase « bidouillée »
    Mr Raffarin, merci de réagir.

    Salutations.

  21. Zwartepiet dit :

    Réponse à Alain Lavallée re: …agences de notation où les États-Uniens ont un contrôle abusif (Moody’s , S & P, etc. ) et où à travers ces agences ce sont les normes du modèle étatsunien de développement qui percent et ce au détriment des pratiques européennes.

    Vivement une agence européenne de notation

    L’aura des agences de notation existentes provient évidemment de leur crédibilité auprès des grands créanciers institutionnels de la planète –elles incarnent, en théorie, un rempart contre l’arbitraire qui ne manquerait pas de régner sur un marché (mondial) des crédits dépourvu de régulateurs impartiaux… Bien sûr, on a fait le reproche aux S&P, Moody’s et autre Fitch de ne pas avoir évalué correctement les risques des subprimes. Toutefois, à leur décharge, on peut rappeler qu’à l’instar des réviseurs d’entreprise, les agences de notation ne sont pas à l’abri de chiffres truqués et de comptabilités frauduleuses… Souvenons-nous de la Grèce et de son bidouillage financier pour entrer dans l’eurozone –en communiquant des chiffres « bidons » à Eurostat.

    Ceux qui, aujourd’hui, déplorent le monopole anglosaxon sur les agences de notation feraient mieux de réfléchir à deux fois avant de « libéraliser » ce secteur car –comme Carole nous le signale pertinemment– s’il y a bien une distortion dans le petit monde des agences de notation, elle se situe surtout dans son caractère occidental et, plus précisément, transatlantique… Bref, lorsqu’on est un Etat européen, mieux vaut être évalué par Moody’s que par Dagong!! Rappel: pour Dafong, la France a d’ores et déjà perdu son AAA.

    Au fond, la situation pour les « (Etats) souverains surendettés » est semblable à celle des « ménages » et des « particuliers surendettés »: ces derniers sont également notés et fichés auprès de la Banque de France(*). Le FICP, fichier inventoriant tous les « mauvais payeurs » de France et de Navarre, est également accessible par les courtiers de crédits et les banques pour leur permettre –en toute objectivité– de savoir à qui ils ont affaire.

    Que dirait-on si, demain, un collectif de chômeurs, surendettés, interdits bancaires, SDF,… revendiquait le droit de créer son propre FICP?!?! Un FICP, vous vous en doutez, bien plus « compréhensif », bien plus indulgent que celui de la Banque de France… Comment réagiraient les banques et les courtiers de crédits? Non seulement ces derniers n’accorderaient aucun crédit (moral) à un FICP contrôlé par des « fauchés » mais, plus grave, ils s’en remettraient à des pratiques arbitraires –dans la mesure où le FICP de la Banque de France serait supprimé. Ils continueraient d’accorder des crédits « à la tête du client » et, très rapidement, ils en viendraient à reconstituer leur propre fichier (de clients douteux)… un peu à l’instar des agences de travail intérim(aire) qui fichent, en secret, le pedigree des demandeurs d’emploi.

    Bref, les agences de notation, à l’instar du fichier du surendettement, ne sont que les thermomètres du crédit –ils ne créent pas l’insolvabilité de leur « patientèle ».

    Zwartepiet

    (*) Le fichier lié aux crédits et au surendettement : le FICP

    Institué par la loi du 31/12/1989 relative à la prévention et au règlement des difficultés liées au surendettement des particuliers, le FICP – Fichier des Incidents de remboursement des crédits recense les informations sur les incidents de remboursement caractérisés liés aux crédits accordés aux particuliers pour des besoins non professionnels.

    http://www.lesclesdelabanque.com/web/Cles/Content.nsf/DocumentsByIDWeb/7HUCNC

    Fichage FICP à la Banque de France

    Le fichier FICP a été crée en 1989 dans la but de prévenir les situations de surendettement. Il est géré par la Banque de France, et donne la possibilité aux organismes de crédit de consulter les informations sur les incidents de remboursement de crédits.

    Bon à savoir : le fichage FICP n’interdit pas à l’organisme de crédit d’octroyer un crédit, mais lui permet d’apprécier au cas par cas la situation financière afin de limiter les risques d’impayés. Cette mesure vise donc à protéger les organises de crédit comme les particuliers.

    http://www.sortir-surendettement.com/procedure-surendettement/fichage-ficp/

  22. Alain Lavallée dit :

    Bonjour Carole,

    oui, comme je l’ai souligné dans un bref commentaire placé à la suite de l’entrevue RTL de M. Raffarin, la gestion des dépenses doit être plus rigoureuse.

    Je maintiens toutefois que les agences étatsuniennes de notation de crédit posent problème et je suis en bonne compagnie. L’économiste en chef de l’OCDE et la Banque centrale européenne clament ce matin que ces « agences aggravent la crise » en produisant des «  »Prophéties qui s’autoréalisent »

    http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/326995/agences-de-notation-la-grogne-gagne-la-banque-centrale-et-l-ocde

    Quant à l’exploitation des gaz de schiste il est de plus en plus évident que dans les états où cette exploitation est permise, les entreprises ont largement abusé et les citoyens en souffrent , comme le montre la situation dans cet région pétrolière étatsunienne qu’est le Texas

    http://www.cyberpresse.ca/environnement/dossiers/gaz-de-schiste/201103/26/01-4383496-revolte-au-pays-du-gaz-de-schiste.php

    http://www.cyberpresse.ca/environnement/dossiers/gaz-de-schiste/201103/27/01-4383587-un-reve-texan-tourne-au-cauchemar.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_vous_suggere_4383496_article_POS2

    Cordialement

    Alain Lavallée

  23. Alain Lavallée dit :

    Bonjour Zwartepeit,

    votre commentaire est intéressant. Il n’y a aucun doute qu’il y a de grandes différences entre «  » »les modèles de développement occidentaux » » et le modèle chinois par exemple, puisque l’économie est intriquée de manière complexe (embedded) dans une société, sa culture , sa civilisation… ce qui implique que les critères d’évaluation des agences chinoises vont être différents des autres agences.

    Mais lorsque vous écrivez «  » » » »s’il y a bien une distortion dans le petit monde des agences de notation, elle se situe surtout dans son caractère occidental et, plus précisément, transatlantique…Zwartepiet » » » » »

    cela n’est pas suffisamment précis et c’est même en partie erroné et je maintiens
    ce que j’ai affirmé précédemment «  » » »Vivement une agence européenne de notation » » »

    Voici pourquoi:

    Depuis quelques décennies il est clairement établi que les États-Unis ont longtemps expérimenté un modèle de développement très différent des modèles de développement qui se sont déployés en Europe.
    Les travaux de Michel Albert (Capitalisme contre capitalisme, 1991) ont fait ressortir les différences majeures entre le modèle « américain-anglo-saxon-étatsunien » de développement et le « modèle rhénan » de développement qui a davantage cours en Europe (avec ses variantes, modèle français , pompidolien, etc. )

    Le modèle étatsunien a valorisé la financiarisation de l’économie (les bourses et le court-termisme) , alors que le modèle rhénan était centré autour des banques et de capitaux davantage patient (long terme), voire d’une implication de l’État (ce que les tenants du sacro-saint marché « libre » abhorrent– tea party-Market as God)

    Toutefois, le modèle étatsunien et sa financiarisation boursière s’est emballé et a implosé entre déc. 2007 et 2009… il a été sauvé par l’ÉTAT , (malheureusement entre temps il a contaminé avec la mondialisation financière tous les modèles européens au cours de la dernière décennie)

    En ce sens, il va de soi que les critères d’évaluation des agences de crédit provenant des milieux étatsunien-anglo-saxon (Moody’S, S & P) seraient relativement différents de ceux d’une agence européenne (orientée autour des valeurs d’un modèle rhénan).

    Ceci étant écrit, comme je l’ai écrit à 2 reprises ( sous ce thème et le suivant-RTL) tout ceci ne dispense pas d’une gestion rigoureuse des dépenses et investissements de développement.

    Le cas de la Grèce (où la rumeur dit que tous les bien salariés ne paient pas leur impôt et que cette pratique a été élevé au statut de sport olympique et de vertu théologale) est profondément inquiétant, mais si les pratiques culturelles grecques sont telles, la Grèce alors ne s’inscrit pas dans le modèle rhénan et sans aucun doute doit s’ imposer des mesures plus rigoureuses que ses partenaires européens

    (pour un petit résumé de cette différenciation des modèles américain et rhénan du livre de M. Albert
    voici un lien

    http://aehsc.chez.com/kismevskisme.htm

    Il y a aussi bien entendu aussi sur ces questions les remarquables travaux de Robert Boyer,

    mais aussi sur un plan plus culturel les travaux autour des modèles, ou manières, françaises , hollandaises, etc, de « faire ensemble » de Philippe d’Iribarne «  » La logique de l’honneur » » ».
    http://www.crcom.ac-versailles.fr/article.php3?id_article=118

    Bonne fin de semaine,

    Cordialement

    Alain Lavallée

  24. Claude dit :

    Bonjour Zwartepeit, bonjour Alain Lavallée,

    Pourquoi créer une agence de notation Européenne ?

    Avant de créer une agence de notation il vaudrait mieux se demander à quoi sert une agence de notation et comment elle vit ?

    Une agence de notation est un prestataire de service qui fournit des études et des évaluations de risques financiers à leurs clients demandeur de notation qui les rémunère pour ça. Ce sont des entreprises privées. Réglementairement, par exemple, les compagnies d’assurance ne peuvent pas acheter d’obligations dont la note est inférieure à un seuil réglementaire très strict.

    Bien sûr on peut se dire que 151 avis valent mieux que 150 (oui, il y a 150 agences de notation dans le monde). Il y en a 3 qui se partagent 95% du chiffre d’affaires parce qu’elles ont convaincu leurs clients qu’elles étaient les plus performantes (Moody’s, Standard & Poor’s et Fitch Ratings). L’actionnaire principal de l’agence franco-américaine Fitch Ratings est français.

    Il ne suffit pas de créer une agence de notation pour qu’elle devienne une référence. On ne va pas plus écouter telle ou telle agence parce que ses prévisions sont plus ou moins sympathiques (petite, ma file préférait la météo sur TF1 parce qu’ils y prévoyaient, selon elle, un meilleur temps). Non, les clients des agences choisissent celle qui leur semble se tromper le moins et celles qui argumentent le mieux leurs études.

    Si, par hypothèse, l’Europe crée une agence de notation qui lui serait dévouée, que va-t-elle apporter de plus (ou de moins) ? La crédibilité ? Pourquoi l’Europe serait plus crédible auprès des décisionnaires que Moody’s quand il s’agirait de noter tel ou tel pays européen ? Et si cette hypothétique agence européenne n’est pas dévouée à l’Europe, aura-t-elle des commentaires différents de ceux de ses 3 grandes collègues déjà bien implantées ?

    Si, par exemple, on peut prévoir que le Portugal aura des problèmes, quelle agence ira dire qu’il n’en aura pas si justement les 3 autres disent qu’il en aura (et que par conséquent il en aura encore plus que si on ne disait rien) ?

    Comme je ne veux pas faire plaisir à Ju’âne Pedro, je ne vais pas argumenter plus (même s’il m’accorde encore 123.000 lignes pour le faire).

    Simplement, pour qu’un pays (ou une entreprise car c’est plutôt avec les entreprises que les agences gagnent leur vie) ait une bonne note il n’y a, selon moi, que trois solutions :
    1 – Il faut avoir une bonne situation de développement et d’endettement.
    2 – Il faut avoir de bonnes perspectives de développement et d’endettement.
    3 – Il ne faut pas faire peur aux experts en claironnant des mesures démagogiques avant des élections (même si l’on n’a pas l’intention de les tenir) car l’irresponsabilité de ceux qui briguent le pouvoir fait d’autant plus peur aux experts et aux investisseurs qu’ils ont des chances d’être élus.

    Pour le moment peu de pays satisfont à la nécessité d’avoir une bonne situation, ils doivent s’évertuer à avoir de bonnes perspectives et à défaut d’être les meilleurs, ils doivent au moins être les moins risqués pour attirer les investisseurs.

    Cordialement
    Claude

  25. Zwartepiet dit :

    Réponse à Alain Lavallée:

    Je crois, hélas, qu’il est relativement vain de comparer les performances macroéconomiques des Etats-Unis et de l’Europe –deux sociétés, deux mondes incommensurables sous bien des aspects… L’une des grandes forces, me semble-t-il, des Etats-Unis, par rapport à l’Europe, c’est la mobilité/fluidité du marché de l’emploi étatsunien(*). En effet, ainsi que je l’ai déjà souligné sur ce blog à plusieurs reprises, plus de 40 à 50 millions d’Américains déménagent, annuellement, d’un état à l’autre, en quête de meilleures perspectives (socio)professionnelles et, en particulier, les moins de trente ans fraîchement diplômés… Bref, contrairement aux jeunes Européens, ils ne croupissent pas dans leur région/pays natal(e), ils ne se réunissent pas en comités d’Indignés… ils ne crient pas leur détresse sous forme de sittings plus ou moins permanents –sur la place Syntagma (Athènes) ou Plaza del Sol (Madrid) ou le Parvis de St-Gilles (Bruxelles)…

    A cet égard, le contre-exemple irlandais est révélateur: contrairement aux pays d’Europe continentale, la Grande-Bretagne et l’Irlande peuvent très facilement exporter leur jeunesse « excédentaire » vers les Etats-Unis, le Canada, l’Australie ou la Nouvelle-Zélande, autant de contrées qui accueillent à bras ouverts une immigration blanche, judéochrétienne et relativement jeune (et donc assimilable). Ce n’est pas le cas des jeunes Grecs et encore moins des jeunes Maghrébins (Maroc, Tunisie, Algérie, Libye, Egypte).

    Les raisons de cette « sclérose » socioprofessionnelle européenne sont évidentes: l’UE est composée de 27 nations différentes, parlant une vingtaine de langues et pétries d’autant de moeurs et de traditions différentes… Ce qui signifie qu’un Allemand partant en Espagne à la recherche d’un emploi n’y sera pas accueilli comme un Californien se rendant en Floride pour les mêmes raisons… En Europe, la mobilité socioprofessionnelle s’observe surtout aux extrémités du marché de l’emploi: au sommet, les « expats », cadres ou fonctionnaires européens bilingues (anglais+…) voyagent aisément d’un pays à l’autre, grassement indemnisés. Ensuite, à l’autre extrémité, les immigrés, avec ou sans papiers, les roms, etc. voyagent également à travers l’Europe, poussés par l’aiguillon de la faim davantage que par celui du carriérisme… Entre ces deux extrêmes, règnent l’immobilisme et l’inertie de sociétés (française, espagnole, italienne, grecque, allemande,…) encore foncièrement corporatistes et paroissiales… Cette diversité géographique constitue le « charme » de l’Europe pour les touristes mais aussi le malheur pour les Européens prisonniers de leurs « alvéoles » nationales.

    Pour revenir à votre idée d’une agence de notation européenne, au train où vont les choses, je propose de créer incessamment une agence de notation italienne!! Qu’en pensez-vous?

    Cordialement, de Bruxelles,
    Zwartepiet

    (*) Millions more Americans move to new states
    Updated 11/30/2007 10:23 AM | [...]

    By Haya El Nasser and Paul Overberg, USA TODAY

    YOUNG AND MOBILE

    Almost 50 million people in 2006 reported moving in the previous year. Movers by age group:

    • Under 30: 57%
    • 30-49: 28%
    • 50-64: 9%
    • 65 and over: 5%

    Note: Figures do not add up to 100% because of rounding.
    Source: Analysis of Census Bureau data by Paul Overberg, USA TODAY

    http://www.usatoday.com/news/nation/2007-11-29-Mobility_N.htm

  26. Carole dit :

    Zwartepiet,
    ______________________________
    L’aura des agences de notation existentes provient évidemment de leur crédibilité auprès des grands créanciers institutionnels de la planète –elles incarnent, en théorie, un rempart contre l’arbitraire qui ne manquerait pas de régner sur un marché (mondial) des crédits dépourvu de régulateurs impartiaux… Bien sûr, on a fait le reproche aux S&P, Moody’s et autre Fitch de ne pas avoir évalué correctement les risques des subprimes. Toutefois, à leur décharge, on peut rappeler qu’à l’instar des réviseurs d’entreprise, les agences de notation ne sont pas à l’abri de chiffres truqués et de comptabilités frauduleuses… Souvenons-nous de la Grèce et de son bidouillage financier pour entrer dans l’eurozone –en communiquant des chiffres « bidons » à Eurostat.
    _______________________________
    Tout à fait d’accord, la CREDIBILITE est essentielle auprès des créanciers institutionnels. La réputation des agences ne s’est pas faite en un jour. Combien faudrait-il d’années pour la création d’une agence européenne ? On n’attribue pas une licence du jour au lendemain. Leurs méthodologies sont publiées et chacun peut en prendre connaissance.
    Evaluation des risques des subprimes : A l’époque (il me semble en 2005), S&P avaient attribué A à Lehmann Brothers et non pas AAA comme certains journaux le mentionnaient. S&P s’en était d’ailleurs justifié sur leur site. Je vous rejoins totalement Zwartepiet sur le bidouillage. L’accés à l’info concernant les entre/banques/Etats ne se fait pas au bon gré de Madame Irma.. Sans elles, comment les investisseurs pourraient-ils avoir une vue sur l’environnement concurrentiel ?

    ……… distorsion……… dans son caractère occidental……… hum………… intéressant…….. et après on nous parle de gouvernance mondiale…… impossible (gracias a Dios). Trop de paradoxes.

    Cordialement.

  27. Carole dit :

    Zwartepiet,

    Je viens de lire votre dernier comment.

    Encore une fois en total accord avec vous sur les 27 nations (Europe) et la nation américaine. Pas de pb de mobilité pour les derniers. Un peuple n’a pas les mêmes pb à se déplacer quand la barrière de la langue n’existe pas. Et ou je vous rejoins, c’est sur la mentalité. Il me semble que les jeunes européens attendent trop de leurs gouvernements. Serait-ce dû à l’ éducation scolaire (immobilisme, orientation des études, Rousseau et Marx comme fil directeur) ? Je ne fais pas une généralité des jeunes européens. Souvenir d’une soirée informelle à l’ëtranger et un financier s’étonne et me dit « mais d’ou sortent tous ces jeunes européens ? Ces nouvelles générations bougent de plus en plus (avec ou sans diplômes).
    Vous écrivez : #Ce n’est pas le cas des jeunes Grecs et encore moins des jeunes Maghrébins (Maroc, Tunisie, Algérie, Libye, Egypte).#
    Je discutais avant hier avec un egyptien et marocain (sans diplôme – uniquement leurs mains et leur courage). Ils ont travaillé dans différents pays européens (Belgique, Allemagne, France, Italie). Le « nomadisme » ne leur fait pas peur. Comme les américains, ils bougent beaucoup, et pourtant la langue était pour eux un obstacle. Tout est question de détermination et d’objectif.

    Vous écrivez également :
    #Entre ces deux extrêmes, règnent l’immobilisme et l’inertie de sociétés (française, espagnole, italienne, grecque, allemande,…) encore foncièrement corporatistes et paroissiales… Cette diversité géographique constitue le « charme » de l’Europe pour les touristes mais aussi le malheur pour les Européens prisonniers de leurs « alvéoles » nationales.#

    Je suis partagée. Quand on vit dans différents pays, on ne peut que constater les valeurs « paroissiales » comme vous dites. Chaque nation a ses racines/sa tradition/sa Langue/sa fierté/son drapeau. Et où que vous soyez (pas en vacances (too just) c’est toujours le même constat. La grande différence est que l’anglais est présent partout grâce aux écoles bilingues. Cela aide pour penser et lire autrement. Mais pas toujours.
    Souvenir d’un marchand de légumes mexicain qui me prenait pour une gringa (marché non fréquenté par les étrangers). Il additionait tous les prix en anglais (langue de survie parfois) avec une rapidité et précision incroyable. Cet homme n’était jamais allé dans une école bilingue, mais il avait compris que son seul espagnol ne pouvait lui suffire. Adaptation, détermination et possibilité d’échange. Ce que nous n’avons pas en Europe.

    Par contre l’inertie, oui. Trop de bureaucratie (style soviet) tue tout élan de créativité et d’indépendance.

  28. Alain Lavallée dit :

    Bonjour Zwartepiet,

    vous exposez longuement la mobilité socio-professionnelle étatsunienne comme étant une vertu incommensurable (50 millions d’Étatsuniens déménageraient chaque année) mais ces chiffres datent de 2007, avant l’implosion de leur système financier (fraudes, crise « subprimes », etc.) et le sauvetage par l’État à coup de milliers de milliards $ (sauvetage par ailleurs toujours en cours le gouv. de Washington DC à 25 jours pour s’entendre avec les Républicains, sinon portes closes.)

    Depuis déc 2007, la situation de l’emploi s’est considérablement détériorée aux USA. Le taux de chômage a dépassé les 10% pour revenir aux alentours de 9,5% actuellement en ayant recours à la dévaluation accélérée de leur dollar étatsunien face à l’euro (40% entre 2004 et 2010) et face à toutes les monnaies du monde (sauf en partie le reminbi chinois qui est fixé en relation au $ étatsunien)… rien de très honorable pour le modèle étatsunien que de dévaluer ainsi et repayer ses dettes avec de la monnaie dévaluée. (une partie du problème de la Grèce ne vient-il pas du fait qu’elle ne peut dévaluer comme l’ont fait les USA face au reste du monde)

    Il faut aussi savoir que une grande partie des déménagements sont dues à des situations de vie trop difficiles imputables à l’absence de filet social ( smic, assurance santé, etc.).

    Par exemple la population de Californie, et de d’autres états, diminue depuis quelques années, si vous perdez votre emploi, ou encore que l’un des 2 membres du couple a dû subir une opération, ou est tombé malade, après 6 mois , vous n’avez plus les moyens de conserver votre maison… vous remettez les clés à la banque et vous déménagez dans un autre état… (si vous êtes chanceux vous la vendez à moitié prix et vous quittez car vous n’avez plus les moyens d’y résider…) Les gens qui quittent la Californie, et d’autres états, depuis 2008 en particulier, ce n’est pas une histoire de jeunes qui s,amusent, ce sont des drames personnels, familiaux , des faillites, des maladies, etc.

    Quant à votre humour au sujet d’une agence italienne, vous noterez j’espère que j,ai parlé d,agences de notation anglo-étasunienne (Moody’s , S & P) et d’agences européennes qui se baseraient sur les valeurs et pratiques du modèle rhénan (dont j,ai donné des références si cela vous intéresse).

    Pour moi ce que vous nommez l’inertie et l’immobilisme des nations, a aussi un envers positif, soit l’entraide et la solidarité, entre les générations et entre les nationaux. À mon sens, les nouvelles générations européennes bougent beaucoup plus que vous ne le suggérez, cela a beaucoup changé depuis 30 ans (avec Erasmus et les stages à l’étranger). Seulement à Montréal, actuellement il y a plus de 10 000 jeunes Français qui séjournent pour diverses raisons (PVT).

    Cordialement, du Québec,

    Alain Lavallée

  29. Zwartepiet dit :

    Réponse à Alain Lavallée re: Il faut aussi savoir que une grande partie des déménagements sont dues à des situations de vie trop difficiles imputables à l’absence de filet social ( smic, assurance santé, etc.).

    …Les gens qui quittent la Californie, et d’autres états, depuis 2008 en particulier, ce n’est pas une histoire de jeunes qui s,amusent, ce sont des drames personnels, familiaux , des faillites, des maladies, etc.

    Bah… C’est le cycle familier du mode de développement nord-américain: le « boom-and-bust ». Cela fait plus de 300 ans que ça dure… et vous aussi, les Canadiens, avez prospéré sur ce cycle:

    Boom and bust in Alberta

    Shawn McCarthy

    From Saturday’s Globe and Mail
    Published Friday, Jan. 30, 2009 11:48PM EST
    Last updated Thursday, Apr. 09, 2009 11:02PM EDT

    http://www.theglobeandmail.com/news/opinions/article968884.ece

    Comme vous le voyez, cher Alain Lavallée, dans le cas de l’Alberta, riche en pétrole bitumineux, on doit plutôt parler de « boom-and-bust-and-back »!! Puisque à chaque fois que le barril de pétrole repasse au-dessus de la barre des USD 50.00, l’extraction du pétrole albertain redevient rentable…

    Vous avez raison: 10% d’Américains au chômage, c’est dramatique… MAIS ICI en Europe, c’est encore PIRE!! En Espagne, c’est le « pompon » des (mauvaises) statistiques de chômage avec une moyenne de plus de 20% de la population active au chômage, toutes sous-catégories confondues!!! Ici, à Bruxelles, capitale de l’Europe, il y a un taux de chômage de 22%, en Wallonie (francophone), c’est ~17%… Et je ne vous parle même pas de la Grèce… Et, je le répète, ce triste tableau (de l’emploi européen) est –contrairement à celui des USA– aggravé par une immobilité endémique des travailleurs sur le marché de l’emploi. C’est ce qui explique pourquoi il n’y a pas, en Europe, de ghost towns: des villes fantômes désertées par leurs habitants au terme d’un cycle « boom-and-bust » –car ici, les populations victimes d’un revers économique (exemples: charbonnages, sidérurgie, chantiers navals, textile,…), contrairement aux Américains, ne migrent pas vers un autre Etat. Ils croupissent sur place! Bien sûr, par le passé, l’Europe a connu des vagues d’immigration intra- et extra-européenne: les Italiens dans les années 1940, 1950,… Les Espagnols et les Portugais dans les années 1960, 1970,… et, finalement, les Polonais, Roumains, Ukrainiens des années 1990.

    Toutefois, contrairement à la dynamique étatsunienne de brassage continuel de la population active, la mobilité professionnelle européenne se limite à des « vagues », temporaires et unidirectionnelles… et, ces derniers temps, c’est plutôt « marée basse » partout en Europe: les « plombiers polonais », hier encore honnis, préfèrent rester chez eux, en Pologne –où ils sont rejoints par leurs compatriotes désoeuvrés, revenus du rêve irlandais (ou britannique)… Cas de figure inverse pour les enfants d’immigrés espagnols en France et en Belgique: jusqu’au milieu des années 2000, ces derniers, une fois leur diplôme en poche, s’empressaient de partir pour la terre natale de leurs aïeux –en plein boom immobilier. Las! Aujourd’hui, il ne leur reste plus qu’à rejoindre les comités d’Indignés ou alors… viser plus loin: Argentine, Mexique, Vénézuela,…

    Re: …agences européennes qui se baseraient sur les valeurs et pratiques du modèle rhénan (dont j,ai donné des références si cela vous intéresse).

    En réalité, j’ai de vagues souvenirs de cette « polémique » opposant un modèle ultralibéral à un modèle rhénan réputé supérieur… ils datent des années 1990. Le problème de ce fameux modèle rhénan c’est que, manifestement, ses bienfaits ont beaucoup de mal à se répandre au delà des rives du Rhin!! Ce modèle rhénan n’est déjà plus valable pour l’Europe du Sud voire pour la France elle-même. L’Etat-Providence ayant cédé la place à l’Etat-Indigence…

    Re: Pour moi ce que vous nommez l’inertie et l’immobilisme des nations, a aussi un envers positif, soit l’entraide et la solidarité, entre les générations et entre les nationaux.

    Soit! Eh bien, que les Grecs fassent montre de solidarité et d’entraide… entre eux. Idem pour les Italiens. Idem, demain, pour les Espagnols, et ainsi de suite.

    Re: …les nouvelles générations européennes bougent beaucoup plus que vous ne le suggérez, cela a beaucoup changé depuis 30 ans (avec Erasmus et les stages à l’étranger). Seulement à Montréal, actuellement il y a plus de 10 000 jeunes Français qui séjournent pour diverses raisons (PVT).

    Ce sont les futurs « expats » auxquels je faisais allusion dans mon message précédent –jeunesse dorée et cosmopolite, appelée à prendre les rênes de l’appareil de production capitaliste et de ses supplétifs bureaucratiques (UE, FMI, OMC,…)

    Zwartepiet

  30. Alain Lavallée dit :

    Bonjour Zwartepeit,

    «  » »Alain Lavallée, dans le cas de l’Alberta, riche en pétrole bitumineux, on doit plutôt parler de « boom-and-bust-and-back »! » »

    Albertains et Québécois vivent à plus de 3500 kms les uns des autres et la réalité est que le pétro-dollar canadien , comme vous le soulignez fluctue en fonction de la valeur du baril de pétrole…

    Lorsque le pétrole est aux alentours du 100$, le dollar canadien surpasse le dollar étatsunien alors qu’il y a 6 ans il valait 60% du dollar étatsunien.

    Ce qui fait que le pétrodollar — albertain— étrangle les manudfacturiers de l’est du Canada, les États uniens ferment leurs filiales ici pour transférer les emplois aux USA… vive la dévaluation du dolllar étatsunien.

    Vous rêvez à des États-Unis d’Europe, unilingues, apatrides, dont Bruxelles serait un peu le Washington DC,

    Ce n’est pas parce que la Belgique est devenue ingouvernable (plus d’un an sans gouvernement « belge: ») que tous les états ou tous les pays souverains d’Europe devraient disparaître. Que Flamands et Wallons s,entendent à l’amiable sur d’autres formes de relations entre nations. Il y a des précédents en Europe que je sache… regardez la République Tchèque et la Slovaquie.

    Personnellement, pour avoir vécu quelques années en Europe, je pense que des États- Unis d’Europe seraient un grave appauvrissement de la diversité de l’humanité.

    Avez-vous déjà vécu aux États-Unis?

    Bonne fin de semaine,

    Alain Lavallée

  31. Zwartepiet dit :

    Réponse à Alain Lavallée re: …vive la dévaluation du dolllar étatsunien.

    Effectivement… puisque cela permet aux Canadiens frontaliers des USA d’aller faire leurs emplettes chez leurs voisins étatsuniens sans devoir changer leurs CAD en USD!! C’est l’un de vos compatriotes, habitant l’île de Vancouver, qui m’en a fait la confidence: les commerces des états frontaliers du Canada acceptent volontiers les CAD… Plus sérieusement, je suis bien d’accord avec vous pour reconnaître qu’un CAD trop fort pénalise le secteur manufacturier canadien mais, franchement, ils sont nombreux les pays qui aimeraient se trouver dans la même situation que le Canada! Vous ne pouvez pas avoir le beurre et l’argent du beurre –ou plutôt, les ressources naturelles (dont les prix flambent) ET une devise « faiblarde » pour favoriser votre secteur industriel, hi-tech,… On ne peut pas tout avoir!

    Re: Vous rêvez à des États-Unis d’Europe, unilingues, apatrides, dont Bruxelles serait un peu le Washington DC,

    Ce serait, effectivement, plus un cauchemar qu’un rêve –et un cauchemar dont on se réveillerait bien vite! En réalité, l’Europe est, aujourd’hui, à la même croisée des chemins que l’Italie en 1870, année de son unification… avec la difficulté supplémentaire d’une hétérogénéité culturelle, religieuse, linguistique,… bien plus grande dans le cas de l’Europe.

    Au XIXème siècle, en dépit du bon sens, l’Italie était morcelée en une multitude de grand-duchés, marquisats, royaumes et états pontificaux, ces derniers, sous l’autorité du Pape, constituant l’obstacle majeur à tout projet d’unification italienne… Chacun de ces micro-états avait développé une identité et un chauvinisme semblables à ceux des nations européennes d’aujourd’hui: les Vénitiens avaient dominé la Méditerranée pendant des siècles… les Florentins furent les premiers banquiers et mécènes d’Europe, les Gênois avaient leur quartier à Constantinople et le Pape n’avait de comptes à rendre qu’à Dieu! Il a pourtant bien fallu que tout « ce petit monde » se mette d’accord pour faire le deuil de leurs souverainetés de pacotille, en fondant le royaume d’Italie…

    Re: Ce n’est pas parce que la Belgique est devenue ingouvernable (plus d’un an sans gouvernement « belge: ») que tous les états ou tous les pays souverains d’Europe devraient disparaître. Que Flamands et Wallons s,entendent à l’amiable sur d’autres formes de relations entre nations.

    Je crois avoir déjà rappelé, sur ce blog, qu’il est abusif de prétendre que la Belgique est dépourvue de tout gouvernement: en réalité, pas moins de CINQ gouvernements se partagent le pouvoir exécutif en Belgique –dont le gouvernement fédéral, sous la houlette du Premier Ministre Yves Leterme. De même que l’on déplore quelquefois l’émergence d’un « Etat dans l’Etat » –le KGB était un Etat dans l’Etat soviétique, l’armée israélienne est un Etat dans l’Etat israélien, etc– la Belgique souffre d’un mal similaire: la croissance et l’émancipation d’une « nation (flamande) dans la nation (belge) ». Le dénouement de la crise belge est, à mon avis, assez prévisible:

    La Flandre, après avoir fait sécession, rejoindra sa grande soeur batave: les Pays-Bas, réalisant ainsi le rêve d’une frange non négligeable des séparatistes flamands: la Grande Néerlande, s’étendant de Groningen à La Panne (voisine de Dunkerque) et forte de 16+6=22 millions de citoyens néerlandophones –devenant ainsi « le plus grand des petits » ou « le plus petit des grands » Etats-membres de l’UE. Bruxelles, ville à 90% francophone, suivra la Flandre où elle se trouve d’ores et déjà enclavée à la fois géographiquement et économiquement.

    Au fond, la boucle (belge) sera bouclée puisque, dès sa création, en 1830, l’Etat belge dut faire face à l’hostilité des Orangistes: des membres éminents de la bourgeoisie et de l’aristocratie belges décidés à maintenir les provinces belges sous souveraineté hollandaise. Les orangistes (dont des généraux de l’armée belge) furent les premières cibles de la Sûreté de l’Etat belge (l’équivalent, à l’époque, de la DCRI française). Certains, en Belgique, sont dans le déni et s’efforcent de ridiculiser cette option orangiste –en ayant recours à des arguments de café du commerce: m’enfin! les Flamands et les Hollandais sont trop différents, etc. Cependant, ils oublient que l’homme politique le plus populaire aux Pays-Bas, Geert Wilders (*), président-fondateur du PVV, un parti populiste et islamophobe, s’est publiquement déclaré en faveur de l’union de la Flandre belge aux Pays-Bas…

    La Wallonie, quant à elle, retournera dans le giron de la France… et la Communauté germanophone (**) rejoindra l’Allemagne –dont elle fut détachée en 1919 (article 34 du Traité de Versailles). L’avantage de ce retour des cantons de l’Est dans la fédération allemande sera, accessoirement, financier. En effet, la dette publique belge (€350 milliards) sera sans doute divisée entre Flamands, Bruxellois et Wallons selon une clé démographique: 60% à charge de la Flandre –et donc, des Pays-Bas, et 40% à charge de la Wallonie et donc, de la France. La France, déjà lourdement endettée, écopera ainsi d’un supplément de… 140 milliards d’euros de dette wallonne! Sauf si l’on fait payer l’Allemagne… en surpondérant la dette de la Communauté germanophone! Je pense qu’il sera facile de persuader l’Allemagne de prendre € 20 à 30 milliards de dette belge/germanophone à sa charge.

    Re: …je pense que des États- Unis d’Europe seraient un grave appauvrissement de la diversité de l’humanité.

    Les nations européennes sont d’ores et déjà unies sous bien des aspects: par une Histoire commune, des moeurs fort semblables, une relative pacification religieuse (sauf en Irlande du Nord), une ouverture aux langues étrangères, etc. Ainsi, quand on pense qu’il a fallu instaurer des quotas de chanson française!?! En Belgique, branchez-vous sur n’importe quelle station FM et… c’est un flot continu de reggae, hard rock, country music, etc. Pour ma part, je m’en tiens toujours à cette mienne caractérisation des Etats-Unis et de l’Europe: les Etats-Unis sont une monoculture multiraciale tandis que l’Europe est un monolithe blanc multiculturel. C’est, je l’admet, un peu caricatural mais assez juste…

    Derrière cette volonté d’ »Etats-Unis d’Europe » se cache, en réalité, une volonté de puissance et de puissance militaire/géopolitique en particulier. Les partisans d’une Europe centralisée sont surtout soucieux de faire de l’Europe un acteur militaire, capable, à l’instar des USA, de projeter ses forces armées aux quatre coins du monde…

    Re: Avez-vous déjà vécu aux États-Unis?

    Non, mais j’ai vécu en Alberta! J’ai étudié à la University of Alberta, Edmonton… Je n’ai effectué que de courts séjours aux USA: à Chicago, New York et Los Angeles.

    Bon weekend,
    Zwartepiet

    (*) http://en.wikipedia.org/wiki/Geert_Wilders
    (**) http://fr.wikipedia.org/wiki/Communaut%C3%A9_germanophone_de_Belgique

  32. Alain Lavallée dit :

    Bonjour Zwartepiet,

    vos scénarios concernant la Belgique sont intéressants, possibles, mais comme tout scénario, pas certain ; ). La question de Bruxelles n’est pas aussi évidente. Je pense que plusieurs aimeraient bien un statut de « ville européenne » . Vous optez pour 2 scénarios « rattachistes » possible, mais je pense que les 2 régions actuelles pourraient aussi être tentées de faire comme la « Tchéquie » et la « Slovaquie », regardez les pays Baltes, ils ne sont pas si populeux.

    Bonne semaine,

    Alain Lavallée

    PS: À Edmonton, l’hiver est long mais le ski est bon, et la pensée politique et surtout la pensée économique est près des modèles étatsuniens républicains, voire dans certains cas « teapartist »

  33. Zwartepiet dit :

    Réponse à Alain Lavallée re: La question de Bruxelles n’est pas aussi évidente. Je pense que plusieurs aimeraient bien un statut de « ville européenne » .

    Un statut « District of Columbia » pour Bruxelles ne résoudrait pas les formidables défis de cette métropole de 1.1 million d’habitants: 22% de chômage en général –mais plus de 40% chez les jeunes « bougnouls »… pression démographique sur l’enseignement, càd: trop peu d’écoles, classes trop peuplées, etc. Enfin, comme la plupart des grandes villes, Buxelles fait office de réceptacle de prédilection pour l’immigration illégale… La combinaison de tous ces phénomènes produit une crise urbaine qui se voit ensuite aggravée par la non-coopération flamande et l’hostilité des autorités flamandes à l’égard d’un gouvernement bruxellois majoritairement francophone.

    Pour le dire brutalement, le chantage flamand envers les Bruxellois se formule ainsi: « Chômer en français ou Travailler en Flamand »! Jusqu’au début des années 2000, cette tactique d’asphyxie socioéconomique de Bruxelles –je le rappelle: enclavée en Flandre– était encore exacerbée par le fait que le principal parti séparatiste flamand était le Vlaams Belang (anciennement Vlaams Blok) ouvertement arabophobe et islamophobe. Aujourd’hui, toutefois, la donne a changé avec la montée en puissance de la NVA, parti flamingant mais ouvert aux minorités ethniques –un atout non négligeable vis-à-vis du prolétariat « maroxellois » (mais aussi turc, congolais, pakistanais,…) dont le pragmatisme en fera plus facilement des « Flamands allochtones » que des « Belgicains francophones »…

    Re: Vous optez pour 2 scénarios « rattachistes » possible, mais je pense que les 2 régions actuelles pourraient aussi être tentées de faire comme la « Tchéquie » et la « Slovaquie », regardez les pays Baltes, ils ne sont pas si populeux.

    « Small is beautiful! » C’est un slogan qui est sans doute valable pour les boîtes d’informatique et les téléphones portables mais qui n’est plus de rigueur pour les pays européens… Je crois que la crise de 2008-2011 a démontré que, pour ces derniers, le slogan s’énonce plutôt: « Small is risky! »

    Tchéquie, Slovaquie, Lithuanie, Lettonie et Estonie ne sont pas tout à fait comparables à la Belgique dans la mesure ou ils n’ont jamais été détachés de nations voisines –ils ne connaissent donc pas de mouvances rattachistes: à quel pays voisin la Lettonie pourrait-elle se rattacher? Idem pour les autres… En Belgique, au contraire, les trois communautés linguistico-culturelles –à savoir: Flamands, Wallons et Germanophones– disposent d’arguments légitimes pour revendiquer un retour à une patrie originelle dont elles furent, jadis, amputées… Pour les Germanophones, c’est l’Allemagne dont ils furent « tout récemment » détachés en 1919; pour les Wallons, c’est la France napoléonienne de 1795-1814 et pour les Flamands, c’est le Royaume des Pays-Bas de 1815-1830 (*).

    A cet héritage historico-romantique vient se rajouter –et de manière aiguë depuis la crise des dettes souveraines– la contrainte macroéconomique. En effet, si, jusqu’au début des années 2000, la Flandre, prospère et conquérante, pouvait encore envisager sereinement un avenir, un destin en solo, aujourd’hui, les élites flamandes ont pris conscience de la fragilité de leur prospérité économique… Ainsi, par exemple, l’assemblage automobile (monopolisé, en Belgique, par la Flandre) n’est plus ce qu’il était: fermeture du site Renault-Vilvoorde en 1998, restructuration chez Ford-Genk, fermeture du site Opel-Anvers en 2010. Quant au vaisseau-amiral de l’économie flamande, à savoir: le port d’Anvers, il a également subi la crise de plein fouet et perdu des parts de marché en faveur de Rotterdam, son concurrent batave… Bref, un excès d’orgueil pourrait conduire le Lion de Flandre(**) à subir le même sort funeste que le Tigre Celtique! Rappelez-vous: les Irlandais aussi pensaient avoir trouvé la martingale de la croissance (économique) en faisant de l’Irlande le porte-avions des géants du hi-tech (Dell, Intel,…).

    Pour la Wallonie, la contrainte macroéconomique ne lui laisse même plus le moindre choix: le ratio Dette wallonne/PIB wallon (150 à 180%) placerait une Wallonie autonome et souveraine dans le même panier que la Grèce –le tourisme en moins…

    Seule échappatoire viable pour un micro-état souverain: le paradis fiscal et/ou la zone franche (Singapour, Andorre)… mais je ne pense pas que le contexte politico-économique européen soit favorable au recyclage de la Wallonie en paradis fiscal (pour grosses fortunes françaises).

    Seul obstacle résiduel à la création d’une Grande Néerlande: le républicanisme d’une frange des élites flamandes et le catholicisme atavique d’une grande majorité de Flamands. Sur ce dernier point, la monarchie hollandaise a déjà pris les devants: Willem-Alexander, prince héritier –et calviniste– a épousé la ravissante princesse Maxima, d’origine argentine et catholique… mariage concélébré par un pasteur et un prêtre. C’est ce qui s’appelle « Joindre l’utile à l’agréable »!(***)

    Le républicanisme flamand posera sans doute un problème plus délicat… En effet, autant les séparatistes flamands peuvent aujourd’hui brocarder la famille royale de Belgique en toute impunité, autant il ne leur sera jamais permis d’en faire de même avec celle des Pays-Bas! S’annexer aux Pays-Bas reviendrait, pour les républicains flamands, à passer directement de Charybde à Beatrix… sans passer par Scylla!!

    Bonne semaine,
    Zwartepiet

    (*) Grootneerlandisme

    http://nl.wikipedia.org/wiki/Grootneerlandisme

    (**) http://fr.wikipedia.org/wiki/Vlaamse_Leeuw

    (***) http://www1.pictures.zimbio.com/bg/Prince+Willem+Alexander+Maxima+40th+birthday+kSD1uvPIlaAl.jpg

  34. Alain Lavallée dit :

    Bonjour Zwartepiet,

    merci pour les précisions historiques et politiques. Quant à la situation actuelle de Bruxelles je la connais un peu car ma fille a fait un stage dans un centre d’adaptation des immigrants à Bruxelles (dans le cadre de l’Office Québec-Wallonie-Bruxelles).

    Oui l’intransigeance de certains partis flamands en particulier, contribue à ce que vous décrivez comme une « asphyxie de Bruxelles ». Nous verrons comment cela évoluera.

    Quant au « Small is beautiful » pour les nations, tout le monde a toujours en tête les nations scandinaves (Danemark, Suède, Norvège, Finlande … mais pas l’Islande trop petite et elle trop risquée comme nous l’avons constaté) je me réfère plutôt à un peu connu du nom de Kenneth Boulding (un étatsunien qui enseignait au Michigan, ami de Bateson, Mead , etc ) qui disait qu’idéalement les nations devraient avoir une taille de 5 à 15 ou 20 millions d’h., question de convivialité…. mais peut- être pas dépasser les 100 millions..pour des questions de convivialité démocratique…car les géants deviennent souvent des menaces pour l’équilibre planétaire (la Chine et son milliard et plus se militarise, les USA qui ont eu des ambitions de « policier planétaire, la triste et défunte URSS…). Boulding espérait, ou anticipait des fédérations à l’européenne….

    Bonne semaine,

    Alain Lavallée

  35. Claude dit :

    Cher Zwartepiet,

    Je lis toujours vos « réponses à Alain » avec grand intérêt.

    Je ne connais pas bien le problème belge et j’apprécie beaucoup l’éclairage que vous nous apportez sur le sujet comme vous nous apportez un éclairage toujours intéressant sur tous les sujets que vous traitez.

    Merci.
    Cordialement,
    Claude

  36. Zwartepiet dit :

    Réponse à Claude re: …j’apprécie beaucoup l’éclairage que vous nous apportez sur le sujet comme vous nous apportez un éclairage toujours intéressant sur tous les sujets que vous traitez.

    Un « éclairage intéressant » et, j’ajouterais, si vous me le permettez, prémonitoire! En effet, rappelez-vous ma mise en garde au sujet d’une Wallonie indépendante, abandonnée aux mafias et délaissée par sa grande soeur française:

    La France et, en l’occurence, aussi l’Allemagne y gagneront encore sur un plan sécuritaire. En effet, une Wallonie indépendante, souveraine d’un point de vue géopolitique mais ruinée d’un point de vue fiscal et budgétaire, se métamorphoserait rapidement en une sorte de… Sicile du Nord, livrée aux mafias et aux trafics en tous genres. Les autorités françaises accepteront-elles de voir se créer, sur leur frontière septentrionale, un chancre de pauvreté et de délinquance, plaque tournante du trafic de drogue, de voitures, d’êtres humains, etc.? Poser la question est, comme l’on dit, déjà y répondre…

    http://www.carnetjpr.com/2011/02/28/linvite-du-talk-le-figaro-orange/#comment-14482
    (dernier paragraphe)

    Eh bien, force est de constater que l’actualité récente vient de me donner raison:

    Le Nivellois abattu à Nancy victime d’un règlement de compte?

    7S7 mise à jour Une caméra autoroutière aurait filmé le meurtre. La section de recherches de Nancy, chargée de l’enquête, a saisi les enregistrements pour les analyser. L’autopsie devrait avoir lieu mercredi ou jeudi. Le substitut nancéen Julie Holveck a ouvert une information judiciaire contre X pour « homicide volontaire ».

    Le Nivellois Xavier Baligant, le touriste belge tué par balles dans la nuit de lundi à mardi sur une aire de repos sur l’A31 près de Nancy, a-t-il été victime d’un règlement de compte? La Section de recherches de Nancy (SRN) explore toutes les pistes.
    [...]

    http://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/1295078/2011/07/20/Le-Belge-abattu-a-Nancy-victime-d-un-reglement-de-compte.dhtml

    C’est sans doute le genre d’ »incidents » appelés à se multiplier si plus de trois millions de Wallons se retrouvent, un jour, livrés à leur propre sort… dans une région sinistrée économiquement où les seules « opportunités » d’enrichissement qui s’offriront aux gens seront fournies par le crime organisé…

    Cordialement,
    Zwartepiet

  37. Zwartepiet dit :

    Réponse à Alain Lavallée re: Quant au « Small is beautiful » pour les nations, tout le monde a toujours en tête les nations scandinaves (Danemark, Suède, Norvège, Finlande …

    Les pays scandinaves sont des monolithes ethniques –99% de leur population étant constitué de « clones » blonds aux yeux bleus… Comment pourraient-ils s’ériger en « modèles » pour les autres pays européens de plus en plus métissés et multiraciaux?!? Ce n’est certainement pas à vous, observateur averti du melting pot nord-américain, que je dois expliquer qu’il sera toujours bien plus facile de partager le gâteau du PIB et de redistribuer aux plus défavorisés une partie du revenu collectif/national dans un pays ethniquement homogène. C’est peut-être pénible à admettre mais les sociétés (humaines) sont ainsi: tribales et allergiques à un Etat redistributeur qui « transgresserait » les barrières ethniques, raciales, religieuses,… C’est d’ailleurs le ferment du mouvement Tea Party aux Etats-Unis: les classes moyennes blanches ne veulent plus être solidaires des minorités ethniques –surtout noires et hispaniques et, de plus en plus, en séjour illégal…

    En ce qui concerne les pays scandinaves, le masque de leur « altruisme social » vient de tomber: après l’affaire des caricatures islamophobes, le Danemark vient de rétablir les contrôles aux frontières! Et ce sont des partis d’extrême-droite qui ont, aujourd’hui, le vent en poupe en Norvège, Suède,… Comme quoi, la distance est courte qui sépare le modèle Viking du contre-modèle Aryen…

    Re: …les nations devraient avoir une taille de 5 à 15 ou 20 millions d’h., question de convivialité…. mais peut- être pas dépasser les 100 millions..pour des questions de convivialité démocratique…car les géants deviennent souvent des menaces pour l’équilibre planétaire (la Chine et son milliard et plus se militarise, les USA qui ont eu des ambitions de « policier planétaire, la triste et défunte URSS…).

    La taille absolue de la population d’un pays ne présage pas, seule, de sa « convivialité » –elle doit encore être corrigée par sa densité. Ainsi, vous-même, au Canada, un pays de 28 millions d’habitants dispersés sur des centaines de milliers de kilomètres carrés… répartis en quatre fuseaux horaires!

    Je ne suis pas vraiment convaincu par cette hypothétique corrélation taille démographique/nuisance géopolitique. Pour preuve, observons le Proche-Orient: un petit pays –Israel– est capable, à lui seul, de déstabiliser tout son environnement… Sur un plan macroéconomique, des cataclysmes financiers ont été déclenchés par des petits pays: la Grèce, l’Islande, le Portgual,… En dynamique non-linéaire, cela porte un nom: l’effet papillon.

    Inversément, on peut tout aussi bien poser le postulat contraire: plus un pays, une nation est grande, plus elle a intérêt à stabiliser les relations internationales, plus elle veillera à maintenir le statu quo… C’est particulièrement vrai, à mon sens, en ce qui concerne les relations de la Chine avec le continent africain: la Chine a tout intérêt à pacifier l’Afrique, à désamorcer les multiples conflits qui s’y succèdent. Car un continent africain à feu et à sang couperait la Chine de ses sources africaines de matières premières, tout en la privant de débouchés pour ses produits de consommation (électroménager, pharmacie, textile, informatique,…).

    Peut-on en dire autant d’anciennes puissances coloniales, essoufflées économiquement, désindustrialisées et dont l’offre manufacturière est trop onéreuse pour l’Afrique? Pour le dire plus crûment: certains pays européens n’auraient-ils pas intérêt à déstabiliser l’Afrique –en y fomentant des conflits et des troubles– pour y contrarier le géant chinois?

    Zwartepiet

Laisser un commentaire