Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

16 commentaires

  1. Jean-Samuel M. dit :

    Monsieur le Premier Ministre,

    je partage votre avis: « il faut posséder une bonne dose de mauvaise foi pour passer sous silence la politique étrangère dans le bilan du quinquennat de Nicolas Sarkozy. » Il y a eu, au cours des quatre dernières années, d’incontestables réussites. L’apogée de la politique étrangère de Nicolas Sarkozy demeure d’ailleurs pour moi la présidence française de l’Union Européenne au secon semestre 2008.

    J’estime néanmoins que le Président de la République a commis, dans ce domaine comme dans d’autres, un certain nombre d’erreurs. Pour commencer, son hyperactivité – hyperactivité qui donne souvent le sentiment qu’il agit avant de réfléchir, qu’il privilégie la culture du coup d’éclat à celle du compromis, etc. On le voit notamment dans la crise de l’Euro. Honnêtement, l’attitude de la chancelière allemande Angela Merkel me convient bien mieux. Pour justifier cette hyperactivité, Nicolas Sarkozy ainsi qu’un certain nombre de personnes dans son entourage nous expliquent qu’il vau tmieux ça qu’on « roi fainéant ». Il n’est pas difficile de deviner à qui ils font référence ! Et pourtant, je considère – bien que les temps ont un peu changé – que la politique telle qu’elle était menée par Jacques Chirac donnait une meilleure image de notre pays et produisait des résultats parfois plus durables.

    Par ailleurs, je trouve qu’il n’est pas très judicieux de pratiquer cette forme d’autosatisfaction qui consiste à dire que, sur à peu près tous les dossiers, c’est la France qui a fait changer les choses. C’est vrai dans certains cas, bien sûr, mais de loin pas dans la majorité des cas. Prenons la Libye: ce sont la France ET l’Angleterre, et non pas la France seule, qui ont poussé la communauté internationale à intervenir dans ce pays, ce qui n’a été possible que parce que nos deux pays avaient une majorité au Conseil de Sécurité des Nations Unies. Ce n’est pas du tout l’impression qu’on a lorsqu’on entend les interventions de membres du gouvernement de ces derniers jours. D’autre part, avant de faire preuve d’autosatisfaction, il faut attendre de voir comment les choses avancent. Souvenons-nous de Georges W. Bush et de l’Irak !

    Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, mes salutations distinguées.

    Jean-Samuel M.

  2. emmanuel dit :

    De toute évidence il n’y a pas que Greenspan qui soit atteind par la limite d’age…
    http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20110823trib000644007/pour-greenspan-si-les-etats-unis-vont-mal-c-est-la-faute-de-l-europe.html

    Mais elle est ou, mais el est ou la loi TEPA…

  3. emmanuel dit :

    Allez plus que 3ans avant la retraite…
    Au fait quand les Français et l’OTAN vont quitter lAfghanistan, et qu’instantanément ce sera la guerre Civile, de quel succés de la Sarkozy parlerez vous?

  4. jany dit :

    Pourquoi le plan anti-déficit du gouvernement est mal calibré

    Par Elodie Grangié – publié le 23/08/2011 l’EXPANSION

    Après la croissance fantôme enregistrée par l’économie française au deuxième trimestre, le Centre Prévisions de l’Expansion ne prévoit pas plus de 1,5% de hausse du PIB en 2011 et 1% en 2012. Du coup, c’est près de 13 milliards d’euros supplémentaires qu’il faudra trouver pour résoudre l’équation budgétaire.
    François Baroin a été nommé ministre de l’Econo et des Finances mercredi 29 juin 2011. Il est remplacé au Budget par Valérie Pécresse.
    REUTERS/Charles Platiau

    Le gouvernement doit annoncer demain de nouvelles mesures d’austérité budgétaire, plus drastiques que prévu. Déjà victime du tour de vis budgétaire en 2010, les niches fiscales vont de nouveau subir un sérieux coup de rabot. Et cette fois-ci, les exonérations de charges sur les heures supplémentaires ne seront pas épargnées. Une taxe sur les ménages les plus riches est aussi à l’ordre du jour.

    Objectif: ramener le déficit public à 5,7% du PIB dès cette année, 4,6% l’an prochain et 3%, le seuil fixé par les traités européens, en 2013. Selon le gouvernement, l’effort nécessaire pour y parvenir correspond à 4 milliards d’économies supplémentaires cette année et 10 milliards l’an prochain. Il est, selon nous, beaucoup trop optimiste. L’ampleur du plan d’austérité va devoir être revue à la hausse.

    Et pour cause: la mauvaise performance de l’économie française au deuxième trimestre, remet complètement en cause les prévisions du gouvernement de 2% de croissance cette année, sur lesquelles était bâti son premier projet de budget en 2012. Après le 0 points de croissance du PIB entre avril et juin, il faudrait 0,7% de hausse du PIB au troisième et au quatrième trimestre pour tenir cet objectif, une performance jamais réalisée au cours de la dernière décennie. Autant dire mission impossible.
    Plus de 30 milliards d’euros d’économies à prévoir en 2012

    Surtout qu’il n’y a aucune raison d’espérer que l’économie ré accélère en fin d’année : les enquêtes d’activité, PMI Markit et climat des affaires de l’Insee sur le mois de juillet, sont même plutôt alarmantes. Les entrepreneurs ont le moral dans les chaussettes. Leurs marges restent faibles, les capacités de production sont encore sous-utilisées tandis que la débâcle boursière qui frappe actuellement les banques françaises pourrait se traduire par restrictions des conditions de crédits.

    Conséquence: les projets d’investissement risquent de rester dans les fonds de tiroir. Et pas la peine, dans ces conditions, d’espérer des augmentations de salaire ou un reflux massif du chômage. En clair, les deux principaux moteurs de la croissance hexagonale, l’investissement et la croissance, resteront déprimés. Avec le ralentissement économique mondial qui devrait se poursuivre jusqu’à la fin de l’année, notamment outre-Atlantique, ce n’est sûrement pas le commerce extérieur qui va prendre le relais pour donner un coup de fouet à l’activité française.

    C’est pourquoi le Centre de Prévisionsde l’Expansion ne table que sur 1,5% de croissance cette année. Dans ces conditions, une hausse du PIB de 2,25% en 2012, comme prévue par le gouvernement, devient donc complètement utopique. En effet, il faudrait pour cela que l’économie française réitère son exploit du premier trimestre 2011, c’est-à-dire 0,9% de hausse du PIB, sur les quatre trimestres de l’année 2012. Un exploit jamais réalisé depuis les Trente Glorieuses. Le CPE ne prévoit donc plus que 1% de croissance l’année prochaine.

    Conséquence sur le débat budgétaire: ce n’est pas 18 milliards d’euros qu’il faudra trouver en 2012 pour respecter l’engagement engagement de réduire le déficit public mais plus de 30 milliards d’euros, soit 13 milliards de plus que prévu. Et non pas 10 milliards. Entre faire preuve de discipline budgétaire pour rassurer les marchés financiers et ne pas se mettre à dos les électeurs avec des mesures d’austérité trop sévères à moins d’un an de la présidentielle, l’équilibre est plus que jamais difficile à trouver pour le gouvernement

  5. Dominique M dit :

    Bonjour Monsieur le Premier Ministre,
    Le gouvernement annoncera cet après-midi son plan pour réduire les déficits. De son audace et de sa crédibilité dépendent la ratification par l’Allemagne des accords récents passés entre la Chancelière t notre Président.
    Quel signe les politiques vont-ils envoyer aux Français sur leur propre train de vie? Auront-ils le même comportement que bon nombre de leurs homologues étrangers. Ils semblent que bon nombre soient assujettis à l’ISF, à Droite comme à Gauche d’ailleurs. Une diminution de leur rémunération de 20% ne devrait pas les gêner beaucoup dans leur quotidien.
    Sur ce point, il me serait agréable d’avoir votre point de vue sur cette question comme sur celles évoquées précédemment:
    - non renouvellement des mandats au-delà d’une fois,
    - non cumul strict des mandats,
    - suppression des commissions et comités théodules sans réelle utilité,
    - diminution du nombre d’élus de 20%.
    Merci, et bonne journée.
    Dominique M

  6. Zwartepiet dit :

    En tous cas, si la politique étrangère n’est pas invitée à l’élection présidentielle de 2012, la politique européenne, elle, le sera à coup sûr!

    On peut comparer la dynamique européenne à un ménage à trois entre France, Allemagne et Grande-Bretagne: si l’un de ces trois partenaires en vient à prendre l’ascendant –sur le plan économique ou diplomatique– par rapport aux deux autres, eh bien, les deux autres partenaires se rapprochent aussitôt, comme par instinct: tantôt, c’est la Grande-Bretagne et l’Allemagne « contre » la France, tantôt, c’est la France et l’Allemagne « contre » la Grande-Bretagne, etc. Plutôt que de « couple franco-allemand », il faudrait plutôt parler de « ménage à trois franco-germano-britannique ».

    Du temps de Fr. Mitterrand, c’était, effectivement, le couple franco-allemand face à une Grande-Bretagne arrogante, au faîte de sa puissance financière –et même… industrielle! Ensuite, sous la présidence Chirac (y compris la cohabitation avec Lionel Jospin), c’est la France qui sembla prendre l’ascendance sur ses deux autres partenaires: faible endettement, croissance du PIB respectable, victoire macroéconomique avec le lancement de l’euro (les Allemands regrettaient leur Deutsche mark mais les Français n’ont pas pleuré leur Franc…) et, last but not least, rayonnement diplomatique mérité de la France, résultant de son opposition lucide à la croisade irakienne de GW Bush… C’est au cours de ces années de gloire hexagonale qu’on a pu observer un rapprochement germano-britannique: entre les bourses de Londres et de Francfort… rachat de Bentley par VW, de Mini Morris par BMW, critique britannique de la PAC, etc.

    Aujourd’hui, c’est l’Allemagne qui a le vent en poupe… et on assiste donc à un rapprochement franco-britannique: alliance militaire renforcée entre France et Grande-Bretagne (en particulier en Afrique et dans le conflit libyen)… adieu la brigade franco-allemande si chère à Mitterrand! Projet de construction en commun d’un porte-avions franco-britannique, etc.

    Quant aux chances du PS de gagner la prochaine élection présidentielle, elles me semblent surtout compromises par la relaxe, suivie du « retour triomphal » de DSK! Ce dernier sera poussé, encouragé par ses fidèles supporters à s’exprimer –tel un oracle injustement écarté du débat présidentiel…

    « Relation de confiance avec les Américains »?! En tous cas, je conseillerais aux Français de ne pas faire confiance aux ‘Ricains dans la gestion de la crise libyenne… où le légendaire leadership de la Maison Blanche –dès lors qu’il s’agit de « libérer » des peuples arabes opprimés– n’a cessé de briller par son absence!

    Lorsqu’un peuple, un pays arabe ne leur a rien demandé –comme, par exemple, les Irakiens– les Américains s’invitent en force, avec toute la brutalité de leur puissance militaire… pour un résultat plutôt mitigé au terme de HUIT ANS d’occupation… En revanche, lorsqu’un peuple arabe se soulève légitimement contre un tyran caligulesque, à savoir: le Colonel Kadhafi, eh bien, nos vaillants, nos preux chevaliers américains jouent les seconds violons!?! Il est vrai que la Libye ne représentait plus –depuis sa spectaculaire allégeance, en 2001, à la Guerre Anti-Terroriste menée par les Etats-Unis– un danger pour Israel… Car tout engagement militaire des Etats-Unis au Proche et au Moyen Orient ne se réalisera qu’en fonction de ce seul et unique critère: Is it Good for Israel? Tout le reste –la démocratie, l’émancipation des femmes voilées,…– c’est du verbiage, de l’emballage médiatique.

    Quant on pense que les Américains prétendaient faire la guerre aux vilains Talibans d’Afghanistan pour… libérer les malheureuses Afghanes affublées d’horribles burqas! Libérer, émanciper, aduler la Femme Musulmane, prisonnière de l’obscurantisme islamique –voilà la noble mission que se sont assignés nos amis américains! Et puis… patatras: voilà précisément que l’une de ces infortunées musulmanes anonymes –Mlle Nafissatou Diallo– se retrouve victime, aux Etats-Unis, des pires outrages qu’on puisse infliger à une femme…

    Mais, Dieu merci, le sort a joué en faveur de la pauvre Nafissatou: son cas sera examiné et jugé par la Justice américaine! Quelle chance! Quel bonheur! Quel soulagement, pour Nafissatou, d’être « vengée » par la Justice d’un pays qui, depuis dix ans, ne s’est donné qu’une seule mission, qu’un seul destin: libérer les pauvres femmes musulmanes de par le monde… Las! Non seulement le preux procureur Cyrus Vance classe le dossier sans suites mais la victime, Nafissatou, se voit traitée de menteuse voire de coupable tentatrice!?! Et ce sont ces mêmes Américains islamophiles qui envoient leur vedettes noires hollywoodiennes faire la tournée des banlieues françaises, pour vanter aux beurs, aux Mustafa et aux Mamadous des cités les vertus et les bontés de l’Amérique… Qui sait, peut-être qu’après Samuel L. Jackson, ce sera au tour de Nafissatou Diallo d’accompagner l’ambassadeur des Etats-Unis dans sa prochaine tournée de HLM d’immigrés?(*)

    Zwartepiet

    (*) Samuel L. Jackson rencontre des jeunes du 9-3

    http://www.france-amerique.com/articles/2010/04/13/samuel_l_jackson_rencontre_des_jeunes_du_9-3.html

  7. Alexandre dit :

    Monsieur le premier ministre,

    La campagne militaire en Libye que la France mène aboutit, comme le note le rapport du préfet Bonnet et certains médias comme RFI, à ce que des armes lourdes soient récupérés par Al-Qaïda au Magrheb Islamique et disséminées dans plusieurs pays de la région dont le Niger, le Mali et la Mauritanie. Le 27 mars 2011, le président tchadien Idriss Deby affirmait que « les islamistes d’al-Qaïda ont profité du pillage des arsenaux en zone rebelle pour s’approvisionner en armes, y compris des missiles sol-air ».

    En Libye même votre Comité National de Transition serait composé pour un tiers au moins par des membres des réseaux salafistes et intégristes, les mêmes qui se « baladent » entre l’Irak, l’Afganistan, la Tchétchénie et d’autres foyers de tension. L’on comprend pourquoi ces membres du CNT masquent leur identité.
    Les services français la connaissent peut être. Vous conviendrez que votre campagne militaire contribue ainsi à la prolifération du danger terroriste à nos frontières, ce qui est pour le moins contradictoire avec votre discours de liberté.

    En priviliégiant certains intérêts stratégiques à court terme (pétrole-Total, campagne présidentielle…), Monsieur le premier ministre, je crois très honnêtement vous jouez avec le feu et avec la sécurité des Français.

  8. Mistral dit :

    J’ai appris deux choses:

    1/ que les Libyens ont appris deux mots français : vive Sarkozy !

    2/ que le CNT veut que la future constitution Libyenne soit basée sur : Liberté Egalité Fraternité.

    Alors malgré un ou deux esprits chagrins comme Alexandre qui s’exprime ici, je suis enfin vraiment fier de nos soldats, fier de notre pays et fier de notre président.

    Sur ce sujet comme sur d’autre, une fois la pollution médiatiques des intelligent et autres sachant passée, j’espère que les français se souviendront de cela au moment de voter en 2012.

  9. Zwartepiet dit :

    Réponse à Alexandre re: En priviliégiant certains intérêts stratégiques à court terme (pétrole-Total, campagne présidentielle…), Monsieur le premier ministre, je crois très honnêtement vous jouez avec le feu et avec la sécurité des Français.

    Si la France et ses partenaires européens –Grande-Bretagne et Italie– n’avaient songé, comme vous le prétendez, qu’à préserver leurs intérêts sonnants et trébuchants dans la révolution libyenne, eh bien… ces puissances européennes auraient mieux fait de voler au secours du Colonel Kadhafi et de son régime népotique!!

    En effet, vous semblez perdre de vue, cher Alexandre, que le Kadhafi des années 2000 n’a plus grand chose à voir avec celui des années 1980: il est bien loin le temps où le Colonel se voulait le chantre de l’anticolonialisme et l’indomptable rebelle vis-à-vis d’un Occident honni… L’Italie, via sa société pétrolière ENI, assurait plus du quart de sa consommation d’hydrocarbures grâce aux approvisionnements libyens!! L’Etat libyen étant, par ailleurs, actionnaire de Fiat, de Finmecchanica (armement), du club de football Juventus, de Mediobanca, etc.

    En outre, Kadhafi s’était érigé –contre la modique rente de €5 milliards– en portier impitoyable de la forteresse Europe: les dizaines de milliers d’immigrés clandestins en provenance d’Afrique sahélienne et subsaharienne, en arrivant en Libye, termineraient leur périple dans des camps de rétention…

    Il aura fallu attendre que les bombes de l’OTAN lui tombe sur la tête pour voir l’infortuné Colonel convier avec empressement, dans son bunker tripolitain, des diplomates chinois, russes et brésiliens!?! On peut d’ailleurs se demander quelle serait l’utilité, pour les Russes, d’acheter du… pétrole libyen!? C’est donc bien à contrecoeur que Français, Britanniques et Italiens ont entrepris de chasser leur « ami » Kadhafi du pouvoir… Il y a cinquante ans, au temps de la guerre froide, les chose se seraient sans doute passées autrement –et encore!

    Plus généralement, je ne pense pas que la sécurité de l’Europe passera par le maintien illusoire, contre la volonté des peuples arabes, de régimes policiers en Tunisie, Libye, Egypte, etc. Certes, les Américains y étaient arrivés, durant la guerre froide (1945-1990), en Amérique latine… De toute façon, gardons bien à l’esprit que la crise libyenne est, en réalité, la plus bénigne de toutes: il s’agit du pays le moins peuplé du Maghreb, doté de vastes ressources pétrolières qui permettront de soigner rapidement les plaies de sa révolution… Avec l’Egypte, en revanche, la situation est bien plus périlleuse –on l’a vu avec les attentats d’Eilat il y a quelques jours…

    Au fond, on assiste, aujourd’hui, au naufrage, à l’implosion du monde arabe: ces scènes de violence urbaine débridée qui, naguère, étaient confinées à Beyrouth, Baghdad et Kaboul, se sont désormais répandues dans presque tous les pays arabes! Les peuples arabes ont bien raison de se révolter contre leurs élites parasitaires et kleptocratiques: il y a trente ans, on pouvait, grossièrement, distinguer trois mondes, trois « biotopes géopolitiques »: les Blancs/Occidentaux, au sommet de la science, de la technique et donc, du développement; ensuite, Arabes et Asiatiques –Maroc, Libye, Chine, Corée, Inde, Egypte, Irak, Malaysie,…– dotés d’une intelligentsia, d’universitaires, d’intellectuels, de cadres techniques aptes à maîtriser les sciences et les techniques mais pénalisés par un retard historique considérable vis-à-vis de l’Occident; enfin, la lanterne rouge: les pays d’Afrique subsaharienne, en proie aux conflits tribaux et entièrement à la merci des puissances occidentales…

    En trente ans (1981 à 2011), que s’est-il passé? Eh bien, Arabes et Asiatiques ont pris des chemins différents: les seconds ont rejoint –plus rapidement qu’on ne le pensait– le Premier Monde, celui des Occidentaux, tandis que les premiers ont inexorablement dégringolé dans le Dernier Monde, celui d’un univers quasi-paléolithique où l’on ne produit ni voitures, ni ordinateurs, ni médicaments, ni avions, ni composants électroniques, ni trains, ni téléphones portables,… What went wrong? Qu’est-ce qui a foiré? comme diraient nos amis ‘ricains: voilà la Question à laquelle le Printemps Arabe devra vite apporter une réponse….

    Zwartepiet

  10. Ju'âne Pedro dit :

    @Mistral :

    Nicolas a gagné la guerre contre le cas d’Afi, en tirant à boulets rouges contre le dictateur après lui avoir déroulé un bout de moquette de la même couleur, devant l’Elysée…
    Mais c’était avant, au temps où Rama Yade était au gouvernement.
    Martine a salué le vainqueur de Tripoli.
    Elle est cool, non?

    Chut ! :)

  11. Jacques D'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Cher Mistral,

    Même si l’on peut se réjouir d’un dénouement très proche en Libye avec la fin des agissements d’un dictateur, que l’on peut souhaiter favorable au Peuple libyen, grâce en partie à l’action conjointe des forces d’intervention auxquelles nous avons participé et nous pouvons remercier le Président de la République d’avoir pris cette décision.
    Je ne pense pas que c’est de cela que les français se souviendront au moment de faire leur choix en 2012. Il reposera surtout sur ce qui aura été fait pour leurs préoccupations, leur quotidien et leur avenir, les choix qui auront été effectués pour régler les graves problèmes de notre Pays, tout en sachant que certaines mesures peuvent être lourdes de conséquences, voire impopulaires, en cette période si proche de l’échéance, si elles sont perçues comme étant inéquitables par certaines catégories de notre société avec de nouveaux efforts à fournir alors qu’elles sont déjà à la limite de la rupture.

    Bien amicalement

    Jacques

  12. Alexandre dit :

    Bonjour à tous,

    A ceux des honorables participants à ce « chat » qui soutiennent les « rebelles libyens » du CNT pour des raisons humanitaires et démocratiques, nous pouvons rappeler que:

    . Ces gens n’ont pas été élus ni mandaté par la population libyenne mais s’arrogent des pouvoirs de gouvernement, veulent recevoir et gérer les milliards d’actifs libyens qui ne leur appartiennent pas et négocient déjà les richesses pétrolières du pays et des contrats avec les pays occidentaux, dont la France qui n’était pas présente jusqu’à présent sur le marché pétrolier libyen.

    . M. Berlusconi vient de faire signer à Rome par le chef de ces rebelles la copie conforme de l’accord de l’accord qu’il avait fait signer à Gaddafi sur les camps de rétention en Libye our les clandestins voulant immigrer en Europe.

    . Abdelhakim Belhadj, qui a commandé l’offensive militaire contre Tripoli la semaine dernière, est devenu de le commandant des forces armées du CNT pour Tripoli. Selon le quotidien Asia Times, il aurait fait ses classes en Afghanistan au sein de la tendance islamiste dure. Arrêté par les Américains en Malaysie en 2003 comme membre de groupes armés liés à Al Qaida, il aurait été transféré en Libye ensuite…. M. Sarkoyzy a les alliés qu’il peut! Il y a pour lui les « bons terroristes » et les « mauvais terroristes »?

    . Le bombardement d’un pays, au nom de la « liberté » ? on a vu ce que cela a donné en Irak et en Afghanistan où le terrorisme a encore, malgré les efforts de nos pauvres soldats qui d’aillleurs vont partir, un bel avenir en présence de démocrates locaux fantoches du type Karzaï , élus dans des conditions pas vraiment transparentes.

    . Le bombardement humanitaire de la Libye a généré un caos…humanitaire où les gens, terrés chez eux sont privés d’eau, de nourriture, de médicaments alors que, selon Economist Unit (parmi d’autres sources) la Libye était le seul pays africain où l’ensemble de la population n’avait aucun problème d’alimentation, cela alors que dans le même temps, plus de 10 millions d’africains se menacés de famine dans la corne du continent…

    . « Last but not least » il est paradoxal, lorsque l’on se dit épris de liberté et de libéralisme démocratique, d’applaudir aux bombardements (non pas sur Gaddafi mais sur la population) en Libye et de considérer comme nous le Roi d’Arabie Saoudite, l’émir du Qatar, pays où il n’ya pas de parlement (Ah c’est vrai, le prince n’est pas un dictateur…c’est un émir), le sultan du Bahrein (où il y a eu récemment quelques « problèmes »)…

    Mais je félicite M. Raffarin, sénateur de mon département, lorsqu’il reçoit les autorités chinoises en prônant la coopération avec la Chine populaire car je crois effectivement que, même si la Chine n’a pas la même conception que nous de la liberté et de la démocracie, c’est en la connaissant mieux, en comprenant mieux la complexité de sa société et en partageant ses réussites et non en la bombardant pour le Tibet que nous favoriserons la paix et la prospérité ici et là bas. Il conviendrait d’avoir la même attitude avec les autres pays, même les petits, qui n’ont pas le droit de veto au Conseil de sécurité des Nations Unies.

  13. Zwartepiet dit :

    Réponse à Alexandre:

    Vous semblez avoir complètement oublié la chronologie des événements qui ont « accouché » de la révolution libyenne… Votre indignation face au « cynisme » des Occidentaux et de la France en particulier serait louable si la révolte de Benghazi avait été fomentée, ourdie par une quelconque officine occidentale –la CIA, le Mossad, le MI6 britannique voire, pourquoi pas, la DGSE… Car dans ce cas, oui, nous aurions pu ressortir nos calicots poussièreux des années 1970-1980 et descendre défiler dans la rue, en hurlant au complot sioniste, néocolonial et pétrolier!

    Mais, vous le savez fort bien, cher Alexandre, tout a débuté dans la minuscule Tunisie un beau jour de janvier 2011… une révolution « manquée » par les responsables français (rappelez-vous les propos maladroits de votre ancienne ministre des Affaires Etrangères). Ensuite, la tourmente révolutionnaire s’est emparé de l’Egypte –premier pays arabe, tant par la démographie que par le prestige culturel… Souvenez-vous de l’interdiction du port du voile, dans les écoles publiques françaises en 2004: Nicolas Sarkozy était alors ministre de l’Intérieur. Ce dernier s’était alors rendu au Caire, en Egypte, pour obtenir, dans cette affaire délicate, l’assentiment des plus hautes autorités religieuses de l’Islam sunnite –N. Sarkozy ne s’est pas rendu à Alger, ni à Rabbat, ni à Tunis…

    Tunisie et Egypte: deux voisins de la Libye ébranlés par le Printemps Arabe, c’est-à-dire une révolte populaire contre des régimes autocratiques et népotiques: Ben Ali et Moubarak, le premier policier, le second militaire, en place depuis une quarantaine d’années et… qui s’apprêtaient à remettre les rênes du pouvoir à leur fils favori! En outre, le Colonel Kadhafi, loin de se féliciter des bouleversements affectant ses voisins, les a publiquement déplorés… Il s’est ainsi mis en travers du vent de l’Histoire –l’Histoire de son peuple et de sa région (le Maghreb).

    Vous semblez ainsi suggérer qu’une autre voie était possible pour les pays européens: les bombardements de l’OTAN n’étaient pas indispensables. Mais cette alternative de neutralité, de hands off comme diraient les Américains, on la connaît: c’est le scénario syrien!

    Vous voulez savoir ce qui se serait passé en Libye si la France, la Grande-Bretagne et leur alliés européens s’étaient croisés les bras? Eh bien, observez le bain de sang syrien et l’impunité tranquille de Bashar el-Assad… Mais alors, me rétorquerez-vous, pourquoi l’OTAN n’intervient-il pas aussi en Syrie, à Barhein, au Yemen, etc.? Sans doute parce que la sécurité et les intérêts supérieurs de l’Europe n’y sont pas aussi directement menacés. La Libye, comme l’ensemble du Maghreb, c’est la Méditerranée, c’est le backyard, l’arrière-cour de l’Europe!

    On peut comprendre –l’opinion publique comprendrait– que des peuplades puissent s’entre-massacrer au fin fond de l’Afrique ou de l’Inde, sans que l’Europe n’intervienne, laissant à l’Afrique du Sud ou à la Chine le soin de prendre le leadership… Mais en Libye? Et, demain, ailleurs dans le Maghreb? De même que les Etats-Unis ne sauraient rester indifférents à une révolution mexicaine, l’Europe n’avait pas d’autre choix que d’intervenir en Libye et j’ajouterais même, fataliste: peu importe de quel côté! L’important, pour l’Europe, était d’intervenir militairement en Libye.

    Quant à votre méfiance vis-à-vis du CNT et du parcours (afghan) de certains rebelles libyens, je vous rappelerais que, pour l’instant, les seuls attentats terroristes à déplorer ont eu lieu dans le Sinai égyptien: sabotage de gazoduc et attentat à Eilat… Alors ici, que préconisez-vous? Un nouvel assaut contre l’Egypte comme en 1956, du temps de Guy Mollet et d’Anthony Eden? Faut-il envoyer les régiments de parachutistes sauter sur Port Said et Port Fouad? Faut-il signer un nouveau Protocole de Sèvres avec Israel pour rétablir Hosni Moubarak sur son « trône présidentiel »?

    Salutations de Bruxelles,
    Zwartepiet

  14. Zwartepiet dit :

    La situation des Noirs dans la Libye post-Kadhafi n’est pas sans rappeler celle des Vietnamiens de l’Allemagne de l’Est (RDA) ou celle des étudiants africains de la Russie post-soviétique:

    The Vietnamese in Germany: No Jobs, No Country
    By ALAN COWELL

    Published: October 13, 1995

    http://www.nytimes.com/1995/10/13/world/the-vietnamese-in-germany-no-jobs-no-country.html

    From The Times
    December 27, 2005

    Skinhead racist murders spark protests from foreign students
    From Jeremy Page in Moscow

    http://www.timesonline.co.uk/tol/sport/football/european_football/article782668.ece

    Dans les trois cas, un régime autoritaire et policier imposait une fraternité cosmopolite et une promiscuité multiraciale à une société muselée et embrigadée… Le panafricanisme et la négrophilie du Colonel Kadhafi ainsi que le tiers-mondisme révolutionnaire des régimes communistes n’étaient, hélas, que des « utopies Potemkine »… agréables à contempler de loin mais, en réalité, il ne s’agissait que de façades idéologiques vermoulues, soutenues seulement par un appareil répressif omnipotent et terrifiant.

    Aussitôt que le régime s’effondre et… les vieux démons identitaires resurgissent –avec une virulence proportionnelle à la durée pendant laquelle ils auront été refoulés. La différence, entre le cas libyen et les précédents est-allemand et russe, c’est que ni la RDA ni l’URSS n’ont fait des Vietnamiens et des Africains les « harkis », les mercenaires armés d’un régime moribond mais en guerre avec ses dissidents indigènes.

    Zwartepiet

  15. Zwartepiet dit :

    Re: Dans cette hypothèse, quelque soit son candidat, le PS ne paraît pas très bien parti !

    En réalité, il y a bien UNE candidate socialiste qui pourrait gagner en 2012: Martine Aubry!

    Depuis mon poste d’observation bruxellois, je dois vous avouer que je ne distingue pas de grosses différences entre la Chancelière Angela Merkel et la candidate socialiste… Au fond, d’un point de vue physionomique, on constate que Martine Aubry est une sorte d’ »Angela Merkel française ». Ajoutez-y cette légendaire « complicité féminine » et… vous obtenez le ticket (franco-allemand) gagnant pour relancer le moteur européen! Enfin, au moins jusqu’en octobre 2013, date des élections générales en Allemagne.

    La crise de l’euro et des dettes souveraines n’est pas finie, et tout le monde s’accorde à dire que sa résolution passera par un pacte renouvellé entre la France et l’Allemagne… Pour faire « plier » la chancelière, qui sera le mieux placé –Nicolas ou Martine? Le tempérament latin du premier ou le « charme » germanique de la seconde?

    Zwartepiet

  16. Zwartepiet dit :

    Qu’est-ce que je vous disais…(*)

    Lentement mais sûrement, la Turquie se détourne de l’Europe pour convoler avec la Chine et l’Organisation de Coopération de Shanghai –une sorte d’OTAN chinois:

    Turkey, China and the Shanghai Cooperation Organization
    June 8, 2011 – 10:52am, by Joshua Kucera

    http://www.eurasianet.org/node/63650

    (*) http://www.carnetjpr.com/2010/10/13/deception-canadienne-a-lonu/#comment-12816

Laisser un commentaire