Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

60 commentaires

  1. Dolores WEBER dit :

    Bonjour,

    Je suis étonnée que pas un seul candidat ne s’intéresse au nombre pléthorique de députés et de sénateurs.

    Les Américains n’ont que 435 Députés pour 285 millions d’habitants, et nous 577 pour 63 millions soit six fois plus qu’eux ! Et 15 fois plus de sénateurs. Sans compter nos 78 députés européens.
    En gros, les revenus de ce trop plein de hautes personnalités représentent le salaire de 100.000 emplois annuel au SMIG.
    Sans compter qu’après deux mandatures, la retraite est payée jusqu’à la fin de leur vie…
    Qui aura le courage de réduire le nombre de Députés et de Sénateurs Français ?
    Qui limitera les mandats à deux mandatures ?
    Nous avons 36.784 communes alors que l’Allemagne a réussi à réduire ses 25.000 communes pour n’en conserver que 8.500.
    La Communauté d’Agglomération, si elle réussit difficilement à s’imposer pour diminuer le nombre de communes, commence par augmenter considérablement le nombre de ses salariés… et par conséquent, les Impôts. Sans compter le faste des installations au moment ou les économies devraient s’imposer.
    L’inter communauté est une coquille pleine de grands vides et une aubaine pour les élus.
    Qui est capable de canaliser les dépenses ? (ce sera certainement très difficile. Les places sont prises, comme les habitudes).

    Simple électrice dans une commune de 30.000 habitants, il m’arrive de penser que le déficit de la France ne dépend pas du gouvernement (de gauche comme de droite), mais des subventions de toutes sortes attribuées sans aucune mesure.
    Certes, il faut soutenir davantage les associations humanitaires.
    En revanche, les associations purement de loisirs, profitent de cette manne et sont subventionnées chaque année dans des buts moins compréhensibles et, me semble-t-il, plus orientés par l’électoralisme, le copinage, les relations…
    Combien de clubs de pétanques composés de quelques amis, de petits groupes de musiciens (se produisant juste pour la fête de la musique), de promeneurs du dimanche, d’amis de X ou Y… et j’en passe… perçoivent ces prébendes, affectées, pour certains, au repas annuel de leur association.
    Cela ne représente pas des sommes considérables, mais multiplié par 36.000 communes…
    Quant aux autres subventions, les dépenses de prestige des Pharaons « Paonique » …
    On nous assure : c’est financé par Conseil Général ou par la Région, ou par les deux et non pas par la Mairie.
    Sommes-nous tombés si bas pour croire qu’il ne s’agit pas de notre argent ?
    Un peu d’ordre dans la réglementation de la distribution de notre argent serait le bienvenu.
    Bien respectueusement.

  2. emmanuel dit :

    11 septembre: solidarité aucune…
    Cette chose structurée et mondialisée qu’ils appellent Al Quaida n’est probablement que le pur produit de l’imagination de l’administration Bush. Des spécialistes des renseignements Français en sont convaincus.
    La diplomatie d’Obama, et la politique économique de ses patrons, les banques de WS, se foutent totalement de l’avenir de l’Europe, et qui plus est de l’avenir des Français.

    Et le Titanic Europe piloté par Sarkozy leurs convient parfaitement pour tenir encore quelques années le haut du podium sur la pente du déclin avec un dollar qui vaut moins que l’encre et le papier pour imprimer la tête de Georges Washington.

    L’Europe de Sarkozy, Merkel et consort n’est que la chose de Washington.
    Et pour tenir cette farce l’argent va couler à flot.
    La prochaine campagne d’Obhama devrait couter un peu plus de 800millions de $ payé par JP Morgan, GS, and co.

    Il y a aujourd’hui plus qu’hier quand De Gaulle était aux commande: les intérêts d’une Europe puissance dont Sarkozy ne veut pas, et les Etats Unis sur le déclin.

    Des Etats Unis que seule la montée en puissance de la Chine inquiète. Une Chine qui ne souhaite être que l’empire du milieu.
    Le prochain conflit aura comme épicentre l’océan indien.
    Et les dépenses militaires Chinoises inquiètent l’administration Américaine.

    Pour comprendre à quel point nous n’avons rien de commun avec les Etats Unis il suffit d’écouter les prêches du Gouverneur du Texas, futur candidat républicain.

    Dans ce G2 qui gouverne le futur de cette décennie l’Europe de Sarkozy n’est juste que la grosse dinde de leur Thanks Giving jusqu’à la mort de l’Euro et de l’idée d’une Europe des Peuples fédérale inspirée par Victor Hugo.

    11 Septembre = solidarité aucune.

  3. emmanuel dit :

    Minuit moins une avant la fin de l’Euro…
    A présent la messe est dite.
    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0201622208764-bce-le-depart-de-jurgen-stark-un-revers-pour-la-zone-euro-217228.php
    Et de toute façon quel avenir pour cette Europe dont 45% des jeunes sont sans emploi et sans avenir.
    En France les jeunes cadres ont si peu confiance en l’Euro, qu’ils achétent de l’OR.
    Ils ninvestissent pas dans l’avenir de cette monnaie instrument d’un projet qui n’existe pas. Les jeunes cadres achétent de l’OR faute de pouvoir acheter leur logement.

  4. Ernest Gransagne dit :

    Oui, Monsieur le Premier Ministre, tout ce que vous écrivez là est juste, mais :

    nous nous trompons d’échelle.

    Nous voulons (les peuples) tout, trop vite.

    Nous réagissons à la vitesse de la lumière… (avec l’information électronique) alors que les changements de société ne s’accomplissent même pas sur 20 ou 30 ans, mais sur des siècles.

    Ernest Gransagne

  5. emmanuel dit :

    11 Septembre : solidarité aucune.

    http://actu.orange.fr/monde/egypte-des-israeliens-bloques-dans-leur-ambassade-sauves-par-des-commandos-egyptiens-afp_221972.html

    La vieille démocratie Française, et même ce qu’il en reste, n’a rien à voire avec l’impérialisme Américain qui soutient cet Israël.
    Cet Israël que de de plus en plus de jeunes Israéliens indignés dénoncent comme un pays de non droit, et de non libertés.

    Nous avons attendus un discours du Caire d’un Obhama pour soutenir les jeunes qui ont fait tombé l’ancien régime, et souhaitent continuer à se battre pour la démocratie en Egypte.
    Mais nous avons attendu et nous attendons toujours le discours d’un Sarkozy sur le sujet Europe Méditerranée quand Claude Néant souhaite repousser à la mer tous les jeunes diplômés dont l’Europe va avoir un besoin vital dans les décennies qui viennent.

  6. emmanuel dit :

    http://www.dailymotion.com/video/xksccr_olivier-delamarche-les-politiques-mentent-30-aout-2011-bfm-business-30-08-2011_news

  7. Abib William TOURE dit :

    Monsieur le Premier Ministre,
    Je suis un jeune leader politique africain et engagé pour dégager la pauvreté et la misère qui secoue mon continent avec une ceratine responsabilité du monde occidental du fait de l’histoire et des intérets actuels. L’Islam a atteint une certaine domination en Afrique engendrant par voie de conséquence un lieu de bataille et de combats entre l’ocident et l’Islamisme. Donc, il est d’une importance capitale qu’il ait concertation sur certains enjeux qui déterminent le nouvel ordre mondial pour tenir en compte les besoins et les interets de ces sociétés. je voudrais aussi vous contacter par email et mon adresse électronique est: abibwilliamtoure@yahoo.com.
    Excellence Monsieur le Premier Ministre, très bonne journée.
    Abib.

  8. jany dit :

    Lu dans Le Figaro

    BORLOO CONTRE LES RAGOTS ET LES RUMEURS

    Borloo contre les «ragots
    et les rumeurs»

    Mots clés : Nouveau Centre, Parti radical, élections présidentielles, GRANDE-MOTTE, Hervé Morin, Jean-Louis Borloo, Hervé De Charette De La Contrie
    Par Judith Waintraub Mis à jour le 10/09/2011

    Les leaders du centre se sont expliqués, mais les querelles entre les fondateurs de l’Alliance Républicaine Écologiste et Solidaire continuent.

    L’Alliance Républicaine Ecologiste et Solidaire a ouvert sa première université d’été, hier, à La Grande Motte, sur fond de querelles entre ses membres fondateurs. Hervé Morin, président du Nouveau centre, avait donné le ton le week-end dernier en sommant Jean-Louis Borloo, son homologue du Parti radical, de prendre son «indépendance» vis-à-vis de l’UMP. Depuis, les deux hommes s’en sont expliqués, mais vendredi soir, Hervé de Charette, fondateur de la Confédération centriste, et Jean-Christophe Lagarde, vice-président du Nouveau Centre, ont à leur tour donné de la voix. Le premier a fait savoir qu’il ne participerait pas à l’université d’été de l’Alliance car il était «excédé par les chicayas qui durent depuis trop longtemps» entre Hervé Morin et Jean-Louis Borloo, tous deux candidats à l’investiture centriste pour la présidentielle.

    Certains espéraient qu’Hervé de Charette viendrait tout de même la deuxième journée à la Grande Motte. Jean-Christophe Lagarde, lui, avait prévenu qu’il était retenu par des obligations familiales, mais il a livré le fond de sa pensée à l’Express.fr en jugeant que «la stratégie d’Hervé Morin est nuisible au Nouveau Centre eu au centre tout court». Farouche partisan de la candidature Borloo, malgré son poste de vice-président du Nouveau centre, il justifie son choix par les sondages qui donnent l’ex-ministre de l’Environnement autour de 8%, alors que le patron du NC plafonne à 1%. 8%, ce n’est guère glorieux, mais «pour traverser le désert, explique Jean-Christophe Lagarde, vous choisissez un chameau, pas une chèvre». La «chèvre» Morin a détesté, mais il n’est pas sûr que le «chameau» Borloo ait apprécié.
    Borloo a séduit son auditoire

    Dans son intervention d’hier, en tous cas, le président du Parti radical, après avoir expliqué qu’il «était dans la dernière ligne droite» avant de déclaré sa canditature, s’est essentiellement employé à balayer ce qu’il a appelé «es ragots et les rumeurs. «Nous n’avons aucun désaccord sur la stratégie» a-t-il affirmé, en vantant les «70 départements» où l’Alliance est en place et les progrès «considérables» dans les négociations entre les Radicaux et le NC sur les sénatoriales.

    Emporté par l’enthousiasme, il a fait rire l’auditoire en saluant les «2500, 2800» personnes présentes, alors que les inscriptions à l’université se sont arrêtées officiellement à 1650 pour la journée d’hier. Il s’est rattrapé en lançant «Ce sont les chiffres des organisateurs. On attend les chiffres de la police. Je ne doute pas que Claude Guéant les donnera à quelqu’un que ça intéresse particulièrement». L’allusion à Nicolas Sarkozy a fait un tabac dans le public, d’autant que Jean-Louis Borloo a salué comme un «bon signe» le fait que «certains veuillent dire à tout prix que rien ne va ici, qu’on se met sur la gueule». Succès assuré, bien qu’Hervé Morin, monté le premier à la tribune, ait expliqué que le but de l’université d’été ne devait pas être de «voir qui va gagner à l’applaudimètre».

    ***********************************
    Nous devons prendre en considération sérieusement ce rassemblement du Centre a une période ou la France doute et appelle a plus de clarté dans la politique de demain.

    Monsieur Jean-Louis Borloo a su montrer au français son sens des responsabilités lors de la politique de la Cohésion Sociale…

    Il est souhaitable qu’il soit candidat pour rappeler a ceux qui ne se reconnaissent pas dans la Droite Dure qu’il existe un Centre humaniste qui les écoute…

    Ne caricaturons pas le Centre et Monsieur Jean-Louis Borloo, laissons les ragots et les rumeurs a ceux qui s’en servent pour faire oublier le manque de profondeur de leur message…

    Jean-Louis Borloo et le Centre peuvent faire rentrer la France dans une autre dimension, celle d’une Démocratie Humaniste de Progrès, au service des hommes et dans le même temps au services des entreprises.

    Le Centre peut être porteur d’une nouvelle réflexion pour le progrès économique et social.

    ***La question n’est pas de faire perdre ou gagner la droite, la vraie question est quelle politique doit-on entreprendre pour demain, pour mieux vivre ensemble, pour mieux entreprendre ensemble.

    L’avenir des hommes, l’avenir de la France, méritent que nous nous responsabilisions dans cette approche de réflexion pour 2012…

    Il ne faut plus attendre, le monde est en crise dans son économie et dans son développement, nous devons savoir répondre aux difficultés…aujourd’hui les réponses sont trop molles et l’espoir « un brouillard » (un brouillon)…

    Bien cordialement,

    jany

  9. Ernest Gransagne dit :

    Bonjour à tous

    http://www.google.fr/url?sa=t&source=web&cd=1&ved=0CBkQFjAA&url=http%3A%2F%2Fwalidhicham.wordpress.com%2F2011%2F09%2F09%2Fvillepin-vol-sur-un-lit-de-djembes-et-de-billets%2F&rct=j&q=villepin%20djembe&ei=oYRsTrDwMImK4gSR38TWBA&usg=AFQjCNF9pB1YgfIYe08lGVsfD0Wa3BC3OA&cad=rja

    No comment

    Le contraire serait lui faire trop d’honneur.

    Ernest

  10. Ernest Gransagne dit :

    Bonjour à tous

    Morin ? Piteux

    Ernest

  11. Ernest Gransagne dit :

    Bonjour à tous,

    Borloo ?

    Ce n’est pas le « leader » qui convient à la situation.

    Avoir besoin d’un papier, lorsque l’on dit ce qu’il dit, prouve qu’il est loin de connaitre et de maitriser ce qu’il dit.

    Il ne convainc pas. Mais pas du tout.

    Un leader n’a pas besoin de passer son temps devant les micros le nez dans ses notes et les lunettes sur le nez.

    Un leader regarde son auditoire et dit haut et fort quelles sont ses convictions.

    Pour cela il faut que lesdites convictions sortent des tripes.

    Ces gens là sont « petits bras ».

    Où est-il celui qui donnera une vision à 5, 10, 30 ans ?

    De la hauteur, bon-dieu, de la hauteur !

    Ernest

  12. Ernest Gransagne dit :

    Bonjour Jacques

    Il faut bien que nous disions a un certain moment, nos craintes et nos attentes.

    Beaucoup pensent tout bas ce que je dis tout haut.

    Alors ?

    Aux gouvernants d’en tirer les conclusions.

    Pour l’instant celle qui surf la dessus c’est Madame Royal.

    N’est-ce pas un peu lamentable de lui lustrer la planche ?

    Amitiés Jacques.

    Ernest

  13. ASD dit :

    « Solidarité toujours » y compris en politique/a son parti .
    L’intérêt général prime, Bon , certes le futuroscope vaut le détour ( a été fait) mais c’était là le seul intérêt qui a justifié votre désaccord ( cousu de fil blanc,) alors pourquoi ne pas le dire ? la franchise est toujours rentable . Alors bien sur c’est une action politique ……… tout est dit . fin du message

  14. jany dit :

    Voyez Ernest,

    Si vous deviez choisir entre « votre Ségolène » et le généreux Borloo…a vous lire votre choix serait difficile…
    Et pourtant Borloo coopère a des gouvernements depuis des années, serait-il ce sot que vous nous décrivez ?

    Laissons les ragots et les rumeurs de cote…

    Qu’il ait appelé a certaines périodes a plus d’écologie, a plus de lutte contre le C02, c’est un fait, il regrette peut-être certains aspects de ces luttes…mais il ne faut pas oublier qu’il a travaille au sein du ministère de la Cohésion Sociale…

    Jean-Louis Borloo n’est peut-être pas la valeur idéale, l’homme de vision qu’attendent les français dans leur majorité, mais il est possible que cet homme puisse redonner a la politique sa noblesse.

    En 2007, qu’attendiez-vous ?
    Vous avez eu vos réponses ?
    Il semblerait que non, a lire la liste de griefs que vous formulez avec talent.

    Bien amicalement,

    jany

  15. Mistral dit :

    Si les Ricains n’étaient pas là
    Vous seriez tous en Germanie
    A parler de je ne sais quoi,
    A saluer je ne sais qui.

    Bien sûr les années ont passé.
    Les fusils ont changé de mains.
    Est-ce une raison pour oublier
    Qu’un jour on en a eu besoin ?

    Un gars venu de Géorgie
    Qui se foutait pas mal de toi
    Est v’nu mourir en Normandie,
    Un matin où tu n’y étais pas.

    Bien sûr les années ont passé.
    On est devenus des copains.
    A l’amicale du fusillé,
    On dit qu’ils sont tombés pour rien.

    Si les Ricains n’étaient pas là
    Vous seriez tous en Germanie
    A parler de je ne sais quoi,
    A saluer je ne sais qui.

    http://www.dailymotion.com/video/xowmg_michel-sardou-les-ricains_music

  16. Claude dit :

    Cher Ernest,

    Sur Morin et Borloo je vous donne globalement raison. Ce sont des gens qui ne sont pas à la hauteur des Lecanuet, Giscard d’Estaing ou des Barre qui les ont précédés. Ce sont des Bayrou en moins lyriques et en moins expérimentés.

    Sinon, étant plutôt centriste, je les suivrai.

    Quand on n’est pas capable de mobiliser 25 à 30 % des électeurs derrière soi et que l’on est un libéral, il vaut mieux aider les libéraux les mieux placés plutôt que de risquer de faire le lit des dirigistes.

    Cordialement,
    Claude

  17. Claude dit :

    Cher Ernest,

    Vous dites : « Nous réagissons à la vitesse de la lumière… (avec l’information électronique) alors que les changements de société ne s’accomplissent même pas sur 20 ou 30 ans, mais sur des siècles. ».

    Ce n’est plus vrai.

    Les français répugnent à changer plus vite aujourd’hui qu’hier. Mais le monde change bien plus rapidement que vous ne le croyez. Il faut revenir en tête du peloton sinon à la première chute nous serons distancés irrémédiablement.

    On dit que c’est Internet qui fait changer le monde. Ne croyez vous pas plutôt que le monde qui a changé a inventé internet pour que ce soit encore plus facile ?

    Le monde a besoin de solidarité et la France est le pays qui porte le plus grand intérêt aux peuples du monde. Nous devons donc changer en même temps qu’eux.

    Cordialement,
    Claude

  18. Jean-Pierre Raffarin dit :

    Cher ASD,
    Je sais être loyal à ma famille, la preuve en est que j’ai présidé, samedi dernier, notre conseil national dans l’unité.
    J’ai aussi rencontré le Président et, d’un commun accord, nous avons apaisé la situation.
    La franchise m’oblige à vous dire ce que beaucoup de Français ont compris : le problème était davantage « le respect » que la TVA .
    Mes responsabilités d’Etat m’ont appris à distinguer les mesures techniques et les valeurs humanistes. Tout est dit.
    jpr

  19. Ernest Gransagne dit :

    Claude, Jany et tous les amis,

    ne soyez pas inquiets : quand je dis ce que je dis, c’est avec la perfidie de faire réagir et de faire s’exprimer des courants de pensées.

    Je tape dans la fourmilière et paf ! Claude surgit ! Jany réagit, Mélusine me menace avec une Pataugas à la main…

    Mais au moins des points de vue se sont exprimés.

    C’est ce qui compte dans un débat, sinon ce serait « banal » que tout le monde s’auto-congratule.

    N’ayez pas peur… Ce n’est pas demain la veille que je vais retourner ma veste.

    Jany, faites moi plaisir : ne répétez jamais « ma Ségolène ».

    Vous savez bien tous, qu’il est difficile, ici, avec nos mots agencés en lignes, de dire toutes les nuances que nos idées exigent.

    Souvent Claude ne le perçoit pas toujours, je vais au plus court.

    Je sais très bien quand j’en rajoute un peu. C’est que je suis exigeant.

    J’ai une circonstance atténuante énorme : je ne suis pas au Gouvernement.

    Les « conseilleurs ne sont pas les payeurs ».

    Mais parfois je n’ai pas tout à fait tort, n’est-ce pas ?

    En toute amitié

    Ernest, qui ne détient pas la vérité

  20. Claude dit :

    Cher Ernest,

    Moi qui suis la loyauté faite homme comment voulez vous que je devine que vous êtes perfide au point d’aider vos adversaires pour mieux nous faire réagir nous, vos alliés ?

    Il suffirait que vous demandiez ce que nous pensons des sujets qui vous tracassent. Ainsi vous ne donneriez pas de mauvais arguments à la concurrence.

    J’aime bien Ju’âne Pedro mais admettons qu’il écoute tout ce que l’on dit et il croit que nous « zizanons ». Ce n’est pas charitable de lui donner de faux espoirs.

    Cordialement,
    Claude

  21. Bricolo dit :

    Plutôt que de faire de l’émotion hagiographique pour l’Empire, il serait bien de s’adresser aux français, ici et maintenant pour leur affirmer qu’on va enfin prendre en compte leurs problèmes.
    J’en prends deux qui ne sont pourtant qu’écume sur le problème structurel qu’incarne la représentation nationale. Laquelle semble avoir totalement perdu de vu l’intérêt général et complètement oublié quelle est sa mission et quel est leur devoir en termes de niveau de vie, s’il veulent non seulement être politiquement nos porte-voix mais socialement les représentants du peuple réel, du plus grand nombre.

    1 Je rappelle à Jean-Pierre Raffarin que l’essence tourne toujours autour de 1€50/l, ce qui m’amène à dépenser un dixième de mes revenus – modestes comme la plupart des français – pour simplement rouler, sans passer mon temps dans la voiture, de plus.
    2 Je lui rappelle également que les complémentaires santé sont un élément essentiel pour se maintenir simplement en bonne santé, surtout quand on atteint un âge qui, sans être respectable n’en ait pas moins relativement éloigné de la jeunesse.

    Évidemment pour les revenus élevés, ceux qui se permettent domestique et voiturier, la complémentaire santé n’est que le coût du café sur le zinc le matin. Mais pour les autres, cette augmentation de celle-ci, que vous avez votée, est un véritable coup de poignard, une mesure au caractère extraordinairement anti-social et humainement insupportable, sur laquelle je vous demande avec la plus grande énergie de revenir.

  22. jany dit :

    Cher Ernest,

    C’est vous qui parlez de « perfidie » pour votre personne…
    Je croirais plutôt a un peu d’insouciance, comme un enfant qui joue sur un carnet avec les mots et les sentiments qui viennent…

    Pour Ségolène, l’agacement que vous témoignez dans vos billets pouvaient laisser penser que des sentiments profonds vous liaient a cette personne…L’amour et la haine se retrouvent quelques fois, l’insouciance aussi !

    Regardez toutes ces séries américaines, de Dallas a toto la praline, beaucoup les trouvent nulles et pourtant les audimats nous parlent de fascination…

    Ce que je remarque mon cher Ernest, c’est que vous savez vite rentrer dans le rang…au premier coup de sifflet…

    Vous direz a Mélusine que j’adore porter des ‘pataugas », elles traduisent pour moi une époque, celle d’une certaine liberté qui ne m’a jamais quitte…

    Bien amicalement,

    jany

  23. jany dit :

    Madame Figaro
    Le chef Christophe Leroy Photo Bernhard Winkelmann

    Le chef Christophe Leroy

    C’est la dernière expérience culinaire : se nourrir et rajeunir. Christophe Leroy, le très créatif chef des soirées blanches de Saint-Tropez, a imaginé à Miami ce concept de l’“eternity food”. Baies de goji, poissons gras, brocoli et compagnie…

    Il ne manque pas de classe ce marmiton de Montpinchon. Formé chez Ducasse, Senderens, Maximin au Negresco, la Poste à Avallon, le Crillon à Paris… Christophe Leroy aurait pu se contenter de reprendre une grande maison. Ou chercher à décrocher les étoiles. Mais non, trop amoureux de la fête pour rester enfermé derrière un fourneau, il a préféré jouer carte sur plage à Cannes, reprendre la cultissime Soirée blanche de Saint-Tropez, et se faire cuisinier volant. De Ramatuelle à Marrakech en passant par Saint-Martin et Avoriaz, il tient « tables du marché » ouvertes. Du haut de gamme couleur locale. Sur un yacht, dans une villa privée, il est aussi capable de débarquer avec sa brigade pour un soir. La jet-set en est toquée. Rien d’étonnant. Chef, mais aussi scénographe et décorateur, ce « metteur en fête », comme il se désigne lui-même, a fait l’effet d’une bombe dans le monde de la haute gastronomie. Et ça n’est pas fini. Aujourd’hui c’est à Miami, où il vit par intermittence, que ce vibrion est allé puiser l’inspiration.

    De la world food à l’Eternity Food

    Miami, le temple de l’« anti-âge » mondial, des piluliers XXL de vitamines, des linéaires de compléments alimentaires, c’était là et nulle part ailleurs que pouvait germer le nouveau concept de Christophe Leroy. Le principe : plutôt que d’avaler des comprimés, pourquoi ne pas mettre directement de L’Eternity Food dans nos assiettes ? Avec son ami et conseiller Didier Aubert, il s’en est donc remis à ORAC, la bible des aliments antioxydants. Grenade, poisson gras, baies de goji, brocoli, germe de blé, tomates cerises… Les ingrédients étaient là. Ne restait plus qu’à faire son marché dans cette liste de super food et, en chef avisé, d’en tirer des plats haute cuisine, à teneur garantie en « antirides ». Transmuer une poignée de gélules en un repas gastronomique, un vrai, qui vous permettra de sortir de table en ayant grappillé quelques minutes de vie supplémentaires, l’idée était déjà délicieuse. Mais pas seulement. Au-delà d’une affaire de goût et de plaisir, ce retour à l’assiette est un docte principe.
    Un lifting culinaire scientifiquement approuvé

    Vouloir doper son capital jeunesse à coup de cocktails de vitamines, minéraux et autres poudres antioxydantes, comme le font 60% des Américains, est en fait un leurre. Les études scientifiques ont montré qu’à trop forcer la dose on ne gagnait rien. Au mieux, ce gavage se révèle inutile, au pire, il peut devenir carrément toxique. En revanche, les micronutriments fournis par les aliments sont eux un vrai plus. Ils sont assimilés de façon plus efficace par notre organisme et agissent en synergie. Ainsi, une alimentation riche en fruits et légumes améliore la biodisponibilité des polyphénols, au très fort pouvoir antioxydant, et optimise leurs effets protecteurs. Bref, la meilleure façon, dans tous les sens du terme, de se protéger de l’effet délétère des radicaux libres, ces« plombeurs » de jeunesse qui nous oxydent de l’intérieur, est encore… de manger. Équilibré et vitaminé s’entend. Et là, Christophe Leroy, l’a bien compris, rien n’interdit de faire grimper le Cac 40 des antioxydants.
    C’est même recommandé. Aucun risque de surdosage, et bénéfices jeunesse garantis. Après ceux des Moulins de Ramatuelle à Saint-Tropez, les hôtes du Domaine de Lonvilliers* à Saint- Martin pourront découvrir sa carte Eternity Food et se régaler des lentilles vertes au curcuma, d’un couscous de quinoa à l’épeautre, d’un risotto complet aux myrtilles… Autrement plus sexy qu’une poignée de polyvitaminé !

    *www.christophe-leroy.com
    **************************************************************
    Je ne sais pas si l’eternity food, rend eternel, mais il est certain que manger plus de légumes et de fruits frais peut rendre les mines plus radieuses, que prendre du poisson et de la nourriture grasse sans exagération peut nous épanouir, qu’ouvrir une bouteille du terroir de temps a autres ne doit pas rendre foncièrement mauvais…

    La cuisine comme la politique a ses modes, l’essentiel est de rester libre et de ne pas nous conditionner de concept qui font que nous oublions notre libre arbitre…

    Bien cordialement,

    jany

  24. mélusine dit :

    JPR, le respect de qui ? celui de votre égo piétiné, ou bien le respect des pauvres familles ? Si ce sont les pauvres familles qui vous préoccupent ( celles qui vont payer la dette !) Il est temps de suggérer à votre ami- président- adoré qu’ils demandent aux plus riches de restituer aux plus pauvres les cadeaux fiscaux dont ils ont bénéficié…

    Vous parlez de la « crédibilité des responsables politiques »… je crois qu’il faut vous y faire, l’homme politique actuel est voué à la disparition… parce que justement les citoyens ne lui accorde plus aucune confiance. Ce ne sont même plus les hommes politiques qui gouvernent les pays, mais le système mis en place ( néo-libéralisme déshumanisé) Pour être un homme politique vrai, crédible, il faudrait déjà vous libérer du système et avoir assez de couettes pour penser , agir, ressentir, seul….. Donc n’être fidèle qu’à vous même.

    Mélusine

  25. Ernest Gransagne dit :

    Cher Claude

    on se demande bien qui est le plus perfide ?

    Rectification : perfide n’est pas le bon mot, car lié à dangereux, nuisible, fallacieux, méchant, machiavélique, fielleux, sournois, venimeux, donc ce mot ne convient pas, ni pour l’un, ni pour l’autre.

    Il aurait mieux valu dire : impatient, inquiet, déçu, pessimiste, attentif, exigeant… justement parce que fidèle.

    Fidèle à un choix de société qui gère au mieux la justice pour tous.

    Nous ne pouvons plus payer pour les autres. Vous le savez bien.

    Et, l’exemple suivant, c’est encore du vécu :
    lorsque la sécurité sociale de Poitiers refuse de rembourser le montant de l’ambulance Paris / Domicile, exigée par le chirurgien qui avait opéré la colonne vertébrale, sous prétexte qu’elle n’avait pas été prévenue dans les délais… on n’a pas l’impression de justice.

    Lorsque l’on fait remarquer au Tribunal que le choix était celui du chirurgien et qu’attendre « l’autorisation de la Sécu » aurait entrainé des journées supplémentaires d’hôpital, dépassant de loin les frais d’ambulance, et que le Tribunal confirme la position de la Sécu : « vous n’avez pas attendu l’autorisation ». On n’a pas l’impression de justice.

    C’est avec de tels cumuls, qui jalonnent notre vie quotidienne que nos semblables ont l’impression que ceux qui travaillent dans les couches moyennes ne sont que des citrons pressés.

    Nous sommes loin ici, des grands enjeux politiques n’est-ce pas ?

    Pas tant que ça, Claude, car tout se tient.

    Il y a dix ans, « nous étions tous américains » ?

    Et si aujourd’hui, notre but était « d’être tous français et fiers de l’être » ?

    Ernest

    Ernest

  26. emmanuel dit :

    Sarkozy a rassuré les Marchés…
    Cela se passe de commentaires.
    Et comme certains l’affirmaient ici nos banques sont solides. Quand nous aurions du purement et simplement nationaliser la SG, et le CA.

    En dessous de 3 Euros pour la SG vont ils fermer des agences de leur réseau de banque de détail, ou vont ils arreter d’acheter du risque systémique Grecque?

    Je me prépare à aller bosser en zone Livre sterling. Au moins je ne serai plus dans l’espace Euro de Sarkozy, par Sarkozy, pour ses copains banquiers.

    Cela va être cuacasse de devoir payer en France les intérets de pret garantis par Sarkozy quand la Gréce va faire faillite. Ce à auoi les Allemands se prépare. En ce qui concerne la France que fait on?

    On attends justes de payer l’usure des prets que nos chers députés viennent de consentir encore à la Gréce…

    http://bourse.lesechos.fr/bourse/index.jsp

  27. mélusine dit :

    Moi aussi Jany, j’adore porter des pataugas ! Pour la rando, c’est quand même plus pratique que les ballerines !

  28. Claude dit :

    Cher Ernest,

    Perfide, ce n’est pas de moi, c’est de vous. Que vous jugiez vous même déloyale votre façon de nous provoquer me semblait être une autocritique bien pesée. Inquiet, impatient, déçu, pessimiste, etc. ne me semblent pas vouloir dire défendre le Diable pour solliciter les Saints.

    Comment voulez-vous que l’on s’y retrouve si vous dites une chose dimanche et vous apercevez lundi que vous n’avez pas choisi les bons mots ? C’est important de choisir ses mots. Je ne suis pas un littéraire mais je crois choisir les mots qu’il faut pour dire ce que je crois.

    Mais bon, l’essentiel est qu’à l’arrivée on réussisse à savoir à un moment ou à un autre ce qu’il y a derrière ce que vous écrivez.

    Votre exemple d’ambulance est sorti de son contexte. Sans connaitre le cas que vous citez je donne raison au tribunal jusqu’à plus ample informé. Une opération sur la colonne vertébrale (cela me guette un jour ou l’autre comme plusieurs de mes amis y sont passés) est soit consécutive à une pathologie qui s’est installée dans le temps, soit à un accident (domestique ou du travail). Dans le premier cas on a le temps de demander tous les avis utiles et les chirurgiens (et leurs secrétariats) savent très bien les problèmes matériels qui se posent dans les cas courants avant et après une opération. Il est donc facile d’obtenir l’accord de sa SS et de sa mutuelle. S’il s’agit d’un accident (donc imprévisible) ce n’est pas à la SS de vous prendre en charge, mais à votre assurance voire à l’assurance accident du travail (qui comporte une phase d’instruction). Ceci étant dit, chaque cas est particulier et celui que vous citez sort peut-être du contexte général et c’est à votre chirurgien puis à votre avocat de bien défendre votre dossier.

    Jusqu’à présent j’ai le talent de faire valoir mes droits sans difficultés (je me suis même fait rembourser des Prem’s).

    Je n’étais pas américain en 2001. J’étais un français qui partageais la douleur des américains et qui se sentait solidaire d’eux.

    Mais je suis d’accord avec vous, tout se tient. Et c’est bien parce que tout se tient qu’il vaut mieux être administré par quelqu’un qui est capable de globaliser les problèmes et leurs solutions. Ceux qui ont cette capacité sont très rares et sont généralement incompris par ceux qui ne l’ont pas.

    C’est sans doute la raison pour laquelle Nicolas Sarkozy a fait plusieurs réformes simultanées à un rythme soutenu et à un moment où vous pensiez qu’il en faisait trop (alors que maintenant, alors qu’il en a fait dix fois plus que ses prédécesseurs vous trouvez qu’il n’en a pas fait assez).

    Cordialement,
    Claude

  29. JG DUPIN dit :

    On peut s’interroger sur le sens de la « solidarité » en ces temps de crise.
    Il est facile d’être solidaire quand cela ne nous coûte rien, sauf une attention accrue contre le terrorisme.
    Mais la solidarité fait cruellement défaut au sein même de l’Europe pour résoudre les problèmes financiers des Etats eux-mêmes.

    Qu’est-ce que c’est que cette Europe où le pays le plus riche de la zone dit clairement à tout le monde d’aller se faire voir… mais pas chez les grecs en l’occurrence ?!

    Qu’est-ce que c’est que cette Europe qui a des pouvoirs de régulation des marchés mais qui ne fait rien ?!

    Qu’est-ce que c’est que ces pays de l’OCDE qui permettent aux banques de décider des sorts des Etats par la détention de dette publique et d’en créer un marché ?!

    Ce n’est pas aux banques ni à d’obscurs financiers de décider du sort des peuples.
    Il est temps de secouer le cocotier, faire tomber les branches mortes et élaguer l’arbre financier…

    Il est temps pour les hommes et femmes politiques de notre pays comme des pays de la zone euros de devenir responsable et d’agir.
    Le temps des palabres sans fin doit cesser, le temps des mesurettes doit laisser le temps à l’action pour rassurer les marchés mais surtout pour rassurer les peuples et accessoirement vos électeurs.

    Les mesures à prendre ne sont pas si compliquées pour mettre fin à cette mascarade, il suffit d’en avoir un peu pour agir et de penser un peu plus aux français, aux allemands, aux grecs, aux espagnols, aux anglais, aux polonais… etc.

    Un peu de courage messieurs dames, que diable ! Les électeurs vous le rendrons !

    jgd

  30. Claude dit :

    Cher JG Dupin,

    Si votre cousin dilapide l’argent de sa famille, êtes-vous, quoi qu’il fasse, prêt à emprunter l’argent des livrets A de vos enfants pour éponger ses dettes alors que vous savez qu’il continuera à jeter l’argent par les fenêtres. Non ? Est-ce un réel manque de solidarité de votre part ? Pourquoi les états seraient différents de vous ?

    Je ne souhaite pas vous prêter d’argent et je ne voudrai pas être à la place de votre banquier si quand vous ne pouvez plus honorer votre parole et rembourser ce que vous devez vous accusez ceux qui vous ont fait confiance et vous demandez qu’on les mette à mort.

    Vous confondez « les marchés » quii auraient, selon vous et beaucoup d’autres, besoin d’être régulés en même temps que les financiers qui ont prêté l’argent que nous ne savons pas rembourser parce que nous l’avons dépensé à fonds perdus.

    Les « marchés » sont simplement l’endroit où les gens, y compris des « pas riches », parient sur telle ou telle entreprises et tel ou tel état en les finançant pour, espèrent-ils, gagner de l’argent. Pas de marchés : pas d’investisseurs, pas d’entreprises, pas d’états.

    Les « obscurs financiers » dont vous parlez, ne demandent qu’une chose, que vous les remboursiez ou que vous fassiez garantir votre dette par quelqu’un de plus sérieux et de plus riche que vous. Remboursez-les, trouvez un riche parrain désintéressé qui vous cautionne et ils vous ficheront la paix.

    Vous avez raison, ce n’est pas compliqué.

    Pour s’en sortir il suffit de remettre les gens au travail (42 heures par semaine, 11 mois par ans pendant 45 ans), de trouver des débouchés pour nos produits, de rembourser ce que nous devons (au moins ce que nous devons de trop), d’expliquer aux gens intelligents (les autres on ne peut rien pour eux) que faire fortune c’est bien et c’est utile y compris pour ceux qui ne font pas fortune, de ne plus chômer quand on est capable physiquement de ne pas chômer, de baisser la consommation de médicaments et d’arrêts maladie, de tuer moins de gens sur les routes, de ne plus jeter de papiers dans la rue, fumer moins (pas du tout ce serait mieux), de ne plus casser les vitrines ou les voitures dans la rue quand on est oisif, de travailler à l’école en fonction de nos possibilités pour ne pas priver la communauté de nos talents, etc.

    Oui, vous avez raison, ce n’est pas vraiment très compliqué.

    Mais je vous crois de bonne foi. Il y a trop longtemps que l’on vous explique que toutes ces bonnes intentions que certains voudraient nous imposer sont liberticides et contraires à la dignité humaine.

    Ce qui est vraiment compliqué pour ceux qui prétendent vous mener au bonheur, c’est de dire nos quatre vérités. Il est plus facile d’accuser les banquiers, les grandes surfaces et les vilains spéculateurs en oubliant de nous dire que les premiers spéculateurs, c’est nous et que ceux qui font les prix des grandes surfaces c’est encore nous.

    Celui qui proposera de faire 10% de ce qu’il faut sera peut-être élu mais il sera impopulaire dès qu’il commencera à le faire.

    Où est le temps où la dignité humaine c’était de gagner ce que l’on mangeait quand c’était bien plus difficile que maintenant ?

    Cordialement,
    Claude

  31. Sirius dit :

    Cher JPR,
    A mon sens, ce que vit la zone euro est d’abord une crise des états à cause de leurs dettes souveraines et leur modele, c’est crise du politique donc. Certes ces déséquilibres conduisent à des marchés erratiques et des tensions sociales.
    On est risque de traiter le syndrome au lieu du véritable mal.

  32. Bricolo dit :

    Aujourd’hui, nous sommes le 13 septembre…

    Les expulsions atteignent des niveaux records. Les allocations logement ont diminué de 240 millions d’euros l’an passé. Les impayés se multiplient. L’hébergement d’urgence est sinistré.
    Jamais les loyers n’ont été si onéreux. Et pourtant, il existe en France 2,12 millions de logement vides.
    Il est impératif de :
    - forcer/réquisitionner des locaux reconnus comme habitation et/ou habitables, à être loués par les propriétaires, ou vendus dans un délai n’excédant pas deux ans;
    - assainir les pratiques des agences en matière de présentation des logements, rapports avec les locataires;
    - plafonner les hausses de loyer, en finir cet indice de hausse qui ne correspond aux nécessités mais aux besoins d’une minorité de spéculateurs du logement;
    - plafonner strictement les loyers;
    - mettre en place des procédures de justice d’urgence pour permettre aux locataires de dénoncer et faire baisser un loyer abusif. Justice dans un esprit de « comparution immédiate ». Je ne vois pas pourquoi le propriétaire affameur y échapperait alors que le petit voleur de pommes y est promis ;
    - redéfinir les normes concrètes de logement minimales et sanctionner durement les agences et propriétaires marchands de cahutes et/ou de sommeil;

    Urgence, Monsieur le Sénateur, comment faut-il le dire…

  33. Claude dit :

    Cher monsieur Bricolo,

    Avec des dictateurs comme vous, si j’ai 4 sous je ne vais surement pas les placer dans l’immobilier locatif.

    S’il y a un domaine où la démonstration est vite faite que le dirigisme et la règlementation extrême sont contre productifs c’est bien dans le domaine du logement locatif. Même les idiots ne mettent plus d’argent dans un logement dont ils ont peu de chance de toucher régulièrement les loyers et encore moins de chance de pourvoir faire valoir leurs droits alors que le pouvoir législatif se fait le complice des saccageurs d’appartements et des mauvais payeurs.

    Les victimes sont les propriétaires et les candidats locataires sérieux et honnêtes mais il ne leur reste qu’à se tirer la bourre pour être encore mieux protégé les uns des autres pendant que, progressivement, les appartements se libèrent et restent vides.

    Ceux qui ont voulu protéger exagérément les travailleurs les ont mis au chômage (surtout les plus de 50 ans) et ceux qui ont voulu protéger exagérément les locataires les ont mis à la rue.

    Croyez moi monsieur Bricolo, faites en sorte que le logement locatif soit sans risque exagéré et d’un bon rapport et l’offre égalera rapidement la demande, voire la dépassera, et les loyers baisseront. Un collégien comprendrait ça. Mais le bon sens n’est pas la denrée la plus demandée ici-bas.

    Cordialement,
    Claude

  34. jany dit :

    Retraités poignardés: suspect identifié
    Lefigaro.fr Publié le 13/09/2011

    Un suspect vient d’être identifié dans l’affaire du couple de septuagénaires poignardés à mort dans leur pavillon de Maurepas (Yvelines). Il s’agirait, selon la chaîne de télévision France 3 et la radio RTL, d’un homme d’un trentaine d’années qui connaissait le couple et vivait dans un foyer social à quelques centaines de mètres d’eux. Il aurait pris la fuite vers l’Algérie après le double meurtre et aurait été repéré grâce à sa carte bancaire. Les autorités ont ensuite perdu sa trace.

    Les retraités qui habitaient dans un quartier calme de Maurepas avaient été retrouvés mort le 3 septembre, criblés de coups de couteau. Inquiets de ne pas avoir de nouvelles, des proches avaient alerté les secours qui avaient découvert les victimes dans leur maison. Le logement avait été fouillé et des objets avaient disparu, mais aucune trace d’effraction n’avait été relevée.

  35. jany dit :

    Neuf parents sur dix craignent le bizutage

    Mots clés : bizutage, rentrée
    Par Mathilde Aubinaud, Laura Raim Mis à jour le 13/09/2011
    Des universitaires se font bizuter en septembre 2010 à Lyon
    Des universitaires se font bizuter en septembre 2010 à Lyon Crédits photo : JEAN-PHILIPPE KSIAZEK/A
    La pratique a beau être interdite depuis treize ans, elle perdure parfois dans certaines écoles sous le couvert de «week-ends d’intégration».

    On ne dit plus «bizutage», mais «week-end d’intégration». Sauf que la pratique est restée la même. Le bizutage a beau être un délit puni par la loi depuis 1998, les petits nouveaux continuent d’être mis à l’épreuve à chaque rentrée par leurs aînés.

    Une situation qui préoccupe les parents d’élèves, selon un sondage du Comité national contre le bizutage (CNCB) rendu publique mardi. L’enquête a été réalisée en février auprès de 3276 adhérents des deux principales fédérations de parents d’élèves. A la question, «savez-vous qu’un jeune qui est bizuté encourt les risques suivants», les personnes interrogées répondent oui à 92,5% pour des «traumatismes psychologiques graves» et oui à 86,5% pour «alcoolisation massive, coma éthylique, décès». Pour les parents d’élèves et étudiants interrogés, le bizutage représente à 78% «une épreuve humiliante», à 38,8% «une atteinte aux droits de l’homme» mais aussi à 27,6% «une tradition». «L’élément le plus important de cette enquête est que dans le ressenti des parents, le bizutage, c’est quelque chose de grave», a commenté la présidente du CNCB, Marie-France Henry.

    4 morts en 2010

    Si le nombre de témoignages de bizutés recueillis par le CNCB est en baisse, il semblerait en revanche que la tradition se soit étendue au delà de ses milieux habituels. «Cela ne se produit plus seulement dans les écoles de commerce et les facs de médecine. Les BTS s’y sont mis aussi, a déploré Marie-France Henry. Seules les facultés de Lettres semblent épargnées.»

    Dans les cas les plus extrêmes, ces rituels peuvent s’avérer fatals. Selon l’association, le bizutage aurait entraîné la mort de quatre étudiants l’année dernière, parmi lesquels un jeune qui, «après avoir beaucoup bu en boîte de nuit, s’est endormi sur le quai d’Austerlitz et est tombé sur les rails».

    Certains établissements ont adouci les épreuves, en remplaçant les gages les plus sadiques par des défis «bon enfant» ou civiques, comme le ramassage d’ordures ou des travaux de jardinage. Toutefois, de nombreuses écoles sont encore le théâtre de rituels traumatisants, «surtout pour les filles, que l’on oblige souvent à se déshabiller et à simuler des actes sexuels», dénonce Marie-France Henry. L’ingestion d‘alcool en grande quantité est presque toujours une étape obligatoire. Elle est même nécessaire pour des épreuves comme celle «du concours de vomi artistique», évoqué par un étudiant de médecine dans Le Parisien. Parmi les autres grands classiques, figurent aussi la dégustation de pâté de chien, le footing à 6 heures du matin ou encore le strip-tease filmé et posté sur internet…

    Face à cette situation, le ministre de l’Enseignement supérieur Laurent Wauquiez a adressé il y a deux semaines une lettre aux doyens et aux responsables d’établissement pour leur demander d’être «vigilants» sur le problème. Reste à savoir quelle utilité aura ce message face aux directeurs qui non seulement ferment les yeux sur ces pratiques mais parfois les approuvent. «Certains d’entre eux considèrent même que si un étudiant arrête l’école à cause du bizutage, c’est qu’il a raté la dernière partie de l’admission d’entrée», explique le CNBC.

    Ces dernières années, les sanctions à l’encontre des directeurs complaisants se sont multipliées, assure L’Etudiant. «Le recteur de l’académie d’Amiens, Ahmed Charai, n’est resté que trois mois à son poste, raconte le mensuel. Un départ précipité, expliqué pour partie par son manque de fermeté dans la gestion d’une affaire de bizutage à caractère sexuel à la faculté de médecine d’Amiens» en 2008.

    Pour mieux combattre ces dérives,les parents étant de plus en plus prêts à briser la loi du silence. Selon le sondage du CNBC, en cas de bizutage soupçonné, annoncé ou avéré, 85,8% d’entre eux avertiraient le chef d’établissement et 55,7% porteraient plainte.

    **********
    Nous ne voulons plus de delinquance en France et dans le meme temps nous sommes laxistes pour ces pratiques malgre une interdiction.

    Tres simple: La reponse doit etre « de la prison ferme »

    Si l’on defend les Droits de L’Homme on ne peut pas accepter dans le meme temps ce type de pratique.

    Bien cordialement,

    jany

  36. jany dit :

    INVESTIR DANS LES RÉGIONS DU MONDE QUI SE DÉVELOPPENT DANS UNE CERTAINE HARMONIE.
    « Un bon exemple l’Indonesie »

    Monsieur le Premier Ministre,

    Un français doit investir en France pour garder un cadre de vie acceptable en participant au financement de son développement…

    Dans le même temps, il est possible d’investir ailleurs, dans des pays ou le développement se fait dans une certaine harmonie, un exemple l’Indonésie.

    Ce grand pays a une population, une industries manufacturière, un marche…

    Il y a une forte demande dans de nombreux secteurs, l’automobile, le train, la production d’électricité, le traitement de l’eau, l’industrie chimique, l’industrie alimentaire, cosmétique, la restauration…les telecoms….la pharmacie..
    Des grandes compagnies y ont des investissements, comme TOTAL, NESTLE, UNILEVER, TOYOTA, HONDA, LOREAL…ETC…..

    Contrairement a la Chine, en Indonésie l’environnement du business a une dimension contrôlable, les retours sur investissements plus surs…car l’Indonésie est ouverte au dialogue, sa main d’œuvre est qualifiée…
    Et puis en Indonésie, je n’entends pas parler de crise….

    Je conseille aux investisseurs français de se renseigner, de faire le voyage, il y a beaucoup de choses a construire dans un partenariat de progrès avec ce grand pays qu’est l’Indonésie.

    Bien cordialement,

    jany

  37. mélusine dit :

    JPR, que lis-je, que lis-je ???? Vous conseillez Nicolas Sarkozy, vous devenez son mentor- sénior- tout paternel ; bref vous devenez soudain « sauveur », après avoir été « victime »… Quels beaux jeux psychologiques vous nous offrez-là ! Tout ça parce que nous , pauvre peuple, devons être « éduqué »…NS va nous faire de la pédagogie ! Nous faire admettre par exemple ce que vous susurrez dans les journaux :  » c’est sûr, ce n’est pas facile pour les familles de « payer la dette », mais malheureusement ( avec plein de regrets et de larmes pour ces pauvres gens), la chose est inéluctable… les pauvres vont payer ! »

    JPR, vous trompez de calendrier, Noël est encore loin et les dindes pas encore plumées. Et je ne ferai pas partie de celles qui vous ferons « coucou » derrière la vitre du four !

    Mélusine

  38. Claude dit :

    Chère Mélusine,

    Ouvrez les yeux ! Ce sont les pauvres et la fonction publique qui ont bénéficié de la dette ! Et ce sont les « peu pauvres » qui vont la rembourser !

    Comme les riches ne sont pas assez nombreux ni assez riches pour payer tout ce que vous avez dépensé, avez vous une autre solution ?

    Une des solutions, la plus simple, c’est de rembourser la dette « en travail », c’est à dire en produisant plus et en créant de la croissance. Pour ça il faut laisser l’économie marcher et accepter de travailler assez pour produire plus que ce que nous consommons. C’est mathématique.

    Cordialement,
    Claude

  39. Jean-Pierre Raffarin dit :

    Ma très chère Mélusine,
    Une fée si clairvoyante ne doit pas se laisser manoeuvrer par les gazettes.
    jpr

  40. jany dit :

    2012, EN TOUT HOMME, IL Y A UN ESPOIR POUR DEMAIN

    Cher Jacques,

    Internet est revenu mais pour combien de temps, il faut vivre avec…On ne peut pas tout avoir…

    Il est important comme vous le faites de rappeler la cause sociale qui doit permettre a tous de trouver le mieux être ensemble.

    Défendre le domaine social, ce n’est pas approuver tous les abus, c’est réfléchir ensemble des règles pour que chacun puisse trouver une possibilité d’épanouissement dans un environnement qui se développe dans sa forme.

    C’est le travail des hommes politiques, des entrepreneurs, des partenaires sociaux, des associations, de chacun, d’aider a ce que la société toute entière puisse évoluer dans une certaine harmonie…

    Les échéances du calendrier politique est fait pour que les grands responsables puissent montrer leur projet de société pour demain.

    C’est aussi a chacun d’appeler au dialogue et de dire ses sentiments sur un ou des projets proposes par la Droite ou la Gauche…

    Être a l’état de « BROUILLON » en 2011, dans une grande période de crise et de doute peut nous rendre critiques envers les hommes politiques en général.

    La situation en France est très grave a tous les niveaux, la gestion économique et sociale, l’entreprise et l’emploi, l’industrie, la dette et la confiance des marches, etc..
    Partout cela craque et les fonds ne sont plus la pour rééquilibrer les comptes…

    Ou va t-on ?
    Prenons-nous les moyens de notre nécessaire évolution ?
    Les démocraties sociales peuvent -elles décider une bonne fois pour toute de se financer en responsabilisant tout le monde dans une grande réflexion nationale et européenne ?
    Les hommes politiques ont-ils une vision, des projets de société et quels sont-ils ?

    2012. en tout homme, il y a un espoir pour demain…

    Bien amicalement,

    jany

  41. Jacques D'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Chère Mélusine,

    Ah les médias ! Il faut en prendre et en laisser.

    Rien de tel qu’une bonne émission où c’est l’intéressé qui s’exprime sans que ses propos ne puissent être repris et parfois mal interprétés par un quelconque journaliste. A chacun de s’en faire son idée.

    Je trouve cette vidéo très intéressante sur la position de Monsieur Raffarin.

    http://www.pluzz.fr/la-voix-est-libre—p-c-2011-09-10-11h30.html

    Bien amicalement

    Jacques

  42. mélusine dit :

    OK, JPR, je n’étais pas présente à vos entretiens. Maintenant si vos propos ont été déformés, (mal rapportés) vous pourriez faire le point là-dessus, non ? Déjà, ça me semble tellement « impensable » que vous souteniez Nicolas Sarkozy… franchement, vous n’avez pas besoin de lui ( ça serait plutôt le contraire) si en plus votre communication n’est pas claire ( pas celle de votre parti ; la vôtre, celle qui valorise vos valeurs), bref si vous n’êtes pas clair sur ce qui compose votre « vraie » identité , ce qui fait que vous êtes vertical ( et non horizontal) vous allez vous perdre. Pétard, vous pourriez mettre en valeur ce que vers quoi vous tendez : être ancré à la terre et en même temps développer l’intelligence du coeur. Pour cela il faudrait lâcher prise sur tout ce qui vous a trop « malmené »….

    @Claude : je ne vois qu’une solution pour vous Claude, m’aider à faire ma compta !

    Merci Jacques pour la vidéo, j’irais voir.

    Jany, peut-être 2012 sera le début d’une nouvelle façon d’être : l’individualisation de chacun dans une nouvelle communauté ?

  43. mélusine dit :

    Un truc rigolo : dès que JPR me donne du ‘très chère Mélusine », tout le monde derrière enchaîne  » chère Mélusine », par ci, « chère Mélusine  » par là…. quel plaisir d’être une fée sur le blog de JPR !!!

  44. Claude dit :

    Ma très chère Mélusine,

    Je ne sais pas si beaucoup l’ont fait mais j’ai pris la peine de savoir qui vous étiez (et vous le savez). Aussi, si je pense souvent que vous vous trompez d’adversaire, je sais néanmoins que vous êtes sincère. Vos écrits ici sont en accord avec vos engagements socioprofessionnels.

    Vos prises de positions sont naturellement favorables à ceux qui utilisent un langage que vous comprenez et qui flatte votre générosité et tant pis s’ils vous emmènent dans une impasse chaque fois que vous les suivez. La mémoire n’est pas un trait de votre personnalité et ce n’est pas dérangeant pour moi.

    Mais, et vous le savez bien, je vous aime bien pour qui vous êtes plutôt que pour vos prises de positions (vos illusions ?). Et si je sers du « Cher Jany » à Jany, je dois au moins vous donner du « Chère Mélusine » et c’est sincère.

    Si on méprisait tous ceux qui ne sont pas d’accord avec nous on se priverait souvent d’amis chers et toujours d’avis éclairants. Je vous apprécie mais je ne vous donnerai pas raison si je pense que vous avez tort et je ne serai pas surpris que vous ayez exactement la même attitude en attendant.

    Amicalement,
    Claude

  45. Claude dit :

    PS- Pour Mélusine : Si vous n’étiez pas si loin ce serait bien volontiers que je ferai bénévolement votre comptabilité qui ne doit pas être bien importante. Cela me rappellerait le bon vieux temps.

  46. jany dit :

    Chere Melusine,

    Vous écrivez
    « Jany, peut-être 2012 sera le début d’une nouvelle façon d’être : l’individualisation de chacun dans une nouvelle communauté ? »

    J’ai un peu perdu mes illusions sur ce sujet car en lançant le concept de démocratie participative il y a déjà un certain nombre d’années, j’espérais que le dialogue s’installerait et que chacun pourrait trouver un espace de reconnaissance et de responsabilisation dans une nouvelle communauté…

    Que reste-t-il aujourd’hui, a t-on élevé le débat ?
    Il semble que non, nous le voyons avec la crise, tous les problèmes de fond ressortent…

    Cette nouvelle communauté que nous attendons ne vient pas car les hommes politiques privilégient le pré carre…

    Que ce soit a Droite ou a Gauche, nous sommes dans une période d’attentisme…

    La crise aurait pu permettre d’améliorer les relations, de mieux gérer sans devoir faire des coupes sombres sans un minimum de dialogue…

    2012…souhaitons que cela ne soit pas une année de désillusion, faisons en sorte que les hommes ou les femmes politiques prennent leur dimension…

    Bien cordialement,

    jany

  47. jany dit :

    Chere Melusine,

    « Faire en sorte que les hommes ou les femmes politiques prennent leur dimension »

    C’est ce que nous faisons tous ici a notre manière, en exprimant des souhaits, des avis, des positions…

    Que ce soit, Mélusine, Jacques, Claude, Ernest et tous les amis de ce Carnet (avec nos différences) il y a des idées et des sentiments qui s’expriment qui peuvent permettre aux responsables politiques de faire leur synthèse et peut-être de s’ouvrir a une nouvelle voie, a de nouveaux sentiments.

    La vérité n’existe pas au singulier, elle est de l’ordre du pluriel…
    Dans le bouddhisme c’est l’acceptation du dialogue avec un univers changeant…
    (je ne suis pas bouddhiste)

    C’est pourquoi, il est important que chacun puisse s’exprimer, pour faire entendre sa voix, pour aussi communier dans un dialogue avec les autres pour entrevoir cette espace de vérité.

    « Prendre sa dimension » pour un homme ou une femme politique, c’est faire tomber le masque des postures et prendre conscience de l’essentiel de sa démarche…prendre conscience qu’il travaille pour l’éveil d’une société, pour le bien commun…

    Aujourd’hui, les murs du corporatisme sont très présents…

    Mais une bouteille a la mer, une pierre apportée, des mots écrits, rien est neutre, il y a toujours un espoir….

    Bien cordialement,

    jany

  48. Jacques D'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Chère Mélusine,

    Personnellement, je pense qu’il est aussi facile d’écrire « cher (e) » que de mettre une arobase suivie d’un nom que je trouve assez « impersonnelle » mais enfin il faut vivre avec son temps, disons que c’est l’évolution de notre société. Tout dépend du regard que l’on porte sur autrui.

    Que cherchons-nous à faire ? A dialoguer, à partager ses points de vue, à exprimer ses divergences, à essayer de mieux de se comprendre pour mieux vivre ensemble. L’intérêt est là, alors faisons le dans la convivialité, c’est comme cela que nous ferons évoluer notre société en rejetant toute agressivité qui bien souvent n’amène que des polémiques nous faisant sortir du sujet et ainsi nous grandirons.

    Prenez le temps de regarder cette vidéo, Monsieur Raffarin y est authentique, et peut-être qu’ensuite le regard que vous porterez à son endroit sera différent malgré vos divergences.

    Bien amicalement et bonne journée.

    Jacques

  49. Jacques D'Hornes dit :

    Cher Jany,

    « 2012, EN TOUT HOMME, IL Y A UN ESPOIR POUR DEMAIN »

    Votre réflexion est pertinente et elle m’a fait penser à cette interview de Monsieur Longuet parue dans le figaro « Il faut renouer avec l’électorat modéré » :

    http://www.lefigaro.fr/politique/2011/09/14/01002-20110914ARTFIG00713-longuet-il-faut-renouer-avec-l-electorat-modere.php

    Faut-il y voir un espoir…! Il est quand même heureux qu’un membre du Gouvernement fasse cette réflexion.

    Amitié

    Jacques

  50. jany dit :

    Cher Jacques,

    Nous savons que la période est difficile pour la France et pour l’Europe, les attaques contre l’Europe au travers l’Euro, les dettes des États, l’économie en général, font que l’avenir semble incertain…

    Et pourtant, nous le voyons, un peu partout des secteurs s’éveillent comme nous le montre Monsieur Jean-Pierre Raffarin…

    Malgré la crise, il est possible de lancer une grande politique de progrès qui puisse rassembler les hommes sous une bannière de confiance…

    L’Europe est attaquée parce qu’elle grandit, parce qu’elle devient un partenaire sérieux pour toute l’économie asiatique et africaine…

    Les hommes politiques doivent mieux comprendre les choix dans la gestion du pays, ils doivent admettre qu’il y a eu des erreurs de discernement dans le passe et qu’il est nécessaire de trouver un financement pérenne pour nos démocraties sociales.

    Faire des économies, optimiser les budgets, clarifier les flux pour toutes les démarches, réduire le train de vie de l’État…OUI…mais en sachant garantir les valeurs qui ont fait que nos démocraties sociales restent des exemples pour le monde…
    Non aux coupes sombres de budget sans dialogue au préalable…

    Une société qui ne réagit qu’en se recroquevillant est une société qui rétrograde…
    Si les économies sont importantes pour assainir notre type de gestion, nous devons aussi dans le même temps relancer notre politique industrielle et commerciale, relancer notre politique de l’offre…

    Une démocratie sociale et de progrès doit apprendre a se financer, elle ne trouvera le financement que si la machine économique a été relance, mais aussi si la fiscalité a été repense pour mieux s’adapter aux challenges du temps…

    Je suis pour une TVA SOCIALE +++ car je pense que la société de l’avenir sera une société de partage, d’éveil, de responsabilisation…

    Qu’il y ait des riches et des moins riches, n’est pas un problème en soi…
    Nous devons trouver la voie pour que chacun puisse trouver les outils de leur développement, a l’école, dans la cite ou dans l’entreprise…

    La France est un grand pays, avec des traditions millénaires, une culture…
    Il n’est jamais trop tard pour réagir…

    Mes amitiés,

    jany

  51. PASTEUR PHILIPPE dit :

    Monsieur RAFFARIN
    Mes respects !!
    Je suis un pasteur des Eglises de Dieu en France (membre Fédération Protestante de France) qui travaille au milieu des jeunes en dérive et en quête de recherche de vérité !! J’ai été incompris et je le suis toujours ? même des protestants …
    C’est une mission très dure de sortir des jeunes gens des drogues et mauvaises actions commises dans les lieux publics ??
    Je suis en sorte un pasteur de rues oeuvrant souvent la nuit avec Tous les dangers (agressé gravement Trois fois) !!
    J’aime votre manière de vous exprimer et votre courage quand vous défendez si bien vos idées ??
    Je suis un vieux gaulliste et un patriote de mon pays la France !!!!!!
    Pasteur PHILIPPE

  52. Claude dit :

    Cher Jany,

    Vous voyez que vous n’avez pas encore compris ! L’Europe n’est pas attaquée. Elle et les autres démocraties occidentales ont fait un hold-up sur les marchés financiers qui se défendent, c’est tout.

    « C’est pas moi M’sieur, c’est lui !  » Non ce n’est pas lui, ce n’est pas le marché financier le méchant, c’est nous les lâches.

    Il y a effectivement des gens qui se décarcassent en Lozère et partout ailleurs. Chaque millimètre gagné sur la léthargie, chaque effort consenti est un pas sur la fin de la crise de la dette à condition que ce ne soit pas au détriment de ceux qui produisent ou au profit des assistés. Nous devons produire des trucs qui se consomment pour ne pas avoir à acheter pour consommer et des trucs qui se vendent pour rembourser nos dettes.

    Le service aux personnes, c’est très bien, mais ce n’est que de la redistribution. Avantage : c’est de la redistribution morale. Il redistribue des richesses en échange de travail.

    Par contre vous avez raison. L’Europe a le vent en poupe. Elle a les outils, le savoir faire et l’envie. Qu’elle paie ses outils achetés à crédit pour tenir ses créanciers loin d’elle puis le paradis n’est plus très loin.

    Grâce à Sarkozy et malgré la crise la France s’est modernisée et elle est prête à modifier son offre maintenant que la crise de 2008 est finie. Bien sûr il aurait fallu réformer et investir encore plus mais sans marge de manoeuvre ce qui a été fait est déjà un exploit. Combattre les effets de 30 ans de course en avant sans faire de marche en arrière comme la plupart de nos concurrents et voisins, qui aurait pu le faire mieux que lui ? Ce n’est pas maintenant qu’il faut gâcher le travail. Et si vous n’avez pas compris sa démarche laissez lui le bénéfice du doute, d’autres que vous ont bien compris. Il y a beaucoup d’obstacle alors ce n’est pas sûr que ça marche jusqu’au bout mais il n’y a aucune autre solution, alors remettez vous en au ciel si vous n’êtes pas prêt à mettre la main à la poche (ou à la pâte si vos poches sont vides). Si vous voyez d’autres solutions que je ne vois pas, donnez-les, c’est urgent !

    J’ai reçu aujourd’hui un tract de la MGEN (mutuelle administrée par des fonctionnaires détachés) appelant les profs à la révolte. Si la MGEN s’en tenait à sa mission d’assurance maladie elle économiserait bien plus que les 3,5 % sur ses cotisations qu’on lui demande au titre de sa participation à l’effort national. Elle distribue l’argent des assurés sociaux qui cotisent chez elle au titre de l’assurance complémentaire maladie à de « bonnes oeuvres ». Ce n’est pas sa mission et c’est simplement de l’ABS. Je paierai ce que l’on me demandera pour aider mon pays même si j’ai eu une attitude vertueuse contrairement à beaucoup d’autres. Les profs, même en retraite, ne sont pas les plus démunis de France.

    Cordialement,
    Claude

  53. mélusine dit :

    Cari amici ( tiens, je fais un peu d’italien pour changer !) Claude, vous n’êtes pas le seul à savoir qui suis-je, que fais-je, où courge…. Le très cher Ju’âne partage notre intimité….

    Merci pour tous ces mots…. Plutôt reposant comme situation ! Surtout un week-end du patrimoine, ou justement je cours partout …

  54. Ernest Gransagne dit :

    Tant que la France et les français auront cette image en pensant à leurs fonctionnaires, nous serons là où nous en sommes : au bord !

    Qui nous fera faire un pas en arrière, dans la bonne direction ?

    http://webmail1k.orange.fr/webmail/fr_FR/download/DOWNLOAD_READ_PPT.html?IDMSG=19523&PJRANG=2&NAME=Le_chien_de_fonctionnaire.ppt&FOLDER=INBOX

    Ernest

  55. Ernest Gransagne dit :

    Ce qui est vrai pour nos fonctionnaires, vaut bien entendu pour tout le reste :

    nous ne pouvons rien changer, rien réformer, rien faire dans le bon sens…

    Et maintenant ?

    On va les faire quand, ces réformes ?

    On va s’y atteler quand, aux coupes sombres qui permettront moins de gâchis ?

    Ernest

  56. Ernest Gransagne dit :

    Ah ! C’est vrai ça !

    Le SENAT depuis dimanche n’est plus une anomalie.

    Il était tout de même jusqu’à présent, le résultat du vote des Grands Électeurs !

    Dire (les Socialistes) qu’il était une anomalie, revient à dire que « les Grands Électeurs » sont une anomalie.

    Donc les socialistes disent : la démocratie est une anomalie !

    Sauf : sauf si la majorité est de gauche, de gauche socialiste, avec seulement quelques socialistes choisis – les bons -

    Passons.

    Le fond de commerce de ces gens là, c’est clair, c’est le sectarisme.

    Entre sectarisme et dictature, la membrane n’est pas épaisse.

    Ernest

  57. Ernest Gransagne dit :

    Communiqué :
    ———————————————————————

    Le raccourci de Martine Aubry

    « Nous avons les bus qui roulent au biogaz ! » C’est Martine Aubry, qu’on voit beaucoup en ce moment dans les médias nationaux, qui le dit.

    Dans Les Inrocks de cette semaine, la candidate à la primaire socialiste est invitée à trouver quelque chose qui sonne aussi fort en matière de développement durable que les voitures électriques Heuliez dans ce Poitou-Charentes cher à Ségolène Royal. Du coup, elle assure que dans la métropole lilloise les bus roulent au biogaz. Ce n’est peut-être pas électrique, mais au moins ça fait vraiment écolo. Sauf que ce n’est pas complètement vrai. « Ce n’est pas complètement faux non plus », dit un élu Vert, interrogé sur la question, pour voler au secours de son maire. Ni vrai ni faux. La vérité est donc ailleurs. « On (Martine Aubry et ses amis de la métropole lilloise, on imagine) revend le biogaz à GDF qui le mélange à du gaz naturel du réseau et après on le rachète pour alimenter les bus (on en parlait dans ces colonnes en juillet dernier). » Pour rester dans le domaine du transport, on dira simplement que Martine Aubry a ici trouvé un raccourci.
    ———————————————————————

    Commentaire EG :

    Allez les filles ! Encore un petit effort ! Après « l’usine à gaz de Martine » et « l’Arlèsienne » de Ségolène, elles vont nous réinventer l’eau chaude.

    Savez-vous qu’il est toujours impossible de connaitre les résultats du crash-test EURO N CAP pour la Mia Électrique ?

    Savez-vous qu’il est impossible en tant que particulier de l’essayer ?

    Savez-vous que lorsque je disais que la « pénurie » de pétrole était artificielle et « entretenue » on ne cesse de trouver de nouveaux gisements ?

    Banques, Pétroliers, même combat ?

    Savez-vous que la Guyanne, si on sait s’y prendre, peut devenir le nouvel eldorado français ?

    Sauf, si on fait comme avec l’Algérie…

    Ernest

  58. fremondiere michel dit :

    parlons sans langue de bois
    si nous en somme LA,,les responsables,sont bien les politiciens de tout bords ,dont notre compagnons RAFARIN compris
    34 ans que le pays,vie a crédit,les dettes sont énormes,1700 milliards d »euros et 57 milliards d »intérêts,la dette social,136,les déficits intérieur et extérieur,des records jamais atteins,,
    quatre millions de chômeurs et l »état régularise en quatre ans 800 000 étrangers,,bizarre
    on déclenche des guerres a un millions pars jours,alors que plus de 8 millions de retraiters touche moins de 900 euros pars mois,
    l »erreur de SARKOZY,de ne pas prendre 51% des banques en faillites,est un scandale
    les trafics exploses,tabac,drogue,prostitutions,le pillage de toute les caisses,CAF RMI femmes célibataires,RSA ,l »aide médicale d »état pour tout étrangers,ect ect
    petit chef d »entreprise,,je ne suis pas du tout étonner que les gens se tourne a tort ou a raison vers la troisième voie,,le FN
    peut t »il faire plus MAL,,impossible
    notre droite molle doit faire un virage a 180,,,en est t »elle capable,,surement PAS,cars elle n »écoute pas les gens du priver,,qui colle au terrain,
    triste,mais vrais

  59. TROUILLEUX michel dit :

    Monsieur RAFFARIN,
    il ne suffira pas à l’UMP de critiquer »du bout des lèvres » la campagne socialiste tout en s’abstenant de
    démonter tous les jours s’il le faut (par l’intermédiaire bien entendu d’un porte parole et non du Président)
    les incohérences du programme socialiste quant à la gestion économique de leur programme (ils ne disent jamais sur qui deront reportées les exorations de charges salariales par exemple).
    La bataille s’avérant périlleuse en partie par la très mauvaise conjoncture et le désarroi de beaucoup de français, il est absolument nécessaire que l’UMP « monte au créneau » et ne laisse pas l’initiative au parti socialiste ayant toujours su allècher les français avec les cadeaux (empoisonnés) à chaque élection.
    Merci de reporter

  60. duclos dit :

    monsieur le sénateur,
    vous avez brillament guerroyé contre la taxe sur les parcs, mais il y en a d’autres tout aussi injustes et critiquables : la taxe sur la santé et la taxe sur la justice
    on a ressorti les timbres fiscaux à apposer sur toutes les demandes en justice : 35 €, quelque soit le montant de la demande : c’est dire que, pour une facture à recouvrer de 100 €, croyez vous que le demandeur va avancer 35 €
    lorsque l’on avait supprimé les frais de greffe, on avant parlé de progrès social : cette « contribution » est donc une régression sociale
    l’Etat ne veut plus s’occuper de la justice : il envoit les justiciables vers des voies de garage : médiation,
    délégués du procureur, conciliateur, maison du droit, cdad, etc, tout est fait pour qu’il y ait de moins en moins de monde devant les magistrats et réduire les greffes
    si la justice ne répond pas aux demandes, les justiciables chercheront d’autres voies pour faire respecter leurs droits

Laisser un commentaire