Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

5 commentaires

  1. jany dit :

    Monsieur le Premier Ministre,

    Comme vous le faites encore aujourd’hui, il est important de mettre a l’honneur les petites et moyennes entreprises qui se sont tournées vers les marches d’avenir…
    195 salaries et 450 producteurs cela fait beaucoup de monde qui partagent la réussite de cette entreprise.

    La politique industrielle et commerciale doit permettre a tous ces pôles de réussite de réfléchir et de pouvoir adapter leurs stratégies aux nouveaux marches qui se présentent.

    La France a des atouts extraordinaires, nous avons une industrie de tradition (le luxe, l’agriculture), nous avons aussi un très grand savoir faire dans les technologies du devenir (nucléaire, eau, chimie, pétrole, les communications, le transport, etc)…

    Il est possible de dépasser cette crise en devenant plus responsable et en nous tournant de manière plus dynamique vers les marches extérieurs.
    Les grands partenariats de progrès nous attendent avec les pays d’Asie, du Moyen Orient, et d’Afrique qui apprécient notre savoir faire.

    Bien cordialement,

    jany

  2. Ernest Gransagne dit :

    Que des milliers de chinois des années 2040 ou 2050, qui seront la force vive d’un grand pays, avec parmi eux des leaders mondiaux, des décideurs internationaux, l’élite de l’Asie et que ces hommes là se souviennent qu’ils auront été élevé au lait de vache du Poitou, en France, est une perspective dont on peut être très fiers.

    C’est cela, la France qui travaille.

    On n’est pas dans le discours de l’assistanat, mais dans celui de la lutte avec une concurrence mondiale où seule la compétence l’emporte sur les autres.

    Ernest

    ps : Notre Ministre de l’Agriculture hier soir chez Ruquier a réussi à « contenir » le front d’attaquants ! En face : Audrey Pulvar et son acolyte dont j’oublie le nom, Bedos, le fils insupportablement excessif ainsi que Ruqier lui même !

    Pour continuer à parler, finir ses phrases et démontrer ce que l’on veut prouver et faire passer le message que l’Agriculture française doit, comme tout le reste, devenir un pôle d’enjeux majeurs, pour demain, et bien il faut avoir du talent et de la compétence.

    Compétence, encore et toujours ce même mot qui revient.

    Oui, monsieur Hollande, madame Joly, mademoiselle Duflot qui met le Japon dans l’hémisphère Sud ! C O M P E T E N C E, ce que vous n’aurez jamais.

  3. jany dit :

    Lu dans Les Echos

    Secteurs porteurs : quelles tendances dans le bâtiment ?
    Alors que le salon Batimat vient de fermer ses portes, quelles sont les nouvelles tendances dans le secteur du bâtiment ?

    Batimat, le salon international de la construction, vient de fermer ses portes. Cette 28e édition était l’occasion de découvrir les nouvelles tendances du secteur. Selon la Fédération Française du Bâtiment, le bâtiment affiche un chiffre d’affaires de 123 milliards d’euros en 2010 et représente 1,5 million d’emplois. Même si cette année il devait connaître une croissance de 2,2 % en volume, les perspectives ne sont pas bonnes pour 2012, crise oblige. Ceux qui tireront leur épingle du jeu seront les entreprises qui proposeront des solutions innovantes, basées à la fois sur les tendances de recherche d’économie et de développement durable.
    La tendance lourde, celle qui draine nombre d’innovations et de créations d’entreprise, c’est la piste des économies d’énergie. L’efficacité énergétique apparaît comme un des tous premiers moteurs de développement d’activités nouvelles ou d’adaptation de nombreuses branches du bâtiment. En effet, en 2013, les normes « basse consommation » (BBC) s’imposeront à tous les permis de construire. A l’heure où le premier immeuble en bois sort de terre près de Nantes, les constructeurs multiplient les innovations. Une entreprise exposant de Batimat, Charpente Cénomane, a, elle, réalisé pour cette édition un module « Habitat Zéro Carbone », un bâtiment de 100 m2 à ossature bois, réunissant un ensemble de solutions énergétiquement performantes.
    Preuve que le secteur peut être dynamique, 813 nouveautés ont ainsi été proposées lors de Batimat. « La RT (réglementation thermique) 2012 oblige a une évolution importante des produits, soulignent les organisateurs du salon. C’est ainsi que l’étanchéité à l’air des bâtiments est bien prise en compte avec des produits isolants de gros-œuvre et une attention particulière sur les menuiseries. A noter, le recours au solaire photovoltaïque avec des systèmes bien intégrés aux toitures et un traitement soigné des points singuliers. (…) Par ailleurs, des produits permettent non seulement de mettre le bâtiment en conformité avec la loi de 2005 relative à l’accessibilité, mais offrent un confort pour tous ! En matière d’outillage et de matériel, on peut noter une prise en compte croissante de la réduction des Troubles Musculo-Squelettiques, des vibrations et du confort des utilisateurs. Dans le secteur de l’Informatique, on note l’arrivée très intéressante de logiciels de modélisation, chaînon manquant dans les logiciels BIM (Building Information Modeling). »

    Zoom sur les innovations

    Parmi ces innovations, Batimat a remis ses trophées. Un bon indicateur également des secteurs porteurs dans le bâtiment. Les lauréats ? Le Batimat d’Or a été remis à Tekla pour Tekla BIMsight, un logiciel qui permet à l’industrie de la construction de créer et partager des maquettes numériques en 3D. Le plus de cette application ? Les informations de construction sont partagées. Ainsi, les participants au projet (contractants, architectes, maîtres d’œuvre, bureaux d’études) ont une vision globale avec tous les détails importants dans une représentation 3D. Le Batimat d’argent est revenu à l’entreprise Schuco International pour Systeme 2°, un système autonome et personnalisé, contribuant à la réduction des émissions de CO2 avec pour objectif que le taux de réchauffement climatique ne dépasse pas 2°.
    Hors gros-œuvre, l’innovation est également au rendez-vous. Ainsi, une médaille d’Or et mention spéciale PME a été remise à Green Blade de Fibandco, un revêtement décoratif 100 % naturel en fibre de bananier dédié à l’agencement et la décoration d’intérieur, dont les coloris sont, eux aussi, obtenus naturellement. Le développement durable réinterprété en décoration : une idée maligne !

    Valérie Talmon

    ****************
    Nous pouvons parler d’innovation dans le bâtiment…
    Mais il y a un secteur qui semble oublie si nous le comparons avec les régions du monde, c’est l’architecture…
    Depuis des années, il y a une obligation, qui semble trop rigide, a se rapprocher des standards et dans le même temps a limiter la liberté d’expression de l’artiste architecte.

    Il devrait être possible en dehors des centres urbains classes de retrouver la liberté des belles images des artistes, le romantisme d’aujourd’hui ou les lignes épurées d’une composition plus pratique.

    Dans toutes l’Asie, nous voyons le secteur de la construction dans l’euphorie, de la petite maison qui se pose sur moins de 100 m2 de terrain, en passant par les standards minimalistes des complexes, jusqu’au splendides villas de luxe qui témoignent de la réussite, chacun rivalise dans la création artistique jusque dans les moindre détails.

    Il m’arrive encore de voir ces rêves oubliés des années 50 dans la banlieue parisienne, sur Cheverchemont ou au lieu-dit des quatre vents, a Triel, a Villennes ou ailleurs, des maisons de meulière ou des architectures avant-gardistes qui racontent des histoires, des amours, des amitiés ou le temps qui passe.

    Redonnons a la France le goût du rêve, le goût du beau, le goût de la liberté, le goût d’écrire ses jours…

    Bien cordialement,

    jany

  4. Ernest Gransagne dit :

    Tous ces gens qui perdent leur repères :

    Yvan Levaï… Yannick Noah… Chantal Jouanneau…

    Dur dur l’euphorie des micros.

    Ernest

  5. Alain Lavallée dit :

    Bonjour Monsieur le Premier ministre,

    je trouve très intéressant que vous souligniez que la «  » Vendée est exemplaire de cette dynamique entrepreneuriale moderne à la fois fidèle aux valeurs de la tradition mais aussi tournée avec audace vers les aventures de l’avenir. » » » » car une de mes connaissances, Jacques Palard qui est Vendéen d’origine et chercheur du CNRS (et prof à Sciences Po de Bordeaux) s’est justement passionné pour la dynamique entrepreneuriale et y a consacré quelques-unes de ses recherches. Il a consacré son dernier livre à l’étude d’une région québécoise la « Beauce  » (où valeurs traditionnelles et avenir se conjuguent , un peu comme en Vendée).

    Le titre de l’essai de Jacques Palard est «  »La Beauce inc. —- Capital social et capitalisme régional » » »

    http://www.pum.umontreal.ca/ca/fiches/978-2-7606-2181-7.html

    Bien cordialement,

    Alain Lavallée

Laisser un commentaire


 
 

Recherche

 

Calendrier

novembre 2011
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Syndiquer ce Blog