Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

13 commentaires

  1. Claude Simonnet dit :

    Très cher JPR,

    J’ai bien aimé votre prestation au journal de 20h lundi, claire et structurée, de même que la notion de « frère en république ».

    Je joins un peu de fraîcheur pour nos amis du carnet, en dehors du propos précédent.

    Voici une prescription médicale à débuter dès aujourd’hui,

    1- HYPNOMAXI-OGM, 3 le soir à prendre 1/2h après les infos et la météo.

    2- RELAXAPLIN- 1 le matin, 1 le midi, 1 le soir. Préférer la molécule d’importation.

    3- TOUTCONFOR-GENERIC, 2 et demi, à la demande après chaque information presse écrite ou télévisuelle.

    4- Prendre 1h après le repas du midi, le temps de la sieste.

    Adresser la prescription au serveur informatique avant 11H pour une livraison à votre relais-colis le plus proche vers 16H. Voir modalités d’envoi et frais d’acheminement. Pour ceux qui choisissent la livraison Colissimo, prévoir un jour ou deux supplémentaires.

    Claude Simonnet.

  2. Drugmant Christine dit :

    Madame,

    Nous comptons sur votre appui pour que l’Assemblée et le Sénat s’opposent à l’application de la TVA à 7% pour le livre.
    Cela menace directement toute la chaîne du livre (imprimeries, éditions, librairies, bibliothèques) sur tout notre territoire.
    Je me tiens à votre disposition si vous avez besoin d’approfondir la question.
    Avec mes salutations,

    Christine Drugmant

    “la belle aventure…
    12/15, rue des Grandes Ecoles
    86000 Poitiers
    05 49 41 64 14

  3. jany dit :

    Lu dans Le Figaro

    Les médias n’aiment pas donner la parole aux femmes

    Mots clés : égalité homme femmes, parité, médias, PARIS, Brigitte Grésy, Bachelot Roselyne, Michèle Reiser, COMMission sur la place des femmes dans les médias
    Par Agnès Leclair Publié le 07/12/2011 à 12:54 Réagir

    Seuls 18 % de femmes s’imposent comme «expertes» dans les médias. Télés, radios, et journaux donnent en priorité la parole aux hommes.

    Avec seulement 18 % de femmes consultées comme spécialistes, les hommes continuent de se tailler la part du lion (82 %) sur la place médiatique. Sept fois mois présentes que les hommes, les expertes ont encore du chemin à faire avant de véhiculer à plus grande échelle leur savoir et leur opinion sur les ondes, les plateaux télévisés ou dans la presse.

    Aujourd’hui, quand les femmes sont invitées, c’est avant tout comme témoin, victime, mère ou… potiche. La sensibilité, l’émotion reste leur apanage. C’est le constat de la commission sur la place des femmes dans les médias remet mercredi son rapport à Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités.

    Dans son enquête, l’instance a examiné à la loupe, cinq journaux télévisés du soir, quatre matinales et trois émissions interactives à la radio, ainsi que six magazines hebdomadaires d’information entre le 19 et le 25 septembre.
    «Si j’étais un homme, je ne serai peut-être pas où je suis»

    Résultat : les «expertes» sont 15 % dans la presse, 23 % à la radio et 18 % à la télé. Plus surprenant encore, leur présence reste discrète sur des sujets considérés comme féminins ou mixtes (75 % d’intervenants hommes). Et quand elles accèdent au graal de l’antenne, leur temps de parole est limité.

    «La légitimité du savoir reste masculin» tonne Michèle Reiser, présidente de la commission. «Si j’étais un homme, je ne serai peut-être pas où je suis, raconte Natacha Polony, journaliste au Figaro et chroniqueuse aux côtés d’Audrey Pulvar dans l’émission «On n’est pas couchés». J’ai commencé à être invitée sur le plateau de Frédéric Taddei, dans «Ce soir ou jamais», car l’émission manquait de femmes expertes susceptibles de commenter l’actualité, de faire des revues de presse. Les spécialistes femmes existent mais les éditorialistes polyvalentes sont un denrée rare. Est-ce parce que les hommes ne leur laissent pas la place ou parce qu’ils ne se positionnent pas de la même façon ? Je n’ai pas la réponse ».
    Faire appel à des expertes permet de capter l’audience féminine

    Malgré ces pourcentages pour le moins déséquilibrés, la commission veut y croire. Si les chiffres peinent à décoller, le discours évolue, veulent croire les membres de la commission. «Il y a une prise de conscience du problème, estime Brigitte Grésy, inspectrice de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) et rapporteure du texte. Il ne s’agit pas seulement de satisfaire au discours ambiant bien pensant sur l’égalité hommes/femmes. Désormais, c’est aussi une question de performance économique. Dans un monde de plus en plus concurrentiel, faire appel à des expertes permet de capter l’audience féminine. Ce n’est plus seulement un argument qui sert la cause, c’est un argument repris par les professionnels». Une option qui a également l’avantage de varier la palette des interlocuteurs.

    «On voit trop souvent les mêmes têtes. Certains experts hommes sont si présents dans les médias que leur discours devient quasi inaudible», raille l’inspectrice de l’Igas.

    La mission ne s’est volontairement pas focalisée sur la place des femmes parmi les journalistes ou dans les organigrammes des médias. Cette féminisation ne fait pas bouger les lignes, avance la commission. «Les stéréotypes sont partagés et véhiculés par les hommes comme par les femmes», souligne le rapport qui appelle à un effort délibéré, à un projet culturel et politique.
    Une table ronde d’experts uniquement masculine paraît suspecte

    Ce combat pour la place des femmes dans la lumière est-il central ? «Les médias véhiculent plus qu’une vision du monde, ils sont porteurs d’un système de valeurs qui influence chaque génération. A l’inverse, ils se doivent d’être le reflet des évolutions de la société», défend Roselyne Bachelot. Les femmes sont aujourd’hui aussi diplômées que les hommes, tout le monde s’en rend compte, le spectacle d’une table ronde d’experts uniquement masculine paraît aujourd’hui suspect.

    La démarche d’autorégulation visant à améliorer la place des femmes dans les médias initiée depuis un an est la plus propice à une sensibilisation progressive mais résolue de l’ensemble des acteurs. C’est une question autant d’éthique que de crédibilité.»

    Les présidents de chaînes ont en effet signé en 2010 un acte d’engagement pour améliorer l’image des femmes dans les médias français. Un an après, ces derniers semblent encore peiner à appliquer ces bonnes intentions. La commission, propose d’œuvrer à la constitution d’un vivier de spécialistes qui puisse mettre en valeur des profils de femmes très qualifiées. Un nouveau recours pour les médias qui cherchent souvent des spécialistes reconnus dans l’urgence.
    Par Agnès Leclair

    ********
    Les femmes sont souvent très fines dans leur approche des questions, les hommes doivent le reconnaître et leur laisser un peu plus le micro…

    Bien cordialement,

    jany

  4. Jacques D'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Cher Monsieur le Premier Ministre,

    Sur votre prestation sur TF1, vous avez été comme toujours fidèle à votre image : lucidité, honnêteté, fidélité et loyauté.

    Sur Twitter : Jean-Pierre Raffarin dit :
    Lille aurait mérité de se qualifier en 8ème de finale de la Ligue des champions

    Sur ce match : Oui et notamment sur sa première mi-temps mais on peut regretter son parcours inconstant de poule et notamment les points perdus à domicile où les Dogues ont concédé deux matchs nuls et une défaite. On ne peut pas espérer beaucoup mieux dans ces conditions. Dommage car ils auront un manque à gagner et je crains fort qu’en fin de saison, le LOSC risque de devoir se séparer de sa « petite pépite » belge, époustouflant en première mi-temps.

    Bravo aux Lyonnais bien aidés par le Real, mais la qualification est au rendez-vous, c’est l’essentiel.

    Puisque nous parlons foot. Un article a attiré mon attention :

    http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2011/12/07/eric-besson-n-a-plus-tres-envie-de-faire-de-la-politique-il-prefere-le-football_1614291_1471069.html

    Je préférerais que les hommes politiques s’occupent de foot et du sport en général, surtout pour remettre un peu d’ordre et beaucoup plus de justice, et non pas pour faire du « business » …

    Amitié

    Jacques

  5. Ernest Gransagne dit :

    Non Jany, les hommes ne doivent pas reconnaitre que les femmes sont souvent très fines dans leur approche des questions.
    Car si « vous leur laisser le micro » pour cette raison, c’est de la condescendance et c’est du sexisme à l’envers.

    Les femmes doivent vivre leur vie de femme, en complément et aux côtés des hommes.

    Elle doivent être là où elles sont, par envie, par motivation, par compétence et surtout pas parce qu’elles sont femmes !

    D’ailleurs nous avons la preuve chaque jour, qu’en politique, les femmes sont loin de briller par leur valeurs par rapport à bien des hommes…

    Elles font tout ce qu’il faut pour montrer qu’elles sont largement aussi mauvaises qu’eux.

    Alors ?

    Alors je préfère la compétence :
    « the rigth man on the right place » (homme ou femme bien entendu)

    Tout le reste est pure démagogie.

    Ernest

  6. jany dit :

    Cher Ernest,

    Merci d’avoir su nous communiquer vos sentiments personnels envers la gente féminine.

    Bien cordialement,

    jany

  7. Dominique M dit :

    Bonsoir Monsieur le Premier Ministre,
    Bonsoir à tous,
    Bonsoir Claude,
    Avant tout, je regrette que M. Raffarin ne commente pas davantage nos billets, ou les commentaires que nous tenons sur ses propos. Est-ce la prudence, le manque de temps ou la distance? A lui de nous le dire…
    Concernant mon billet précédent que Claude et Carole ont remarqué, je dirai que notre modèle économique – qui sous-tend notre modèle social si encensé – est une impasse. La preuve: le déficit commercial de la France bat des records, le chômage grimpe, la création de valeur est insuffisante pour permettre au pays de financer son budget, encore moins de rembourser ses dettes.
    Nous payons l’absence de courage qui a valu de politique depuis 1974. A cette date, la politique est devenu un jeu de rôles, où les postures comptent davantage que les actes. Il suffit de regarder les délocalisations massives, le tour de passe-passe pour camoufler les dettes ( ex : le micmac entre RFF et la SNCF).
    Il est clair que que la délocalisation accélérée de nos industries vient de la finaciarisation de l’économie, mais pas seulement. C’est le résultat d’une absence de politique économique prenant en compte les coûts de production mais aussi le transport et son impact sur l’écologie. Autant il est normal qu’une entreprise française souhaitant se développer en Asie cherche à rapprocher tout ou partie de sa production de ces marchés, autant il est choquant que pour des profits de court terme, les donneurs d’ordre français fassent travailler l’Asie pour importer en France des produits que nous sommes capables de produire, à prix de revient globaux voisins!
    Et puis, avoir laissé une minorité tuer nos ports a conduit à favoriser les autres bassins d’emploi européens tels que Barcelone par exemple. Pourquoi nos gouvernants financent-ils avec nos impôts ces syndicats non représentatifs dont le seul objectif de leurs apparatchiks est de créer un rapport de forces au profit d’une minorité? Le troisième tour des élections se fait dans la rue et il est déterminant: insultant pour la démocratie! Pire, on voit arriver désormais, le pré premier tour avec des chantages tels que nous venons de le voir à la SNCF! Et ce n’est que le premier!
    Il y a du boulot pour redresser le pays, mais je ne crois pas que la méthode de NS soit la bonne, même si celles préconisées par les autres candidats en lisse sont encore moins capables de nous sortir de cette impasse.
    Sans incantation stérile, je résumerai ainsi la politique à conduire en vous proposant quelques actions précises:
    1. Favoriser en priorité le développement des PME ( 10 à 500 p) en leur simplifiant les choses et en allégeant la fiscalité et l’administratif. Ex: une feuille de paie en dix lignes maxi,
    2. Intégrer le coût écologique global dans la fiscalité pour favoriser la production locale surla production délocalisée,
    3. Réduire drastiquement le périmètre de l’Etat pour réduire les déficits,
    4. Libérer le travail en simplifiant les procédures et les codes pour les salariés, privés ou publics, : un seul type de contrat de travail, un seul droit du travail, une seule caisse de sécurité sociale et une seule caisse de retraite complémentaire, un seul âge de départ à la retraite et une même durée de cotisations pour obtenir une retraite à taux plein, et supprimer les obstacles à la possibilité de travailler selon son désir, jusqu’à une limite de 45h par semaine,
    5. Le financement des syndicats par les seules cotisations des adhérents,
    6. Le non cumul des mandats strict pour tous élus politiques ou syndicaux, et le non renouvellement au delà de deux mandats,
    7. La mise en place du prélèvement à la source pour l’IRPP, en intégrant tous les revenus (y compris les allocations), et faire que tous les adultes (18 ans à fin de vie) paient l’IRPP, même de manière minime. Ce n’est pas normal pour la démocratie que l’IRPP ne soit payé que par moins de 50% des électeurs,
    8. La compensation systématique du versement d’une allocation par un service rendu à la société.
    Se rappeler que celui qui veut faire trouve des moyens, et que celui qui ne veut pas faire trouve ds raisons. Et que s’entendre dire par les hommes politiques à qui on soumet des idées neuves : « Vous avez raison, mais ce n’est pas possible » n’est pas admissible quand on sait que ces idées sont mises en oeuvre dans d’autres pays et avec succès!
    L’avenir est sombre mais il ne dépend que de nous, les citoyens, de redonner vie à notre démocratie et à notre économique. Ce ne sont pas aux politiques de nous dire ce qu’on peut faire ou ne pas faire, c’est à nous d’exiger de leur part autre chose qu’un jeu de rôles pour la gestion habile de leurs prébendes. Il est temps de redonner un sens au mot « servir »! Sinon, la démocratie aujourd’hui moribonde ( il suffit de voir l’envolée du taux d’abstention) perdra son dernier souffle!
    Oui, la peur est revenue. Lire avec brio un discours écrit par un conseiller n’a jamais fait une politique. Le temps est à la rupture, la vraie, et aux actes utiles.
    Bonne soirée à tous!
    Dominique M

  8. MNV dit :

    Comme l’accord de Bruxelles le montre : c’est l’euro ou la souveraineté. Il y a du Munich dans l’air ! Et ce n’est pas l’Allemagne qui est en cause ! Qu’on ne me fasse pas dire ce que je ne dis pas. Trahison des élites ! Mise à l’encan de la souveraineté nationale. Comme on le voit, le leurre monétaire de Bruxelles a fonctionné comme une ligne Maginot permettant à chacun de faire n’importe quoi ! Et on taxait de « petits Français » ceux qui dénonçaient ce prométhèisme delorien ! Et sur l’immigration : pareil. Le narcissisme (« moi, j’aime les étrangers ») est une haine du frère proche auquel on ravit sa place pour la donner à un étranger.

  9. MNV dit :

    La souveraineté française ne sera pas vendue d’un coup ni dans une construction d’ensemble. Mais par des démissions successives créant une trahison de fait. Merci Jean Monnet de nous avoir tout dit à l’avance. Il suffisait de décrypter !

  10. Mistral dit :

    Monsieur le PM

    Vous qui marchez sur les chemins de Compostelle, trouver vous normal que des chrétiens qui prient pacifiquement suite aux sois distante « pièces de théâtres » soient décrit comme des intégristes religieux par les médias et par les promoteurs de ces horreurs ??

    http://www.la-croix.com/Religion/Urbi-Orbi/France/Golgota-Picnic-peu-d-applaudissements-au-Theatre-du-Rond-Point-6-000-fideles-en-priere-a-Notre-Dame-de-Paris-_NP_-2011-12-09-745492

    Mais dans quel pays vivons nous ???

    Que des imbéciles pondent un navé sans aucun respect pour les croyants, c’est triste. Tout ça pour faire du fric, pouh !

    Mais que les journalistes décrivent comme intégristes religieux des chrétiens qui prient à Notre Dame, c’est profondément choquant.

    Ce qui dérange ce Ribes et autres 68ard, c’est le besoin de morale que la société demande. Morale bafoué par 68.

    Ces gens la sont dans la haine.

    Prions pour eux :)

  11. galanga dit :

    Cher Mistral, je me permets de vous renvoyer à cette interview du 14 septembre de l’an 2011 d’un certain Guéant, Claude, dans un obscur journal de bolcheviques échevelés:
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/09/14/01016-20110914ARTFIG00722-gueant-les-prieres-dans-la-rue-doivent-cesser.php

    Extraits:
    chapô de Le Figaro:  » À la veille de l’interdiction de prier dans les rues, le ministre de l’Intérieur, ministre des Cultes, Claude Guéant, explique pourquoi il n’entend pas céder sur ce point.  »

    M. Guéant: « Prier dans la rue n’est pas digne d’une pratique religieuse et contrevient au principe de laïcité. »
    « Dès ma prise de fonctions, j’ai indiqué que la prière dans la rue devait cesser car elle heurte la sensibilité de nombre de nos compatriotes, choqués par l’occupation de l’espace public par une pratique religieuse. Cela n’est pas conforme au principe de laïcité qui nous régit. »
    « Je le répète, j’avais dit que la pratique des prières dans la rue devait cesser et elle cessera à la date prévue. Nous pourrions aller jusqu’à l’emploi de la force si nécessaire, mais c’est une hypothèse que j’écarte car le dialogue qui a été conduit porte ses fruits. »
    « Le maire socialiste du XVIIIe arrondissement de Paris, Daniel Vaillant, a, quant à lui, déclaré que les prières de rue ne le dérangeaient pas. Je suis certain que cela dérange beaucoup de nos compatriotes. Ils n’ont rien contre telle ou telle religion, mais que l’espace public soit ainsi approprié n’est pas conforme au principe de laïcité auquel ils sont très attachés. »

    Vous dites : « Mais dans quel pays vivons nous ??? »
    Mais dans un pays dirigé par l’UMP, avec Claude Guéant pour Ministre de l’Intérieur, cher Mistral. Apparemment les dispositions de M. Guéant vous indigne, vous m’en voyez surpris.

    Vous dites : « Ces gens la sont dans la haine. »
    Mmmmhhh… J’ai tout à coup comme un gros doute sur l’identité de ceux que vous appelez « Ces gens là »…

    Note: contrairement à ce que vous indiquez, mais vous aurez sans doute mal lu, l’intertitre de l’article nommé « Manifestation intégriste » n’introduit pas (et ne qualifie donc pas) la messe à Notre-Dame mais la « prière d’exorcisme » tenue plus tard par 500 « fidèles » [sic] devant le théâtre par FSSPX, organisation reconnue par beaucoup comme des « intégristes », et à demi-mots aussi par le Vatican lui-même, puisque ce sont des dissidents traditionalistes rejetant Vatican II et l’autorité du pape et usant de la violence contre les biens, voire parfois les personnes (ici au théâtre, par l’agression à la peinture du public, ou pire lors de l’attentat criminel contre le cinéma Saint-Michel en 88).

    Je demanderais à ma tante, sœur moniale dominicaine cloitrée, de prier pour le pardon par le Seigneur pour vos erreurs, cher Mistral.

    Sans rancune ;-)

    Bien à vous
    galanga

  12. Mistral dit :

    @Galanga,

    Aucune rancune :) Mais vous jouez un peu sur les mots …

    Sur le fond, la classe médiatique aux mains de l’idéologie 68 ard n’apprécie pas qu’en 2011 de simple citoyen descendent dans la rue pour exprimer leur croyance et leur blessure.

    Vous comparez cela aux prière des musulmans. Vous avez raison.

    Au delà des extrémistes de tout bord, Ribes et les autres qui sont des vieux messieurs, vivent mal cette défaite idéologique.

    La morale est de retour !

    PS : Votre soeur moniale a bien du mérite, je suis un très mauvais chrétien.

  13. Carole dit :

    Claude Simmonnet,

    J’ai une meilleure ordonnance :

    1 ou 2 citrons vert
    Tequila Cuervo (la brune)
    Coca-cola

    Dans un grand verre haut, verser la tequila, ajouter les citrons pressés, puis remplir le verre avec du coca. Un délice.

    Ne pas abuser…………..

Laisser un commentaire