Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

10 commentaires

  1. Sirius dit :

    Cher JPR, chers tous,
    Merci pour ce billet. Vous abordez un sujet de fonds qui, parce qu’il nous fait cruellement défaut, doit être au coeur des reflexions, plus encore à l’approche d’une echéance pour choisir notre futur leader politique.

    Permettez moi de rebondir et d’apporter un angle un peu différent à votre définition du leadership. Si je devais donner un titre, je dirai : pour un leadership vertueux !

    Le leadership est fondamentalement lié à la vertu qui crée la confiance, condition sine qua non du leadership lui même et parce que la vertu est une force dynamique qui accroit la capacité à agir (bien).

    Humilité et magnanimité (vertus du coeur) sont les 2 piliers du leadership. La magnanimité comme l’habitude de tendre vers de grandes et belles choses, dans leurs reves, leurs visions, leur sens de la mission, et leur capacité à se fixer de haut objectifs de veloppement personnel.L’humilité comme l’habitude de vivre dans le vérité et le service des autres, tirer les autre plutot que les pousser, donner à ceux que l’on dirige la capacité de se réaliser eux mêmes.

    Prudence, courage, maitrise de soi et justice sont princiapement des vertus de l’intelligence et de la volonté. Elles sont les fondations du leadership. La prudence augmente les capacités à prendre de bonnes décisions (analyse, exercice du jugement), le courage permet de maintenir le cap, de resister aux pressions, la matrise de soi subordonne les émotions et les passions à la raison et projette les energies dans l’accomplissement de la mission, la justice permet de donner à chacun selon son du.

    On ne nait pas leader, on le devient ! Le leadership est une question de caractère (vertu, liberté, développement personnel) et non de tempérament !

    Par la pratique des vertus, les leaders progressent en maturité sur les aspects de jugements, de décision, de maitrise des émotions et de comportement. Le developpement des vertus humaines chez les leaders a pour objectif de devenir meilleur eux mêmes et de tirer les autres avec eux par l’exemple.

    Ayant dit cela, ma perception du leadership exercé par nos candidats politiques est très différente. Certes, je ne les connais pas personnellement. De ma fenetre, je vois chez eux peu de vision, on constate du tempérament, de la brutalité parfois, beaucoup moins de caractère, quant à leurs aspirations, leur drive est-il de servir vraiment les français ? Le niveau de confiance, base du leadership est très bas.

    Cette grille de lecture permet de voir si nos candidats permet de vérifier s’il sont aptes à répondre à notre grand besoin d’un vrai leadership authentique. Par exemple, Je ne suis pas d’accord avec votre conception du leadership de NS comme intégral, je vois plutot un leadership dérivé du leadership authentique, qu’il exerce davantage avec « potestas », le pouvoir de la fonction, que l’ »auctoritas » issu du caractère, du leadership lui même. Si on lui enleve son siege de président, le suivrait-on de la mm manière ? Il nous faut un vrai leader au sens ou les grecs anciens l’entendait.

    Notre pays a besoin d’un leadership ambitieux, noble, à la hauteur des enjeux qui nous font face. Et je ne crois pas à ceux qui se proposent comme entraineur. Il nous faut non pas un serviteur de l’etat, mais un homme habité, au service des français.

    Merci
    Sirius

  2. Jacques D'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Cher Monsieur le Premier Ministre,

    Excellente analyse. Vos propos sur le « leadership », sujet sur lequel vous vous êtes souvent exprimés, sont pertinents.

    Sur vos exemples, (sourire) vous avez (bien) choisi votre camp ! Néanmoins, sur le cas de Marine Le Pen, j’ajouterai que, certes le chef c’est un culte, mais qu’elle a su en retenir quelques leçons. Attention qu’elle n’incarne pas que ses fidèles et qu’elle n’attire à elle quelques brebis égarées, déçues par d’autres politiques… Elle sait se montrer opportuniste.

    Quant à votre excellente conclusion « Avec les difficultés financières importantes qui sont devant nous, il faudra à la France, un Président dont le Leadership sera, à la fois, décidé et humaniste. » Je pense qu’il serait pertinent d’appuyer sur le mot « humaniste » en lui adjoignant le terme « équitable ».

    Je vous souhaite une bonne journée.

    Amitié

    Jacques

  3. jany dit :

    « Ce monde est un vaste naufrage : sauve qui peut ! »
    Voltaire

  4. jany dit :

    Un sommet pour casser la spirale du chômage ????

    Il faudrait souhaiter que le dialogue grandisse et que les responsables syndicaux ouvrent leur réflexion aux méthodes de financement des régimes sociaux…
    J’ai cru a une période que les syndicats avaient change dans leur approche du dialogue, aujourd’hui a l’approche des élections, je trouve qu’ils retrouvent la ligne de leur corporatisme, c’est dommage !

    Les pendules ne seront jamais a l’heure du temps en France,
    Nous donnons trop d’importance a des syndicats qui refusent les idées de progrès…

    Aujourd’hui, les syndicats ne représentent plus qu’eux même…
    Ils comptent leurs effectifs…
    C’est l’hiver, ils sont devenus frileux…
    Les idées ont un goût d’hier…

    Comment trouver le « consensus social » dans ce cas ?

    Bien cordialement,

    jany

  5. Ernest Gransagne dit :

    Bonjour à tous

    Les faits sont têtus.
    Depuis quelques semaines, la machine s’emballe.
    Les faits d’actualités sont tous plus désespérants les uns que les autres…
    L’incompétence, la bêtise, l’aveuglement des pouvoirs, la précipitation, les petites manœuvres, tout cela contribue au brouhaha inaudible de notre Pays qui, au milieu d’une Europe morcelée, attaquée par son meilleur allié, l’Amérique, font que notre automobile lancée à vitesse trop grande, sur une route pleine de nids de poules, vient de perdre une roue.
    Déjà que l’adhérence n’était pas bonne, que nous avions des amortisseurs en fin de course, maintenant il va falloir prendre la courbe, qui arrive vite !
    Avec quatre roues, c’était déjà difficile, mais avec trois, je pense qu’il va falloir s’accrocher.

    Le leader, le guide, celui que nous avons envie de suivre, parce qu’il est brillant, convaincant, que sa vision à long terme tient la route, que son expérience passée prouve qu’il a raison, est absent.

    Nous sommes en déficit de « guide ».

    Nous sommes d’ailleurs en déficit de guides partout.

    On ne sait plus où est le devoir, le respect, l’humilité, la compétence.

    Tiens Jacques, vous qui êtes un peu ici notre expert « es Royale » j’aimerais beaucoup que vous nous fassiez part de vos réflexions sur ce que devient notre marine marchande.

    Il y a un mois un naufrage sur la plage bretonne, le 13 janvier, un naufrage sur les côtes italiennes… on ne sait plus se servir des outils que l’on possède ?

    On ne sait plus faire voler un avion, tous les matins nous entendons à la radio les camions qui se renversent, les trains qui brûlent des signaux….

    On ne parle jamais de contrôle d’alcootest ou de denrées illicites…étrange.

    Le COSTA CONCORDIA…. qui ? comment ? pourquoi ? Règlement de compte ?

    Ces nouvelles générations d’après 68, on vraiment du soucis à se faire…

    Pour nous, les cartes sont tirées, nous ne sommes pas les plus à plaindre.

    Mais en tant qu »observateurs » sans pouvoir, nous avons encore le droit d’en rire.

    Et pourtant ce n’est pas très gai.

    Ernest

  6. Mistral dit :

    Bon ras le bol.

    Je viens de voir le grand journal avec deux abrutis la gueule enfariné venir nous expliquer que :
    « parce que tout le monde se sent écouté, y a forcément un truc. »

    Ils ont écrit un trac politique qu’ils appellent « livre » pour nous dire que nous vivons dans un régime dictatoriale.

    Dictature de la pensée unique oui.

    Ras le bol, mais ras le bol de tous ces cons qui passent leurs temps dans les médias à cracher sur le président et ses électeurs.

    Je ne sais pas si tous ces intelligents, « journaliste », expert et autres imbéciles, à Paris ont une petite idée de la colère qui règne dan le pays.

    J’en suis arrivé au point qui si j’en rencontre un, je lui parlerai du pays à un point qu’il n’imagine même pas. Et je ne pense pas être le seul.

    J’espère que tous la droite et le centre vont soutenir le président parce que la ca va trop loin.

    C’est quand même pas une petite minorité de bobos socialistes et autres sectes parisienne qui tiennent les médias qui vont faire l’élection du président !!!!

    Elles est ou la démocratie !!! ???

  7. Jacques D'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Cher Ernest,

    Je vous remercie de votre attention. Pour ce qui est de mes réflexions, je préfère vous aiguiller sur un excellent site qui traite tout ce qui est du domaine maritime et le fait très bien que ce soit la marine marchande, la plaisance ou la « Royale » .

    http://www.meretmarine.com/

    Bien amicalement

    Jacques

  8. jany dit :

    Monsieur le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin,

    Nous avons souvent parle de « leader », de « leadership », d’ »humanisme » sur le CarnetJPR, je pense qu’avec Jacques nous sommes sur la même ligne avec cette question…

    Pourquoi ne pas avoir pris conscience des 2007 de la nécessité d’une grande politique de progrès ?

    5 ans cela passe vite, avec la crise tout le long du parcours…

    Il y a un an et demi, il était possible de mettre en place une grande politique qui rassemble les français.

    Le choix a été celui de la continuité…c’était un choix…mais pouvons-nous dire que c’était un appel pour plus de confiance , plus d’appétit d’entreprendre…?

    Aujourd’hui, parlez de leader, de leadership, de l’humanisme, c’est se poser la question de qui peut mettre en œuvre une grande politique de progrès ?

    Aujourd’hui, ne sommes-nous pas obliges dans notre choix, celui de ne pas retourner en arrière…les années 80 et sa pensée unique comme règle de vie ?

    Un simple choix de conscience…

    Mais en sachant que nous ne trouverons pas au rendez-vous ce grand leader, ce leadership mythique, cette grande politique de progrès que certains de nous attendent.

    Bien cordialement,

    jany

  9. jany dit :

    Lu dans Le Figaro

    L’Indonésie sauvera la forêt de Bornéo
    AFP Publié le 19/01/2012 à 12:34

    L’Indonésie a proclamé zone conservée une gigantesque forêt tropicale qui recouvre une bonne partie de l’île de Bornéo, promettant d’en faire le « poumon du monde », a annoncé aujourd’hui le ministère indonésien des Forêts.

    Le président Susilo Bambang Yudhoyono a signé un décret proclamant zone conservée 45% de la partie indonésienne de l’île de Bornéo, ce qui devrait permettre à l’Indonésie de « remplir sa promesse de réduire de 26% d’ici à 2020 ses émissions de gaz à effet de serre », a indiqué le secrétaire général du ministère des Forêts, Hadi Daryanto.

    « Au moins 45% de la partie indonésienne de l’île de Bornéo serviront (ainsi) de poumon du monde », a indiqué le bureau de la présidence indonésienne. La zone conservée, qui abrite une des biodiversités les plus importantes au monde, recouvre 245.000 km2, soit un tiers de la surface totale de Bornéo.

    Cette île, située en Asie du Sud-Est, est partagée entre le sultanat de Brunei et la Malaisie au nord, et l’Indonésie au sud. L’Indonésie, quatrième pays le plus peuplé au monde avec 240 millions d’habitants, abrite certaines des plus importantes forêts tropicales de la planète. Mais l’archipel est le troisième plus important émetteur mondial de gaz à effet de serre, en raison en particulier de la déforestation.

    ********
    C’est un choix important pour l’Indonésie et pour le monde de protéger la foret de Bornéo…
    En respectant la biodiversité, nous respectons aussi le patrimoine mondial et les hommes qui vivent dans cette région…

    Bien cordialement,

    jany

  10. Carole dit :

    Bonsoir monsieur Raffarin,
    Bonsoir à tous,

    Les leaders historiques : Napoleon et de Gaulle pour la France. Plus proche Thatcher, si l’on reste en U.E. Visionnaires sans complaisance. C’est ce qu’il nous faudrait.

    • Nicolas Sarkozy, c’est le leadership « intégral ».
    En première ligne, il impose mais il s’expose.
    Il préside et gouverne à la fois.
    Sa vision est celle du combat contre la crise.
    Son caractère, fort, influence son relationnel

    Intégral n’est pas le mot qui convient. Pas assez visionnaire et trop de complaisance, malgré son caractère fort. Juste une petite remarque, un visionnaire n’aurait pas opté pour un quinquennat (trop court). Je rejoins assez Sirius dans son constat. Quant à son relationnel, cet été, il est allé chez des proches. Leur remarque : homme agréable, spontané, ouvert, simple, connait ses dossiers. Beaucoup plus que ceux qui l’accompagnaient.
    ______________________________________________________________________
    • François Hollande, c’est l’inverse.
    Son relationnel, fort, influence son caractère.
    C’est le leadership » sceptique », un peu à contre-cœur.
    Sa vision est très bariolée, rouge, rose, verte.

    Ce n’est même pas l’inverse, il n’a aucun leadership.
    _______________________________________________________________________
    • François Bayrou, c’est le Leadership « solitaire ».
    Il est convaincu que son jour viendra. Sa vision est le ni-ni, ni a gauche ni a droite.
    Le caractère et le relationnel sont plus fermes que la vision.

    Igual qu’Hollande. Quand on penche dans le sens du vent, sans cap défini, on s’arnache d’une bonne bouée. Un coup à Droite, un coup à Gauche suivant l’écume..
    J’aime bien votre remarque #sa vision est le ni-ni#, cela me rappelle un syndicaliste de l’E.N. (je ne sais plus le nom Sorry). Sa dernière : #Tête dure parlant à des têtes dures# (Dunkerque). La brosse à reluire. Sûrement un bon professeur, mais pas plus. Oh la la, voilà qu’il fait un cours de calcul mental, il ne sait pas qu’il a en face de lui des gens qui savent encore compter. Bref aucune stature d’homme d’Etat. Oh la la, Aragon maintenant. C’est pas un discours politique, c’est une dissertation d’un homme rêveur. Les pauvres, ils vont s’endormir, allez je zappe.

    ____________________________________________________________________________
    • Marine Le Pen, c’est le Leadership » en héritage ».
    La vision est sombre. Le caractère rigide. Le relationnel discriminant.
    Ici, le chef c’est un culte, il n’incarne que ses fidèles.

    D’accord avec vous pour l’héritage, mais il me semble qu’elle est très intelligente cette jeune femme.
    Danger.

    Quant à l’électrochoc, un visionnaire aurait dû le voir venir. Il y avait quand même des alertes. Les marchés l’avaient intégré. Il fallait s’y attendre. Je ne crois pas que cela a été un électrochoc pour le gouv, ils le savaient, mais peut-être ne voulaient-ils pas y croire.
    J’ai entendu certains dire, cela ne changera rien. Dios, ne regardent-ils jamais les chiffres des douanes, on continue de s’enfoncer. Les entreprises (emplois) s’évaporent. A l’étranger, je lisais : La France a perdu la note suprême, la note d’excellence. Et ce n’est pas avec des syndicats inutiles qui ne représentent qu’eux-mêmes, qu’un leader pourra faire avancer le pays.

    Bien cordialement.

Laisser un commentaire


 
 

Recherche

 

Calendrier

janvier 2012
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Syndiquer ce Blog