Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

44 commentaires

  1. jany dit :

    Monsieur le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin,

    Vous écrivez:
    La Chine fredonne : « aimer et se sentir aimé … »
    Est-ce le romantisme et l’exotisme du voyage qui vous fait penser cela ?

    Il est vrai que dans l’Asie millénaire tout est possible et l’age n’a pas de raison pour ne pas être déraisonnable.

    Vous le dites clairement, « la Chine est un acteur global » elle sait aller vers les autres en construisant des partenariats et des amitiés sur le long terme…

    Devant la crise européenne, la Chine est vigilante, mais elle sait aussi que le temps rétablit toujours les harmonies.

    Souhaitons a notre France, a notre Europe, que la confiance revienne vite…

    Souhaitons aussi aux partis de Droite qu’ils retrouvent un véritable débat des idées pour mieux préparer les échéances et un avenir pour la France…

    Que nous ayons raison sur le fond, n’oublions pas que la manière de le dire est aussi importante pour un peuple qui a besoin de reconnaissance…

    Je vous souhaite un très bon changement d’air…
    Le vent du large nous rappelle toujours son éternité de confiance…

    Bien cordialement,

    jany

  2. Ernest Gransagne dit :

    Et oui, c’est bien, dans les lignes de développement exécutées par la Chine, ce que l’on peut définir sous la désignation de « c o h é r e n c e  »

    L’ Europe, l’Occident, ne le sont plus depuis longtemps.

    Nous sommes dans un changement de société profond, irréversible.

    Les politiques s’accrochent à leur rocher, désespérément, en refusant de voir et de comprendre.

    Nous mourrons debout comme certains devant le peloton d’exécution, mais nous mourrons.

    L’autre direction serait d’avoir de vrais leaders…

    Des « visionnaires » qui emmènent avec eux des courants réellement nouveaux.

    Ceux là, nous les attendons encore.

    Ernest

  3. jany dit :

    Lu dans Le Figaro

    La presse britannique raille l’investiture
    AFP Mis à jour le 16/05/2012 à 12:38 | publié le 16/05/2012 à 11:36 Réactions (23)

    La presse britannique faisait ses choux gras ce matin des intempéries qui ont marqué le premier jour au pouvoir du nouveau président français François Hollande, y voyant un signe prémonitoire des difficultés qui l’attendent en pleine crise de l’euro.

    François Hollande a d’abord été « mouillé jusqu’aux os » lors son bain de foule à Paris, note le Daily Telegraph, avec à l’appui une photo du président « impassible » dans un costume détrempé. « Mais le pire était à venir », poursuit le journal proche des conservateurs.

    En route pour Berlin, « son avion a été touché par un éclair au bout de quatre minutes de vol. Avec la Grèce qui implose, il n’est pas injuste de se demander si les dieux ne lui envoyaient pas un avertissement. »

    Première journée « calamiteuse »

    Même ton dans le Times: « La tentative du président François Hollande pour lancer à Berlin une nouvelle stratégie européenne pour encourager la croissance ressemblait à une scène du Crépuscule des dieux de Richard Wagner, quand le ciel s’est ouvert et son avion a été obligé de faire demi-tour à cause du mauvais temps. »

    Ces « événements cocasses » étaient un « sinistre présage » pour l’euro, prédit aussi le tabloïd The Sun, plus gros tirage de la presse britannique, qui qualifie de « calamiteuse » la première journée au pouvoir de François Hollande.

    Cette journée a ressemblé à un « pétard mouillé », selon le Daily Mail. « Lors de scènes qui rappelaient plus Clouseau (l’inspecteur incompétent mais chanceux de +La Panthère rose+, NDLR) que Charles de Gaulle, l’homme surnommé +M. Normal+ par les Français (…) a connu une pluie aux proportions bibliques, son avion pour Berlin été frappé par un éclair, et quand il est finalement arrivé en Allemagne (…), il a gaffé sur le tapis rouge. »

    Le Times se moque aussi du choix de la voiture du président socialiste, une Citroën hybride DS5 décapotable, pour remonter les Champs-Elysées. C’était « comique » car « incongru », selon le quotidien proche des conservateurs.

    « Le nouveau président a revu à la baisse la puissance de son automobile, mais il ne pouvait rien faire concernant » les gardes républicains à ses côtés. « L’Arc de Triomphe (…) sera toujours trop grand comme toile de fond pour une voiture familiale », assène le journal.

    ********
    Ce n’est pas facile pour un nouveau président de trouver ses marques…
    L’orage ce n’est pas de sa faute…
    Souhaitons quand même que derrière tout cela ne se cache pas un Gaston La Gaffe…

    Bien cordialement,

    jany

  4. Ernest Gransagne dit :

    Hier, mardi 15 mai 2012, nous avons assisté à une grande leçon :

    comment le nouveau Président (et son équipe rapprochée) maîtrise la C O M !

    C’est ce que l’ancienne majorité a complètement raté.

    Cette journée est un cas d’école !

    Maitrise du timing, maitrise des journalistes, maitrise de l’image, maitrise de chaque plan télé, maitrise des annonces, maitrise des changements de costume, (on se demande si les rafales de pluie n’étaient pas télécommandées) maitrise des symboles, maitrise de « lantisarko » dans chaque geste, maitrise du bling-bling qui en s’en servant de manière éhontée, réussit à faire croire que les ors de la République sont accessibles aux plus démunis….

    Même l’orage était là pour ajouter un effet extraordinaire au Falcon entouré de feu, l’espace de l’éclair !

    Fort le gars !

    On va rigoler !

    Ernest

    PS : Les reniements de campagne, par contre sont déjà nombreux ! En une seule journée !

    Mais bien entendu, les journaleux sont à la botte et se taisent….

    Hier soir au JT de 20:00 le reportage sur « Aillerot » le prime minister, prouvait bien que toute la presse savait qu’il était désigné, depuis plusieurs jours. Mais le secret ne fut pas trahi.

    Du temps de Sarkozy, il y aurait eu fuites, invitation de représentants multiples d’opposition à tous les micros et avalanches de démolition des textes….

    Là rien, une presse unie, unicorde, uniforme, unieplate, UNIE on vous dit.

  5. costaz dit :

    Que faisiez-vous Mr Raffarin, premier ministre en période de relative propsérité, lorsque G. Schroeder réformait courageusement l’Allemagne avec le succès que l’on sait ?

    Vous êtes responsable pour une bonne part du décrochage de la France sur son voisin germanique.

    Vous devriez faire profil bas avant de donner des leçons à N. Sarkozy.

  6. jany dit :

    Un Gouvernement de transition

    Avec Laurent Fabius, Pierre Moscovici, Manuel Valls, nous ne sommes pas devant un gouvernement sans expérience.
    Chacune de ces personnes a une approche républicaine de la vie politique.

    Dans ce temps de crise, autant qu’ils réussissent leur parcours de transition pour que la France retrouve la confiance.
    Que l’on soit de Gauche ou de Droite, le marche est la pour rappeler les nécessités d’une bonne gestion.

    La Droite doit profiter de cette période pour faire grandir son message, montrer son unité dans la diversité des idées et de ses courants…

    Bien cordialement,

    jany

  7. Elodie dit :

    « Aimer et se sentir aimé »…c’est joli à fredonner. On devrait aussi fredonner cela en France, en mettant l’accent sur le mot aimer, du côté de la frange droitière de l’UMP par exemple.
    Sinon, la Chine a quelques « inimitiés » quand même, le Japon par exemple, et quelques alliés privilégiés aussi (comme ses grands clients ou ses partenaires idéologiques) mais c’est vrai qu’elle raisonne volontiers en « gagnant-gagnant », c’est plûtot intelligent.

  8. Zwartepiet dit :

    Depuis le mois de mars de cette année, des institutions japonaises sont autorisées, par le gouvernement chinois, à souscrire aux emprunts de l’Etat chinois:

    La Chine octroie au Japon le droit d’acheter des bons du Trésor chinois pour un montant de 10.3 milliards de dollars

    14 mars 2012

    Par KEIKO YOSHIOKA / Correspondent

    http://ajw.asahi.com/article/economy/business/AJ201203140035

    D’après l’article ci-dessus, l’Autriche ferait partie de ces happy few autorisés à souscrire des obligations d’Etat chinoises… Qu’en est-il de la France? Par les temps qui courent, nombreuses doivent être les banques et compagnies d’assurance françaises qui renfloueraient volontiers leur portefeuille d’actifs financiers avec de la dette chinoise libellée en yuans –et garantie par l’Etat chinois (et ses $3000 milliards de réserves).

    Zwartepiet

  9. Jacques D'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Cher Costaz,

    Dans le temps de votre réflexion vous semblez avoir omis certaines choses… En particulier que Monsieur Raffarin et son Gouvernement dans lequel figuraient Messieurs Sarkozy, Fillon et quelques autres toujours en responsabilités, avaient pris la succession de cinq années de gouvernance socialiste avec quelques factures assez lourdes laissées par son prédécesseur à régler, certains budgets à rééquilibrer notamment ceux qui servaient déjà de « variable d’ajustement » pour d’autres et quelques mesures qui furent longues à digérer, nous en avons encore quelques séquelles, les 35 heures par exemple.

    Par ailleurs, dire « en période de relative prospérité », pour la France cela est un peu « osé ». Il ne faut pas oublier qu’à l’arrivée de Monsieur Raffarin à Matignon, notre croissance avait déjà amorcé sa chute vertigineuse pour être en négatif quelques mois plus tard, les effets d’une politique étant toujours ressentis quelques temps plus tard. Néanmoins, il avait réussi à redresser la barre puisqu’à son départ notre croissance était remontée au delà de 2%. Il en fût de même pour le chômage qui était déjà en augmentation depuis quelques mois à son arrivée alors qu’en 2005 il était reparti en diminution tangible après avoir rétabli les conditions de la compétitivité de notre économie et incité à la création d’entreprises et profondément renforcé les moyens mobilisés pour ramener les chômeurs vers l’emploi notamment à travers notamment l’adoption du Plan de cohésion sociale.

    Vous êtes un peu injuste envers Monsieur Raffarin. Il est vrai qu’il a toujours bon dos ce cher et brave Monsieur dans ces cas-là. Quand ce fût positif, on fût beaucoup moins élogieux à son endroit, on attribua les lauriers de la réussite à ses ministres.

    Cordialement

    Jacques

  10. Sylviane VALENTE / de GREGORIO dit :

    Bonne fin de journée (?), Monsieur le Premier Ministre et Cher Jean-Pierre,

    Bonne fin de journée, à nos Amis et Amies du Carnet de J. P. – R.

    Oui, il faut bien se rendre à l’évidence, la Chine a bien compris et mieux que tous
    les autres pays membres des B R I C S, quel était son intérêt, l’intérêt de son immense
    peuple : travailler, collaborer avec tous ceux et celles qui le souhaitent, ils sont nombreux,
    dites-vous, encore plus, dirais-je !……

    Á nous, Français et Françaises, de nous adapter à cette  » nouvelle politique économique »
    MADE IN CHINA, ceci afin de redresser autant que possible les économies
    Françaises et Européennes, tout « en soutenant » (en suscitant !….) les efforts de la Chine en vue de conduire ce Vaste Pays – Continent qu’est « l’Empire du Milieu »,

    vers la DÉMOCRATIE

    sur laquelle elle ne peut aucunement « faire l’impasse », si elle veut également « être RESPECTÉE » et aussi « être AIMÉE »

    ET DEVENIR UN DES LEADERS MONDIAUX dans le GRAND CONCERT DES NATIONS !
    et pas seulement un COMMERÇANT aussi gigantesque, soit-il et à qui vous apportez toute
    votre contribution, depuis longtemps, sans relâche et que VOUS DEVEZ ABSOLUMENT POURSUIVRE !

    Bien Amicalement à Vous, les Amis et Amies du Carnet de J. P. – R.

    Bien Fidèlement à Vous, Monsieur le Premier Ministre – Humaniste et Cher Jean-Pierre !

    Sylviane

  11. carbonel dit :

    Monsieur ,

    je ne pense pas que la chine apportera quoi que ce soit qui permettra de sortir de la crise europeenne , il existe 2 solution , ou travailler gratuit ou bien croire aux miracles .

    les 5 ans de L’UMP a été de bloquer et interdire pour ettouffer le pays , pas de creations ,pas de croissance, pas de production .je ne suis evidement pas pour que un parti politique socialiste soit au pouvoir surtout en periode de crise financiere europeenne toutefois parfois cela peux permettre de relancer la confiance et l espoir au lieu de communiquer la negativité que tout va mal .

    enfin , bon , grace a L’UMP une reforme a été appliqué et je ne peux plus travailler a cause de cette reforme apellé  » la loi sarkosy « 

  12. Mic dit :

    Bonsoir Monsieur Raffarin,

    On peut lire dans vos mots présentant votre décision de voyage en Chine « après cette dure campagne, je vais changer d’air «
    Il y a là, de votre part, méprise dans l’usage de notre langue : « une dure campagne » appartient par exemple, à la pensée légitime que peut avoir un combattant envoyé au front … Sauf erreur, vous n’êtes pas dans ce cas, rassurez-nous SVP !

    Puis, vous ajoutez « je vais faire quelques conférences …, je participerai également à un Forum économique mondial …, je veillerai, comme je l’ai toujours fait, à être en totale cohérence avec notre Diplomatie, … ».
    Permettez-nous d’imaginer la douceur de « ce travail acharné » comme vous diriez sûrement, … pour vous, qui venait juste de subir « une dure campagne », au risque de vous répéter.

    Avez-vous remarqué comme les mots « travail, courage, respect, dignité » sonnent bizarrement dans la bouche des parlementaires … qui ne font que parlementer, discourir et finalement signer ?

    Venons en maintenant à cet après voyage, qui a dû naturellement être commandité par le Quai d’Orsay, auprès du seul responsable politique européen membre du Board du Boao forum, que vous êtes, je le rappelle …

    Vos conclusions pointues nous apprennent que : « la Chine ne met pas tous ses oeufs dans le même panier. .. , La Chine avance avec ceux qui veulent avancer avec elle … ».
    Nous sommes très loin des scoops !
    Toutes ces conclusions, si elles n’étaient pas risibles, sont en tout cas bien décevantes dans votre bouche.
    A l’heure des visio-conférences, que penser de ce voyage ? …
    Triste bilan politique, triste bilan carbone.

    Monsieur Raffarin, faites tomber les masques SVP.
    Tout cela coûte très cher à notre Nation … car vous n’êtes malheureusement pas le seul.

    Le train de vie de la France ne correspond pas au train de vie de tous les français.
    Ils l’ont d’ailleurs très bien signifié !

  13. Costaz dit :

    Cher Jacques,
    je ne suis pas injuste envers ce « brave » Monsieur Raffarin mais je constate factuellement qu’il n’a malheureusement pas eu le courage d’un Gehard Schroeder. Si nous constatons aujourd’hui un tel décalage avec l’Allemagne, c’est en partie parcequ’il n’a pas mené les réformes de structure qui s’imposaient. La France n’était pourtant pas en crise et Chirac avait été élu avec 80 % des voix. La France a bêtement gaspillé là une chance de se redresser. L’histoire jugera sévèrement les gouvernants de l’époque.
    Quant à vouloir imputer l’absence de réforme de cette période à N. Sarkozy, ministre de l’intérieur, quand on sait à quel point il était contrôlé par Chirac, ce n’est pas sérieux.

    Mon propos n’est pas d’accabler ce « brave » Monsieur Raffarin mais simplement de lui rappeler qu’il est vraiment mal placé aujourd’hui pour critiquer N. Sarkozy et lui faire porter la responsabilité de la défaite !

    La défaite de N. Sarkozy, c’est aussi sa défaite, alors un peu de retenue et de dignité !

  14. jany dit :

    Cher Mr Costaz,

    Vous pouvez avoir votre sentiment sur une époque, mais comme vous le savez il est difficile de revenir en arrière et surtout de comprendre dans sa globalité le monde de cette époque précise.

    Le peuple français n’est pas le peuple allemand, il n’a pas les mêmes syndicats non plus, vouloir reformer la France n’est pas chose facile et peut amener un sentiment de rejet.

    La période de Présidence de Nicolas Sarkozy était celle des reformes, mais aussi d’une grande incompréhension sur la méthode et des relais dans l’opinion.

    En parler n’est pas « un manque de retenue, ni de dignité » mais un besoin de comprendre, de partager les questions…

    Bien cordialement,

    jany

  15. jany dit :

    Le chevalier de Maison-Rouge

    Année de publication 1846

    Genre Roman
    Alexandre Dumas
    Collaborateur(s) Auguste Maquet

    Epoque du récit 1793

    Résumé Paris, mars 1793. Le Tribunal révolutionnaire vient d’être institué et la Terreur est imminente… Marie-Antoinette est prisonnière au Temple en attendant son procès dont l’issue ne fait aucun doute.

    Les gardes nationaux chargés de sa surveillance redoublent de vigilance: ils ont appris le retour du chevalier de Maison-Rouge. Connu pour l’amour qu’il porte à la reine, il est capable de tout pour la soustraire au terrible sort qui l’attend.

    Le chevalier trouve refuge chez Dixmer et sa charmante épouse Geneviève, tous deux fervents royalistes. Ils font passer à la reine un message caché dans un œillet, avec l’aide involontaire de Maurice Lindey, un jeune garde national de service auprès de la reine, républicain convaincu mais amoureux fou de Geneviève.

    La découverte de ce mot par l’infâme Simon (le «bourreau» du dauphin) fait avorter le complot et provoque l’arrestation de Maurice dont l’innocence est reconnue grâce à une preuve amenée par Lorin, son collègue et ami, qui dans cette période troublée prend le risque de devenir suspect lui aussi.

    Dixmer s’enfuit. Maurice se rend à l’évidence qu’il a été dupé. Mais sa rancoeur ne résiste pas à l’amour de Geneviève et, pour elle, il trahit ses convictions et la sauve de l’arrestation, ainsi que le chevalier de Maison-Rouge. Poursuivi par la haine et les soupçons de Simon, il décide alors de quitter la France en compagnie de Geneviève, devenue sa maîtresse.

    Mais Dixmer ne l’entend pas ainsi. Pour se venger de l’adultère de sa femme, il l’enlève et la destine à prendre la place de Marie-Antoinette d’abord dans sa prison de la conciergerie où elle a été transférée, puis sur l’échafaud. Mais ce plan échoue du fait de sa simultanéité avec une nouvelle tentative du chevalier de Maison-Rouge. Geneviève arrêtée et emprisonnée, Maurice et Lorin, malgré les risques, se mettent à sa recherche.

    Marie-Antoinette est condamnée à mort et exécutée le 16 octobre 1793. N’ayant pas réussi à sauver sa reine, le chevalier de Maison-Rouge se donne la mort au même moment sous l’échafaud.

    Geneviève est jugée en même temps que Lorin, appréhendé pour délit d’accointances avec l’accusée, Maurice évitant l’arrestation par hasard. Il profite alors de cette liberté pour tuer Dixmer en duel avant de rejoindre de son propre chef Geneviève et Lorin, tous deux condamnés à mort.

    Analyse Les lecteurs de la série de romans de la révolution couvrant la période précédente (Joseph Balsamo, Le collier de la reine, Ange Pitou et La comtesse de Charny) pouvaient penser que nous allions assister dans ce roman au retour du chevalier Philippe de Taverney de Maison-Rouge, le frère d’Andrée, que nous avions quitté dans Le collier de la reine en amoureux malheureux de la reine. Et bien ce n’est pas le cas, ce qui peut surprendre un peu et nous faire nous demander pourquoi Dumas a abandonné ce personnage dont on ne sait finalement pas vraiment ce qu’il devient…

    Cela n’empêche pas Le chevalier de Maison-Rouge d’être intéressant, bien au contraire! Dumas ne nous laisse pas le temps de souffler, il nous emporte dans la tourmente de cette période bien terrible et de ses excès.

    Une royaliste et un républicain essayent de concilier leur amour et leurs convictions, mais Maurice devient suspect parce qu’il fréquente une aristocrate… Les individus ne comptent plus, seules prévalent les idées. Il n’est plus permis d’être humain, compatissant ou généreux sans devenir suspect aux yeux des fanatiques du comité de salut public (pour un mot qu’il ne fallait pas dire, on pouvait se retrouver condamné à mort).

    Dumas conte là une bien belle histoire d’amour (Maurice préfère son amour à son honneur) et d’amitié (le personnage de Lorin est magnifique) mais aussi bien triste (tout comme la période qui sert de toile de fond)…

    Avant sa publication en feuilleton dans La démocratie politique, ce roman devait d’abord s’appeler Geneviève ou un épisode de 93, puis Le chevalier de Rougeville. Si le livre a changé de nom au dernier moment, c’est parce que, peu avant sa publication, Dumas a reçu une lettre du fils du véritable marquis de Rougeville qui s’inquiétait de ce que l’écrivain allait dire sur son père. A la suite de quoi Dumas changea le nom du feuilleton. A cet égard, pour plus d’information, on peut se référer au livre de Georges Lenôtre Le vrai chevalier de Maison-Rouge.

    Très célèbre, ce roman a été l’objet d’une adaptation théâtrale en 1847, Le chevalier de Maison-Rouge, écrite conjointement par Dumas et Maquet. Depuis, il a donné lieu à de nombreuses adaptations télévisées.

    Nicole Vougny
    © Société des Amis d’Alexandre Dumas

    **********
    Il y a des titres mythiques comme celui-la qui fait qu’un personnage prend sa place dans l’histoire…

    jany

  16. jany dit :

    Ayrault: « lancer un signal fort aux Grecs »

    C’est quoi au juste « un signal fort » ou « un signal faible » ?

    jany

  17. Jacques D'Hornes dit :

    Bonsoir à tous,

    Cher Costaz,

    Il me semble bien que Monsieur Schroeder avait entrepris son travail de préparation et de réformes dès 1998 à sa prise de fonction pour son premier mandat de chancelier, soit 4 ans avant celle de Monsieur Raffarin. Si à l’époque le Gouvernement français (socialiste) avait entrepris les mêmes démarches nous n’aurions sans doute pas pris ce retard, et pourtant durant ces 4 années nous avions une croissance qui avoisina parfois les 4 %, nos dirigeants de l’époque ont choisi une autre voie, par exemple le choix des 35 heures et le mal était fait. A sa prise de fonction, Monsieur Raffarin ne fit que constater les dégâts, il ne lui restait plus qu’à enrayer un processus dans son développement, ce qu’il essaya de faire notamment avec l’assouplissement des 35 heures, il est alors assez difficile de lui faire porter le chapeau de ne pas avoir emprunté la voie tracée par le chancelier allemand alors que la période n’était plus opportune.

    Vous dites ensuite « quant à vouloir imputer l’absence de réforme de cette période à N. Sarkozy », là n’était pas mon intention, je voulais simplement attirer votre attention sur le fait que le travail de l’équipe dirigeante se devait d’être collectif, si l’un fait bien c’est toute l’équipe qui doit être citée, si nous trouvons à redire c’est l’ensemble de l’équipe qui est concerné et non un seul à qui l’on peut adresser quelques reproches, ce que vous avez fait dans votre billet initial.

    Par ailleurs, Monsieur Raffarin, et il fût l’un des seuls à le faire, avait dit au Président courant 2010 lors d’un remaniement qu’il fallait donner une autre impulsion au quinquennat, en lui donnant un tournant social. Un quinquennat en deux temps, l’un le premier pour les réformes, le second en préparation des nouvelles élections. Monsieur Sarkozy ne l’a pas suivi dans ce domaine, celui-ci a d’ailleurs assumé son choix. Nous ne pouvons pas reprocher à Monsieur Raffarin de rappeler cette période qui fût un moment important du quinquennat notamment pour un éventuel second mandat. Il avait tout simplement vu clair et à longue échéance et je ne doute pas que Monsieur Raffarin prenne une part de responsabilité dans cette défaite, il doit sans doute regretter de ne pas avoir été suffisamment convaincant, mais que fallait-il qu’il fasse pour dénoncer le mauvais choix, qu’il quitte lui-aussi l’UMP faisant ainsi éclater son unité alors qu’il est l’une des pièces angulaires du parti. Qu’aurait-il entendu ? Tous ses détracteurs l’auraient abattu sur la place publique…

    Il n’aura sans doute pas réussi à faire tout ce qu’il espérait et le reconnaît honnêtement, mais il est certains de nos dirigeants, totalement désintéressés, qui ont toujours œuvré pour le bien de notre Pays et Monsieur Raffarin fait partie de ceux-là. A ce titre, il mériterait peut-être d’un peu plus de considération.

    Amicalement

    Jacques

  18. jany dit :

    Il y a un article dans Le Figaro sur « Les difficiles lendemains de défaites de la droite française »

    La Droite doit dépasser ce sentiment de défaite en se relevant comme un boxeur sur le ring, il reste toujours un espoir de gagner quand on reprend ses marques.

    Nous pouvons le comprendre au travers les sondages d’opinion, le vote des électeurs était surtout un vote de défiance de rejet…avant d’être un vote porteur pour l’adversaire.

    Les législatives doivent être un combat politique pour une victoire, il ne faut pas baisser les bras en disant « nous reverrons tout cela dans cinq ans ».

    La Droite a des idées, elle a dans ses rangs dans hommes et des femmes politiques très compétents…

    Il faut se battre pour chaque point, pour chaque poste, gagner du terrain sur l’adversaire…

    Bien cordialement,

    jany

  19. Zwartepiet dit :

    Réponse à jany re: Ayrault: « lancer un signal fort aux Grecs »

    C’est quoi au juste « un signal fort » ou « un signal faible » ?

    C’est simple et… peu onéreux. Il s’agit tout bonnement, pour les institutions européennes (Commission, Directions Générales, etc à Bruxelles, Parlement à Strasbourg,…) de choisir une nouvelle musique d’attente pour leurs centraux téléphoniques –et Bercy devrait choisir la même musique:

    Zorba – Sirtaki Originale
    http://www.youtube.com/watch?v=zpOAnWEyzt8

    Quant à l’Elysée et Matignon, voici, chers concitoyens, le nouveau thème qui vous accueillera au téléphone:

    Rachid Taha – Ya Rayah
    http://www.youtube.com/watch?v=OJKNwMzneGo

    Les Socialistes n’ont pas menti: le Changement, c’est MAINTENANT!

    Zwartepiet

  20. Sylviane VALENTE / de GREGORIO dit :

    Monsieur le Premier Ministre, Cher Jean-Pierre, Bonjour (?) !

    Chers Amis, Chères Amies du Carnet de J. P. – R., Bonjour !

    Juste deux petites phrases, pour dire à Jany : Merci pour votre billet du 19 Mai à 13 h 12 :

    Ah, quel plaisir : de le lire car je suis une FAN – Absolute – d’Alexandre DUMAS et particulièrement du Chevalier de Maison-Rouge, quel plaisir de lire ses romans un véritable bonheur de plonger avec délices dans la littérature  » historico – feuilletonniste » (?) de la collection du Grand Alexandre, comme c’était l’usage à cette époque !

    Il n’y avait pas la Télé, la Radio, le Cinéma,
    alors la littérature se devait d’être « ACCESSIBLE » à Tous et Toutes pour le plus grand Bonheur
    de Chacuns et Chacunes :

    Dartagnan et sa Constance de Bonnacieux (l’orthographe ?), et ses (quatre – trois !) Mousquetaires, le collier de la Reine, le Vicomte de Bragelonne, Vingt Ans Après, et puis :

    le Comte de Monte-Cristo, Ah, la vengeance du Comte de Monte-Cristo et son grand Amour : Mercedes !…..

    Ah, TOUT SIMPLEMENT : SUBLIME !….

    Merci Jany, pour ce billet !

    Merci également à Jacques, pour son billet, toujours du 19, à 19 h 45 en réponse à Costaz !

    Une fois de plus, si vous me le permettez, Cher Jacques, je souhaite ajouter ma signature à la vôtre, car vous avez si bien décrit, le rappel des circonstances dans lesquelles, notre Cher Premier Ministre,Jean-Pierre RAFFARIN a trouvé les finances de la France en 2002 et comment il a sû gérer l’héritage laissé par le premier ministre socialiste : Lionnel JOSPIN . Je n’en rajoute pas, car c’était : PARFAIT !

    Merci beaucoup à Vous, Cher Jacques, Merci à notre Premier Ministre Préféré : Jean-Pierre RAFFARIN !

    Bien à Vous, sincèrement, Jany et Jacques ainsi qu’à nos Amis et Amies du Carnet de J. P. – R.

    Bien et Toujours Fidèlement à Vous, Monsieur le Premier Ministre Humaniste et
    Cher Jean-Pierre !

    Sylviane

  21. ArrowInTheKnee dit :

    « La stratégie chinoise est vraiment globale, sans ennemis, sans alliés privilégiés. »
    Marche ou créve, ça c’est un choix….
    « Le raisonnement est le « gagnant-gagnant ». La Chine avance avec ceux qui veulent avancer avec elle. »
    Avec ceux qui lui cire les pompes et ne sont pas trop regardant envers les droits de l’homme…
    « Rares sont ceux qui ne veulent pas progresser avec elle. »
    Et ceux qui ne veulent pas sont condamné à mort.
    « La Chine fredonne : « aimer et se sentir aimé … » »
    La chine est une dictature.
    Il suffit de poser la question à tous les dissidents politiques, aux milliers de personnes exproprié sans rien en retour, aux ESCLAVES (dont beaucoup d’enfants) dans les briqueteries, …

  22. Jean-Pierre Raffarin dit :

    @Jacques D’Hornes/Costaz/Jany
    Puis-je ajouter que, quand j’ai engagé la reforme des retraites en 2003, j’ai eu à faire face à une obstruction massive de l’opposition de l’époque alors que G. Schroeder, lui, bénéficiait d’un consensus national.
    Merci les Amis.
    jpr

  23. jany dit :

    Lu dans Le Figaro

    Otan : en retard, Hollande rate l’intervention d’Obama

    Mots clés : Retard, Etats-Unis, Chicago, François Hollande, Barack Obama, OTAN
    Par Alain Barluet, Nicolas Barotte Mis à jour le 21/05/2012
    Le siège vide du président français.
    Le siège vide du président français. Crédits photo : MANDEL NGAN/AFP

    Le président français s’est fait remarquer en arrivant bon dernier à la séance du sommet de l’Otan consacrée à l’Afghanistan.

    De nos envoyés spéciaux à Chicago

    Dans le grand théâtre des sommets internationaux, il est des absences qui font plus jaser que bien des déclarations. Réputé pour sa propension à être en retard, François Hollande s’est fait remarquer lundi à Chicago en arrivant bon dernier à la séance du sommet de l’Otan consacrée à l’Afghanistan.

    Une journaliste française, Laurence Haim de Canal + et i-Télé, admise dans la salle avec le «pool» de reporters, a raconté: «Il y avait un siège vide, et un seul, pendant l’intervention du président Obama, celui de François Hollande. Il est arrivé après son discours.»

    En sortant de la salle, Laurence Haim a entendu le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, déclarer: «Il faut expliquer les choses.»

    Il semble que l’explication de cet impair soit un peu délicate à donner du côté français. En premier lieu, l’entourage du président a invoqué ses rencontres dans la matinée avec le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, et le président polonais, Borislaw Komorowski, qui auraient traîné en longueur.

    Les conseillers de François Hollande ont ensuite expliqué que la sécurité du président américain n’avait pas autorisé leur délégation à entrer dans la salle pendant l’intervention d’Obama, afin de ne pas la perturber.

    Ils minimisent ce faux pas protocolaire en soulignant qu’il ne s’agissait pas du discours en séance plénière, auquel François Hollande a bien assisté. Cela fait tout de même beaucoup de bruit pour démentir qu’il y ait eu le moindre incident diplomatique à Chicago.

    **********
    A sa première sortie le Président François Hollande (elu par les francais) n’arrive pas a l’heure.
    Ce qui montre que la France n’est pas bien représentée a l’étranger.

    jany

  24. jany dit :

    Lu dans Le Figaro

    Ciotti : «Mme Taubira commet une faute»

    Mots clés : Justice, Mineurs, Délinquance, Éric Ciotti, Christiane Taubira
    Par Jean-Marc Leclerc Mis à jour le 21/05/2012 à 14:58
    Éric Ciotti.

    Le «M. Sécurité» de l’UMP dénonce le projet de la nouvelle ministre de la Justice de supprimer les tribunaux correctionnels pour mineurs. Des juridictions réservées à ceux qui encourent des peines supérieures à trois ans de prison.

    Auteur d’un rapport sur la récidive, le député UMP des Alpes-Maritimes Éric Ciotti réagit à l’annonce de la nouvelle garde des Sceaux, Christiane Taubira, de supprimer les tribunaux correctionnels pour mineurs.

    LE FIGARO. – Quelle serait la portée d’une telle décision?

    Éric Ciotti. – Elle fragiliserait considérablement un dispositif judiciaire que nous avons voulu adapté à chaque type de population pénale. Mme Taubira commet une erreur et même une faute grave, alors que la délinquance juvénile, de plus en plus violente et précoce, doit être combattue avec détermination. Songez que les moins de 18 ans sont à l’origine d’un crime et délit sur cinq en France. Les socialistes et leurs amis s’accrochent, comme il fallait s’y attendre, à toutes les vieilles lunes qui ont échoué, fondées sur la culture de l’excuse et une forme d’angélisme qui a toujours lésé les victimes.

    Le dispositif antérieur n’était-il pas suffisant?

    Mais les mineurs multirécidivistes d’aujourd’hui n’ont plus rien à voir avec ceux de 1945, pour lesquels une législation spécifique avait été imaginée! Ce sont souvent des gaillards qui ne reculent devant rien, avec une culture anti-institutionnelle bien ancrée. Voilà pourquoi le tribunal correctionnel pour mineurs constitue un excellent outil. Cette juridiction est réservée à ceux qui encourent des peines supérieures à trois ans de prison, les cas lourds, comme, par exemple, l’auteur de vols avec violence en réunion agissant en état de récidive. Cette réponse judiciaire vise à leur faire prendre conscience de la gravité de leurs actes. Car les rappels à la loi répétés ont depuis longtemps montré leurs limites.

    Comment la gauche peut-elle procéder maintenant?

    Pour supprimer ces tribunaux, il lui faudrait une loi, donc une majorité. J’y vois une motivation supplémentaire pour que les Français rétablissent l’équilibre en nous reconduisant aux affaires par un vote clair aux législatives. Il est encore temps d’éviter la catastrophe, face à un tel assaut d’idéologie et d’irresponsabilité.

    **********
    La Gauche de l’idéologie est revenue, nous aurions pu penser que les années auraient pu la moderniser, mais ce n’est pas le cas.
    Au début des années 2000, Jospin ne reconnaissait pas la délinquance des « jeunes », aujourd’hui le laxisme est revenu avec son irresponsabilité…

    La Gauche ce n’est pas le renouveau, c’est hier qui revient…
    Ne nous trompons pas de chemin.

    Bien cordialement,

    jany

  25. Sylviane VALENTE / de GREGORIO dit :

    Monsieur le Premier Ministre, Cher Jean-Pierre, Bonjour !
    (ainsi vous voilà de retour, en France : Bienvenue, chez vous !)

    Et un grand plongeon dans le « Grand Bain » des Élections Législatives !

    Bonjour aux Amis et Amies du Carnet de J. P. – R. !

    Á vpis Toutes et Tous, je vous prie d’accepter mes plus « plates excuses » pour l’erreur « d’anglais »
    commise dans mon billet ci-dessus :

    Cela m’apprendra à vouloir « tout féminiser » !

    En effet, « je crois » qu’il aurait fallu écrire : Absolut Fan (sans e !)

    (Si toutefois, cette expression est usitée dans la langue de Shakespeare, aujourd’hui : of course !)

    Mais nos Amis anglais n’accorde pas de genre à leurs articles, quoiqu’il en soit !…..

    Alors, pardon pour cela mais pas seulement….

    J’ai aussi été très mauvaise en parlant de la Chine : Le pays du Soleil Levant !

    (Qui comme chacun sait : c’est le Japon ……le pays du soleil levant !)

    Là, en fait : je voulais parler des fuseaux horaires (Bonjour / Bonsoir / Bon(ne) Après-Midi, etc….)
    et donc j’aurai dû noter : » Aux pays » du Soleil Levant !…….

    Encore une fois, veuillez bien ne pas me tenir trop rigueur de ces « fautes » français / anglais !

    Je suis nulle….

    Je devrais faire appel à un comité de relecture, avant de taper sur la case : « Dites-le ! »

    Je tâcherai d’être plus rigoureuse, à l’avenir !

    Bien à Vous Chers Amis et Amies du Carnet de J. P. – R.

    Bien Fidèlement à Vous, Monsieur le Premier Ministre – Humaniste et Cher Jean-Pierre !

  26. Dominique M dit :

    Bonjour Monsieur le Premier Ministre,
    Bonjour à tous,

    De retour de quinez jours en Asie, ce qui permet de prendre du recul par rapport au débat franco français.
    Oui, la Chine avance avec ceux qui veulent avancer. Sans avoir la compétence de M. RAFFARIN, j’ajouterai que la Chine avance là où elle peut avancer. Et ceux qui lui proposent une stratégie gagnant/gagnant lui ouvre cette opportunité. Reste à savoir si ce sera toujours le cas à moyen et long terme. Pas si sûr à écouter le témoignage des chefs d’entreprise qui se sont fait rouler par leur partenaire, ou par les pays qui ont cru trouver dans des accords la source de leur propre développement mais qui reconnaissent après que la Chine est seule maître du jeu de ces accords. Faut-il ajouter qu’on commence à prendre conscience que les statistiques économiques publiées par la Chine sur sa croissance et son taux d’activité sont « bidonnées ». La récession qui s’étend actuellement sur les zones d’activité côtières ne sont pas dans les chiffres officiels mais visibles à l’œil nu: les nouvelles villes fantômes, les locaux d’activité déserts ou sous occupés. Nous allons nous en apercevoir dans nos flux commerciaux.
    Quant à la France, elle s’est choisi un Président normal. Ou du moins, les bobos et l’intelligentsia ont imposer avec l’aide des médias une image déformée de NS afin de nourrir son rejet et de permettre au modèle socialiste de rester en place avec l’aide des voix des anti- sarkosistes primaires. Les journalistes majoritairement encartés PS, les apparatchiks syndicaux qui jouissent d’un statut de fonctionnaire, les pseudos intellectuels, tout ce beau monde a exacerbé les gogos qui ont cru à leurs balivernes. En fait, Nicolas Sarkozy est bien le Président qui aura fait le plus pour permettre à la France de se ressaisir, et près de 49% des Français le reconnaissent.
    Nous allons voir maintenant s’il aura suffit que François Hollande singe la posture et les éructations de François Mitterrand pour se révéler un président à la hauteur des enjeux et des décisions à prendre. Et nous verrons si les médias seront ausi pervers à se moquer de sa silhouette et de sa taille, taille pratiquement identique à celle de Nicolas Sarkozy…
    Bonne journée!

  27. jany dit :

    Chère Sylviane,

    Merci pour votre billet sur la littérature…souvent une écriture simple pouvait toucher les cœurs…

    Toutes ces valeurs du passe nous les retrouvons dans la modernité de notre expression d’aujourd’hui…

    Mes amitiés,

    jany

  28. Zwartepiet dit :

    Réponse à jany re: A sa première sortie le Président François Hollande (elu par les francais) n’arrive pas a l’heure.
    Ce qui montre que la France n’est pas bien représentée a l’étranger.

    De grâce, cher jany, un peu de miséricorde! Franchement, je n’envie guère l’agenda surchargé du Président de la République François Hollande:

    –le jour même de son investiture à l’Elysée, François Hollande devait s’envoler, dare-dare, pour Berlin… une simple visite de courtoisie à la Chancelière Angela Merkel –dans les conditions météorologiques épouvantables que l’on sait.

    –deux jours après, il doit s’envoler pour l’Amérique: décalage horaire de 6 heures à Washington, de 7 heures à Chicago…

    Et à peine de retour en France, il recevra, demain, Mariano Rajoy, le Premier Ministre espagnol –à moins que ce ne soit à François Hollande de se rendre à Madrid?

    Zwartepiet

  29. jany dit :

    Merci a Zwartepiet
    Pour les informations concernant le changement tant attendu dans nos belles institutions…

    Dans cette période de crise, nos responsables, nos élus, prêchent l’essentiel…

    Ces musiques d’attente c’est pour mieux répondre a nos attentes…

    Bien cordialement,

    jany

  30. jany dit :

    Monsieur le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin,

    Vous ecrivez:
    « @Jacques D’Hornes/Costaz/Jany
    Puis-je ajouter que, quand j’ai engagé la reforme des retraites en 2003, j’ai eu à faire face à une obstruction massive de l’opposition de l’époque alors que G. Schroeder, lui, bénéficiait d’un consensus national. »

    Avant cette période Jospin (Premier Ministre de l’époque) avait botte en touche des années sur la reforme des retraites.
    La Gauche avait peur de prendre ses responsabilités…

    Ce qui est regrettable c’est que les français oublient des pages d’histoire et ne prennent pas en compte ces périodes pour mettre dans la balance de leur choix.

    ***Ce que nous pouvons regretter, c’est que la Droite (dans sa généralité) et le Président de la République n’aient pas su communiquer avec le peuple en mettant en valeur le travail effectue.

    La forme est aussi importante que le fond dans la communication…
    La forme de l’expression doit s’adapter aux interlocuteurs…afin que le message soit bien perçu…

    Il y a beaucoup a écrire sur la manière de communiquer des dirigeants, un grand leader sait communiquer sinon ce n’est pas un leader…

    L’avenir politique passe par la forme du message, le fond est secondaire (nous en avons la preuve pour ces dernières élections)…
    Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas avoir de programme, au contraire le programme doit être étudié avec un grand sérieux.

    Bien cordialement,

    jany

  31. Costaz dit :

    Cher Mr Raffarin,
    on mesure les grands hommes politiques à leur courage.
    Vous dites avoir rencontré une obstruction massive de l’opposition lors de la réforme des retraites en 2003. C’est exact, mais N. Sarkozy a rencontré une opposition au moins aussi forte et il a tenu bon en dépit de deux graves crises économiques.
    G. Schroder a sacrifié sa carrière politique pour remettre l’Allemagne sur le bon chemin.
    N. Sarkozy l’a fait lui aussi. Il n’est plus dans la politique. Il mérite de la part de son camp respect et reconnaissance.
    Bien cordialement.
    P. Costaz

  32. Sylviane VALENTE / de GREGORIO dit :

    Bonjour,Monsieur le Premier Ministre et Cher Jean-Pierre !
    Bonjour aux Amis et Amies du Carnet de J. P. – R.

    Je suis contrainte et forcée de vous présenter, une fois de plus, mes plus plates excuses,

    Concerne cette fois, mon billet du 15 Mai à 13 h 42 : « Changement d’Air » !

    (je dois être fatiguée et un changement d’air, ne serait pas superflu !…..)

    Au Secours, Molière !….

    J’ai tout FAUX : PORTE Á FAU(t) – quelle FAU(T)E !

    j’aurai dû préalablement vérifier l’orthographe dans le dictionnaire :

    PORTE-Á-FAUX, voilà la bonne orthographe !…..

    Pardon à Tous et Toutes, qui avez dû « tiquer » et vous avez bien raison….

    Pardon à notre si belle langue écrite et parlée pour ces erreurs répétées !

    Je vais devoir prendre des cours pour améliorer tout cela……Oups !

    Bien à Vous Chers Amis et Chères Amies du Carnet !

    Bien Fidèlement à Vous, Monsieur le Premier Ministre – Humaniste et Cher Jean-Pierre !

    Sylviane

  33. enpolitiquecom dit :

    Vous avez suivi la campagne présidentielle française en ligne, avez discuté, échangé de l’information ? Votre avis nous intéresse !
    Participez à notre enquête en ligne http://enquetes.enpolitique.com/s/France2012/?pe=56101

    Nous vous invitons également à diffuser le sondage auprès de vos contacts.
    Merci de votre participation !
    projet@enpolitique.com

  34. jany dit :

    Lu dans Le Figaro et vecu personnellement

    Bugs en série pour le vote par Internet des expatriés

    Mots clés : Législatives, Vote par Internet, Expatriés
    Par Chloé Woitier Mis à jour le 24/05/2012 à 17:42 | publié le 24/05/2012 à 17:39 Réagir
    Capture d’écran de la vidéo de présentation du vote par Internet du Quai d’Orsay.
    Capture d’écran de la vidéo de présentation du vote par Internet du Quai d’Orsay.

    Une mise à jour de Java, logiciel indispensable pour le vote par Internet des expatriés, sème la pagaille dans le scrutin. Pour pouvoir voter, les internautes bloqués devront utiliser un autre ordinateur.

    Suite à la publication de notre article sur les craintes autour de la fiabilité du vote par Internet, de nombreux lecteurs du Figaro.fr établis à l’étranger nous ont signalé leurs difficultés pour réussir à voter sur le site des élections législatives. 700.000 des 1,1 million d’expatriés inscrits sur les listes électorales consulaires ont en effet la possibilité d’élire leur député à l’Assemblée nationale en utilisant un site Internet dédié, mais la tâche se révèle plus ardue que prévue.

    Le message de l’internaute «Vue d’Espagne» résume à lui seul les difficultés que rencontrent les expatriés. «J’ai essayé une douzaine de fois entre 15h et 16h [mercredi, jour de l'ouverture du vote par Internet]. La configuration de mon ordinateur est acceptée, j’accède à l’écran où on demande l’identifiant et le mot de passe, je les mets et là à chaque fois j’ai le même message d’erreur: ‘Les certificats fournits ne forment pas une chaine de certificats’ (l’erreur orthographique dans le message d’erreur est authentique)», explique cette internaute. «J’ai appelé le numéro de téléphone d’aide, je tombe sur un répondeur qui me dit de rappeler plus tard parce que toutes les lignes sont occupées. J’en déduis que je ne suis pas la seule dans ce cas. J’ai écrit un message sur le formulaire d’aide en ligne, j’attends la réponse».

    D’autres internautes (Yadesbugs en Angleterre, Joel Borie en Arizona), confirment eux aussi avoir eu le message d’erreur. L’appel à témoignages du Parti pirate est également truffé de récits similaires. La raison de ce bug est surprenante: la page Internet permettant de voter n’est pas compatible avec la toute dernière version (1.7) de Java, logiciel indispensable pour pouvoir exprimer son choix.
    «Désactiver momentanément l’antivirus»

    L’éditeur de Java a en effet mis en ligne il y a quelques jours la dernière version de son logiciel. Bien souvent, ces mises à jour sont faites automatiquement. Or, cette version 1.7 n’est pas compatible avec le logiciel de vote développé par la société espagnole Scytl. Le ministère des Affaires étrangères le reconnaît sur son site d’aide : «Si votre ordinateur est équipé de la dernière version majeure de Java, 1.7, publiée il y a quelques jours, vous ne pourrez pas l’utiliser pour voter. Dans ce cas, nous vous recommandons de voter depuis un autre ordinateur équipé d’une version de Java 1.6 (version 1.6.0_18 à version 1.6.0_32)». Or, si l’internaute n’a jamais installé Java, c’est la version 1.7 qui lui sera proposé.

    Traduction: un expatrié ne peut pas voter avec un ordinateur parfaitement mis à jour. Il devra donc voter sur un autre ordinateur ayant une version inférieure de Java, ou bien désintaller la version 1.7 pour mettre la version 1.6, opération compliquée pour les non férus d’informatique.

    Autre surprise sur le site d’aide du vote en ligne. Ce dernier conseille de «désactiver momentanément l’antivirus» de l’internaute si ce dernier n’arrive pas à afficher la fameuse page de test de configuration. Pour voter, le citoyen expatrié doit donc prendre le risque de voir son ordinateur corrompu.
    Hotline au coût d’un appel vers la France

    Le problème de mise à jour de Java affecte également les utilisateurs du navigateur Firefox. Comme l’explique le site d’aide, «depuis avril 2012, Firefox a développé une politique de sécurité visant à bloquer tout plug-in dont la version n’est pas la plus récente. Cette politique affecte le plug-in de Java nécessaire pour procéder au vote électronique sécurisé». Le Quai d’Orsay invite donc les internautes à «utiliser un autre navigateur».

    Si l’internaute est perdu face à tous ces problèmes informatiques, il peut contacter une assistance téléphonique. Mais cette dernière est basée en France, et coûte donc le prix d’une communication téléphonique vers l’étranger. Quant au formulaire de contact, permettant d’envoyer un message directement à l’aide technique, de nombreux internautes nous indiquent attendre encore des réponses. Seule solution si l’internaute n’arrive pas à voter par Internet: se rendre dans l’un des bureaux de vote physique de leur pays le 2 ou 3 juin, bureau parfois situé à des centaines de kilomètres de leur domicile.

    Couacs dans l’envoi des identifiants et mots de passe

    Pour pouvoir voter, les expatriés ont reçu par courrier ou SMS un identifiant, puis par mail leur mot de passe. Sur le site du Parti pirate, un internaute affirme que le courrier «n’est pas parvenu à beaucoup de personnes en Egypte, Gabon et Maroc. Les SMS ne parviennent pas car souvent les forfaits locaux n’acceptent par le SMS étranger».

    L’envoi du mot de passe par mail pose également problème. Ce courriel est en effet envoyé en clair, et non pas de manière chiffrée. «Quand un email circule, toutes les machines qui servent de relais peuvent en théorie lire l’email», rappelle au Figaro Maxime Rouquet, coprésident du Parti pirate. «Si une personne malintentionnée contrôle l’un de ses relais, elle pourrait avoir tous les mots de passe transitant par ce biais-là», explique-t-il. «C’est hallucinant de voir que l’Etat se permette d’organiser un vote électronique en envoyant en clair des mots de passe».

    *******
    A titre personnel, j’ai eu les mêmes problèmes indiques dans cette article, j’ai bien reçu le mot de passe, mais je suis toujours en attente de l’identifiant.
    Une méthode simple aurait été de donner la possibilité de voter dans les alliances françaises, les CCF, les représentations françaises a l’étranger, aux endroits ou il n’y a pas d’ambassade..

    Beaucoup de français a l’étranger ne pourront pas avoir accès au vote.

    Bien cordialement,

    jany

  35. Zwartepiet dit :

    Dans la série « Tous les chemins mènent à Pékin »:

    Nouvel Ecueil pour la Croissance Européenne: les Banques Coupent les Crédits aux Municipalités

    Par NOÉMIE BISSERBE

    CHARTRES, France—Durant des décennies, lorsque cette cité médiévale devait emprunter pour financer des travaux d’infrastrutcure, ses édiles n’avaient qu’à se rendre dans l’une des nombreuses agences bancaires situées entre la mairie de la ville et sa cathédrale du 13ème siècle.

    Mais cette année, il leur a fallu aller voir plus loin… Face à l’incapacité de couvrir ses dépenses en travaux publics par des recettes municipales suffisantes, le Maire, Jean-Pierre Gorges, a décidé de dépêcher ses adjoints à Pékin, dans l’espoir d’obtenir un crédit auprès de la China Development Bank.
    [...]

    http://online.wsj.com/article/SB10001424052702303513404577352361403242738.html

    Lors de ses prochains voyages vers l’Empire du Milieu, Jean-Pierre Raffarin ne manquera pas de compagnie… Au train où vont les (euro-)choses, il faudra bientôt affréter un airbus A380 entier pour conduire les maires et élus locaux de France aux guichets des banques chinoises!

    Zwartepiet

  36. FX C. dit :

    Bonjour à tous,

    Monsieur RAFFARIN a raison lorsqu’il participe au développement des relations commerciales et industrielles avec la Chine.
    Nos entreprises n’ont pas le droit d’ignorer la mondialisation et la Chine en particulier.
    Tant sur notre propre marché interne avec la concurrence du « made in China » pour lequel je préférerais que cela soit une entreprise française implantée localement qui alimente la France (et le monde) plutôt qu’une entreprise chinoise…
    Que sur l’énorme potentiel de ce Marché chinois et asiatique où nous pouvons nous positionner, et nous nous positionnons, sur des Produits innovants et/ou de hautes technologies…
    Les grandes entreprises françaises sont présentes mais peu les PME.
    Il est vrai que pour un chef d’entreprise, cette démarche n’est pas simple et ce pays peut « effrayer », des expériences malheureuses de non-qualité, de contrefaçons, ont été vécues et seront possibles tant que le Pays, dans sa globalité (c’est aussi un sujet à interrogation dans le moyen terme… Un « printemps »?), n’aura pas atteint nos standards européens…
    Pour couvrir le marché asiatique, une alternative existe, l’écosystème Singapour-Malaisie, pays sûrs et complémentaires (Rapports IMD, cotations COFACE) et il est possible d’être accompagné par une Société de Service qui permet de « gommer » les difficultés liées aux différences culturelles et linguistiques.
    J’apprécie cette pensée de Sénèque:
    « Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles. »
    Alors OSONS nous développer à l’International et VIVE LA FRANCE!

    FXC
    Dirigeant

  37. Zwartepiet dit :

    La mondialisation pour les Nuls (du Front National)… ou pourquoi Renault a décidé de produire au Maroc (Tanger) et en Algérie (Oran):

    Des Gains Appréciables pour les Automobiles Chinoises dans les Marchés Émergents

    Par KEITH BRADSHER
    Publié: 5 juillet 2012

    PÉKIN — Des années durant, les constructeurs automobiles du monde entier se préparaient, nerveusement, pour le jour où la Chine commencerait d’inonder de voitures les marchés occidentaux…

    Il apparaît, aujourd’hui, que leur inquiétude était mal placée.

    En effet, la Chine n’exporte, annuellement, que quelques milliers d’automobiles vers l’Union Européenne et quasiment rien vers les Etats-Unis. En revanche, les exportations d’automobiles chinoises en direction des marchés émergents [comprenez: le monde entier moins l'UE, les USA et le Japon] ont explosé, dans le même temps où on a observé une contraction du marché [automobile] chinois et l’augmentation effrénée de nouvelles capacités de production. On voit ainsi de plus en plus de voitures chinoises sillonner les routes d’Algérie, du Brésil, d’Iran, de Russie, d’Arabie Saoudite et d’Afrique du Sud. Les constructeurs s’appellent Geely, Great Wall Motors ou Chery.

    De Santiago [du Chili] à Baghdad, les amateurs de voitures chinoises bon marché sont principalement issus des classes moyennes et ouvrières aux revenus modestes qui trouvent ainsi une alternative intéressante par rapport à l’achat de voitures d’occasion, de motocyclettes ou même de modèles « bas de gamme » des constructeurs occidentaux. Les exportations de voitures chinoises ont crû de 21% au cours des cinq premiers mois de 2012 et de 43% par rapport au cinq premiers mois de 2011.
    [...]

    http://www.nytimes.com/2012/07/06/business/global/valuable-gains-for-china-in-emerging-auto-markets.html?ref=global

  38. Ernest Gransagne dit :

    Mais Zwartepiet, La Chine qui travaille, elle, perce aujourd’hui dans l’automobile moderne… avec des véhicules plutôt bien construits.
    Et aussi des « limousines » de 7m de longueur avec moteur Mitsubishi, chez GWM, intolérables sur notre marché national (pensez-donc ! des voitures de riches !) mais fort demandées dans le reste du monde.

    Ils commencent aussi à construire leurs propres avions de transport.

    Ils envisagent demain de mettre des hommes sur Mars.

    Ils le feront.

    C’est bien.

    C’est ainsi que je comprends l’Homme, dans sa destinée : inventeur, travailleur et heureux de le faire.

    Nous sommes loin, bien loin de notre « philosophie d’Occident » et de son assistanat mal évalué, de ses syndicats obsolètes (pléonasme), de cette société qui ne défend que l’indéfendable, de cette emprise grandissante des religions, de la perte de notre « trésor républicain »: la laicité.

    J’allais oublier : la dictature des médias.

    Ernest

    Ne vous demandez-vous pas pourquoi Citroën Aulnay, usine modèle, robotisée, avec terrain paysagé, ne réussit plus a être une usine intéressante ? Cherchez la CGT.

  39. Ernest Gransagne dit :

    En 1982, le mitterrandisme florissant était en pleine montée en puissance : l’usine modéle d’Aulnay était entrain de prendre le virage de la « robotisation »…

    Cela voulait dire meilleur rentabilité, meilleur régularité dans le travail, donc meilleure qualité (sur les soudures entre-autre et les assemblages d’éléments de caisse) meilleure gestion des postes de travail, moindre fatigue pour les ouvriers sur la ligne d’assemblage…

    Que croyez-vous qu’il arriva ?

    Grèves, violences, destruction de machines, tentatives d’occupation de l’usine…

    Et bien entendu, dans le même temps soutien total des médias, en particulier FR3 avec un dénommé Rachid Arab.

    Ce monsieur déclarait haut et fort en parlant de ce site de production : « Une usine esclavagiste avec une hiérarchie aux méthodes moyenâgeuse ».

    Cela ne l’a pas empêché de prendre la nationalité française en 1992.

    Cela ne l’a pas empêché d’être nommé membre du Conseil de l’Audiovisuel par Jean-Louis Debré.

    Cela ne l’a pas empêché d’être Chevalier de la Légion d’Honneur en 2006 !

    Toute la question est de savoir si aujourd’hui ce monsieur redirait ce qu’il disait en 1982, à propos de cette usine ?

    Je suis même prêt à penser qu’il doit être parmi ceux qui soutiennent la non fermeture du site !

    Ah ! qu’il est difficile d’être cohérent quand on se prétend journaliste.

    Ernest

  40. Zwartepiet dit :

    Réponse à Ernest Gransagne re: En 1982, le mitterrandisme florissant était en pleine montée en puissance : l’usine modéle d’Aulnay était entrain de prendre le virage de la « robotisation »…

    Cela voulait dire meilleur rentabilité, meilleur régularité dans le travail, donc meilleure qualité (sur les soudures entre-autre et les assemblages d’éléments de caisse) meilleure gestion des postes de travail, moindre fatigue pour les ouvriers sur la ligne d’assemblage…

    A l’époque –il y a plus de TRENTE ans–, ce modèle de robotisation fordiste n’était pas encore LA solution idéale pour tous les constructeurs automobiles… J’en veux pour preuve la voie suivie, à la même époque, par Volvo, dans son usine de Kalmar:

    MAKING CARS THE VOLVO WAY
    By STEVE LOHR, Special to the New York Times
    Published: June 23, 1987
    http://www.nytimes.com/1987/06/23/business/making-cars-the-volvo-way.html?pagewanted=all&src=pm

    Feb 21, 2012
    Where is the assembly line?

    http://www.volvoblog.us/2012/02/21/where-is-the-assembly-line/

    Re: Et bien entendu, dans le même temps soutien total des médias, en particulier FR3 avec un dénommé Rachid Arab.

    Ce monsieur déclarait haut et fort en parlant de ce site de production : « Une usine esclavagiste avec une hiérarchie aux méthodes moyenâgeuse ».

    Franchement, cher Ernest, je crois que vous ne ferez croire à personne que l’industrie automobile française est dirigée par… des journalistes –fussent-ils du service public. A l’époque, Peugeot était fermement dirigée par un patron fort-en-gueule:

    Jacques Calvet

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Calvet

    Si vous avez des reproches et/ou des regrets à formuler au sujet des orientations prises par le groupe PSA dans les années 1980-1990, adressez-les plutôt à Monsieur J. Calvet!

    Cordialement,
    Zwartepiet

  41. Ernest Gransagne dit :

    Bonjour Zwartepiet. Quelle mouche vous pique ? D’où sortez-vous que j’ai dit que les journalistes dirigeaient l’industrie automobile ?

    D’où sortez-vous que j’ai des reproches ou des regrets à formuler sur les orientations prises par le groupe PSA entre 1980 et 1990 ?

    Quant à votre jugement personnel sur Jacques Calvet, je vous le laisse.

    Alors Zwartepiet, si vous voulez réagir sur mes propos, vous en avez le droit.
    Mais si vous déformez mes propos, je ne vous laisserai pas faire.

    Jacques Calvet ? Parlons-en : un patron, un grand patron, qui n’avait pas la langue de bois et qui en même temps prenait des décisions.

    Il mettait toujours « l’Homme » au centre de sa décision, toujours.
    Que ce soit sur les décisions stratégiques ou sur les décisions Produit.

    Les successeurs de Jacques Calvet sont loin d’en avoir fait autant, surtout depuis 10 ans !

    Quand je vous parle de Citroën Aulnay, Zwartepiet, vous me répondez Volvo !

    Mais vous êtes hors sujet :

    Chaque constructeur à le droit de choisir ses axes de développement.

    Si vous pensez que lorsque Citroën développait des modèles toujours plus légers, toujours plus économes en carburant, toujours mieux profilés en terme de Cx, toujours orientés sur la « sécurité active », toujours à la pointe de la technologie mondiale, avec l’un des meilleurs bureaux d’études du monde, pendant que Volvo construisait des véhicules lourds, au dessin carré, uniquement orientés « sécurité passive » – c’était même leur unique « thème de communication » – vous en avez le droit.

    Mais vous mélangez tout. Ce n’était pas mon propos.

    Mon propos était de FAIRE CONNAITRE ce que RACHID ARAB déclarait sur la TV Nationale FR3, en 1982 : « Citroën, une usine esclavagiste, avec une hiérarchie aux méthodes moyenâgeuse ».

    RACHID ARAB avait la puissance du micro, il en abusait, il n’était même pas français à l’époque et l’industrie automobile française se battait pour subsister.

    Dans ces mêmes années, l’Angleterre perdait toute son industrie automobile, la Belgique également et le groupe PSA montait en puissance à Vigo, à Rennes et entrait en négociation avec les Chinois.

    Il a fallu plus de dix ans pour que l’usine de Whuran au centre de la Chine, commence à sortir de terre.

    Si aujourd’hui nous en sommes là avec Aulnay, je le répète : Cherchez la CGT

    Et comme le précise aussi Carole, qui dit toujours en peu de mots, l’essentiel : laissez la famille Peugeot régler ses comptes !

    Aulnay est un centre de production surtout marqué du sceau « Citroën »… Les initiés comprendront.

    Et n’oublions pas que le Marché Français et Européen, n’est plus depuis longtemps un Marché de conquête, mais un Marché de renouvellement.

    Et le renouvellement se renouvelle de moins en moins : le kilométrage moyen des français baisse, les véhicules sont de plus en plus fiables et durent plus longtemps, la peur du lendemain et le pouvoir d’achat sont en berne…. La concurrence de plus en plus incisive…

    Et à force de cracher sur la bagnole, il va bien falloir le payer un jour.

    Et ce jour est arrivé. Ce n’est que le début.

    Voilà Zwartepiet ce que je voulais préciser. Ne déformez plus mes propos à l’avenir, SVP, merci.

    Cordialement

    Ernest

  42. jany dit :

    Cher Ernest,

    Vous avez bien parle en quelques mots de la voiture…

    Il est évident que la crise n’aide pas le marche qui a besoin de confiance…surtout dans un marche de renouvellement comme vous dites.

    Cordialement,

    jany

  43. Zwartepiet dit :

    Réponse à Ernest Gransagne re: Si vous pensez que lorsque Citroën développait des modèles toujours plus légers, toujours plus économes en carburant, toujours mieux [...] – vous en avez le droit.

    J’ai aussi le droit de constater que PSA n’a pas été dirigé par des génies de l’automobile… Je me permet de vous rappeler ce que je vous écrivais au mois de mai 2012 sur le « virage manqué » de la mode néo-rétro par le groupe PSA –et Citroën, en particulier:

    http://www.carnetjpr.com/2012/05/24/la-competition-oui-avec-le-ps/#comment-19077

    Eh bien, j’enfonce le clou avec l’article suivant… de mai 2007:

    Deux Chevaux redux: Citroen 2CV ready for return?

    By Frank Filipponio

    Posted May 2nd 2007 1:33PM

    The Duck is back. Well, not officially, at least not yet. But Auto Express has images of an advanced concept design for a new 2CV that seems pretty polished. While the overall look is instantly recognizable as an homage to the original, this is a thoroughly modern looking machine. Similar in some ways to the Citroen Evoque concept of 2005, this new concept appears much more production feasible. With its open umbrella shape, it has a lot of character and would be a wonderful new entry in the retro-everyman’s car category. There’s a New Beetle (heck, there’s even a new New Beetle), a new Mini Cooper (ditto), and a new Fiat 500 out there, so a new 2CV seems natural. And just like its contemporaries, rather than aiming at being the cheapest wheels on the road, the successor seems to be headed a bit upmarket.
    [...]

    http://www.autoblog.com/2007/05/02/deux-chevaux-redux-citroen-2cv-ready-for-return/

    Traduction:

    La « Deux Chevaux » est de retour! Enfin, pas officiellement, du moins pas encore… Toutefois, Auto Express a obtenu des photos d’un concept avancé et de belle finition pour la 2CV. Si la ligne générale est tout de suite reconnaissable comme un hommage à l’originale, il s’agit bien d’un véhicule tout à fait moderne. Semblable, en partie, au concept-car Evoque, dévoilé par Citroën en 2005, le concept 2CV apparaît cependant plus facile à mettre en production. Sa carrosserie « en parapluie ouvert » lui donne un caractère unique et en fera une superbe nouveauté dans le marché « rétro ». Il y a déjà une nouvelle Coccinelle (mieux: il y a même aujourd’hui une deuxième nouvelle version de la Coccinelle), une nouvelle Mini Cooper (et une deuxième…), et aussi une nouvelle Fiat 500, dès lors, une nouvelle 2CV semble aller de soi… Et de même que ses concurrentes, la nouvelle 2CV ne visera pas le segment des petites voitures bon marché mais plutôt celui des véhicules « branchés », vers le haut de gamme….
    _______________________________

    Pauvre Monsieur Filipponio (l’auteur de l’article ci-dessus)! Il doit être aujourd’hui bien déçu… de constater que non seulement les dirigeants de Citroën sont passé à côté de la mode « rétro » (avec la 2CV mais aussi avec la DS, la Méhari,…) mais qu’en plus, le groupe PSA dans son ensemble est aujourd’hui en péril…

    Or ce manque de vision –dans le lancement de modèles « rétro »– vous ne pouvez l’imputer qu’aux dirigeants et actionnaires de PSA… pas à Monsieur Rachid Arab, pas à la CGT, pas aux gouvernements socialistes et pas aux écolo-bobos « autophobes »!

    Eh oui! Mon cher Ernest… quelquefois, il arrive qu’ un naufrage industriel soit tout bonnement la conséquence d’une gestion, d’un management calamiteux.

    Cordialement,
    Zwartepiet.

  44. Ernest Gransagne dit :

    Mon cher Zwartepiet, je vais vous laisser à vos certitudes. Rien ne sert d’essayer de convaincre qu’en on ne regarde que des « spots » avec un « zoom ».

    Je vous dirai simplement qu’un siècle de construction automobile ne se résume pas sur le fait d’avoir ou pas refait la 2CV.

    Vous n’avez pas toutes les clés pour tirer les bonnes analyses et il se trouve que vous résonnez sur des données tronquées.

    Pour bien analyser, il faut se replacer dans le contexte.

    Réécrire l’histoire, c’est facile… Mais on se plante.

    On pouvait refaire la 2CV… On pouvait refaire la 4CV… On pouvait refaire… bien des modèles,
    mais :
    quand un constructeur fait cela, c’est parce qu’il a un « déficit d’image » – voire Chrysler avec son PT Cruiser – Ce ne fut pas un succès en Europe d’ailleurs.

    La New-Beetle de VW non plus … On refait maintenant la 3e, c’est bien parce que la 2e ne marchait pas.

    Pour en revenir à Citroën, vous oubliez un peu vite que Peugeot était aux commandes. Ce n’était pas la priorité pour LE LION, de refaire l’image du grand Citroën des années 20 et 30.

    Si vous observez de près les calandres des années 80 et 90, vous verrez que les « chevrons » sont réduits à leur plus simple expression : presque invisibles sur le capot des CX. Ce n’était pas un hasard.

    Si vous étiez un véritable historien de l’automobile, vous sauriez que lorsque la Chine négociait avec les constructeurs européens, elle voulait construire chez elle des véhicules d’avenir, à la pointe de la technologie.

    La Chine, n’a jamais voulu entendre parler de la 2CV qui était pour elle le comble de la ringardise.

    C’est ainsi que la 2CV n’a pas été poursuivie, car la Direction comprenait que les marchés émergents voulaient du « neuf », du « moderne » .

    De plus et je regrette de vous le dire comme ça, la 2CV était devenue un véhicule complètement dépassé, qui ne répondait plus à aucune norme de sécurité.

    Visibilité, freinage, puissance en côte, résistance aux chocs, équipements de confort, absence de vrai chauffage, essuie-glace, volume intérieur, etc… tous ces critères faisaient que ce véhicule était devenu dans le trafic du parc roulant des années 80, « hors d’âge ».

    On aurait pu refaire une nouvelle 2CV , oui, pourquoi faire ? Alors que la 2CV de toujours ne se vendait plus ?

    Vous voyez Zwartepiet, pour survivre, il faut vendre.

    Pour vendre, il faut plaire.

    Pour plaire, il faut convaincre et être attractif.

    On est attractif en étant bon : bon prix, bonne fiabilité, bon réseau.

    Les « regrets » et la « nostalgie » ne font pas vivre.

    Alors les choix stratégiques que vous énoncez comme mauvais… C’est seulement un avis, le vôtre.

    Que voulez-vous que je vous dise… vous parlez de la Méhari, c’est la même chose : c’était pire encore que la 2CV dont elle était issue, ce véhicule à été décidé sur un coin de table !

    Les éléments de caisse en feuilles d’ABS, sont sortis du génie inventif d’un artisan possédant un petit atelier près du Pont de Bezons, à Courbevoie, près de Paris !

    Cette voiture avait plein de défauts : une mauvaise position de conduite bien entendu en premier lieu, mais surtout elle avait deux qualités :

    un look inusité qui a immédiatement remporté un succès inattendu.
    un comportement routier exemplaire.

    C’est ce qui encouragea Citroën à construire ce véhicule dans l’usine belge de Forest.

    Tout cela c’est l’histoire…. On peut toujours dire après : et si…. et si…..

    Si ma tante en avais…. On aurait pas Hollande à l’Élysée.

    Quant à la CGT, moi aussi je persiste et signe : ce syndicat est la cause majeure de notre effondrement industriel. D’accord ou pas, c’est mon avis.

    Que Rachid ARAB soit à vos yeux, vertueux et sans reproche, c’est votre avis, ce n’est pas le mien.

    Quand on voit aujourd’hui les journaleux pleurer sur la fermeture d’Aulnay, ils feraient bien de se demander pourquoi « une usine esclavagiste, aux méthodes moyenâgeuses » devient maintenant indispensable ?

    Demandez donc à la Mairie d’Aulnay sous Bois ce qu’ils faisaient pendant les grèves Citroën ?

    Ils affrétaient des autobus et « payaient » je dis bien « payaient » les ouvriers 300 francs par jour pour soutenir les piquets de grève !

    Quand on écoute aujourd’hui le Maire de cette ville, on pourrait juste lui demander s’il ne récolte pas ce qu’il a semé ?

    Nous sommes là, mon cher Zwartepiet en plein dans le débat de fond de notre société :

    que voulons nous pour demain ?

    Produire ou crever ?

    Cordialement

    Ernest

Laisser un commentaire