Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

85 commentaires

  1. Jean-Louis dit :

    Bonjour,

    bien sûr qu’il faut faire un bilan, un bilan le plus critique possible afin d’en relever les vraies faiblesses, c’est seulement à partir de ça que vous pourrez construire l’avenir!

    Si vous ne le faites pas, vous laissez vos adversaires le faire, ce bilan.
    Si vous le défendez sur les mauvaises bases adverses, vous ne pourrez pas construire.

    Voyez le bon, soyez critique envers le moins bon, relevez les bonnes questions de vos adversaires et trouvez de vraies réponses.

    Cordialement,

  2. DARNAULT Monique dit :

    Pour moi c’est indispensable , car je n’ai su qu’à la fin quel était le bilan positif du président et entre autres le détail de toutes les réformes. Il n’a jamais été mis en valeur ..et maintenant même certains de l’UMP sort des livres l’accablant . Avec madame Nay j’ai appris des choses qui sont pour nous militants ou sympathisants , très importantes . Il y a du négatif mais beaucoup de positif que ..je suis persuadée..beaucoup de Français auraient apprécié de connaître…et pour cette raison auraient sans doutes voté pour lui.
    Monsieur le Premier Ministre , que l’ump montre une image unie même s’il y a plusieurs courants . Le départ de Sarkozy est pour moi une catastrophe mais j’espère que vous rebondirez vite et bien car la gauche me semble bien mal partie. Je n’ai aucune confiance en F.Hollande …merci!

  3. Bernard LORENZATO dit :

    Jean Pierre, vous avez raison de vouloir faire un bilan critique objectif du dernier quinquennat.
    Nous avons eu beaucoup de points très positifs, d’autres un peu moins.
    Par exemple l’ouverture généreuse à gauche nous à plutôt desservis. Il n’y a aucune réciprocité de la part du front de Gauche et du parti socialiste actuellement.
    Lors de mon activité militante sur les marchés et les gares ces 6 derniers mois beaucoup de citoyens m’ont fait part que nous ne devions pas rougir de notre bilan et qu’il est dommage que nous n’ayons pas persisté dans la défense de nos valeurs, de notre action très courageuse des réformes engagées avec un début de succès. L’essai aurait été transformé sur le long terme si nous avions disposés d’un quinquennat supplémentaire.
    De plus nous verrons très vite un affaiblissement de la France tant niveau de l’Europe, qui risque de régresser que de la politique internationale dont une majorité de français silencieux reconnaissent le talent exceptionnel de Nicolas SARKOZY.
    Sans trop regarder dans le rétroviseur, analysons objectivement le dernier quinquennat, améliorons nos petites erreurs et mettons en valeur les points positifs. Par exemple le Parcours sans faute du gouvernement face à la crise de 2008 même reconnue objectivement dans une page du journal le Monde en 2010.
    Merci de votre action au dessus de la mêlée pour construire, et ainsi, assurer l’avenir et la pérennité de l’UMP
    Bernard L.

  4. Christophe Casalegno dit :

    Le problème d’un bilan c’est qu’il faut savoir le lire et qu’il ne se résume pas aux deux dernières lignes… J’ai peur que certains ne s’en servent que pour se dédouaner de leurs responsabilités : je pense notamment aux nombre impressionnant de politiques qui n’ont *pas* fait campagne pour Nicolas Sarkozy et qui souhaiteraient maintenant accabler ce dernier. Nicolas Sarkozy est sans contestation possible un très grand Président qui aura fait de grandes choses (plus de 925 mesures à son actif) et qui a su montrer que l’on pouvait faire de la politique autrement. Les politiques (ceux qui travaillent) connaissent déjà ce bilan et je pense que pour les autres l’histoire en retiendra de vrais avancées pour la France. Le temps est à l’union : il y a moins de différences entre les 2 bords les plus opposés de l’UMP qu’au sein d’un même bord du Parti socialiste : continuons de nous battre avec notre cœur sur Les projets et les valeurs qui nous sont chères.

    Christophe Casalegno

  5. Commegrain dit :

    Le problème d’un bilan, c’est que la critique puisse passer l’avenir. L’analyse d’un jour vaudra-t-elle dans 2 ans. Si le bilan est un geste politique, je ne pense pas qu’il faille le faire. D’autant plus que la tendance est à la critique sévère contre Sarkosy. Elle sera à l’évidence faite par les médias. Que faire de plus ? Si ce n’est de prendre le risque de se tromper.
    À l’inverse, si ce bilan devait être mesuré, commentés intrinsèquement par des commentateurs extérieurs objectifs (style blog)’ alors il peut vs apporter quelque chose et exister dans l’avenir.
    Pour ma part, mais je ne l’ai pas fréquente, j’ai apprécié son autonomie dans la décision et sa percussion dans la crise internationale. À l’inverse, « ces idées compétitrices » demandaient, en dehors des périodes sévères de crises (compétition) une gestion de la communication et des politiques plus provinciales. C’est je le pense, ce qui lui a manqué.
    J’espere que vs m’accorderez le droit à l’erreur. Je ne possède que mon intuition pour étayer ces propos.
    Il me vient en mémoire une phrase qui vs avait été conséquemment reproché lors de votre gestion du gouvernement : « la croissance, c’est de la confiance qu’il faut ». Je rajouterais ce que vous pourriez considérer comme une erreur, que vs ne manquerez pas de m’excuser : la croissance, c’est de la confiance et de l’émotion qu’il faut !
    Ce pays, par trop d’informations anxiogènes manqué d’émotions et de par trop, de raison.
    Cordialement,
    William commegrain

  6. Henri dit :

    Oui, pour repartir sur des bases saines, cet inventaire des forces et des faiblesses du « Sarkozisme » me semble être un passage obligé, responsable, quelques soient les difficultés d’un tel exercice risquant certes de diviser… mais surtout de faire germer avec courage de nouveaux fondements d’union.
    Se montrer lucide et intellectuellement honnête pour nourrir une réflexion individuelle et collective approfondie sous tous les aspects pour redonner confiance à tous ceux, militants et electeurs, qui se sont senti dubitatifs ou déçus voire trahis par des comportements, des tactiques et l’absence de défense d’un bilan qui n’a jamais été présenté comme étant – je le crois – plus qu’honorable dans le contexte du quinquennat. Répondre à tous les « pourquoi ? ».
    Communiquer mieux, plus clairement et plus « simplement » pour la compréhension et l’adhésion de « tous », taire ces stériles guerre des chefs, rappeler la Responsabilité attendue,… et tout ce qui favorisera une opposition unie, positive et créative dont la France aura bien besoin.

    Je n’ai aussi aucune confiance en F. Hollande ni en plusieurs de ceux qui l’entourent…
    Nous comptons sur vous. Merci.

  7. Dominique M dit :

    Oui, il faut faire un bilan. Évaluer les causes de l’échec, sans être mortifère néanmoins. Car s’il y a eu des erreurs, il y a eu beaucoup de bonnes choses. Même parfois des initiatives qui auraient pu être prises et qui ne l’ont pas été, des décisions qui n’ont pas été assez courageuses, qui n’ont pas été assez loin.
    Culpabiliser serait stérile!
    La première des priorités, c’est arrêter d’avoir honte d’être de Droite, arrêter avec cette repentance!
    Il ne peut y avoir de bilan sans prendre en compte les besoins et les attentes de la société d’aujourd’hui au regard des défis qui s’imposent à nous.

  8. Antoine Treuille dit :

    Afin de reconstruire l’UMP, il faut que les responsables de la débâcle, principalement Jean François Copé acceptent leur responsabilité et donnent leur démission. C’est ce que feraient toutes personnes dont les intentions sont de servir la France et non pas leurs interets personnels.

    Le groupe d’individus qui se sont rapprochés du Front National doivent être écartés afin de laisser la place à des cadres plus modérés, plus humanistes et plus en contact avec ce que souhaitent les membres.

    Nombre de membres de l’UMP ne se reconnaissent pas dans un partie qui ne respecte pas la diversité et la richesse que celle-ci apporte à notre nation

  9. Mossser Georges dit :

    Un « inventaire » me parait être indispensable : Nicolas Sarkozy a été élu en promettant des réformes.
    Les a-t-il tenues selon le souhait exprimé par les Français ? Si oui : les énunérer. Les Français en sont-ils bien conscients ? les médias ont-ils bien relayé ces informations ? Je ne le crois pas.
    La crise financière est intervenue en sept. 2008… quelles ont été les mesures immédiates qu’il a prises en urgence ? ses propositions de réforme du système financier ? leur portée ? la présidence simultanée de l’Europe ?
    La politique étrangère : les évènements en Ukraine, en Cote d’Ivoire, le printemps arabe la Tunisie et surtout la Lybie. Les contacts avec la Chine , les USA, la création du G20…
    Il y a beaucoup à dire et il faut le dire et l`écrire pour contrer un anti-sarkozisme portant plus sur les comportements de la personne qui en ont fait le lietmotiv d’un « dégage » plutôt que d’une analyse sereine et objective.
    Très cordialement,
    Georges Mosser / Québec

  10. Bernard dit :

    Un bilan objectif du Sarkozysme va aider la Droite Politique a mieux se preparer pour 2017. Pour moi Sarkozy a été un président très volontaire, dynamique et (trop) omniprésent. L’histoire Luis rendra son mérite le moment venu. Toute façon la gauche pour reussir va devoir marcher sur certains pas de Nicolas Sarkozy.
    Rappellez-vous: la France n’est pas un royaume, mais le peuple considere son président comme une personne sacrée, et cela monsieur Sarkozy l’avait oublié

  11. Jacques D'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Cher Monsieur le Premier Ministre,

    Après une défaite, des défaites, je pense qu’il est important de le faire, c’est la logique des choses, au moins pour éviter que des erreurs ne se reproduisent dans et pour l’avenir. En aucun cas, cela sera inutile. Ce n’est pas le procès d’une personne, c’est l’examen d’un système qui a plus ou moins bien marché, mais il faut le faire en toute objectivité, en reconnaître les erreurs, les mauvais choix qui ont été faits. Chacun a sa part de responsabilités, le Président, le Gouvernement, les Parlementaires de la Majorité, le Parti (Bureau Politique mais aussi les militants qui prirent part à certains votes). Ne pas le faire serait une « solution de facilité », en un mot ce serait dire : « on efface tout et on recommence ». Pour quoi faire ? Ce n’est pas cela que tous ceux qui vous ont fait confiance attendent.

    J’ai en mémoire l’une de vos réflexions quand vous étiez à Matignon, vous disiez qu’après l’examen d’une loi, d’une décision, d’une mesure qui avait été prise ou adoptée après pourtant de mûres et profondes réflexions, vous n’arriviez pas aux résultats escomptés, c’est un peu cela. Peut-être que le projet de ce quinquennat était trop bien huilé, c’était sans compter les petits grains de sable qui vinrent contrarier l’engrenage et auxquels il aurait fallu remédier.

    Néanmoins, cela permettra en outre de mettre en valeur toutes les réussites de ce quinquennat qui sont bien plus nombreuses que les échecs, tout en gardant en mémoire que ce sont ces derniers qui firent la décision. Ce n’est pas la rue qui gouverne mais c’est le Peuple qui décide et il est bien souvent très exigeant.

    Amitié et bon dimanche

    Jacques

  12. michel43 dit :

    PAS de langue de bois,,osons regarder la vérité en face,
    il n »était pas fait pour étre président,
    Avions nous le choix;NON;;
    il a toujours été autoritaire,coléreux,se mettre en travers de sa route ;ou le contrarier,,TU est mort;
    et cher JP;ses Amis maudit,,de plus de 30 ANS;;ses mauvais conseillers ,,genre MINC–ATTALI;plus les godillots qui cirait les pompes,pour un poste;et courbait la téte et approuvais c »est conneries;
    2007, je m »exprime en tant que patron de petite entreprise,,la première a 22 ans,avec mon épouse de 21 ans et OUI?
    la première chose,;un état financier des lieux,la FRANCE était déjà en faillite,,et tu le sais bien,
    donc;priorité au désendettement,plans d »assainissement de nos finance et coupe sombre dans TOUT les budgets;et réduire le trains vie de l »état,les aides au social;syndicats,associations,
    privatiser des chaines de télé,diminuer les avantages des comités d »entreprises,EX,EDF et le 1% sur les factures ,plus de 850 millions d »euros;plus l »énergie augmente,plus le CE touche,l »immigration,le RSA,la CMU,l »aide médical d »état,et tant d »autre chose,,
    SARKO,a fait tout le contraire,
    des taxes,35,des interventions militaires a crédit,offrir des postes a des traites de gauche;a la place des nôtres,augmentations de TOUT les prix,alimentations,carburants,énergie,TVA,;
    qui peut faire de la CROISSANCE,,les multinationales,les grandes entreprises,l »état,NON
    les 85% de nos petites entreprises,
    l »Avenir;pour l »UMP;les jeunes générations, prenez exemple sur le FN,qui LUI,colla au terrain,ose parler des vrais problémes des FRANCAIS ,sans tabou
    comme toujours,les politiciens n »écoute pas les responsables du priver,,
    pourtant,entourer d »experts,d »éconnomistes,de conseillés,des hauts fonctionnaires de BERCY,et de VOUS,politiciens irresponsables,qui distribuer de l »argent emprunter,
    vous avez RUINER notre FRANCE,
    je sais tres bien,que peu de gens oserons dire la vérité a nos responsables,au point ou nous en somme,on a rien a perdre,la CHIENLIT est a nos portes,,,
    Réveillez vous,compagnons,,le couvercle va sauter?

    ,

  13. MOUNIER dit :

    La réponse est OUI.

    Un inventaire représente est la liste des points positifs et des points négatifs. Je pense que les positifs sont largement plus nombreux que les quelques points négatifs qui sont très souvent que les commentaires malveillants de la presse en général.

  14. Yves dit :

    Qu’il faille, au lendemain de la défaite, dresser le bilan du quinquennat écoulé pour comprendre les raisons du divorce et les causes de l’échec, et du même coup préparer l’avenir en évitant de renouveler les erreurs, me paraît relever de l’évidence. En revanche, et sur ce point je suis parfaitement Jean-François Copé, toutes celles et tous ceux qui, au gouvernement ou au Parlement, ont accompagné la politique menée durant ces 5 ans, sans s’en désolidariser, sans user de leur droit de démissionner du gouvernement pour ce qui est des ministres, de rejeter les textes proposés voire de censurer le gouvernement pour ce qui est des parlementaires, sont comptables de ce bilan et seraient très mal venus après coup de s’en désolidariser et de jeter l’anathème sur Nicolas Sarkozy.

  15. Dr. Yann Lefebvre dit :

    Roselyne Bachelot: vaccinée contre la grippe, mais pas contre la rage! Quel dommage!

    Quant à l’avenir, libérer les énergies et lutter contre l’egalitarisme me paraissent des priorités.

    Cordialement,
    YL

  16. CHEVROLLIER dit :

    Bonjour,

     » Le temps avec le temps  »

    la défaite, même si dure, laisse un vide énorme, des champs de ruines  » idéalogiques « , mais de suite on veux tout changer, mais pour aller où ?, alors du calme, retournons à nos bases d’origine, pourquoi on se bat tous les jours, arrêtons de rêver, il faudra du temps pour revenir, mais il faudra passer par là, Tout d’abord, analyser  » prendre son temps « , retrouver nos  » fondamentaux « . Ensuite, reconstruire et c’est là que les erreurs du passé seront balayés. Alors je vous en prie, dites aux ogres de l’UMP, de prendre le temps nécessaire pour écouter la base des sympathisants afin qu’ils deviennent demain des militants.

  17. Bracker Patrick dit :

    Cher Jean Pierre,

    Un « inventaire », pourquoi pas, dans quel but, pour publier quels éléments de la réalité,
    face à quelles valeurs :
    en effet, s’il s’agit de confronter l’inventaire aux Lois du DPI ou au Code du Soldat Français, voire des sources de la sagesse chrétienne, mieux vaudrait alors prudence garder…
    Si l’inventaire d’un autre côté consistait à lire les réussites, mais aussi de regarder les erreurs pour les corriger, cela pourrait peut être apporter un progrès dans la mesure ou chacun serait prêt à accepter ce type de démarche, ce qui me semble loin d’être le cas, puisque beaucoup sont persuadés de détenir la seule et unique vérité sans être capables même d’être à l’écoute de leur prochain… c’est pourquoi il conviendrait plutôt de rassembler un meeting dans le but de mettre en commun les idées pour l’ évolution , une sorte de brainstorming et d’en tirer la substance cognitives en vue préparer le futur de la droite de ce pays, en gardant en mémoire, et pourquoi pas, en rappelant, les grandes idées qui ont constitué ce pays et son développement, en s’appuyant bien entendu sur les Pères Fondateurs, A partir de là, créer!
    Patrick

  18. Louis de Gassart dit :

    Ma réponse est Oui sans hésitation.

    Durant ces cinq années, le gouvernement n’a pas mesuré que certaines mesures, nécessaires, méritaient un minimum de pédagogie pour être comprises par l’ensemble des français. Il ne suffit pas de dire qu’elles son nécessaires, il faut expliquer comment, pourquoi et dans quelle mesure.
    N »importe quelle réforme, en profondeur, a besoin d’être confrontée à l’usure du temps et ne pas être appliquée « en vitesse » et avec précipitation.
    L’impopularité de Sarkozy tient essentiellement dans le fait d’une certaine condescendance envers les « petites gens » qui avaient, à tord ou à raison, l’impression d’être un peu méprisés.
    Il est très difficile de « vivre » avec peu de moyens et la place dans la nation de ces gens là est considérable en nombre car plus de 90 % des salaires du foyer, en France, sont inférieurs à 3000 euros par mois et, avec le moindre impondérable, ces gens là ont beaucoup de peine à « s’en sortir ».
    Ceci dit, la politique menée me semble avoir été la bonne, simplement elle aurait pu être un peu plus « défendue » par ceux qui l’engageaient.
    Bon courage pour remonter ce handicap et un peu moins de « personnalisme’ entre les uns et les autres n’aurait pas gâché la « fin de règne » de Sarkozy.

  19. Lili L. dit :

    Cher Monsieur le Premier Ministre,

    « L’échec est la base de la réussite ». L’analyse du passé permet de construire un avenir plus claire et plus solide.

    L’audace est de faire face à l’échec et de ne plus commettre les mêmes erreurs, et non d’y rester aveugle.

    Très amicalement.

  20. Bouillaud dit :

    Et si on arretait de s’auto flageller , Nicolas a perdu parce qu il n’a pas respecter ses engagements de 2007 , et a fait le contarire sur sa plotique d’immigration et de controle des banlieux . pour l’economie le bilan est plutot bon , mais Nicolas n’a pas ete assez vite dans les reformes de l’etat. Il faut arreter avec la concertation et le consensus , le temps est à l’action et tant pis pour les grincheux et pissefroid

  21. AnneM dit :

    Bonjour M. RAFFARIN,

    Pour continuer à avancer, il faut à mon sens faire le bilan des cinq dernières années et en tirer les enseignements porteurs pour l’avenir.
    Le travail de Nicolas Sarkozy doit être valorisé. Le fond était bon, la France a su faire face à bien des situations grâce à la ténacité de Nicolas Sarkozy. C’est plus une question de forme, qu’il faut affiner, pour que le discours soit compris par l’ensemble des Français. L’heure doit être au rassemblement, et nous serons présents, pour préparer l’avenir.
    Bien à vous.

  22. Farcouli yves dit :

    Monsieur Raffarin,bonjour. L’Histoire dira,que Mr.Sarkozic,aura été un grand Président…n’en déplaise aux socialos.? Il à voulu réformé la France,pour qu’elle rentre dans cette nouvelle époque qui arrive. Epoque ou tout se transforme….jusqu’à la vie des hommes…demain ,qui vivront jusqu’à 100ans..les progrès gigantesques des techniques..La protection de notre planète… l’intégration des peuples… grâce à la disparition des distances entre les continents…Certains Français sont restés aveugles par tradition de l’immobiliste propre à leur société.Ne critiqué pas,l’ancien Président…au contraire,épousez le monde..ouvrez largement les fenêtres sur l’évolution des peuples.Cherchez de nouveaux projets pour donner aux peuples la liberté..la sécurité..les moyens de vivre..le plaisir et la motivation de la connaissance..Luttez contre l’égoïste et contre les dictatures de toutes sortes c’est cela l’avenir de l’UMP. ne rentrez pas dans des critiques ou des réflexion stériles..l’heure est trop grave…nos compatriotes doivent le comprendre et c’est un devoirs de leur expliquer….Merci Monsieur Raffarin…vous pouvez aider à transmettre les messages de lucidité.

  23. Martine P. dit :

    Bonjour cher Jean-Pierre Raffarin , bonjour à tous,

    Je suis en accord avec beaucoup de ce qui a été dit.
    Des réformes nécessaires et courageuses ont été faites, du côté comportemental, en général, beaucoup à reprocher.
    Vous avez été de ceux qui ont été mal remerciés, et plus, de leur fidélité et aide de toujours.
    Il faudra faire l’inventaire des plus et des moins…plus tard, lorsque chacun se sera ressaisi et que la situation sera « sécurisée ».
    Aujourd’hui la machine à gagner UMP doit être remise en mouvement. Les différentes orientations écoutées, une synthèse élaborée et surtout un leader charismatique et consensuel mis à la tête, pour à nouveau rassembler et décider.
    Pour moi, Mr Copé n’a pas joué ce rôle, n’a pas donné envie de s’engager pour ces dernières élections. On avait trop le sentiment qu’il pensait à 2017, pour lui, ça l’a desservi et plus encore le parti.

    Aujourd’hui, d’abord réunir, reconstruire, dans la sérénité !

    Meilleures amitiés à chacun.

  24. Christian Herve Rivoal dit :

    Monsieur le premier Ministre et cher Jean Pierre

    Je crois que nous devons dans un premier temps regarder les éléments et caractères qui nous unissent…de mettre a plat les problèmes de societè que nous rencontrons les discuter pas seulement au travers d ‘une commission téodule.

    Sans égard au passé je pense que les primaires présidentielles sont utiles sans que le candidat sortant soit le seul a pourvoir être adoubé parce qu il est sortant.

    Enfin j’ai le sentiment que nous devons travailler a une constitution de l’ UMP au terme de laquelle les valeurs de la Républiques celles de de GAULLE, de DEBRE DE TEITGHEN soient marquées du sceaux indestructible d une certaine idée de la France celle de la droite Républicaine celle l’honneur.

    Nous devons ensemble regarder l’avenir débattre sur le droit de vote des étrangers, leur intégration en terme de métiers a l’école, comprendre les difficultés liées a l’ homoxéxualité , dire clairement qu’ avec les socialistes nous avons en commun le socle de constitutionnalité mais pas les mêmes approches pour distribuer l’argent aux uns que les autres ont gagné durement.

    Faire le point sur la fracture sociale, et associer le plus possible les citoyens au travers des associations au contrôle des choix et décisions.

    Rendre la liberté a nos minorité ethniques régionales le bénéfice de développer leurs cultures notamment en développant l’apprentissage des langues et attribuer un statut CULTUREL aux minorités. (on protège bien les tortues pourquoi pas les Corses ou les Bretons ,)

    Je m’égare un peu, cette problématique en région vaut quand même trois points…

    Travailler en prolongeant la réforme des collectivités territoriales de Nicolas SARKOZI sur une nouvelle organisation des régions préfigurant la 6 eme République….

    Jean Pierre je suis pour une mise à plat qui pourra être rendue publique aujourd’ hui c’est la plus grande confusion UMP se comporte comme une écurie de courses pour députés qui faute d avoine en bonne et grande qualité s’échappent sans publicité et sans accord de l’ensemble du mouvement de l’enclos de l’honneur pour aller brouter dans les champs bleus marine.

    De nombreux compagnons en voulant manger la soupe avec la cuillIere du diable se sont brûlés la langue et ont perdu l’honneur.

    En plus de tout cela j’ai eu le sentiment d’avoir été pris en otage et de perdre mon honneur en même temps que mes anciens amis et compagnons perdaient leurs mandats de député.

    Je suis très surpris que la seule qualité que nous ayons dans cette éléction c’est la seule pertinence de s’afficher comme le chef de file de opposition socialo-communiste sans a aucun moment proposer aux Français un programme de gouvernement basé sur autre chose que la sécurité, et la peur de l’autre.

    Nous savons tous que le FN incarne le dysfonctionnement spychique du prolétariat sans pouvoir ni apporter ni proposer de solution…ne tombons pas dans ce travers qui ne nous ressemble pas nous sommes capables et déterminés à travailler ensemble pour que notre mouvement puisse regarder d’une même oeil notre passé et notre avenir.

    Pour cela Jean pierre avec cette volonté d’union qui est la tienne, ton besoin de clarté et ce caractère d’honneur qui t’anime je me propose de te prêter mon modeste concours su tu le souhaites….pour une refondation sur des idées du Général.

  25. Christian Herve Rivoal dit :

    je réponds a Monsieur BOUILLAUD.

    Le problème pour SARKO n’est pas au début d’avoir ouvert son gouvernement et ses idée bien au contraire, c’est seulement les malheureux candidats ministres qui ont principalement été déçus.

    la difficulté c’est qu’en politique il faut afficher une constance , ouvrir a gauche te fermer au début a l’extrême droite à la fin n’a pas été compris par les Français et pas compris par beaucoup de ces amis et compagnons de route..

    LE CONSUENSUALISME c’est fondement de notre droit positif sans consuensualisme la gauche dès
    arrivée au pouvoir modifié le travail de l’autre sans retenue au risque de paralyser tout travail parlementaire et inversement qu en la droite revient iL FAUDRA BIEN REFLECHIR A CETTE DIFFICULTE ?

    bien à vous Christian militant ump 95/10

  26. emmanuel dit :

    Oui Monsieur le Premier Ministre, un inventaire est nécessaire, car Monsieur Sarkozy a trop promis pour au final décevoir beaucoup de français alors qu’il avait toutes les cartes en mains pour mener sa politique.
    Le problème c’est qu’à travers les forums, seule l’aile « populaire » de l’UMP a la parole et tiens le discours suivant: il faut bannir l’aile humaniste et se droitiser car sinon plus de victoire possible à l’avenir.
    Cette nouvelle droite dont je pense certains éléments du FN la noyautent afin de faire sauter la droite classique est un élément récent depuis l’arrivée de Monsieur Buisson comme conseiller de Monsieur Sarkozy. Elle s’estime indispensable aux prochaines victoires de l’UMP, mais l’est-elle réellement? Je ne pense pas, car la droite classique par le passé n’a pas eu besoin de ce type de discours pour gagner.
    Il faut à tout prix changer de discours, donner de l’espoir aux français et non leur faire peur.
    Je crains que la refondation prenne du temps, car les réformes du gouvernement Hollande, beaucoup plus habile qu’il n’en donne l’air, vont s’orienter vers la sécurité (plus de police et de personnels dans les tribunaux), la réduction du nombre de fonctionnaires, pas d’assouplissement dans la politique d’immigration, bref des thèmes de droite. Si Hollande réussit a rétablir la sécurité, il condamnera la droite à la défaîte pour des années.
    Il faut que la droite se recentre sur le thème de l’économie et agisse sans trop parler et gesticuler, travaille de manière sérieuse. Vous qui connaissez bien la Chine , Monsieur le Ministre, vous devez connaître l’état d’esprit qui pousse son peuple à la réussite: parler peu, mais agir beaucoup.
    Encore faut-il que le peuple français soit un peu moins sensible au populisme…

  27. Chubillau dit :

     » L’avenir n’est jamais que du présent à mettre en ordre, etc… »
    Le bilan, il a déjà été fait, en long en large et en travers, avec ses points forts et ses points faibles.
    Inverser un bilan, c’est toujours le bilan.
    Le bilan, quel qu en soit sa lecture, est aujourd’hui, de fait, en périphérie.
    À quoi bon se retourner?
    Reprendre contact avec les valeurs fondamentales, et ne plus s en éloigner, c est LA feuille de route, la seule façon de disrupter en profondeur.
    Le reste n est que de la logistique ( même si parfois un peu complexe..).
    Bien à vous

  28. Laurent Malet dit :

    Cher Jean-Pierre,

    Pour « restaurer la confiance des citoyens dans l’action publique » comme le clame la charte de l’UMP il faut aussi restaurer la confiance dans la politique et dans ceux quo s’en réclament les porteurs: les politiciens. L’UMP doit elle procéder à un inventaire? Bien évidemment !
    Comment espérer inspirer la confiance alors que l’on refuserait de faire sa propre auto critique, positive et négative ? 

    Voilà des mois maintenant que cet inventaire à été laissé aux mains du parti socialiste. Ainsi pendant les primaires du PS, pendant la campagne du candidat Hollande, pendant la campagne législative orchestrée par le président candidat Hollande, le bilan de ces 5 dernières années d’UMP au pouvoir à été majoritairement portée par ses  opposants et réduite à une critique anti-Sarkozy. Est ce ce seul bilan que l’UMP souhaite vouloir affiché?

    La perte de la présidentielle et des législatives ne sanctionne t elle pas un bilan, ou justement son absence? Alors regardons le ce bilan!

     Repartons nous… Ou plutôt la caste politique représentant l’UMP repart elle la tête plantée dans le sable vers les échéance suivantes sans se poser de question sur son bilan et sur sa façon de le porter ? N’y a-t-il pas un risque de voir de creuser un fossé entre vous et les militants et sympathisants sur cette tentative d’oubli?

    Avez vous honte de ce bilan que vous ne souhaitiez le faire ? Devons nous, militants et sympathisants en avoir honte aussi ? Devons nous accepter de laisser les mêmes continuer sans nous expliquer ce qui n’a pas fonctionné : bilan objectif des actions, bilan de la stratégie de campagne, bilan de la communication de notre candidat puis de notre parti ?

    Du courage! Demandez vous et surtout demandez nous notre avis. Faisons ensemble ce bilan, sachons pourquoi nos idées pourtant porteuses et que nous pensons meilleures n’ont pas su rassembler. Ensemble, choisissons l’UMP de demain, fort de ses idées, de ses forces et de l’apprentissage de ses échecs… L’UMP qui gagnera demain parce qu’elle aura su se connecter ou reconnecter avec sa base et avec ses valeurs, l’UMP qui n’a pas peur d’elle même : lucide, diverse et unie. 

    Avec ma respectueuse amitié,
    Laurent Malet

  29. Danielle BERNAY dit :

    Monsieur le Premier ministre,
    Je pense qu’effectivement nous devons faire un inventaire, non pas pour critiquer ou porter un jugement sur le Président et le gouvernement Fillion mais pour analyser nos faiblesses et nos erreurs et aussi nos points forts.
    C’est vrai que nous avons perdu et que notre Pays, bien que majoritairement à droite, a basculé à gauche, bien aidé par les médias, télévision et presses nationale et régionales. Nous n’avons pas su présenter notre bilan pourtant bon et reconnu par les gouvernements étrangers, nous nous sommes englués dans de petites « affaires » montées en épingles, nous n’avons pas eu le courage d’annuler les 35 heures, de mettre la retraite à 65 ans, d’annuler la double nationalité…Nous avons traversé d’autres déserts et nous avons su rebondir, alors gardons la foi dans notre pays, retrouvons notre unité, nous avons 5 ans pour reconquérir les Français, tous ensemble nous y arriverons.
    Avec toute mon amitié jacquaire.
    Danielle

  30. jany dit :

    « Devoir d’inventaire »
    Les « limitations » du « sarkozisme »

    Je trouve ce mot un peu fort, nous connaissons tous les points forts et les limitations du « sarkozysme ».

    Faut-il en parler, créer des divisions pour comprendre les raisons des défaites successives ?

    A beaucoup de reprises, avec Jacques, nous avions parle de la nécessité d’ouverture, de recadrage…
    Qu’avons nous eu en réponse ?
    L’incompréhension de nos sentiments…

    Aujourd’hui, la défaite est la, la Droite a perdu…C’est un fait…
    Faut-il chercher des responsables, faut-il parler du « leader » ?

    Nous devons tourner la page, gardons nous de rentrer dans la polémique qui ne servirait que la Gauche en détruisant pour longtemps les liens qui existent a Droite…

    Il y a beaucoup plus de responsables de la défaite que l’on pense a Droite…
    Les mots de trop, les luttes fratricides, les appétits et mêmes ceux comme Borloo qui ont trop attendu ou fait rêver…
    La Droite s’est divisée, le « flou » a repris le flambeau délaissé pendant que les autres se querellaient…

    Aujourd’hui, laissons les erreurs au passé et construisons ensemble un bel avenir pour la France.
    Il y a de la place pour tous dans une grande famille politique…
    Des gestionnaires avec la reconnaissance d’une grande politique industrielle et sociale de progrès…
    Des responsables qui défendent le droit et les valeurs de respect des identités…
    D’autres qui rappellent que l’humanisme est aussi une valeur de progrès…

    Bien sur, il est possible de faire un inventaire, de tout mettre sur la table…puis rester dans l’opposition pour longtemps…c’est un choix…

    Choisissons, au contraire,un chemin d’éveil au travers un véritable dialogue constructif en pensant au devenir de la France et des français…

    Ouvrons nous aux amis, s’il y a eu des fautes, oublions les !, personne n’est parfait…

    C’est en s’attachant a l’œuvre que les hommes trouvent leur dimension.

    Bien cordialement,

    jany

  31. eric cassagne dit :

    Cher Monsieur,
    N’etant pas militant UMP je ne puis qu’exprimer un avis d’une personne qui se reconnait dans ce mouvement lorsque celui ci reste sur des ideaux de droite sociale, ouverts au monde et respectant un equilibre entre l’etat et l’individu dont il faut promouvoir l’initiative. Ce serait tres difficile de donner son support et sa confiance a un mouvement qui irait vers l’exclusion, le retour sur des frontieres du passe et un certain populisme…J’imagine que c’est 2 alternatives constituent l’enjeu de la direction a donner a la reconstruciton de l’UMP.
    La base de la reflexion devrait porter sur la pensee de R.Aron et du Gaullisme social.
    Tres honnetement vous incarnez ce courant eclaire, reformiste et entreprenant.
    Bien cordialement

  32. jany dit :

    La vie trouve sa dimension dans la prise de conscience de ses limites…
    L’homme est libre d’accorder sa confiance a la vie…

    La danse trouve son tempo de matière et d’éternité…

    jany

  33. Fouet dit :

    Le « Sarkozisme » me semble un terme trop restrictif. Est-il un moyen de rejeter sur un seul homme ce qui en fait a été conduit, initié par un groupe ou des individus du premier cercle, quelque fois poussés par des groupes de pression?

    La défection dans le soutien est venu d’une incompréhension entre ce qu’une partie de la base électorale espérait (rigueur républicaine, travail, meilleurs revenu, …) et la réalité constatée où la rigueur s’appliquait bien à eux, où le travail n’était pas aussi accessible que prévu et où ceux qui amélioraient leur revenu étaient déja de la caste des plus favorisés.

    Des comportements trop éloignés des préoccupations journalières ont détaché cette partie de l’électorat ayant voté pour une politique, certe incarnée par un candidat à la présidentielle en 2007, mais pas uniquement pour le chef de file.

  34. Daniel GARCIOUX dit :

    Cher Monsieur,
    Il me semble primordial de faire l’analyse objective et transparente des causes de notre défaite.
    Partant de cette étude et tenant compte de nos forces et faiblesses, construire un programme politique
    correspondant aux idées (évolutives) qui fédèrent notre famille.
    Les hommes viendront après en fonction des besoins de la Nation, ils doivent s’effacer totalement au bénéfice de la confrontation des idées.
    Les Français doivent être invités à participer au débat.
    Je vous remercie de la tempérance que vous apportez à notre Mouvement.
    Très respectueusement et cordialement.

  35. Denis Viala dit :

    Bonjour

    Laissons faire ceux qui veulent tracer les lignes du bilan, avant que la gauche ne le fasse à sa façon.
    Je suis plutôt favorable à un « marquage » attentif de tout ce que la gauche dira et tout ce qu’elle proposera, pour pointer du doigt les appropriations de ce NS aurait déjà fait ou déjà proposé, et dans un autre registre chiffrer immédiatement toutes les mesures populistes ainsi que tous les déséquilibres en découlant.
    N’oublions pas que notre communication est insuffisante, la gauche n’a gagné que parce qu’elle domine les médias.
    Denis Viala

  36. JD Huberson dit :

    Monsieur,

    Je crois l’inventaire inutile en tant que tel. Allez vous vous servir de l’esprit des réformes engagées par N Sarkozy, si oui des références à l’inventaire seront utiles, sinon cela ne servira à rien.

    Cordialement

    JD Huberson

  37. Antoine Treuille dit :

    Le bilan de Nicholas Sarkozy doit inclure l’état politique dans lequel il a laissé la France. Avoir entamé des réformes c’est bien, nous en avions besoin, mais le succès se mesure dans le temps. Avoir laisse la France aux mains de la gauche en leur donnant tous les pouvoirs est un lègue inacceptable. En effet, il ne restera pas grand chose de la politique des cinq dernières années, puisque rien ne subsistera des réformes Sarkozy. Le succès ou l’échec se mesurent dans le temps. Si dans cinq ans l’inné reste rien des réformes recédantes, c’est comme si rien n’avait jamais existe.

    La monte de à gauche est le fruit d’une politique napoléonienne, politique de clan basée sur le népotisme, le copinage et le favoritisme. Un homme qui se dit de droite mais qui ignore la véritable mericicratie n’est pas véritablement un homme de droite, c’est un manipulateur sans envergure.

    Vous cherchez à faire e bilan de la periode Sarkozy, mesurez non as ce qui a été fait, mais ce qu’il en restera.

  38. Noème dit :

    Cela peut être louable de se tirer une balle dans le pied. Mais très souvent contre productif

  39. Romain Bonnet dit :

    Monsieur Le Premier Ministre, Cher Jean-Pierre,

    Il y a bien sûr un bilan du sarkozisme et notamment des lignes importantes qui ont permis à notre pays de tenir la corde dans des moments difficiles et de crises, des décisions courageuses ont été prises et les Français en sont conscient, mais la défaite ne peut nous permettre de faire l’inventaire des erreurs du passé car le risque d’une forte division serait alors plus que possible. Nous avons aujourd’hui besoin d’un rassemblement large pour reconquérir nos territoires. Une page se tourne et gardons dans un coin de nos têtes cette histoire de la France.

    Bien fidèlement,

    Romain Bonnet.

  40. Ernest Gransagne dit :

    Bonjour Monsieur Raffarin
    cette façon que vous avez de demander « l’avis des lecteurs de votre blog », ainsi, simplement, vous honore.

    Il est fort dommage qu’il y en ait tant d’autres qui ne s’abaissent jamais à cela.

    C’est probablement déjà le début de l’explication de l’échec de l’UMP.

    Pour une analyse complète, c’est complexe et probablement difficile à faire rapidement.

    Il sera nécessaire « d’empiler » les multiples raisons -évoquées par la multitude – ensuite de classer, disséquer et faire ressortir les éléments, causes de la perte.

    Ma première sensation est :

    - un déficit de com. de qualité. Une com. bien encadrée, des porte-paroles compétents et disciplinés.

    - un déficit dans le choix d’hommes ou de femmes. NS avait dit : « Je choisirai en fonction de la compétence » , il ne l’a pas fait.

    - des rapports avec les médias -exécrables- Hors, le « contact » avec la presse est un métier.

    Il n’est pas normal que cette même presse ait pu durant 5 ans démolir ainsi tout ce qui a été fait, systématiquement. C’est un non sens.
    Il y avait des solutions : l’explication, l’explication, l’explication. De temps en temps, on mord, on remet dans le droit chemin, quand le discours officiel est déformé volontairement, par des journaleux orientés. Cela n’a jamais été fait.

    - on en arrive très vite au responsable : NS

    Il veut à tout prix qu’on l’aime.

    Mais il n’est pas aller jusqu’à son corolaire : on ne peut forcer les gens qui ne veulent pas. Pire : quand ceux qui aiment sont déçus, ils deviennent très vite des gens qui haïssent.

    - NS s’est donc auto-détruit. Par excès de manque d’amour.

    Il est aujourd’hui « grillé » définitivement. Il ne faudrait pas que certains pensent qu’il pourrait revenir, car si cela arrivait, les mêmes erreurs et errements reviendraient avec lui.
    Quand on est allé au plus haut niveau, la messe est dite.

    - paradoxalement, les plus grosses erreurs viennent d’avantage de la « forme » que du « fond ».

    Il ne suffit pas d’être compétent, intelligent, instruit, bien élevé, avoir de l’humour, être travailleur, etc… etc… pour être un « leader ».

    Pour avoir son « certificat de leader » un personnage qui a cette ambition doit posséder avant tout la compétence, l’intelligence, l’ouverture d’esprit, la droiture, l’honnêteté, la culture…. mais !
    Il doit « passer » cette marche indispensable, celle de se faire entendre !

    - entendre à la tribune
    - bien passer à la caméra
    - avoir une voix posée, agréable, sachant faire de belles phrases qui s’enroulent bien…
    - ne pas avoir les yeux baissés sur son papier – un discours ça ne se lit pas, ça s’impose !

    Si les idées ont besoin d’être écrites, c’est que l’on ne les possèdent pas, donc cela fera « faux ».

    Il y a aujourd’hui un exemple incomparable dans ce domaine : Barack Obama

    Quand on l’observe attentivement au pupitre, on voit une parfaite maitrise de l’image qu’il veut donner de lui même.
    Avare de gestes, la tête régulièrement va à gauche, regard droit, puis alterne à droite, regard droit, ne regarde jamais au centre vers la caméra… Ne regarde jamais vers le bas, ne baisse jamais les yeux…. Un exemple.

    Cela n’est pas un détail, une broutille, c’est ESSENTIEL pour le support du message.
    C’est cela qui fait que vous êtes convaincant ou pas.
    C’est cela qui fait que l’on va vous « décodé » comme un meneur ou comme un petit garçon.

    Ce n’est pas par hasard si un journaleux, PPDA, a volontairement voulu rabaisser NS en lui disant cela.

    - les ministres ! Là ce fut le pompon ! On avait l’impression que personne ne commandait.

    Je sais bien que nous sommes latins plus que saxons, mais à ce point, il ne pouvait arriver que ce qui arriva : la cacophonie gouvernementale.

    Chez les UMP la rancoeur, à gauche le néant, une chambre inefficace, un Sénat qui se fissurait et un Président qui courait dans tous les sens.

    En même temps, on entendait les voix parasites de Rama Yade, de Morin, de Kouchner, d’Amara qui disait déjà en 2008 qu’elle ne voterait pas Sarkozy !

    C’est tout cela qui « minait » jour après jour le quinquennat.

    Et tous ceux qui attendaient plus d’ordre, plus de police, plus de justice, une réforme efficace et pour longtemps de l’enseignement, restaient sur leur faim.

    Il y avait eu un programme : il fallait le remplir point par point.

    Pour ne pas être trop long, je termine : le principal défaut fut sur la forme et non sur le fond.

    Nicolas Sarkozy fit beaucoup de bonnes choses en peu de temps : dommage on ne le sait pas !

    Respectueusement

    Ernest Gransagne (gransage selon certains qui font des abus de langage)

    PS : a contrario, aujourd’hui le PS avec tous les pouvoirs, nous donne une leçon de com. Eux ils maitrisent la presse !
    Leurs erreurs ne viendront sûrement pas de la « forme ».
    Par contre « le fond » va leur poser problème… très vite.
    Et nous ne serons pas les plus déçus.

  41. Geneviève dit :

    Connaitre son passé (ou l’ analyser) c’ est comprendre son présent pour mieux préparer son futur.

  42. P.Leroux dit :

    Cher Jean-pierre
    Suite a ta demande ,je reagis.
    je ne pense pas que le mot inventaire soit bien approprié ,a ce qu’il me semble utile de faire.
    je crois utile de rappeller les grands points forts de la politique suivi par NS:
    le courage de prendre des decisions indispensables pour le pays ,meme si elles ne sont pas electoralement porteuses
    (Retraites suite …,ISF degonflé, reduction du cout de l’etat /non remplacement d’un fonctionnaire sur Deux, engagement pour un retour a l’equilibre budgetaire avec principalement comme moyen une reduction des depenses,..)
    de plus une carrure internationale,la recherche indispensable d’un consensus europeen sur la base d’orientations partagées par tous (ou presque) reduction des depenses ,regle d’Or essentielle pour securiser les preteurs institutionnels internationaux,volonté discretement exprimée de Plus d’Europe dans le cadre de la Zone Euro (quitte a ce qu’il n’y ait pas plus d’Europe ,donc pas davantage de contraintes pour les 27)
    en terme de politique interieure:
    Rappeler la position du Ni,Ni vs le FN acceuil et ecoute attentive des electeurs Fn ,
    une tendance de l’UMP doit pouvoir s’exprimer eventuellement partager certains objectifs affichés par le FN ( redustion de l’immigration pour favoriser l’integration ),c’est utile et c’est le principe democratique ,mais pas d’accord de parti entre FN et UMP
    Ouverture d’un grand pole de Centre Droit : humaniste,europeen,liberal ,avec une dimension sociale moderne ( attention au saupoudrage d’assistanat de plus en plus rejeté car couteux pour ceux qui travaillent..)
    confirmer l’arrivée d’une faible dose de proportionnelle pour l’election des deputés
    (10 a 15 % maxi des sieges ) et a nombre de sieges equivalent au total.

    en ce qui concerne le « style Sarkosy  » l’Hyper presidence ,l’intrusion de conseillés elyseens mal compris…etc,j’eviterai de revenir dessus .
    chaque president aura son style,NS a fait de nombreuses erreurs de comportement que l’on connait tous..mais inutile de revenir dessus selon moi..
    Hollande en un mois l’a quasiment depassé!

    L’Ump doit etre Multi-dimensionnelle mais avec un SOCLE DE VALEURS COMMUNES
    a tous les courants: travail ,europe,liberalisme eclairé,vision sociale sans assistanat
    L’UMP doit partager l’ambition de diriger le Pays ,d’une façon moderne ,ouverte sur le monde,
    et avec le centre droit qui doit exister ,affirmer aussi son union avec l’UMP dès maintenant. et partager ce socle de valeurs communes
    a bientot et bon courage

    P.Leroux

  43. RVR dit :

    Monsieur Raffarin
    _______________

    Oui il faut faire cet inventaire !
    Mais finalement ne croyez-vous pas que les Français l’on déjà fait ?
    Pour ma part c’est fait, je ne veux pas de la société façon Sarkozy, ni pour moi , ni pour mes enfants. Cette parenthèse politique doit être comprise par les membres de l’UMP, il y a un réel problème de valeurs humaines, dans sa forme la plus détestable ! Ce qui me parait insoutenable c’est qu’il ait été suivi dans son délire par un certain nombre de responsables de l’UMP, rendus insensibles aux absurdités de leur président ? Je reste volontairement optimiste, car je sais qu’il y a de réels talents dans ce mouvement qu’est l’UMP, il faut simplement que ces talents ne soient pas victimes des opportunistes de tout poils…!

  44. claude simonnet dit :

    TCJPR
    S’il s’agit de présenter l’addition, oui,
    peut-être, mais à qui? Ce ne sera pas
    le prix de l’unité mais celui de la
    discorde qui sera en bas de la
    «fRacture».
    Bien à vous.
    CS

  45. Médéric L. Pascal dit :

    Amitié, sincérité et vérité

    En 2007, N. Sarkozy nous a permis de remporter l’une des plus nettes victoires que la Droite ait connue depuis la fin des années 1960.

    En 2012, quelques cinq années plus tard donc, le même N. Sarkozy, perd l’élection présidentielle face à un adversaire qui n’a jamais exercé de responsabilités plus élevées que celle de Président du Conseil Général de Corrèze.

    Dès lors peut-on sérieusement envisager de « préparer l’avenir » sans dans un premier temps chercher à comprendre ce qui s’est passé, sur le plan politique, durant cette période de temps? Peut-on faire l’économie d’un diagnostic sur les causes probables du désenchantement qui s’est opéré entre le Peuple français et son Président? N’y aurait-il aucune leçon à tirer, donc, de ces cinq années si nous devions laisser jouer du sifflet en partisans déçus et de crier tous d’une seule voix: « Circulez, il n’y a rien à voir! » ?

    L’objet de l’exercice n’est pas de trouver les coupables afin de pouvoir les clouer au pilori de l’Histoire. L’objet, la raison d’être, la nécessité d’un tel exercice: Comprendre. Alors bien sûr, il est encore un peu tôt pour dégager une image parfaitement claire et apaisée de ce qui s’est vraiment passé. Nous devrons nous placer dans un premier temps sous le signe de l’hypothèse euristique. Mais nous ne pouvons pas faire l’économie de la démarche. Comprendre est un impératif catégorique pour qui prétend donner un sens à ses actes. Et peut-on décemment envisager de construire un projet politique sans la noble ambition de lui donner un sens?

    L’Histoire des années Sarkozy sera écrite; ne la laissons pas s’écrire sans nous car dans ce cas il y a gros à parier qu’elle sera écrite contre nous! Soyons simplement sincères et amicaux dans la recherche de la vérité!

    Amitiés,
    MLP

  46. Pauline dit :

    Ne nous montrons pas ingrat vis-à-vis de notre propre camp : Nicolas Sarkozy a fait un travail extraordinaire au pouvoir pendant 5 ans.

    J’entends ici et là des reproches sur son style, sa façon de faire avec les médias. Dans toutes ces critiques j’ai surtout vu beaucoup de snobisme, de caricature et de malhonnêteté. NS n’est pas l’homme outrancier qu’on nous a dépeint pendant 5 ans.
    Je lis des reproches sur sa politique migratoire et d’intégration. Les journalistes se réjouissent d’une prétendue droitisation de l’UMP. Je dis qu’elle est factice. Le gaullisme, lui-même, a toujours été fidèle à l’idée d’une nation fière, souveraine et indépendante. Je ne me suis jamais senti trahi par ceux qui nous ont gouverné pendant 5 ans de ce point de vue.

    La défaite doit nous conduire ni à la division, ni au repli. Plutôt qu’un inventaire du sarkozysme, tenons-nous prêt à faire l’inventaire des réformes de Hollande.
    L’erreur, ce serait de nous tromper d’ennemi.

  47. Claude dit :

    Bonsoir à tous,

    L’inventaire c’est quoi ? La liste de ce qu’il y avait à faire, la liste de ce qui a été fait et de ce qui reste à faire et, finalement, ce qui est bien comme ça, ce qu’il faut améliorer et ce qu’il faut défaire. Point.

    L’inventaire du Sarkozisme ça ne veut rien dire. Le sarkozisme n’est pas une doctrine, c’est une manière d’être, une manière de faire et un courage. On aime, on n’aime pas cela dépend des tempéraments. Les historiens se chargeront d’étudier le quinquennat. Nul doute qu’ils trouvent que Nicolas Sarkozy a imprimé une nouvelle façon de compter pour la France, pour l’Europe et pour le monde avec nos peu de moyens et la seule légitimité que donne 1% de la population mondiale et une culture devenue universelle.

    Pour la suite, Nicolas Sarkozy s’étant retiré de la politique active, il n’est plus un élément de l’équation. Personne, lui succédant, ne lui ressemblera. Cependant, personne lui succédant, ne pourra être un président comme avant et celui qui va essayer d’être un « président normal » finira en « président banal » pour ne pas dire en « président trivial ».

    Par contre, il faut s’interroger un peu plus sur la présidentialisation de la Ve république induite par la concordance quinquennat – législature. Immanquablement tous les présidents à venir seront élus pour un programme et le Premier ministre sera, qu’on le veuille ou pas, celui qui ne définit pas le programme de gouvernement mais qui le conduira sous la houlette du Président. Ce que l’on a reproché à Sarkozy est inévitable et le Président qui laissera faire le gouvernement verra les français lui rappeler pourquoi il a été élu.

    Ceux qui se sentiront coupables de quelque chose dans l’échec de la présidentielle puis des législatives ne le reconnaitront pas et auront à cœur de faire non pas l’inventaire du « Sarkozisme » mais son procès.

    Jeanne d’Arc a été brulée bien avant que la nation prenne conscience qu’elle avait imprimé un élan au pays et que cet élan a permis d’échapper à pas mal de fatalités. Il faudra du temps pour comprendre que grâce à Nicolas Sarkozy, beaucoup de français ont retrouvé l’envie du travail dont on est fier pour ses enfants. Pourvu que ça dure, ça va sauver l’avenir de nos enfants.

    Bien cordialement,
    Claude

  48. Laouchez Charles Maurice dit :

    Bonjour à tous,

    Dans une entreprise, on ne conçoit pas d’entamer un nouvel exercice sans un bilan. Les audits, inventaires ou autres évaluations sont monnaie courante dans le privé, où l’efficacité est une condition de survie.
    Sans reprendre le vocabulaire de Jospin, il est indispensable de procéder à une profonde EVALUATION, multicritères, des 10 dernières années de gestion de la droite.

  49. Jacques D'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Oui Cher Jany, nous l’avons souvent écrit et notamment au lendemain de chaque congrès UMP car nous nous apercevions que seules les idées d’une seule sensibilité émergeaient. Comment aurait-il pu en être autrement ? Un simple exemple, la composition du Bureau Politique où nous retrouvions certains membres avec deux casquettes (Ministre et représentant d’une sensibilité) alors que d’autres sensibilités de l’UMP n’étaient pas représentées, rendant ainsi les débats trop monolithiques, ce qui était normal puisque ces membres « aux deux casquettes » ne pouvaient qu’épouser les idées d’un Exécutif auquel ils appartenaient mais cette organisation empêchait les idées d’autres sensibilités d’émerger alors que c’est dans ce vivier, hors de la « technocratie » gouvernementale, qu’il fallait les puiser. Conclusion, le parti ne faisait qu’adopter un projet politique sans qu’il n’y ait vraiment de propositions avec des idées qui remontaient de la base, au plus prés du terrain, prés des citoyens, le travail en amont qui était nécessaire pour apporter quelques retouches à la politique menée n’était plus effectué. Je me souviens avoir écrit « certains centristes ne se sentent pas à l’aise au sein de l’UMP » tout simplement parce qu’ils s’apercevaient qu’ils n’étaient jamais écoutés, et ils l’ont exprimé en quittant le Parti voyant que leurs idées n’étaient jamais retenues alors que l’UMP est un parti d’union né dans la diversité de ses sensibilités.

    C’est ce genre d’erreurs qu’il ne faut plus reproduire. Durant ce quinquennat, je pense que la Droite s’est trop souvent reposée sur la seule idéologie prônée par le Président, un projet de quinquennat trop bien ficelé, mais une idéologie qui nie certaines réalités, et dans ce cas celles qui vinrent se greffer à la politique menée compte-tenu de circonstances, conduit à l’impasse, et ces erreurs furent néfastes pour la réélection du Président Sarkozy.

    Malheureusement, c’est ce qui risque de se reproduire à l’automne, si la personne qui sera désignée comme Président de l’UMP est une personne qui sera candidate à des futures échéances, et principalement en 2017, seules ses idées émergeront, guidées par sa propre idéologie. Pour cette présidence, il faut une personne totalement désintéressée, un « Sage », solide sur ses bases, apprécié et fin analyste, qui n’aspire à rien si ce n’est qu’à faire vivre l’UMP dans sa grande diversité. Dans ce domaine, il n’y a pas pléthore, et je doute d’en trouver un seul dans la jeune génération qui ne nourrisse pas certaines ambitions.

    Amitié

    Jacques

  50. Moreau dit :

    Pour moi, le mystère du Sarkozisme est d’avoir eu le soutien de la quasi totalité de la droite alors que les insuffisances de Nicolas Sarkozy, en terme de compétence et de caractère, étaient évidentes depuis longtemps. Ses capacités sont d’avoir efficacement contribué aux choix des « noyaux stables » des dénationalisations qui ont, selon moi, d’une part constitué le hold-up du siècle dernier et, d’autre part, doté nos banques et grandes entreprises de dirigeants et prescripteurs incompétents dont la masse explique la situation désespérée de l’économie française. Nous avons été volés et privés de nos atouts pour l’avenir.

    Je comprends que l’UMP répugne à conduire l’inventaire du Sarkozisme qui ne peut que montrer la complaisance de l’UMP vis à vis des erreurs. Par contre, les français et tout particulièrement les français de droite devront faire l’inventaire du « laisser-faire, laisser passer Sarkozy ».

    Que les gens de droite intéressés au redressement de la France établissent le thésaurus des erreurs sarkozistes et laissent les bénéficiaires du Sarkozisme tenter de protéger leurs magots et leurs places au sein de l’UMP.

  51. Ernest Gransagne dit :

    J’entends certains qui butent sur le mot INVENTAIRE, et alors?

    Il s’agit seulement d’un mot.

    Il faudra bien si l’on veut reconstruire un pôle fort de courant de pensée, faire une analyse.

    Il faudra bien prendre conscience que nous sommes dans une nouvelle ère.

    Il faudra bien construire avec des idées porteuses.

    Pourquoi ne pas oser regarder en face ?

    Pourquoi ne pas oser dire que le Front de Gauche est équivalent au FN ?

    Pourquoi toujours se faire enfermer, comme encore ce matin par cet « imbécile » de Patrick COHEN sur France-Inter (je pèse mes mots) par le FN, alors que F . Copé essayait de s’exprimer sur cette antenne…

    Pourquoi ne pas dire que les médias imposent leur dictat ?

    Pourquoi ne faudrait-il pas parler de ce qui fâche ?

    J’avoue que je ne comprends pas cette manière que certains ont de se voiler la face.

    Si nous en sommes là aujourd’hui il y a bien des raisons non ?

    L’instantanéité de notre époque empeche tout recul. Or le recul est nécessaire pour mieux avancer, même si cela est paradoxal.

    Mais rien de GRAND ne se fera sans DISCIPLINE HUMILITE et GENEROSITE.

    Le chacun pour soi est catastrophique.

    L’absence de leader reconnu l’est tout autant.

    Hier, tout était bon pour faire le dénigrement systématique sur Nicolas Sarkozy,aujourd’hui il semblerait que tout soi bon pour « démolir » Copé.

    C’est dégueulasse.

    Il serait bon que nous nous rendions compte que les médias nous mènent par le bout du nez.

    Ce qui s’est passé ce matin sur France-Inter entre 8h30 et9h00est un odieux montage fomenté par je ne sais qui, mais qui est très grave pour notre démocratie.

    Ernest (pardon pour l’écriture, je suis sou s Androïd et il y a conflit avec Windows)

  52. Patrick Burel dit :

    Pour construire l’avenir, il faut commencer par analyser le passé et clairement identifier les points positifs et les points négatifs du quinquennat qui vient de s’achever.
    Ensuite à partir de la situation de la France, il faut batir un programme.

    Cordialement.

    PB

  53. gaulois62 dit :

    Bonjour Monsieur le premier ministre,
    Bonjour à tous,

    A quoi servira l’inventaire ? S’il doit servir à se dédouaner ou à accabler une personne humaine, donc imparfaite, pour un travail qu’elle a essayé de bien faire, je n’en vois pas l’utilité. De plus cela est dévalorisant pour celui qui le fait et pour celui qui le subit. Je pense que vous valez beaucoup mieux que cela.
    Si par contre il doit servir à un examen de conscience pour savoir ce qui a été bien et ce qui a été mal et surtout pour ne pas refaire les mêmes bêtises à l’avenir, je le trouve utile à la condition que tout le monde fasse le sien. On se valorise en faisant son propre examen de conscience mais on se dévalorise en faisant celui des autres.
    Tous comptes faits, n’est-ce pas cela être humaniste ?
    Avec tous mes encouragements pour devenir un homme meilleur encore,
    Je vous adresse mes respectueuses et cordiales salutations.

  54. sergeG dit :

    Un bilan pourquoi pas ! Le citoyen que je suis peut déjà en tirer un :

    Beaucoup de décisions courageuses ont été prises, retraites, transparence des compte de l’Elysée, diminution des effectifs de la fonction publique d’état … Beaucoup d’engagements n’ont pas été assumés : TVA anti-délocalisation, limitation de l’immigration qui compte tenu de son importance n’est plus gérable. 200 000 immigrés par an nécessite la construction d’une ville comme Dijon tous les ans !!! La concentration d’immigrés dans certains banlieues conduit à l’organisation du communautarisme. A partir d’un certain seuil ces personnes n’ont aucune raison de faire l’effort de s’intégrer.

    Je me souvient de la formule « la préférence communautaire n’est pas un gros mot !!! » Si l’Allemagne réussi, c’est d’abord parce que les allemands consomment « national ». allez dans les magasins LIDL et ALDI, la majorité des produits industriels sont allemands, dans les enseignes françaises ils sont chinois.

    Globalement la droite court après le PS : le débat sur l’identité national a fait flop. Un peuple qui n’a pas le droit d’avoir une identité est un peuple en perdition voué à l’éclatement.

  55. Bruno ANEL dit :

    Je vois mal comment éviter un tel inventaire, sauf à ne tirer aucune leçon de l’histoire récente. Nicolas Sarkozy lui même l’ avait commencé . Il a reconnu implicitement des erreurs: bling-bling, hypertrophie présidentielle, promesses imprudentes (la croissance qu’on devait aller chercher « avec les dents ») , politique fiscale erratique, déclarations arrogantes (« DRH du PS »). A côté de lui, François Hollande à l’air d’un modéré. La droitisation de la campagne fut à mon sens une erreur: il eut mieux valu rester droit dans ses bottes : eux c’est eux, nous c’est nous; quitte à perdre un ou deux points; c’eut été un investissement pour l’avenir. Je n’accable pas Nadine Morano, mais je saisis mal comment des centristes peuvent se sentir à l’aise avec la tendance qu’elle incarne. Tirer les leçons de l’histoire, c’est aussi remarquer que les élections sont la plupart du temps fatales au gouvernant sortant: Giscard en 81, Mitterrand en 86 et 93, Chirac en 88 et 97, Balladur en 95, Jospin en 2002, Sarkozy en 2012. On peut tirer de ce constat de l’espoir, mais surtout une grande modestie.

  56. Christian Herve Rivoal dit :

    Benoit APPARU nous indique qu ‘il est nécessaire de faite l’inventaire de la droite et non du seul Sarkosisme je ne vois pas bien la droite est celle que nous ferons sur cette sarko/ reflexion.

  57. Martin dit :

    Monsieur le premier ministre,
    Les Français ont, d’eux même, fait leur bilan du quinquennat. Les temps ont changé et, plutôt que de regretter les cinq dernières années, il faut aller de l’avant. Sarkozy à soutenu de grands projets, mais, aujourd’hui, la messe est dite. Il faut créer et fédérer une réelle force d’opposition qui devra nécessairement prendre ses distances avec le FN ( le Fléau National), aujourd’hui dediabolisé. Les valeurs de l’UMP doivent être soutenues.

    PS (si je puis dire !) : Il ne faut pas juger un président sur son bilan personnel, mais sur les avancées qu’à connues la France.Sur ce point, on ne pourra que reconnaître un certain succès à Sarkozy.

  58. Sylviane VALENTE / de GREGORIO dit :

    Monsieur le Premier Ministre, Cher Jean-Pierre, Bonjour !

    Bonjour à tous nos amis, toutes nos amies du Carnet de J. P. – R
    qui sont très nombreux à répondre à votre interrogation !

    Á mon tour, je m’autorise à vous livrer mon point de vue, mais
    j’ai trouvé sur votre Blog, une position que j’approuve à 100 % aussi,
    je me permets, en espérant qu’Yves ne m’en tiendra pas rigueur de vous la rappeler :

    « Yves dit :
    24 juin 2012 à 8 h 43 min
    Qu’il faille, au lendemain de la défaite, dresser le bilan du quinquennat écoulé pour comprendre les raisons du divorce et les causes de l’échec, et du même coup préparer l’avenir en évitant de renouveler les erreurs, me paraît relever de l’évidence. En revanche, et sur ce point je suis parfaitement Jean-François Copé, toutes celles et tous ceux qui, au gouvernement ou au Parlement, ont accompagné la politique menée durant ces 5 ans, sans s’en désolidariser, sans user de leur droit de démissionner du gouvernement pour ce qui est des ministres, de rejeter les textes proposés voire de censurer le gouvernement pour ce qui est des parlementaires, sont comptables de ce bilan et seraient très mal venus après coup de s’en désolidariser et de jeter l’anathème sur Nicolas Sarkozy. »

    J’ajouterai :

    Bilan : oui mais…
    Procès du quinquennat (du Président SARKOZY ?!) : NON – NON et NON !

    Car auquel cas, les accusés se chiffreraient par Millions, les Français et les Françaises
    qui ont Voté aux Présidentielles pour le Candidat : Nicolas SARKOZY !

    Monsieur le Premier Ministre, Jean-François COPÉ n’a pas démérité durant
    son mandat au Secrétariat Général de l’ U M P, il a soutenu totalement et
    fidèlement le Président de la République et nous avons tous et toutes :
    Approuvé, Applaudi, à chaque consultation ! Alors,
    Tous Solidaires dans le Bilan du quinquennat 2007 / 2012 !

    Alors, évitons pour une fois, cette propension maladive à l’auto-flagellation des partis de
    droite et du centre !

    Les socialistes – la gauche -, dressent – t’ils un bilan publique lors de ses différents
    (et parfois cuisants !) échecs électoraux ?

    Non, alors ?……

    Alors oui, tout faire pour préparer l’Avenir, le Meilleur possible, pour nos enfants, nos
    petits enfants, dans la mise en oeuvre d’un projet politique et économique représentant
    les valeurs auxquelles nous sommes attachés (ées), celle de la Droite, du Centre et de
    l’Humanisme Libéral ! (Car aujourd’hui tout le monde (et même très à gauche de l’échiquier
    politique se réclament de l’Humanisme – de gauche, alors !) !

    De grâce, cessons les querelles, les guerres fratricides !

    Ou alors, en 2014, nous continuerons « notre descente aux enfers »
    et la gauche n’aura pas même besoin de se baisser pour ramasser,
    les voix des électeurs qui nous auront rejetés !

    Stop à la décadence !

    La pente qui arrive au sommet est difficile, mais tout à fait à notre portée,
    si nous le Voulons ! Et il faut le Vouloir !

    Je vous le redis : Je compte sur votre Candidature à la Présidence (Secrétariat Général ?)
    de l’ U M P car vous seul « le Sage » saurez rassembler le plus largement possible les
    Français et les Françaises croyant en nos Valeurs, de la Droite, du Centre et de l’Humanisme
    Libéral !

    Bien à Vous, Chers Amis, Chères Amies du Carnet de J. P. – R.,

    Encore et Toujours Fidèlement à Vous, Monsieur le Premier Ministre Humaniste et
    Cher Jean-Pierre !

    Sylviane

  59. jany dit :

    Cher Jacques,

    Je suis tout a fait en accord avec ce que vous écrivez dans votre billet, il est important que le dialogue s’installe et vive au sein d’un grand parti comme l’UMP.

    Toutes les tendances devraient pouvoir s’exprimer et vivre…
    La France est de tradition de Droite et du Centre, pourtant elle vote a Gauche par période…pourquoi ?

    Ce n’est pas en montrant les muscles d’une Droite dure que nous attirerons tous les électeurs du Centre…La Droite doit pouvoir ouvrir son message afin d’être entendu par une large majorité de français.

    Le Président de la République Jacques Chirac avait compris qu’il y avait une importance a s’ouvrir au dialogue et a une gestion plus humaniste de notre pays…par la création du ministère de la Cohésion Sociale…
    La politique industrielle n’avait pas été oublie aussi…

    Le Président de la République Nicolas Sarkozy a préféré tracer un autre chemin, celui des reformes nécessaires, la crise rencontrée a oblige les pays a être plus sérieux dans leur gestion…

    Ne rejetons pas l’un ou l’autre des cheminements, mais au contraire faisons en une nouvelle dynamique pour notre avenir, une Dynamique de Progrès…
    - Oui aux reformes de fond
    - Oui a une gestion plus responsable de nos comptes généraux
    - Oui a une approche plus humaniste du cadre social, sociétal, environnement au travers un dialogue de progrès avec nos concitoyens et leurs représentants…

    Nous sommes en 2012, partout dans le monde les pays s’éveillent en devenant plus responsables, les populations accèdent a l’information et grandissent en conscience.

    La France reste un phare dans l’opinion du monde, seulement 1% de la population de la planète, mais ses idées restent des pôles d’intérêts…

    L’UMP doit montrer aux français qu’un nouveau chemin est possible, un chemin d’éveil, un chemin plus responsable dans la gestion des comptes généraux, un chemin qui permette d’entreprendre au travers une grande politique industrielle, un chemin qui permette a chacun de trouver la reconnaissance dans son environnement, un chemin qui lie l’humanisme et la nécessité du progrès.

    Un inventaire ???
    Laissons le passe ou il est…
    Accordons notre confiance a ceux qui veulent réfléchir ensemble a un avenir de progrès pour la France et les français.

    La politique doit être avant tout un chemin d’éveil…

    Mes amitiés,

    jany

  60. Brun dit :

    Je suis absolument consterné par l’autisme dont les « caciques » de l’UMP font preuve dans leur analyse de la défaite de la « droite ». Le pompon revient à NKM, et à sa ridicule affirmation selon laquelle P. Buisson voulait voir gagner Maurras !

    On nous bassine avec les prétendues « valeurs », mais l’UMP avec un ensemble inquiétant oublie que les premières d’entre elles sont celles que le FN défend seul contre l’ensemble de la classe politique. La ringardise du politiquement correct est la caractéristique majeure des donneurs de leçon, d’Alain Juppé à vous même, en passant par Baroin etc. La droite a perdu parce qu’elle a « lâché » les Français, qui se désespèrent en constatant l’emprise grandissante de l’Islam, la mise en avant de prétendus sujets de société qui ne sont en rien prioritaires (mariage homo, etc.)., sans compter l’inadmissible gaspillage des deniers publics, avec un empilage de couches administratives dont la moitié ne servent plus à rien mais coûtent fort cher, avec leurs fonctionnaires, leurs « hôtels », leurs voitures de fonction, etc (départements, régions, au moins deux fois trop nombreuses, communautés de communes…). Je n’ai jamais voté FN, sauf précisément cette fois-ci au premier tour des législatives (au deuxième, je me suis résigné à voter « utile »), parce que vous avez réussi à me dégoûter et à constater que nous n’avons plus qu’une droite en peau de lapin. Ma seule consolation a été la déroute du Ganelon du Béarn, laquelle montre que, en de rares occasions, il y a un peu de morale en politique.

    Mais continuez comme vous êtes partis : dans quatre ans le FN fera 30 ou 40 % et l’UMP 10 !

  61. Claude Simonnet dit :

    TCJPR
    S’il y avait une réflexion à mener, il serait intéressant de prendre en compte ceci. 
    Un premier gouvernement s’est installé avec un nombre de membres supérieur au précédent. La masse « salariale » n’excédant pas celle du précédent, elle était même légèrement inférieure. Le remaniement qui suit augmente le nombre de postes, pour arriver au même budget que celui de la majorité précédente, probablement. 
    Quant il est question de dépenses publiques on passe sous silence le budget alloué à la fonction politique, on parle toujours du nombre des fonctionnaires. Bien. 
    Mais la question que se posent les français peut être la suivante : que signifie pour la classe politique la diminution du budget de fonctionnement du pays?
    Combien d’ »égos » veulent être les premiers et bien servis? 
    Est-ce que la classe politique n’est pas le dernier bastion de l’ »intouchable »?
    C’est probablement dans ce carré de légumes du potager que le « Grand-des-Jardiniers » doit enlever les mauvaises herbes. 
    Bien à vous. 
    CS

  62. Dominique de Marly dit :

    Cher Jean-Pierre

    Il est extrêmement rare que je m’exprime publiquement sur ton Carnet. Mais puisque tu le demandes, … alors je me fais violence !
    Pour ma part, je ne serais pas favorable à cette symbolique de « l’inventaire » si elle devait consister à régler des comptes internes sur la place publique, et à laver son linge sale devant une opinion publique qui n’aurait que le filtre altéré des média pour tenter de comprendre le sens salutaire d’une telle entreprise.
    Alors, comment faire un « bilan » sans le transformer en « inventaire ». Car un bilan s’impose, comme après chaque expérience, aventure, lorsqu’il s’agit :
    de comprendre ce qui s’est déroulé, comme cela avait été prévu, ou son contraire,
    de déterminer ce qui a été compris, ou ne l’a pas été,
    d’analyser ce qui a réussi, ou bien échoué,
    … dans le but d’en tirer les leçons et tout le bénéfice pour la prochaine expérience, ou aventure.
    Se refuser à un tel exercice consisterait à hypothéquer l’avenir du mouvement. Maintenant qu’il est « affranchi », pour 5 ans, de l’autorité et du poids de l’Exécutif sur son fonctionnement, il lui faut définir, à partir de l’analyse de l’expérience vécue au cours de ces 10 dernières années, le socle sur lequel il va construire son projet politique pour l’après-Hollande. Les « valeurs », dont tout le monde parle actuellement, en font partie. Mais elles doivent être déclinées en lignes fortes, en projets d’envergure, en directions stratégiques, en engagements de long termes… La gestion du quotidien n’étant plus de sa responsabilité immédiate, son rôle est donc de proposer un avenir aux français.
    C’est cela qui devra sortir du congrès de cet automne, et non pas le résultat d’une quelconque « guerre des chefs ».
    D’ici là, la mission des cadres du parti sera de ce plier à cet exercice, sachant qu’il devront garder pour eux, dans le secret du huis-clos de leurs débats, le diagnostic qu’ils feront des 10 années de son existence, pour ne mettre en avant que l’objectif à atteindre : à savoir son projet pour la France de demain.
    Je terminerai en te disant que je suis assez d’accord avec l’analyse de Jacques d’Hornes pour convenir, avec lui, que si l’UMP veut pouvoir « respirer » à pleins poumons, il vaudrait mieux, pour elle, qu’elle ne se dote pas, dès 2012, d’un président « présidentiable » pour 2017. Je crains « l’étouffement » si l’appareil du parti devait être en ordre de bataille, dès novembre 2012, pour reconquérir l’Elysée en 2017. Le temps des primaires viendra !

    Amitiés, à partager avec ceux qui t’entourent.

  63. CLUZEL BRUNO dit :

    Bonjour Monsieur le PM,

    en premier lieu je suis un ancien jeune Giscardien ( resp Allier puis en 1981 co animateur campagne en Region Rhones alpes ) et je vous propose de faire un grand rendez vous des anciens jeunes giscardiens sur Paris …

    sur la quesion bien sur qu’il faut faire un inventaire ça n’a rien de choquant, meme les Livres saints donnent lieu a exegese !!

    il faut séparer deux choses 1)l’analyse de la tactique de la campagne pour en tirer des leçons sur les messages porteurs, les alliances a nouer ou pas, et 2) le Sarkozysme c’est quoi ? que reste t’il de ces 5 ans et que faut il en retenir pour l’avenir.

    a cette question ma réponse est la suivante : le Sarkozyme est une façon de réformer une société dans son ensemble par tranches fines mais horizontales : fines car aucune réforme n’est aboutie et horizontale car on aura assisté à des changements tres importants sans heurts ou choc. Je crois que c’est une bonne methode pour réformer car le changement du grand soir n’existe plus et la bataille mere de toutes les victoires se heurte a des lobbys puissants, reformer partout et en meme temps permet de changer en douceur.

    l’erreur aura été d’etre anxyogene, les français aspirent aux besoins d’etre tranquillisés …

    a votre disposition

    bruno

  64. Ernest Gransagne dit :

    Ne pas oublier de changer le nom : U M P

    Trop « marqué », trop usé, trop utilisé.

    Un nouveau sigle, un nouveau logo… avec les nouvelles idées qui vont avec.

    ATTENTION : il ne faudra pas se tromper.

    L’enjeu, le nouvel enjeu passe par un bon support : « l’image »

    Et reconstruire une « image’ en terme de marketing, c’est primordial.

    Ernest

  65. simonin dit :

    un bilan n’est jamais entierement positif ni entierement negatif.Faut-il en faire sans doute mais il faut le faire sans a-priori et surtout sans arrieres pensees et avec le plus d’objectivite possible-cf les diatribes de Kosciusko et de Bachelot qui sont loin d’avoir brille dans leurs ministeres-
    La droitisation? et son role dans la defaite.Je suis de ceux qui pensent que sans cette »droitisation »,le FN aurait fait 20 a 25 pour cent au 1è tour et que les mauvais reports des electeurs FN tant au 2è tour de la presidentielle qu’au 2è tour des legislatives proviennent pour l’essentiel des promesses non tenues deMr Sarkozy notamment en matiere d’immigration.Combien de temps encore l’UMP et lesBachelot-Kosciusko et autres vont-ils avoir les yeux GRANDS FERMES-cf le titre du livre eponyme de Michele Tribalat paru il y a 2 ans -. L’avenir de notre pays la France se joue tresz grandement sur cette question.

  66. Mic dit :

    TC JPR

    Une excellente intervention dans Le Talk où est même abordé le foot : le niveau est donné !
    Que d’emphase et de paroles pour finalement, ne rien exprimer que l’on ne sache pas : l’UMP a commis des erreurs et a perdu.

    Donc, place à d’autres aujourd’hui, il vous faut être bon joueur faute d’être bon politicien.

    Le rapport-qualité prix, si cher à notre société de consommation, rapporté à votre présence en politique encore aujourd’hui, est assurément catastrophique.
    Je veux dire que votre coût, à vous les anciens politiques, est lourd à la France pour le travail accompli pour la communauté en échange … votre humanisme devrait vous y faire songer sérieusement.
    Vous dites que vous êtes pour la jeune génération, passez donc à l’acte … et retirez-vous.

    S.

  67. nanti dit :

    un droit d’inventaire s’impose, au regard du peu d’écart de voix entre les 2 candidats au 2e tour et un rejet de la personnalité du candidat et d’une partie de la garde rapprochée aux discours choquants les ump historiques. personnellement je souhaite vous voir tenir un role plus important aux cotés de Jean Francois Copé.
    Les chiraquiens historiques doivent rediriger l’ump vers ses valeurs fondatrices.
    Fidèlement votre

  68. Mistral dit :

    C’est une question fermée.

    Le Sarkozysme a pour postulat qu’aucun sujet est tabou.

    Il paraîtrait saugrenu que le sarkozysme soit un sujet tabou !

    Mais la question qui doit se poser est : qui doit faire le bilan du quinquennat ? Une poignée d’élu doit on peut suspecter des arrières pensées politicienne ? Les militants UMP qui ont une vrai légitimité à force de meeting réussi ? Ou le peuple de France qui a son mot à dire en premier ?

    Il faudrait aussi sérieusement remettre en cause le système médiatique qui tait les réussite, accentue les échecs et caricature les propos et les personnes. Les élu de l’UMP doivent parler à leurs électeurs pas aux journalistes.

    Il faudrait aussi s’interroger sur l’achat des électeurs par Hollande. Le vote pour la nikab, les jours de congé pour les profs.

    Nicolas Sarkozy a eu des réussites et des échecs. Il a commis des erreurs et a réussit des choses exceptionnel. Il a surtout mis ses tripes sur la table. Il nous a tout donné. La France est orpheline.

  69. Carole dit :

    Bonsoir monsieur Raffarin,
    Bonsoir à tous,

    Nous avions eu les 3 « grâces » de la Rochelle : Aubry, Royal et Duflot. 3 femmes à la langue bien pendue, 3 femmes arrivistes, 3 femmes carriéristes au détriment des « copains »……… spectacle pathétique !!!!!!!!!

    Nous avons aujourd’hui 3 pimprenelles : NKM, Jouannot et Bachelot, elles se sont crues sur un nuage durant le quinquennat qui les a mises en lumières. Là encore 3 femmes à la langue bien pendue, 3 femmes arrivistes,3 femmes carriéristes au détriment des « copains »………. spectacle pathétique !!!!!!!!!!
    NKM nous joue le remake Buisson. Sans rire ! Si ce monsieur n’avait été là, N Sarkozy n’aurait pas décollé. Quand allez-vous enfin le comprendre ?????? Je dois avouer monsieur Raffarin qu’NKM m’a choquée de parler de Maurras. Osé et pitoyable comme argument. Quand il y a défaite, il faut assumer et ne pas rejeter ses lacunes de communication sur les autres.

    En venant vous lire monsieur Raffarin, j’ai crû que l’intitulé de l’article était une plaisanterie.
    Très sincérement, depuis des mois et des mois, qu’écrivent les uns et les autres sur votre blog ??? Le positif, le négatif, le pourquoi, le comment, les exemples, les contre-exemples, les réformes, les semblant de réformes, les critiques, …………. (suivant les opinions) …………. de ce quinquennat.
    Vous avez eu ici des « avocats » , « procureurs », reprenant vos termes des « faucons », des « colombes »……. et toujours et toujours des blogueurs qui vous faisaient part de leur observations de terrain ou analyses diverses et variées sur le pour/contre de chaque réforme, des clivages naissants, de la surdité des politiques……… la liste est infinie.
    L’inventaire est entre vos mains. L’inventaire est connu de ceux qui sont sortis du gouv. de ceux qui peuplent l’UMP. Pourquoi le réclamer ???????
    A mon avis, cet inventaire n’est que le paravent d’un malaise à l’UMP.
    Tant que beaucoup d’entre vous n’assumeront pas le fait et la fierté d’être de Droite, vous ne grandirez pas ! Cet inventaire ne servira strictement à rien.
    Les bla-bla des chiraquiens, le bla-bla des radicaux, les pleurnicheries des centristes……. sont pathétiques, à l’image de ces pièces de mauvais goût que personne n’écoute plus. Mais allez-y, continuez et fournissez à la Gauche l’immense joie d’occuper le terrain pendant qu’ils vont continuer à couler la France.

    Bien cordialement.

    NB : Fillon aurait pu être élu, si N Sarkozy ne s’était présenté. Pour 2017, je n’y crois pas.
    Quant à Copé, il ne sera jamais présidentiable s’il reste à la tête de l’UMP. Les dents qui rayent et reluisent les sols autour de lui sont trop acérées.
    Vous savez ce que disent beaucoup de gens monsieur Raffarin. Si Le Pen avait eu une politique économique de Droite avec les valeurs qu’elle veut pour la France,le pas était franchi. Si jamais, l’Europe qui devait « protéger » et ne « protége plus » (endettement des générations futures irréversible et désindustrialisation) avec ce qui se profile à l’horizon, vous avez de sérieux soucis à vous faire.

    L’image politique est à l’image de nos nuls de footballeurs, sans la vulgarité. Malgré les avertissements, ils n’ont rien compris. La France après, eux d’abord !!!!!!!!!

  70. Carole dit :

    sossosososososos
    Moody’s vient des dégrader 28 banques españoles.
    Stop à la mutualisation des dettes, on va couler !

  71. Malivert dit :

    Merci monsieur le ministre de nous permettre de nous exprimer dans ce cadre de l’UMP: nous nous sentons orphelins depuis le départ de Monsieur le président Sarkosy. Ce mot « inventaire « évoque une vulgarité qui ne sied pas à la situation. C’est l’esprit de NSarkosy qu’il faut garder: il a été la victime de son courage, de sa franchise en imposant des lois, des règles absolument nécessaires que les socialistes piétinent avec arrogance, hargne: ils sont très mauvais dans leur rôle et ont profité d’une situation en jouant très bien de leur méthode favorite qui est la démagogie. Mais leur félonie se dévoile peu à peu et malheureusement leurs « générosités » risquent de nous coûter cher. Il faut sûrement garder ce qui peut l’être de ‘l’UMP mais autrement qu’à travers une guerre de chefs, les acteurs doivent respecter l’âme du sarkosysme, et combattre le mieux possible les cibles de nos adversaires.

  72. Sirius dit :

    Cher JPR,
    La France est-elle sortie grandie de ce quinquennat ?
    Je suis bien incapable de dire la stratégie qui a été suivie pendant ces 5 années.

    Peu importe le détail de l’inventaire, les français ont donné leur avis dans les urnes.

    Il ne suffit pas d’avoir de l’energie, il faut d’abord voir la réalité telle qu’elle est avec froideur, avoir une vision pour l’avenir, élaborer un plan stratégique pour créer les conditions d’un retour à la croissance et à la création de valeur.

    Il faut constater les échecs. l’euro tel qu’il est ne marche pas et nous appauvrit. Voir la situation en grece et en espagne.
    l’euro ne permet pas de tenir compte des différences de productivité entre nos pays. Les pays de l’europe du Sud ont besoin de dévaluer leur monnaie pour repartir de l’avant et être à nouveau compétitif, mais l’euro les en empeche ! Il faut une UE forte, mais des monnaies différentes pour permettre les ajustements.
    Si la sortie des pays faibles et trop couteux, il faut envisager la sortie des pays forts (Allemagne par ex). On peut avoir des relations économiques fortes sans avoir la mm monnaie.

    Il ne faut pas de relance keynesienne qui a toujours ete une erreur, il ne faut pas plus d’etat, mais un état fort limité a ses fonctions régaliennes.

    il faut faire confiance à l’humain, en le remettant au coeur du système économique, et en sortir létat qui se substitie aux autres acteurs, ne crée pas de valeur et à un cout de structure colossal. Il faut l’enlever de la ou il ne fait pas mieux que les autres.

    Il faut que les politiques français se rendent compte que les états sont en compétition entre eux. pas seulement les entreprises et les salariés, que des mauvaises décisions, des couts de structure plus élevés donnent des points aux pays voisins.

    Si notre bien aimé pays ne change pas, ne se constriut pas un nouveau modele équilibré et porteur pour les français, la France va se vider de sa substance, car l’homme s’adapte et les compétences, les entreprises, les nouvelles technoligies de plus en plus mobiles vont quitter le territoire.

    Le contexte est difficile, on n’ a pas dit la vérité en français pendant les elections, la réalité va nous rattraper.

    Ce qu’il faut pour envisager l’avenir à nouveau avec optimissme, c’est d’abord une vision (réaliste) et une stratégie qu’il faut communiquer aux français, aux militants.

    Car sinon c’est une série de décision tactique.

    C’est toute la différence entre la musique et le bruit. L’une est harmonieuse grace à une partition, l’autre est cacophonie car succession de bruits, de note discordante.

    C’est ce qu’il s’est passé lors du dernier quinquennat.
    il faut à tout prix une vision.

    Ensuite, il conviendra de faire ce qui est dit. Ce n’est qu’à partir de la que la confiance reviendra…

    ya plus qu’à !!

    Merci
    Sirius

  73. François dit :

    Bonjour Monsieur Raffarin,
    Votre analyse sur l’UMP pendant l’émission du talk orange est très pertinente et je vous rejoints complètement sur l’urgence de créer un courant humaniste au sein de la droite Française. La politique libérale renforce les inégalités et génère des comportements égoïstes dans notre pays, renforçant ainsi les corporatismes de toute sortes. il est grand temps que nous puissions rassembler après toutes ces années de division et d’exclusion.
    Cordialement

  74. Ernest Gransagne dit :

    On ne peut s’empêcher de penser à ce qu’avait déclaré ici même à deux reprises notre amie Carole : « Choisir, comme responsable de campagne de Nicolas Sarkozy, N K M, est un mauvais choix ».

    Effectivement Carole avait raison, c’était un mauvais choix.

    Cela me permet de dire que « les filles » en politique sont largement, très largement aussi médiocres que les mecs… avec la perversité en plus.

    Ce n’est pas une réflexion de macho, hélas je voudrais bien avoir tort !

    Ernest

  75. Ernest Gransagne dit :

    La parité ?

    Est-ce vraiment l’enjeu ?

  76. Al666 dit :

    Salut à tous,
    Dans le bilan ou le droit d’inventaire, il faudra ajouter le bouclier fiscal qui continue à faire des dégâts : pour 2011, plus de 700 millions à reverser aux nantis, une augmentation de plus de 100 millions par rapport à 2010! Sarkozy en partant a su faire un beau cadeau à ses amis.
    Parallèlement, une augmentation du SMIC de 2% fait gémir ces mêmes nantis…
    Et dire que des smicards, chômeurs … ont voté pour Sarkozy!

    Petit rappel : plus de 10.000 milliards de dollars ont trouvé refuge dans les paradis fiscaux…. Vous avez parlé de dettes ? quelles dettes ?

    Mais pas d’illusion, l’UMP et le PS ont des fondamentaux très très proches malgré leur différence apparente…

  77. Ceache dit :

    Bonjour,
    Mais comment peut-on se poser cette question après la baffe que vient de prendre l’UMP ? Les bras m’en tombent. Ce n’est pas le bilan du Sarkozysme qu’il faut faire mais l’analyse de fond de la dérive « humaniste » ( mais que veut dire ce mot ?) de l’UMP, sa DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age) face à a réalité des problèmes que subit le peuple et son manque de courage (humanisme ?) pour assumer notre histoire de France et nos racines judéo-chrétiennes millénaires. La droite a abandonné en rase-campagne le débat sur l’identité nationale. Coupable lâcheté car tant que ce débat ne sera pas apuré, les « humanistes » passeront inutilement leur temps à subir et à chercher des réponses à l’anathème médiatique de « droitisation ». Et pendant ce temps, le FN apporte ses mauvaises réponses aux vrais questions. Que les humanistes aillent passer quelques heures dans le quartier Barbès, qu’ils se demandent combien de citoyens français connaissent Mauras et sont donc capables de décrypter les propos sibyllins de NKM, qu’ils se demandent aussi s’il suffit de prononcer le mot de De Gaulle pour que les moins de 40 ans se mettent au garde à vous et si le Gaullisme n’a pas besoin d’être « régénéré » pour (re)devenir un corpus d’idées actualisé pour tenir compte de la géo-stratégie moderne qui n’est plus celle de la guerre-froide et qui pose la souveraineté non plus en regard d’une menace militaire mais de menaces économiques et démograpiques. Car c’est bien là que se situe la défaite de l’UMP. La perte de son propre corpus d’idées au profit d’un argumentaire défensif creux face à la pression gaucho-médiatique de « droitisation » ! dont l’incantation à « l’humanisme » en est le parfait exemple. Alors oui, que l’UMP fasse non pas l’inventaire mais un retour sur son parcours d’idées depuis 5 ans. « Nous » ne demandons pas des accords d’appareils à quelque niveau que ce soit national, régional, cantonal… « Nous » demandons que l’UMP se positionne sur tous les sujets INDEPENDEMMENT des idées des autres et qu’elle assume. Et si « on » lui argumente que le FN ceci, le FN celà… qu’elle réponde simplement (et courageusement ?) : « peu importe, ce sont nos idées » ! et les médias n’ont aucune légitimité élective à représenter le peuple.

  78. Laisné Henri dit :

    Sûr que nous nous sentons orphelin de Nicolas Sarkozy. L’UMP va devoir se démocratiser et ne plus laisser aux seuls sieurs parisiens toutes les décisions qui nous impliquent. Par exemple celle de parachuter des candidats aux législatives pour les Français de l’Étranger. Nous avons ainsi perdu 8 sièges «coulés dans le béton». Pour avoir soutenu un candidat de droite «non désigné», je me suis vu exclu de notre mouvement.
    Les dirigeants de l’UMP ont le devoir de faire leur post-mortem et porter le poids de leurs échecs ou erreurs.
    Henri

  79. Caroline dit :

    Je pourrais tout à fait écrire ce qu’à écrit Carole un peu plus haut.

  80. michel43 dit :

    A LIRE tout cela,,c »est fort simple;
    les politiciens sont des incompétents
    dans le priver,on les aurais virer depuis longtemps;
    pourquoi la droite national a eu 6.5 millions de voix,
    parce qu’elle OSE parler des VRAIS problème de la FRANCE d »en bas et du milieu;
    l’immigration;la double nationalité;le droit du sol;la préférence national,
    EX souvenez vous;M BAROIN ;je souhaite le droit du SANG pour l »outre-mer;cela devient intenable la bas?
    comme c »est une proposition du FN;;STOP M BAROIN?
    donc;avec le couple copé-jacob;se sera pire;cars lui,est pire que notre SARKOZY et beaucoup plus malin;;
    vu le vote a l »assemblée;la plus jeune députer de FRANCE;;;FN

    de nombreux députés lui on serrer la main ou un sourire et un geste de la téte;
    COPE n »a pas eu un regard tout comme NKM;;;et la courtoisie;la politesse bordel;;
    et c »est gens veulent l »instruction civique?
    le NOUVEAU président de l »assemblée est socialiste et a chaleureusement serrer la main a BAROIN de l »UMP
    triste tout cela;les politiciens devrait prendre 1400 euros et essayer de vivre avec pendant un mois?
    MIEUX 8.5 millions de retraités a 850 euros pars mois;;;une honte pour la FRANCE
    le FN a compris tout cela;et l »exploite admirablement bien,,,
    NOUS;pas de vague;mais le navire coule;;;et le commandant se repose au Maroc

  81. Carole dit :

    Ernest,

    Pour NKM je maintiens. Mauvais choix.
    C’est quand même incroyablement surprenant que nos politiques n’aient rien « senti ».
    Quand je l’entends dire qu’elle a recu « des balles dans le front et dans le dos » j’éclate de rire, la pauvrette………….. Elle critique ce fameux monsieur Buisson (je ne le visualise toujours pas), plate excuse de sa morose campagne. Cette femme (si X soit-elle) n’a pas de charisme tout simplement, mais cela se soigne. Et puis « déblatérer » une fois son poste perdu, quelle facilité ! Savoir perdre la tête haute ne pourrait que l’honorer plutôt que critiquer untel………..

    Vous voyez Ernest, Morano avec son franc parler aurait sûrement fédérer plus de monde que NKM.
    Morano au moins fait rire………………………..

    Ernest, vous n’êtes pas macho, je pense comme vous. Et j’ose, à part #foutre le bordel# sorry monsieur Raffarin,au final quel résultat ?

    Amitiés.

  82. Jeanphilippe06 dit :

    J ai déja été censuré mais je persisite . Le bilan de JP Raffarin en tant que premier ministre est bien maigre : plus de deficit et d’immigration Des reformettes . Il est donc peu crédible de vouloir faire le bilan du Sarkosysme . Ce sont des fanfaronades (cf valeur actuelles de cette semaine) Quant à l humanisme c’est une manière élégante de s asseoire sur les problemes des français le premier étant une immigration musulmane incontrolée

  83. Jacques D'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Cher Jean-Philippe,

    Votre réflexion laisse à penser que vous n’avez pas très bien examiné le bilan de Monsieur Raffarin qui prit quand même la succession de cinq années de gouvernance socialiste avec tout ce que cela engendre. Votre argumentation de « bilan bien maigre » ne tient pas la route, bien des choses ont été entreprises par les gouvernements de Monsieur Raffarin auxquels a participé également Monsieur Sarkozy et l’on ne peut que l’en remercier, la situation serait encore bien plus catastrophique.

    Par ailleurs, si le « 06 » dans votre pseudonyme correspond à votre département, ce n’est pas étonnant que vous ne soyez seulement « axé » sur « l’immigration musulmane »… Sortez de votre bulle, le 06, tout comme Paris ne sont pas les « nombrils » d’une France si diversifiée. Les problèmes rencontrés dans un endroit ou dans un autre sont totalement différents que vous soyez dans un milieu rural ou dans un milieu urbain, du Nord au Sud et d’Est en Ouest ou dans nos départements et territoires d’outremer.

    Bien cordialement

    Jacques

  84. Mederic L. Pascal dit :

    En 2012:

    Droite + Souverainistes-Gnangnan + Ex-Droite-sous-Marine
    = +ou- 47%
    Gauche + extr’e’me gauche rouge + extr’e’me gauche verte + gauche ultra
    = +ou- 44%
    Inde’cis ni-ni + partisans convaincus du milieu de nulle part en voie de disparition
    = +ou- 9%

    La re’surgence du vote F.N. m’e’me si elle y a largement contribue’ ne suffit pas ‘a expliquer la de’faite. Aucune majorite’ partisane ne se de’gage au soir du premier tour et la victoire de l’un ou de l’autre s’obtient au milieu, comme souvent, chez les ind’ecis, chez les ultra… mode’re’s, au… comment dit-on d’ej’a? Ah oui, au CENTRE.

    Un sage de Chamali’ere a dit un jour: « La France doit ‘e’tre gouverne’e au centre. »

  85. michel43 dit :

    jean-philippe
    vous avez raison,notre droite molle n »a pas de courage de frapper,la;;ou cela fait mal
    et notre compagnons RAFFARIN est un vrais politiciens qui n »a jamais accepter de faire des vagues;
    le pays avait des énormes dettes,,une immigration;massive,
    heureusement,que les politiciens ne gére pas,nos entreprises priver,se serais un vrais désastre,,
    le public,c »est autre chose,le contribuable,est LA,,pour régler leurs erreurs;
    regardez,la ville de MENTON,,44% de vote,FN ;POURQUOI?
    et 6.5 millions d »électeur pour M LEPEN
    c »est tout bêtement que nos politiciens de la droite molle,ont échouer,
    le karchers n »a pas fonctionner, et tout le reste avec,,
    les électeurs ,n »on pas voter pour HOLLANDE,,mais contre celui qui leurs a mentie,,
    copé-jacob,ferait bien d »y pensée,pour l »avenir,

Laisser un commentaire