Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

20 commentaires

  1. Ernest Gransagne dit :

    D’accord avec vous Monsieur Raffarin pour dire qu’il faille rassembler : du Centre à la Droite.

    D’accord avec vous pour reconnaitre que la France en Europe, ne doit pas s’isoler de l’Allemagne.

    Nous sommes une vieille nation occidentale.

    Nous ne redeviendrons des grands qu’en ne reniant pas les vraies valeurs chères aux Lumières, avec des humanistes, pas des utopistes, en remettant les gens au travail, c’est à dire avec « le goût » du travail, le respect, la libre pensée et surtout, surtout en ne nous laissons pas envahir par « la ou les religions ».

    La religion, depuis 1905, ne fait plus partie de l’Etat.

    Mettre celles-ci au premier rang des préoccupations Républicaines est une grosse bêtise qui ne sert que ceux qui souhaitent cela !

    La religion doit rester là où elle aurait toujours dû rester en France : en dehors du système politique. La religion est intime, donc privée et ne doit se manifester en public que dans une église, une synagogue ou une mosquée, point.

    Il faut ensuite des gens qui s’accrochent à la discipline, à la rigueur dans leurs actes et leurs actions.

    Le citoyen doit retrouver une audience. Les élus où les ministres doivent écouter leurs électeurs.

    C’est ainsi que la nation se ressoudera… de la base vers le haut.

    Pour l’instant le politique est décodé comme un « fantoche » qui « se sert » et qui « s’en met plein les poches ».

    On entend : « et oui, hier l’UMP s’est servi, aujourd’hui ce sont les autres… Chacun son tour ».

    Tant que ce discours sera tenu, nous n’avancerons pas.

    Dégageons les priorités et tenons-nous y !

    Il faut reconstruire un vrai bloc à droite.

    Il faut « avaler » le FN jeté dans les jambes de l’UMP par François Mitterrand, le fourbe, qui à la manière d’un gladiateur à jeté un filet dans les jambes de son rival.

    Le FN est ce qu’il est, mais : les électeurs qui votent ou qui ont voté FN, eux, ne sont surement pas les êtres vils que certains voudraient qu’ils soient.

    Pour « avaler » le FN, il suffit de respecter les règles essentielles d’un Pays de Droit.

    Respect et application des lois. (sans excuses)
    drogue, délinquance, récidives, esquive de l’impôt, provocations soit-disant religieuses dans l’espace public,

    Travail : ne pas sans cesse brimer ceux qui proposent du travail. Exemple récent : Le Printemps et Les Galeries Lafayette viennent de se voir refuser le droit d’ouvrir le soir pour la période des soldes d’été.
    Cela est un véritable non sens.

    Il faut que tous, prenions conscience que nous sommes dans une crise de société.

    Notre occident est en danger.

    Discourir comme nous le faisons encore, en ergotant sur le sexe des anges, est dépassé.

    Fermons-là et avançons.

    Il faut et c’est une première nécessité : Fédérer

    Il faut et c’est une seconde nécessité : Inventer (FAIRE DU NOUVEAU)

    Il faut et cela est une évidence : épousseter notre République
    sans voile, sans kippa et sans chapelet …

    Il faut et c’est indispensable redevenir « leader » en occident : à travers d’une Europe forte et unie.

    Pour cela, il faut des porteurs de courants de pensée, crédibles, fiables et solides.

    Vous en faites partie Monsieur Raffarin, mais vous ne devez pas être seul.

    Alors on vous attend.

    Cette nuit j’ai pensé : et si la nouvelle UMP s’appelait autrement, comment pourrait-elle s’appeler ?

    Sans provocation je dis : FN ROC

    Ce sigle sonne clair et la sonorité « roc » se pose comme une entité stable et indestructible…

    Le  » F  » bien sûr est l’indispensable axe de développement pour un futur convaincant : FEDERATION

    Le  » N  » pour NOUVELLE (nouvelles stratégies, nouvelles idées, de l’invention)

    le  » R  » de ROC , signifie l’accroche REPUBLICAINE.

    Le  » OC  » de ROC , est la part indiscutable de ce nouveau courant de pensée européen, c’est à dire occidental : OC = Occident

    En résumé le FN ROC pourrait-être l’immense espoir de demain :

    la « Fédération Nouvelle & Républicaine d’Occident ».

    Ernest

  2. Dominique M dit :

    Bonjour Monsieur le Premier Ministre,
    Bonjour à tous,
    Bravo pour cette prise de parole: claire et constructive.
    Oui, nous attendons M. Hollande sur les trois points cités.
    Quant à l’évolution de l’UMP, l’idée d’un président de parti sans ambition présidentielle personnelle, qui coordonnera le travail d’opposition et d’élaboration d’un projet innovant et pertinent est la bonne solution. Ça laissera la place à un candidat émergeant de primaires avec son propre programme de quinquennat la possibilité de fédérer sur sa personne une majorité présidentielle élargie, bien au delà de l’UMP.
    Bonne journée,
    Dominique M.

  3. Mistral dit :

    la campagne trop à droite !

    Ah bon

    Je propose au PM de relire Raymond Barre.

    C’est pas la campagne qui est trop à droite. Ce sont les élus de l’UMP qui sont trop à gauche depuis Chirac.

    Je suggère à Mme Bachelot et aux autres de prendre leurs cartes au PS.

  4. Zwartepiet dit :

    Grain de sel bruxellois:

    Jean-Pierre Raffarin a raison de miser sur un courant humaniste au sein de l’UMP… Cela conduira les dirigeants de l’UMP à se focaliser davantage sur le casting, sur les hommes et les femmes appelés à porter le « message UMP » que sur une énième refonte de la « Doctrine du Parti ».

    Remettre à plat les « valeurs » et les principes de l’UMP est un exercice circulaire et, finalement, superflu: les électeurs et surtout les militants ont bien compris les divergences (de valeurs, de priorités) qui séparent la Droite de la Gauche… Il est plus urgent, pour l’UMP, de s’ouvrir davantage à la diversité et donc aux candidats issus de l’immigration (nord-)africaine.

    A cet égard, prenez exemple sur le Parti Républicain aux Etats-Unis qui a réussi à faire porter son message, son programme politique par des leaders, des maires et des élus noirs, hispaniques et asiatiques… On semble l’avoir oublié mais c’est d’abord le Parti Républicain qui porta des Noirs aux plus hautes responsabilités de l’Etat: le Général Colin Powellfut nommé National Security Adviser par le Président Ronald Reagan, avant d’être Chef d’Etat-Major des Armées pendant la première guerre du Golfe et, plus tard, ce fut au tour de Condoleeza Rice de servir sous la présidence républicaine de George W. Bush… Sans eux, sans ces Noirs conservateurs/républicains, il n’y aurait peut-être pas eu de Président Obama.

    Pour finir, un exercice pratique pour les Humanistes UMP: Allez rechercher l’ancien ministre Azouz Begag! Il peut encore servir utilement son pays… en rejoignant une UMP désormais moins sarkozyste:

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Azouz_Begag

    Avec de telles personalités, l’UMP, quel que soit sa ligne –sur l’immigration, la sécurité, etc–, éprouvera moins la nécessité de devoir, sans cesse, se défendre contre une dérive droitière voire extrême-droitière… Le messager est souvent autant, sinon plus, important que le message lui-même!

    Cordiales salutations,
    Zwartepiet

  5. Alain Lavallée dit :

    Bonjour M. le Premier ministre Raffarin,

    Puisque vous nous inviter à faire un inventaire du sarkozysme, je vais amener un point de vue très particulier et très pointu, qui relève tout de même des affaires étrangères et des relations internationales, qui ont été jusqu’à un certain point un des points forts du quinquennat comme vous le soulignez. Mais malheureusement , même sur ce plan, ce bilan est affaibli par des faiblesses du sarkozysme, à savoir un « « exercice trop solitaire du pouvoir » » et « une surexposition personnelle ».

    Dans la foulée du gaullisme, le ministre Alain Peyrefitte avait élaboré en 1977, une maxime de la « non ingérence et non indifférence » de la France à l’égard du Québec, à savoir que la France avait à coeur le destin de l’ancienne Nouvelle-France d’Amérique, mais quelle ne souhaitait pas s’ingérer dans la politique canadienne. Formule adoptée par la suite par les présidents de France ( Présidents Giscard d’Estaing, Mitterrand, Chirac) durant plus de 3 décennies.

    Jusqu’à l’arrivée du Président Sarkozy, qui dès 2008 -09 mis en pièces cet équilibre dans le triangle des relations France-Québec-Canada. En mai 2008 , mais aussi le 2 février 2009, au moment de donner la Légion d’honneur à son ami le Premier ministre Charest, qui avait été le Vice Président du Comité du non à la souveraineté du Québec, Nicolas Sarkozy a précisé sa position (donc celle de la France) : « Et c’est vrai que « ni indifférence, ni ingérence », qui a été la règle pendant des années, honnêtement ce n’est pas trop mon truc (12).» Il a résolument choisi le camp du Canada et optant à quelques occasions pour des mots très durs, irrespectueux et injustifiés , à l’égard du nationalisme québécois (détestation, sectarisme, etc.). Devant le tollé suscité par ses propos, il ne les a pas renié.

    Mais le problème, est que c’est un exemple typique du sarkozysme un « « exercice trop solitaire du pouvoir » » et « une surexposition personnelle ». Il a balayé 30 ans de politique étrangère française et les pratiques de 3 Présidents ? pourquoi ce rejet du gaullisme, du chiraquisme, etc ? qu’est-ce qui le justifiait ?

    Comme l’a écrit le Directeur du CERIUM, les Québec et les Québécois ont goûté « « « « à la méthode Sarkozy en affaires internationales. Un mélange d’impulsivité et d’opinions nourries par ses amis des milieux d’affaires. Une propension à sacrifier les équilibres stratégiques à long terme au profit du gain tactique immédiat. » » »

    Une amitié personnelle du Président Sarkozy, datant de 1995, avec le milliardaire canadien Paul Desmarais. Ce dernier l’ayant accueilli en 1995 et conforté, et relancé sur la route de la politique. Le milliardaire canadien Paul Desmarais étant un homme très influent car il contrôle, entre autres, la moitié des médias écrits du Québec ( conglomérat Power-Gesca), des entreprises financières, etc. , et étant un ardent pro-nationaliste canadien et anti-nationaliste québécois. C’est aussi un ami de l’actuel premier ministre du Québec, Jean Charest, qu’il a amené à prendre la tête du Parti libéral, après que celui-ci ait mené la campagne du Non au référendum de 1995, qui s’était soldé par une joute très serrée (49,5 % pour le OUI).

    Oui il y a eu leadership Sarkoziste, mais dans ce cas en particulier, il a balayé 3 décennies d’une politique endossée par les principales formations de l’Assemblée nationale de France, pour une amitié personnelle avec un milliardaire canadien et un gain tactique immédiat pour les entreprises françaises.

    Bien cordialement,

    Alain Lavallée
    Québec

    PS; puisque vous parlez de l’importance de maintenir à la fois une culture humaniste et non seulement une culture autoritaire. Et bien actuellement le gouvernement du Québec de M. Charest a opté pour une dérive autoritaire et la limitation des libertés, parce qu’il s’est enlisé , dans une grève de plus de 4 mois des étudiants.

  6. Bruno ANEL dit :

    Bon début, Monsieur le Premier Ministre. Mais une chose me chiffonne: la presse vous présente comme un soutien de Jean-François Copé. Or que sait le public de JFP ? On remarque surtout son arrogance (nous avons raison, point) ,son ambition démesurée et ses talents de cogneur. On connait moins ses convictions, qui semblent fluctuantes au gré des opportunités. Le leader révé pour les adeptes du « chef d’abord ». Côté humanisme, François Fillon me semble pus fiable.

  7. Sylviane VALENTE / de GREGORIO dit :

    Monsieur le Premier Ministre, Cher Jean-Pierre, Bonjour !

    Bonjour, à tous nos amis, toutes nos amies du Carnet de J.P. – R. !

    Monsieur le Premier Ministre, je suis déçue, peinée, très peinée, de n’avoir
    pu bénéficier, sur ce billet : « L’Invité du Talk Le Figaro – Orange » de la
    retranscription intégrale de votre interview du 26 Juin, comme vous l’aviez pourtant,
    fait à l’occasion de certaines
    de vos interventions sur les médias qui n’appliquent pas « encore » le sous-titrage !

    Déçue, car j’ai fondé sur votre Rayonnement beaucoup, beaucoup d’ESPOIRS pour
    la défense totale et permanente de la cause du sous-titrage au service de l’accessibilité
    pour les personnes mal-entendantes et sourdes !

    Alors, si :

    « VOUS » (TOI, of course !….) aussi nous abandonnez
    (tu nous abandonnes) ?!

    d’autres, beaucoup d’autres qui nous ont déjà « LÂCHÉ(E)S » se sentiront EXONÉRÉS
    de devoir en passer par le « SOUS-TITRAGE » comme cela a été,
    à mon grand désespoir, le cas, lors du grandiose meeting de
    Nicolas SARKOZY, le 1er Mai, Place de la Concorde !

    Aussi, je vous en conjure, « au nom de tous les miens, les miennes »,
    APPLIQUER, FAITES APPLIQUER le SOUS-TITRAGE, toujours et partout,
    lors de vos interventions radio–vidéo-écrits télévisé(e)s !

    Je compte sur Vous, nous comptons sur Vous !

    Bien Amicalement à Vous, les Amis et Amies du Carnet de J. P. – R.

    Toujours bien (très) Fidèlement à Vous, Monsieur le Premier Ministre HUMANISTE, et
    Cher Jean-Pierre !

    Sylviane VALENTE / de GREGORIO
    Présidente de A. I. M. E. S. (Aide et Information pour les Mal-Entendants et les Sourds)

  8. Alain Lavallée dit :

    Bonjour à tous,

    tel que je l’indiquais dans mon commentaire précédent (27 juin , 17 h 23), je parlais du fait que les relations personnelles du Président Sarkozy avaient malheureusement déteint, voire changé radicalement la politique étrangère de la France à l’égard du Québec (et du Canada), en particulier ses relations avec le milliardaire canadien Paul Desmarais (farouche adversaire du nationalisme québécois…. voir détails plus haut).

    Et bien l’ex président Sarkozy est actuellement en vacances au Québec dans l’une des résidences de son ami Paul Desmarais. Voici ce qu’écrit un quotidien montréalais aujourd’hui, sur ce séjour et sur les relations entre M, Sarkozy, Paul Desmarais et Jean Charest (actuel PM du Québec):

    «  » » » » » »

    (…) M. Sarkozy est encore une fois l’hôte de l’homme d’affaires Paul Desmarais, non pas dans l’immense domaine de ce dernier à Sagard, mais dans les Laurentides.

    «Son richissime ami Paul Desmarais lui prête un chalet niché à une heure de Montréal, au coeur de la forêt de Morin Heights, dans les joliment nommés Pays-d’en-Haut», annonçait récemment l’hebdomadaire Le Point.

    MM. Sarkozy et Desmarais sont très proches. En 2008, près d’un an après son élection, le président avait remis au milliardaire la Grande Croix de la Légion d’honneur, la plus haute distinction française, accordée à quelques dizaines d’élus seulement.

    « Si je suis aujourd’hui président de la République, je le dois en partie aux conseils, à l’amitié et à la fidélité de Paul Desmarais», avait-il déclaré à l’époque.

    En 1995, M. Desmarais avait invité Nicolas Sarkozy à passer du temps à Sagard. Jacques Chirac venait alors d’être élu président et l’avenir politique de M. Sarkozy – qui avait soutenu son rival Edouard Balladur – semblait très incertain.

    «Un homme m’a invité au Québec dans sa famille. Nous marchions de longues heures en forêt et il me disait: «Il faut que tu t’accroches, tu vas y arriver, il faut que nous bâtissions une stratégie pour toi»’, avait raconté le président sous les lambris dorés du palais de l’Élysée.

    On dit que M. Sarkozy a été reçu à plusieurs reprises à Sagard. Le Figaro a notamment évoqué un séjour remontant à 2004. «Quand tu entres dans la propriété, on t’ouvre un premier portail. Ensuite tu dois faire des kilomètres et des kilomètres avant d’arriver au château», avait à l’époque confié M. Sarkozy, selon le quotidien.

    Pour l’ancien chef de l’État français, il s’agit, plus que jamais, de vacances privées, dont on ne connaît pas le programme. On peut toutefois supposer qu’il en profitera pour rencontrer certains responsables politiques, notamment le premier ministre Charest, avec lequel il entretient de très bonnes relations. » » » »

    Les Québécois espèrent maintenant que la nouvelle présidence française réétablira la politique de non-ingérence et non-indifférence qui était pratiquée tant par les Présidents de France, qu’ils soient de gauche ou de droite, et que M, Sarkozy a changé pour plaire à M. Desmarais.

    Bien cordialement,

    Alain Lavallée
    Québec

  9. Carole dit :

    Alain Lavallée,

    Vous ne croyez pas que les journaux francais sont suffisament médisants concernants N Sarkozy, sans venir en rajouter une couche ! Franchement, vous ne vous souvenez pas de votre demande à monsieur Raffarin pour #jouir d’un local, ou autre opportunitél#…….. à Paris. Monsieur Raffarin, était tout de même à l’UMP, dont le boss était N Sarkozy ! A Droite !!!!!!!!!! Et aujourd’hui, à des milliers de kms de Paris, vous vous voulez être le reflet d’une maladie bien francaise : la jalousie et la suspicion et le dénigrement !

  10. Alain Lavallée dit :

    Bonjour Carole,

    je constate que vous n’avez pas apprécié. Dans un premier temps, j’aimerais préciser que contrairement à ce que vous affirmer je n’ai jamais demandé à monsieur Raffarin, quelque local que ce soit pour un usage destiné à des fins personnelles, mais il est vrai que j’ai fait cette demande pour une organisation sans but lucratif française (personnellement je ne vis pas en France, je n’y suis pas né, mes ancêtres y sont nés mais il y a 4 siècles).

    Sachez que ces infos, sont pour une bonne partie des éléments énoncés par le Président Sarkozy lui-même, et qu’il y a eu des informations moins gracieuses, qui ont eu cours dans les médias montréalais dès mai 2008. L’abandon de la politique de non-indifférence et non-ingérence par le Président Sarkozy, a été décriée ici sur tous les tons, et je n’en ai jamais fait part, au cours de ces 4 années.

    Dans un second temps, je pense que lorsqu’on fait un inventaire, il faut aussi accepter des infos qui ne font pas nécessairement plaisir. Les « éléments » du commentaire (4 juillet 2012 à 2 h 27 min) ont été énoncés dans un quotidien montréalais cette semaine, ce quotidien est même la propriété de M. Paul Desmarais.

    Dans un 3e temps, je dois concéder il est vrai que d’autres facteurs ont pu jouer dans le changement dans la politique étrangère entre la France-le Québec-le Canada, sur lesquels ils seraient long d’élaborer (ex; perspective d’un libre-échange entre le Canada et la France, voire l’Europe). Néanmoins, le Président Sarkozy y a joué un rôle déterminant, il l’a clairement affirmé et de manière bien moins élégante que je ne l’ai fait ici, ne vous en déplaise.

    Tout comme je n’en ai dit un mot pendant 4 ans, je n’y reviendrai pas. Néanmoins, cela fait partie de ce quinquennat et du dossier des affaires étrangères.

    Salutations cordiales,

    Alain Lavallée

  11. Zwartepiet dit :

    Réponse à Alain Lavallée:

    Franchement, ne croyez-vous pas qu’il est un peu tard pour rejouer la Guerre de Sept Ans?

    Le destin des Francophones d’Amérique fut scellé il y a plus de 250 ans… lorsque les colons britanniques l’emportèrent sur leurs rivaux français(*). Tant que vous y êtes, exhortez encore la France à racheter la Louisiane –la Louisiane au sens où elle était définie en 1803, lorsque Napoléon Ier la céda à Thomas Jefferson(**)…

    Le Québec n’est pas le Tibet et… le Canada n’est pas la Chine!

    Cordialement,
    Zwartepiet.

    (*) Guerre de Sept Ans

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_de_Sept_Ans

    1759: The Year Britain Became Master of the World
    Frank McLynn
    (Author)

    http://www.amazon.com/1759-Britain-Became-Master-World/dp/0802142281/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1341842307&sr=1-1&keywords=1759+the+year+britain+became+master+of+the+world

    (**) http://en.wikipedia.org/wiki/Louisiana_Purchase

  12. Alain Lavallée dit :

    Réponse à Zwartepiet:

    Je ne sais pas où vous avez lu qu’il était question de rejouer la Guerre de sept ans?

    Vous écrivez: «  » »Le destin des Francophones d’Amérique fut scellé il y a plus de 250 ans lorsque les colons britanniques l’emportèrent sur leurs rivaux français » » »

    Il y a 2 erreurs importantes dans votre affirmation,

    1- dans la guerre de 7 ans, il n’y a pas eu de colons britanniques qui y ont participé, tout simplement car il n’y avait pas de colons britanniques en Nouvelle-France et que ceux qui étaient sur le territoire des futurs États Unis commençaient à s’éloigner de l’Empire .

    Seules l’Armée de l’Empire britannique et sa puissante Marine impériale ont partiicipé à la Conquête de la Nouvelle France

    2- désolé le destin des francophones de la Nouvelle-France n’a pas été scellé en 1763 par la Conquête britannique, ne vous en déplaise.

    Ce n’est pas parce que l’Empire britannique n’a pas essayé. À au moins 5 reprises au cours de ces 2 siècles et demi, l’empire britannique, puis le Dominion of Canada , puis comme vous le sous-entendez le Canada actuel, ont tenté de faire disparaître la religion catholique et la langue française mais de haute lutte les descendants de la Nouvelle -France ont résisté et tenté de s’aménager une société viable et responsable (Act of Quebec of 1774, Union des Canadas de 1840 suite à la révolte de 1837-1838 écrasée par l’armée britannique, etc…), etc. Encore aujourd’hui le Canada anglais utilise les tribunaux, et depuis 30 ans a financé tous les recours contre la loi 101 qui fait du français la langue de l’État du Québec, et bien entendu, le français recule.

    Le destin des francophones d’Amérique n’a jamais été scellé. Affirmer le contraire c’est méconnaître l’histoire de l’Amérique du Nord, celle du Québec et du Canada. Ne serait-ce que parce le Québec a vécu au cours des dernières décennies 2 référendums sur la question de son autonomie ? le dernier n’a été perdu par les souverainistes québécois que par moins de 1% des voix.

    De plus, tout votre propos au sujet de la Louisiane est complètement hors sujet, car tout le territoire de la Louisiane de 1803, qui représente une 20 d’états états-uniens actuels n’a rien à voir avec le Canada actuel, ni le Québec, ni avec mon propos. Je n’ai parlé que de la politique étrangère de la France à l’égard du Canada et du Québec, pas un mot des États-Unis.

    Je n’ai jamais écrit que le Québec était le Tibet, les situations sont différentes. Il n’en reste pas moins que le Canada et le Québec en particulier, sont sur la voie d’une dérive autoritaire, suite à la mise en place de la LOI 78 qui limite les libertés d’expression.La situation du Québec a même été décrite à 2 reprises comme «  »Alarmante » » par le Haut Commissaire aux droits de l’homme de L’ONU

    http://www.unog.ch/unog/website/news_media.nsf/%28httpNewsByYear_en%29/4546E44DAB0DF99FC1257A0E005EC438?OpenDocument&cntxt=D0BE9&cookielang=fr

    http://www.ledevoir.com/politique/quebec/350475/loi-78-abus-de-pouvoir
    http://www.ledevoir.com/politique/quebec/350476/le-pyromane

    Je termine cette parenthèse en soulignant que le Premier ministre actuel du Québec est le politicien canadien qui était Vice Président du Non à la souveraineté du Québec en 1995 et qui est au pouvoir depuis 1998 à Québec. Il continue son travail de politicien canadien.

    Tout votre commentaire m’a étonné de fait. Puisque vous êtes Belge, écrire que le destin des Québécois est scellé depuis 1763, c’est un peu comme écrire que le destin des Flamands et Wallons est scellé. Je ne connais pas bien l’histoire de la Belgique, mais j’ai le sentiment que le destin de ces 2 peuples évolue encore aujourd’hui. Il en est de même de la nation canadienne et de la nation québécoise.

    Dans mes commentaires , précédent j’ai simplement parlé du fait que durant plus de 30 ans, sous la gouverne de 3 Présidents, tant de droite que de gauche, la France a tenu dans le cadre de ses relations diplomatiques à l’égard du Québec et du Canada qui se résumait dans l’expression « non-ingérence et non-indifférence » à l’égard de ces 2 entités politiques.

    J’ai ajouté que le Président Sarkozy a pris l’initiative (en mai 2008 et février 2009) de changer de manière importante cette politique étrangère, en prenant fait et partie pour le Canada anglais. J’ai exprimé l’avis que la France, le Canada et le Québec pouvait très bien s’accommoder de la politique de non-ingérence et non-indifférence, alors que les prises de position du Président Sarkozy ont été dommageables pour le Québec.

    J’ajouterais même que si l’on étudiait les leaders de l’UMP au cours de la période 2005-2007 (le ministre Sarkozy mais aussi les premiers ministres Juppé, Raffarin, de Villepin,par leurs connaissances élargies de l’histoire du Québec et du Canada et leurs contacts nombreux et diversifiés en ces contrées, aucun de ces 3 premiers ministres n’aurait pris l’initiative de changer la politique étrangère de « non ingérence et non indifférence  » à l’égard du Québec et Canada. Par contre , aujourd’hui, la situation est autre, une fois que la politique et changée, c’est difficile de revenir en arrière.

    À quelque part lorsqu’une culture et une nation francophone qui a 4 siècles d’existence est étouffée en Amérique, la diversité culturelle en est affectée. Il n’y a pas que les Québécois qui vont être perdant, toute la francophonie et par-delà l’équilibre fragile entre les grandes écosphères linguistiques planétaires.

    http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/353659/la-francophonie-a-besoin-du-quebec

    http://www.lepoint.fr/grands-entretiens/hagege-l-anglais-detruit-notre-pensee-19-01-2012-1423533_326.php

    Cordialement,

    Alain Lavallée
    Québec

  13. Carole dit :

    Bonjour Alain,

    Oh, oh, oh, vous avez remarqué que je n’ai pas apprécié………………..
    Alain, même si cela n’était pas une demande à titre personnelle, celle-ci émanait de votre personne. Que ce soit à but lucratif ou non lucratif, peu importe, mais elle était adressée à monsieur Raffarin, de Droite, dont le Boss était N Sarkozy. Vivre en France ou pas, avoir des ancêtres ou pas, cela ne change rien à votre démarche sous un gouvernement de Droite………………….

    Alors après, entre ce qu’écrivent les journaux québecquois, qui ressemblent souvent à la presse de Gauche francaise, je vous avoue que cela m’amuse.
    Nous avons des pays un peu similaires :
    La Presse : domaine d’expertise aléatoire suivant ce que l’on lit. Comme en France.
    Gaz de shiste : désinfo (et hop une vidéo avec cette flamme qui sort du robinet) = rejet total de l’opinion. Comme en France.
    Education : système scolaire et ses lacunes. Comme en France.
    http://www.ledevoir.com/societe/education/330606/l-analphabetisme-au-quebec-un-fleau-pour-toute-la-societe
    ………………..
    ………………… aie, aie,aie………………………..

    Bon notre ami Zwartepiet m’a fait rire……. et vous ?

    Cordialement.

  14. Alain Lavallée dit :

    Bonjour Carole,

    j’ai préparé une très longue réponse à Zwartepiet, le 10 juillet. Je l’ai envoyée, et celle-ci a été entièrement censurée, non publiée.

    [@Alain Lavallée, votre commentaire du 10/7 n'avait pas été validé par erreur. C'est chose faite, veuillez accepter nos excuses. Le modérateur]

    Dans ce commentaire, j’ai relevé quelques erreurs dans le point de vue de Zwartepeit et les ai soulignées.

    Quant à votre dernier commentaire, je dirai simplement que nos pays sont aussi similaires que le sont l’Europe et l’Amérique du Nord, à savoir qu’il y a certaines similitudes quant au niveau de vie, mais que dans l’ensemble ils sont très différents et que en Amérique du Nord par exemple, les distinctions droite-gauche sont beaucoup plus fluides.

    Et sur ce plan je peux dire que je connais bien la France (et certains autres pays d’Europe), puis que j’y séjourne régulièrement depuis 37 ans.

    C’est ainsi que votre argumentation droite – gauche, me semble présentée comme étant très européenne,très rigide, et puisque les thèmes proposés ont trait à l’humanisme, et l’humanisme, à mon sens, n’est ni de droite ni de gauche.

    J’avoue que je suis très surpris de cette censure. J’ai été mis en doute et je ne peux répondre aux propos déplacés et erronés de Zwartepiet. Normalement, j’aurais dû avoir droit de réplique. Il y a quelqu’un qui en a décidé autrement.

    J’en déduis donc que je ne suis pas le bienvenue sur ce blogue.

    Puisque nous sommes le 14 juillet, j’aimerais souhaiter une joyeuse fête nationale à tous les Français et Françaises.

    Cordialement,

    Alain Lavallée

  15. jany dit :

    Cher Alain,

    Ne prenez pas mal cette censure, je pense avant tout que cela doit être des petites erreurs de manipulation…
    Un exemple j’avais répondu a notre amie Carole, cela n’avait pas été publie…

    Je suis de votre avis, l’humanisme n’est pas de droite, ni de gauche, il est avant tout un chemin d’éveil pour tous…

    Bien cordialement,

    jany

  16. Zwartepiet dit :

    Réponse à Alain Lavallée re: Il n’y a pas que les Québécois qui vont être perdant, toute la francophonie et par-delà l’équilibre fragile entre les grandes écosphères linguistiques planétaires.

    Sur ce point, même les Étatsuniens « francophobes » seront entièrement d’accord avec vous! Après tout, n’observent-ils pas avec effroi l’invasion de leur propre pays (les États-Unis) par des hordes hispaniques et catholiques?

    Mexifornia
    From Wikipedia, the free encyclopedia

    http://en.wikipedia.org/wiki/Mexifornia

    Si cela peut vous consoler, cher Alain, dites-vous que le jour où le Français aura été éradiqué de la Belle Province, eh bien, l’Anglais aura sans doute subi le même sort dans tout le Sud-Ouest des Etats-Unis (Californie, Arizona, Nouveau-Mexique, Texas,…).

    Blague à part, je pense que le développement prodigieux d’internet constitue une « planche de salut » inespérée pour les idiomes en péril… Songeons tout simplement à cette multitude de sites internet consacrés à l’apprentissage et à la diffusion de dialectes aussi « confidentiels » que le Breton, le Basque, le Ch’ti, le Wallon, you name it! Avant l’ère internet, l’édition et la publication de journaux et de reportages dans des idiomes de dimension paroissiale étaient fort onéreuses et donc, limitées… mais aujourd’hui, grâce à internet, la plus petite communauté linguistique peut se faire connaître mondialement!

    Cordialement,
    Zwartepiet.

  17. Carole dit :

    Cher Alain,

    ——————-
    C’est ainsi que votre argumentation droite – gauche, me semble présentée comme étant très européenne,très rigide, et puisque les thèmes proposés ont trait à l’humanisme, et l’humanisme, à mon sens, n’est ni de droite ni de gauche.
    ——————
    Argumentation pas européenne Alain, uniquement francaise.J’accepte tout à fait la sémantique « rigide » concernant mes propos liés à la Gauche francaise.
    Pour les autres pays, j’observe et je m’adapte.
    Vous pouvez d’ailleurs remarquer que je parle « similitude » entre nos deux pays, mais je m’abstiens de « critiquer » le Québec.

    Je suis d’accord avec vous sur l’humanisme, il n’est ni de Gauche, ni de Droite. L’amour de la vie à travers les oeuvres de Rabelais, qui lui même reprennait les écrits de Jean de Meug……… pourrait nous emporter très loin dans tous ces débats.
    Zwartepiet demande sur un autre lien de ne pas confondre humanisme avec paternalisme. Moi je préfère le rationalisme (lui aussi a diverses formes) , la liberté de pensée ……..bref, si l’on décortique bien, tout est lié. Ne jamais avoir une seule référence.
    C’est pourquoi, associer humanisme et politique me semble être à l’image d’un équilibriste qui marcherait sur une lame de rasoir.

    Censure : mais non cher Alain, il peut y avoir retard de parution de mail, d’un mot supprimé, mais je suis absolument certaine que monsieur Raffarin n’utilise pas la censure et que vous êtes toujours aussi bienvenu sur son carnet.

    Cordialement.

  18. Alain Lavallée dit :

    Commentaire pour Zwartepiet:

    Je suis d’accord avec vous sur la question des langues.

    Durant la première décennie d’internet, il y a eu tout un discours à l’effet que l’anglais phagociterait toutes les langues; puis au cours de la dernière décennie on a assisté aussi à un volet différent, plusieurs langues internationales importantes s’y sont aménagé une place (français, espagnol, russe, mandarin, allemand, etc.) .
    Et nous assistons à la présence de nombreuses langues autres.

    C’est particulièrement le cas au Québec (et dans les Amériques) où des dizaines de langues amérindiennes qui n’étaient transmises que dans la tradition orale, et étaient menacées, se voient soudain mise de l’avant par internet.

    Par exemple, l’Attikamek qui ne compte plus que 5000 locuteurs dans la région de la Haute-Mauricie, voient certains de ses chanteurs (sur you tube ) qui rejoignent des populations plus grandes que leur communauté linguistique. Il en est de même des langues innues, inuktitukes, algonquiennes, iroquoiennes, etc.

    Sans oublier l’initiative d’une cinéaste québécoise Manon Barbeau qui a inventé le « wapikoni mobile », un studio cinéma sur roue qui va séjourner dans les communautés amérindiennes du Nord afin de leur enseigner et aider à produire leurs propres vidéos (chants traditionnels ou contemporains, contes, etc.). Il y a maintenant des milliers de vidéos enregistrés dans la dizaine de langues amérindiennes encore vivantes au Québec (environ 80 000 locuteurs au total)

    Tiens si vous avez quelques minutes, je vous laisse deux liens vers des chansons bilingues

    (un conte innu , chanté en français et en innu : Loup blanc (Miam Maikan)

    http://www.youtube.com/watch?v=EZHwHyuSn5c

    et un rap présenté en français et en langue algonquienne

    http://www.youtube.com/watch?v=CvlYBsaZKiI

    À mon sens, il y a un volet humaniste dans cette sauvegarde des langues amérindiennes,

    Cordialement,

    Alain Lavallée

  19. Zwartepiet dit :

    Réponse à Alain Lavallée:

    Étonnant! Le deuxième vidéoclip, intitulé La Paix des Braves, me fait un peu penser au Blackface(*) de la tradition théatrale dans l’Amérique des années 1930-1940 –c’est-à-dire des acteurs blancs qui parodient des Noirs… En l’occurence, des chanteurs canadiens francophones blancs qui parodient des Indiens.

    Ce deuxième clip trahit le malaise des Blancs d’Amérique vis-à-vis de leur passé colonialiste et même génocidaire: des millions de Natives ont fait les frais de la conquête européenne des Amériques!

    Le premier clip, Miam Maikan, est un peu trop sombre et mélancolique à mon goût… Je préfère la joie de vivre du Brésilien Michel Telo:

    Michel Teló – Ai Se Eu Te Pego – Oficial (Assim você me mata)
    http://www.youtube.com/watch?v=hcm55lU9knw

    Evidemment, ce qui est troublant dans ce vidéoclip brésilien c’est… l’absence totale de Noir(e)s! Mais bon… dans les clips de rappers afro-américains, on observe le biais symétrique: on n’y voit que des « Blacks »…

    Cordialement,
    Zwartepiet

    (*) Blackface
    From Wikipedia, the free encyclopedia

    http://en.wikipedia.org/wiki/Blackface

    http://black-face.com/

  20. Alain Lavallée dit :

    Commentaire à l’intention de Zwartopiet

    Au sujet du vidéoclip « miam maikan », effectivement un peu sombre. Mais une grande partie de la production culturelle amérindienne (du nord) est très sombre, il faut dire que leur histoire est tragique.
    Il est vrai que la musique latino-américaine contemporaine , elle , est plutôt joyeuse, comme celle de Telo, mais la musique amérindienne du sud l’est moins.

    Au sujet du vidéoclip « La paix des Braves » », ce ne sont pas que des québécois francophones qui chantent. Il y a effectivement le trio Loco Locass qui l’est, mais ils font équipe pour cette chanson réquisitoire avec Samian qui est un amérindien algonquien.

    Très juste, il y a distinction entre le passé colonialiste mais aussi entre les pratiques colonialistes en Nouvelle-France, vs les colonies anglaises, vs les colonies espagnoles… très différentes contrairement à ce qu’on transmet aujourd’hui. Nombre d’historiens se son penchés sur cette question et voici un très court extrait:

    «  » »Tant et si bien qu’« il n’y eut jamais en Nouvelle-France de discours d’éradication prenant pour cible l’ensemble du monde amérindien, (Havard et Vidal, 2003) ». (….)
    Les comportements coloniaux des Européens en Amérique ont été comparés. L’historien étatsunien Francis Parkman écrivait il y a plus d’un siècle et demi: « La civilisation hispanique a écrasé l’Indien; la civilisation anglaise l’a méprisé et négligé; la civilisation française l’a adopté et a veillé sur lui » » » » » ». et a conclu nombre d’alliances afin d’élaborer de 1603 à 1803 une Amérique franco-amérindienne.

    Cordialement,

    Alain Lavallée

Laisser un commentaire