Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

19 commentaires

  1. galanga dit :

    Amen.
    Mais, sauf votre respect M. le Premier Ministre (et sachez que je vous respecte sincèrement, tout en précisant que nous ne sommes pas du même bord politique), cela serait pas mal aussi si l’église catholique pouvait et avait eu l’obligeance de respecter les lois de notre République. Par exemple les lois sur les sévices, les viols et/ou les attouchements sexuels sur des enfants par des membres de la « maison de Dieu ».
    Il eu été utile de « demander aux Eglises d’être indifférentes au devenir de » ces enfants, au lieu de protéger systématiquement les criminels, et parfois en favorisant la perpétration nouvelle de ces crimes contre d’autres enfants (par la dissimulation à la justice, par la punition des autres religieux, nobles citoyens, qui eux dénonçaient publiquement ces actes, par la délocalisation expresse des coupables tout frais payés en Amérique Latine ou ailleurs, etc.).
    De l’existence de tout ces crimes cachés, camouflés, voire, comble de l’horreur, favorisés, il en découle forcément une forte ILLégitimité de l’Eglise à donner des leçons sur « la mission d’amour de la famille » et de « recours à la conscience ».

    Le discrédit est trop grand.

    Bien à vous
    galanga

    Bonus (attention, cela va probablement piquer vos yeux) : http://baractu.canalblog.com/archives/2012/08/15/24901023.html

  2. galanga dit :

    Correction: Il eu été utile de « demander aux Eglises de NE PAS être indifférentes au devenir de » ces enfants

  3. jany dit :

    Monsieur le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin,

    En peu de mots vous avez su nous faire partager vos sentiments sur la place de la religion dans notre société.

    Vous écrivez:
    « Dans ce XXIème siècle religieux, la pensée catholique, à côté des autres religions, doit se faire entendre. »
    Notre société a pendant longtemps « bouffé du curé », elle continue a le faire aujourd’hui sans comprendre que l’expression spirituelle a changé.
    L’église s’est modernisée et prend en compte la laïcité dans sa réflexion…

    Aujourd’hui, il ne serait pas souhaitable de faire taire son expression tout en laissant les autres religions libre dans la leur…

    Notre ami galanga parle d’excès, ceux-ci sont aujourd’hui traites par la « justice », ces excès nous les trouvons aussi dans les autres religions et dans la vie publique.

    Vous écrivez aussi:
    « L’appel à la générosité, le recours à la conscience, le rappel de la mission d’amour de la famille sont des repères utiles pour ceux qui ont à décider de l’avenir. »

    C’est vrai, il est important que l’homme politique puisse entendre la voix de l’église sur les thèmes généraux de la vie publique.
    Le devenir trouve son expression dans l’écoute, le dialogue et l’action qui en résulte…

    Aujourd’hui, nous le voyons, l’homme politique grandit en conscience, il devient plus responsable, plus compréhensif des architectures globales de notre société (sociales, sociétales et environnementales).

    Nous sommes a un moment formidable de l’évolution du monde, tout va très vite, les valeurs se bousculent et inquiètent, les pays cherchent de nouveaux équilibres, les entreprises se battent pour exister, les enfants changent aussi…

    C’est une période d’éveil en conscience, aujourd’hui l’homme politique doit faire grandir son message pour répondre a l’appel du temps.

    Les religions ont aussi leur place dans ce chemin d’éveil.

    Un chemin est possible, autant le parcourir ensemble !

    Bien cordialement,

    jany

  4. Jacques D'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Cher Monsieur le Premier Ministre,

    Je partage tout à fait votre point de vue.

    Bonne continuation dans votre repos estival qui facilite vos méditations dont vous nous faites profiter avec beaucoup de sagesse.

    Amitié

    Jacques

  5. CHRISTIANE MAFFRE dit :

    Vous avez raison mais l’un n’empêche pas l’autre. Toute société a ses travers puisque composée d’êtres humains imparfaits mais il faut bien donner un cadre dans lequel la majorité peut se reconnaître et trouver malgré tout des repaires malgré les restrictions qui s’imposent.

  6. deniserp dit :

    C’est toujours la même chose pour certains, on cherche à décrédibiliser l’Eglise lorsqu’elle se fait l’apôtre du bien commun en défendant sa position sur la société et la famille et on occulte cela par des crimes qui ont été commis par les membres de celle-ci (et non par celle-ci), notamment des crimes de pédophilie. Sans rien enlever à l’atrocité de ces crimes, je souhaiterais quand même vous assurer en disant que maintenant, depuis quelques années, ces crimes ne sont plus camouflés par l’Eglise et qu’ils sont traités comme tels. Alors, maintenant, si vous voulez vous ranger du côté de la médiacratie, cela est tout à votre honneur. Mais j’ai l’occasion, en tant que catholique, de m’informer énormément sur ce que l’Eglise fait pour le bien des âmes, et je peux vous assurer que l’Eglise travaille sur ces crimes. Peut-être serait-il bien que vous vous informiez vous aussi.

    Hormis cela, j’ai beaucoup apprécié votre billet sur ce blogue bien loin de toutes ces polémiques que nous font les médias à ce sujet. Après tout, l’Eglise a aussi le droit à la parole.

    Cordialement,

    Denis ERPELDING.

  7. Jean-Pierre Raffarin et la prière universelle du 15 août | Chrétienté Info dit :

    [...] Sur son blog : [...]

  8. galanga dit :

    « Notre ami galanga parle d’excès, ceux-ci sont aujourd’hui traites par la « justice », ces excès nous les trouvons aussi dans les autres religions et dans la vie publique. »

    Cher(e?) Jany,
    pardon M. le ministre de répondre ainsi, je sais bien que ce n’est pas le café du commerce, mais voilà : je ne parle pas « d’excès », je parle de crimes. Le fait que vous parliez d’excès me semble symptomatique du mal.
    Et il me semble important de préciser qu’il n’y pas pour moi PAS de problème de pédophilie dans l’Eglise catholique, au sens qu’il n’y a pas intrinsèquement plus de pédophiles en proportion qu’ailleurs, « dans les autres religions et dans la vie publique » comme vous le dites, Jany.

    Par contre il y a (et j’insiste sur la conjugaison au présent) un problème de TRAITEMENT de ces crimes par la hiérarchie catholique, et donc en premier lieu par le Vatican et par les évêques.
    Il est malheureusement faux de dire que ces crimes  » sont aujourd’hui traités par la Justice  » si l’on veut dire par là que la Justice aurait été aidée par la hiérarchie catholique ; tous les cas qui sont actuellement traités sont le fait soit d’avocats teigneux (notamment américains, pour le fric) ou de victimes qui explosent hors du carcan de leur souffrance… et du silence imposé par les proches catholiques. Le tout avec une très forte menace financière pour l’Église.
    Quant à la hiérarchie catholique, elle persiste à ne pas traiter le problème comme elle le devrait, et comme le fait d’autres religions (pas toutes certes, mais cela ne justifie en rien que l’Eglise catholique soit dans ce camp là !!! ) et le secteur public : par exemple les protestants suspendent immédiatement un pasteur suspecté de tels actes ; l’Education Nationale, l’ordre des médecins font une chose semblable, etc. jusqu’à ce que la justice (des hommes…) ait tranché.

    L’Eglise catholique ne fait absolument pas cela, et malgré une apparente (trop médiatique…) prise en compte du problème, en pratique elle persiste dans son système absurde et abject de « mise au secret » (avec argent contre silence) et de « couverture » des criminels. J’habite en Belgique, et ce que les journaux radios racontent actuellement à ce sujet est plus que clair.
    Et ce n’est pas qu’en Belgique ; pour exemple :
    * France 2008 : (vu à l’époque au JT de F3) Quatre membres de la communauté religieuse des Béatitudes sanctionnés par leur hiérarchie pour avoir osé dénoncer un frère pédophile : http://www.ladepeche.fr/article/2008/07/07/463093-rodez-les-moines-exclus-pour-avoir-denonce-des-actes-pedophiles-en-appellent-aux-eveques.html
    * Allemagne 2010-2011: je l’ai entendu notamment dans l’émission Ce soir ou jamais (http://www.dailymotion.com/video/xc9kzp_csoj-16-02-10-plus-de-1000-victimes_news à 08:00) : des prêtres/frères pédophiles du collège jésuite Canisius de Berlin, « envoyés » par l’Église au Chili, et en plus la hiérarchie qui les a expédié loin d’Allemagne, loin du scandale, a osé dire en substance « voyez, c’est bon, le problème est résolu ! « , alors que c’est un délit d’aide à la fuite de criminels !
    * Allemagne, 2012 : je vous laisse décrouvrir l’étendu des dégâts en lisant ceci : http://silver.seneweb.com/news/International/nouveau-scandale-de-pretres-pedophiles-en-allemagne_n_62213.html

    Les exemples sont bien trop nombreux, et j’ai déjà assez pollué le blog de M. Raffarin (désolé) comme ça. Tout ça pour revenir la même chose : la « position morale » de l’église catholique est de facto nulle et non avenue, et il faudra de profonds changements et des dizaines d’années de preuves d’application de ces changements pour pouvoir regagner une quelconque dignité.

    Bien sûr, cette critique ne s’applique qu’à la hiérarchie catholique : les croyants catholiques lambda, eux, ne sont coupables « que » de ne pas protester plus contre cette hiérarchie gabegique, ne sont coupables « que » de souvent se réfugier, comme vous le faites un peu Jany, derrière le fameux « mais il y en a d’autres aussi qui ne font pas mieux »… Certes, mais il y a en aussi beaucoup qui réussissent à traiter parfaitement le problème ; ceux-là ont la pleine l’intégrité de leur statut moral. Pas l’Église catholique.

    Ainsi, que des croyants soient contre le mariage homosexuel, je ne vois absolument aucun problème à ce qu’ils expriment leur opinion, basée sur leur foi (le problème serait qu’ils ne puissent pas s’exprimer !). Mais quand c’est les évêques, franchement, ça ne passe vraiment pas.

    Autre « bonus » (pique les yeux aussi) : http://www.courrierinternational.com/article/2010/01/14/les-pretres-pedophiles-et-la-culture-de-la-honte
    Ces dessins de presse, plutôt nombreux sur ce même thème me semble révélateur du profond malaise envers les « positionnements moraux », bien sélectifs, des évêques catholiques.

  9. Ernest Gransagne dit :

    « Dans ce texte, il ne s’agit pas de voter, mais de penser. Dans ce XXIème siècle religieux, la pensée catholique, à côté des autres religions, doit se faire entendre. »

    EG : Rien à ajouter, tout est dit.

    Autre sujet : le mariage des homosexuels. Encore beaucoup de bruit pour rien.

    1 On aurait pu penser qu’avec le PACS tout était réglé. Puisque tout le monde y avait les mêmes droits.
    2 Quand on est président de la République, normal en plus, et que l’on est un célibataire endurci, que l’on vit avec une concubine non divorcée, avec des enfants reconnus de plusieurs lits, que l’on évite le mariage -base de la famille en république- qu’on le veuille ou pas, devrait-on attacher autant d’importance au « mariage des homos » ?

    J’avoue que la cohérence du raisonnement m’échappe, le côté donneur de leçon aussi.

    Je crois aussi que notre société est bien mal en point, mais cela ça se vérifie tous les jours.

    Merci à Sylviane pour sa grande sollicitation, c’est très gentil.

    Si les pandas ne font pas de bébé, il faudrait peut-être se poser la question : en on t-il envie ?

    Si j’étais panda, je ne suis pas du tout sûr que je voudrais une descendance qui vive en cage ?

    J’aimerais plutôt des forêts de mes bambous indispensables… Mes amis les grands singes aussi… Un peu moins de déforestation pour y faire de l’huile de palme, ou du soja, ou du diester pour remplacer le gazole, qui ne manque pas !

    Du pétrole ? Il y en a. Le moteur thermique ? C’est encore ce qu’il y a de mieux.

    Il faut juste que ceux qui font croire le contraire soit un peu moins sûr d’eux.

    Comment ? Il y a des solutions… Juste une volonté politique qui pour l’instant, subit.

    Le jour où les gouvernements gouverneront sans les exigences des lobbys, ou de tout ce qui a un rapport avec l’argent, le monde se redressera.

    Cette société reste à inventer.

    Il n’y a pas encore assez de morts. Et comme nous sommes trop nombreux sur cette planète, ça va dans le bons sens…

    Et pendant ce temps, Carole probablement en France, doit se battre avec ses déconvenues…

    Vous allez voir quand elle va nous raconter !

    Les « roms » eux souffrent ! les pauvres ! La cour de Strasbourg leur fournit de très bons avocats.

    Chaque jeudi, dans notre campagne, nous avons un poissonnier qui nous amène par son « porte à porte » de l’excellent poisson. C’est pratique, c’est sympa, tout le monde est très content.

    Il y a deux semaines, PAS DE POISSONNIER ! Pas de nouvelles, personne ne sait rien.

    Entrefilet dans Centre-Presse : l’homme s’est suicidé.

    Loyer élevé, pression fiscale… pas assez d’écoute, trop fier pour se plaindre, la société n’a rien fait.

    Ce n’était qu’un français, qui s’est défoncé au boulot…

    Et vous voudriez que l’on dise que tout va bien ?

    Ernest

  10. FOREAU Marie-Thérèse dit :

    En total accord avec vous, Monsieur le Premier Ministre. Très fidèlement

  11. Zwartepiet dit :

    L’Église catholique a pourtant démontré, dans un passé pas si lointain, qu’elle pouvait être à l’avant-garde de la tolérance et du progrès social:

    Almighty God Created the Races: Christianity, Interracial Marriage, and American Law
    Fay Botham (Author)

    http://www.amazon.com/Almighty-God-Created-Races-Christianity/dp/0807833185

    Cet ouvrage remarquable nous apprend que, dans l’immédiat après-guerre (1945-1950), dans une Amérique farouchement raciste et ségréguée, les premiers couples mixtes –entre Blancs et Noirs mais aussi entre Hispaniques et Noirs, etc— n’avaient d’autre recours contre les lois des états prohibant les mariages interraciaux que celui de… se convertir au Catholicisme afin de faire de leur union/mariage une liberté, un enjeu religieux!

    En effet, contrairement au Protestantisme, le Catholicisme conçoit le mariage comme un sacrement divin qui ne saurait être contrarié par les autorités civiles… Les premières luttes de couples mixtes/interraciaux dans l’Amérique des années 1940 et 1950 opposèrent donc des avocats catholiques, des évêques catholiques (16 évêques catholiques américains signèrent une pétition en faveur des mariages interraciaux) et des couples victimes qui étaient le plus souvent, au départ, de confession protestante. En portant la question de l’illégalité des mariages interraciaux devant les tribunaux –d’abord locaux et ensuite jusqu’à la Cour Suprême à Washington– les militants intégrationistes (par opposition aux moeurs ségrégationistes en vigueur dans la plupart des états américains) cherchaient à démontrer que ces lois racistes violaient le Premier Amendement (datant de 1791) de la Constitution des États-Unis garantissant la liberté religieuse pour tous les citoyens…

    L’universitaire Fay Botham achève d’ailleurs l’épilogue de son ouvrage en faisant le parallèle avec la question du same-sex mariage, du mariage homosexuel. Tout en regrettant que l’Église catholique ne poursuive pas son juste combat progressiste des années 1950 en acceptant le caractère sacré des mariages gays/lesbiens, elle conclut que sur cette question, les obédiences protestantes seraient plus progressistes que la religion catholique –mais elle ne s’appuie, brièvement, que sur quelques considérations théologico-doctrinaires…

    Dans un registre plus « folklorique », je rappelerais également la position libérale et tolérante des Catholiques américains vis-à-vis de la Prohibition (des boissons alcoolisées) dans les années 1920:

    http://www.usatoday.com/life/books/reviews/2010-05-20-okrentrev_ST_N.htm

    L’ouvrage de Daniel Ockrent nous révèle que la Prohibition fut essentiellement une réaction « nativiste » de la population blanche et protestante contre une immigration d’Europe centrale et méditérranéenne dont les moeurs concouraient à subvertir et à dégénérer l’idéal puritain et protestant des « vrais » Américains… C’était encore l’époque où le sinistre Ku Klux Klan, antijudaïque et anti-catholique– connut ses heures de gloire:

    http://www.kansaspress.ku.edu/bakgos.html

    Que retenir de cette digression outre-Atlantique? Eh bien, il semblerait qu’une religion, lorsqu’elle est minoritaire dans un pays, se montre toujours plus tolérante et avide de liberté(s) pour elle et pour autrui: c’était le cas des Catholiques dans l’Amérique de la première moitié du 20ème siècle (ils n’ont jamais représenté plus de 30% de la population) mais aussi des Juifs dans la Russie tsariste et autoritaire (les dissidents juifs ont fourni l’essentiel des cadres du bolchevisme et même, plus tard, du stalinisme). Ce fut aussi le cas des premiers Protestants dans la France de la Renaissance au 16ème siècle qui se battaient contre l’absolutisme papal et la vénalité des offices et bénéfices de l’Église…. Hélas, lorsqu’un monothéisme devient hégémonique et lié au pouvoir temporel, ses penchants répressifs reprennent inévitablement le dessus. Gardons encore à l’esprit que l’Église catholique, ce n’est pas que Mgr Lefèvre et ses disciples intégristes –c’est aussi Mgr Jacques Gaillot(*)… c’est aussi l’Abbé Pierre.

    Charitablement,
    Zwartepiet

    (*) http://www.partenia.org/francais/biographie_fr.htm

  12. Mouette08 dit :

    Merci, Monsieur le Premier Ministre, d’avoir exprimé votre pensée sur cette prière proposée par les évêques. Puisse votre opinion posée et sage être entendue par ceux qui ont provoqué cette « tempête dans un verre d’eau ». Merci bien vivement d’avoir pris la parole !
    Bien respectueusement,
    Une… laïque !

  13. jany dit :

    Cher galanga,

    Ces « exces » sont des crimes, je suis tout a fait en accord avec ce que vous écrivez.

    Bien cordialement,

    jany

  14. hélios dit :

    Totalement d’accord avec vous. Voir mon billet dans le forum du Pèlerin magazine.

    Hélios

  15. Ernest Gransagne dit :

    Une 2cv… Voici la seconde et dernière usine de production : Mangualde / Portugal

    Un film docu/fiction définitivement du passé. Très intéressant.

    Regardez bien de près, tout y est : ferrage, peinture, assemblage des éléments de caisse, ligne mécanique moteur boîte, sellerie, faisceaux électriques, essai contrôle sur route, commercialisation unitaire….

    Pensez-vous que ce véhicule n’est pas « hors d’âge » ? Il ne peut que flatter effectivement le rêve, les jeunes années, la nostalgie, etc…. Ce n’est pas suffisant pour en faire un véhicule de grande diffusion. 4 ROUES AVEC UN PARAPLUIE, c’est un peu court aujourd’hui.

    C’est un peu comme les inconditionnels de l’espadrille : c’est agréable pendant deux heures de vacances, s’il fait beau. Et après ? Vous ne retrouvez pas vos Doc Martens avec plaisir ? Ou vos Johnny Crocket ? Ou vos Bailly ? Ou vos boots ? Ou vos bottes Parcours End ?

    Savez-vous que le nombre total d’unité sur 42 années de production a tout juste dépassé 5 millions.

    Savez-vous que la cadence maxi de production était de 600 véhicules jour ! Ce qui est très bas.

    Raison pour laquelle dans les années 50, il fallait attendre plus de deux ans sa voiture !

    Tout cela explique la légende… Mais comme toute légende cela ne fut qu’un succès mitigé.

    Le rêve a fait le reste.

    La réalité, elle, se charge de remettre les pendules à l’heure.

    En conquête marketing : ce véhicule ne passait pas la rampe. C’est dur à croire, mais c’est ainsi.

    https://www.youtube.com/watch?v=jU70ekyF25E&feature=player_embedded

    Ernest

  16. AUCHER dit :

    Monsieur le premier ministre

    N’allez-vous pas un peu loin?
    Vos frères de loges ne vont-ils pas être choqués d’une prise de position aussi pro-Catholique? cela pourrait vous coûter la place que vous visez par cette déclaration.
    Si toutefois il s’agit du résultat d’une saine réflexion sur le rôle bien compris de l’Eglise dans la société française, je vous en félicite

    Jean (militant, mais pas à l’UMP)

  17. Jean-Pierre Raffarin dit :

    Cher Aucher,
    Je ne fréquente qu’une loge,
    celle de mon gardien où je trouve le courrier tous les matins.
    Je vous remercie de présumer ma « saine réflexion », que je fortifie au sein de l’association « Elus Chrétiens ».
    jpr

  18. jany dit :

    Cher Auger,

    Monsieur le Premier Ministre a certainement oublie « les loges » du théâtre ou l’on se fait beaucoup d’amis.

    loge : 7 citations contenant le mot loge

    « Ce qui manque dans le couple, c’est une loge, comme à la scène. »
    Jacques Dutronc
    « Concierge souhaite une loge au sixième étage pour descendre le courrier au lieu de le monter. »
    Pierre Dac
    « Dans l’oubli se loge la meilleure part de la mémoire. »
    Michel Beaulieu
    « Là où loge le souci, le sommeil ne s’abat jamais. »
    William Shakespeare
    « L’histoire, dit-on, est la mémoire de l’humanité : la politique se loge dans ses trous. »
    André Frossard

    ***Par contre « les frères des loges » que vous citez ne sont certainement pas choqués par de nobles sentiments…

    Bien cordialement,

    jany

  19. Zwartepiet dit :

    Réponse à Ernest Gransagne re: [La 2CV] ne peut que flatter effectivement le rêve, les jeunes années, la nostalgie, etc…. Ce n’est pas suffisant pour en faire un véhicule de grande diffusion. 4 ROUES AVEC UN PARAPLUIE, c’est un peu court aujourd’hui.

    Vous êtes, cher Ernest, emblématique de cette mentalité d’énarques et d’experts français! Un état d’esprit fort bien résumé par la boutade suivante:

    Un ignard profane: – »Cette idée semble avoir beaucoup de succès… Vous devriez l’appliquer, la mettre en pratique. »

    L’expert français: – »Oh! Mais… certainement pas! Car si, effectivement, elle semble réussir en pratique, en théorie, elle ne vaut rien. »

    Pareillement, « en théorie », la Logan/Dacia –véritable 2CV des temps modernes– n’était pas censée conquérir le marché français… et pourtant:

    11 décembre 2007,
    Le Surprenant Succès d’une Voiture Ultra-Bon Marché
    Par NICK KURCZEWSKI

    http://wheels.blogs.nytimes.com/2007/12/11/the-surprising-success-of-an-ultra-cheap-car/

    De toute façon, les caractéristiques ainsi que les performances des modèles originaux (de la 2CV, de la Fiat 500, de la Mini Cooper et de la VW Coccinelle) sont un faux problème: ni la nouvelle Mini ni la nouvelle Fiat 500 ni la nouvelle Coccinelle n’a été reproduite à l’identique. Et toutes offrent la panoplie complète des options automobiles courantes: autoradio, airbags, vitres électriques, airco, etc. C’est sans doute là que se cache le tour de passe-passe marketing des contructeurs de rétromodèles: ressusciter des modèles qui, à l’origine, furent conçus comme des voitures bas-de-gamme, des Logan avant l’heure, pour en faire, aujourd’hui, des « voitures de bobo » voire des secondes voitures (pour ne pas faire ses courses en ville avec la Porsche Cayenne).

    Le cas de la Coccinelle est, à cet égard, le plus pertinent. En effet, comme vous le savez, la Coccinelle fut initialement conçue pour répondre à l’appel d’offre du Führer lui-même (A. Hitler) qui souhaitait une « voiture du peuple », une Volkswagen à moins de 1000 Reichsmark… Et ce fut un certain Ferdinand Porsche qui remporta le marché. On peut dire qu’on est loin de la « voiture du peuple » avec une nouvelle Coccinelle à plus de 18.000€! Idem pour la Fiat 500 qui connait un succès fulgurant en France et en Europe comme le montre la vidéo suivante:

    Success Story : la Fiat 500
    http://videos.tf1.fr/auto-moto/success-story-la-fiat-500-7256939.html

    Franchement, on le voit, on peut retourner le problème dans tous les sens, rien n’excuse l’absence de Citroën sur le marché des rétromodèles. La clef de la réussite d’un rétromodèle 2CV se situera sur la « planche à dessin », dans le design de la carrosserie: celui-ci devra impérativement faire revivre la ligne 2CV! L’emballage ne devra pas décevoir… quant aux performances techniques, quant à l’habitacle: ils devront, évidemment, être à la pointe. Les heureux propriétaires de la nouvelle Coccinelle ne retrouveront plus jamais le bruit particulier de  » diesel marin » de l’original… Il en sera de même de la nouvelle 2CV et de sa suspension élastique…

    Pour ceux qui douteraient encore des vertus inégalées de la 2CV:

    Bourvil and Louis de Funès.
    http://www.youtube.com/watch?v=1q00jiJrDqY

    Cordialement,
    Zwartepiet.

    P.S. re: Raison pour laquelle dans les années 50, il fallait attendre plus de deux ans sa voiture !

    Aujourd’hui, la Mini Cooper est tellement populaire en Grande-Bretagne que les candidats acheteurs d’outre-Manche doivent attendre plus de SIX mois après avoir passé commande…

Laisser un commentaire