Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

84 commentaires

  1. Alain Lavallée dit :

    Bonjour Monsieur le premier ministre,

    puisque le thème d’aujourd’hui est assez ouvert, je vais en profiter pour souligner que vous allez rencontrer aujourd’hui, ou demain, Mme Pauline Marois, qui est la nouvelle première ministre du Québec. C »est un précédent au Québec, que d’avoir une femme première ministre, mais aucun doute qu’elle est la personne la plus qualifiée pour ce poste , puisqu’au cours de ses 30 années de carrière, elle a occupé plus d’une dizaine de ministères (dont ceux de l’éducation ,des finances et de la santé).

    Vous la connaissez déjà, et je suis certain que vous vous entendez fort bien avec elle. C’est une personne très pragmatique. Elle dirige un gouvernement qui revendique la souveraineté du Québec.

    Au lendemain du Sommet de la Francophonie qui s’est déroulé cette fin de semaine à Kinshasa au Congo, elle a rencontré aujourd’hui le Président de la France. Ce dernier en a profité pour indiquer qu’il renouait avec la politique traditionnelle française de «non-ingérence, non-indifférence» à l’égard du Québec, le Président a déclaré aux médias que «ça fait trente ans que cette formule existe» et que celle-ci «prévaut encore aujourd’hui». Les Québécois en sont bien heureux, et bien entendu, le retour à cette politique de « non ingérence et non indifférence » s’est faite malgré les pressions de l’Ambassade et du gouvernement du Canada.

    Notre première ministre dirige une équipe de ministres assez remarquables. je vais attirer l’attention sur le ministre Jean-François Lisée qui comme vous est blogueur et qui est responsable des relations avec la francophonie. Dans un de ses billets, il raconte ses 48 premières heures dans ses fonctions de ministres. C’est assez intéressant, on y découvre à la fois la vie trépidante d’un ministre et le caractère original de ce ministre.

    http://jflisee.org/ministre-48-heures-chrono/

    Bonne rencontre avec notre première ministre du Québec,

    et veuillez accepter mes salutations distinguées,

    Alain Lavallée
    Québec

  2. Dominique M dit :

    Bonsoir M. RAFFARIN,
    Bonsoir à tous,
    M. HOLLANDE et ses soutiens font preuve d’un amateurisme récurent dans tous les domaines, malgré l’appui des administrations, des corps constitués et des syndicats de fonctionnaires. Car il ne suffit pas d’avoir le port altier, le ton rauque et l’œil mauvais pour gérer les situations avec intelligence!
    Leur amateurisme n’a d’égal que leur sectarisme et leur obsession idéologique.
    Encore un peu de patience: le poisson a commencé à pourrir par la tête. L’implosion ne devrait pas tarder.
    Reste à ce que l’alternance soit prête. La situation de la France nécessitera une équipe solide et un programme d’action ambitieux.
    Bonne soirée,
    Dominique M

  3. Claude dit :

    Bonsoir Monsieur le Premier ministre,

    Vous dites « Le gouvernement ne me semble pas du tout être conscient de la crise. Ses décisions sont à l’opposé du bon sens,…. ».

    Vous savez bien qu’ils ont compris depuis longtemps qu’il y a eu trois crises terribles et que nous ne sommes pas encore sortis de la troisième, celle de la dette. Par stratégie et parce que la frange d’électorat qui fait la différence est bien crédule, ils lui ont fait croire que la crise n’était pas si grave que ça et que, eux à la place de la droite, la petite crise de l’Euro (de la dette) serait bien vite finie. Ils sont prisonniers de leur mensonge.

    D’ailleurs ils adaptent leur dialectique. Pour eux, il est plus déresponsabilisant de dire « crise de l’Euro » (alors il n’y a pas encore de crise de l’Euro), que « crise de la dette » (qui si elle ne se solutionne pas va déboucher sur une vraie crise de l’Euro et… de l’Europe).

    Les voila au pied du mur.

    Dire qu’ils n’ont pas de bon sens est également un raccourci. Quand ils oublient leurs dogmes et leur sectarisme, ils ne sont pas plus idiots que nous, ils comprennent bien qu’on ne soigne pas le mal par le mal et que l’on ne soigne pas la crise de la dette en empruntant. Ils savent bien que ce n’est pas en se privant de ce qui est essentiel à notre survie que l’on peut remonter la pente mais en organisant la vie autrement pour dépenser moins de ce dont on peut se passer et que l’économie réalisée doit servir pour partie à rembourser la dette pour retrouver notre liberté d’action et, pour le reste, à investir dans l’avenir en dopant la compétitivité, la formation et la recherche facteurs des débouchés les plus fructueux pour demain.

    Mais, mettez vous à leur place. Voilà 30 ans qu’ils lisent les théoriciens de l’emprunt. Quand on voit le mal que ça fait, on dit la « dette », quand on explique en dépit du bon sens que ça fait du bien, on dit « l’emprunt ». C’est pourquoi, pour eux la solution à la dette c’est l’emprunt.

    Voilà 30 ans qu’ils lisent les best-sellers américains qui expliquent comment devenir riche en sortant des sentiers battus et qui réinventent l’économie mais ne regardent pas que ces auteurs là deviennent riches pendant que ceux qui les lisent et suivent leurs conseils deviennent pauvres.

    On leur a ainsi vendu la « nouvelle économie » avec son corollaire de la valorisation du vent qui en a ruiné plus d’un, puis plus tard la « fin du travail » qui a inspiré les 35 heures, la retraite à 60 ans et les RTT et actuellement « la troisième révolution industrielle » qui fait d’énergies de complément les énergies de demain en attendant « l’âge d’or et l’ère du verseau » qui voudrait que l’on ait tout sans effort et sans autre énergie que l’air du temps et que l’on soit heureux à glander en chantant avec les séraphins (sauf si les séraphins se syndiquent et n’assurent pas un service minimum).

    Alors, le bon sens leur parait trop simple pour qu’il ne cache pas un piège et ils lui préfèrent les théories fumeuses que personne ne comprend mais dont les résultats attendus sont si extraordinaires qu’ils valent bien qu’on les essaye puis comme ils ratent qu’on les modifie et qu’on les réessaye pour sauver la face. En plus, si le bon sens est le champion de la droite, il faut bien choisir autre chose. Du bon sens et du mauvais, on a pris le bon, il leur reste le mauvais. Alors basta… Au moins leurs électeurs ne leur reprocheront pas de nous avoir copiés et eux et nous payerons ensemble au prorata de notre capacité de travail, de création et d’innovation… Donc nous paierons pour eux comme d’habitude.

    Bien cordialement,
    Claude

  4. Ernest Gransagne dit :

    Mais comment va-t-elle s’amorcer cette nouvelle société ?

    Dans la prise de conscience responsable et réfléchie ?

    Ou bien dans la douleur, par la force des choses, parce que les sans grades n’auront pas supporter les exagérations ?

  5. Jacques D'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Cher Monsieur le Premier Ministre,

    J’ai bien sûr regardé avec grand intérêt votre interview donnée au Talk/Orange Le Figaro.

    J’y ai beaucoup apprécié la sagesse de vos propos d’homme politique responsable que ce soit dans le domaine de la politique de notre Pays mais également au sein de l’UMP. Ce sont des propos modérés qui redonnent de l’envergure à la démocratie, et je partage tout à fait votre point de vue « la démocratie, ce n’est pas la guerre ». Il faut agir pour la France, faire de la politique pour la France, il faut bien sûr faire le constat de la politique menée mais sans dénigrement ni polémiques en laissant actuellement en dehors tous les débats sans actualité. Agissons de manière constructive pour aider notre Pays.

    C’est un message de sagesse. Merci.

    Amitié

    Jacques

  6. Zwartepiet dit :

    Un visage familier:

    The French connection
    Updated: 2012-10-16 08:39
    By Zhao Xu (China Daily)

    http://europe.chinadaily.com.cn/life/2012-10/16/content_15819770.htm

  7. Claude dit :

    Bonsoir Monsieur le Premier ministre,

    Avec Zwartepiet vous posez la question : « n’est-il pas malsain de compter sur l’Elysée et sur Matignon pour relancer la croissance ?».

    Les entrepreneurs ne demandent pas que l’on s’occupe de croissance à leur place. Ils sont bien plus compétents, chacun dans son job, que les empêcheurs de tourner en rond que sont les hommes politiques français convaincus que jouer en permanence aux apprentis sorciers leur donne une vraie apparence de manipulateurs chevronnés de l’économie. Les hommes politiques ne doivent intervenir sur l’économie que pour des coups de pouces ponctuels dans des cas exceptionnels (être Keynésien juste à propos, pas plus).

    Que Hollande et son adjoint Ayrault donnent l’air qui manque aux entrepreneurs, qu’ils transfèrent l’aide aux familles sur une taxe sur les familles (la TVA sociale ou pas, peu importe le nom) et qu’on ne laisse aux travailleurs, directement ou indirectement (via les charges dites patronales), la charge de la protection sociale (n’est-elle pas un salaire différé ?). Nous serons plus compétitifs à l’exportation.

    Que Hollande et son adjoint Ayrault donnent la liberté qui manque aux entrepreneurs pour négocier directement avec leurs salariés pour organiser le temps de travail en fonction des impératifs de chaque entreprise (et au niveau de l’entreprise).

    Que Hollande et son adjoint Ayrault donnent la sécurité qui manque aux entrepreneurs quand ils embauchent. Qu’ils simplifient le Code du travail et permettent les débauchages qui favorisent les embauches. Qu’ils se rendent compte que les catégories les plus protégées sont les moins embauchées.

    Que Hollande et son adjoint Ayrault donnent la considération qui fait défaut aux entrepreneurs. Qu’ils créent un patriotisme entrepreneurial comme ils ont créé une diabolisation des entrepreneurs depuis plus de 30 ans. Ce qu’ils ont su casser ils doivent le réparer. La considération, cela ne coûte rien et ça fait du bien.

    Que Hollande et son adjoint Ayrault expliquent à leurs électeurs (et à quelques autres) que verser des dividendes n’est la finalité d’aucune entreprise, pas plus que mettre un appât au bout de la ligne n’est la finalité du pécheur, c’est un moyen. Qu’ils expliquent qu’on n’attrape pas les investisseurs avec du vinaigre mais au moyen de dividendes. Qu’ils expliquent que la finalité d’une entreprise est généralement de faire du profit pour se développer, conquérir des marchés simplement parce qu’une entreprise qui ne progresse pas, régresse et se casse la figure.

    Par la même occasion ils peuvent expliquer aux candidats à la décroissance que c’est pareil pour une société humaine. Si elle n’a pas de croissance, elle décroit puis meure.

    Que Hollande et son adjoint Ayrault expliquent à leurs électeurs (et à quelques autres) que créer une autre banque en remplacement des dispositifs qui existaient déjà ne permettra pas de donner aux entreprises, en général, plus d’argent qu’avant. Cela ne permettra que de le donner différemment, plus aux uns, moins solvables, qui n’en trouvaient pas, moins aux autres qui en trouvaient mais qui n’en trouvant plus deviendront insolvables. La BPI va simplement orienter différemment des capitaux qui allaient déjà tous vers les entreprises, l’arbitraire gouvernemental (voire régional) en plus.

    Non Hollande et son adjoint Ayrault ne peuvent pas relancer la croissance, ils peuvent seulement enlever les « cales » qui l’empêchent de se relancer toute seule.

    Bien cordialement,
    Claude

  8. Alain Lavallée dit :

    Bonjour Monsieur le Premier ministre,

    Après votre rencontre d’aujourd’hui avec Mme Marois, notre première ministre, il est réconfortant que sur la question des relations entre la France et le Québec, la droite et la gauche soit de nouveau sensiblement sur la même longueur d’ondes. Nos ancêtres venus fonder la Nouvelle France en Amérique au tout début du XVIe siècle n’étaient ni de droite ni de gauche, ils étaient de France.

    Merci « d’accompagner » le Québec.

    Je vous prie d’accepter mes salutations amicales,

    Alain Lavallée

    PS: Bonjour à tous,

    Puisque Mme Marois est totalement méconnue en France, voici un portrait qui a été tracé par une journaliste du Monde

    http://www.lemonde.fr/international/article/2012/10/12/pauline-marois-la-force-tranquille-du-quebec_1774644_3210.html

  9. Jacques D'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Cher Monsieur le Premier Ministre, Cher Alain Lavallée,

    J’ai lu cet article paru dans la presse québécoise « Le Soleil » suite au voyage à Paris de Madame Pauline Marois, nouveau Premier Ministre du Québec, et vous avez raison Monsieur Raffarin de dire que « la France se doit d’accompagner le Québec ». Des liens si forts existent entre la belle province et notre Pays, des liens d’amitié et bien au-delà : des liens de fraternité. Le Québec est un « coin de France », c’est une partie de notre histoire, une partie de notre patrimoine entretenu dans la Francophonie et la sauvegarde de notre belle langue française. C’est une richesse à entretenir sur le continent nord-américain. Sachons entretenir cette relation qui permet à la France d’exister sur ce continent, sinon nous pourrions avoir quelques regrets comme dans bien d’autres contrées du Monde, en Asie, en Afrique, etc., où ne restent plus que quelques souvenirs, quelques vestiges de notre passage où la Francophonie disparaît et c’est bien regrettable.

    La parfaite illustration nous est donnée dans cet article de presse qui nous vient du nord de Madagascar, de Diego-Suarez (Antsiranana), haut-lieu de la présence française sur l’Ile Rouge, l’Ile au sourire comme l’appellent ceux qui aiment Madagascar dont je fais partie.
    http://latribune.cyber-diego.com/editoriaux/748-lycee-francais-sadi-carnot-la-france-abandonne-diego-suarez-.html
    C’est avec une grande tristesse et beaucoup de désolation que j’apprends la fermeture définitive prochaine du Lycée Français Sadi Carnot si réputé par le passé et encore maintenant pour ses résultats (100% de réussite aux épreuves du Bac l’an dernier), c’était un honneur pour de nombreux malgaches francophones de côtoyer nos petits et grands écoliers et de fréquenter cet illustre lycée, imprégné de discipline, de rigueur et du désir d’apprendre dans la langue de Molière pour de nombreux élèves que je revois dans mes souvenirs dans leur tenue uniforme bleue et blanche, symbole de l’établissement. Et oui, un nouveau pas est franchi à Diégo-Suarez, après le départ de notre légion étrangère en 1973, suivi de notre Marine en 1975 (1500 militaires et civils et leur famille) qui apportaient à cette grande ville du Nord de Madagascar de nombreuses ressources et des emplois signes de prospérité. S’en suivit il y a quelques mois la fermeture des représentations consulaires entraînant ainsi le déplacement régulier de nos ressortissants dans la Capitale à un millier de kilomètres pour y régler bien souvent des soucis administratifs. Maintenant, c’est la fermeture de ce lycée et c’est bien dommage pour la Francophonie et pour notre Pays mais aussi pour une population malgache si attachante qui peut en vouloir, à juste raison, à ses dirigeants d’avoir fait de mauvais choix.

    Que de regrets ! Ô mon Pays, la Francophonie se meure…

    Amitié

    Jacques

    Nb : Je ne sais pas s’il y a toujours une présence française au titre de la coopération, de médecins, de chirurgiens et de personnel de santé des Armées, à l’hôpital militaire de Diego-Suarez que nous avions laissé à notre départ en 1975. Ils apportaient en outre une aide très précieuse à l’hôpital public. Dans les années 1990, ils y étaient encore. La colonisation n’a pas eu que des effets « négatifs » et la France a beaucoup apporté à de nombreux pays dans de multiples domaines au titre de l’humanisme que l’on ne doit pas également ignorer.

  10. jany dit :

    Un jour Djamel votera pour la Droite…
    Ne lui répétez pas car il pourrait prendre peur…

    jany

  11. jany dit :

    ***Un jour Djamel votera pour la Droite…
    Ne lui répétez pas car il pourrait prendre peur***

    jany

  12. jany dit :

    Marcel Isy-Schwartz

    Bonjour les amis,

    J’ai trouve une information sur Internet ce matin, Marcel Isy-Schwartz est décédé en Septembre de cette année a l’age de 95 ans.

    Dans les années 60, nous pouvions voir les émissions de Pierre Sabbagh
    [Marcel Isy-Schwartz : Haïti]
    Le magazine des explorateurs -

    Un grand nombre de film sur le Brésil, Tahiti et d’autres régions du monde…

    Des livres et des conférences a « Connaissance du monde »…

    Il se faisait appeler « Zizi » aussi…

    Il a certainement eu une vie d’exception, pleine de projets, d’aventures…
    Et puis 95 ans, quel bel age…

    Il était notre voisin a Pissefontaine dans ma jeunesse, j’ai pu goûter le miel qu’il avait donne a mes parents avant de partir pour une de ses explorations…

    J’en ai garder le goût aujourd’hui…

    Merci Monsieur Marcel Isy-Schwartz.

    jany

    Hommage…
    Poster le : Mardi, sept 11, 2012
    Le 6 septembre dernier, M. Marcel Isy-Schwartz décède à l’âge de 95 ans. Pionnier de la pêche à la nage (Chasse sous-marine), il contribue largement au développement de ce sport, non seulement par ses exploits mais aussi par ses récits. Il est aussi l’un des membres fondateurs du CCSMF (Club des Chasseurs Sous-Marins de France) [...]
    Tags: Marcel Isy-Schwartz Club des Chasseurs Sous-Marins de France CCSMF la FSPNES FFESSM gpes plongee la ciotat club de plongee la ciotat

  13. jany dit :

    ***Marcel Isy-Schwartz***

    Bonjour les amis,

    J’ai trouve une information sur Internet ce matin, Marcel Isy-Schwartz est décédé en Septembre de cette année a l’age de 95 ans.

    Dans les années 60, nous pouvions voir les émissions de Pierre Sabbagh
    [Marcel Isy-Schwartz : Haïti]
    Le magazine des explorateurs -

    Un grand nombre de film sur le Brésil, Tahiti et d’autres régions du monde…

    Des livres et des conférences a « Connaissance du monde »…

    Il se faisait appeler « Zizi » aussi…

    Il a certainement eu une vie d’exception, pleine de projets, d’aventures…
    Et puis 95 ans, quel bel age…

    Il était notre voisin a Pissefontaine dans ma jeunesse, j’ai pu goûter le miel qu’il avait donne a mes parents avant de partir pour une de ses explorations…

    J’en ai garder le goût aujourd’hui…

    Merci Monsieur Marcel Isy-Schwartz.

    jany

    Hommage…
    Poster le : Mardi, sept 11, 2012
    Le 6 septembre dernier, M. Marcel Isy-Schwartz décède à l’âge de 95 ans. Pionnier de la pêche à la nage (Chasse sous-marine), il contribue largement au développement de ce sport, non seulement par ses exploits mais aussi par ses récits. Il est aussi l’un des membres fondateurs du CCSMF (Club des Chasseurs Sous-Marins de France) [...]
    Tags: Marcel Isy-Schwartz Club des Chasseurs Sous-Marins de France CCSMF la FSPNES FFESSM gpes plongee la ciotat club de plongee la ciotat

  14. jany dit :

    L’UMP un grand parti…
    Celui des gens qui ne s’aiment pas !

    jany

  15. Zwartepiet dit :

    Réponse à Claude re: [Les entrepreneurs] sont bien plus compétents, chacun dans son job, que les empêcheurs de tourner en rond que sont les hommes politiques français…

    Rien de plus faux! Ce sont bien les élus locaux qui permettent aux Français de « tourner en rond » sur les routes nationales et départementales… bien plus que ne le font les automobilistes allemands, américains, brittaniques,… Explication:

    Selon Bernard Guichet, (du Centre d’études techniques de l’équipement), la France compte approximativement 30 000 ronds-points ! Elle est suivie par l’Australie (15 000), l’Angleterre (10 000), et l’Allemagne (5 000); en 2007 les USA n’en avaient que 1 000 !

    Ce que n’avait pas prévu Eugène Hénard, ni la perfide Albion, ni les ingénieurs des Ponts et chaussées, ni ceux de l’Équipement, c’est que des milliers d’objets plus kitsch les uns que les autres allaient apparaître sur les ronds-points…. Sous l’effet de la décentralisation et du développement du goût artistique (?) des élus locaux, des monuments d’un genre nouveau sont apparus sur nos routes, ils marquent les entrées de villes, et aussi celles de nos villages. Un art vient de naître, c’est l’art des ronds-points, et le Ministre de la culture ne s’en est pas aperçu !
    [...]

    http://www.gilblog.fr/berry_blog/art-des-ronds-points-en-berry.html

    Cette passion toute française pour les ronds-points fut épinglée par Noémie Bisserbe dans son remarquable article du Wall Street Journal:

    http://www.carnetjpr.com/2012/05/16/la-chine-acteur-global/#comment-19092

    Confiez quelques millions d’euros à un entrepreneur allemand et il créera une entreprise de machine-outils ou un équipementier automobile… Confiez-les à un patron français et il créera une boîte de BTP… pour construire des ronds-points inutiles. Confiez-les à un entrepreneur grec ou espagnol et il vous construira des hôtels et des pavillons en bord de mer… Et tous ces projets, toutes ces initiatives entrepreneuriales seront créateurs/-trices de « croissance »!

    Cependant, vous l’aurez compris, la nature et la qualité de cette croissance ne sont pas du tout les mêmes selon qu’on considère l’entreprise allemande industrielle ou les ronds-points français ou encore l’immobilier balnéaire grec ou espagnol –c’est, au fond, le noeud de la crise européenne.

    Re: Que Hollande et son adjoint Ayrault donnent la sécurité qui manque aux entrepreneurs quand ils embauchent. Qu’ils simplifient le Code du travail et permettent les débauchages qui favorisent les embauches. Qu’ils se rendent compte que les catégories les plus protégées sont les moins embauchées.

    Vous semblez perdre de vue, cher Claude, que le taux de chômage français dépasse officiellement les 10%! Ajoutez-y tous les exclus du chômage, les découragés, les intérimaires, les plus-de-50-ans, etc et vous obtenez une « armée de réserve » de QUATRE millions de chômeurs et de précaires…. Ils constituent un énorme moyen de pression en faveur du patronat. D’ores et déjà, des dizaines de milliers de jeunes diplômés à bac+4,5,… acceptent de travailler comme « stagiaires » GRATUITEMENT… se contentant, pour toute gratification, d’un beau costume ou d’un beau tailleur pour aller faire semblant, tous les matins, d’aller bosser comme tout le monde… Mais cette insécurité-là, cette précarité des salariés –quelle que soit leur qualification– ne semble guère vous émouvoir.

    Re: Que Hollande et son adjoint Ayrault donnent la considération qui fait défaut aux entrepreneurs. Qu’ils créent un patriotisme entrepreneurial comme ils ont créé une diabolisation des entrepreneurs depuis plus de 30 ans.

    Vous confondez et amalgamez « entrepreneurs » et « rentiers »: ce sont ces derniers qui font, ces derniers temps, l’objet d’une diabolisation souvent méritée… Quant aux entrepreneurs français, il faut distinguer entre les « illustres héritiers » des dynasties industrielles (les Michelin, les Peugeot, les Leclerc [grande distribution], les Bouygue, etc) et les rastaquouères fraîchement parvenus et qui semblent surtout miser sur une stratégie « one-shot », sur « un gros coup »… avant de retirer leurs billes pour prendre leur retraite au soleil à quarante ans! Ce sont, il me semble, surtout les entrepreneurs appartenant à cette dernière catégorie qu’on entend se plaindre (au sujet d’une fiscalité plus lourde sur les entreprises).

    J’admets, toutefois, que les Français –mais aussi les Italiens, les Allemands,…– devront apprendre à vivre dans un monde économique de moins en moins peuplé de grandes et vieilles dynasties industrielles et commerciales, enclines à un paternalisme protecteur… Il y aura de plus en plus de « flibustiers », de prédateurs et d’opportunistes dont l’horizon d’investissement n’est plus 10 ou 15 ans mais plutôt 3 à 5 ans. Ils exploitent à fond un « filon » et, lorsque celui-ci est épuisé… ils arrêtent les frais! Il peut s’agir d’un filon dans l’e-commerce (internet), des sites de rencontres,… d’un gadget découvert lors d’une foire à Hong Kong et importé (en exclusivité) en France, d’une compagnie aérienne low-cost qu’on liquidera dès que le kérosène devient trop cher, etc, etc.

    Re: Que Hollande et son adjoint Ayrault expliquent à leurs électeurs (et à quelques autres) que verser des dividendes n’est la finalité d’aucune entreprise, pas plus que mettre un appât au bout de la ligne n’est la finalité du pécheur, c’est un moyen.

    La finalité d’une entreprise –en régime CAPITAListe– consiste à rémunérer les « facteurs de production », à savoir: le Travail et le Capital. Le Travail se rémunère au moyen des salaires, des avantages en nature (voiture de fonction, téléphone,…) etc. Quant à l’apport en capital, il se rémunère au moyen des dividendes. Rêvez-vous d’une société, d’un régime sociopolitique qui ne récompenserait plus le Capital?!? Votre modèle serait-il la… Corée du Nord?!

    Cordialement,
    Zwartepiet.

  16. Zwartepiet dit :

    Complément d’info pour Claude:

    Un stage plutôt que le chômage

    http://www.letudiant.fr/jobsstages/jobs-stages-emploi-premier-emploi/jeunes-diplomes-recherchent-desesperement-une-convention-de-stage-18997.html

  17. jany dit :

    Pour une économie de progrès.

    L’économie des grands benêts ne reconnaît pas l’importance du politique dans économie de marche, ni dans la dynamique industrielle et commerciale des entreprises…

    Pourtant tous les acteurs et partenaires sociaux ont besoin de se retrouver sur les projets particuliers de chaque entreprises pour en optimiser la gestion…
    La gestion de la politique générale de l’entreprise (industrielle et commerciale), la politique salariale, l’imposition et taxation, l’investissement…

    La politique est la pour donner un sens, une harmonie, une ligne de conduite, sans pour cela interférer dans le dialogue interne des sociétés.
    En cela, le libéralisme n’existe pas, puisqu’il trouve dans sa dynamique les nécessaires régulations qui permettent les développements dans son espace.
    Il n’y a pas de libéralisme dans un partenariat de progrès dans des domaines précis entre deux pays .

    Le progrès c’est de comprendre que les sociétés ont besoin de faire des bénéfices, qu’elles ont besoin aussi de réinvestir si elles veulent continuer a exister, investir dans le maintien de l’outil de production, investir dans le renouvellement, investir dans les marches nouveaux, investir dans le savoir faire, investir dans la politique salariale et sociale…et aussi être un acteur du progrès social, du progrès dans les valeurs de développement pour le monde de demain.

    Il est nécessaire de trouver un bon équilibre entre le produit commercialise, les taxations, la TVA, la production et ses coûts, les salaires…
    Un bon paysan prépare de nouveau sa terre après sa récolte car il sait qu’il doit réinvestir dans sa terre pour avoir d’autres récoltes et continuer a vivre…

    Une grande entreprise doit aussi comprendre que le salaire est aussi un investissement dans l’avenir, car le salarie est aussi un consommateur a l’echelle locale ou mondiale…

    Si c’est cela être “liberal” alors je le suis, si non et bien il faut mieux définir ce mot qui est mis a toutes les sauces.

    Bien cordialement,

    Jany

  18. jany dit :

    ***Pour une économie de progrès***

    L’économie des grands benêts ne reconnaît pas l’importance du politique dans économie de marche, ni dans la dynamique industrielle et commerciale des entreprises…

    Pourtant tous les acteurs et partenaires sociaux ont besoin de se retrouver sur les projets particuliers de chaque entreprises pour en optimiser la gestion…
    La gestion de la politique générale de l’entreprise (industrielle et commerciale), la politique salariale, l’imposition et taxation, l’investissement…

    La politique est la pour donner un sens, une harmonie, une ligne de conduite, sans pour cela interférer dans le dialogue interne des sociétés.
    En cela, le libéralisme n’existe pas, puisqu’il trouve dans sa dynamique les nécessaires régulations qui permettent les développements dans son espace.
    Il n’y a pas de libéralisme dans un partenariat de progrès dans des domaines précis entre deux pays .

    Le progrès c’est de comprendre que les sociétés ont besoin de faire des bénéfices, qu’elles ont besoin aussi de réinvestir si elles veulent continuer a exister, investir dans le maintien de l’outil de production, investir dans le renouvellement, investir dans les marches nouveaux, investir dans le savoir faire, investir dans la politique salariale et sociale…et aussi être un acteur du progrès social, du progrès dans les valeurs de développement pour le monde de demain.

    Il est nécessaire de trouver un bon équilibre entre le produit commercialise, les taxations, la TVA, la production et ses coûts, les salaires…
    Un bon paysan prépare de nouveau sa terre après sa récolte car il sait qu’il doit réinvestir dans sa terre pour avoir d’autres récoltes et continuer a vivre…

    Une grande entreprise doit aussi comprendre que le salaire est aussi un investissement dans l’avenir, car le salarie est aussi un consommateur a l’echelle locale ou mondiale…

    Si c’est cela être “liberal” alors je le suis, si non et bien il faut mieux définir ce mot qui est mis a toutes les sauces.

    Bien cordialement,

    Jany

  19. jany dit :

    ***Merci Zwartepiet
    Votre commentaire est tres clair…
    Le monde devra choisir entre une économie de « flibustiers » ou une économie plus responsable.

    En tirant tous les salaires vers le bas,sommes-nous surs de trouver l’équilibre ?

    Par contre le choix de la TVA Sociale ou temporairement une TVA +++ serait un bien pour les entreprises et pour les comptes sociaux…

    Bien cordialement,

    jany

  20. Claude dit :

    Cher Zwartepiet,

    Vous dites : « Un stage plutôt que le chômage »

    Bien entendu !

    Je n’avais cité que les grandes lignes de ce que serait une bonne politique pour que l’exécutif « laisse faire » les entrepreneurs. Toutes choses qui ne coûtent pas grand chose puisque la seule mesure coûteuse serait de lettre la politique familiale à la charge des consommateurs plutôt qu’à la charge du travail. Ce coût serait avantageusement compensé par une sorte de TVA sociale et anti délocalisation qui, selon les experts, ne serait répercutée sur les consommateurs que pour partie sous l’effet de la concurrence alors que les prix de vente HT seraient minorés de la baisse correspondante du coût du travail.

    J’oubliais un coût mais qui ne va pas chercher bien loin : un peu d’essence d’aloès pour empêcher les membres du gouvernement de se ronger les ongles pendant que l’économie marcherait toute seule, sans eux qui se croient si indispensables.

    Pour le reste vous avez raison. Autant profiter de l’inactivité des chômeurs pour leur parfaire leur formation ou se former à des métiers plus demandeurs.

    Mon expérience de la formation professionnelle n’incline également à suggérer une vaste réforme de la formation professionnelle pour que les fonds importants qui lui sont dévolus par les entreprises aillent bien à la formation professionnelle. Ce qui n’est pas toujours le cas.

    Il faut aussi orienter les jeunes au plus tard en quatrième si on veut qu’ils ne coûtent pas une fortune à se retrouver sans aucune formation à l’issue de la 2nde, de la terminale ou de la première année de fac faute d’avoir été orienté quand ils étaient demandeurs.

    Cordialement,
    Claude
    PS – hors sujet : J’ai souvent, comme tout le monde, entendu des hommes politiques pratiquer la langue de bois. Généralement ils se consacrent à l’exercice qui n’est pas toujours facile en sachant bien que le but, justement, c’est de ne rien dire. Aujourd’hui, sur TF1, j’ai entendu et vu le ministre délégué Guillaume Garot pratiquer la langue de bois sans talent et, surprise, de s’écouter parler avec délectation comme s’il s’attendait à dire quelque chose d’important. J’ai tout de même appris qu’il s’impliquait ce qui est bien la moindre des choses. Je suis inquiet pour mon pays.

  21. Claude dit :

    Cher Jany,

    Certes, l’absolu libéralisme n’existe pas (réglementations, normes, droit commercial, droit du travail, etc.). Ce que l’on appelle libéralisme aujourd’hui est parfaitement défini par les auteurs et sa définition fait à peu près consensus. La littérature est abondante sur le sujet. Les vieilles définitions du libéralisme n’intéressent plus que les historiens. Ce que l’on appelle libéralisme aujourd’hui c’est ce que l’on appelait néo-libéralisme il y a peu de temps.

    Il n’a pas été mis à toutes les sauces sauf par les gens qui, sans être les grands benêts que vous décrivez selon votre habitude de mépriser les gens et de les insulter, ne savent pas de quoi ils parlent. Maîtriser-vous vraiment le sujet ? Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et vous n’êtes jamais très clair. Il y a une différence entre utiliser un langage profane mais approprié pour être compris de tous et le langage des cafés du commerce entre deux petits blancs.

    La France n’est pas vraiment ce que l’on appelle un pays libéral.

    Dans une économie libérale qui fonctionne, la régulation, c’est le marché qui s’en occupe.

    Il n’y a pas de progrès à ce sujet, de tout temps, les entreprises on eu besoin de faire du profit et de se développer ou mourir. Déjà dans la préhistoire c’était comme ça et dans mille ans cela le sera encore.

    Vous dites : « Il est nécessaire de trouver un bon équilibre entre le produit commercialise, les taxations, la TVA, la production et ses coûts, les salaires… ».

    Les processus de formation des prix sont connus et les entreprise les maîtrisent bien y compris, souvent, de manière empirique (mes élèves de 4ème les comprenaient sans difficulté au moins dans leurs grandes lignes). Ce qu’elles ne maîtrisent pas ce sont les éléments qui ne dépendent pas d’elles (matières d’oeuvre, fiscalité, réglementation, normes, etc.). Les deux seules vraies variables d’ajustement sont le bénéfice et quand la capacité de financement le permet, l’automation qui peut compenser un coût de main d’oeuvre inadapté au marché (comme après le passage aux 35 heures). Quand le bénéfice n’est plus suffisant, il est ridicule de continuer à produire s’il n’y a pas de perspectives d’amélioration. Il n’y a en fait que du bon sens dans tout cela.

    Bien sûr qu’un salaire versé rapporte des clients… à tout le monde, y compris à l’importation. Mais une entreprise ne verse pas des salaires pour avoir des clients car, le plus souvent, le bien vendu rapporte moins que la part de salaire qui a été nécessaire à sa fabrication. D’autant que, généralement, les collaborateurs bénéficient de tarifs spéciaux. Au mieux c’est une vente marginale.

    Voulez vous quelques titres de bouquins facile à comprendre, je me ferai un plaisir de vous les communiquer, il doit me rester quelques spécimens à la cave.

    Cordialement,
    Claude

  22. jany dit :

    La sincérité

    Que l’on soit athée ou croyant d’une religion, le message de la vie ou de la création trouve sa force dans la sincérité du chemin qui nous est proposé…

    Il y a autant de chemins qu’il y a d’hommes sur la terre, il y a autant de propositions…seul notre libre arbitre nous permet d’accorder ou de ne pas accorder de confiance au chemin proposé dans l’instant…

    D’un instant a l’autre les chemins sont différents, la vie est une force de propositions…

    La clef du chemin est la sincérité qui ouvre les portes des propositions…

    Bien cordialement,

    jany

  23. Claude dit :

    Cher Zwartepiet,

    Vous êtes bien aggressif. Que vous ai-je fait ?

    Réduire la France à ses ronds-points ne semble assez léger. Si les américains avaient un réseau routier comparable au notre il ne fait aucun doute qu’ils construiraient plus de ronds-points dont les bienfaits sont reconnus. Avant d’en arriver là ils doivent d’abord construire des routes. Vous ne croyez pas ?

    Réduire la France à quelques « vieilles dynasties industrielles et commerciales, enclines à un paternalisme protecteur.. » est également très réducteur. Vous n’avez pas dû venir en France depuis les disparitions de gens comme Marcel Boussac, Sylvain Flouarat ou Marcel Dassault. Oui, désolé de vous l’apprendre ces gens remarquables sont décédés. La France est un pays bouffé par l’assistanat et étranglé par des pouvoirs publics qui veulent tout régenter mais c’est un pays moderne qui justifie bien son rang de grande puissance. Les entrepreneurs y ont du talent, ne vous en déplaise, et je vous fiche mon billet qu’au bord de la faillite, tard mais juste à temps, d’un seul coup, les bonnes décisions seront prises pour nous donner raison. Peut-on en dire autant de votre pays sur le point de voler en éclat ?

    Si vous me confiez quelques millions d’Euros (et dix ans de moins) je ferai la seule chose que je sais bien faire : créer ou reprendre une entreprise de génie logiciel. J’ai encore des idées. Désolé pour les ronds-points, je suis incompétent.

    Le fait que les étudiants ne trouvent pas de stages relève exactement des mêmes problèmes qui font que les demandeurs d’emploi ne trouvent pas d’emploi. S’il y avait le plein emploi tout le monde trouverait sa place, y compris les stagiaires. On ne peut pas tendre vers le plein emploi sans prendre au moins les décisions que j’ai indiquées sans rentrer dans les détails. prendre un (vrai) stagiaire c’est un investissement, ça coute cher, ça ne rapporte jamais rien. Quel intérêt d’investir dans des stagiaires si on n’a pas de perspective d’embauches ?

    Vous êtes un brin taquin quand vous me prenez pour un débile qui confondrait entrepreneurs et rentiers. Savez vous bien ce qu’est un rentier ? Il y en a une douzaine de millions en France. C’est, le plus souvent, quelqu’un qui a économisé toute sa vie et qui vit au moins en partie de ses économies. Si vous dépensiez moins en achetant « Le Courrier international » vous pourriez économiser et vivre de vos rentes. Les gens polis les appellent « des investisseurs » sans lesquels les entrepreneurs ne pourraient pas entreprendre (rentier, tel que vous le dites c’est péjoratif). De nombreux commerçants français qui ne bénéficient pas d’une retraite digne de ce nom on placé leurs économies notamment en prêtant de l’argent à l’état (obligations) ou en bourse ou dans l’immobilier avec bien du mal pour récupérer leurs loyers.

    Je vous laisse la responsabilité de votre « rastaquouères » grossier, désobligeant et un tantinet raciste. J’ai des amis « rasta » qui sont charmants et tolérants.

    Ceci étant dit, vous avez raison, il y a 10% de chômeurs. Moi, je n’y suis pour rien. Quand ça a été mon tour, j’ai créé sept entreprises innovantes dans l’informatique et le conseil aux entreprises et ai créé mon lot d’emplois. Maintenant c’est à votre tour si vous avec ce qu’il faut pour le faire (pas donneur de leçons sans savoir, intelligence, talent, imagination, courage, combativité, opiniâtreté, désintéressement, passion pour les gens, charisme, etc.).

    Je vous confirme que l’entreprise n’a pas vocation à rémunérer qui que ce soit. Sa vocation est de gagner de l’argent. Rémunérer les agents économiques qui concourent à son objectif (dont la main d’oeuvre et les pourvoyeurs de capitaux mais bien d’autres encore) n’est qu’un passage obligé. Je connais des tas d’entreprises qui sont autofinancées et où l’activité est assurée par le chef d’entreprise seul (je n’ai plus les chiffres en tête mais les entreprises à 1 personne ou moins doivent représenter les 90% des 3 millions de nos entreprises). Un entrepreneur que se lancerait dans les « emmerdes » uniquement pour rémunérer ses dispensateurs de capitaux ou ses salariés serait un peu couillon. Les notions d’entreprises citoyennes ou des fariboles comme ça c’était bon au temps des 30 glorieuses. Une entreprise n’est citoyenne qu’accessoirement quand ses autres objectifs sont réalisés;

    Votre culture semble grande bien que superficielle mais elle tient trop à la lecture de journaux de synthèse ou d’internet. Allez un peu vous frotter à la réalité du terrain et prendre quelques baffes. Cela forme le caractère bien mieux que la théorie livresque et scolastique.

    Bien cordialement,
    Claude

  24. jany dit :

    Dans Public Senat
    Borloo : « L’UDI va sauver la France »

    Borloo risque de se sauver avant…

    jany

  25. Ernest Gransagne dit :

    Auriez-vous changé d’avis avec Borloo « l’enchanteur » Jany ?
    Ernest, le décarbonné par raison et non par dogme.

  26. jany dit :

    Cher Claude,

    Pour le Benêt je pensais sincèrement a vous…
    Je n’ai pas besoin de vos vieux livres, la cave semble être votre domaine…

    Sachez que je ne mets jamais les pieds dans un Café du Commerce et que je ne bois pas de petits blancs…éventuellement des petits noirs a la maison…

    Je le vois dans votre façon de vous exprimer en général et dernièrement avec notre ami Zwartepiet, vous semblez avoir de gros problèmes de communication.
    Sachez que nous ne sommes pas responsables de votre manque de réussite…Vous attendiez quoi au juste de la vie ?

    Bien cordialement,

    jany

  27. jany dit :

    Merci a notre ami Zwartepiet

    Son commentaire est très clair…
    Le monde devra choisir entre une économie de « flibustiers » ou une économie plus responsable.

    Claude nous raconte la même histoire, celle qu’il s’est racontée pendant toute sa vie professionnelle et qui a amené l’économie du monde au désastre…

    Combien d’entreprises ont travaille sur l’export a perte…Claude nous racontera que c’est les salaires qui sont trop élevés etc…le même refrain…
    C’est les gestionnaires qui sont responsables, pas les salaires…

    En tirant tous les salaires vers le bas,sommes-nous surs de trouver l’équilibre ?

    Par contre le choix de la TVA Sociale ou temporairement une TVA +++ serait un bien pour les entreprises et pour les comptes sociaux…

    Être plus compétitif c’est bien, mais le nerf de la guerre économique c’est la gestion plus responsable.

    Bien cordialement,

    jany

  28. jany dit :

    ***Un Homme, un destin…
    Le gris de la fumée s’était mis dans le timbre de sa voix…
    Et le temps de l’impatience frustrée dans les lignes de son écriture…

    jany

  29. jany dit :

    Lu dans Le JDD.

    Le rapport Gallois prévoit « un choc de compétitivité »

    Alors qu’il doit être remis le 5 novembre à François Hollande, le rapport Gallois propose « un choc de compétitivité sur deux ou trois ans de 30 milliards » d’euros, selon Le Figaro daté de samedi.

    Le gouvernement récuse déjà le terme, mais le rapport du commissaire à l’investissement, Louis Gallois, fera bien « la proposition d’un choc de compétitivité sur deux ou trois ans de 30 milliards » d’euros, selon Le Figaro daté de samedi, qui cite « plusieurs sources ». Alors que ce document doit être remis le 5 novembre prochain à François Hollande, l’ancien patron d’EADS y prône une baisse des cotisations sociales : 20 milliards seraient ainsi dégagés par une baisse des cotisations patronales et 10 milliards par une réduction des cotisations salariales. Les réductions de cotisations concerneraient les salaires jusqu’à 3,5 fois le Smic.

    Pour financer ces baisses, Louis Gallois proposerait d’une part une « réduction massive de la dépense publique », au-delà des 10 milliards déjà prévus dans le projet de loi de finances actuellement débattu au Parlement. Et d’autre part, une hausse modérée de la CSG et de la TVA, pour « pouvoir être supportée par les ménages ». Le rapport sur la compétitivité proposerait également « une nouvelle fiscalité écologique sur le diesel ».

    Pour faire accepter ces mesures par les syndicats, Louis Gallois suggérerait de leur donner une voix délibérative dans les conseils d’administration des entreprises et de lancer une grande négociation sur la compétitivité. « Si l’information devait être confirmée, nous sommes tout à fait favorables à une baisse importante du coût du travail », a réagi vendredi soir à l’AFP la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME), à la lecture de l’article du Figaro. La plus grande organisation patronale de France, le Medef, n’a pas souhaité commenter les informations du journal.
    Réunion ministérielle dès lundi

    En revanche, les conclusions de Louis Gallois montrent que « François Hollande se retrouve pris à son propre piège », a réagi le secrétaire général de l’UMP Jean-François Copé, dans un communiqué. « Quelle cruauté pour François Hollande de voir un rapport, commandé par son Premier ministre, donner raison à l’UMP et lui recommander de faire exactement l’inverse de ce qu’il fait depuis son élection », a-t-il commenté.

    « Plus les jours passent et plus Louis Gallois s’attend à ce que les conclusions que l’on tirera de son rapport soient édulcorées », écrit cependant Le Figaro. Mardi sur Europe 1, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a dit préférer les termes de « stratégie » et de « plan d’ensemble » ou encore de « trajectoire de la compétitivité », à celui de « choc de compétitivité ». Vendredi, François Hollande a également pris ses distances avec le rapport à venir, expliquant qu’il « engageait son auteur », mais « pas le gouvernement, pas le président de la République ». Il doit « aider à prendre les décisions », « il y aura sûrement beaucoup d’éléments à reprendre de ce rapport », a néanmoins estimé le chef de l’Etat, en marge du sommet européen.

    Vendredi soir, Matignon a annoncé que Jean-Marc Ayrault recevrait plusieurs de ses ministres pour des « réunions de travail sur la compétitivité » lundi après-midi et vendredi matin. « A l’issue de la réunion (du lundi), Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, s’exprimera devant la presse », ont ajouté les services du Premier ministre.

  30. Claude dit :

    Jany,

    Ce ne sont pas les salaires qui sont trop chers mais les charges !

    Le benêt c’est vous avec vos citations du Reader digest et vos copier/coller des sites des quotidiens sur internet (mais au moins là c’est rédigé dans un bon français). Un ignorant qui se prend pour Confucius et qui n’est même pas accepté par ses voisins.

    Si vous compreniez ce que vous lisez vous verriez que Louis Gallois dit à peu près la même chose que moi.

    Cordialement,
    Claude

    PS – désolé, les seuls bouquins d’économie politique à votre portée sont des manuels du BEP que, n’enseignant plus, je n’utilise plus et que j’ai rangé à la cave. Ceux de ma bibliothèque ne sont pas pour les nuls (j’ai étudié dans les Barre puis, plus tard, les Flouzat dont vous ne comprendriez même pas l’abstract et vous écririez à l’éditeur pour corriger ce qui y est dit).

  31. jany dit :

    Ernest,

    En lisant les billets de chacun, même en diagonal, vous auriez du lire qu’il y a longtemps que j’ai jeté l’éponge avec cet homme qui ne semble pas aller au bout du chemin…

    Nous n’en serions pas la aujourd’hui, s’il avait su prendre les décisions politiques nécessaires…

    Maintenant, il nous raconte que son groupement va « sauver la France »…
    Ce qui nous attend: de grandes annonces et peu d’actions significatives…

    Je ne me renie pas…Il y a deux ans et plus, j’attendais qu’il fasse bouger la Droite dans le bon sens…
    Vous connaissez la fin de l’histoire…C’est l’outsider qui a gagne…

    Bien cordialement,

    jany

  32. jany dit :

    Cher Ernest,

    Si vous ne m’entendez pas m’exprimer sur le carbon et sa taxe, c’est tout simplement car je n’y crois pas…

    Oui a une meilleure gestion des déchets, a mieux comprendre les process de production pour éviter les rejets trop toxiques, a continuer a baisser la consommation des moteurs sans se priver de ce fabuleux moyen de locomotion qui permet a l’homme d’avoir un sentiment de liberté…

    En France, « j’ai le sentiment » que nous sommes dans un autre monde avec quelques pays occidentaux…En Asie, les voitures ne sont pas un tabou, il y en a partout, plus que dans notre métropole et pourtant les asiatiques n’en font pas un drame…

    Le progrès est de mieux comprendre notre environnement, en le respectant, tout en permettant a notre monde de se développer en harmonie.

    ***Une anecdote, Carrefour fait sa publicité en ne donnant plus de sacs plastiques a la caisse, déjà depuis plusieurs années en France, ici c’est nouveau…
    Par contre tous les emballages plastiques pour les fruits, les légumes, les bouteilles de thé, d’eau minérale, etc…continuent a être distribue…

    Il y a un marche du déchet les cartons 1000 roupies le kilo, les plastiques 1500 roupies, la ferraille 3000 roupies,les bouteilles de verre, le cuivre 45000 roupies…tout se vend…
    Certains vivent de cette activité, d’autres bouclent leur fin de mois, cela peut représenter un apport conséquent.

    Bien cordialement,

    jany

  33. Jacques D'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Cher Monsieur le Premier Ministre,

    « Venu s’exprimer au congrès de la Mutualité française à Nice, le chef de l’Etat a prôné une « nouvelle politique de santé », se fixant comme première priorité  » l’accès de tous aux soins ». »

    Certes, le projet est ambitieux, mais nous allons enfin ouvrir un dossier qui reste très poussiéreux dans de nombreux domaines. Un dossier important que de nombreux français souhaitaient que l’on ouvre depuis bien longtemps et qui ne devrait pas les laisser insensibles, nous sommes tous concernés de haut en bas, plutôt de bas en haut.

    J’espère que l’ouverture de ce dossier ne sera pas seulement superficielle, cela a trop duré, l’on se doit d’aller au plus profond des choses pour gommer de nombreux dysfonctionnements qui ne manquent pas. J’en ai souvent parlé dans de nombreux billets avec des arguments fondés, mais tout cela est resté vain.

    L’opposition se doit d’être présente dans ces débats et le faire de manière constructive pour le bien de tous et non pas pour essayer de préserver quelques rustines posées ici et là par de précédents gouvernements, savoir conserver ce qui est bon et abroger ce qui ne l’est pas. Le pneu de notre système de Santé a besoin d’être rechapé complètement pour le bien de tous, pour l’intérêt général.

    En outre, j’ose espérer que ce dossier permettra à tous les français de se réunir, hors de tous clivages, laissant de côté de nombreux intérêts personnels, nous avons besoin de règles égalitaires dans ce domaine. C’est ainsi que nous parviendrons à sauver notre système de santé, à l’améliorer, à le préserver et sans aucun doute à réduire les déficits de la Sécu.

    Agissons pour le bien de tous.

    Amitié

    Jacques

  34. emmanuel dit :

    La France en Faillite, c’est l’héritage de 30ans de gouvernance UMPS.
    Vous pouvez continuer à vous voiler la face, mais 5ans de Sarkozysme et la France est en Ruine. Aucunes réformes structurelles n’ont été engagées.
    Plutôt que la loi TEPA il fallait recouvrer un certain équilibre budgétaire.
    5ans de combines, et de petits arrangements entre amis du même clan. Dixit l’usage qui a été fait du grand emprunt.
    5ans sans refondre notre fiscalité dont le rendement est ultra négatif.
    5ans sans remettre en cause les 35heures.
    5ans à virer des petits fonctionnaires, tout en conservant tel quel l’ENA et son cortège de Hauts Fonctionnaires surpayés et incapables d’insuffler le moindre projet.
    Jean Pierre Jouyé est le digne représentant de cette caste.
    Et le sauvetage du secteur automobile, parlons-en un peu de ce fiasco de plus de l’ère Sarkozy dans la SarkHolande…
    Le choc de compétitivité ceux sont les jeunes qui ‘l’insuffleront avec de nouveaux projets dans ce nouveau monde dans lequel nous rentrons malgré vous.
    Vous vivez dans un monde qui n’existe plus, et dont nous allons devoir apprendre à faire le deuil. Ce qui représente un formidable défi pour tous ceux qui ne sont pas rentiers, et souhaitent se bouger et aller de l’avant.
    Les jeunes sont porteurs d’avenir dans ce monde là.
    Hors ces jeunes vos rentiers et votre économie de rentes souhaitent par-dessus tout, les conserver dans un Etat de précarité total.
    Dans une semaine je pars en Angleterre malgré la pseudo récession dont le nuage ce serait arrêté avant les frontières de votre France.
    J’ai été recruté par une PME Anglaise.
    Et je quitte une PME Française de 25 personnes dont la totalité du fond de roulement n’est plus constituée que d’aides publiques financées avec des impôts, et des taxes, et des allégements de charges tellement nombreux que cela donne le vertige à quiconque sait utiliser la touche moins d’une calculatrice. Et dans cette PME tous les jeunes sont en CDD ou en Stage…

    5ans de Sarkozysme après 12ans d’alternance Juppé, Jospin, Raffarin, De villepin et la France est en ruine.
    Vous portez la responsabilité de cette faillite. Vous avez été aux affaires.

    Et par rapport aux caisses complémentaires cadre qui se vident à vitesse grand V, il ne reste plus qu’à pressurer encore plus le citron de ma génération. Hors de question de toucher à la rente de ceux qui ceux sont gavés avec votre clientélisme fiscal.

    Tout ceci constitue l’échec d’une génération politique qui continue à jouir malgré tout, des fastes des palais de la République. Dont les ors sont payés par nos impôts. Tout du moins par ceux qui payent effectivement des impôts. Ce qui n’est pas le cas de tous nos élus dont les frais de représentation ne sont pas imposables (à raison de plusieurs dizaines de milliers d’Euros pas tête de petit vassal d’une Certaine Monarchie).
    Le fait est que ceux qui veulent s’en sortir partent: jeunes, ou moins jeunes.
    Votre France c’est tout juste la pente Espagnole et Grecque qui l’attend.
    Et ne comptez pas sur ma génération pour écoper la cale de votre Titanic.
    A présent c’est chaque génération pour sa gueule. Modèle que vous avez construit en 30ans.
    Pour réformer la France il faut avant tout se débarrasser de votre Génération Politique. Ce qui n’est pas demain la veille. A 65ans vous espérerez sans aucun doute vous accrochez à votre petit train de Sénateur pendant encore 20ans (ou plus).
    Alors et bien je vous souhaite un bon naufrage dans votre Titanic. Vous êtes l’un des violonistes d’un orchestre sur le pont qui jouent la Symphonie Pathétique.
    Encore un commentaire que vous censurerez sans aucun doute. Ce qui vous permet de croire encore que vous n’êtes en rien responsable d’une France effectivement à présent en faillite.

  35. Ernest Gransagne dit :

    Que dire…. Que Jean-François Copé tient un discours intelligent ? Nous le savons. Qu’il fait preuve d’une parfaite maitrise de ses propos face à la brochette de gauche toujours très en pointe chez Rouquier ? Nous le savons. Qu’il est brillant, qu’il a fait ses preuves, que c’est un constructeur qui écoute, qui aime les gens, qui veut faire une bonne Europe, une meilleure France ? Nous le savons.

    Oui, Jean-François Copé est quelqu’un de bien, nécessaire à la France.

    L’entreprise de démolition permanente, bien alimentée par les médias est le résultat du laxisme de notre démocratie. La dictature des médias est désormais bien ancrée.

    Comment s’appelle t-il le petit nouveau qui a remplacé Pulvar dans « On n’est pas couché » sur la 2 samedi soir ? Il ne dépareille pas, ostracisme, sectarisme, bien dans le moule, un brushing parfait, mignon tout plein, mais qui perd ses nerfs facilement et qui est…. bête, mais bête…. bon-dieu qu’il est bête. Il n’y a que lui pour ne pas s’en rendre compte.

    Bravo monsieur Copé. Attaqué comme vous l’êtes prouve que vous êtes sur le bon chemin.

    Mais je me répète…

    Ernest

  36. Alain Lavallée dit :

    Cher Jacques d’Hornes,

    par vos voyages au long cours vous connaissez mieux que moi la francophonie. Pas de doute que les lycées et Alliance Française y ont joué et y jouent un rôle structurant, et ce davantage peut-être aux confins de celle-ci , comme vous le décrivez dans le cas de Madagascar.

    Le récent Sommet de la Francophonie a confirmé les orientations qui s’y dessinaient en réaffirmant la volonté de se préoccuper des enjeux environnementaux (développement durable), de donner forme à un milieu d’échange économique plus soutenu (basé sur une nouvelle stratégie numérique), et de mettre de l’avant des pratiques encourageant la promotion et la défense de la langue française (volet déjà entrepris sous les initiatives et efforts du premier ministre Raffarin ces dernières années)

    http://www.francophonie.org/Pour-une-politique-integree-de.html

    Puisque le tout se déroulait au RD Congo, il a beaucoup été question de « gouvernance démocratique » et l’importance d’une telle gouvernance a été rappelée.

    Le prochain Sommet , celui de 2014 aura lieu au Sénégal.

    Amicalement,

    Alain Lavallée

  37. Carole dit :

    Zwartepiet,

    Tourner en rond,les ronds-points, allez jusqu’au bout au lieu de faire un amalgame entre entrepreneurs, politiques, rentiers ou que sais.je !
    Vous connaissez le prix d’un rond-point ? Vous savez que ce type d’infrastructure rapporte aux fonctionnaires locaux un bout de gras (prime) ? Vous savez aussi, sûrement, que ce type de « construction » est avantageux pour les primes dans les collectivités ? Et puis cher Zwartepiet, les ronds-points, c’est encore de la subvention. Soyez honnête, ce n’est pas à l’image des entrepreneurs francais. Vous les insultez avec votre comparaison ridicule.

    Vous avez dû lire entre les lignes le post de Claude. Incompréhension due à une lecture rapide…….

    Alors maiintenant on va arrêter votre petit jeu de gueguerre immature entre entrepreneurs/rentiers/héritiers. Cela en devient lassant. Nettoyez votre longue vue ou pénétrez dans ce monde, mais surtout, surtout n’en parlez pas sans connaissance de cause.

    Vous avez naturellement une nature suspicieuse. Nom de dious, quand on regarde la situation francaise en charpille,pas besoin en plus de mettre du sel sur le feu !
    Vous prenez vraiment les francais pour des ploucs, des ignares, des niais…… OK ceux qui ont voté Hollande, pourraient avoir cette étiquette, mais franchement votre analyse de ceux qui construisent la France est digne de journaleux à l’avis parcellaire !

  38. Jean-Pierre Raffarin dit :

    Comme Jany, j’ai le sentiment que le rapport Gallois, dont je n’ai lu que des extraits, contient quelques bonnes idées et, surtout, affiche une vraie lucidité.
    jpr

  39. jany dit :

    Cher Claude,

    Je ne m’appelle pas Claude, celui qui a fuit après son installation dans la vienne et qui est reparti se réfugier chez maman de Rouen.

    De mon cote j’affronte, je reste droit et je trouve un chemin…

    Voyez vous ne me connaissez pas, je suis autant entrepreneur que vous et je gagne..

    Ce que vous écrivez aujourd’hui, il y a longtemps que nous l’avons formule sur ce Carnet.
    Malheureusement, vous n’aimez pas les gens qui vous font de l’ombre.

    Retrouvez Claude, ce que vous écriviez sur les gens de la Vienne avant votre fuite misérable,ce jet de l’éponge, cette peur d’affronter…Ne dites pas après cela que vous étiez un entrepreneur, je ne le croirais pas..

    Je prends des risques « moi » pas « vous »

    Bien cordialement,

    jany

  40. jany dit :

    Claude,

    Vous écrivez:
    « Un ignorant qui se prend pour Confucius »
    En parlant de Confucius vous montrez votre plein désarroi et votre CONFUSION…

    Rétablissez-vous vite en prenant une tisane…

    Bien cordialement,

    jany

  41. jany dit :

    Monsieur le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin,

    Vous ecrivez:
    ***Comme Jany, j’ai le sentiment que le rapport Gallois, dont je n’ai lu que des extraits, contient quelques bonnes idées et, surtout, affiche une vraie lucidité.
    jpr***

    L’interet du « copie / colle  » c’est de mettre en valeur les idées du temps sans pour cela courir de droite a gauche pour s’informer.

    Le rapport Gallois a une importance car il va faire tomber les masques en posant les questions et en donnant des débuts de réponses…

    Aujourd’hui, la situation de la France nous demande d’être plus responsables, nous devons trouver des réponses a la crise maintenant pas demain, ni en 2017…

    Souhaitons que le gouvernement et le Chef de l’État en prennent conscience…

    Le rapporteur dit:
    « Pour financer ces baisses, Louis Gallois proposerait d’une part une « réduction massive de la dépense publique », au-delà des 10 milliards déjà prévus dans le projet de loi de finances actuellement débattu au Parlement. Et d’autre part, une hausse modérée de la CSG et de la TVA, pour « pouvoir être supportée par les ménages ». Le rapport sur la compétitivité proposerait également « une nouvelle fiscalité écologique sur le diesel ». »

    ***La réduction massive de la dette publique doit être prise au sérieux mais il faut du temps pour qu’elle ait un effet.
    Hausse modérée de la CSG, mais surtout la TVA Sociale et même une TVA+++ temporaire pour répondre rapidement a la crise…
    Quand nous parlons de crise, c’est la dette, c’est l’Euro, c’est la défiance des marches, c’est la crise dans la gestion…c’est la mise en place de l’harmonisation fiscale…etc.
    La crise est globale…C’est une révolution dans les consciences..
    .
    Devant un tel bouleversement nous devons rester humbles dans nos réflexions…
    Nous sommes devant une crise de civilisation…

    Le rapporteur dit aussi:
    « Pour faire accepter ces mesures par les syndicats, Louis Gallois suggérerait de leur donner une voix délibérative dans les conseils d’administration des entreprises et de lancer une grande négociation sur la compétitivité. »

    ***Ne parle-t-on pas depuis des années sur ce Carnet de la représentativité et du droit au chapitre ?

    La Gauche, poussée dans ses retranchements, ne risque-t-elle pas de faire avancer le débat sur la représentativité et le droit au chapitre ?

    Nous avions appelé a une grande politique industrielle, il y a eu les états généraux de l’industrie…et depuis…

    Tout cela fait partie d’une grande politique « Humaniste de Progrès », prendre son destin en main dans une grande réflexion collective…

    J’aurai tant voulu qu’un homme de Droite en soit porteur, NS n’a pas su, il y a d’autres leaders, comprendront-ils qu’il y a un chemin extraordinaire pour le développement des valeurs, le développement des consciences, le développement d’une société plus confiante, plus dynamique.

    ***Je ne sais faire que des « copies / colles »,
    Mais les leaders pourraient peut-être en faire un message, ou en structurer la vision pour demain…

    Inachevé,

    Bien cordialement,

    jany

  42. jany dit :

    ***Monsieur le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin***

    Vous ecrivez:
    ***Comme Jany, j’ai le sentiment que le rapport Gallois, dont je n’ai lu que des extraits, contient quelques bonnes idées et, surtout, affiche une vraie lucidité.
    jpr***

    L’interet du « copie / colle  » c’est de mettre en valeur les idées du temps sans pour cela courir de droite a gauche pour s’informer.

    Le rapport Gallois a une importance car il va faire tomber les masques en posant les questions et en donnant des débuts de réponses…

    Aujourd’hui, la situation de la France nous demande d’être plus responsables, nous devons trouver des réponses a la crise maintenant pas demain, ni en 2017…

    Souhaitons que le gouvernement et le Chef de l’État en prennent conscience…

    Le rapporteur dit:
    « Pour financer ces baisses, Louis Gallois proposerait d’une part une « réduction massive de la dépense publique », au-delà des 10 milliards déjà prévus dans le projet de loi de finances actuellement débattu au Parlement. Et d’autre part, une hausse modérée de la CSG et de la TVA, pour « pouvoir être supportée par les ménages ». Le rapport sur la compétitivité proposerait également « une nouvelle fiscalité écologique sur le diesel ». »

    ***La réduction massive de la dette publique doit être prise au sérieux mais il faut du temps pour qu’elle ait un effet.
    Hausse modérée de la CSG, mais surtout la TVA Sociale et même une TVA+++ temporaire pour répondre rapidement a la crise…
    Quand nous parlons de crise, c’est la dette, c’est l’Euro, c’est la défiance des marches, c’est la crise dans la gestion…c’est la mise en place de l’harmonisation fiscale…etc.
    La crise est globale…C’est une révolution dans les consciences..
    .
    Devant un tel bouleversement nous devons rester humbles dans nos réflexions…
    Nous sommes devant une crise de civilisation…

    Le rapporteur dit aussi:
    « Pour faire accepter ces mesures par les syndicats, Louis Gallois suggérerait de leur donner une voix délibérative dans les conseils d’administration des entreprises et de lancer une grande négociation sur la compétitivité. »

    ***Ne parle-t-on pas depuis des années sur ce Carnet de la représentativité et du droit au chapitre ?

    La Gauche, poussée dans ses retranchements, ne risque-t-elle pas de faire avancer le débat sur la représentativité et le droit au chapitre ?

    Nous avions appelé a une grande politique industrielle, il y a eu les états généraux de l’industrie…et depuis…

    Tout cela fait partie d’une grande politique « Humaniste de Progrès », prendre son destin en main dans une grande réflexion collective…

    J’aurai tant voulu qu’un homme de Droite en soit porteur, NS n’a pas su, il y a d’autres leaders, comprendront-ils qu’il y a un chemin extraordinaire pour le développement des valeurs, le développement des consciences, le développement d’une société plus confiante, plus dynamique.

    ***Je ne sais faire que des « copies / colles »,
    Mais les leaders pourraient peut-être en faire un message, ou en structurer la vision pour demain…

    Inachevé,

    Bien cordialement,

    jany

  43. jany dit :

    Les défauts d’une femme

    Quand on voit les défauts d’une femme, c’est peut-être les prémices d’un désamour ou tout simplement qu’elle a de réels défauts..

    J’attends les tomates…

    jany.

  44. Jacques D'Hornes dit :

    Cher Alain Lavallée, bonjour,

    Je vous remercie de votre réponse pertinente et constructive qui rend un peu de sérénité au carnet de Monsieur Raffarin. J’avais lu cet article de l’OIF en date du 14 octobre 2012 que vous référencez. Sa lecture me rassurait quant à la sauvegarde de la langue française à travers le Monde. Malheureusement, force est de constater que la réalité du terrain est toute autre pour diverses raisons dans certains endroits et l’on s’en aperçoit en lisant l’article du 17 octobre que je citais.

    Avec la fermeture de ce lycée français à Diego-Suarez, principal vecteur de la langue française depuis le départ des troupes françaises du Nord de Madagascar, c’est à nouveau un coin de France qui s’en va, comme il s’en est allé dans bien d’autres pays, en Asie par exemple. Pour l’instant la langue française y est encore bien implantée en raison d’une forte présente française dans les environs de Diego-Suarez, bien souvent d’anciens militaires qui s’y sont mariés et s’en sont retournés sur les lieux d’origine de leurs épouses, mais ça ne durera pas, au mieux encore une ou deux décennies, dans la mesure où le français ne sera plus enseigné dans la moindre école de cette ville. Le nom de la ville a déjà retrouvé son nom malgache (Antsiranana), bientôt la rue Colbert sera débaptisée et portera le nom d’un illustre homme d’Etat malgache (peut-être celui de Philibert Tsiranana, ancien Président déchu et décédé mais qui fût un grand francophone), on parlera peut-être encore français dans quelques demeures par respect d’un ascendant, mais ça s’arrêtera là…

    Certes, l’OIF fait preuve de bonne volonté par la voix d’éminentes personnalités très francophones qui défendent notre langue mais ça ne suffira pas, il faut des moyens, notamment pour sauvegarder ce qui existe déjà au plus profond des contrées de ce Monde. Ce sont les petites graines qui font émerger les forêts, et la langue française ne subsistera dans certains endroits du Monde que si on lui permet de se développer ou à défaut de se pérenniser. Je pense qu’il est nécessaire d’appuyer davantage sur le paragraphe 4 de l’article de l’OIF à savoir « Consolider le français comme langue d’accès au savoir pour tous : l’éducation doit rester au cœur de l’action de la Francophonie, et la langue française, demeurer un vecteur majeur pour l’enseignement, la recherche et les sciences ».
    Par le passé, avant la suspension de la conscription en France (1996), existait le service national de la coopération qui permettait à de nombreux jeunes diplômés d’apporter leur concours en effectuant leur service national dans de nombreux pays francophones au titre de la coopération, cela était bien utile dans de nombreux recoins du monde démunis, notamment dans l’apprentissage de notre langue. Je doute que le VSI (volontariat de solidarité internationale), qui existe maintenant, rende les mêmes services dans ce domaine.

    Bien amicalement

    Jacques

  45. Jacques D'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Ça va crescendo ! Quelle mouche vous a piqués ?

    Je ne cite personne pour ne pas commettre d’omissions mais croyez vous que c’est plaisant de voir des gens se déchirer continuellement dans leurs « échanges », ne manquent plus que certains noms d’oiseaux, ça ne saurait tarder…

    Soyez plus respectueux les uns envers les autres, ainsi vous serez beaucoup plus constructifs.

    Que cherchez-vous à faire ? Vous voulez démontrer toutes vos connaissances bien souvent trop théoriques et régulièrement très éloignées des réalités ou dans la pratique. Je peux vous dire que l’idée qui en ressort, c’est que certes vous êtes peut-être instruits mais vous manquez totalement d’intelligence…mais cela ne s’apprend pas dans les livres mais dans l’éducation et dans les relations entre « êtres humains ».

    Certains diront peut-être que je pose en « donneur de leçons », mais c’est ce que je pense.

    Bien cordialement

    Jacques

  46. jany dit :

    Un copie / colle pris sur Le Figaro
    Cela confirme les réflexions de notre ami Jacques que je salue…

    Euronaval 2012 : défense et surveillance des océans
    Les nouvelles activités maritimes pourraient générer 300.000 nouveaux emplois en France d’ici à 2022.

    Mots clés : Défense, Paris, DCNS, Thales, EADS, Astrium
    Par Véronique Guillermard Mis à jour le 22/10/2012 à 09:58 | publié le 21/10/2012 à 18:41
    Le SMX-26, un nouveau concept de sous-marin à roues de DCNS, conçu pour s’approcher au plus près des côtes.

    La 23e édition d’Euronaval, le premier salon mondial du naval (hors plaisance), ouvre ses portes, lundi 22 octobre, pour cinq jours, au Parc des expositions du Bourget à côté de Paris. Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, y est attendu mardi par des industriels soucieux que le naval ne soit pas sacrifié dans la nouvelle loi de programmation militaire 2014-2018. Cela, alors que les marins sont entrés dans une période de renouvellement de leurs forces. La Royale doit prendre livraison de 11 Frégates multimissions furtives (FREMM), un programme partagé entre la France et l’Italie, d’ici à 2022. De Lorient, Jean-Yves le Drian a rassuré en affirmant «la continuité du programme FREMM dans sa durée».
    Des satellites pour veiller sur les navires

    La marine doit, sauf décalage de calendrier, prendre livraison du premier de ses six nouveaux sous-marins nucléaires d’attaque Barracuda en 2017. La modernisation des avions de surveillance Atlantique 2 et un programme de guerre des mines doivent aussi être confirmés.

    Dans ce contexte de budget national sous tension, les industriels se battent à l’international où ils font face à de nouveaux concurrents. Ils se positionnent aussi sur les nouveaux marchés de l’économie maritime. «La France prend de plus en plus en compte l’importance de l’espace maritime dans l’économie, souvent appelé la maritimisation», abonde Bernard Planchais, directeur général délégué de DCNS, leader européen du naval militaire. «La mer et ce qui s’y passe est un élément structurant de la mondialisation», résume Pierre-Éric Pommelet, vice-président de la division systèmes de mission de défense de Thales. «L’économie de la mer pèse 1500 milliards d’euros dont 160 milliards au titre des nouvelles activités comme l’énergie renouvelable ou les biotechnologies. Elles devraient représenter 500 milliards d’euros dans les dix ans à venir. La France doit avoir l’ambition de doubler l’activité maritime en en captant 50 milliards d’euros d’activités et de créer 300.000 emplois», explique Bernard Planchais.

    Cet espace est soumis à des menaces croissantes: terrorisme, piraterie, trafics illicites… Il doit être surveillé et protégé, parfois depuis l’espace, grâce aux satellites. Surveillance, suivi et identification de navires, Astrium, filiale spatiale d’EADS, s’impose comme leader du maritime avec de nombreux services tel qu’OceanWay. Les chantiers navals élargissent leur gamme avec des navires plus petits, moins chers et mieux adaptés. Car envoyer une FREMM lourdement armée de 6000 tonnes pour surveiller une zone côtière, c’est un peu comme utiliser un bazooka pour tuer un moustique. «Depuis trois ans, DCNS a engagé une extension de sa gamme. Nous avons investi sur fonds propre pour développer l’Adroit, un patrouilleur de haute mer adapté à ces missions», explique Bernard Planchais. Des drones et des systèmes de combats y seront intégrés. Et «les besoins sont croissants en matière de radars, capteurs, systèmes optroniques, d’écoute et télécoms, conduite de tir précise…d es domaines où Thales a des solutions», précise Pierre-Éric Pommelet.

  47. Claude dit :

    Bonjour Monsieur le Premier ministre,

    Vous dites : « … le rapport Gallois, dont je n’ai lu que des extraits, contient quelques bonnes idées et, surtout, affiche une vraie lucidité. ».

    Pour le peu que l’on en connait, ce n’est que du bon sens. C’est bien pour ça qu’il va être enterré.

    Bien cordialement,
    Claude

  48. Zwartepiet dit :

    Réponse à Carole re: Vous connaissez le prix d’un rond-point ? Vous savez que ce type d’infrastructure rapporte aux fonctionnaires locaux un bout de gras (prime) ? Vous savez aussi, sûrement, que ce type de « construction » est avantageux pour les primes dans les collectivités ?

    Les ronds-points rapportent surtout aux patrons du BTP dont l’essentiel du travail consistent à éplucher les appels d’offres des pouvoirs publics –explication:

    http://www.google.fr/#hl=fr&sclient=psy-ab&q=%22marches+publics%22+rond-point&oq=%22marches+publics%22+rond-point&gs_l=hp.12…49991.51977.1.53320.2.2.0.0.0.0.65.128.2.2.0…0.0…1c.1.Hz-aTo7a3UU&pbx=1&bav=on.2,or.r_gc.r_pw.r_qf.&fp=ceb19c55d588fa7d&bpcl=35466521&biw=1024&bih=581

    Le lien ci-dessus correspond à une recherche « Google.fr » sur « marchés publics » + rond-point… Mais il n’y a pas que les ronds-points qui font le bonheur des patrons français avides de marchés publics: l’État français alimentant, bon an mal, environ la moitié du PIB de la France (également sous forme de redistribution de revenus aux ménages). Loin de moi, cependant, l’idée de stigmatiser la France en particulier: c’est le cas de la plupart des pays industrialisés (OCDE)… Sans les marchés publics –et donc l’endettement nécessaire pour les financer– ce sont des milliers d’entreprises « privées » qui mettraient la clef sous le paillasson!

    Re: Nom de dious, quand on regarde la situation francaise en charpille,pas besoin en plus de mettre du sel sur le feu !

    Haha! Carole, craignez-vous donc la Lutte des Classes?Un retour de… la Révolution Française? Les gueux et les sans-culottes chassant les bourgeois? Ah Ca ira ça ira ça ira… Les aristocrates à la lanterne! Il est clair que, pour la plupart des observateurs avertis de la scène européenne, après les déboires des PIGS… c’est la France qui suscite les plus vives inquiétudes. Si l’Espagne tombe… le prochain « domino » pourrait bien être la deuxième économie d’Europe, à savoir: la France. L’Europe, du moins, son incarnation technocratique échaffaudée depuis les années 1950, n’y survivrait pas –et on subirait un formidable retour en arrière! Ce sera un peu comme si l’Italie éclatait… pour offrir à nouveau le spectacle pathétique d’un patchwork d’états-cités, de marquisats, de duchés, etc… aussi querelleurs que vulnérables.

    Re: Vous prenez vraiment les francais pour des ploucs, des ignares, des niais……

    Certainement pas… Ce serait plutôt les Américains que je prendrais pour « des ploucs, des ignares et des niais ». Sans doute est-ce dû en partie au fait que je vis en Belgique, un pays au nationalisme et au patriotisme en crise, mais ce que je reprocherais aux Français c’est leur chauvinisme exalté, pour ne pas dire « étriqué ». Cela me frappe encore maintenant, ces images de campagne électorale où l’on voyait, telle une mer déchaînée, une foule de militants agitant des drapeaux tricolores… La France! la France! la France! Cri du coeur, appel incantatoire! Entendue de l’étranger, cette « formule magique » semble avoir perdu son pouvoir…

    Les Américains aussi s’efforcent de se rassembler autour de quelques symboles patriotiques: the Flag, the Bible and the Apple Pie –le Drapeau, la Bible et… la Tarte aux Pommes! Mais il s’agit d’une nation relativement jeune, construite sur des vagues successives d’immigration et vaste comme un continent! En France, une volonté similaire de vouloir, à tout prix, corseter les différentes « communautés » dans un même « discours national » conduit, paradoxalement, au résultat opposé de celui qui est poursuivi: la division des Français. Trop de dirigeants (politiques) se trompent de « pédagogie » vis-à-vis des Français et manquent ainsi de leur dire qu’une bonne et durable harmonie sociale implique un effort d’adaptation de la part des Français de souche! Il ne s’agit pas uniquement d’exhorter les nouveaux venus, les immigrés de fraîche date à se conformer aux us et coutumes d’une France séculaire et monolithique –il s’agit, peut-être encore davantage, d’appeler les Français de souche à faire le deuil d’une France monoethnique et judéochrétienne… cette « France de Don Camillo » que j’évoquais précédemment et qui peine, qui rechigne à s’adapter à sa nouvelle donne démographique.

    Cordialement,
    Zwartepiet

  49. Zwartepiet dit :

    Réponse à Claude re: S’il y avait le plein emploi tout le monde trouverait sa place, y compris les stagiaires. On ne peut pas tendre vers le plein emploi sans prendre au moins les décisions que j’ai indiquées sans rentrer dans les détails. prendre un (vrai) stagiaire c’est un investissement, ça coute cher, ça ne rapporte jamais rien. Quel intérêt d’investir dans des stagiaires si on n’a pas de perspective d’embauches ?

    C’est le discours galvaudé que nous tiennent les élites nationales depuis les années 1970… Je répondrais simplement par l’argument que je formulais déjà dans le message suivant:

    http://www.carnetjpr.com/2011/07/03/agenda-du-5-au-8-juillet/#comment-15813

    En « footnote » dans le message ci-dessus, je mentionnais un article de USAToday au sujet de la formidable migration socioprofessionnelle interne propre aux Etats-Unis: 50 millions d’Américains –soit 17% de la population totale– se déplacent, chaque année, vers un autre état, en quête d’un meilleur travail…

    Il faut arrêter de se raconter des histoires: l’issue à la crise européenne ne réside pas dans une recette franco-française pour les Français, ibéro-ibérique pour les Portugais et les Espagnols, italo-italienne pour les Italiens, etc. Vous me direz: oui, je sais, c’est le discours des technocrates de Bruxelles qui ressassent le même refrain sur « plus d’Europe, plus de contrôle centralisé budgétaire et bancaire pour la Commission, plus de mutualisation des dettes européennes (eurobonds), etc, etc » Mais moi, j’insiste sur un « plus d’Europe sur le marché de l’emploi », c’est-à-dire tendre vers cet idéal étatsunien de mobilité socioprofessionnelle où, chaque année, 50 à 60 millions d’Européens pourraient, sans entraves, migrer vers un autre pays-membre (de l’UE) en quête d’un boulot qu’ils ne trouvent plus chez eux… Cette mobilité socioprofessionnelle interétatique sur le marché de l’emploi étatsunien explique le faible écart entre l’état au taux de chômage le plus faible (le Dakota du Nord avec 3%) et l’état au taux de chômage le plus élevé (le Nevada avec 11.8%):

    http://www.bls.gov/web/laus/laumstrk.htm

    Il faudrait encore affiner ce tableau statistique en comparant les taux de chômage d’états contigus, par exemple la Californie (10.2%) avec l’Oregon (8.7%) lui-même frontalier de l’état de Washington (8.5%). Nulle part on n’observe aux Etats-Unis ce contraste saisissant entre une Espagne ployant sous un taux de chômage de 25% et frontalière d’une France au taux de chômage de… 10% –soit un différentiel de 15%!

    Comme aux Etats-Unis, la solution au chômage ne consiste pas, pour chaque Etat européen, à « réinventer la roue »:il ne peut s’agir, pour chaque Etat européen, de se doter de sa propre Silicon Valley, de sa propre Motown (Detroit et son industrie automobile) ou de son propre Wall Street… C’est-à-dire qu’à l’instar des Etats-Unis, les différents états européens doivent accepter une « division du travail » entre eux et une spécialisation économique, industrielle, technologique, agricole,… Evidemment, une telle utopie macroéconomique ne se réalisera que si les travailleurs européens eux-mêmes acceptent ce brassage intra-européen. C’est déjà le cas dans le milieu hospitalier –mais avec quelques bloquages corporatistes: médecins étrangers sous-payés pour raison de diplômes non homologués… C’est encore vrai dans le transport routier… Ce ne l’est pas encore dans la fonction publique, les médias,…

    Re: Savez vous bien ce qu’est un rentier ? Il y en a une douzaine de millions en France. C’est, le plus souvent, quelqu’un qui a économisé toute sa vie et qui vit au moins en partie de ses économies.

    Par « rentier » j’entends des individus qui vivent confortablement des revenus de leur capital –disons qu’ils bénéficient d’au moins 3000€ nets de revenus financiers/immobiliers mensuels (par personne, pas par ménage). Ce sont souvent d’ailleurs d’anciens entrepreneurs ou fils/filles d’entrepreneurs qui ont renoncé à la gestion de leur entreprise pour profiter du capital accumulé… On fait donc peur abusivement aux Français lorsqu’on prétend que ces rentiers, fuyant un régime fiscal confiscatoire, quitteront la France avec armes et bagages et… entreprises! Un patron d’une boîte de BTP française qui irait se délocaliser en Suisse aurait ensuite bien du mal pour décrocher des marchés publics français!

    Cordialement,
    Zwartepiet.

  50. Sylviane Valente / De Gregorio dit :

    Bonsoir, Monsieur le Premier Ministre et Cher Jean-Pierre !
    Bonsoir a Tous nos Amis et Amies du Carnet de J. P. – R. !

    Ah, cela faisait si longtemps que je n’avais participe a ma si modeste
    contribution sur ce carnet ! … Cela m’a beaucoup manque, mais plus
    Le temps passait et moins je n’osais m’y remettre !

    Ceci étant, je n’ai pas cesse de vous lire, Tous et Toutes, et pas
    seulement en diagonale, intégralement, toujours !…..

    Et je dois dire ici : MERCI BEAUCOUP a certains – certaines d’entre vous,
    Et plus particulièrement a Jany de prendre la peine de retranscrire, in extenso,
    Les interviews de notre Cher Premier Ministre, et autres interventions sur les divers médias,
    Qui sont inaccessibles pour moi et d’autres, pour diverses raisons !…..
    ou nous proposer des liens sur des sujets qui nous intéressent Tous et Toutes,
    mais qui avaient pu nous échapper !

    Oui, Re-Merci, Jany et surtout, surtout : continuez !…

    J’enchaine sans transition sur un sujet qui m’a mise TRES en colère depuis
    Le début de la campagne pour l’élection de notre futur President a l’ U M P,
    Le 18 Novembre prochain !

    J’ai dit, a diverses reprises, ici et ailleurs que, MON CANDIDAT, c’est :
    JEAN-FRANCOIS COPE et que je voterai, en outre, avec Force et Conviction
    Pour la Motion France Moderne et Humaniste soutenue en autres, par notre
    Premier Ministre Préfère, Jean-Pierre RAFFARIN ! C’est acquis depuis longtemps, déjà !…

    Mais je n’accepte pas que, le Premier Ministre de Nicolas SARKOZY durant toute la
    durée du quinquennat se présente a l’élection de la Présidence de l’ U M P, pour 3 ans,
    et pour laquelle il est un candidat non seulement légitime, mais qui pourrait en Etre le vainqueur,
    se présente donc, disais-je :

    avec le drapeau Bleu, Blanc, Rouge de la France en toile de fond, comme S’il était déjà Elu (pas
    seulement : President de l’ U M P, mais plus fort et plus haut : President de la République !)

    C’est TOTALEMENT INADMISSIBLE ! Comment a t’il pu oser ?

    On peut dire qu’il a bien annonce, la couleur ! Le message qu’il souhaite faire passer aux militants -
    Electeurs de l’ U M P mais aussi a Tous les Français et Françaises :  »le President, c’est Moi ! »

    J’ai été TRES choquée par ce choix de campagne et suis TRES étonnée que cette regrettable
     »erreur de com » n’ait pas suscite de réactions en masse émanant de l’équipe de J. F. COPE !

    Bien a Vous, Chers Amis, Chères Amies du Carnet de J. P. – R.

    Toujours TRES Fidèlement a Monsieur le Premier Ministre et Cher Jean-Pierre !

    Sylviane

  51. Claude dit :

    Cher Jany,

    Vous dites : « En Asie, les voitures ne sont pas un tabou, il y en a partout, plus que dans notre métropole et pourtant les asiatiques n’en font pas un drame… ».

    Méfiez vous des apparences. La circulation animée au milieu d’une vie encore plus animée comme on l’aime dans nos voyages exotiques peut tromper un observateur non averti (j’adore l’animation des villes asiatiques que je n’ai vraiment retrouvé qu’à Madagascar où il n’y a pourtant que 7 véhicules particuliers pour 1000 habitants mais sans doute tous au même endroit au même moment).

    Le taux de motorisation de l’Indonésie est de 40 véhicules par millier d’habitant (y compris celles des expatriés). C’est 3 fois moins qu’en Thaïlande (135/1000) quand il y en a 313 en Malaisie. Mais c’est mieux qu’en Chine où il y en a que 34/1000. L’Europe est mieux motorisée que les EU (439/1000) quand la France en a 496/1000 assez loin derrière le Luxembourg (666/1000). Les pays où la population est plus âgée sont généralement mieux dotés à niveau de vie comparable (normal, les moins de 18 ans ont rarement leur propre voiture).

    Le Japon (454) et dans une bien moindre mesure la Corée (267) qui ont des parcs comparables aux nôtres sont comme nous attentifs à la consommation d’hydrocarbures d’abord pour des raisons d’approvisionnement et aussi pour préserver la qualité de l’atmosphère que nous respirons (indépendamment du CO2 qui est le gaz le plus inoffensif pour la santé).

    Avant que la pollution automobile soit un problème chez vous en particulier et en Asie en général, il faudra encore vendre pas mal de voitures. Pour l’approvisionnement en pétrole je ne crois pas que votre pays soit concerné rapidement.

    Faites quand même attention quand vous traversez la rue parce que malgré un parc automobile famélique, ils arrivent à tuer 60.000 personnes tous les ans sur les routes d’Indonésie, ce pays où il n’y a pas de violence.

    Bien cordialement.
    Claude

  52. Carole dit :

    Zwartepiet,

    Comme vous, je n’ai pas le temps de peaufiner mes posts avec du gras, de l’italique…..

    J’avais écrit également, ce que vous avez oublié de reprendre :
    # Et puis cher Zwartepiet, les ronds-points, c’est encore de la subvention.#
    Depuis le temps que vous me lisez, vous savez ce que je pense des subventions, qui ne sont ni plus, ni moins que de l’argent public. L’argent public, c’est le contribuable.
    Un petit lien qui date de 2007 et nous sommes en 2012, immaginez l’argent PUBIC déversé !
    http://www.01men.com/editorial/339570/rond-point-lexception-francaise/
    Bien sûr que le BTP c’est de l’argent public, vous ne pensiez pas que j’en doutais quand même.

    Je ne la crains pas la lutte des classes, elle est en train d’éclater au grand jour, alimentée par les médias et la Gauche. La stigmatisation permanente des riches, des rentiers, des héritiers, du CaC, des médecins, des « riches » retraités, de ceux qui gagnent + de 4000 E/M, la sémantique « justice sociale » employée à toutes les sauces idéologiques me navre. Les voleurs de pauvres arrivent à leur but.

    Je poursuit + tard.

  53. jany dit :

    Chère Sylviane Valente / De Gregorio,

    Bonjour,

    Ces derniers temps mes pensées étaient pour vous et puis Mélusine, Sedat et bien d’autres qui venaient toujours écrire leurs sentiments sur le Carnet…

    Mon intention était de l’écrire et puis vous êtes la, présente, avec votre charme et votre gentillesse.

    Vous nous parlez de la présentation de la campagne du Premier Ministre de Nicolas Sarkozy, je suis tout a fait en accord avec ce que vous écrivez.
    Le combat politique est souvent de la manipulation, manipulation des électeurs, manipulation des médias, avec toujours un fond de sourire…

    Rares sont ceux qui en voient le mécanisme et la manipulation par les images…

    Je pourrais dire qu’il y a un Bon Dieu…

    Mais chacun a sa chance pour lui, nous souhaitons fort que ce soit Jean-François Cope et puis ce sera peut-être son adversaire qui gagnera…

    Ne nous fixons pas sur cette image, attendons les résultats et puis faisons tout pour que la France et l’Europe soient plus moderne et plus humaniste.

    Vous citez : »la Motion France Moderne et Humaniste soutenue en autres, par notre
    Premier Ministre Préfère, Jean-Pierre RAFFARIN. »
    C’est un chemin d’éveil qui peut permettre a l’UMP de grandir et de retrouver la confiance des français…

    Bien amicalement,

    jany

  54. jany dit :

    Cher Claude,

    Ce que vous écrivez est sensé encore faudrait-il lier les chiffres avec les infrastructures routières et les chiffres des populations concernées…surtout dans des villes comme Jakarta, Bangkok…

    Un exemple vous parlez du chiffre de 40 pour l’Indonésie, il est de 150 pour 1000 a Jakarta…

    On dit aussi que Jakarta ne serait pas Jakarta sans son trafic…

    Vous parlez de la violence routière, elle est partout, même en France…
    Les raisons du chiffre important de l’Indonésie viennent surtout du manque d’écoles de conduite, la plupart des automobilistes obtiennent leur permis de conduire après un petit test.
    En France les écoles de conduite font un travail remarquable.

    Il y a un marche formidable pour la voiture en Indonésie, nous voyons de plus en plus de grosses cylindrées briller sur les routes…C’est un symbole de réussite sociale.

    Exemple en France
    La Clio est de 7640 Euros +++
    La Peugeot 206 est de 9859 Euros +++
    La Citroen C3 est de 11782 Euros +++
    ***Ces valeurs ne sont qu’indicatives

    Par contre une petite Honda Jazz en Indonesie vaut 20000 Euros…
    Les prix montent très vite pour les grosses cylindrées…

    Ce que je veux dire au travers mes exemples, c’est que en Indonésie les voitures sont chères et pourtant elles restent des objets convoites..
    Avant d’acheter une maison, les gens achètent des voitures…

    Le trafic n’est pas un problème pour les familles, l’important est de pouvoir sortir le soir et de regarder briller la ville surtout la ou il y a du monde…

    Bien cordialement,

    jany

  55. Carole dit :

    Toujours pour Zwartepiet,

    Suite Lutte des classes. Vous parlez des PIGS. Alors là totalement d’accord avec vous ! Quand vous lisez ou écoutez d’autres médias que les francais, on n’hésite plus depuis quelques mois à prononcer le nom de la France en tête des pays du Sud. Un pays qui n’a d’autre solution que de stigmatiser le capital, que d’égorger ses contribuables, qui ne comprend rien à l’économie, qui embauche des fonctionnaires à tour de bras, qui fait croire qu’il réduit ses dépenses publiques (10 Mds, quelle arnaque, ils comptent sur les taux bas et l’intègrent dans leurs calculs bien fumeux), un pays qui joue avec le racisme (arme uniquement politique), un pays qui nous passe (via médias) la misère d’autres pays sans parler de leur ressort business, pour attendrir la masse. Un pays qui veut mutualiser les dettes européennes. Un pays qui ne voit que la BCE comme ultime sauveur………….. est un pays foutu ! J’en aurais bien d’autres exemples.

    Alors OUI, la Gauche réactive la Lutte des classes (nouvelle arme politique) sortie des livres poussiéreux de la IIIe. Ce qu’ils ont oublié, c’est :
    1 Les marchés n’ont ni sentiments, ni émotion. Le blabla est inconnu, c’est bon pour ceux qui se masturbent (lo siento monsieur Raffarin) en parlant culture, racisme, justice sociale et j’en passe à la tv. Que leur Made in France est une foutaise (la mondialisation des échanges ne date pas d’hier). Vous voyez, je ne mixe pas culture et racines avec le business.
    2 Le peuple (vous savez les ignares, ceux qu’on mène par le bout du nez), il va avoir vite fait de se rendre compte en voyant les usines fermer que ce n’est pas l’Etat qui va les nourrir. Ho, on va leur faire croire que ce sont les méchants capitalistes qui les font mourrir. Mais méfiance, le mensonge a des limites. Un smicard, c’est quoi 11 000 E/an pour l’intéressé. Entre 40 et 50 000 E/an pour une boîte. Allez expliquer cela à ceux qui ne regarde que leur revenu mensuel, ils seraient surpris. Et dites-moi, cher smicard, où passe tout cet argent ????

    Bref, je vais vous dire Zwarpetiet, je me demande comment on peut accepter cette politique qui va enterrer la France. Si le peuple va à Versailles (vous comprendrez) pour virer ce gouv, je n »hésiterai pas une seconde.

    ________________________________________
    Re: Vous prenez vraiment les francais pour des ploucs, des ignares, des niais……

    Certainement pas…
    ________________
    Eh bien je ne vous crois pas, relisez-vous mon cher. Vous êtes toujours en train de faire des comparaisons tendancieuses en mélangeant élitisme, industrie, professionnalisme, recherche et intérêts.

    Chauvinisme étriqué : Dites-moi mon ami, avez-vous déjà vécu hors de votre pays d’origine ? Pas avec de petites vacances, mais vivre. Je peux vous assurer qu’ailleurs la fierté du drapeau n’est pas honteuse. Les origines (malgré certaines douleurs historiques) ne sont pas gommées, que l’Histoire est étudiée sans raccourci, Jany pourrait vous le confirmer. Le seul côté étriqué et dramatique de la France est la courte vue et l’idéologie. Vous parlez d’effort d’adaptation des francais de souche. Au nom de quoi ? Cela veut dire que si je viens chez vous, votre maison ne me plaît pas, vos habitudes culturelles aussi, alors je vire tout, sans aucun respect pour vous. Accueillir ne veut pas dire être idiot. En ce qui me concerne, je suis toujours admirative des us et coutumes des autres dans leur pays, et au grand jamais, je ne me permettrai de détruire ce que d’autres ont mis tant d’années à respecter et à construire.
    Faire le deuil, comme vous y allez……… malgré les mouvements générationnels, l’intox, le travail de sape de certains politiques avec l’aide de l’école, je ne vois pas ce jour pour demain.

    Zwartepiet, parfois vous conseillez certaines lecture intéressantes. Je vous suggère de lire #La France aux ordres d’un cadavre. de Maurice Druon#, vous découvrirez qui est le cadavre et le résultat des manipulations politiques que nous vivons aujourd’hui.

    Cordialement.

  56. jany dit :

    Cher Jacques,

    Bonjour,

    Veuillez je vous prie m’excuser pour le spectacle affligeant de deux petits coqs qui se tirent la crête pour savoir qui va pouvoir cocher les petites poules…

    Il arrive que les mots ressemblent plus a ceux d’un charretier que ceux d’un dialogue qui respecte la bienséance…

    Cela fait déjà un certain nombre d’années que beaucoup d’entre nous écrivent sur le Carnet JPR, nous devrions nous connaître et aussi savoir ce que nous avons pu transmettre durant cette période sans devoir nous répéter sans cesse.

    Nous savons tous ce qu’est l’économie, un portefeuille, des valeurs, des profits, une TVA, etc…Nous n’avons pas besoin de cours, par contre il est important de partager, de dialoguer, tout en respectant le mode, la forme de l’expression de chacun.

    Beaucoup de grands patrons n’avaient pas de diplôme au siècle dernier pourtant ils ont su promouvoir leurs entreprises…avec leurs mots, leur enthousiasme, leur idéal…
    Ne soyons pas pédants, prétentieux ou suffisants, ils ont fait plus de chemin que nous !

    La vie est un chemin, nous y trouvons l’amour, l’amitié…ce qu’il reste souvent c’est l’amitié que nous avons su cultiver…

    Le Carnet JPR est un lieu d’accueil, un lieu de rencontre pour dialoguer…Respectons le, et faisons en sorte qu’il devienne un espace d’éveil pour chacun d’entre nous.

    Amitiés,

    jany

  57. Claude dit :

    Cher Zwartepiet,

    1 – Sur la mobilité :

    Je suis comme vous, je trouve que les européens d’aujourd’hui sont trop « immobiles » (pas uniquement géographiquement). Si mon premier boulot, à 17 ans m’a donné envie d’approfondir le droit, l’économie et la gestion que j’avais effleurés à l’école, c’est pendant mon service militaire en Algérie que j’ai pris goût à la prise de risque et au leadership puis c’est dans mon vrai premier job que j’ai appris la compétence et la mobilité et où m’est venu l’irrépressible envie d’imaginer, de créer et d’entreprendre. Cette multinationale de l’informatique m’a formé à toutes les disciplines qui font les commerciaux et les chefs les plus appréciés sur le marché et m’a muté tous les ans ou tous les deux ans à chaque promotion. Cependant, j’ai deux différences avec vous, d’abord je ne parle pas de mobilité, je suis réellement mobile, ensuite je suis pragmatique et je ne compare que ce qui est comparable.

    Si les E-U avaient la même protection contre le chômage que nous, les américains seraient bien moins mobiles puisque leur niveau de vie serait à peu près maintenu là où ils seraient.

    Les européens qui ne bénéficient pas de cette protection sont bien plus mobiles que les autres. Par exemple, les chaumiers hongrois ne chôment pas. Ils viennent travailler en France et ne rentrent chez eux qu’entre deux chantiers. Ils sont sur leur chantier le Lundi pendant que leurs collègues français récupèrent de leur WE. Les grecs, les espagnols et les portugais émigrent en masse soit saisonnièrement soit définitivement vers l’Allemagne et la France (entre autres).

    Les autres européens, bien protégés ont tous beaucoup de mal à se remettre en question ailleurs que là où ils se sont posés, une fois pour toutes.

    Il est facile pour quelqu’un qui ne bouge pas de chez lui de critiquer ses voisins immobiles. Il est idiot pour un décisionnaire politique de vouloir changer les défauts des uns contre les qualités des autres. Il doit faire avec la société qu’il administre qui est diverse et qui est le résultat de centaines d’années d’atavismes « gyroscopiques » et de progrès de confort dont les gens ne veulent pas se passer. Essayez de contrarier un gyroscope, vous comprendrez ce que je veux dire. Le responsable politique doit faire avec le peuple qu’il a. Changer une société est long et difficile voire impossible.

    2 – Sur le capital des investisseurs (que vous préférez appeler « rentiers » par mépris pour les gens plus avisés que vous).

    J’ai sur le capital une théorie simple. Je suis simplement un retraité aisé. J’ai été pauvre, j’ai été riche, j’aurai pu être très riche si j’avais eu tous les talents de mes confrères qui ont commencé comme moi, en même temps que moi, dans le même job que moi, dans les mêmes conditions que moi et qui sont milliardaires. Ce n’est pas de la faute des autres si je ne suis pas milliardaire, c’est la mienne et je n’en éprouve aucune sorte de regret. J’aurai assumé d’être milliardaire avec la même facilité que j’assume celle de ne pas l’être. Cette façon de voir les choses fait que je n’ai jamais eu de problème avec l’argent, surtout celui des autres. Je ne vois pas le capital comme une fin en soi mais comme un moyen. Peu importe à qui il appartient ou qui le détient pourvu qu’il travaille utilement. Il n’y a pas besoin d’être polytechnicien pour observer que le capital est dilapidé par les uns et fructifie chez les autres. Alors quitte à ce qu’il y ait un gardien du capital autant que ce soit le rentier, le capitaliste, celui qui le fera fructifier qui en soit chargé plutôt que l’impécunieux. La collectivité y gagne.

    Alors je pense sincèrement qu’un rentier qui loue ses économies, voire son héritage, aux états ou aux entreprises pour faire marcher l’économie est plus utile qu’un ouvrier, si courageux soit-il, qui consomme chinois, japonais ou coréen. Mais gare à lui, s’il a, par malheur, prêté ses économies à un état impécunieux lui-même et qui dépense à fonds perdus plutôt que d’investir. Car les états aussi devraient être de bons pères de famille avec l’argent qu’ils empruntent pour mettre au bout de celui de leurs contribuables. S’il loue son capital (en fait, son « fonds de commerce ») il est naturel qu’il en vive cela vaut mieux que de le consommer.

    3 – Du dépaysement de certains entrepreneurs.
    Ce ne sont pas les entrepreneurs de BTP qui s’en vont. Vous devriez moins lire les articles américains qui caricaturent les français et qu’adore reprendre le « Courrier international ». Les fabricants de ronds-points sont bien moins nombreux qu’on le dit à New-York même s’il y en a qui croient tout ce qu’on leur raconte pourvu que ce soit bien anti-français. En réalité, vous allez être déçu, nous avons beaucoup plus de cordonniers et d’activités hautement technologiques que de fabricants de ronds-points. Et un atelier de génie logiciel, un laboratoire de recherche, un cabinet d’architecture, ça se déménage en Roumanie ou en Inde aussi facilement que d’aller passer le WE à Deauville. C’est ce qu’avaient fait plusieurs de mes collègues SSII sous Jospin et ils ne sont pas revenus.

    Pour candidater aux appels d’offres des marchés publics français il n’est malheureusement pas nécessaire d’être un résident français. Outre les directives européennes, il y a un certain nombre d’accords internationaux, notamment dans le cadre de l’OMC, qui obligent à traiter les étrangers comme les européens. La seule exigence à avoir est que les candidats soumissionnent en français. Je suis pour que ça change et que, par exemple, l’on puisse ne pas acheter dans un pays qui pratique le protectionnisme unilatéral. Mais c’est peu probable et les rodomontades du matamore Montebourg seront rapidement dénoncées par nos partenaires.

    Venez nous visiter, vous verrez que nous ne sommes pas les abrutis que vous pensez. Mais attention, vous risquez de prendre goût à la bonne vie et de devenir aimable avec nous comme nous aimons l’être avec vos concitoyens, enfin, ceux qui aiment le bon vivre.

    Bien cordialement,
    Claude

  58. Jacques D'Hornes dit :

    Bonsoir à tous,

    Cher Jany,

    Je vous remercie de nous faire part de cet article très intéressant et de rappeler que c’est un sujet que j’ai souvent abordé. Je regrette cependant qu’il faille un événement comme le salon mondial du naval pour s’apercevoir que la « maritimisation » offre de nombreux projets d’avenir surtout pour notre Pays qui dispose d’un vaste espace maritime. Il en fût de même pour l’aéronautique avec l’inauguration de la chaîne d’assemblage de l’A 350 XWB (Airbus) par le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault aujourd’hui à Toulouse. Pourtant ce sont deux domaines dans lesquels nous excellons notamment en technologies de pointe mais effectivement cela coûte cher et il faut des investissements mais quand on voit ce qu’ils peuvent nous apporter, je pense qu’il n’y a pas à hésiter mais il ne faut en aucun cas dissocier le développement de l’activité maritime et notre Défense et en particulier notre Marine Nationale qui doit assurer la protection de notre littoral.

    Il y a plus d’un mois, les 10 et 11 septembre quand s’étaient déroulées les Universités de la Défense à Brest, j’avais déposé plusieurs billets sur ce sujet mais compte tenu du faible intérêt qu’ils avaient suscité, je n’avais pas insisté, pourtant ils permettaient de larges discussions. Vous en faites à nouveau état, je vous offre quelques compléments d’information sur le sujet et notamment ce compte-rendu de l’Atelier « Les enjeux de la maritimisation ». (Suite de mon billet après ce compte-rendu).

    [Compte-rendu de l'Atelier "Les enjeux de la maritimisation"

    Intervention de Jean-Louis Carrère, Sénateur des Landes, Président de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées

    Le Président se félicite dans un premier temps que cet atelier porte sur le groupe de travail de la Commission consacré à la maritimisation. Ce thème est en effet incontournable et mérite d’être traité à sa juste mesure dans une logique d’anticipation et de réflexion sur le prochain Livre blanc. Jean-Louis Carrère salue à cet effet les efforts réalisés par les Sénateurs membres de ce groupe de travail. Il rappelle également que ces groupes sont composés de parlementaires de divers bords politiques, certains sujets dépassant les clivages partisans. D’ailleurs, en reprenant les paroles de son prédécesseur, le président Josselin de Rohan, Jean-Louis Carrère rappelle que le Sénat est « une assemblée où l’on s’écoute sans nécessairement s’invectiver ». C’est cet esprit qui doit guider la refonte du Livre blanc afin d’entamer l’examen de la prochaine loi de programmation. Et l’Université d’été de la Défense y contribuera. Il est important de clarifier le contexte international ainsi que nos objectifs et les moyens que nous pouvons et voulons y consacrer. Malgré l’état des finances publiques, la défense ne doit pas être une variable d’ajustement car elle est un atout pour le pays, pour sa sécurité, mais aussi pour son économie. Cet atelier doit l’illustrer.

    Intervention de Jeanny Lorgeoux, Sénateur du Loir-et-Cher, Membre de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées

    Le Sénateur précise que l’enjeu de cette rencontre est avant tout de poursuivre la réflexion et d’engager un dialogue dans le but d’enrichir les travaux en cours du groupe de travail sur la maritimisation. Il souhaite donc partager certaines interrogations du groupe avec l’auditoire.
    Il est vrai que la mondialisation s’est traduite par la montée en puissance des enjeux maritimes présentant ainsi une réelle opportunité pour la France, dont l’espace maritime est le deuxième au monde par sa superficie. La valorisation de cet espace maritime nécessite à la fois le développement d’acteurs industriels, d’infrastructures ainsi que la sécurisation des océans.
    Malgré ce constat, certaines questions demeurent :
    • La France dispose d’une zone maritime vingt fois supérieure à sa superficie terrestre, mais, elle en a ni connaissance exhaustive ni une maîtrise totale tant cet espace est immense. Comment y remédier ?
    • Les entreprises tirant profit de cette maritimisation peuvent-elles faire face à la concurrence ? Quel accompagnement l’Etat peut-il leur apporter ?
    • Jusqu’où nos finances publiques permettront-elles à la Marine d’être présente en temps et en heure là où les intérêts de la France l’exigent ?
    • Comment valoriser nos ZEE en développant les intérêts communs entre les territoires d’outre-mer et la métropole ? N’y a-t-il pas un risque politique de revendications indépendantistes de la part de ces territoires ?
    Au-delà de ces questions politiques existent également des questions économiques. Pourquoi la France n’est-elle pas la porte d’entrée maritime de l’Europe telle que le suggère sa géographie ?
    Les interrogations sont aussi d’ordre militaire car la Marine nationale doit en effet s’adapter à la multiplication des acteurs mais également à l’augmentation des violences en mer. Or, le format de la Marine est en diminution et les renouvellements sont retardés. Pourtant nous voulons une Marine porteuse de dissuasion nucléaire et capable d’intervenir sur l’ensemble des océans. Le Sénateur rappelle notamment qu’en 2016 nous n’aurons plus de porte-avions pendant un an et demi.
    En guise de conclusion ouverte, Jeanny Lorgeoux se demande si, au-delà de l’essentiel national, la solution ne se trouve-t-elle pas dans l’identification d’intérêts communs européens. L’Europe maritime est-elle envisageable à l’heure où les BRICS déploient des stratégies maritimes ambitieuses ?

    Intervention de Patrick Boissier, Président de DCNS

    Après avoir précisé que son discours serait tourné vers la problématique de la construction navale, le Président de DCNS souhaite revenir sur deux enjeux d’importance à ses yeux.
    Le premier n’est autre que l’évolution du panorama de la construction navale civile et militaire. En effet, la diminution des budgets des marines européennes impacte considérablement les formats des marines et les constructeurs européens subissent une réduction du marché. Parallèlement, entre 2007 et 2008, le marché de la construction navale civile s’est effondré, et la Corée, alors numéro un dans ce domaine, s’est vu sévèrement concurrencée par la Chine qui a consenti d’importants efforts pour s’imposer. Aussi, la Corée, comme les puissances occidentales avant elle, a-t-elle commencé à se spécialiser dans les navires à haute valeur technologique, les paquebots, et la construction navale militaire y compris les sous-marins venant ainsi concurrencer les occidentaux... Les BRICS développent leur puissance navale, avec leurs propres moyens ou bien grâce à l’aide de pays tiers. Ils seront bientôt dotés de vraies capacités et seront en mesure de répondre à leurs besoins propres. Les constructeurs et exportateurs européens font donc face à de nouveaux concurrents (Chine, Inde, Turquie…). La fragmentation de la construction navale européenne étant relativement importante en comparaison de celle des Etats-Unis, nous sommes mal préparés pour répondre efficacement à cette concurrence. A cet effet, un rapprochement de la construction navale est nécessaire en Europe.
    Le second enjeu que souhaite aborder Patrick Boissier est celui de la valorisation croissante des océans. Ces derniers recèlent en effet des sources d’énergies renouvelables importantes, capables de couvrir la totalité des besoins mondiaux en électricité (éoliennes, hydroliennes, houlomoteurs, énergie thermique…). Par ailleurs les pénuries en ressources terrestres et notamment en eau douce accroissent l’intérêt économique de l’exploitation des mers qui présente également des possibilités pour les industries agroalimentaires, pharmaceutiques et sanitaires. L’économie maritime mondiale représente déjà un chiffre d’affaires de 1500 milliards d’euros dont 190 milliards concernent des industries qui n’existaient pas il y a dix ans. Ces industries nouvelles devraient représenter 500 milliards d’euros à horizon 2020. Patrick Boissier rappelle que la France dispose d’atouts naturels (ZEE) mais également industriels. Certaines entreprises sont des champions internationaux en matière de valorisation des océans (Total, CGG Veritas, Technip, DCNS…). Cette filière est porteuse de développement et de création d’emplois.
    Mais de telles opportunités sont toujours génératrices de menaces précise Patrick Boissier. Il en cite trois :
    • La première concerne le problème que soulève la territorialisation des mers. Chaque Etat souhaite étendre sa ZEE et les frontières maritimes sont sources de conflits potentiels. Patrick Boissier rappelle le cas de la mer de Chine et pointe du doigt le problème qui pourrait prochainement se poser en Arctique entre la Russie, les Etats-Unis, l’Islande, le Canada, la Norvège et le Danemark.
    • La piraterie est une deuxième menace. Il convient de se doter de moyens considérables afin de sécuriser les transports, l’exploration et l’exploitation des richesses.
    • Les risques environnementaux constituent une autre menace. La protection de l’environnement est devenue un volet important du droit de la mer et nécessite des règles contraignantes que les polices et les marines doivent faire appliquer.
    La protection contre ces menaces a un coût. Mais pour Patrick Boissier il ne faut pas penser en termes de finances publiques. En effet il convient surtout d’évaluer ce que cette sécurité rapporte car il s’agit également de taxes qui entrent dans les caisses de l’Etat.
    La maritimisation du monde a déjà des retombées au sein de DCNS. Des contrats ont par exemple été signés avec les BRICS et le marché des navires de surveillance relevant de l’action de l’Etat en mer est redynamisé. De plus, DCNS souhaite valoriser et sécuriser durablement les océans. C’est pourquoi ses activités se rattachant aux énergies maritimes renouvelables (EMR) constituent un des piliers de DCNS, ce qu’illustre le nouveau leitmotiv de l’entreprise : « Sea the future ».

    Intervention de l’Amiral Bernard Rogel, Chef d’Etat-major de la Marine

    Pour l’Amiral Rogel, le sujet de la 10ème Université d’été de la défense (Les nouveaux enjeux économiques et géostratégiques) est particulièrement pertinent puisque nous sommes dans un monde qui évolue en permanence. En effet, il y a eu de nombreux changements depuis le dernier Livre blanc.
    L’Amiral a ensuite exprimé sa satisfaction de voir la création d’un groupe de travail sur la maritimisation au sein de la Commission du Sénat. Cela est d’autant plus important que la mer et ses opportunités sont mal connues d’une grande partie de la population.
    L’Amiral souhaite profiter de son intervention pour illustrer de quelles façons la Marine nationale répond à la maritimisation du monde. Il précise qu’il s’agit d’un enjeu majeur et que la Marine nationale est engagée quotidiennement et sur toutes les mers pour assurer la sécurité de nos concitoyens et la protection des intérêts français.
    La mer étant un espace de richesse et de prospérité, un des rôles premiers de la Marine est de faire respecter nos espaces maritimes par la présence de pavillons français. En ce sens, le Comité interministériel de la mer a souligné la nécessité de délimiter ces espaces et d’y demeurer présents.
    La présence en mer d’infrastructures diverses (plateformes pétrolières, éoliennes…) présente des risques pour les navires et cela impose une surveillance renforcée de la part de la Marine qui doit notamment être dotée de moyens d’intervention et de remorquage.
    La lutte contre la pollution est aussi une des missions de la Marine qui doit détecter et punir les pollueurs. L’Amiral souligne la nécessité d’une harmonisation des règles en Europe. D’autre part, la sécurité des pêches représente une activité importante de la Marine nationale qui doit instaurer un système permanent et dissuasif. Chaque année, la Marine dresse environ 150 procès verbaux de pêche illégale.
    La démocratisation de la mer a multiplié les trafics de tous genres : prises d’otages, attaques de navires, trafics de stupéfiants, d’armes ou d’êtres humains…. Par ailleurs, les moyens modernes de navigation, notamment par satellite, rendent plus faciles l’accès à la haute mer. La piraterie ou l’immigration illégale se développent et s’étendent ainsi plus aisément que par le passé, nous obligeant à déployer des moyens de plus en plus importants. L’Amiral Rogel évoque une éventuelle mutualisation des moyens européens et salue au passage le dispositif européen mis en place en matière de lutte contre la piraterie au large des côtes somaliennes. Cependant, dans ce dernier cas, la résolution du problème passe par une solution politique. En attendant, les intérêts partagés des grandes nations maritimes, y compris la Chine ou l’Inde, les conduisent à s’organiser pour partager l’information et coopérer pour réduire cette menace sur leurs approvisionnements maritimes.
    Pour conclure, l’Amiral ajoute que les enjeux de la maritimisation se traduisent quotidiennement pour la Marine par une activité opérationnelle qui allie sauvegarde des intérêts stratégiques de la France et action de l’Etat en mer.
    DEBAT :
    La piraterie
    La piraterie est un lieu de rencontre intéressant car elle nécessite une inévitable coopération internationale. Dans l’océan indien par exemple, les pays concernés par ce phénomène mettent leurs efforts en commun afin de faire reculer les attaques. Ces dernières ont donc fortement reculé dans le golfe d’Aden et sont marginales dans le détroit de Malacca. Dans le golfe de Guinée, la Marine nationale tente d’impliquer et de valoriser les Etats locaux en leur donnant des moyens de surveillance et d’interception.
    Malgré l’efficacité européenne en la matière, l’Europe ne peut contrôler ce phénomène sur toutes les mers du monde. En réalité le problème est à terre, et sans solution diplomatique la question reste en suspens. Il faut néanmoins que la Marine nationale soit présente car la situation est de plus en plus violente.
    Mais qu’en est-il du jugement des pirates arrêtés ?
    L’éventualité de voir apparaître des navires corsaires est soulevée par un participant. Car un Etat cherchant à protéger ses navires à faible coût pourrait recourir à ce mode d’action. Cependant, dans les faits, cette hypothèse parait complexe à mettre en œuvre pour des résultats difficiles à évaluer.
    La Marine et les français
    Un participant a évoqué l’importance du lien entre la Marine et des Français qui ne comprennent pas toujours la nécessité stratégique de son financement. La réponse qu’y apportera le gouvernement est importante. Nos concitoyens doivent avoir une claire conscience de l’ensemble des enjeux maritimes auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui. Les arbitrages futurs devront les prendre en compte et le gouvernement a un rôle à jouer en ce sens.
    Le manque de moyens
    Il y a une cohérence à trouver entre l’économie, l’environnement, la recherche et la sécurité. Devant les difficultés budgétaires qui naissent est avancée l’idée que les voyageurs devraient payer une taxe afin que leur sécurité soit assurée en mer. Mais cette tendance semble dangereuse car elle serait en conflit avec le principe de liberté des mers et le rôle que les Etats doivent jouer. Les politiques doivent donc affronter le diagnostic. Il faut tirer les leçons de l’histoire et ne pas lésiner sur notre Défense nationale, même en temps de crise. Le débat national est donc plus que bienvenu.
    La concurrence des BRICS
    La montée en puissance de ces pays est indéniable. L’Inde et le Brésil construisent, avec notre aide, leur industrie navale. Il faut donc garder une longueur d’avance et mettre des moyens à disposition par l’intermédiaire de programmes étatiques.
    La construction navale est la seule industrie qui ne se rassemble pas naturellement, or les constructeurs européens y seront forcés s’ils souhaitent se maintenir.
    La lutte anti-pollution
    Des progrès ont été faits afin de préserver l’environnement maritime. Le travail de surveillance de la Marine a permis de limiter considérablement les naufrages. Néanmoins, une solution commune doit être trouvée concernant des sanctions dont l’application reste encore trop disparate au sein des pays de l’Union européenne.
    L’Europe maritime
    La mise en place d’une structure de défense européenne serait plus tolérable financièrement. La France et le Royaume-Uni ne peuvent être les seuls à s’impliquer dans la défense maritime. La mutualisation européenne semble donc indispensable.

    Intervention d’André Trillard, Sénateur de la Loire-Atlantique, Secrétaire de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées

    Le Sénateur conclut en rappelant les atouts maritimes français. La France bénéficie de fortes capacités commerciales, militaires et industrielles qu’il convient de défendre à l’heure où le centre de gravité glisse vers l’Asie. Il faut conserver la maîtrise des technologies de la mer et la présence française sur tous les océans où nous avons des intérêts. Mais c’est sur le long terme qu’une Marine océanique se construit. Il faudra donc faire les bons choix et mesurer les enjeux stratégiques, économiques et industriels dans les prochains mois.
    André Trillard salue la maturité et la polyvalence de notre Marine – l’opération en Libye l’a confirmé. Pour autant notre capacité à sécuriser nos voies maritimes et à assurer notre souveraineté sur nos territoires d’outre-mer dépendra de notre capacité financière à renouveler notre flotte.
    Bien que trop souvent ignorée par les Français, la France maritime peut être cruciale pour la croissance de demain. C’est pourquoi il faut que l’Etat intervienne : la criminalité en mer est en augmentation et nos ressources maritimes font l’objet de convoitises de la part de pays tiers. La maritimisation est véritablement le lieu de l’imbrication entre le civil et le militaire.
    Le développement de l’offshore, des énergies renouvelables, la montée en puissance des marines des BRICS et la velléité d’appropriation des espaces maritimes constituent un nouveau défi pour la France et l’Europe. Si nous voulons préserver la liberté des mers et notre liberté d’action il ne faut pas baisser la garde.
    André Trillard souligne le risque de déclassement de la France car, faute de moyens, nous devrons prochainement revoir nos ambitions. Ainsi faut-il créer de la richesse, et les nouvelles filières industrielles de l’économie maritime peuvent y contribuer.
    Il faut donc, selon le Sénateur, réfléchir aux choix que nous aurons à faire en matière d’investissement et de défense, et penser sur le long terme. Tel est le rôle de l’Université d’été de la Défense.]

    ++++++

    Je vous offre d’autres liens qui ne manquent pas d’intérêts, notamment un entretien avec Monsieur Patrick Boissier, Président de DCNS qui appuie une nouvelle fois sur le fait que son groupe contribue à son niveau à la ré-industrialisation de notre Pays et toutes les possibilités économiques et créations d’emplois qu’offrent la maritimisation par le biais des ZEE et pas seulement des emplois directs, la sous-traitance doit y trouver également quelques nombreux emplois. Ainsi je pense par exemple que les Fonderies du Poitou, qui furent très proches du dépôt de bilan auraient été très heureuses d’apporter tout leur savoir faire dans les constructions navales (on peut se recycler). Il aborde largement le sujet des zones économiques exclusives mais il va également au-delà en parlant de l’industrie navale européenne par le biais de rapprochements, il parle également des rapprochements de chantiers franco-français. Il ne reste plus qu’à nos dirigeants politiques (Gauche et Droite), hors de tous clivages, d’agir pour le bien de notre Pays mais c’est un fait que lorsque l’on passe du temps à se chamailler sur des sujets d’ordre secondaire en se dénigrant ou en polémiquant ou à se chercher un successeur à la tête du PS en remplacement de Madame Aubry ou alors un nouveau Président pour l’UMP durant des semaines, il ne reste plus beaucoup de temps pour se pencher sur ce genre de dossiers d’ordre économique et d’offres d’emplois qui ne manquent pourtant pas dans ces domaines. Mais il faut des débats constructifs entre le Gouvernement et les chambres parlementaires, et surtout pas du genre de ceux menés lors des Etats Généraux de la démocratie territoriale au Sénat… C’est tous ensembles que nous devons agir pour aider notre Pays, il y a vraiment des solutions qui se présentent autant dans l’industrie maritime que dans l’aéronautique, mais bien sûr il faudra que l’Etat suive, mais il est des investissements qui ne sont pas des dépenses (je me répète…) et c’est l’intérêt général national qu’il faut privilégier.

    http://www.meretmarine.com/fr/content/entretien-avec-patrick-boissier-president-de-dcns

    La frégate Normandie (seconde la série des 11) mise à flot, le programme FREMM conforté par le ministre

    http://www.meretmarine.com/fr/content/la-fregate-normandie-mise-flot-le-programme-fremm-conforte-par-le-ministre

    Tout ceci complète tout ce que j’ai déjà pu écrire sur ce sujet. Le dossier est déjà bien volumineux… Voir mes précédents billets dans le lien ci-après :

    http://www.carnetjpr.com/2012/09/13/question-au-premier-ministre-qag/#respond

    Bien amicalement

    Jacques

    Nb : Je suis désolé pour la vidéo, elle ne paraît plus sur le site concerné, je pense qu’il fallait la regarder à son temps sur la chaîne Tébéo. Personnellement, j’en avais fait une copie.

  59. François dit :

    A tous, ce défouloir ( le Blog de M. le P-M ) est absolument inénarrable :
    - les sujets évoqués par M. Raffarin font régulièrement l’objet de commentaires n’ayant strictement rien à voir avec le sujet initial…
    - 5-6 ou 7 contributeurs ( sur 60 millions de compatriotes, vraiment pas de quoi faire frissonner une étoile! ) toujours les mêmes, déversant régulièrement pour partie leur opposition au gouvernement actuel seulement en charge de notre pays depuis Juin. On comprend facilement que certains (ou certaines ) s’en soient pour le moins éloignés ou plutôt sevrés. Hollande aurait volé cette élection… mais que dire de la précédente et du « Travailler plus pour gagner plus »…. C’est indéniablement cette dernière qui devait emporter le palmarès dans le genre.. Les promesses n’engagent que ceux.. vous connaissez la suite..
    Qui pronait le libéralisme à tout crin en digne suiveur d’un américanisme républicain complètement as been et d’arrière garde.
    - au lieu d’un consensus national salvateur, à part F. Bayrou qui éventuellement pourrait, peut-être.. , on perd son temps, comme sur cette page, à s’adresser toutes les 10 lignes des messages d’amour…. comme le souligne de manière évidente J D’Hornes. Véritablement trop drôle, si ce n’était affligeant (vous conviendrez que ce n’est qu’un délicieux euphémisme ).
    Il ya l’expatrié du Canada ou d’ailleurs , le retraité ex militaire sans doute amateur de fonctionnaires.., l’intermittent mistral du Sud, L’ex reconverti prof qui »confirme que l’entreprise n’a pas vocation à rémunérer qui que ce soit » , l’amie du carnet de J-P R dont le coeur balance entre la France en faillite et l’autre sauveur à qui nous ne demandons rien non plus!, sans oublier l’admiratrice de la lutte des classes..
    - UMP union pour un Mouvement Populaire ? tout les Français n’ont pas une rangée de canabis entre les pieds de tomate.. Traduction de populaire ? faire semblant de s’intéresser AUX GENS pour que les mêmes braves GENS votent pour vous.. quelle démagogie mais heureusement elle a fait son temps.

    « Le Carnet JPR est un lieu d’accueil, un lieu de rencontre pour dialoguer… » avec d’autres, possiblement…
    On en voudrait d’ailleurs comme preuve caricaturale les propos emplis d’humanisme du fantassin de service:

     » Comment s’appelle t-il le petit nouveau qui a remplacé Pulvar dans « On n’est pas couché » sur la 2 samedi soir ? Il ne dépareille pas, ostracisme, sectarisme, bien dans le moule, un brushing parfait, mignon tout plein, mais qui perd ses nerfs facilement et qui est…. bête, mais bête…. bon-dieu qu’il est bête. Il n’y a que lui pour ne pas s’en rendre compte. »
    - Décidément la défaite est pour le moins amère à Droite et sans aucun doute, mais aucun, beaucoup sont-ils persuadés d’être les sauveurs du monde sans lequel celui-ci ne pourrait survivre, il suffit d’y croire (il y a bien les créationnistes aussi, alors pourquoi pas aussi…

    « PS – désolé, les seuls bouquins d’économie politique à votre portée sont des manuels du BEP que, n’enseignant plus, je n’utilise plus et que j’ai rangé à la cave. Ceux de ma bibliothèque ne sont pas pour les nuls (j’ai étudié dans les Barre puis, plus tard, les Flouzat dont vous ne comprendriez même pas l’abstract et vous écririez à l’éditeur pour corriger ce qui y est dit). » Tant mieux pour les dits élèves, SOS.

  60. Claude dit :

    Cher Jany,

    Nous ne parlions pas de trafic à un moment ou à un endroit donné ni d’infrastructures mais du peu d’attention que les asiatiques porteraient, selon vous, à la pollution automobile. Cette pollution est à peu près proportionnelle au parc et dépend très peu des infrastructures (embouteillages mis à part).

    Je n’ai donc parlé que de ce sujet.

    Je suis d’accord avec vous lorsque vous parlez du marché que représente l’Indonésie dont la classe moyenne croit très vite. Cela représente pour le moment un marché de 8 à 900.000 véhicules par an ce qui est considérable mais ne représente encore que 3,3 véhicules particulier en plus par an pour 1000 habitant. Renault-Nissan et Peugeot sont implantés chez vous. Espérons qu’ils y feront fructifier leurs investissements.

    Bien cordialement.
    Claude

  61. Jacques D'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Cher Jany,

    Je vous remercie de votre réponse relative à nos échanges. J’ai apprécié toute votre compréhension.

    Ce n’était que l’expression d’un sentiment bien personnel. Je pense que parfois il est utile de se remettre en mémoire la charte du carnet de Monsieur le Premier Ministre.

    Bien amicalement

    Jacques

  62. UDI...! dit :

    [...] L’ »UDI » a beaucoup d’avenir avec des poids de tailles de reconnaissance qui sont ceux de Valéry Giscard d’Estaing et de Simone Veil,Jean-Louis Borloo a réussi un tour de Force le jour de la convention de son nouveau parti.

  63. Zwartepiet dit :

    Réponse à Claude re: Si les E-U avaient la même protection contre le chômage que nous, les américains seraient bien moins mobiles puisque leur niveau de vie serait à peu près maintenu là où ils seraient.

    Les européens qui ne bénéficient pas de cette protection sont bien plus mobiles que les autres.

    Vous avez, en partie, raison: les 50 millions d’Américains qui, chaque année, migrent d’un état vers un autre, ne sont pas TOUS chômeurs! Inversement, en Europe, la frilosité à migrer ne touche pas que les chômeurs et les smicards… Cela dit, comme vous le suggérez avec votre métaphore gyroscopique, il y a des raisons objectives et historiques à la sédentarité, à l’immobilisme socioprofessionnel en Europe: un Américain natif de Floride peut, du jour au lendemain, émigrer vers l’Illinois (les Grands Lacs) tout en conservant sa langue, l’enseignement identique pour ses enfants, ses loisirs, ses chaînes de TV, sa banque et… des collègues de travail fort semblables à ceux qu’il a quittés. C’est loin d’être le cas en Europe! D’où ce constat que je faisais précédemment: en Europe, ce sont les extrêmes de la population active qui se révèlent les plus mobiles: les « expats », cadres supérieurs, eurocrates, chercheurs et professeurs universitaires qui, par carriérisme, voyagent aisément de Paris à Berlin, de Londres à Bruxelles et de Rome à Barcelone… tous frais payés, y compris une scolarisation de qualité pour leurs enfants. Et, à l’autre bout de la chaîne, les immigrés avec ou sans papiers, les roms,… poussés par l’aiguillon de la faim à vagabonder d’un pays à l’autre.

    Cordialement,
    Zwartepiet

  64. Dominique M dit :

    Bonsoir M. RAFFARIN, bonsoir à tous,
    Les chiffres du chômage s’aggravent et il n’y a aucune raison que la courbe s’inverse! bien au contraire. Les prélèvements ont été lourdement augmentés. Les entrepreneurs sont mis au pilori. Les décisions politiques relèvent d’un sectarisme d’un autre âge. M. HOLLANDE et sa majorité en sont à espérer le retour de la croissance. Ils se trompent lourdement! Et si même la croissance revenait au niveau mondiale, nous n’en auront que les miettes, faute d’avoir mis la France en état d’en saisir la manne. Le déclin s’accélère et le chômage ne peut que s’accroître dans les prochains mois. Il est à craindre que les engagements de retour à l’équilibre ne soient pas tenus et donc, la France se verra pénalisée sur ses taux d’emprunts pour simplement rembourser les intérêts de sa dette. Nous en sommes réduits à la cavalcade et M. HOLLANDE et sa majorité se refusent toujours à entreprendre les réformes et à lancer un vrai plan d’économies au niveau de l’État et des collectivités.
    Y a t’il une juridiction compétente pour demander des comptes à ces irresponsables aveuglés par leur sectarisme et leur suffisance?

  65. jany dit :

    Lu dans Le Figaro
    (a lire l’article complet dans Le Figaro car il y a des courbes)

    L’image de l’islam se dégrade fortement en France

    Mots clés : Islam, Intégration, Immigration, Laïcité, Voile islamique, Mosquées, Hallal, Sondage
    Par Jean-Marie Guénois, Service infographie du Figaro Mis à jour le 24/10/2012 à 22:33 | publié le 24/10/2012
    Des fidèles prient dans une mosquée du sud de Lille.

    SONDAGE – Une étude de l’Ifop pour Le Figaro montre que la montée du communautarisme des musulmans accentue leur rejet par l’opinion.

    La communauté musulmane de France s’apprête à fêter, vendredi, sa plus grande fête de l’année, Aïd-el-Kébir, également dénommée Aïd-el-Adha, fête du sacrifice. Elle intervient au lendemain du rassemblement de millions de pèlerins, jeudi, sur le mont Arafat près de La Mecque. Cette fête commémore l’acte de sacrifice, interrompu par l’ange, du fils d’Ibrahim (Abraham dans la tradition juive). Elle voit donc les familles musulmanes immoler, après le sermon de l’aïd, un mouton ou un bélier, parfois un bovin ou une chèvre, couché sur le flanc gauche et la tête tournée vers La Mecque.

    Une fête qui tombe dans une France qui conteste de plus en plus cette religion, comme le démontre un sondage exclusif de l’Ifop pour Le Figaro, mais aussi des faits spectaculaires comme l’occupation symbolique, samedi dernier, de la mosquée de Poitiers. «Notre sondage, explique Jérôme Fourquet, directeur du département opinion de l’Ifop, démontre une évolution qui va dans le sens d’un durcissement supplémentaire des Français vis-à-vis de cette religion et d’une perception négative renforcée de l’islam. Même si une proportion non négligeable de Français, 40 %, continue à se dire indifférente à la question de la présence de l’islam en France.»

    Ce qui explique, à ses yeux, un tel durcissement – 43 % des sondés considèrent l’islam comme une «menace» – est lié à une «visibilité» fortement accrue de l’islam sur la scène publique et médiatique. «Ces dernières années, il n’est pas une semaine sans que l’islam, pour des questions sociétales, voile, nourriture halal, ou pour une actualité dramatique, attentats, ou géopolitique, n’ait été au cœur de l’actualité.» D’où cette autre impression: 60 % pensent que cette religion a désormais «trop d’importance». Ils étaient 55 % il y a seulement deux ans. Ceux qui se disaient indifférents à cette question passent de 41 à 35 %.

    «De ce point de vue, ajoute Jérôme Fourquet, la polémique sur le fast-food halal à Roubaix – certes largement instrumentalisée politiquement – ou certaines publicités halal, ont eu plus d’effets que n’importe quel discours politique. Elles confirment dans l’opinion l’irréversibilité de l’enracinement de l’islam en France, qui n’est plus perçu comme un problème passager. Voilà une clé d’interprétation de ce sondage: cette caisse de résonance permanente conduit à une prise de conscience très forte qui n’a peut-être jamais été atteinte à ce point.»

    Une analyse qui apparaît du reste très nettement quand les questions sont posées sur le voile islamique ou sur la construction des mosquées. En 1989, 33 % des sondés se disaient favorables à la construction des mosquées. Ils ne sont plus que 18 %. Pour le voile dans la rue, et sur la même période, les personnes opposées passent de 31 % à 63 %. Et les indifférents ont quasiment fondu de moitié pour n’être que 28 %. Quant au voile à l’école, le feu rouge écarlate s’allume puisque l’on passe sur la même période de 75 % opposés à 89 %! Les indifférents chutant de 17 % à 6 %…
    «Les avis négatifs convergent»

    Sur ces sujets précis, très repérables dans la vie de tous les jours, «les avis négatifs convergent, constate Jérôme Fourquet, et l’on ne voit pas comment ils pourraient désormais s’inverser». On vérifie ainsi cette «radicalisation de l’opinion publique et cette baisse de l’indifférence vis-à-vis de l’islam», note ce spécialiste des sondages. Quand on demande aux Français quelles sont «les causes» de ce rejet: le «refus de s’intégrer à la société française» passe de 61 à 68 % en deux ans. «Les trop fortes différences culturelles» de 40 à 52 % et «le fait que les personnes d’origine musulmane soient regroupées dans certains quartiers et certaines écoles» de 37 % à 47 %. Quant à la question des «traits d’image associés globalement à l’islam», le «rejet des valeurs occidentales» arrive très largement en tête.

    Tout se passe comme si les marqueurs du communautarisme étaient devenus insupportables aux Français, qui ne voient, au passage, aucun effet des «actions ou des budgets des pouvoirs publics» pour l’intégration.

    Enfin, pour ce qui est de la politique, une évolution a particulièrement été repérée par Jérôme Fourquet. Il constate qu’une «digue» vient de céder. Elle séparait le refus – constant depuis 1989 – de partis politiques se référant à l’islam et une certaine bienveillance pour des élus locaux, voire des maires musulmans. Cette hostilité de principe à ces élus – très forte en 1989, avec 63 % – s’était atténuée jusqu’à 33 % en 2010. Mais cette hostilité aux élus locaux musulmans vient subitement de remonter à 45 %.

    **********
    C’est un phénomène nouveau, nous voyons la population française commencer a rejeter ouvertement le « communautarisme » et surtout l’intégrisme et la violence…

    Dans les médias a l’étranger, nous pouvons lire aussi le nombre de méfaits par mois a Paris, exemple le vol de collier a l’arrache…
    Nous pouvons lire aussi que la France s’islamise…plus par le fait de l’immigration que par le fait que la population se convertit…

    Dans le même temps, la province d’Aceh en Indonésie ( qui a une autonomie spéciale) est devenue une province qui suit la loi islamique (la charia).
    ***Cette province avait reçu l’aide du monde entier au moment du fameux TSUNAMI.
    Aujourd’hui la province d’Aceh ferme les églises et les autres lieux de cultes comme le bouddhisme…
    Les pays occidentaux, avec leurs aides, ont aide la province d’Aceh a construire l’intolérance.
    Petit a petit l’intolérance s’installe…

    Dans d’autres parties de l’Indonésie comme Bogor ou Jakarta, la construction de lieux de cultes autres que musulmans trouve des difficultés administratives de proximité…

    L’Indonésie a le « Pancasila » un texte qui accepte les différences dans l’unité du pays….
    Ce texte restera-t-il longtemps une barrière contre l’intégrisme religieux ?

    Nous devons comprendre qu’il est important pour la France de ne pas sombrer dans le laxisme, notre pays doit veiller a conserver nos valeurs laïques qui sont la garantie de la paix sociale.

    Inacheve

    Bien cordialement,

    jany

  66. Claude dit :

    Cher François,

    Vous oubliez François qui n’a probablement aucun défaut.

    Cordialement,
    Claude
    Qui n’a pas été que prof mais aussi arpette avant d’être créateur et dirigeant de sociétés.

  67. Claude dit :

    Cher François,

    Vous confondez « vocation » (fonction principale sans laquelle on n’aurait aucune raison de créer une entreprise) et « fonction » (contraintes). Une des fonctions contraintes de l’entreprise est d’échanger argent, biens, services, etc. avec son environnement pour satisfaire à sa vocation qui est de gagner de l’argent. Je ne vais pas vous faire un cours d’analyse fonctionnelle parce que ce n’est pas l’endroit.

    Un organisme qui n’aurait pas la vocation de faire du profit s’appellerait « association sans but lucratif » ou « administration ». Comme l’état est « associé » à 33% dans les sociétés et co-exploitant dans les entreprises en nom propre, il préfère les entreprises qui font du profit plutôt que les associations qui ne sont pas des contribuables.

    C’est bien là tout le paradoxe auquel les dirigeants socialistes sont confrontés : comment aimer les entreprises que leurs électeurs sont dogmatiquement encouragés à détester

    Cordialement,
    Claude

  68. jany dit :

    François,

    Le Carnet JPR n’est justement pas le rendez-vous des frustres comme vous semblez le souligner.

    La preuve c’est que vous avez la possibilité de vous exprimer et d’être lu (pas en diagonal).

    Ce que vous dénoncez, c’est l’expression de chacun qui peut quelques fois déborder, c’est avant tout un problème d’éducation.
    Il est préférable de justifier un propos en évitant le sectarisme, le sectarisme que vous pouvez trouver a Droite comme a Gauche.

    A titre personnel, je ne pense pas que Francois Hollande ait vole sa victoire, il a gagne son election et est aujourd’hui Président de la République…C’est dit et écrit…
    Je souhaite même qu’il réussisse pour ne pas mettre le pays en faillite en laissant sur la touche des millions de personnes qui n’attendent pas cela de cette élection.

    Le slogan « travailler plus pour gagner plus » est aussi sujet a réflexion, comment dire cela pendant que la situation économique ne permet pas de trouver des emplois pour les jeunes et les seniors.

    Par contre, il y a une situation économique grave, l’Euro, la crise, la dette…
    Il y a des choix politiques importants pour le financement des dépenses de l’État, il y a des économies a faire…et cela le gouvernement actuel ne semble pas prendre les décisions qu’il serait souhaitable de prendre pour redonner la confiance aux ménages et aux marches.

    Il faut trouver des recettes, la TVA Sociale était une bonne idée, pourquoi l’avoir abandonnée et peut être devoir la reprendre par nécessité.

    Voyez François, l’économie, la loi du marche ne sont pas de Droite ou de Gauche…
    Aujourd’hui les États doivent savoir gérer car il y a une population derrière, il y a des millions de personnes qui espèrent avoir un avenir, un avenir en tant qu’entrepreneur, un avenir en tant que salarie, un avenir en tant que retraite…

    La plupart des fonctionnaires qui gèrent l’État sont les mêmes sous la Droite et la Gauche sauf les têtes changent.

    L’important est la politique générale mise en place qui doit être au service de tous, au service du progrès…

    Il est possible qu’une voie se dessine dans l’avenir, une nouvelle politique plus humaniste, plus progressiste.
    Plus humaniste, dans la reconnaissance de chacun dans son environnement, dans son droit au chapitre, dans sa possibilité d’éveil…
    Plus progressiste, dans une grande politique industrielle et commerciale qui est porteuse d’espoir, de profit, de ressources pour les États, d’équilibre pour les comptes sociaux…

    Une grande politique des hommes pour les hommes…

    Bien cordialement,

    jany

  69. jany dit :

    Du Foot a la Politique

    Il est possible d’apprécier le foot tout en choisissant la couleur, en respectant l’arbitre et les joueurs…
    Les commentaires sur le jeu en trouvent plus d’intérêts…

    En politique c’est pareil, il y a des équipes, les commentaires sur les choix, sur les grandes lignes, trouvent aussi leur intérêt pour élever le débat et aussi permettre de changer de politique si les résultats se font attendre.

    Évitons les pétards qui n’amènent que la confusion.

    jany

  70. Claude dit :

    Cher Dominique M,

    Oui, il y a une juridiction pour sanctionner ceux qui, par leurs expérimentations imbéciles, ont inversé la timide reprise qui s’amorçait en France et qui faisait dire à la Cour des comptes : « …sur la bonne voie… » et qui faisait rigoler ceux qui ont oublié leurs cours sur les fonctions affines quand on leur disait que la hausse du chômage baissait (on voit maintenant comment la hausse augmente à nouveau et que sa pente devient vertigineuse).

    Cette juridiction c’est le suffrage universel.

    Il faut d’abord que les municipalités redeviennent des lieux de bonne gestion et que les futurs élus se souviennent que parmi eux aussi, il y a eu des laxiste de droite dans un passé pas si lointain et qu’il faudra beaucoup de vertus pour faire oublier le passé. Il y aura ensuite les élections régionales et européennes où le verdict des « jurés-électeurs » devra être plus équilibré que par le passé. C’est plus facile de se faire élire en étant irrespectueux des bonnes règles de gestion mais c’est plus facile de rester dans l’histoire en étant rigoureux plutôt que laxiste.

    Déjà, il y a des bons signes : parmi ceux qui reprochaient à Sarkozy sa formule « travailler plus pour gagner plus » il y a les désenchantés de l’annulation de la loi TEPA. Ils avaient voté pour Hollande parce qu’il prétendait que les salariés auraient peu à perdre (une moyenne de 30 Euros par salarié) et que cela créerait de l’emploi. Mais la loi TEPA a créée de l’activité et du « gagné plus » sans faire perdre un seul emploi (la crise a empêché de s’en rendre compte) et le retour en arrière crée du « gagner moins » sans avoir créé un seul emploi et ce gagné moins est de 100 euros en moyenne par mois (et la crise accentue l’appauvrissement qui en découle). Dans certains ménages de droite comme de gauche et plus de gauche que de droite, cela se traduit par 2500 euros de moins par an (voir le reportage sur le sujet au 13heure de TF1).

    Ceux là seront les premiers à condamner vos accusés à la prochaine élection. Et, encore, n’ont-ils pas reçu leur feuille d’impôt 2013 où ils constateront que l’impact fiscal de la suppression de la loi TEPA est à peu près égal à l’impact de l’assujettissement social (cela dépendra de leur tranche d’imposition).

    Bien cordialement,
    Claude

    PS – N’oublions pas que notre peu de sérieux économique impacte les français bien sûr mais aussi, et lourdement, l’économie européenne dont nous sommes un des piliers (et aussi un des boulets) ainsi que dans une moindre mesure, cependant pas négligeable, l’économie mondiale. Notre peu de sérieux est une des causes de la lenteur de la reprise.

  71. jany dit :

    Jean-Louis Borloo c’est le Bernard l’Hermite de la politique..
    Discret, il arrive qu’il sorte de sa coquille ou qu’il en change.

    Souhaitons lui bonne chance pour son UDI

    jany

  72. Carole dit :

    Bon, je vais en remettre une couche pour FRANCOIS qui a fait une lecture ultra rapide et parcellaire (encore un !).
    1. Rousseau n’est pas ma tasse de thé.
    2 La #Lutte des Classes# n’a pas été énoncée par moi, mon petit, mais par notre ami Zwartepiet.

    C’est quoi la Lutte des Classes, c’est tout simplement la lutte de la position sociale qui est pour les cocos/socialos un magnifique outil de division. Alimenter ce thème (si cher au gouv de Gauche) n’a d’autre but que de détruire la cohésion francaise. Faut dire, qu’ils utilisent la kalachnikov fiscale pour arriver à leur but. Leu cible est ceux qui peuvent produire de la richesse, et le peuple plonge à pieds joints devant cette lamentable utopie, il n’a malheureusement pas compris, que sans richesse (spoliée par le gouv), leur espérance d’emploi disparaîtra. Eh oui, les investisseurs, les odieux capitalistes, ils peuvent pas payer, investir et embaucher !

    Pour votre info, j’ai répondu à Zwartepiet que je ne craignais pas sa fameuse Lutte des Classe, tout simplement parce que ce sujet est une grosse connerie. Eh oui, ‘il faudrait inventer un nouveau métier : les « conologues » !

    ¡¿ Entendido !?

  73. Carole dit :

    Jany,

    Vous avez raison quand vous écrives :

    #Ce que je veux dire au travers mes exemples, c’est que en Indonésie les voitures sont chères et pourtant elles restent des objets convoites..
    Avant d’acheter une maison, les gens achètent des voitures…

    Le trafic n’est pas un problème pour les familles, l’important est de pouvoir sortir le soir et de regarder briller la ville surtout la ou il y a du monde…

    Bien cordialement,

    jany#

    Il n’y a pas qu’en Indonésie Jany, la Russie, l’ Amérique du Nord, du Sud, la Chine……. mais pour les francais, c’est incompréhensible, il y en a qui voudraient remonter sur des ânes ~o^. Plus ils évoluent dans la Société, plus ils le montrent sans complexe, un autre monde bien agréable.

    Cordialement.

  74. Dominique M dit :

    Bonsoir Monsieur RAFFARIN, Bonsoir à tous,
    Les Français s’aperçoivent que M. HOLLANDE les a trompés ( tout dernier sondage) et qu’il est « bidon ». Même son Premier Ministre est en train de céder. Si ce n’est pas le cas, maintenant qu’il est face aux Français qui ont ouvert les yeux, il lui reste deux semaines pour prouver le contraire. Mais autant il est facile de « glisser », autant il est très difficile de « remonter ». Après, il plongera inexorablement sous les 35% d’opinions favorables et ce sera la curée partout: la presse, les lobbies, nos partenaires. Franchement, il est peu probable qu’il puisse parvenir à regagner la confiance des Français, tellement son sectarisme et sa suffisance lui servent d’intelligence.
    Bonne soirée!
    Dominique M

  75. Carole dit :

    Bonsoir monsieur Raffarin,

    Premier jet :

    Excellent Copé, totalement raison Paris n’est pas la France, la France n’est pas Paris, je vous l’avais écrit depuis fort longtemps. Ils ont « coincé » les journalistes.
    RESISTANCE est un bon slogan.

    Fillon : Igual, mais dommage pour lui, il s’est entouré de personnes qui allaient voter à Gauche pour contrer Le Pen.
    On ne vote ni pour la Gauche, ni pour Le Pen Point barre.

    Bien cordialement.

  76. Jacques D'Hornes dit :

    François, bonjour,

    Je ne reviendrai pas sur tout ce qui vous a déjà été dit par d’autres intervenants de ce carnet.

    C’est un fait que je suis un militaire en retraite, avec une expérience de plus de trente ans dans la gestion des ressources humaines, toutefois contrairement à ce que vous dites je ne suis pas pour autant un « pro-fonctionnaire » à tout va. Je n’ai d’ailleurs pas apporté ma voix à François Hollande et sa création de 60.000 postes supplémentaires de fonctionnaires rien que pour la seule éducation nationale. Néanmoins, tout état a besoin de fonctionnaires pour les services publics auxquels sont très attachés nos concitoyens. Je serai plus pour une meilleure répartition de ce personnel au plus près de la population, moins dans les administrations centrales et davantage sur le terrain et je trouve que nos dirigeants de Gauche comme de Droite font parfois n’importe quoi pour mener leur politique sans trop réfléchir à nos besoins ou pas suffisamment.

    Cordialement

    Jacques

  77. Ernest Gransagne dit :

    1953 > 2013 : 60 ans
    http://www.youtube.com/watch?v=D-DZUnh8-Ro&feature=player_embedded
    60 ans de déclin
    60 ans de perte de valeurs
    60 ans en pente douce vers le retour à l’obscurantisme et le non respect de la pensée…
    60 ans pour que s’ouvre le Moyen-âge du 3e millénaire.
    Nous y sommes : avec le concours indéfectible des médias.

    Nasser… le Canal de Suez… Les incompréhensions de la 4e République… Déjà l’incompétence socialiste au pouvoir.

    Un égyptien en 1996 m’a dit à propos de cette période : « …mais pourquoi vous nous avez abandonnés » ? (sous-entendu la France, amie de toujours de l’Egypte, depuis avant Bonaparte)

    Ernest

  78. Dominique M dit :

    Bonsoir M. RAFFARIN,
    J’ai écouté avec attention le débat COPE et FILLON. F. FILLON a dit que N. SARKOZY avait toujours fait tout ce qui était en son pouvoir pour éviter les plans sociaux, quels qu’ils soient. Mme AUBRY est malhonnête lorsqu’elle déclare à Toulouse que M. FILLON a avoué que M. SARKOZY a demandé de reculer le plan social PEUGEOT. Mme AUBRY est prise la main dans le sac de sa tentative de manipulation. Tous ceux qui ont comme moi écouté ce débat en sont témoin. Honte à Mme AUBRY! Faut-il que le PS sente l’hallali proche pour tenter ce genre de tromperie!
    Bonne soirée!
    Dominique M

  79. Sylviane Valente / De Gregorio dit :

    Monsieur le Premier Ministre et Cher Jean-Pierre, bonjour !

    Bonjour a Tous nos Amis et Toutes nos Amies du Carnet de J. P. – R. !

    Ernest, Bonjour, Cher Ami !

    Vous savez quoi, Cher Ernest, JE VOUS ADORE
    (et meme si, on ne doit, ADORER que DIEU !)  !

    Et toutes les Femmes du Monde et pas seulement, les MUSULMANES,
    mais aussi toutes celles qui luttent depuis toujours pour la Liberté , pour
    l’Egalite Hommes – Femmes doivent vous ADORER !

    Je suis incapable de vous décrire la Force de ma Joie, de mon Bonheur a la
    Lecture de la Video sur NASSER d’un discours diffuse en 1953, il y a près
    de 60 ans qui réfute, avec Humour mais Conviction : le port du voile !

    Alors Merci beaucoup a NASSER, pour cette position  »eclairee » et visionnaire,
    Mais, je ne peux m’empêcher toutefois, de m’interroger :
    L’aurait-il revendiquée avec cette détermination, aujourd’hui ?!

    Merci par Millions, par Milliards et plus a Ernest GRANSAGNE –
    Le Défenseur de la Cause des Femmes – devant l’Eternel et aussi
    de la Cause des Mal-Entendants et des Sourds, cette Video en
    V. O. est  »obligatoirement » SOUS-TITREE en Français et donc :
    ACCESSIBLE a tous – toutes les déficients – les déficientes auditives !

    C’est dire – crier – a quel point, j’ai été  »transportee au 7eme CIEL »
    en visionnant cette VIDEO !…

    Cher Ernest, encore : MERCI !

    Bien Amicalement a Vous, Ernest !

    Bien Amicalement a Tous nos Amis, Toutes nos Amies du Carnet de J. P. – R.

    Toujours Fidèlement a notre Premier Ministre Humaniste et Cher Jean-Pierre !

    Sylviane

    N. B. : encore quelques messages pour atteindre les Cent et ainsi déboucher
    Une bonne bouteille du Haut Poitou ?!

  80. Zwartepiet dit :

    Réponse à Ernest Gransagne re: Nasser… le Canal de Suez… Les incompréhensions de la 4e République… Déjà l’incompétence socialiste au pouvoir.

    Ne vous méprenez pas sur le Colonel Gamal A. Nasser, champion du panarabisme… le « De Gaulle égyptien ». Il doit, aujourd’hui encore, sa popularité à sa résistance héroïque au colonialisme occidental –en particulier à l’impérialisme franco-britannique– et non à son opposition « politicienne » aux Frères Musulmans. A cet égard, je vous conseille la lecture de l’ouvrage suivant:

    Eisenhower 1956: The President’s Year of Crisis–Suez and the Brink of War
    David. A. Nichols (Author)

    http://www.amazon.com/Eisenhower-1956-Presidents-Crisis-Suez-Brink/dp/1439139334

    Aujourd’hui, l’héritage du nassérisme est défendu par le Président iranien, Mahmoud Ahmadinejad: le nucléaire iranien, c’est un peu le Canal de Suez de l’Iran; symbole à la fois d’une volonté de progrès (technologique, énergétique et militaire) et de la souveraineté iranienne.

    Le Président du Conseil Guy Mollet voyait en Nasser un nouvel Hitler… tandis que son homologue britannique, Anthony Eden, plus indulgent, comparait Nasser à Mussolini! Mahmoud Ahmadinejad subit, aujourd’hui, les mêmes attaques. C’est plutôt étonnant lorsqu’on sait que l’Iran abrite, aujourd’hui encore, une communauté juive forte de plus de 20.000 âmes –la plus importante du Moyen-Orient, en dehors d’Israel!

    Par ailleurs, la logique d’agression contre l’Iran est fort semblable à celle qui conduisit le trio franco-israélo-britannique à mener la désastreuse campagne de 1956 contre l’Egypte: pour la France, il s’agissait surtout de décapiter le principal sponsor de la rébellion algérienne. Le Colonel Nasser était alors soupçonné d’aider idéologiquement (Radio Caire) et matériellement le FLN. Idem aujourd’hui avec l’Iran, accusé –à juste titre– de soutenir l’irrédentisme palestinien: au Liban, avec le Hezbollah, dans la bande de Gaza, avec le Hamas et en Syrie, hier avec la dynastie Assad et demain avec le nouveau régime syrien –quel qu’il soit.

    Le timing de la crise/guerre de Suez semble, lui aussi, se répéter: Israel envahit le Sinai le 29 octobre 1956, à une semaine de l’élection présidentielle aux Etats-Unis qui verra la réelection de Dwight Eisenhower… Wait and see!

    Cordialement,
    Zwartepiet.

  81. Carole dit :

    Bonjour à tous,

    J’adore quand le PS s’insurge au nom de l’hypocrisie, et pourtant il censure même les gauchos (Canal +) wouarf. Les Soviets, le Retour, je vous dis :

    http://www.dreuz.info/2012/10/video-jean-marc-ayrault-pris-en-flagrant-delit-de-magouille-par-le-petit-journal-jouissif/#comments

  82. Ernest Gransagne dit :

    Oh là ! Sylviane, comme vous y allez ! De la mesure s’il vous plait. Je ne suis qu’un pauvre hère et vous me mettez bien trop haut !

    Carole, votre « page » sur le sinistre french prime minister est très instructif : lamentable.

    Zwartepiet : je ne me suis jamais mépris sur Nasser. Si nous avions su prendre nos responsabilités, nous n’en serions sûrement pas là, aujourd’hui, au Moyen-Orient…
    Alors Nasser qui était pressé et avait avec lui beaucoup de copains pressés voulait aller vite.
    Les russes ont été ravis de l’aubaine… L’occident a laissé la place et l’Égypte merveilleuse, est tombée dans 40 années de communisme.
    Mais avec des « si »…..

    Amitiés à tous

    Ernest

  83. Zwartepiet dit :

    Réponse à Ernest Gransagne re: L’occident a laissé la place et l’Égypte merveilleuse, est tombée dans 40 années de communisme.

    Sur le plan économique, il est clair qu’après l’humiliation du Barrage d’Assouan, l’Egypte a favorisé un régime de développement socioéconomique « socialiste » et « collectiviste »… Mais, géopolitiquement, Nasser fut le fondateur –avec le Maréchal Tito et le Premier Ministre indien Nehru– du Mouvement des Non-Alignés dont la logique était de renvoyer dos à dos l’Occident ET l’Union Soviétique.

    En outre, dès les Accords de Camp David de septembre 1978, l’Egypte devint le « client fidèle » des Etats-Unis au Proche-Orient…

    Pour revenir au parallèle entre la Crise de Suez de 1956 et l’actuelle crise opposant Israel à l’Iran, il est intéressant de noter que l’invasion de la Hongrie par l’armée soviétique se produisit le 24 octobre 1956… Aujourd’hui, c’est la Chine qui a repris le « rôle de challenger » de la défunte URSS et la « Hongrie chinoise » est, à mon avis, l’archipel d’îles inhabitées Diaoyu! (*)

    Si l’Occident, avec Israel en fer de lance, s’en prend à l’Iran, la Chine envahira l’archipel Diaoyu –quelle sera, ensuite, la réaction du Japon? Le Japon invoquera-t-il son alliance avec les Etats-Unis pour… reconquérir les îles Senkaku/Diaoyu? Il est vraisemblable que, sous la pression des diplomates américains, le Japon renoncera à solliciter l’aide militaire des Etats-Unis… ou, si le Japon réclame publiquement un appui américain, les Etats-Unis refuseront de bouger! Dans les deux cas, le Japon perdra la face –et le glas de l’influence américaine en Extrême Orient aura sonné! Les Américains et leurs alliés israéliens seront alors empêtrés dans un énième conflit au Moyen Orient –cette fois, avec l’Iran– tandis que la Chine imposera sa loi à ses voisins asiatiques.

    La « fenêtre de tir » pour un tel scénario se situe, me semble-t-il, dans la période post-électorale des Etats-Unis: si le Président sortant, Barack Obama, est battu, il restera néanmoins en fonction jusque fin janvier 2013 –il sera un lame-duck President. Dans ce cas de figure, il ne pourra s’opposer à une attaque préventive d’Israel contre l’Iran, laquelle sera sans doute approuvée par la bureaucratie du Pentagone… Si Barack Obama remporte un deuxième mandat… les choses se compliqueront alors pour les va-t-en-guerre. Barack Obama se retrouvera, dans ce cas, dans la même situation que le Président Dwight D. Eisenhower en novembre 1956: ce dernier fit pression sur la Grande-Bretagne pour cesser et se retirer de la campagne de Suez…

    Cordialement,
    Zwartepiet.

    (*) International | 10/03/2012 @ 2:48AM |1 778 views

    Interview with Professor Yabuki on the Senkaku/Diaoyu Crisis and U.S.-China-Japan Relations

    http://www.forbes.com/sites/stephenharner/2012/10/03/interview-with-professor-yabuki-on-the-senkakudiaoyu-crisis-and-u-s-china-japan-relations/

  84. Sylviane VALENTE / de GREGORIO dit :

    Bonjour, Monsieur le Premier Ministre, et Cher Jean-Pierre !

    Bonjour à Tous nos Amis et Toutes nos Amies du Carnet de J. P. – R. §

    Holà, Cher Ernest, point trop de modestie, s’il vous plait !
    Vous n’êtes évidemment pas :

    « un pauvre hère » mais vous êtes sans conteste, un Hobereau du Poitou,
    un preux chevalier (Ivanohé ?) sur son beau cheval blanc, le Chevalier Bayard,
    Zorro – le vengeur démasqué – !……

    Bon, je vais arrêté là, mes comparaisons d’Ernest avec de grands défenseurs
    des gentes dames et damoiseaux, des veuves et des orphelins et de nos Amies les Bêtes !

    Sourire, sourire, un brin d’humour, bien nécessaire en ces temps difficiles pour
    beaucoup d’entre nous !….

    Quand, sur ce Carnet, nous sommes « attaqués – attaquées » par un « Vilain et Méchant » …….

    Ernest, encore Merci pour vos prises de positions en faveur des « faibles femmes »,
    des opprimés (ées) et des plus fragiles d’entre nous !

    Ces remerciements s’adressent également à nombre de nos Amis : Jacques, Jany, Claude
    et notre Chère Carole, plus particulièrement, sans oublier bien évidemment notre
    Premier Ministre Favori, Jean-Pierre RAFFARIN  !

    Bien à Vous, Cher Ernest !

    Bien à Vous Tous Chers Amis et Vous Toutes Chères Amies du Carnet de J. P. – R.

    Toujours, très fidèlement à Vous, Monsieur le Premier Ministre Humaniste, et Cher Jean-Pierre !

    Sylviane.

Laisser un commentaire