Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

65 commentaires

  1. Thomas dit :

    Seulement deux fois Monsieur le Premier Ministre ?
    Je compte 4 occasions d’avoir voté NS depuis 2007. ;)

  2. le coz beatrice dit :

    question apaisement vous êtes mal placé…je suis furieuse après vous..;franchement..;tant de rancœur tant de vengeance,je ne crois pas un mot de sincérité quaaand vous parlez de « nouvelle génération »..et puis si vous le pensez si fort ,faites en de même ,disparaissez de la vie politique……décidément les, chiraquiens ont souvent été des gens malveillants..que vous ayez des rancœurs je peux comprendre les étaler dans la presse me dérange..ça a été de même pendant le mandat de Sarkozy.;votre credo utiliser la presse..je n’aime pas et je n’aimerai jamais les gens qui donnent des leçons.;il est ou mr Rafarin votre bilan de premier ministre..décidément entre la Bachelot et Rafarin nous avons les manœuvres des chiraquiennes dans toue sa splendeur.;et tout cela parce que le sénat ne vous a pas été donné..comme Bachelot..tout le monde sait qu elle a fait les pires caprices pour rester ministre 5 ans…je suis profondément déçue..je suis pour le renouveau de la classe politique mais pas au détriment des autres et st surtout pas pour se venger…lavez votre linge sale en famille pas devant tous les français..c’ets lâche..
    cordialement
    beatrice

  3. SEDAT Reynaldo dit :

    [...] 2016 ou 2017…? lol

    PS Nous avons besoin de Nicolas Sarkozy tous les jrs.

  4. Bruno dit :

    Bonjour Monsieur le Premier Ministre,
    Je vous l’annonce d’entrée : je suis de l’autre bord !
    Je sais que nul n’est parfait… Mais je suis républicain : je respecte les idées des autres surtout lorsqu’elles sont constructives.
    Si je me permets de réagir à votre post, c’est malheureusement pour aller dans votre sens…
    En effet, hormis toutes considérations d’idées sur la gestion des affaires, donc le fond, c’est sur la forme que j’ai toujours eu du mal avec Monsieur Sarkozy.
    Sa perpétuelle agitation, son ego sur dimensionné à vouloir régler personnellement tous les problèmes étaient un vrai problème au regard de notre république.
    S’il souhaitait la 6ème sans Premier Ministre, il fallait la proposer aux français…
    Cordialement.
    Bruno

  5. Caroline dit :

    Je propose que l’on demande un bilan du gouvernement sous l’autorité de Jean-Pierre Raffarin !
    Monsieur le Premier Ministre vous seriez plus crédible si vous demandiez un bilan sous les 10 années de la droite au pouvoir. Pourquoi uniquement pour le quinquennat de Nicolas Sarkozy ?
    Merci, je quitte le navire UMP sans regret.

  6. Raffarin gâche la fête des Amis de Nicolas Sarkozy | L'UMP d'après dit :

    [...] un billet publié mercredi après-midi sur son blog, M. Raffarin a tenté de nuancer ses critiques contre [...]

  7. Berthouze dit :

    Bonsoir,
    Ce qui est navrant pour la droite Française, ce sont les « ego » surdimentionnés, qui font que chacun se croit plus fort que l’autre , au lieu d’agir solidairement.
    Je pense que la « droite » réussira et c’est indispensable pour notre pays, si nos politiques dont vous faites partie , pensent à la France et non pas à eux-mêmes. Alors oubliez vos rancoeurs personnelles , et si vous avez des incompréhensions , parlez en directement aux personnes concernées au lieu d’étaler sur la place publique vos différends qui font la joie de la gauche.
    Salutations

  8. Roch leon dit :

    Felicitations pour cette prise de position que je partage à 100%. Si l’UMP est incapable de comprendre que son probleme est un problème d’hommes elle est morte.
    En premier lieu chassez Sarko qui nous a fait perdre les élections en raison de sa personnalité.
    Chassez aussi ceux qui le soutiennent et créez un nouveau parti .

  9. Claude dit :

    Bonsoir Monsieur le Premier ministre,

    Vous dites : « Les faits ont montré que 2012 était gagnable ». Nous sommes bien d’accord. Si vous et quelques autres aviez été derrière Nicolas Sarkozy clairement, sans faux semblants et sans vos éternelles réserves, pendant tout son quinquennat, c’est certain, il aurait été réélu. A vouloir marquer votre différence avec le leader que les circonstances et son talent vous ont donné, vous avez fait le jeu de vos opposants.

    Je l’ai assez fait remarquer pendant tout le quinquennat en me mettant à dos vos adorateurs flagorneurs et inconditionnels.

    Vous avez donné la France en fermage à des fermiers incompétents plus prêts à parier sur l’oisiveté que sur l’initiative, l’imagination, le courage et le gout d’entreprendre. Ils rendront une jachère et les dix ans suivants ne suffiront pas pour tout remettre en état.

    Au point où nous en sommes, il faut positiver et considérer que les français qui vont perdre beaucoup ne perdront cependant pas tout à devoir faire la comparaison avec le pouvoir actuel. La différence est saisissante. Cela devrait les rendre plus perspicaces pour quelques législatures. Le danger ce serait que quatre ans de plus à décourager les français et à mépriser les entrepreneurs nous mettent dans une situation inextricable dont il sera dur de sortir.

    Nous allons également donner aux investisseurs étrangers que nous essayons de convaincre malgré leurs rebuffades répétées, le faux sentiment que le meilleur endroit où ne surtout pas investir est la France. A quoi bon faire fortune en France pour se voir mépriser et confisquer les 3/4 de la fortune faite. Par exemple, certain ministre qui pleurniche de longs mois durant auprès de Titan au point de le pousser à écrire une lettre caricaturale mais pas infondée. Ou encore, quand ce ministre qui fait ricaner les américains devrait se réjouir qu’une vedette de la télévision américaine fasse mieux connaitre un produit français que les américains croyaient américain (T-Fal), il se précipite sans réfléchir aux conséquences pour dire « c’est nous, c’est nous, c’est moi, c’est moi ! » ce qui n’est assurément pas une référence pour les acheteurs américains.

    Voilà à qui vous avez confié la France. Et si je vous aime bien pour qui vous êtes, je n’aime pas vos funestes ambiguïtés.

    Cordialement,
    Claude

  10. jany dit :

    Monsieur le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin,

    Encore une fois vous montrez dans votre billet le réalisme et la grande vision politique qui vous habitent.
    Vous allez certainement trouver de l’incompréhension sur votre passage car les mots n’ont pas toujours le même sens chez les personnes…

    Souvent aussi le parcours de l’homme politique n’est perçu qu’au travers de brèves images des critiques faciles…sur un mot, une expression…sans comprendre les raisons de fond…

    Victor Hugo écrivait « Ceux qui vivent ce sont ceux qui luttent, les autres je les plains »

    Je ne suis pas Victor Hugo, je ne suis qu’un homme de passage, pourtant cette animosité, la vulgarité de certains propos m’affligent…
    Je plains ces gens qui bannissent les hommes sans comprendre, la frustration qui parle en eux, les empêche de vivre et d’aimer…

    Depuis deux ans et demi, peut-être plus, nous avons souvent parle avec notre ami Jacques, de la nécessité pour la Droite de s’ouvrir a un courant « humaniste et social », »humaniste et progressiste ».

    Nous ne demandions pas le reniement de la pensée de la Droite traditionnelle, nous demandions une petite ouverture afin que le discours du Président de la République, son expression, soient mieux perçus par le peuple…

    Avons nous été compris, entendu, non !
    Le Président de la République Nicolas Sarkozy est resté dans son rôle…
    Demain, il nous dira « j’ai changé »…Et les médias feront semblant d’y croire…

    On cherche des responsables pour l’échec de Nicolas Sarkozy…
    Ce n’est pas lui c’est les autres…

    Et bien non Nicolas, ce n’est pas les autres, c’est vous !
    Vous aviez tout pour gagner, un bon bilan, un entourage d’Élus de Droite de grande qualité…

    Vous auriez pu négocier le passage Fillon / Borloo ou autre, vos hésitations ont gâché la possibilité de prendre une autre dimension, plus sociale, plus progressiste, plus humaniste…
    Vous auriez pu mettre en marche une démocratie plus moderne…

    La TVA Sociale, combien de temps a t-il fallu pour que vous vous décidiez ?

    Vous avez exercé votre pouvoir de façon solitaire, vous n’entendiez pas les bons conseils de vos vrais amis…Vous avez suivi les autres…

    Aujourd’hui, la Droite essaie de se reconstruire, malheureusement il y a eu des incompréhensions, il faut recoller, colmater et puis retrouver une unité…

    Il y a dans cette Droite, des hommes et femmes politiques de qualité, des personnes intelligentes qui ont un avenir, d’autres vont aussi sortir des rangs…préparons les municipales et les prochaines rencontres électorales dans la réflexion, un climat serein et apaisé …

    2017, c’est encore loin, il y a un chemin a montrer…a la Droite et aux français…
    Pour la présidentielle, un candidat trouvera l’appui de ses amis…
    Aucune porte n’est fermée…Mais de grâce ne racontons pas la même histoire aux français…
    Si Nicolas Sarkozy voulait revenir, il faudrait qu’il est vraiment changé…

    Inachevé

    Bien cordialement,

    jany

  11. jany dit :

    Texte modifie
    Si Nicolas Sarkozy voulait revenir, il faudrait qu’il ait vraiment changé…Merci !

    Monsieur le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin,

    Encore une fois vous montrez dans votre billet le réalisme et la grande vision politique qui vous habitent.
    Vous allez certainement trouver de l’incompréhension sur votre passage car les mots n’ont pas toujours le même sens chez les personnes…

    Souvent aussi le parcours de l’homme politique n’est perçu qu’au travers de brèves images des critiques faciles…sur un mot, une expression…sans comprendre les raisons de fond…

    Victor Hugo écrivait « Ceux qui vivent ce sont ceux qui luttent, les autres je les plains »

    Je ne suis pas Victor Hugo, je ne suis qu’un homme de passage, pourtant cette animosité, la vulgarité de certains propos m’affligent…
    Je plains ces gens qui bannissent les hommes sans comprendre, la frustration qui parle en eux, les empêche de vivre et d’aimer…

    Depuis deux ans et demi, peut-être plus, nous avons souvent parle avec notre ami Jacques, de la nécessité pour la Droite de s’ouvrir a un courant « humaniste et social », »humaniste et progressiste ».

    Nous ne demandions pas le reniement de la pensée de la Droite traditionnelle, nous demandions une petite ouverture afin que le discours du Président de la République, son expression, soient mieux perçus par le peuple…

    Avons nous été compris, entendu, non !
    Le Président de la République Nicolas Sarkozy est resté dans son rôle…
    Demain, il nous dira « j’ai changé »…Et les médias feront semblant d’y croire…

    On cherche des responsables pour l’échec de Nicolas Sarkozy…
    Ce n’est pas lui c’est les autres…

    Et bien non Nicolas, ce n’est pas les autres, c’est vous !
    Vous aviez tout pour gagner, un bon bilan, un entourage d’Élus de Droite de grande qualité…

    Vous auriez pu négocier le passage Fillon / Borloo ou autre, vos hésitations ont gâché la possibilité de prendre une autre dimension, plus sociale, plus progressiste, plus humaniste…
    Vous auriez pu mettre en marche une démocratie plus moderne…

    La TVA Sociale, combien de temps a t-il fallu pour que vous vous décidiez ?

    Vous avez exercé votre pouvoir de façon solitaire, vous n’entendiez pas les bons conseils de vos vrais amis…Vous avez suivi les autres…

    Aujourd’hui, la Droite essaie de se reconstruire, malheureusement il y a eu des incompréhensions, il faut recoller, colmater et puis retrouver une unité…

    Il y a dans cette Droite, des hommes et femmes politiques de qualité, des personnes intelligentes qui ont un avenir, d’autres vont aussi sortir des rangs…préparons les municipales et les prochaines rencontres électorales dans la réflexion, un climat serein et apaisé …

    2017, c’est encore loin, il y a un chemin a montrer…a la Droite et aux français…
    Pour la présidentielle, un candidat trouvera l’appui de ses amis…
    Aucune porte n’est fermée…Mais de grâce ne racontons pas la même histoire aux français…
    Si Nicolas Sarkozy voulait revenir, il faudrait qu’il ait vraiment changé…

    Inachevé

    Bien cordialement,

    jany

  12. David dit :

    Pourquoi ne pas travailler plutôt à créer les conditions d’une victoire en captant l’attention de l’opinion publique par des propositions concrètes permettant à la France de sortir du marasme dans laquelle l’ont plongé des décennies de socialisme plus ou moins rampant ?

  13. Jacques D'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Cher Monsieur le Premier Ministre,

    J’ai suivi votre intervention dans le talk Orange/Le Figaro.

    Bravo et merci pour tout ce que vous faites. Je partage tout à fait votre point de vue et notamment sur le jugement globalement positif du bilan de Nicolas Sarkozy.

    Il est cependant très heureux qu’un Sage, très lucide, secoue le cocotier à l’UMP. Vous êtes celui-là, l’un des seuls qui cherche à faire bouger les lignes en tenant compte des erreurs du passé. Il y a beaucoup de travail pour reconquérir la confiance des français si l’on veut regagner quelques municipalités et territoires. Alors tout le monde au travail, et en particulier les jeunes « pousses » du parti, cette nouvelle génération qui doit saisir l’occasion qui lui est proposée. Inventer une nouvelle méthode dans une famille où la culture du chef a toujours été dominante pour bâtir un réel projet qui devrait également permettre l’émergence d’un nouveau leader.

    Sinon, comme vous dites : « Nicolas Sarkozy sera-t-il la solution en 2016 ? Nous verrons bien ». Mais dans ce cas, c’est que l’UMP n’aura pas réussi sa mutation! Et à savoir si le Peuple acceptera de lui redonner une nouvelle chance, car comme le dit Jany « ne risque-t-on pas de revenir aux mêmes causes, mêmes effets… » si l’on ne tient pas compte des causes de l’échec de la présidentielle mais aussi des élections locales.

    Amitié

    Jacques

  14. JD dit :

    Monsieur le Sénateur,

    Vous ne contribuez pas à l’épanouissement de la nouvelle génération de l’UMP en tenant de tels propos. Vous créez inutilement confusion et tension au sein d’un parti qui a plus que jamais besoin d’union et de solidarité.

    Mettez votre légendaire dynamisme au service de la construction d’un nouveau projet politique de droite et vous rallierez plus efficacement cette nouvelle génération de l’UMP que vous appelez de vos vœux et à laquelle j’appartiens !

    Bien à vous

    JD

  15. claude vidal dit :

    Peut être. Il faut certainement se remettre en cause chaque fois qu’on en a l’occasion.
    Mais pourquoi ne pas faire la cuisine à la maison entre ceux qui viennent de se retrouver et commencer par soi-même ?
    Déjà je ne suis pas d’accord sur le reproche de la droitisation de la droite qui n’a pas à se gauchir ni a prendre un bain de pensée unique pour être droite dans ses valeurs comme l’humanisme individuel.

    Dans l’espoir d’un 3ème vote pour un Sarkozy qui a beaucoup appris (il me semble en tout cas) si les circonstances et lui-même s’y prêtent.

  16. Alain Lavallée dit :

    Bonsoir M. le Premier ministre,

    il est vrai que mon regard est celui d’un lointain étranger, mais j’ai pris connaissance dans le Figaro et autres médias de France de « l’inventaire » que vous faites du quinquennat de l’ex Président Sarkozy.

    C’est un bilan, qui ne plaira pas à tous, mais qui à mon sens est celui d’un grand connaisseur en matière de leadership, de caractères et de politique, un bilan lucide.
    Oui, il y a eu «  »exercice solitaire du pouvoir », et cela autant dans la direction de la France, que dans les relations avec l’étranger, et personellement je pense que revenir en 2016, avec la solution de 2007, comme l’écrit notre ami Jacques d’Hornes «  »c’est que l’UMP n’aura pas réussi sa mutation! «  ».

    Bien cordialement,

    Alain Lavallée

  17. jany dit :

    Monsieur le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin,

    Votre billet et vos interventions médiatiques sont clairs, vous donnez une bonne image du bilan général de l’ex Président Nicolas Sarkozy…

    Aujourd’hui ce qui importe c’est l’avenir de l’UMP et sa reconstruction après la défaite aux dernières élections…Vous y contribuez…

    Que M. Nicolas Sarkozy veuille revenir en politique pour y jouer un rôle, cela le regarde…
    Que les français voient en Nicolas Sarkozy l’homme de la providence, il y a encore beaucoup de chemin si l’on écoute les sondages des médias « souhaitez-vous le retour…. »

    L’UMP se reconstruit, souhaitons que les leaders prennent conscience de leur tache, nous connaissons les raisons de la confusion, l’avenir est dans l’expression de l’unité de la Droite qui accepte sa diversité…

    Bien cordialement,

    jany

  18. Goldschmidt dit :

    Cher Monsieur,

    Sarkozy a trahi les intérêts premiers de la nation. De ce traître, vous pourrez débarasser la droite traditionnelle – laquelle s’est faite parfaitement bernée – qu’en communiquant subtilement sur son appartenance effective au groupe de Bildeberg. En dehors de cet éclairage s’avérant fort salutaire vis-à-vis des intérêts économiques et sociaux du pays, tout ce que vous pourrez dire n’aura malheureusement pas plus de poids que n’en a une plume. Pour l’heure, beaucoup vous perçoivent tel un stérile diviseur.
    Attaquez là où ça fait mal ! Pour exemple, posez la question de savoir pourquoi mange-t-on des graisses végétales en lieu et place du beurre de cacao alors même que tout un chacun sait pertinemment toute la dangerosité de ces graisses qui bouchent les artères et de fait diminuent notre espérance de vie.
    Il vous revient de faire ouvrir les yeux à nos adhérents et compatriotes. La belle idée d’un gouvernement mondial ne constitue en soi rien de plus rien de moins qu’une utopie permettant de faire progresser les marges des multinationales et au final celles des grands groupes financiers.
    Par ailleurs, j’ai en ma possession quelques éléments qui vous intéresseront sans l’ombre d’un doute.
    Restant à votre disposition,
    Bien affectueusement,
    Clément Goldschmidt

  19. michel43 dit :

    l »erreur de SARKOZY c »est d »abord d »avoir mentie a ses électeurs,des traites de gauches au gouvernement et un socialiste a la cours des comptes; ensuite FILLON qui dit:je dirige un pays en faillite, et bien fallait le redresser, remettre de l »ordre dans les finances; un pays dont les intérêts est le premier budget du pays,est forcément étrangler,, se fut le contraire, plus 600 milliards, il a perdu cars il était incapable de redresser son pays ,il n »était pas a la hauteur de la tache, trop autoritaire, imbus de sa personne, et tres mal entourer pars de faux amis,, la droite,la plus béte du monde a encore laisser le pouvoir a cette gauche incompétente, il aurait suffit d »un accord avec la nouvelle droite national;6.5 millions d »électeurs, qui de toute façons est désormais incontournable,si on veut revenir au pouvoir, 2014, il va y avoir de vrais surprises dans les urnes, 2017, c »est autre chose, sans langue de bois MOI

  20. Goldschmidt dit :

    Suite des exemples probants qui mettent en exergue l’extrême médiocrité du bilan Sarkozy :
    la valeur la plus fondamentale de la droite ne reste pas moins la notion de liberté, or, la taxe sur les exilés fiscaux a offert à la gauche du grain à moudre permettant de incriminer les commerçants exilés et non point les fonctionnaires expatriés, lesquels gagnent nonobstant bien davantage que n’en gagne un commerçant exilé, la France n’étant point hélas les USA, mais bien le pays souffrant de la plus forte fiscalité du globe terrestre (cette mesure proposée par Nicolas n’était là que pour compenser des décisions favorables aux grands groupes (loi Copé).
    Eisenhower nous renseignait dès 1954 que « le danger viendra dorénavant de l’intérieur ». En son temps, Chirac avait mis en garde notre société concernant ces possibles dérives, celles-là mêmes qui ont permis aux grandes enseignes de la distribution de s’implanter partout au détriment des petits commerçants, le cœur de cible de la droite traditionnelle…
    Les exemples ne manquent guère et les conclusions sont sans appel : Sarkozy n’est rien de plus qu’un pion prestigieux au service des grands groupes, laissant le soin aux petits indépendants de supporter seuls le train de vie du modèle social français. Voilà la plus stricte des vérités et vous ne pourrez reprendre le poids politique et l’héritage chiraquien qui vous incombe, qu’en dénonçant ouvertement et froidement la dérive globalisante et asservissante vers laquelle les amis de Sarkozy voudrait volontiers nous imposer via les problèmes d’insécurités. En effet, si vous faites l’effort de mettre les choses à plat, il vous apparaîtra que nous avons parlé du voile intégral durant 4 ans – pendant que la plupart des pays de l’OCDE ont opté pour une intelligente immigration choisie sans pour autant devoir créer des débats haineux – et nous avons accueilli parallèlement un million d’immigrés supplémentaires en pleine période de crise du logement et alors même que la pression sur les salaires était déjà proche de son paroxysme. Bref, de toute évidence, on ne pourra nullement affirmer que le bilan sarkozien s’avère mitigé ou pas bon ; en réalité, celui-ci est très, très mauvais. Et le devoir nous dicterait de poursuivre ce traître pour haute trahison plutôt que de parler de sa personne comme constituant une possible alternative. À votre avis, pourquoi Sarkozy profita à plein du soutien des princiaux médias… Parce que les principaux rédacteurs en chef et autres propriétaires appartiennent à ces nébuleux cercles de réflexions. Pourquoi ne ressentent-ils point la moindre honte à l’idée de trahir dans le secret les intérêts premiers de leur pays ? Deux réponses : tout d’abord, le discours tenu lors de ces « réflexions » porte sur la bienveillance à terme du système de concentration, concentration des entreprises, concentration des pouvoirs, ceci dans le dessein de voir émerger une construction européenne qui nous permettra d’être mieux à même de négocier au sein d’un Gouvernement mondial. De la sorte, nous pouvons raisonnablement imaginer quel sera la teneur des préoccupations habitant les pensées de ces charmants dirigeants. La deuxième raison réside dans l’efficacité redoutable que le groupe Bildeberg s’emploie à déployer auprès des médias aux fins de faire grimper ou non le matricule politique de ceux qui leur promettent le retour de l’ascenseur. Chirac sait tout cela mais ses enfants se sont soit fait corrompre soit fait endormir. Il vous revient de faire ouvrir grand les yeux des militants. Dans l’éventualité où vous décideriez de jouer la carte de la vérité par rapport à ce droit d’inventaire tant attendu, indispensable, alors, je vous conseille d’adopter vis-à-vis de Sarkozy la meilleure stratégie qui vous puissiez utiliser face à une mauvaise herbe et qui consiste à ne prendre aucune pincette ; pensez-vous peut-être qu’il prend des pincettes à votre égard ? Rentrez-lui dans le lard en argumentant tel que je viens de le faire. Croyez-moi, il n’y a que de cette manière musclée que vous reprendrez une place tout à fait prépondérante au sein de la droite traditionnelle, au sein de l’UMP. Car tout ce que je viens de vous exposer est bien connu de tous, cela inconsciemment ou consciemment ; il suffit parfois d’une petite étincelle pour révéler aux yeux de tous le vrai visage d’un homme tant aimé, à tort. Mais se battre suppose que l’on distribue de vraies droites. Sans quoi, les tièdes réserves s’avérent souvent au bout du compte contre productives. Si vous souhaitez vous battre, utilisez vos armes, ne les regardez pas en espérant que leur simple allusion auront eu tôt fait de faire rentrer Hitler dans le droit chemin. Car c’est lui qui risque dès lors de vous discréditer, de vous tuer. Je suis bien placé pour le savoir puisque cette teigne a décrété un embargo économique sur ma personne. Aussi, ayant gardé quelques contacts dans la police et à l’Elysée, chaque fois que je contacte quelqu’un, on passe gentiment derrière moi afin de discréditer mes propos. Cette vieille technique est toujours efficace, mais en politique, seuls ceux qui posent problème ont un avenir, aussi lointain soit-il, les autres font de la figuration. La vie est simple ; il faut simplement choisir entre vouloir faire de la figuration, et vouloir être acteur. Vous me paraissez être un bon acteur. Aussi, je vous conseille de rentrer en scène de manière plus appuyée, face au public, avec en poche des exemples suffisammment explicites pour décourager à l’avance le combat. La bonne technique de Louis XI, laquelle consistait à d’abord étaler toutes les armes, autorise la paix et la confiance retrouvée. Concrètement, au 21ème siècle, si vous faites état d’une trop forte présence des lobbys au sein de de l’Union européenne ainsi qu’au sein de l’UMP, vers qui dorénavant la confiance des militants et celle des sympathisants se tourneront ? Vers le premier qui en prit conscience, la confiance ira vers celui en qui la confiance peut être retrouvée. Si vous défendez les intérêts des petits artisans commerçants agriculteurs, vous pèseriez de la sorte infiniment plus lourd que tous ceux qui vous critiquent. Et de surcroît, vous seriez aimé. Donc intouchable, inattaquable. Il est là le vrai combat, dans la vérité et dans le rapport de confiance que l’on a instauré avec les petites forces vives du pays, celles-là mêmes qui ont été copieusement trahies par Sarkozy et au final par tout l’UMP. Au demeurant, je peux vous prédire une série de mauvais résultats électoraux tant que nous n’aurons pas regagner la confiance des petits artisans commerçants agriculteurs et autres indépendants. Elle est là la vraie droite, elle est puissante, car sans elle, plus grand chose n’est accessible à l’UMP. Or, prenez-en bien conscience, ces gens-là sont affreusement déçus et ont le sentiment d’avoir été trompés, à juste titre. Il se situe précisément là l’actuel problème de l’UMP, la confiance ayant été rompue ; il n’est dès lors absolument pas impossible de constater d’ici quelques mois que le FN est passé devant l’UMP. Car la gueule de bois face à un compromis affiché vis-à-vis d’un putsch raté engendrera avec raison quelques fâcheuses interprétations tout aussi inconscientes que conscientes. En effet, à mesure que le putsch s’avérait de plus en plus raté, nous assistions incrédules au rétrécissement de plus en plus effectif du mandat du général putschiste. Ce consensus autour d’une fraude électorale massive (fausses procurations et opérations d’annulation des bureaux de votes profitant à l’adversaire via le bourrage d’urnes orchestré par Copé au bénéfice de Fillon), ce consensus interminable autour d’un calendrier imposé par un général putschiste laissera des traces, de profondes crevasses, des coups de canifs dans le contrat du vivre ensemble.
    Pour toutes ces raisons, je peux vous assurer que l’image de l’UMP n’a jamais été aussi mauvaise qu’aujourd’hui ; jamais la droite traditionnelle française n’a joui d’une telle image, et à l’internationale et dans nos rangs. La droite traditionnelle n’est plus ; elle n’existe plus.
    Il vous revient par conséquent de la reconstruire en suscitant la confiance. Marquer vos distances vis-à-vis d’un général putschiste me semble déjà constituer une première initiative qui irait vers la raison et la vertu, vers ces deux ingrédients indispensables à la confiance. Copé doit dégager avant septembre. Et il dégagera, avec ou sans votre aide. Autant que vous vous situiez du bon côté de la barrière de l’Histoire démocratique de notre nation… La confiance représentant le fonds de commerce de tout parti.
    Bien affectueusement,
    Clément Goldschmidt

  21. Claude dit :

    Cher Michel43,

    Vous dites « … et tres mal entourer pars de faux amis… »

    Vous avez bien raison ! La majorité d’entre eux n’étaient pas de faux amis mais il y en avait quelques-uns avec des figures de Raminagrobis et un arrière-fond de Grippeminaud.

    Cordialement,
    Claude

  22. claude simonnet dit :

    TCJPR, bonjour,

    Nicolas Sarkozy a la capacité de mobiliser les énergies et de s’imposer en tant que candidat, face à ceux et à celles qui postulent avec beaucoup de mérite et de conviction.

    Des erreurs, chacun en fait et en fera, et par ailleurs chacun a une visée constructive de l’avenir. Nicolas Sarkozy a clairement montré que nous étions face au mur de l’échec sans renoncer à surmonter les difficultés afin de dépasser cet obstacle.

    Les demandes en sacrifices ne sont jamais partagées que par ceux qui les subissent. C’est tout l’art du discours politique habile qui n’en mentionne pas l’existence ou la nécessité, mais qui les insuffle avec délicatesse. Nous en sentons les actuellement les frémissements.

    Bien cordialement.

    Claude Simonnet.

  23. Raffarin gâche la fête des Amis de Nicolas Sarkozy | Orchidées dit :

    [...] un billet publié mercredi après-midi sur son blog, M. Raffarin a tenté de nuancer ses critiques contre [...]

  24. Dominique M dit :

    Bonjour M. RAFFARIN,
    Bonjour à tous,
    Il me semble nécessaire de hiérarchiser les questions et de débattre avec méthode.
    1. L’avenir de la France est gravement menacé elles décisions prises par M. HOLLANDE et ses équipes contribuent à aggraver la situation. Il ne fait aucun doute que nous sommes sur une pente de déclin. Et le fait que M. HOLLANDE ait pu être élu montre qu’il y a des forces à la manœuvre qui ont pour objectif ce déclin. Je ne suis pas obsédé par l’idée d’un complot international. Mais je suis sûr que M. RAFFARIN et quelques autres ici comprendront mes propos.
    2. Le bilan du quinquennat de M. SARKOZY n’a d’intérêt que si il est mis en perspective avec ceux de M. CHIRAC. Le volontarisme de M. SARKOZY est l’antidote voulue à l’immobilisme de M. CHIRAC.
    3. Quelle France voulons-nous? C’est là la vraie question! Et l’avenir de l’UMP passe d’abord par la formulation d’une réponse précise à cette question. Car, pour nous les sympathisants et les électeurs, nous avons la plus grande méfiance par rapport au petit jeu malheureusement inhérent à la politique: la gestion des ambitions personnelles.
    Bonne journée,

  25. Dominique M dit :

    Bonjour M. RAFFARIN,
    Bonjour à tous,
    Il me semble nécessaire de hiérarchiser les questions et de débattre avec méthode.
    1. L’avenir de la France est gravement menacé et les décisions prises par M. HOLLANDE et ses équipes contribuent à aggraver la situation. Il ne fait aucun doute que nous sommes sur une pente de déclin. Et le fait que M. HOLLANDE ait pu être élu montre qu’il y a des forces à la manœuvre qui ont pour objectif ce déclin. Je ne suis pas obsédé par l’idée d’un complot international. Mais M. RAFFARIN et quelques autres ici comprendront mes propos.
    2. Le bilan du quinquennat de M. SARKOZY n’a d’intérêt que si il est mis en perspective avec ceux des mandats présidentiels de M. CHIRAC. Le volontarisme de M. SARKOZY est l’antidote voulue à l’immobilisme de M. CHIRAC.
    3. Quelle France voulons-nous? C’est là la vraie question! Et l’avenir de l’UMP passe d’abord par la formulation d’une réponse précise à cette question. Car, pour nous les sympathisants et les électeurs, nous avons la plus grande méfiance par rapport au petit jeu malheureusement inhérent à la politique: la gestion des ambitions personnelles.
    Bonne journée,

  26. Michel Machet dit :

    M. Raffarin
    Je vous remercie d’avoir dit tout haut ce qui me paraissait évident depuis des mois : « Le bilan du précédent président n’est pas parfait. » Merci de ne pas vous joindre au concert pitoyable des pleureuses nostalgiques et autres anciens combattants.
    Vous avez pointé des erreurs stratégiques et tactiques ; pour ma part, ce qui a motivé mon rejet de ce candidat, ce furent ses fautes symboliques. Je ne veux pas parler de son repas dans un restaurant chic le soir de l’élection : on peut facilement imaginer l’émeute s’il était allé plutôt à la cafétéria du coin. Non, je veux parler de situations qui ont démontré qu’il n’avait aucune considération de la chose publique. En voici deux exemples : la tentative de début de mandat pour que son enfant soit nommé à la tête de l’Epad : la France devenait une république bananière ; plus tard, le ton de sergent utilisé pour commander la libération de Mme. Cassez allait immanquablement provoquer des rétorsions : le plus humble président du plus petit pays ne pouvait pas se laisser commander de la sorte, alors le Mexique…
    En mai j’ai d’abord voté contre quelqu’un qui en avait trop fait, en dépit de ses qualités de volontarisme et d’audace. Je ne pense pas être le seul.
    Au vu de l’étroitesse des résultats de l’élection, on est bien obligé de d’admettre ceci : « Compte-tenu du nombre de personnes qui pensaient « N’importe qui sauf SARKOZY ! », ce dernier était LE SEUL A POUVOIR FAIRE PERDRE LA DROITE. M. Fillon, M. Juppé ou peut-être quelqu’un d’autre auraient offert un changement dans la continuité tout à fait honorable.
    C’est la première fois que j’écris à un représentant du peuple. Je tenais à vous montrer mon accord et vous remercier de continuer de dire la vérité. J’ai trouvé l’énergie de vous écrire dans la colère : je m’étais juré que jamais plus au grand jamais je ne revoterais socialiste, perdu!

  27. SEBILLEAU dit :

    Bonjour Mr RAFFARIN

    Je vous écrit en toute clarté et franchise.Aviez vous le mème courage que Mr SARKOZY ll’orsque vous étiez médiatique? pas si sur……
    Cela me prendrait du temps de le démontrer ,peu importe…..
    Je veux surtout vous dire qu’il est grand temps de regagner la confiance de votre électorat et éviter de regarder dans le rétroviseur car il sera bientot trop tard…..2017 n’est pas si loin!!
    J’ai 43 ans ,chef d’entreprise et suis presque découragé ,heureusement que j’ai des enfants scolarisé sinon la france serait lointaine à l’heure ou je vous parle.
    Soyez rassembleur, notre pays en a plus que besoin.
    Cordialement .
    FRANCK SEBILLEAU

  28. Jean-Pierre Raffarin dit :

    S’il est un lieu dans la République où l’on peut tout dire, c’est bien sur ce Blog.
    Vous en êtes les Preuves vivantes. L’essentiel c’est la sincérité.
    Merci à tous.
    jpr

  29. Goldschmidt dit :

    Cher Monsieur,

    Je me permets à nouveau d’éclairer ceux qui aiment à admirer aveuglement un homme qui n’a entrepris aucune réforme structurelle, celle portant sur les retraites nous ont montré toutes les limites du courage d’un futur candidat à sa succession ; c’est humain ; par conséquent, cette réforme a clairement mis en exergue le principal travers de notre République, un mandat de 8 ans non renouvelable permettrait de palier à quelques légitimes attentes excellemment servies par ce que l’on qualifie et glorifie de l’art de la politique, nous français comme victimes des qualités touchant davantage au domaine de la rhétorique qu’aux compétences économiques, oui, cet art qui nous vient tout droit et tout fier du siècle des lumières et de quelques manières proprement monarchiques, cette finesse, devenue hyper consensuelle par obligation implicite depuis les périodes de terreurs républicaines, nous a conduit à nous surrendetter et à endetter nos petits-enfants, ceci précisément par manque de volontarisme et de courage. Nicolas a eu sa chance ; il a préféré rester dans le rôle du brillant musicien qui occupe l’esprit lors du naufrage. Sa marge de manœuvre était certes mince face aux tapages gauchisants, mais, dès 2009, foutu pour foutu, il aurait pu faire passer ce qu’il voulait, la crise économique aidant, aussi je crains fortement que les raisons du renoncement prennent leurs sources dès 2006, peut-être ce jour où il se rendît au chateau de Versailles pour rencontrer tout le gratin du groupe de Bildeberg, nous trouverons là les vraies raisons de ce quinquennat gâché, le mot est consensuel. Il ne s’agit point ici d’un grossier complot international, il s’agit tout simplement de favoriser tel ou tel cheval sur lequel nous prendrons un Put ou un Call, les multinationales jouant le rôle des chevaux. La vérité est que Nicolas a favorisé très fortement les grosses forces vives du pays au détriment des petits fusibles coincés sur le territoire que constituent les modestes indépendants et TPE, bridant leurs capacités à s’aligner avec les grosses structures. En effet, le poids de la réglementation n’est pas vécue par tous de la même manière, et puis il a a tous ces exemplees et ces arbitrages soit disant réfléchis qui ont favoriser les grandes enseignes au détriment des petites structures commerciales. Un autre exemple pour les aveugles: les petites sociétés qui se sont spécialisées dans le photovoltaïque et qui au final n’auront fait que servir sur un plateau un nouveau marché au lobby nucléaire, et si vous regardez attentivement le bilan de notre cher Nicolas, tout aboutit à la même conclusion : en France, on est bien traités par un Etat devenu ennemi du petit peuple travailleur sous le couvert d’une construction européenne qui se veut être la priorité « concentralisatrice » et globalisante à l’égard de nos grandes entreprises, lesquelles doivent demeurer à tout prix compétitives ; en somme, tel un aveu de la non viabilité du fameux modèle français, les niches fiscales, les accords avec Bercy et autres lois, notamment via la loi Copé permettent de compenser un système économique et fiscal devenu intenable et non viable). Un peu d’économie enseignée dès le collège nous autoriserait à espérer pour l’avenir que le modèle socialiste français, lequel est et sera mécaniquement incapable de surmonter une crise de confiance s’étalant sur la durée telle que l’être humain doit pourtant l’affronter environ une fois par siècle, n’aura plus la prétention de tomber dans les extrêmes. Car voyez-vous, tout est là, dans la recherche de l’équilibre, et si, effectivement, tout le monde commet des erreurs, c’est comme les impôts, tout est question de proportions.

    À présent, pour répondre à vos interrogations qui n’en sont plus, cher Monsieur, vous aurez bien entendu vous-même compris que Sarkozy a toujours rêvé d’inscrire son nom au palmarès de ceux qui sont parvenus à reconquérir le pouvoir suprême. Fort heureusement, parmi nous, on ne compte point exclusivement que des mignons moutons de panurge tout prêts à se sacrifier pour peu que le chef de meute retienne votre nom, non, en effet, pour le bien du parti et celui de la France, quelques-uns dotés du bon sens font de la résistance et l’affichent courageusement.
    Aujourd’hui, vous êtes isolé, la meute a parlé, mais l’Histoire vous donnerait raison que cela ne m’étonnerait pas. Juppé étant pour l’heure le seul technicien en situation, constituant à lui seul l’unique alternative crédible dont les finances du pays auront grandement besoin. Sa crédibilité auprès des français auront bientôt fait d’anéantir les appétits sarkozistes et copéistes, lesquels ont respectivement laissé organiser et organiser une fraude massive portant sur des dizaines de milliers de fausses procurations. Pensez-vous que Copé aurait osé ce putsch sans l’appui discret de Sarkozy ? Ce putsch a magistralement raté. Tout le monde étant suspendu à la décision du moindre militant qui se sentirait le légitime devoir de défendre la valeur la plus fondamentale de notre démocratie : le respect du vote. Sans quoi, la confiance s’en trouve quelque peu altérée, c’est là un délicat euphémisme que d’affirmer cette évidence. Le compromis afffiché vis-à-vis d’une fraude électorale qui fut révélée par nos propres bouches agrées, ce consensus autour d’un calendrier imposé jusqu’en septembre par un putschiste qui s’est nonobstant raté, m’apparaîssent tout deux intenables.
    Soyons lucides, si tout le monde réfléchit sans neurones partisans, il apparaît limpide que Juppé a déjà remporté le combat interne, par triple chaos. Ne lui en tenait ici nullement rigueur ; ce sont les évènements qui l’ont porté, ce sont les erreurs commises par ses adversaires. D’ailleurs, apparaissant dorénavant comme étant la personnalité de droite la plus appréciée les français, ces derniers l’ont déjà élu dans les sondages. Ne sommes-nous pas dans une démocratie d’opinions ? Il nous revient par conséquent de l’aider ; n’en déplaise à tous ceux qui se sont trompés de maillot. La formule consacrée veut qu’il ne soit jamais trop tard pour bien faire. C’est exact ; encore nous faut-il faire un petit effort impérieux de discernement et de logique politique. Qui est et sera le mieux placé pour reconquérir le chateau ? Réponse implacable : le moins pire d’entre nous.
    Bien affectueusement,
    Clément Goldschmidt

  30. Michèle Mesny dit :

    Monsieur Raffarin, quand allez-vous cesser de soutenir Rachida Dati qui est d’une indécence rare,et qui fait honte à son parti.. Vous dites qu’il faut penser à elle, mais on rêve, elle a tout eu sans le mériter, elle est Maire du 7ème et député européen, elle a grandement de quoi s’occuper sans baver sur ses collègues de l’UMP. Que fait-elle à Bruxelles, la réponse est rien. Que fait-elle à sa Mairie à part la division parmi les membres de son Conseil Municipal, elle n’est pas aimée par les habitants du 7ème. A part son physique, je ne vois vraiment pas ce que vous lui trouvez. Alors, de grâce, arrêtes de nous bassiner avec Rachida Dati, ça suffit.

  31. COSTAZ dit :

    Monsieur Raffarin,
    qu’avez-vous fais avant que survienne les deux crises financières tandisque Mr Shroeder réformait avec courage et succès l’Allemagne ?
    Qu’avez-vous fais pendant la campagne présidentielle pour soutenir la candidature de Nicolas Sarkozy ?
    En dehors de vous accrocher à vos fonctions de sénateur et de percevoir des émoluments indécents en professionnel de la politique, je ne vois RIEN !
    Rien ne vous autorise à faire le bilan de N. Sarkozy, faites un geste utile, cédez la place à la nouvelle génération.
    Salutations distinguées.

  32. Claude dit :

    Cher Monsieur le Premier ministre,

    Vous dites : « S’il est un lieu dans la République où l’on peut tout dire, c’est bien sur ce Blog.
    Vous en êtes les Preuves vivantes. L’essentiel c’est la sincérité. »

    Nous le savons tous et nous vous en remercions. C’est un endroit parfaitement libéral où l’on s’exprime librement simplement soumis, pour la plupart d’entre nous, à notre sens des responsabilités. C’est aussi sans doute pour ça que je vous aime même quand vous ne faites ou ne dites pas que des choses que j’aime.

    Cependant, ce que je dis ici, grâce à votre ouverture d’esprit, n’a que peu de portée contrairement à ce que vous dites ici ou ailleurs. Aussi vous avez un devoir et une responsabilité plus grands que les nôtres et je sais que vous y êtes attentif.

    Merci,
    Bien cordialement,
    Claude

  33. jany dit :

    Michèle,

    Vous m’étonnez et vous étonnez certainement beaucoup de gens sur les qualités que vous attribuez a Madame Rachida Dati…

    J’ai au contraire pu entendre que dans son arrondissement ses collègues et ses administres l’appréciaient beaucoup…

    Madame Rachida Dati a un long parcours politique, de l’expérience qui font qu’elle aura certainement d’autres grandes responsabilités dans l’avenir…

    C’est dans ce sens que notre hôte M. le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin parlait.

    La Droite doit se rassembler et grandir en confiance…
    Les « jeunes pousses » doivent faire entendre leur voix et mieux se faire connaitre des français…
    C’est pourquoi, il est important que cette période soit a l’apaisement et a la réflexion…

    N’oubliez pas Michèle, le 24 Mars 2013, la Grande Marche de Printemps de l’UMP et de tous les mécontents a Paris…

    Bien cordialement,

    jany

  34. Claude dit :

    Cher Clément Goldschmidt,

    Vous dites : « Un peu d’économie enseignée dès le collège nous autoriserait à espérer pour l’avenir…. ». Vous avez raison. Cela a existé. C’est pour cela et pour ma polyvalence que j’avais été recruté à l’IUFM malgré mon âge (55 ans pour passer le concours à 56). Mais c’est fini. Il n’y a plus de cours d’économie au collège.

    Cependant je note que les cours d’économie de 4ème et de 3ème de mon vieux site obsolète sont toujours téléchargés. Aussi je pense qu’un certain nombre de profs les utilisent malgré les changements de programme. Je ne connais pas la raison de cette suppression. Est-ce la difficulté de recruter des profs très polyvalents (économie, gestion, mécanique et électronique), la difficulté d’avoir des profs qui ne détestent pas, peu ou prou, le monde économique en général et les entreprises en particulier ou est-ce la main mise d’un encadrement issu de STI et assez sectaire qui en est responsable mais le fait est qu’il n’y a plus d’enseignement de l’économie au collège et que c’est dommage. Je pense que c’est sans doute un peu des trois à la fois.

    Contrairement à un certain nombre d’idées reçues, les jeunes gens du collège ont tout le bon sens nécessaire pour appréhender avec beaucoup d’intelligence les grandes lois fondamentales de l’économie et souvent mieux que les adultes incapables de dissocier économie et frustrations personnelles. Certes il n’est pas question d’en faire des praticiens mais simplement de les préparer à être des citoyens responsables capable de savoir que tout est question d’équilibre, que l’on n’a rien sans rien et que les richesses que nous consommons ne tombent pas du ciel (c’est peut-être cela qui gène le militantisme de gauche, voire d’extrême gauche, de certains inspecteurs honoraires et de leurs amis trop influents lors de l’élaboration des programmes malgré leur retraite et relayés par des associations de profs).

    En tout cas je peux dire avec certitude que l’économie passionne les jeunes. Le plus grand nombre de mes élèves qui allaient en Lycée général ou technologique choisissaient l’option éco en seconde ce qui prouve que la discipline ne les avait pas laissés indifférents.

    Pour le reste de votre intervention, en dehors de votre avis sur la durée du mandat présidentiel que je partage, je suis assez peu d’accord avec vous surtout quand vous estimez que le capital en neurones de vos contradicteurs majoritaires est insuffisant par rapport au votre. L’intelligence n’est pas le privilège des seuls intellos. Dire que ceux qui ne pensent pas comme vous sont des demeurés n’est pas un argument recevable et ne démontre pas que vous soyez plus intelligent qu’eux.

    Cordialement,
    Claude

  35. Bruno ANEL dit :

    Merci, Monsieur le Premier Ministre, pour ce droit d’inventaire. Je suis plus sévère que vous sur le bilan des années Sarkozy. Un candidat droitier, genre Sarkozy ou Copé, n’a aucune chance d’avoir un jour mon vote. Fillon, qui a une sensibilité plus centriste, peut l’obtenir. Les autres, on verra.

  36. Philippe NOVIANT dit :

    Cher Monsieur Raffarin,
    Vous n’êtes pas à votre place au sein de l’UMP. L’UMP est en train de mourir. Il n’a pas gagné une seule élection depuis 2007 et il se cherche, il lutte pour essayer de retrouver sa voie. On l’a vu aux dernières élections Copé-Fillon, l’UMP n’a plus de ligne politique claire. Il essaie d’aller chasser sur les voies du FN alors que les temps ont changé : le FN a, à présent, un candidat menteur et démagogique qui essaie de faire croire qu’il est légitime en disant qu’il n’est plus raciste et anti-démocratique. Le FN est devenu légitime aux yeux de ses électeurs et l’OPA qu’à réalisé Sarkozy en 2007 n’est plus qu’un lointain souvenir, cela ne se reproduira plus : pourquoi privilégier la copie par rapport à l’original ?
    L’UMP s’est droitisé, vous avez raison de le dire et de l’affirmer. Mais l’UMP ne reviendra pas à sa situation d’avant. Sarkozy n’est pas Chirac et il est impossible que l’UMP redevienne un parti démocratique et humaniste tel qu’il l’avait été au temps du RPR. Vous n’avez donc plus votre place au sein de l’UMP : quittez le sans regret, car il ne correspond plus à vos valeurs ! Pourquoi continuer à soutenir un parti qui reste aveuglé par un candidat qui a perdu toutes les élections de 2007 ?
    L’environnement de l’UMP est pourri, tirez un trait sur ce parti et fondez votre propre parti de droite humaniste en portant les valeurs fortes constituées d’un amour immodéré pour l’intérêt général, comme l’a fait avant vous M. Chirac.
    Sachez être courageux et fort en quittant ce navire en perdition. Il coule, sachez prendre le canot de sauvetage à temps et n’écoutez pas cet orchestre funèbre jouer et jouer encore la petite musique de la défaite et de la perdition.
    M. Raffarin, en tant qu’ancien premier ministre, vous avez la légitimité, vous avez la compétence, vous aurez de quoi fédérer autour de vous. Sachez être le sauveur de cette idée de la droite Républicaine, responsable, compétente, anti-démagogique et anti-utopiste.
    Vous êtes, en tant que proche de M. Chirac, un de mes modèles. Prenez vos responsabilités, et je vous suivrai, moi, petit anonyme, porteur des couleurs de Madame Lepage, ex-ministre Chiraquienne, lors des dernières élections législatives dans la 9e Isère.
    J’attends votre réponse, j’attends votre action.
    Je crains que vous ne soyez notre dernier espoir pour sauver la droite et cette certaine idée de la France que portait Pompidou, De Gaulle et M. Chirac.
    Très cordialement,
    Philippe NOVIANT
    Candidat (très malheureux) aux législatives 2012 sur la 9e Isère

  37. Pierre GUSDORF dit :

    Cher Monsieur Raffarin
    Les médias adorent les personnalités qui jouent contre leur camp. Ceux qui jouent ce rôle, à droite comme à gauche, sont assurés de voir micros, caméras et stylos (si l’on peut dire) se tendre promptement et complaisamment vers eux.
    Il en est ainsi aujourd’hui de Mélenchon et des Verts, poil à gratter du gouvernement. Il en va de même pour G. Collomb, poil à gratter du PS et de D. Cohn Bendit, poil à gratter des Verts.
    Sous le quinquennat Sarkozy, trois députés UMP s’étaient faits les spécialistes de la critique du Président : Georges Tron (jusqu’à son entrée au gouvernement), Hervé Mariton et François Goulard.
    Point commun de la plupart de ces personnalités : hormis le fait de s’en prendre à leurs amis, ils n’ont rien d’intéressant à dire.
    Il est quelque peu regrettable que, avec R. Dati, vous vous cantonniez dans cette fonction au sein de l’UMP depuis les universités d’été de 2011. Est-ce aujourd’hui pour vous la seule manière efficace d’exister médiatiquement ?
    Vous êtes-vous posé la question de savoir comment s’exercera ce droit d’inventaire pour votre propre gouvernement ? La plupart des observateurs considèrent que ces trois années furent perdues pour notre pays… Brillant, non ?

  38. jany dit :

    Monsieur le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin,

    Vous avez bien fait d’écrire ceci:

    « S’il est un lieu dans la République où l’on peut tout dire, c’est bien sur ce Blog.
    Vous en êtes les Preuves vivantes. L’essentiel c’est la sincérité.
    Merci à tous. »
    jpr

    Car aujourd’hui ce matin, l’on a suspendu mon compte « twitter » pour mes arguments, et fait curieux c’était sur l’éveil de la conscience…

    Depuis toujours, nous devons le reconnaitre, vous avez laissé s’exprimer tous les sentiments de chacun, quelques fois des sentiments méchants envers votre propre personne…

    Ce Carnet JPR est un lieu de vie et d’échanges…

    La « sincérité » est un cadre de respect, envers soi-même, envers les autres, mais c’est aussi une voie initiatique pour grandir en conscience…(un jour j’exprimerai les raisons de ces mots)

    La sincérité est en osmose avec le chemin…

    Dans le dialogue, dans un cadre de respect, il y a les échanges d’idées qui font que nos propres sentiments se façonnent aux sentiments des autres (des prochains), ce qu’il en ressort c’est un sentiment différent, d’inachevé, mais au combien plein de promesses !

    Continuez Monsieur le Premier Ministre a garder ce cadre de vie, ce Carnet, en le laissant respirer l’air du temps, au travers lui s’exprimera peut être un temps différent, celui de demain.

    Merci Monsieur le Premier Ministre et merci aussi a tous nos amis qui s’expriment sur ce Carnet, que chacun reste fidèle a ses sentiments intérieurs car dans tous les cas, ils sont tous entendus.

    Bien cordialement,

    jany

  39. Goldschmidt dit :

    (personnel/confidentiel/URGENT)

    Monsieur le Premier ministre,

    A mon humble avis, il vous revient de convaincre avec diligence Juppé de la nécessité de se déclarer avant Sarkozy, or, croyez-moi, ce dernier s’apprête instamment à prendre de vitesse tout un chacun.

    Le premier des deux qui se déclarera éliminera l’autre, de fait, car être étiquetté « diviseur » rend ascétique et improbable le ralliement massif dont le parti a plus que jamais besoin.

    Je crains donc fortement que ce soit aujourd’hui ou presque le moment ou jamais.

    À vous deux, pour le cas où Juppé aurait la bonne inspiration de se déclarer tout aussi urgemment qu’officiellement candidat aux primaires, Lemaire, Baroin, NKM, Apparu vous rejoindront, le reste du gros des troupes ne tardera point à se rendre à l’évidence : Juppé est le plus crédible devant les questions économiques, il est et sera par conséquent en meilleure situation que quiconque du fait de l’amplitude de cette crise de confiance qui s’étend et s’étendra sur la durée. Le plus crédible et le plus austère l’emportera. Oui, en certaines circonstances, l’austérité rassure ; elle est au demeurant la clef de la victoire de 2017, car la réalité économique met en évidence la fragilité et la dangerosité de notre modèle.

    C’est simple, le modèle social français est mort mais personne ne veut prendre la responsabilité de l’enterrer. Pourtant, consciemment ou inconsciemment, les français ont pris conscience que leur modèle n’est pas viable sur la durée. Celui-ci, socialiste, nous pousse à financer nos régimes sociaux par l’endettement privé étranger.

    Celui qui aura le courage de mettre des mots sincères sur notre situation réelle, deviendra notre prochain Président. Je ne vois que Juppé qui puisse être tout à la fois en mesure de faire le sale boulot et de garder une certaine crédibilité rassurante.

    Le choix Sarkozy pourrait fort bien avoir pour conséquence de faire passer le FN devant nous. Entre le peuple et Sarkozy, la confiance est rompue. Il nous ferait perdre une deuxième fois tant sa personne divise l’opinion publique.
    Copé n’a d’autre choix que de rester au service de Sarkozy mais cette équipée-là a déjà prouvé son caractère un tantinet explosif et clivant. Cette équipe perdante n’en reste pas moins hyper volontaire.

    Si votre illustre personne se sentait l’aimable obligeance de bien vouloir lui faire parvenir ce message, peut-être Juppé se sentira-t-il quelque peu comme obligé. Mais il le faut ; il l’est, il se trouve être en ces heures décisives à la croisée des chemins.
    De façon imminente, Sarkozy va se déclarer.

    Tout est question de timing.

    Mes respects,
    Bien amicalement,
    Clément Goldschmidt

    Personnel

    A l’attention de Monsieur Alain Juppé

    Cher Monsieur,

    En réaction constructive à votre billet intitulé « l’impasse » (votre serveur ne répond pas),

    Le vent des réformes structurelles tant repoussées s’engouffrera jusque dans les plus petites interstices de notre structure économique tel un ouragan dont on a voulu se protéger dans la plus pure tradition démagogique en se contentant de fermer les fenêtres, en fermant les yeux, espérant que la dépression aura le bon goût d’épargner notre modèle, lequel est si rigide que l’on pourrait le comparer à un vieux béton des années 50. Or, question flexibilité, on a vu mieux que le béton ; celui-ci implose, les cabanes en bois, les systèmes sociaux moins développés, résistant mieux aux assauts dépressionnaires qui s’étendent sur la durée…
    Car les parachutes sociaux nous ont conduit au surendettement et à la spirale infernale. En effet, nous dépendons dangereusement d’une consommation intérieure assistée, d’un modèle de croissance artificiel qui fait reposer toute la pression fiscale sur les petits indépendants et TPE.

    Voici dans l’ordre à mon sens ce qu’il conviendrait de proposer aux français pour redresser le pays et ses finances. Nous devons regagner notre indépendance par rapport à nos créanciers étrangers dont nous dépendons actuellement de manière très préoccupante. Cesser de modéliser un programme électoral socialiste qui finance ses promesses de progrès social par l’endettement.
    Baisser le train de vie de l’Etat, supprimer des deux tiers le nombre des élus – un million étant beaucoup trop -, supprimer les Conseillers généraux, fusionner et re-centraliser, ré-augmenter de 25% les salaires et attributions financières de tous les élus aux fins de limiter la corruption, baisser de 25% les charges patronales, augmenter la TVA de 5 points sur 4 ans, supprimer massivement toutes ces folles réglementations, lesquelles rendent quelques fois impossible la création de petites structures tant les normes les contraignent financièrement dès le départ, passer au contrat unique d’embauche, lequel évitera aux CDD de se voir systématiquement refuser un quelconque emprunt auprès des organismes bancaires. Instaurer un cotât auprès de ces derniers aux fins de les contraindre à réinvestir annuellement au moins 40% de leurs fonds dans l’économie réelle, diminuer fortement la proportion des prélèvements obligatoires et autres taxes paralysantes, augmenter l’impôt sur le revenu dans un cadre proportionnel, juste et stable, inscrire dans la Constitution un bouclier fiscal à hauteur de 45%, faire passer la retraite à 67 ans, augmenter les franchises médicales, supprimer le RSA, supprimer les allocations familiales, supprimer l’APL, passer à une aide alimentaire de type restos du cœur et logements d’urgences de qualité, investir massivement dans un fonds d’investissement souverain qui aura pour objet de développer les domaines du numérique et des bio-technologies, encourager intelligemment l’investissement privé au bénéfice d’une révolution verte assumée et garantie par l’Etat, recentrer – via des abattements fiscaux – tous les pans de notre économie sur le haut de gamme, ce sans forcément devoir compter sur les apports de haute technologie, pour ce faire, orienter notamment les petites forces vives vers un effort conséquent qui concernera le design, le marketing, le packaging haut de gamme.

    Et enfin, lorsque l’ouragan sera derrière nous, procéder à notre indépendance budgétaire et monétaire, retrouver nos marges de manoeuvre, les grands ensembles manquant cruellement de réactivité selon les spécificités des différents territoires, en cela, suivre le conseil de de Gaulle qui ne croyait plus avec raison aux grands ensembles, lesquels souffrent nécessairement à terme d’un déficit d’optimisation de croissance, débrider les rênes de notre économie, laisser respirer et entreprendre les petits entrepreneurs, communiquer dans le monde entier sur notre capacité à rebondir et à assurer sur la durée des assiettes fiscales résonnables et stables.

    Voilà un sacré chantier ! ; salutaire, devenu obligatoire et urgent. Quand les français auront compris – c’est le cas- qu’il est préférable de voter pour un technicien stratège tel que vous plutôt que pour le premier démago qui ne manquera pas de pointer son nez, nous aurons alors raison d’espérer en notre capacité à devenir matures et responsables devant les prochaines générations.

    En somme, nos compatriotes sont déjà prêts à entendre la vérité et redoutent davantage qu’on leur mente ou que l’on minimise la situation économique, que la crise elle-même. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ils n’ont plus envie de rêver… La droite a perdu à cause de la personnalité de son candidat. Aussi, quand vous déclarez-vous officiellement? Vous l’avez fait via un silence. Ce qui ne peut être perçu par l’opinion comme étant un comportement franc du collier. Il vous fait rentrer de plein pied et affirmer haut et fort que vous êtes en capacité de redresser le gouvernail du France. Rentrez dans le lard de ceux qui vous mettent des bâtons dans les roues. Ne jouez pas la carte de la fausse modestie, ne soyez pas humble, soyez Churchill. C’est la guerre, il y a le feu partout en France, des petits foyers qui doivent percevoir un espoir et pouvoir se reposer sur vos épaules d’expert. Ils se diront en eux-mêmes, bon, au pire, même si ce sera probablement douloureux, on a Juppé qui a l’air d’être courageux, qui ne prend pas de gant, qui a l’air de vouloir se plonger les mains dans le cambouis, bref, un type un peu austère mais sur qui on peut compter pour nous redresser le portrait. Et vous verrez qu’au final, il voteront pour le pion le plus sévère, car il est à parier que la situation d’ici quatre ans ne se sera pas améliorée, bien au contraire, nous serons rentrés dans une phase de doutes récurrents et persistants en notre capacité à redevenir compétitifs, à honorer nos créanciers, le taux de chômage (je parle des vrais chiffres les plus insidieux) aura dépassé toutes les prédictions des Cassandres, notre consommation intérieure et notre tissu social auront pris respectivement des accents de consommation de subsistance et les couleurs d’une classe moyenne s’adaptant à une société discount, les rentrées fiscales baisseront mécaniquement, la panique sur les marchés financiers aura été accentuée par les fonds anglo-saxons et américains… Croyez-moi, les français n’écouteront plus qu’exclusivement les Cassandres. Mais ils ne veulent pas entendre parler du modèle allemand qui les étouffe via un euro fort. Modéliser rapidement le modèle allemand nous reste pour l’instant inaccessible, il nous faudra 15 ans, nous avons opté pour un modèle moyen gamme, notre seul marge de manoeuvre consiste par conséquent à adopter une voilure proche de celle qu’on adopté les pays scandinaves. Notre seule marge de manoeuvre conséquente restant l’augmentation massive de la TVA. Tant que nous taxerons le travail dans des proportions extrêmes, nous serons incapables de faire face aux attentes et aux angoisses plus ou moins sincères de nos créanciers. Les liquidités des fonds de pension nous lâcheront de manière subite, la Chine ne pourra point nous soutenir bien longtemps, la BCE sera contrainte à jouer la carte de l’inflation, la planche à billets sera à nouveau mise à contribution pour soutenir nos banques, ce qui n’empêchera pas le crédit de se contracter par manque de liquidités. Je vous le répète, la France est et sera la cible des spéculateurs. Pour l’instant, les obscures officines dénoncées par VGE nous soutiennent artificiellement, jouent la carte de l’apaisement dans le but de nous endormir durant le laps de temps nécessaire à la prise de conscience par les marchés que la France a fait la preuve de son incapacité mécanique à se redresser, que le modèle français est englué dans son propre soutien artificiel à la consommation intérieure, que le nombre de fonctionnaires rend impossible toute réforme structurelle d’importance sans casser la consommation intérieure, celle-là même qui constitue notre principal moteur économique, bref, que la France est bloquée et n’a plus d’autre choix que de renverser la table pour pouvoir se reconstruire. Ainsi, la majorité des investisseurs n’aura d’autre ambition que de nous lâcher d’un coup d’un seul et prendra un Put. Je ne vous raconte pas la panique dans l’esprit des fonctionnaires lorsque ceux-ci entendront parler dans certains médias d’un possible défaut de la France, d’un surendettement asséchant nos liquidités jusqu’à provoquer quelques accidents, des fins de semaines qui de termineront dans la crainte de ne pas trouver créanciers la semaine suivante.
    Oui, un bon tiers des fonctionnaires votera pour vous !   

    Redonnez un espoir aux français en vous lançant dès maintenant dans un travail de pédagogie et d’explications de votre programme électoral. Déclarez-vous en même temps que vous présentez votre programme électoral. Ne soyez plus observateur, soyez celui qui va au combat, prenez les commandes, imposez-vous, c’est le moment, les sondages sont avec vous, même si le PS fait tout pour faire monter Sarko… Donner le sentiment de savoir précisément ce qu’il est nécessaire et urgent d’entreprendre, donner le sentiment que les français peuvent compter sur vous. Déclarez-vous et partez un peu trop tôt telle la sage tortue. La déroute de notre économie n’attend pas. Donner une perspective, apportez une alternative crédible aux marchés financiers, symboliser et personnifier la future alternance, laquelle se doit d’impulser et de renvoyer une image courageuse de l’exercice du pouvoir. Le courage, c’est avant tout de ne pas donner le sentiment de tourner autour du pôt, il vous faut répondre aux angoisses des français lorsque celles-ci commencent sérieusement à s’exercer ; au demeurant, il semblerait que ce soit dès à présent le bon moment, il vous faut leur prouver que vous ne pensez plus à ces stratégies habituelles et toutes personnelles qui voudraient que vous attendiez patiemment que l’on vous appelle en pleine déroute. Prenez les devants ! Ne soyez plus le recours, laissez ce rôle à Nicolas. Pensez, respirez économie et rien qu’économie, tout est là et tout se jouera sur les compétences économiques des candidats, les français ne prendront plus le moindre risque, ils choisiront le Balladur, cette fois-ci, ils choisiront celui qui annonce les mauvaises nouvelles, celui qui en a le courage et l’honnêteté, celui qui se montrera le moins démagogique.

    Le plus tôt vous aurez répondu présent en communiquant sur votre cahier des charges, sur votre feuille de route la plus précise et la plus chiffrée possible, plus tôt les français verront en vous l’évidence.

    En échange des efforts consentis, promettez un regain spectaculaire de notre compétitivité, un regain de confiance des investisseurs, un regain de confiance en l’avenir, et de ce fait une baisse significative des demandeurs d’emploi.
    Pour gage de votre bonne foi, afin que l’on croit sans sourciller en votre intime détermination à vouloir véritablement redresser les finances du pays et favoriser le dynamisme de notre économie, déclarez dès le premier jour que vous changerez la durée du mandat présidentiel après que votre mandat unique aura pris fin, 8 ans non renouvelables autorisant une baisse de la démagogie et du populisme, favorisant une augmentation notable du courage et de l’initiative politique, l’économie d’un pays ne pouvant dépendre totalement du calendrier électoral, les mesures économiques devant être prises au moment opportun.

    Bien cordialement,

    Clément

  40. michel43 dit :

    OUI il y a une vrais liberté sur ce blog,et MERCI A JPR
    MICHELE, de mon point de vu, vous avez tord;Rachida Dati est formidable, il y a tellement d »hypocrites dans notre droite molle, quelle est un exemple a suivre, droite dans ses bottes,avec un caractère bien tremper, Maire du 7ème, élues démocratiquement; Bizarrement pas un MOT,sur Gloaguen,,,Bachelot, sur FILLON qui a échouer partout et mets le foutoir partout,ou il passe;;Rien sur les amis de SARKO,les sinistres Balkany,,Rien sur la légions auprès de COPE pour diriger l »UMP se quelle dit,c »est tout bêtement la vérité sur un partis de godillots a la langue de bois, il est VRAIS qu »a PARIS, NKM qui préfére voter SOCIALISTE, est l »avenir pour PARIS

  41. jany dit :

    Compte Twitter Suspendu

    Mon compte « twitter » a été suspendu sans raison apparente, mais le deuxième compte que j’ai ouvert après trois twitts a été aussi suspendu…

    Ce que j’ai pu remarquer c’est que cela venait des listes suivies…
    Un conseil, ne pas suivre les comptes officiels de l’État pour éviter d’être « spam », ni ceux des journalistes pro-gauche et il y en a beaucoup…

    La raison vient surtout de l’appel au 24 Mars 2013…

    Cela ne me gêne pas car je sais que la France n’est plus une vraie terre de liberté d’expression…

    Bien cordialement,

    jany

  42. Claude dit :

    Cher Jany,

    Twitter n’est pas français aussi il est impossible de le censurer pour de supposés délits d’opinion concernant la politique française.

    Chercher la cause (réitérée) ailleurs.

    Cordialement,
    Claude

  43. jany dit :

    Michèle,

    Vous m’étonnez et vous étonnez certainement beaucoup de gens sur les qualités que vous attribuez a Madame Rachida Dati.

    J’ai au contraire pu entendre que dans son arrondissement ses collègues et ses administres l’appréciaient beaucoup.

    Madame Rachida Dati a un long parcours politique, de l’expérience qui font qu’elle aura certainement d’autres grandes responsabilités dans l’avenir…

    C’est dans ce sens que notre hôte M. le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin parlait.

    La Droite doit se rassembler et grandir en confiance…
    Les « jeunes pousses » doivent faire entendre leur voix et mieux se faire connaitre des français…
    C’est pourquoi, il est important que cette période soit a l’apaisement et a la réflexion…

    N’oubliez pas Michèle, le 24 Mars 2013, la Grande Marche de Printemps de l’UMP et de tous les mécontents a Paris…

    Bien cordialement,

    jany

  44. jany dit :

    Monsieur le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin,

    Vous avez bien fait d’écrire ceci:

    « S’il est un lieu dans la République où l’on peut tout dire, c’est bien sur ce Blog.
    Vous en êtes les Preuves vivantes. L’essentiel c’est la sincérité.
    Merci à tous. »
    jpr

    Car aujourd’hui ce matin, l’on a suspendu mon compte « twitter » pour mes arguments, et fait curieux c’était sur l’éveil de la conscience.

    Depuis toujours, nous devons le reconnaitre, vous avez laissé s’exprimer tous les sentiments de chacun, quelques fois des sentiments méchants envers votre propre personne…

    Ce Carnet JPR est un lieu de vie et d’échanges.

    La « sincérité » est un cadre de respect, envers soi-même, envers les autres, mais c’est aussi une voie initiatique pour grandir en conscience…(un jour j’exprimerai les raisons de ces mots)

    La sincérité est en osmose avec le chemin.

    Dans le dialogue, dans un cadre de respect, il y a les échanges d’idées qui font que nos propres sentiments se façonnent aux sentiments des autres (des prochains), ce qu’il en ressort c’est un sentiment différent, d’inachevé, mais au combien plein de promesses !

    Continuez Monsieur le Premier Ministre a garder ce cadre de vie, ce Carnet, en le laissant respirer l’air du temps, au travers lui s’exprimera peut être un temps différent, celui de demain.

    Merci Monsieur le Premier Ministre et merci aussi a tous nos amis qui s’expriment sur ce Carnet, que chacun reste fidèle a ses sentiments intérieurs car dans tous les cas, ils sont tous entendus.

    Bien cordialement,

    jany

  45. Michèle Mesny dit :

    Je persiste et signe, Madame Dati ne mérite pas tout l’honneur qu’on lui fait, elle n’arrête pas de défrayer la chronique avec ses histoires de recherche en paternité, sa vie privée pas privée du tout, ce n’est pas ça la politique et Madame Dati fait beaucoup de tort à son parti.

  46. Jacques D'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Cher Monsieur le Premier Ministre,

    Merci de ce rappel relatif à la sincérité.

    La sincérité est la base fondamentale du Respect de l’autre. C’est de là que naît l’Amitié, la Pure, la Vraie.

    « La sincérité est le lien des vraies amitiés. »
    Citation de l’Abbé Roubaud ; Nouveaux synonymes français – 1786

    Jacques

  47. Goldschmidt dit :

    Cher Claude,

    Je suis ravi que vous trouviez recevable la proposition du mandat unique, mais je crains que cette proposition ne soit nullement au goût de nos amis politiques, quels qu’ils soient. J’en avais au demeurant fait la proposition à Sarkozy. Silence radio…
    Cela fait maintenant des années que certains proposent de laisser place prépondérante aux personnes émanant de la société civile, ce qui assurément, nous aurez empêché de nous surendetter… Tous vous répondront de plus ou moins bonne foi que la politique, c’est un métier…
    C’est vrai, il faut savoir se montrer démagogique et être pourvu d’une mauvaise foi à toute épreuve. C’est en cela que je faisais référence aux « neurones partisans » et non point aux différentes formes d’intelligence.
    Bien cordialement,
    Clément

  48. costaz dit :

    Monsieur Raffarin,
    Mario Monti a réformé courageusement l’Italie mais, comme N Sarkozy, il a perdu les élections italiennes.
    Vous qui êtes un professionnel de la politique, vous qui en avez fait un métier depuis toutes ces décennies, vous qui êtes passé Maitre dans l’art de donner des leçons, dites nous quelle erreur fatale a commise Monsieur Monti.
    Aurait-il été trop courageux, aurait-il été trop avisé ?
    Je devine votre réponse pleine de sagesse politicienne, c’est d’immobilisme qu’il a manqué !
    Salutations distinguées.
    P. Costaz

  49. jany dit :

    Bonjour a tous les Amis (ies) du Carnet JPR

    Cher Jacques,

    Merci de nous parler de la Sincérité et de l’Amitié…

    « Aime les autres comme toi même »

    Nous pourrions faire aussi le rapprochement « Sois sincère avec les autres comme tu dois être sincère avec toi même »

    La sincérité sur le chemin est importante, c’est le dialogue, la relation, au chemin…
    Plus nous sommes sincères avec le chemin, avec les autres (ne pas confondre avec la vérité) plus le dialogue, la relation, devient expérience au prochain, au pluriel, c’est l’éveil de la conscience…

    Le contraire, plus l’on ment sciemment, en connaissance des choses, plus l’évolution tarde…
    Que peut-on construire sur le mensonge ?

    Par contre, le petit mensonge pour la bonne cause, pour ne pas vexer ou faire de mal, prend en compte les valeurs du cœur.

    En politique, la grandeur est souvent liée a la sincérité, croire en ce que l’on fait, le jeu diplomatique ou politique en est le sel ou le poivre…

    Sur le chemin de la sincérité, il arrive que la vie récompense, par un mieux être, par une meilleure projection de l’avenir, plus harmonieuse ou tout simplement par un petit bonheur tranquille…

    Amitiés,

    jany

  50. Carole dit :

    Bonsoir Monsieur Raffarin,
    Bonsoir à tous,

    J’ai bien aimé votre tweet « l’amitié en politique ca existe ! C’est la meilleure thérapie contre l’excès d’ego »

    Seguro  » combien pensent à leur Ego avant de penser qu’ils sont au service de l’Etat ? »

    Vous parlez du bilan globalement positif de NS, alors maintenant on archive.

    J’ai entendu quelques phrases de FILLON, il a raison « tournons la page » ! Après le méli-mélo de ses amis à l’UMP, je crois qu’il faut changer radicalement de registre.
    Fillon se dédouane OK NKM se présente à Paris OK Copé a fait un organigramme énoooooorme de l’UMP OK………………………… maintenant que l’on a bien grincé des dents et parfois bien rit, si enfin une tête forte sortait de tout ce marasme ? J’ai pris mes jumelles et je n’ai rien vu, que du brouillard ……………
    La France part en vrille, la confiance est en convalescence, le gouv mercantil de gribouilles ruine les francais, les recettes ne rentrent plus, les marchés nous surveillent, les usines ferment, notre coq a les pieds dans la M (bip), l’école est devenue enjeux de calendrier, les fondamentaux sont absents, les francais croient manger du boeuf, mais c’est du cheval…. erreur ce sont des couleuvres qu’ils avalent tous les jours……………… y aurait-il moyen de recycler les neurones de nos politiques (côté Ego) afin qu’enfin la France redevienne forte et sereine !

    Perso : marre de ce simulacre de faire croire que NS pourrait revenir en 2017, c’est grillé !!!
    Ils sont pas capables d’évoluer et de grandir sans NS ????? Il est parti, c’est fini, il fait son business, ilest heureux …….. alors STOP.
    Il serait temps que la Droite, je dis bien la Droite, mue enfin et se débarrasse avec lucidité de ce carcan qui l’entrave afin de gagner en crédibilité.

    Bien cordialement.

  51. Goldschmidt dit :

    Monsieur le Premier minsistre,

    Vous êtes en situation de fermer le jeu en faisant rentrer Juppé dans la course présidentielle avec tout autant de diligence que vous en avez eu à l’égard de Fillon. Le duel apaisant entre ces deux gentlemen grandira l’UMP et rendra le retour du troisième plus qu’aventureux et définitivement périlleux, car à l’instar d’un VGE, ce troisième homme pourrait dès lors être perçu rapidement comme constituant une personnalité du passé ayant eu de surcroît le mauvais goût d’avoir perdu à cause de son égo dévastateur.

    S’il veut revenir, et il le veut, il n’a d’autre choix que de se déclarer avant Juppé. Il compte sur la lenteur des réactions de ce dernier, mais il craint toutefois d’être surpris, aussi, il ne peut prendre le risque de voir suspendu à une imminente décision de Juppé, il ne peut le laisser s’émanciper.

    Il ne vous reste que très peu de temps avant que Sarkozy aboutisse aux mêmes conclusions, à savoir qu’il n’a plus d’autre choix à présent que de rentrer à nouveau sur l’échiquier, et ce dans les plus brefs délais pour le cas où il souhaiterait se positionner dans un duel et ainsi anéantir les visées élyséennes de Juppé.
    Faîtes-lui parvenir ce message, il en va de fermer mécaniquement le jeu. Or, celui qui tirera le premier aura la peau de l’autre. C’est là une simple question d’arithmétique et de psychologie politique vis-à-vis de ce que les adhérents ont déjà eu à supporter lors de cette division violente : le retour d’un troisième homme sera jugé impossible, voire irrespectueux à l’égard des intérêts premiers du parti. Le troisième sera automatiquement perçu comme étant le trouble fait qui ne pense en réalité qu’à ses petits intérêts tout personnels, bref, dans ces circonstances particulières réclamant une certaine stabilité et un débat serein, le troisième ne pèsera à peine que 12 ou 13.
    Le choix Fillon donnera Juppé vainqueur. En effet, le plus expérimenté, le plus patriarche rassurera davantage les français. Les sondages s’inverseront pour la simple raison que le facteur humain et la relation que ces deux candidats ont au public sont relativement similaires, les deux étant quelque peu distants et un tantinet hautains. Juppé aura l’avantage de l’âge, la facette patriarche lissant et autorisant tacitement ces défauts, lesquels, ainsi que la différence de gestion plus approfondie et plus assumée de la part du candidat le plus âgé, s’avèreront de plus en plus évidents aux yeux du public à mesure que la compétition se sera installée. Par ailleurs, le bilan Sarkozy est indissociable du bilan Fillon. Juppé a gardé ce recul nécessaire via des ministères n’ayant aucune influence sur l’économie. Tout se jouera sur l’économie. Tout le reste n’aura aucune importance. Les français choisiront celui qui leur semblera être le plus à même de gérer solidement et le plus courageusement le dégraissage du système. Fillon a prouvé qu’il aurait dû démissionner ou agir : voilà très précisément ce que les français pensent avec un peu de recul de cette récente et excellente initiative d’un récent Premier ministre qui a donné, nécessairement pour s’imposer, une image trop volontaire au regard de son bilan. En effet, le positionnement d’un Premier ministre sortant ayant rajouté à notre endettement 570 milliards ne peut se comporter comme l’a fait Sarkozy avant de perdre, c’est à dire en disant on n’est pas parfaits, on a fait des erreurs, on n’a effectivement pas entrepris les réformes structurelles qui s’imposaient, mais sachez bien que l’on fera mieux la prochaine fois, on vous dira une nouvelle fois que le pays est ruiné… Le doute persistera, un rapport de méfiance et de défiance risque fort cette fois-ci, devant le décalage trop grand entre des paroles et des actes avérés, de faire passer le FN devant nous. Car ce bon comédien ne dispose pas de l’image du père de la Nation, il est et restera durablement le Premier ministre qui nous fît passer d’un endettement inquiétant à un surendettement ouvrant la porte aux spéculateurs et aux revendications et craintes de nos créanciers étrangers, lesquels vont vouloir couvrir leur position française dans le cadre d’une assurance vie (Put)qui nous fera passer bientôt de pays sous surveillance à pays surendetté. Ce bilan implacable lui sera toujours reproché et constitue en soi une arme absolument redoutable que l’on laisse dans les mains du PS. Le choix Fillon aurait pour conséquence d’offrir un deuxième tour facile au Hollande face à Lepen. Je le répète, seul Juppé est et sera en position de battre le FN. Le fait d’avoir été condamné ne constituera nullement en soi un déficit de compétence s’il renvoie tout le monde devant leur acharnement malsain et obsène, cela toujours en une seule petite phrase presque digne et héroïque, dans la posture décontractée de celui qui s’est sacrifié et qui a « fermé sa gueule ».
    Espérant que vous partagerez la même analyse,
    Mes respects,
    Bien affectueusement,
    Clément Goldschmidt

  52. Ernest Gransagne dit :

    Bonjour Jacques

    http://webmail1p.orange.fr/webmail/fr_FR/download/DOWNLOAD_READ_PPS.html?IDMSG=31226&PJRANG=2&NAME=Le-nouveau-pedalo-de-l-us-navy.pps&FOLDER=INBOX

    qu’en pense le spécialiste MARINE de ce blog ?

    Les vedettes de Cherbourg ont pris un coup de vieux non ?

    Amicalement

    Ernest

  53. michel43 dit :

    Michéle,,c »est votre droit d’être contre M.DATI,,mais,elle fait du tort a l »UMP,,,il y a de quoi sourire r? COPE–FILLON se sont EUX,les fossoyeurs ,comment diriger,avec plus de 390 compagnons responsables, UN fillon,,qui a échouer,partout;j »y vais,,j »y vais pas,,je veux l »UMP,,j »y vais plus, je veux PARIS,,j »y vais plus,,,désormais, le vrais soucis,pour revenir au pouvoir,,M, LE PEN ,et 2014,,,vous aurez de vrais surprise,certains UMP,passerons des accords pour conserver,leurs sièges,,si FILLON vise 2017,,il a tort,,les électeurs n »on pas la mémoire courte,,,,

  54. COSTAZ dit :

    Monsieur Raffarin,
    vous qui avez fait de la politique votre métier, vous qui aimez donner des conseils aux autres, pourriez-vous nous expliquer pourquoi Mr Monti a perdu les élections italiennes ?
    Aurait-il été trop avisé ou trop courageux ?
    Je devine votre réponse.
    Il n’a pas été assez immobile !

  55. Claude dit :

    Cher Clément Goldschmidt,

    Si je suis de votre avis pour étudier l’impact d’un mandat présidentiel plus long (unique est subsidiaire), je ne prétends pas que ce soit faisable compte tenu de tout ce que cela implique. Je pense que Jacques Chirac n’y a pas assez réfléchi avant de remplacer le possible double septennat par un possible double quinquennat. Je crois qu’il ne voulait surtout pas que son successeur risque de rester 14 ans. Je l’aurai aimé moins humaniste et plus pragmatique.

    En tout cas, Nicolas avait d’autres chats à fouetter que de s’occuper aussi d’une nouvelle réforme constitutionnelle sur ce sujet en plus de tout ce qu’il espérait changer et de la gestion des crises en France et à l’international.

    Pour ma mauvaise interprétation de « neurone partisans » excusez-moi. Les neurones étant pour moi le siège de l’intelligence, des neurones partisans sont responsables d’une intelligence fautive qui a du mal à s’affranchir de tout sectarisme. Mon sentiment a été accentué par votre « Je me permets à nouveau d’éclairer ceux qui aiment à admirer aveuglement un homme… » assez méprisant pour ceux qui n’auraient pas votre immanente clairvoyance.

    En fait, de votre intervention, j’avais surtout retenu votre regret que l’économie ne soit pas enseignée au collège (ou même ailleurs, en dehors d’options ou d’enseignements disciplinaires dédiés ou connexes). Elle l’a été, elle ne l’est plus.

    Bien cordialement,
    Claude

  56. Claude dit :

    Cher Clément Goldschmidt,

    Excusez-moi pour le « Nicolas » au lieu de « Nicolas Sarkozy ». En réalité j’avais tapé N. Sarkozy et j’ai accidentellement effacé le nom en complétant le prénom. Je n’ai aucune proximité avec le Président Sarkozy pour justifier la familiarité de l’appeler par son prénom.

    Cordialement,
    Claude

  57. Jacques D'Hornes dit :

    Bonsoir à tous,

    Cher Ernest,

    Votre lien ne fonctionnant pas, je suppose que vous voulez parler de l’USS « Independence » qui rencontre déjà quelques problèmes.
    http://www.meretmarine.com/fr/content/probleme-de-corrosion-sur-luss-independence

    Au niveau des technologies, nous n’avons rien à envier aux Américains. Le PC « Adroit » sera tout aussi efficace et à moindre du prix, surtout qu’il n’appartient pas à notre Marine Nationale puisqu’il n’est utilisé que sous forme de prêt, notre Pays n’ayant même plus les moyens de s’offrir un patrouilleur…
    http://www.meretmarine.com/fr/content/dcns-met-le-patrouilleur-ladroit-disposition-de-la-marine-nationale
    http://www.meretmarine.com/fr/content/reportage-en-mer-bord-du-patrouilleur-ladroit

    Là est la grande différence entre les Etats-Unis et la France, un état qui sait préserver son outil de défense et l’autre qui veut jouer dans la cour des Grands sans moyens, et qui préfère se servir du budget de sa défense comme « variable d’ajustement » pour d’autres ministères, comme par exemple relancer l’industrie automobile qui n’aura servi qu’à renouveler le parc automobile français dont ont pu profiter nos grands groupes automobiles sans savoir poser leur regard sur d’autres horizons comme les besoins des pays émergents et en se foutant totalement de leurs sous-traitants.

    Puisque nous sommes dans les confidences, une petite info : un article très intéressant sur nos constructions navales
    http://www.meretmarine.com/fr/content/dcns-poursuit-sa-croissance
    Pas mal le bilan malgré la crise et les faibles soutiens de l’Etat alors que nous avons une bonne partie de notre flotte à renouveler. Mais les constructions navales ne sont pas les seules à être concernées, nous manquons également d’avions gros porteurs (A400M), également de drones, etc.… alors que les OPEX se multiplient. Heureusement, qu’actuellement nous n’avons pas besoin de notre porte-avions (unique) pour intervenir au Mali, il est au bassin jusqu’à fin juillet (PER), souhaitons qu’entre 2015/2016 période où il sera indisponible pour 18 mois (PAI) nous n’ayons point besoin de notre Groupe aéronavale… On pourra toujours demander aux Jihadistes de faire un « break »… ! (Sourire).

    Il faut faire des choix, et à priori que ce soit la droite ou la gauche, la Défense n’est pas la priorité de nos dirigeants, l’un des deux principaux candidats avait classé la Défense en 60ème position dans son programme de présidentiable, quant à l’autre il n’a même pas abordé ce sujet.

    Cher Ernest, je vous dirai franchement que si j’avais quelque chose à envier aux Etats-Unis, hormis le fait que les crédits suivent pour le maintien de leur Marine à son rang, ce serait surtout dans l’organisation de défense de leur littoral avec leur service « Coast-Guard » (garde côtière) tous services regroupés :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/United_States_Coast_Guard
    alors que dans notre Pays, nous faisons appel à la Marine Nationale, à la Gendarmerie, aux Douanes, aux Affaires Maritimes, etc… dépendant tous d’administrations centrales, d’administrations régionales, et autres antennes et services locaux, chacun ne sachant pas toujours très bien qui doit intervenir (le fameux « qui est qui ? et qui fait quoi ?). Messieurs nos dirigeants, regroupez tout en une unité de « Coast Guard » à la française, ce qui permettrait de supprimer de nombreux effectifs de fonctionnaires dans les administrations, place aux moyens matériels et aux effectifs sur le terrain.

    Bien amicalement

    Jacques

  58. Jacques D'Hornes dit :

    Cher Ernest, bonjour,

    Petit erratum à mon billet précédent dans les termes techniques (PER et PAI)

    PER : Période d’entretien et de réparations (ex petit carénage). Période durant laquelle le bâtiment peut être remis à flots et rendu opérationnel dans les 72 heures.

    Pour PAI, ça ne correspond pas, j’ai fait une erreur dans ma précipitation et je vous prie de bien vouloir m’en excuser. En fait il faut lire IPER : Indisponbilité pour période d’entretien et de réparations (ex grand carénage), période durant laquelle il est rendu indisponible pour longue durée.

    Merci. Bien amicalement

    Jacques

  59. Jean-Pierre Raffarin dit :

    Cher Costaz,
    Le principe de la Démocratie c’est que le peuple a raison. Le vrai talent politique (très rare) c’est de convaincre le peuple de la bonne voie. Monti connaissait la voie mais n’a pas su faire partager sa conviction. L’impasse c’est la voie sans les voix.

  60. Goldschmidt dit :

    Longue vie à Superman qui a la gentillesse de se sacrifier !

  61. Zwartepiet dit :

    Réponse à Jacques D’Hornes re: …si j’avais quelque chose à envier aux Etats-Unis, hormis le fait que les crédits suivent pour le maintien de leur Marine à son rang, ce serait surtout dans l’organisation de défense de leur littoral avec leur service « Coast-Guard » (garde côtière) tous services regroupés :…

    LOL! Allons, cher Jacques, soyons raisonnables… Vous n’imaginez tout de même pas mettre sur le même pied un État-continent disposant de plus de 700 bases militaires réparties dans le monde entier –les États-Unis– avec la France, pays de 65 millions d’âmes? Depuis 2007, la population totale des États-Unis a franchi le cap des… 300 millions d’habitants!

    Vous vous émerveillez devant les gardes-côtes américains? Mais regardez plutôt la façon avec laquelle les États-Unis « gèrent » leur frontière terrestre de plus de 2000 kilomètres avec le Mexique! Je me souviens en avoir débattu avec des Américains sur un blog/forum étatsunien: je leur disais que je trouvais révoltant –et même fascisant– le fait que des citoyens dénués de tout mandat de police, de maintien de l’ordre, se chargent d’assurer eux-mêmes la surveillance de leur frontière mexicaine:

    http://www.americanborderpatrol.com/

    Les Américains me répondaient que c’était « normal »!?! À partir du moment, expliquaient-ils, où l’Etat fédéral s’avère incapable d’assurer sa mission aux frontières du pays, eh bien, il revenait aux citoyens américains de « défendre leur pays » contre la « racaille » hispanique… Evidemment, vous l’aurez compris, seuls des citoyens blancs tiennent ce noble discours de protection frontalière… Je leur répondis avec mon argument favori: il y a aussi, aux États-Unis, des citoyens pauvres et sans travail qui ne parviennent pas à subvenir à leurs besoins. Ici encore, la faute en incombe à l’État fédéral et aux autorités publiques en général, incapables d’assurer à ces citoyens américains leur prérogative constitutionnelle de « pursuit of happiness »… Il serait donc légitime, pour ces citoyens abandonnés par le système, d’imprimer les billets de banque nécessaire pour leur assurer un niveau de vie raisonnable! Si certains Américains peuvent, en toute impunité, faire eux-mêmes la police le long de la frontière avec le Mexique, pourquoi d’autres Américains mécontents ne pourraient-ils pas jouer au banquier central, dans le fond de leur garage, en imprimant des dollars?

    Pour terminer, je me permets de vous recommander, sur ce sujet, l’ouvrage que j’achève de lire en ce moment:

    http://www.usni.org/store/catalog-fall-2012/zimmermann-telegram

    Si cette grande et vénérable puissance que sont les États-Unis possède un « talon d’Achille », eh bien, je pense bien qu’il s’agit de sa frontière avec le Mexique… Il y a un siècle, le Mexique incarnait surtout une nuisance géopolitique, en particulier vis-à-vis des territoires fraîchement conquis sur le Mexique (Alta California, Texas, Nouveau-Mexique,…). Aujourd’hui, le Mexique représente une « menace » plus diffuse, plus insidieuse et d’ordre démographique/migratoire.

    Salutations,
    Zwartepiet.

  62. Jacques D'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Cher Zwartepiet,

    Je vous remercie de vous intéresser à ce que j’écris mais, bien que votre réponse ne soit pas sans intérêts, je pense que vous n’avez pas tout à fait saisi ce que je voulais dire. Quand je parle de la « Coast-Guard » des Etats-Unis, il ne s’agit de parler que de la protection de leur littoral et de leur espace maritime (ZEE : Zone économique exclusive) qui représente 11 351 000 Km2, 1er rang mondial, et non de leur protection terrestre, et je ne serais pas effectivement pas « raisonnable » si je parlais de la défense globale de leur territoire, ce qui implique qu’une très grande partie de votre billet est sans intérêts pour ce dont je voulais parler, à savoir la défense et la protection de nos espaces maritimes respectifs.
    La France possède le second espace maritime au Monde (ZEE : 11 035 000 Km2) réparti à travers le Monde. En superficie, il n’y a pas grande différence avec celui des Etats-Unis. La France possède également des moyens pour assurer cette protection, peut-être pas suffisants mais il faut faire avec…
    Ce que je regrette c’est que ces moyens sont répartis entre la Marine Nationale, la gendarmerie Maritime, les Affaires Maritimes, les douanes et bien d’autres services encore, qui bien souvent ne savent pas toujours qui doit effectivement intervenir et comment le faire ou alors en utilisant de trop gros moyens pour le faire, par exemple détourner de sa mission une Frégate armée jusqu’aux dents pour aller porter secours à un voilier en perdition en Méditerranée par gros temps à 80 miles nautiques de nos côtes (intervention à bon escient*), et qui tous dépendent de Ministères différents, d’autorités régionales et locales différentes, ce qui multiplie le nombre de fonctionnaires dans les administrations centrales, régionales et locales.
    A l’heure où nous voulons faire des économies, je pense que si tout ce système de défense maritime de notre territoire était regroupé au sein d’un seul ministère comme c’est aux Etats-Unis avec leur « Coast Guard », nous ferions sans doute de grandes économies et réduirions le nombre de fonctionnaires. Alors pourquoi pas une « Coast Guard » à la « française » (je précise), il ne s’agît pas d’avoir la même chose en effectifs et en moyens que les Etats-Unis mais en copier le principe.

    Notre Pays a besoin de grandes réformes structurelles, en voilà une !

    Bien amicalement

    Jacques

    (*) Bien que la vie d’êtres humains n’a pas de prix.

  63. Carole dit :

    Zwartepiet,

    Comme j’aime beaucoup vous lire, je ne peux m’empêcher ce petit comment sur ce passage :

    (…) Si cette grande et vénérable puissance que sont les États-Unis possède un « talon d’Achille », eh bien, je pense bien qu’il s’agit de sa frontière avec le Mexique… Il y a un siècle, le Mexique incarnait surtout une nuisance géopolitique, en particulier vis-à-vis des territoires fraîchement conquis sur le Mexique (Alta California, Texas, Nouveau-Mexique,…). Aujourd’hui, le Mexique représente une « menace » plus diffuse, plus insidieuse et d’ordre démographique/migratoire.(…)

    Le Mexique ne serait-il pas tout simplement en train de « recoloniser » les EE:UU ?????

    Une anecdote : j’étais en Baja-California, territoire mexicain. Eh bien là bas on ne parle qu’américain. J’avais beau dire « no amigo, hablo español » et bien non totalement impossible, et ce du voiturier, golf, hôtel, commerce……………… americano seulement. Paradoxal ?????

    Je ne pense pas à une menace, relations commerciales obligent ………

    Une autre anecdote : en 2004, j’avais contacté un journaliste francais pour lui demander pourquoi ne faisaient-ils pas de reportage sur la frontière americano/mexicana ? Heu, le mur entre Israel et « le Hamas » parlait + aux européens………….. Cela laisse songeur.

    Cordialement.

  64. Carole dit :

    Zwartepeit,

    Comme je suis curieuse, je me demande pourquoi vous écrivez dans votre texte « blancs » en noir gras, cela n’était pas utile.
    Seriez-vous noir ? Votre pseudo pourrait le confirmer……….

    Cordialement

  65. Ernest Gransagne dit :

    Il manque toujours la réponse de Zwartepiet, à la question pourtant claire de Carole..
    Ernest

Laisser un commentaire


 
 

Recherche

 

Calendrier

février 2013
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728  

Syndiquer ce Blog