Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

20 commentaires

  1. Jacques D'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Cher Monsieur le Premier Ministre,

    Sujet très intéressant mais bien complexe. Je pense qu’en premier lieu il faut définir les compétences et les actions de chacun en apportant davantage de clarté et notamment pour les régions et les départements qui n’apparaissent pas toujours évidentes aux yeux des citoyens, tout en n’oubliant pas que ceux-ci sont très attachés à leurs communes, véritablement lien de proximité et plus principalement dans le milieu rural : qui est qui et qui fait quoi ?

    Vos remarques et affirmations sont pertinentes et je les partage, mais en raison des circonstances économiques et budgétaires, il faut absolument trouver des solutions pour développer nos territoires tout en sachant positionner le curseur juste au bon endroit pour ne pas avoir du « tout gagnant » pour les uns et du « tout perdant » pour les autres car dans ce cas nous savons très bien que l’esprit jacobin, bien plus puissant, prendra le dessus sur le girondin et le monde rural sera le grand perdant. Défendre notre ruralité, c’est sauvegarder nos racines, notre culture. Il faut éviter la division entre le territoire urbain et le territoire rural qui se doivent d’être complémentaires.

    Par ailleurs et vous le rappelez aisément, nous assistons bien souvent à des doublons, notamment dans les petites régions qui s’imposent plus souvent comme un « gros » département, mais qui apparaissent bien insignifiantes dans la dimension européenne et ne jouent pas tout à fait leur rôle. La solution est pourtant simple : faire de la région un levier de développement et d’infrastructures économiques , technologiques et scientifiques laissant au département le devoir de proximité qui lui va si bien de cohésion sociale et territoriale.

    Je trouve votre idée de réunir plusieurs régions en une seule bien plus grande divisant ainsi leur nombre, excellente et très séduisante. Elle affecterait beaucoup moins nos concitoyens, beaucoup plus attachés à leur commune et à leur département. Elle permettrait en autre de donner du poids à nos régions, leur donner les moyens de rivaliser avec les régions des autres pays européens notamment les « länder » allemands et nous amènerait sans aucun doute à faire des économies de fonctionnement.

    Il y a encore beaucoup à dire sur la décentralisation.

    Amitié

    Jacques

  2. Philippe NOVIANT dit :

    Bonjour M. Raffarin,

    Mes convictions m’ont poussé à me présenter en tant que candidat aux législatives en 2012. J’ai vu l’état de la droite, trop occupée à se préoccuper de son extrême à sa droite, et à se désolidariser de son électorat naturel qui s’est déporté, lui, vers sa gauche.

    N’ayant pas eu de réponse de votre part à ma dernière question, je la réitère car mes convictions m’empêchent d’être silencieux face à la menace Marine qui se profile et à des incompétents qui ont pris le pouvoir à l’UMP.

    Je ne vois donc pas ce que vous faites encore dans ce parti en déliquescence.

    Je vous demande donc, à nouveau, de fonder un parti, votre parti, nourri par les idées de vos prédécesseurs, Messieurs De Gaulle, Pompidou et Chirac et de faire fi d’un parti qui a perdu son âme.

    Ce parti vous servirait à vous positionner pour les futures échéances nationales et à opposer une force crédible pour le bien de notre pays.

    A bientôt.

    Philippe NOVIANT

  3. Rallet dit :

    Monsieur le Sénateur,

    Ne trouvant d’autres moyens de vous joindre je me permets de le faire en commentaire ici (comme vous le suggérer dans la rubrique « Me contacter ») bien que cela n’est aucun rapport avec votre billet.

    Je viens de prendre connaissance de l’amendement 767 déposé par des députés PS et voté dans le cadre de la loi sur la Refondation de l’école par l’Assemblée Nationale. A titre personnel et comme tous les parents d’élèves en situation de handicap avec qui je suis en contact et les associations je suis très inquiète… Quelle a été l’intention du législateur???? Nous voyons cet amendement comme un recul par rapport à la loi de 2005. Vous savez le combat que constitue la scolarisation des élèves en situation de handicap notamment autistes là il nous semble que l’Education Nationale reprend clairement la « main » pour pouvoir à tout moment intervenir auprès de la MDPH pour revoir l’orientation ou les modalités d’accueil de l’enfant… Les parents semblent être relégués au second plan..; Le concept de décideur/payeur est aussi je trouve assez déplacé. Prenons garde à ne pas détruire petit à petit l’avancée considérable pour notre pays du droit à la scolarisation des élèves handicapés cela constituerait une grave régression des droits de l’Homme dans notre pays. Je suis plus que circonspecte sur cette initiative des députés de la majorité gouvernementale… J’espère que le Sénat et l’opposition pourront obtenir le retrait de cet amendement qui me semble dangereux et constitutif d’un recul dans les droits des familles concernées.

    Je vous prie de bien vouloir croire, Monsieur le Sénateur , dans l’expression de ma haute considération.

    Mme Rallet (maman d’un petit garçon autiste)

  4. jany dit :

    Lu dans Le Figaro

    Airbus signe son plus gros contrat avec l’indonésien Lion

    Par Sébastien Falletti, Mathilde Golla | Publié le 18/03/2013 à 07:16 | Mise à jour le 18/03/2013 à 11:45 | Réactions (45)
    File photo of a Lion aircraft preparing to land at the Sukarno-Hatta airport in Tangerang

    La compagnie indonésienne à bas coût Lion Air était jusqu’ici un client exclusif de Boeing. Crédit Photo : ENNY NURAHENI/REUTERS
    L’Elysée a confirmé le gigantesque contrat avec la compagnie indonésienne à bas coûts Lion Air pour un montant de 18,4 milliards d’euros, soit «le plus gros contrat de l’aviation civile d’Airbus en montant».

    Envoyé spécial à Jakarta

    Airbus a le vent en poupe! L’avionneur européen a signé son plus un gros contrat en termes de montant avec la compagnie indonésienne à bas coût Lion Air. La commande porte sur 234 A320.

    Le montant de la commande atteint 18,4 milliards d’euros et constitue «le plus gros contrat de l’aviation civile d’Airbus en montant», selon l’Elysée. Il s’agit d’une commande ferme ajoute le gouvernement. Au centre d’une rencontre lundi matin à l’Elysée entre François Hollande et le PDG d’Airbus Fabrice Brégier, le contrat «représente 5.000 emplois en France sur 10 ans», selon la présidence de la République.

    La commande se décompose en 109 avions A320 Neo, future version plus écologique de l’appareil, 65 avions A321 Neo et 60 avions A320, le modèle actuel, a précisé l’Elysée. Selon la présidence de la République, les avions Neo doivent être livrés à partir de 2016 et les modèles classiques à partir de 2014. «C’est un contrat exemplaire de la réussite de la filière aéronautique» et «exemplaire de ce que nous voulons faire dans l’ensemble de l’industrie», a commenté l’Elysée.
    En Indonésie, 20% de passagers en plus par an

    Au-delà de la taille astronomique de cette commande, elle permet à Airbus de séduire un nouveau client, Lion Air étant jusqu’ici un client exclusif de l’américain Boeing. L’aviation de masse est un phénomène neuf dans l’immense archipel indonésien de 240 millions d’habitants, mais le nouveau géant de l’Asie du Sud-Est rattrape son retard à grands pas. Au point de devenir la nouvelle frontière de l’industrie aéronautique mondiale, convoitée par Boeing et Airbus.

    Porté par une spectaculaire croissance économique de plus de 6 %, le trafic passager progresse chaque année de 20 % en Indonésie. Et les compagnies aériennes investissent massivement pour étendre leur flotte. En novembre 2011, Lion Air avait secoué l’aéronautique mondiale en annonçant la plus grosse commande de l’histoire de l’aviation civile : 22 milliards de dollars pour l’achat de 230 Boeing 737! L’avionneur américain possède une longueur d’avance sur ce nouveau marché, grâce à des financements attractifs et l’appui politique sans faille du président Barack Obama, qui a effectué déjà deux visites à Jakarta, la cité de son enfance. Airbus et les dirigeants européens ont pris avec retard conscience de l’ampleur du potentiel indonésien et mettent désormais les bouchées doubles. Angela Merkel, David Cameron et François Fillon ont chacun fait le voyage de Jakarta.
    Succès commerciaux en série

    Ainsi, avec la conquête de ce nouveau client stratégique, Airbus confirme encore un peu plus son excellente santé, porté par des succès commerciaux en série. La semaine dernière, Turkish Airlines a annoncé une commande ferme de 82 appareils assortie d’options sur 35 avions d’une valeur estimée à 9,3 milliards de dollars et qui pourrait grimper à 15,5 milliards avec les options. Dans la même semaine, Lufthansa avait approuvé l’achat de 100 Airbus A320 et de deux très gros porteurs A380, une commande représentant à peu près 11,2 milliards de dollars (8,6 milliards d’euros) aux prix catalogue.

    Depuis le début de l’année, le carnet de commandes de l’avionneur lui assure huit années d’activité. De quoi donner à l’européen une sérieuse chance de refaire son retard sur Boeing, qui a vendu plus d’avions qu’Airbus en 2012, pour la première fois en six ans.

    *******************
    Depuis tant d’annees que j’essayais de faire comprendre que l’Asie du Sud-Est et notamment l’Indonésie est très porteuse pour notre avenir économique et commercial.

    L’avion est un secteur porteur, mais il y a beaucoup d’autres domaines qui va du militaire a l’industrie pétrolière, gazière, chimique, de l’eau, de l’électricité…etc…

    Souhaitons que nous saurons nous ouvrir a de nouveaux partenariats de progrès…

    Bien cordialement,

    jany

  5. Ernest Gransagne dit :

    Oui, enfin Jany c’est surtout, avant d’être une « clownerie elyséenne » un succès de l’industrie germano-française ! Si les allemands n’étaient pas là, Airbus ne le serait pas non plus.

    Ernest

  6. Ernest Gransagne dit :

    Si ce n’était pas si grave on pourrait en rire : CGT… La roue tourne ! Qui fait la roue ? Le Paon !
    CGT = 1er destructeur de l’industrie française.

    Cette « association de malfaiteurs » n’a pas signé un seul accord d’entreprise dans la métallurgie depuis 50 ans !
    Ernest

  7. Ernest Gransagne dit :

    Acte III : Ayant été ex rural puis ex citadin revenu à la ruralité, je ne peux que saluer cette vision d’Homme d’Etat.

    Bonjour Monsieur Raffarin
    Bonjour à tous

    Cette déclaration de l’Acte III de la décentralisation est d’une telle simplicité que l’on pourrait dire :
    « Pourquoi ne pas y avoir pensé plus tôt ? »

    C’est aussi à cela que l’on reconnait les grandes idées… Plus elles sont simples, plus elles sont géniales…. E=MC2

    C’est un exemple qui ne doit pas être enseigné dans les écoles des élus socialo-communistes.

    Oui, notre Pays ne s’en sortira que par le retour d’une ruralité puissante.

    La fin du 19e siècle laissait une France agricole ouverte sur l’industrie en marche… Les deux coexistaient.

    La Grande Guerre stoppa net ce bel élan, en décimant nos campagnes.

    La deuxième Guerre Mondiale a fini le travail. Les trente glorieuses qui s’en suivirent ont faussement fait croire à un avenir meilleur… En fait, elles ont fait le lit de 68.

    Le vers était dans le fruit depuis Waldeck Rochet, le front populaire, la CGT, Guy Mollet et la 4e République bradant les colonies de la plus mauvaise manière, jusqu’à une 5e n’osant pas employer les bons outils. L’usure du pouvoir…. de Gaulle vieillissant dans sa certitude…

    L’Indochine, l’Algérie nous ont pompé notre énergie et notre économie. Il fallait que la France soit riche pour avoir réussi à tenir aussi longtemps.

    Le socialisme rampant s’est avancé ; il a fini par s’assoir sur le trône. « A nous d’en profiter » A DIT LA GAUCHE ! Le mitterrandisme a effectué son travail de sape : école, justice, transports : à la botte.

    Aujourd’hui que le mal est fait ce sont les médias qui participent à l’hallali.

    Toutes ces institutions sont à des années lumières de la ruralité.

    La ruralité est l’oubliée de l’Histoire depuis 60 ans.

    On y a rajouté la PAC européenne : c’est-à-dire la pilule de Tranxene qui a fait croire à nos paysans que le monde agricole serait géré comme une entité de fonctionnaires. C’est maintenant que l’on s’aperçoit du mal qu’on leur a fait. Étranglés par les emprunts, soumis aux lois mondiales du marché, abusés par les marchands d’engrais et de pesticides, victimes incessantes des épidémies « très bien » incontrôlées –vache folle, H5N1- j’en passe et des meilleures, notre monde paysan est moribond. Je ne suis pas en train de parler du céréalier de la Beauce bien entendu. Lui il est plutôt du côté de ceux qui organisent le malheur des petits.
    Qui fabrique les farines animales ? La réponse explique le reste.

    Aliénor : Aliénor a aimé Poitiers.
    Le très beau palais qui porte son nom fait office aujourd’hui de Palais de Justice !
    La revanche de la révolution sur la monarchie.
    Je ne vais pas entamer ici tout le mal que je pense de la révolution française. Une autre fois peut-être.

    Aliénor, issue de la prestigieuse Cour de Bordeaux, est venue avec son Roi de mari, Louis VII à Poitiers en 1137. Elle accompagna celui-ci en croisade, jusqu’à Antioche… Quelle femme !

    En 1152, Aliénor se remaria avec Henri II Plantagenêt Roi d’Angleterre, en la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers. Elle fit que Comté du Poitou & Duché d’Aquitaine soient rassemblés sous la bannière d’Aquitaine.

    Charroux, entre Civray et Montmorillon, était un carrefour Nord Sud, Est Ouest, puissant. Notre Vienne Limousine, partie intégrante de la Marche, était prospère. Des moulins, des fabriques, des marchands, des abbayes nombreuses, un pôle favorable à l’expansion, car je le répète « carrefour » d’échange, de mouvements et de création.

    Notre terroir de Basse Marche était connu, célèbre. La Fontaine, au 17e , écrivit son célèbre « Coche et la Mouche dans une côte près de Bellac, en allant passer quelques mois, loin de la Cour, à Limoges.
    Chandos, le connétable anglais fut tué ici à Lussac-les Châteaux par les soldats de du Guesclin.

    L’Aquitaine était une terre où il se passait des choses !

    Aujourd’hui ? rien, terra incognito !

    Les routes n’ont pas évolué : 2 diligences peuvent se croiser sur la route Poitiers Limoges, comme au temps de Sully, Richelieu ou Mazarin.

    Nos maires n’ont pas l’air de voir que le reste du monde avance…

    Une anecdote : Lors d’une conversation par téléphone avec le Maire du canton où je m’entretenais sur la pauvreté de notre structure des transports, il me dit tout de go : « Si les électeurs avaient des idées, ça se saurait » !
    Cette phrase montre l’estime que ce monsieur porte sur ceux qui l’ont élu !

    Son nom ? C’est monsieur Cubeau. Voilà qui décide de notre avenir.

    Monsieur Raffarin, votre discours est salutaire. Vous écoutez, je le sais ceux qui ont des choses à dire. Vous mettez l’humain au centre. On ne pourra plus échapper à cela : remettre l’humain à sa vraie place.
    Mais : il faut construire, investir, soutenir tout ce qui va redonner de l’envie.

    L’envie de vivre. Pour cela il ne faut pas de paroles, il faut des actes.

    Notre Sud Vienne attend d’être désenclavé. Le Nord Limousin aussi, Une grande Région Aquitaine avec des départements maitres de leurs routes feraient que les habitants pour la 1ere fois depuis un siècle connaitraient de grands chantiers.

    C’est comme cela que nous pourrions espérer redynamiser ce pôle géographique, en faisant venir du sang neuf extérieur.

    Sauver la ruralité c’est simple : il faut y penser.

    Vous venez de le faire Monsieur Raffarin.

    Respectueusement

    Ernest L’ami du Comté de Poitou en Duché d’Aquitaine.

  8. Primault Mélanie dit :

    bonjour Monsieur le Sénateur ,

    mon courrier n est pas du tout en rapport avec votre article , mais je n’ai trouvé que ce moyen pour vous contacter rapidement , je suis maman d un petit garçon autiste de trois ans , je viens de prendre connaissance de l’amendement 274 déposé par des députés de la majorité présidentielle et voté en première lecture dans le cadre de la Loi sur la Refondation de l’école par l’Assemblée Nationale. A titre personnel et comme tous les parents d’élèves en situation de handicap je suis très inquiet(e).
    Nous considérons cet amendement comme un recul par rapport à la Loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.
    Vous savez le combat de longue haleine que constitue la scolarisation des élèves en situation de handicap notamment autistes : il nous semble que l’Education Nationale reprend clairement la « main » pour pouvoir à tout moment intervenir auprès de la MDPH et faire revoir l’orientation ou les modalités d’accueil de l’enfant. Les parents semblent être relégués au second plan.
    Le concept de décideur/payeur est assez déplacé quand on parle d’humains et a fortiori d’enfants.
    Est-ce que les enfants de situation de handicap, leurs familles doivent être la variable d’ajustement financier de la crise économique que notre pays traverse et ainsi être victime d’une double peine (vivre au quotidien son handicap et ses conséquences ; être exclu de l’école et de l’inclusion) ?
    Prenons garde à ne pas détruire petit à petit l’avancée considérable pour notre pays du droit à la scolarisation des élèves handicapés : cela constituerait une grave régression des droits de l’Homme dans notre pays.
    L’école de la République est le lieu premier où doit s’exercer la pleine citoyenneté des enfants en situation de handicap.
    Cet amendement est contraire aux avancées permises par la Loi du 11 février et à l’ensemble des mesures prises par les précédentes mandatures et ce, indépendamment des changements de majorité présidentielle ou parlementaire. Il y avait, jusque là, une certaine continuité politique dans le souci de préserver, malgré les nombreux obstacles qui demeurent, l’inclusion et la citoyenneté des personnes en situation de handicap.
    Par ailleurs, je rappelle que l’Europe a déjà acté par quatre fois (2004, 2007, 2008, 2012) que la France ne respecte pas le droit d’accès des enfants autistes à l’enseignement : Charte sociale européenne révisée – Comité européen des Droits sociaux – Conclusions 2012 (FRANCE). Voir Page 25 de ce rapport : Suivi de la réclamation Autisme-Europe contre France (réclamation n° 13/2002, décision sur le bien-fondé du 4 novembre 2003)
    Le Comité conclut que la situation de la France n’est pas conforme à l’article 15§1 de la Charte au motif qu’il n’est pas établi que l’égalité d’accès à l’enseignement (ordinaire et spécial) soit effectivement garantie aux personnes atteintes d’autisme.
    Enfin, la France a ratifié la Convention ONU des Droits des Personnes Handicapées, dont l’article 24 dit explicitement : “Les Etats Parties font en sorte que le système éducatif pourvoie à l’insertion scolaire à tous les niveaux”.
    Pour l’ensemble de ces raisons, je vous demande respectueusement de concourir au retrait de cet amendement n°274 qui me semble dangereux et constitutif d’un recul des droits des personnes concernées.
    Je vous prie de bien vouloir croire, Monsieur, à l’expression de ma haute considération.

  9. Ernest Gransagne dit :

    Bientôt ce chantier là entre Poitiers et Limoges : superbe pour ceux qui aiment la haute technologie.

    http://www.lgvrhinrhone.tv/video/lrs-%C2%AB-long-rail-soude-%C2%BB-139

    Ernest

  10. jany dit :

    L’acte III de la décentralisation

    Je pense Mr le Premier Ministre que c’est peut-être le moment de la mettre en œuvre pour permettre a chaque entité de jouer un rôle optimisé…

    « L’esprit et la pensée jacobine » sont le devenir pour toutes nos sociétés de progrès, car ils intègrent l’homme dans son environnement.
    Ce qui caractérise les valeurs jacobines dans une société de progrès,
    Ce sont l’approche humaniste par l’utilisation du dialogue social, la démocratie de proximité, la représentativité, qui améliorent la cohésion sociale (le ciment social)
    Il y a aussi et c’est le plus important l’architecture de la gestion de l’Etat et de la société toute entière. Les contrôles (ceux des organismes officiels et non officiels ceux des citoyens)

    Chacun pourra y voir du jacobinisme et une note de girondisme en fonction de sa culture, mais nous le voyons bien dans cette période de crise l’État doit être fort et présent sur la place internationale comme dans son architecture de gestion qui va du local au régional, a l’unité nationale

    L’Etat doit réussir la décentralisation pour permettre à la société de grandir en responsabilisation.
    Plus l’Etat élargira l’espace de responsabilisation (tout en intégrant les valeurs de contrôle) plus il verra son fonctionnement s’améliorer en coût et en performance.

    La décentralisation est le partage des responsabilités et la reconnaissance de l’espace politique des différentes entités qui forment notre nation.

    En partageant les taches nous faisons grandir en conscience et en responsabilités une nation, dans le même temps nous faisons grandir les hommes dans leur réflexion sur le devenir, mais aussi dans leur compréhension de la gestion en général, quoi de plus important que savoir gérer sa vie, gérer les hommes, gérer la cite, tout en découvrant l’harmonie sociale.

    La compréhension de l’architecture globale qui régit la société française ne peut être réfléchie à la petite semaine et doit au contraire être vue de façon globale par une commission de spécialistes.
    Il serait intéressant de faire une étude des flux et liens entre les différentes entités locales et régionales, de voir les nœuds et difficultés trouvés et d’optimiser l’ensemble.
    ***Aujourd’hui, avec l’outil informatique cela ne doit pas être un problème tout est question de méthode et de conscience.

    La démocratie de proximité est un outil du dialogue social qui rapproche les élus (démocratie représentative) de leurs administrés.

    L’entreprise France, n’est pas du type féodale, nous entendons souvent le mot « Fief » sur les médias, l’entreprise France doit rester « une et indivisible » et non sectorisée ou chacun renvoie à l’autre la responsabilité d’un dis-fonctionnement.
    S’il y a dis-fonctionnement, nous devons trouver la réponse et l’intégrer dans l’architecture globale de progrès.
    La décentralisation est importante pour les régions, l’institution et la dynamisation des contrôles des organismes officiels et non officiels pourront améliorer le fonctionnement de ces mêmes régions dans le cadre de l’architecture humaniste et progressiste.

    La décentralisation doit être contrôlée, les gestionnaires de régions peuvent avoir un degré d’autonomie, mais ils doivent toujours en final rendre des comptes à l’Etat souverain.
    Une région bien gérée dans une nation indivisible où les liens administratifs prennent un véritable sens….

    La décentralisation ne doit pas être « la déresponsabilisation de l’Etat » mais au contraire l’approche d’un nouveau type de relation et de responsabilisation par un partenariat admis et reconnu au-delà des querelles de personnes ou des duels politiques.

    Dans tous les cas l’Etat doit rester fort dans un monde qui devient de plus en plus difficile à percevoir dans son évolution.

    La relation Europe – Région doit intégrer l’Etat, il n’est pas souhaitable de trouver l’Europe comme organisme directif des régions et réciproquement la région ne doit pas défier l »Etat mais l’intégrer dans ses démarches.

    L’Europe prendra vraiment un sens quand les flux et liens administratifs, les choix directifs auront été clairement établis.

    Conclusion.
    La décentralisation est le devenir car elle permet l’optimisation de la gestion de l’Etat, tout en reconnaissant a chacun un droit « au chapitre », c’est la recherche de l’harmonisation sociale.

    Le Grand d’homme d’Etat, un Grand Président, doivent en prendre conscience et faire grandir la société des hommes en ce sens.

    ***Nous avons souvent parle de décentralisation sur le Carnet, il y aura toujours des optimisations car une Nation vit, respire, dans un monde qui change vite…
    Autrefois les États-Unis faisaient tourner nos regards, aujourd’hui c’est le monde qui se développe qui nous fait courir…
    L’Asie, la Chine, l’Inde, le Sud-Est…
    L’Afrique et l’Amerique du Sud

    Soyons présents, grandissons avec le monde…
    Donnons a nos départements, nos régions, les outils de leur propre développement en mettant l’accent sur la qualité de notre représentation politique (les élus)…

    La France peut être de Gauche et de Droite, elle doit être avant tout au service des hommes et du développement…

    Inachevé…

    Bien cordialement,

    jany

  11. Carole dit :

    Bonsoir Monsieur Raffarin,
    Bonsoir à tous,

    Régions, dépenses et mauvaise gestion, la politique des copains :
    Je viens de lire 60 MILLIARDS D’ECONOMIE OUI ….. MAIS TOUS LES ANS d’Agnès Verdier-Molinié
    Y’a du boulot pour faire comprendre à tous ces élus que l’argent dépensé n’est pas le leur mais celui du contribuable. Mais ils s’en moquent royalement.
    A lire.

    Départements, l’OCDE veut les supprimer :
    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/03/19/20002-20130319ARTFIG00322-l-ocde-propose-de-supprimer-les-departements-francais.php

    En France il faudrait une thérapie collective pour désengluer les 3/4 des cerveaux.
    Je crois que c’est foutu.

    Cordialement.

  12. Carole dit :

    DIVERS :

    Marseille.
    1ère semaine de vacances de la zona sud, 7 maisons cambriolées.
    Allo la Suisse, c’est Marseille, rentre vite, ca bouge chez toi !
    Eh ouais triste ville minée par les cambriolages, les meurtres, les dealers à la barbe des policiers.
    Même pas peur ces racailles, s’ils sont pris, un petit enregistrement et puis zou dehors, la justice fera le nécessaire ! Ah y’en a trop à juger, pas grave le temps fera leur job !!!!!!!!!

    Alors à Marseille, capitale de la culture 2013 des racailles, on arrête des trains dans les quartiers nord, mais c’était pour jouer, tourner une vidéo. Sont créatifs quand même.

    Paris, ah ben Paris, euh non train de banlieue. Alors là on dépouille les passagers, un petit coup de poing, des menaces, du gaz lacrimo……. Ben eux aussi ils voulaient préparer une vidéo peut-être…………………….. Ils voulaient sûrement tester l’efficacité du Plan Vigipirate niveau Rouge…….. Ah non zut, c’était pas là, z’ont fait erreur …………

    Ah vraiment les talents sont dans les banlieues, hein Borloo. Ces « D’jeunes » de futurs réalisateurs » subventionnés par les villes, CCI, l’Etat, le contribuable.

    Splendide la France.

  13. P.Leroux dit :

    Cher Jean Pierre,
    C’est clair et tres convaincant :
    les Echelons clefs de notre organisation seraient:

    La Commune bien sur ( mais quid des toutes petites / fusion tres vite en dessous d’un certain seuil)
    L’Intercommunalité /ou le Canton mais surout pas les deux!( lisibilité)
    le departement :bravo c’est une forme de proximité du XXIeme siecle
    la grande Region ( environ 8/9 en France,comme en Allemagne, avec toutefois quelques problemes parfois difficile de choix des prefectures de region! mais c’est un detail par rapport a l’enjeu)
    la France
    l’Europe de l’Euro .

    Pour les regions :
    la region Poitou /Charentes ,noptre region,disparaitrait et ses departements seraient si j’ai bien compris repartis entre Vienne et Deux sevres dans une region au Nord (a determiner) et les deux Charentes en Aquitaine.
    le conseiller territorial ( eliminé par les socialistes alors que cela me semblait une nouvelle figure interessante: Un seul au lieu de deux: economie ( regional et general) et aussi des gens proches du terrain ,ancrés dans leur territoire et present a la region ,et pas des inconnus elu sur liste a la proportionnelle .
    je ne sais d’ailleurs pas qui est mon conseiller regional..par contre je connais mon conseiller general que j’ai elu nominativement.

    Bravo et fonçons sur cette reforme;

    la France est trop lente dans ses reformes de structure.
    ces mesures sont de plus generatrices d’Economie ,si on s’en donne le devoir( en tous cas ,il le faut et cela doit faire partie du cahier des charges obligatoire)et generatrice de lisibilité sur qui fait quoi .
    le senat « des regions « est le lieu ideal pour debloquer la situation .

    pascal Leroux

  14. Jacques D'Hornes dit :

    Bonjour à tous,

    Cher Monsieur le Premier Ministre,

    Tout d’abord, j’aimerais apporter une petite correction dans mon billet précédent, où je parlais de « donner du poids à nos régions, leur donner mes moyens de rivaliser avec les régions des autres pays européens notamment les « länder » allemands ». Certes, leur permettre de rivaliser mais aussi éventuellement d’ouvrir des partenariats avec les régions étrangères de manière à renforcer la puissance de l’Europe dans la mondialisation, non négligeable dans le commerce extérieur, par exemple l’axe franco-allemand dans certains domaines communs.

    Pour en revenir à ce débat, je pense que lorsque nous serons parvenus à une situation bien définie entre région et département, il sera nécessaire de faire une estimation rigoureuse des besoins avec en parallèle les moyens mis en place pour répondre à ces besoins et de les répartir équitablement, ce qui est très important dans l’aménagement du territoire et qui est sans doute bien plus complexe pour le département et son devoir de proximité où nous sommes confrontés à cette grande différence que représente les territoires ruraux et les territoires urbains (domaines de la sécurité des citoyens, éducation nationale, santé, infrastructures sportives, divertissements, etc.), que la région où c’est la stratégie dans la politique menée du développement économique recherché qui les imposera (besoins/moyens).
    Il faudra aussi voir ce qui peut être fait au niveau de la commune, chaque commune n’ayant pas le même budget et les mêmes possibilités, et là entrent en jeu d’autres échelons (intercommunalités, cantons, etc.), nous y arriverons plus facilement en se regroupant, toutefois en veillant à une réelle équité, il ne faut pas qu’une nouvelle fois ce soit toujours les plus puissants qui récoltent tous les avantages au détriment des plus « pauvres », chaque citoyen doit pouvoir bénéficier des mêmes droits. De récents cas flagrants regrettables nous ont montré l’importance de cette équité, besoin d’un réel équilibre entre nos territoires (répartition à bon escient des maternités par exemple).

    Dans mon billet précédent je disais qu’il y avait encore beaucoup à dire sur la décentralisation. Un point particulier me chagrine, nous avons peut-être aussi commis quelques erreurs par le passé notamment dans les particularités du système éducatif et la répartition des compétences entre la Région (Lycées), le Département (Collèges) et les Communes (écoles maternelles et primaires). Ne serait-il pas plus judicieux de regrouper l’ensemble, soit attribuer le tout à la Région si l’on joue la carte de réduction d’effectifs à fond ou au Département en jouant la carte de la proximité et tout ce qui s’y rapporte, la commune étant hors du coup en raison de l’absence de collèges ou de lycées dans de nombreuses communes. Je crois que dans le cadre où l’on réduirait le nombre des régions en augmentant leur dimension, le Département serait plus à même d’assurer avec efficacité ce regroupement, c’est d’ailleurs plus de son ressort.

    Voilà ce que j’avais à vous dire pour aujourd’hui. Je pense qu’il faut dans tous les cas ne pas oublier une règle d’or dans tous les domaines : l’égalité entre chaque citoyen. J’y reviendrai sans doute.

    Amitié

    Jacques

  15. J-S M. dit :

    Monsieur le Premier Ministre,

    par la présente, je souhaiterais vous demander s’il serait éventuellement possible de supprimer de votre blog le message que j’ai laissé le 30 mai 2010 à 17 h 26 min en réaction à votre article intitulé « Dérapage » ?

    Je vous en remercie d’avance.

  16. Jean-Pierre Raffarin dit :

    Mesdames Primault et Rallet,
    Je suis attentif à vos messages et aux amendements 274 et 767.
    Je suis aussi joignable au Sénat 15 rue de Vaugirard 75006 Paris.
    Sincèrement à vous.
    jpr

  17. Carole dit :

    GRAVE :

    Bienvenida en U.E !

    CHYPRE 1ère participation du nouveau gouv chypriote.
    Cadeau de bienvenue du FMI/Commission Européenne/BCE : Taxe sur les comptes courants !

    CHYPRE : ridicule % du PIB de l’U.E:
    Hum, cela ne sent pas bon. Y’aura de l’euro dans le gaz ou autres bulles (pas dans le champagne) mais ailleurs.

    CHYPRE ne devait pas rentrer dans l’U.E….. encore une erreur de la politique européenne, comme la GRECE !

    CHYPRE . plaza off-shore.
    CHYPRE . plaza géo-stratégique.

    CHYPRE et super Mario : blocus monétaire.

    CAHUZAC .

    Non mais ils s’entendent tous ces politiques de Droite comme de Gauche couvrir d’éloges le sieur CAHUZAC (de la pommade, du talc en veux tu en voilà).
    Franchement, il faisait son job ! Et quel job.
    Plomber le contribuables en taxes et impôts, et après il mérite des félicitations ?
    Les économies, la réduction de la dépense publique, il détaillait, NON ?
    Alors suffit !!!!!!

    Et puis quand même, se cacher derrière la présomption d’innocence, je rappelle que l’information judiciaire instruit pour BLANCHIMENT EVASION FISCALE, ce n’est pas rien comme motif pour un ministre du budget !

    Le plus cocasse, c’est qu’il a étranglé les francais, qu’il a fait la chasse aux riches avec son gouv de malheur, aux expatriés fiscaux, aux retraités, aux entreprises…….. et que ce donneur d’ordres est confronté lui-même à une situation belliqueuse ! INOUI !

    MOSCOVICI a voté la taxe sur les comptes bancaires de CHYPRE, je suis certaine au vu du matelas d’économie des francais, qu’il se léchait les babines sur ce qu’il envisageait de faire aux épargnants francais.

    Le fantôme de l’ex-URSS le retour !!!!!!!

    Confiance et respect préconise monsieur RAFFARIN, j’ai de très sérieuses inquiétudes et je ne suis pas la seule.

    La France devenue le paradis fiscal pour les fonctionnaires et les non-cotisants.
    Font des lois et ne se les appliquent pas, piquent dans la poche de ceux qui se lèvent tôt, des créateurs et des entrepreneurs………. une honte.

    Pour revenir à CHYPRE, ARGENTINE bis où tous les comptes ont été bloqués en 2001, la FRANCE n’est pas en reste au vu de la fiscalité directe et indirecte confiscatoire prélevée indûment.

  18. jany dit :

    Lu dans Le Figaro

    Fiscalité : les propositions de l’UMP

    Mots clés : UMP, Fiscalité, Impôts, Jean-François Copé, Hérvé Mariton
    Par Jean-Baptiste Garat Mis à jour le 21/03/2013 à 23:14 | publié le 21/03/2013 à 18:54 Réactions (19)
    Le président de l’UMP, Jean-François Copé.
    Le président de l’UMP, Jean-François Copé. Crédits photo : François BOUCHON/Le Figaro

    inShare

    Recommander
    Le parti d’opposition a présenté jeudi vingt mesures pour «sortir de l’impasse».

    La «séquence politique » est calibrée de longue date: «On a calé la convention sur la fiscalité et la motion de censure contre le gouvernement la même semaine pour marteler un message: la politique fiscale menée par le gouvernement étrangle les Français et mène notre pays dans le mur », explique un proche de Jean-François Copé. Hasard du calendrier, les assauts de l’UMP contre François Hollande et sa majorité interviennent la semaine où le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, est contraint de démissionner et où le Conseil d’État recommande une imposition maximale à 66,66 % des ménages les plus aisés contre 75 %, comme l’avait promis le candidat à l’Élysée. Du pain bénit pour l’UMP et son président, Jean-François Copé.

    Pour présenter le visage d’une opposition «complète et responsable », selon le vœu de Copé, l’UMP ne se contente pas de critiques, mais avance également des propositions, compilées dans un Petit manuel pour sortir de l’impasse fiscale. «Au secours, la France étouffe !», annonce le fascicule préparé par Hervé Mariton, Valérie Debord et Bruno Retailleau, les délégués généraux en charge du projet. Vingt propositions présentées lors de la Convention sur la fiscalité jeudi, qui s’inspirent du programme de Nicolas Sarkozy à la présidentielle 2012 et vont parfois plus loin.
    TVA antidélocalisation

    Le présupposé de base est la baisse des dépenses publiques: 130 milliards d’euros en cinq ans pour la ramener à 50 % du PIB contre 56,4 % en 2012. Révision générale des politiques publiques, passage à 39 heures dans la fonction publique, non-remplacement de deux fonctionnaires sur trois partants à la retraite et fusion des régimes de retraites sont au programme.

    L’UMP relance également la TVA antidélocalisation, votée par la majorité précédente et abrogée par l’actuelle. Le taux supérieur devait passer de 19,6 % à 21,2 %. Aujourd’hui, le projet UMP prévoit un passage à 23 %. Une augmentation qui permettrait de supprimer les cotisations sociales de la branche famille payées par les employeurs. Allégement des charges des entreprises également avec la suppression de la contribution à la formation professionnelle, au Fonds national de l’allocation logement et la contribution additionnelle de solidarité pour un montant total de 10 milliards qui sera compensée «au besoin par des dotations budgétaires gagées sur des baisses de dépenses ».

    Autre cheval de bataille: les niches fiscales. Supprimées parfois, rabotées pour partie, elles sont dans le collimateur depuis plusieurs années. Cette fois l’UMP annonce sa volonté de «diviser par deux le coût des niches fiscales à l’impôt sur le revenu » et baisser en même temps le barème pour maintenir des recettes stables. Autres niches supprimées: celles sur l’impôt des sociétés, à l’exception du crédit impôt recherche. Quant à l’impôt sur la fortune, il n’est pas supprimé, mais rebaptisé «investissement patriote »: son produit devrait intégralement financer les PME.
    Plus grande convergence européenne

    Cheval de bataille des «pigeons », l’UMP rétablirait le prélèvement forfaitaire libératoire sur les plus-values et reviendrait sur le doublement du forfait social sur l’épargne salariale. Pour «encourager l’épargne productive », le parti prévoit de reporter après douze ans – au lieu de huit actuellement – les conditions de rachat des assurances-vie les plus favorables fiscalement. Une mesure qui s’accompagne d’un rabaissement des plafonds des livrets réglementés pour favoriser l’«épargne risquée ». Autre marqueur pour l’UMP, l’alignement des droits de donation entre grands-parents et petits-enfants avec ceux en vigueur entre parents et enfants.

    Plusieurs mesures visent une plus grande convergence européenne en matière fiscale et la création d’une «fiscalité écologique et sociale » aux frontières de l’Union, serpent de mer des tractations européennes depuis plusieurs années. L’UMP propose enfin que la loi de programmation des finances publiques s’accompagne d’un volet «programmation fiscale », qui garantirait la stabilité des mesures fiscales sur cinq ans.

    Par ailleurs, le parti ne perd pas de vue les échéances municipales de 2014 et annonce qu’un «pacte de stabilité fiscale» engagera les candidats pour la durée de leur mandat. En 2008, les candidats UMP s’étaient déjà engagés à ne pas augmenter «la fiscalité communale, à périmètre de politiques constant» en signant une charte des municipales.

  19. jany dit :

    http://www.lefigaro.fr/politique/2013/03/21/01002-20130321ARTFIG00623-fiscalite-les-propositions-de-l-ump.php

    La TVA a 23% est une solution d’avenir pour rendre perenne les financements des cptes sociaux

    jany

  20. Laveau Manuel dit :

    Bonjour,

    Quels seraient les désavantages de supprimer les régions, de garder uniquement les départements, garants de la proximité, et de faire en sorte que ceux ci , outre leurs fonctions actuelles constituent des groupements ponctuels de gestion entre départements concernés par un projets commun.

    Un projet concernant x départements, adopté par les département concernés, un budget par projet financé uniquement par les départements concernés, une gestion par une commission composée de 1 ou 2 délégués par département concerné, via une interface internet spécialisée permettant les communications rapides.
    Exemple : l’entretien d’une route de Caen à La Rochelle pourrait être gérée de la sorte ?
    Pas de limites territoriales pour les projets !!

    Qu’en pensez vous
    Cordialement

    M. Laveau

Laisser un commentaire