Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

5 commentaires

  1. Zwartepiet dit :

    Normalement, je ne mentionne que les bouquins que j’ai déjà lus ou que je lirais sous peu… mais ici, je me permets une exception:

    Paris to the Pyrenees: A Skeptic Pilgrim Walks the Way of Saint James
    David Downie (Author)

    http://www.amazon.com/Paris-Pyrenees-Skeptic-Pilgrim-Walks/dp/1605984329
    (comme vous le voyez, il s’agit d’un livre récemment publié –en avril 2013)

    Le blog de l’auteur, un Britannique ayant élu domicile dans le Marais, à Paris:
    http://www.davidddownie.com/David_D._Downie/

  2. Zwartepiet dit :

    OOoops! Erratum à mon message précédent:
    David Downie est américain, natif de San Fransisco.

  3. Jacques D'HORNES dit :

    Bonjour à tous,

    Cher Monsieur le Premier Ministre,

    Et oui ! Déjà sept ans après votre départ du Puy en Velay. A l’époque, j’avais écrit « vous mettez tant d’enthousiasme dans tout ce que vous entreprenez que je suis persuadé que vous irez jusqu’à Saint-Jacques de Compostelle » : je ne me suis pas trompé. Bravo et merci de nous avoir fait partager tout votre bonheur durant ce cheminement au fil des années.

    Je parle de bonheur parce que je pense que c’est ce qu’il vous restera, les douleurs (physiques) s’estomperont, je pense que c’est déjà fait… ! Le bonheur d’être en paix avec vous-même, d’avoir emprunté ce chemin de bonheur, de lumière, de simplicité, d’humilité, de spiritualité, rencontré à chaque pas qui mène à Saint-Jacques de Compostelle. Je pense que le but c’est cela, c’est le chemin que l’homme emprunte, Saint-Jacques n’est que la destination.

    Je me souviens de votre rencontre avec les papillons bleus qui se rassemblaient pour vous accompagner dans des paysages merveilleux, papillons que j’avais comparés aux dauphins du marin dans son cheminement. Vous nous aviez parlé de votre rencontre avec la fraternité « Chacun respecte l’autre, son itinéraire, son rythme, sa pensée. La discussion devient profonde. On se connait depuis 5 minutes, on se parle déjà entre amis, simplement, sincèrement. Le chemin fait grandir l’amitié ». Chose très aisée avec vous dès lors où l’on connaît (bien) l’homme dans son fond intérieur, son immense beauté.

    Je suis très heureux pour vous, je pense que vous avez trouvé ce que vous recherchiez. Vous l’exprimez de bien belle manière, on le ressent ! : « Ultreia ».

    Amitié

    Jacques

  4. Alain Lavallée dit :

    Bonjour à tous,
    Bonjour Monsieur le premier ministre,

    puisque qu’il est question de marche et de marcheurs, et d’Espagne. Il me faut citer un extrait de ce poème de l’écrivain espagnol Antonio Machado «  »Se hace camino al andar… »

    «  » »Marcheur, il n’y a que tes pas,
    Pour faire le chemin où tu vas,
    Marcheur, il n’est pas de chemin,
    Que celui que tes pas vont faire.
    Et quand tes pas font le chemin,
    Jamais plus tu n’emprunteras
    Le sillon qui déjà s’efface,
    Lorsque tu regardes en arrière
    Marcheur, il n’est pas de chemin,
    Mais des sillages sur la mer. » » » » »

    Le réseau Intelligence de la complexité, sous le patronage d’Edgar Morin a traduit ce poème dans un grand nombre de langues

    http://www.intelligence-complexite.org/nc/fr/documents/florilege/se-hace-camino-al-andar.html?sword_list=faisant

    Bonne route à tous, en particulier à Monsieur le premier ministre,et une arrivée toute en plénitude et sérénité,

    Alain Lavallée

  5. Lehmann dit :

    Monsieur le marcheur,

    Symbole de vos efforts, je vous remis une « concha » lors de votre arrivée sur la place de la cathédrale. Mon papa fit une photo que je souhaite vous envoyer par courrier électronique.
    L’adresse que vous m’avez indiquée ne fonctionne pas.

    Pouvez-vous me l’indiquer à nouveau?

Laisser un commentaire