Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

5 commentaires

  1. SEDAT Reynaldo dit :

    [...] Le Gouvernement devrait aussi taxer le taux d’impopularité de François Hollande,en effet,jamais la côte d’un président de la République n’a été aussi basse de toute l’histoire de la cinquième République…! lol

  2. Goldschmidt Clément dit :

    Monsieur le Premier ministre,

    Pour ce qui est de l’UMP, je suis persuadé qu’il serait à présent de bon ton, tout à la fois au bénéfice du sortant qu’à celui du parti dont il a la charge, de demander à J.F. Copé de bien vouloir donner sa démission, cela au regard de sa popularité, laquelle a franchi de tels abîmes que sa simple présence au sommet en devient irréductiblement néfaste pour l’ensemble de la pyramide, néfaste de surcroît vis-à-vis de la démocratie de notre pays s’il fallait rappeler non point ce précédent « psychodrame » mais bel et bien cette fraude électorale massive, fraude qui en cette heure ne peut être ni oubliée ni pardonnée par les français.
    En effet, un changement de direction permettrait notamment de ré-susciter la confiance des électeurs ; il permettrait également au principal intéressé de pouvoir se refaire une santé, quitte à revenir un peu plus tard parmi les premiers rangs, son image actuelle ne pouvant souffrir d’un pire paradigme, J.F. Copé inspirant presque de la pitié tant tout ce qu’il peut dorénavant dire ou faire n’engendre que défiance, voire de la colère. Au demeurant, personne ne peut donner ainsi cette impression de vouloir s’accrocher à tout prix aux manettes, au risque de voir le F.N. grignoter l’âme du parti gaulliste à la veille des élections intermédiaires.
    Qui pourrait dés lors endosser le rôle du sage neutre autorisant l’émergence d’un candidat au sein du trio d’As ? A mon sens : vous-même.
    Pour ce faire, ce dans le dessein d’éviter une électrique élection anticipée du Président de l’UMP, avec bien entendu l’assentiment préalable et formel des trois barons encore en course pour 2017, J.F. Copé se grandirait en faisant l’annonce de son remplacement par votre personne par intérim, un intérim dépourvu d’une quelconque date butoir, et intérim qui, de manière tacite, s’étendrait jusqu’aux primaires. Aux fins de ne pas trop perdre la face, J.F. Copé pourrait par exemple avancer l’excuse.d’un souci familial ou encore avancer l’argument relatif à son envie profonde de ne se consacrer exclusivement qu’à son mandat local. Tout un chacun comprendra les véritables raisons de cette démission, mais, contrairement à ce que suggère la situation actuelle, cette décision de lâcher prise s’avérera au final une promesse de renaissance politique ultérieure, sur des bases saines.
    Bien à vous,
    Mes respects, Monsieur le Premier ministre.
    Clément Goldschmidt

  3. Bruno ANEL dit :

    Puis-je l’avouer ? Je préfère à la pratique présidentielle actuelle…la constitution de 1958. On l’a oublié, mais sa principale innovation ne résidait pas dans l’augmentation -substantielle au demeurant – des pouvoirs du président. Le texte ne chargeait pas le président de gouverner, mais de faire en sorte que la France soit gouvernée. La principale innovation du texte de 1958 résidait dans le renforcement des pouvoirs du gouvernement, dont le titre apparaissait pour la première fois dans un texte constitutionnel. Celui-ci lui conférait indépendance, stabilité et autorité vis à vis du Parlement. L’expérience des gouvernements Balladur et Jospin a montré que la version parlementaire du régime était parfaitement viable. Seules les rivalités électorales ont parasité les expériences de cohabitation. Des 1959, le premier vrai « chef » du gouvernement , Michel Debré, a immédiatement abdiqué ses pouvoirs entre les mains du général-président: la messe était dite.

  4. Ernest Gransagne dit :

    Bonjour à tous

    Et les anciens disaient : « Et c’est parti ! Comme en 14″ !

    A l’école, ils apprenaient notre belle langue : le français…

    http://webmail1f.orange.fr/webmail/fr_FR/download/DOWNLOAD_READ_PPS.html?IDMSG=39310&PJRANG=2&NAME=Conjuguaisons_en_Francais_avec_le._.Passe_Simple%28AdrSlt%29.pps&FOLDER=INBOX

    Il apprenaient l’orthographe et la conjugaison.

    Bonne année !

    Ernest

  5. Ernest Gransagne dit :

    Bonjour à tous

    Et les anciens disaient : « Et c’est parti ! Comme en 14″ !

    A l’école, ils apprenaient notre belle langue : le français…

    http://webmail1f.orange.fr/webmail/fr_FR/download/DOWNLOAD_READ_PPS.html?IDMSG=39310&PJRANG=2&NAME=Conjuguaisons_en_Francais_avec_le._.Passe_Simple%28AdrSlt%29.pps&FOLDER=INBOX

    Ils apprenaient l’orthographe et la conjugaison.

    Bonne année !

    Ernest

Laisser un commentaire