Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

8 commentaires

  1. François dit :

    Bonjour, féru de chinoiseries et ô combien d’écologie comme tous sur ce blog ( et non pas d’égologie comme qui vous savez ), vous avez nécessairement regardé avec grand intérêt hier soir « Cash Investigation » de Mme Elise LUCET avec pour sujet « Les secrets de fabrication de vos téléphones portables préférés  » …
    Keep on laughing, or crying plutôt …
    Bisous.

  2. Michel WALLE dit :

    Cher Jean-Pierre,

    Comment interpréter votre voyage en Chine ?

    S’il s’agissait d’un voyage touristique, j’espère qu’il vous a été agréable. Mais s’il s’agissait d’un autre type de voyage, nos médias préférés ont été bizarrement très peu loquaces sur ce déplacement.
    Y représentiez-vous la France ?

    Au travers de l’article, une certaine affinité vouée à la Chine est perceptible.
    La récente émission-reportage « L’Angle Eco », présentée par l’économiste François LANGLET, sur France2 ne semblait pas traduire la même approche.
    Les entrepreneurs et autres qui vont ont accompagné peuvent la visionner pour mieux percevoir le démantèlement de notre patrimoine industriel auquel vous devez contribuer.

    Les démonstrations légitimes de nos agriculteurs aujourd’hui, nous montrent bien où les incohérences et incompétences politiques mènent.
    Des pommes de terre et des salades de Belgique, des pommes d’origine européenne non précisée, des champignons de Paris … de Chine, … et avec cela, nos agriculteurs à la peine.

    La Chine est respectable et mérite naturellement notre attention, mais bien plus proche, la France également !

    Prions pour que vos visions s’ajustent … au plus près.

  3. Dominique M dit :

    Bonjour M.RAFFARINB,
    Bonjour à tous,
    Je ne sais pas qui dit vrai, de M.FILLON, de M.JOUYET ou des journalistes du Monde. Je sais seulement que:
    1. Il est choquant que deux journalistes rencontrent le Secrétaire général de l’Élysée et que celui-ci accepte de les rencontrer pour lui demander des informations en vue d’écrire des livres qui mettent le fonctionnement de l’État sur la place publique,
    2. Il est choquant qu’il y ait une telle proximité entre des personnes publiques et qu’il soit confirmer que la justice puisse être influencée par le pouvoir politique.
    Pour le reste, ces faits militent pour le renouvellement en profondeur de la classe politique et sur la séparation nette entre la classe politique et la haute Fonction Publique.
    M.RAFFARIN, je me souviens voici quelques mois, proposant ici même une dizaine de réformes de fond, vous m’aviez demandé si je voulais donner un « coup de pied dans la fourmilière »?
    M.RAFFARIN, vous dont la parole est rare ces temps-ci, on aimerait vous entendre et vous lire sur ces questions.
    Merci,
    Bonne journée,
    Dominique M

  4. François dit :

    Comme Philae qui s’agite sur ses petits pieds
    Comme le coyotte il émet des bip bips inter-sidérants
    Pour s’rappeler à nous

    Exfiltré il y a 2 ans en d’autres lieux avec Rosetta
    De trou noir en trou noir il babillait
    Pour quelques dollars de plus ici ou là.

    De retour sur son orbite lointaine
    Il voudrait tout alunir et qu’on l’aime
    Tant il a changé, mais sur nos écrans
    Son clowne comme avant nous apparaît sautillant.

    Sur sa comète en terre d’élection,
    Prions pour qu’à l’infini de notre planète quelquefois si jolie
    Les sots ne l’y laissent pas revenir à l’envie.

  5. Dominique M dit :

    Bonsoir M.Raffarin,
    Bonsoir à tous’
    Lors de l’université d’été du MEDEF, l’ancien ambassadeur de Chine en France a pris la parole en excellent français. Après avoir quitté Paris, il s’est investi dans les relations sino françaises pour aider au renforcement des liens entre les entreprises des deux pays. M. RAFFARIN, vous devez don bien le connaître.
    S’exprimant sur les spécificités françaises, il a rapporte que les chefs d’entreprise chinois s’exclaffentde bon coeur quand on leur dit que la temps de travail francais est limité à 35 heures. Et que la France a la haine de ses chefs d’entreprise. C’est vrai que le travail passe aujourd’hui pour être une maladie honteuse, et l’entreprise comme le mal absolu. Le revirement de langage qui prévaut depuis peu au niveau du gouvernement n’est que superficiel. Notre administration et nos politiques de tous bordsrestent sur les mêmes paradigmes. Il n’y a guère qu’en Vendée, en Alsace ou dans le Nord que les chefs d’entreprise sont soutenus et bénéficient d’un climat favorable. Ce nest donc pas un hasard si le nombre de créations d’emplois et d’entreprises y sont nettement plus fort, et que par conséquence le taux de chômage y est des plus bas. A lire la presse et à ecouter nos medias subventionnés à haute dose par nos impôts, on comprend que les choses ne sont pas pretes

  6. Dominique M dit :

    Bonsoir M.Raffarin,
    Bonsoir à tous’
    Lors de l’université d’été du MEDEF, l’ancien ambassadeur de Chine en France a pris la parole en excellent français. Après avoir quitté Paris, il s’est investi dans les relations sino françaises pour aider au renforcement des liens entre les entreprises des deux pays. M. RAFFARIN, vous devez don bien le connaître.
    S’exprimant sur les spécificités françaises, il a rapporte que les chefs d’entreprise chinois s’exclaffentde bon coeur quand on leur dit que la temps de travail francais est limité à 35 heures. Et que la France a la haine de ses chefs d’entreprise. C’est vrai que le travail passe aujourd’hui pour être une maladie honteuse, et l’entreprise comme le mal absolu. Le revirement de langage qui prévaut depuis peu au niveau du gouvernement n’est que superficiel. Notre administration et nos politiques de tous bordsrestent sur les mêmes paradigmes. Il n’y a guère qu’en Vendée, en Alsace ou dans le Nord que les chefs d’entreprise sont soutenus et bénéficient d’un climat favorable. Ce n’est donc pas un hasard si le nombre de créations d’emplois et d’entreprises y sont nettement plus fort, et que par conséquence le taux de chômage y est des plus bas. A lire la presse et à ecouter nos medias subventionnés à haute dose par nos impôts, on comprend que les choses ne sont pas prêtes de changer. On préfère exacerber la polémique sur un regrettable accident sur un chantier de barrage plutôt que de relater les échanges et l’ambiance stimulante des recentes assises de France Entreprendre au Puy du Fou. Non, la France n’est pas sur le chemin de son redressement. Elle glisse toujours vers le déclin. Et frôle chaque jour un peu plus l’explosion sociale générée par une minorité agissante qui refuse la faillite de l’Etat Providence.
    Bonnes soirée,
    Dominique M

  7. N. BICHAUD dit :

    M. Raffarin,

    Nous avons suivi votre interview sur la chaine Chinoise en langue Française.
    Vous y avez parlé des entreprises françaises et de leurs difficultés à pénétrer le marché chinois.
    Que dire des français souhaitant s’expatrier ?
    Notre fils a obtenu son master 2 en Design à Shanghaï après y avoir passé deux ans. A peine sorti de sa dernière épreuve, il était approché et embauché par une entreprise (LABBRAND).
    Il est donc revenu en France pour obtenir un visa M (commercial) pour rejoindre son entreprise qui parallèlement faisait de son côté une demande de visa de travail. Le visa M lui a été refusé au consulat à Paris. Il a donc pris un visa touristique pour rejoindre Shanghaï. Ces derniers jours, il a appris avec stupeur que son visa de travail lui était refusé. Consternation pour l’entreprise et pour lui-même. Il a donc demandé une prolongation de son visa touristique, ce qui lui a été refusé. Dans une semaine, il devra quitter son entreprise, revenir parmi nous, et se mettre sur le marché du travail en France.
    Peut-être saurez-vous nous dire si le problème vient des Français incapables de sortir de l’hexagone ou de la Chine s’inspirant de nos pratiques en matière d’immigration ? Peut-être gestion des quotas ?

    Voilà, ce commentaire pour vous faire part de notre sentiment sur les relations franco-chinoises.

    Cordialement.
    BICHAUD N.

  8. François dit :

    Dominique M écrit :

    17 novembre 2014 à 18 h 28 min
    Bonsoir M.Raffarin,
    Bonsoir à tous’
    Lors de l’université d’été du MEDEF, l’ancien ambassadeur de Chine en France a pris la parole en excellent français. Après avoir quitté Paris, il s’est investi dans les relations sino françaises pour aider au renforcement des liens entre les entreprises des deux pays. M. RAFFARIN, vous devez don bien le connaître.
    S’exprimant sur les spécificités françaises, il a rapporte que les chefs d’entreprise chinois s’exclaffentde bon coeur quand on leur dit que la temps de travail francais est limité à 35 heures. Et que la France a la haine de ses chefs d’entreprise. C’est vrai que le travail passe aujourd’hui pour être une maladie honteuse, et l’entreprise comme le mal absolu.  »

    En Chine c’est Vélo Boulot Dodo; en France Auto (ou Métro) Boulot Dodo. Il y a effectivement de quoi s’esbaudir qd on lit M: quel merveilleux programme que passer sa vie à travailler, il y a mieux d’ailleurs: surtout faire travailler les autres !
    Retour au 19è siècle à toute allure, tous à l’église le Dimanche, suppression du droit à l’avortement et rétablissement de la peine de mort aussi !

    Allez mon brave, et voter aussi pour le Bygmalion faible ou « fort » pdt qu’on y est ! C’est vrai qu’il a changé, en PIRE le napoléon !

Laisser un commentaire