Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

4 commentaires

  1. François dit :

    En mémoire à Guy Béart,qui nous a quitté récemment, et pour faire mieux que les très nombreux hommages à J. d’Horne lors de sa disparition…:

     » Aujourd’hui les Républicaines s’émancipent
    et vous parlent de leurs grands principes,
    puis elles font comme leur maman,
    en vertu des grands sentiments.

    La Lorraine aussi avait ses phrases types
    et me parlait de ses grands principes,
    puis agissait n’importe comment,
    en vertu de grands dérangements.

    Elle aimait aussi vivre en équipe,
    Toujours en vertu des grands principes,
    mais me surveillait jalousement,
    en vertu des grands sentiments.

    Elle me soigna pendant ma grippe,
    toujours en vertu des grands principes,
    puis elle me quitta bien portant,
    en vertu des grands sentiments.

    Elle épousa vite un autre parti,
    toujours en vertu des grands principes,
    et prit Marie-Jean,
    en vertu des grands sentiments.

    Il faudra qu’un beau jour je l’étripe,
    toujours en vertu des grands principes,
    mais que je fasse semblant,
    en vertu des grands sentiments.

    Je lui porterai quelques tulipes,
    toujours en vertu des grands principes,
    mais je pleurerai hypocritement, maman,
    en vertu des grands sentiments. »
    Nicolas.

  2. Bruno ANEL dit :

    Monsieur le Premier Ministre.
    Les hasards d’une recherche m’ont conduit à relire la constitution de l’an 1. Ce texte de 1794, jamais appliqué , était d’inspiration girondine. Il prévoyait que les lois devaient être soumises à des assemblées réunissant les citoyens de chaque canton. Une telle disposition, déja difficilement applicable à l’époque, serait encore plus irréaliste aujourd’hui, vu la complexité ordinaire des lois, Notons cependant que certaines dispositions de la loi Macron, pour ne prendre qu’un exemple, auraient pu faire l’objet d’un débat populaire, et qu’internet offre des possibilités de communication entre les citoyens et leurs gouvernants bien supérieures à celles du XVIIIe siècle. Nous sommes en démocratie, mais les citoyens ont l’impression de déléguer leur pouvoir de décision à des professionnels qui ne rendent des comptes que tous les 5 ans. Et encore le quinquennat en cours et celui qui l’a précédé démontrent-ils le caractère très aléatoire de ce dialogue. Comment associer les citoyens aux décisions politiques ? Cordialement.

  3. Ernest Gransagne dit :

    Un début de réponse à votre très juste remarque Bruno ANEL est ce que vient de faire le nouveau parti des Républicains en faisant deux fois déjà, un vote par internet sur des multiple questions concernant les choix de société.
    Je trouve cela très bien.
    Il faudra le multiplier à l’avenir et surtout faire voir par des actes que ce n’est pas purement électoraliste.

    Ernest

  4. noel dit :

    monsieur Raffarin dites moi aujourd’hui qu’a fait le gouvernement de mer SARKOZY
    pour les petits gens!!!!!nous sommes pauvres et on paye toujours, vous tous les politiques vous gagnez sur notre dos et moi je peux en parler avec 1000€ de retraite et location on me reclame 470€ de taxe habitation, tous les partis mentent
    donc je suis pour essayer le FN.
    MERCI ET REFLECHISSEZ UN PEU…

Laisser un commentaire