Carnet de Jean-Pierre RAFFARIN

4 commentaires

  1. labrousse dit :

    Bravo je, fonce , remuer les ces politiques qui dérangent, et qui sont déconnectés
    Un petit du 86

  2. Dominique M dit :

    Bonjour M.Raffarin,
    Bonjour à tous,
    Proposer un pacte pour l’emploi: pourquoi pas?
    Mais, attention à trois choses:
    1. Le chômage est d’abord la conséquence d’une politique. Agir pour l’emploi ne peut être efficace qu’en changeant les paradigmes qui conduisent au chômage.
    2. Ces paradigmes sont ancrés viscéralement dans l’idéologie de bon nombre de nos dirigeants politiques et sociaux. Ces dirigeants n’ont de pouvoirs que parce que la Gauche et une partie du Centre et de la Droite les veulent incontournables. A commencer par les syndicats historiques qui ne sont plus guère que des officines corporatistes.
    3. L’impuissance publique a été la règle depuis trente ans, masquant sa veulerie derrière des éléments de langage flatteurs et des appels au rassemblement solennels, mais dont la motivation a toujours été la même: endormir le bon peuple pour gagner du temps et gérer ses mandats et sa longévité.
    Mais cette fois, les Français n’y croient plus.
    Si M.Hollande et sa majorité se sentent incapables de remédier au chômage, il est plus honnête qu’ils démissionnent.
    Vouloir leur apporter votre appui risque de vous faire abuser et les électeurs avec:
    Bonne journée,
    Dominique M

  3. jlt dit :

    M. Raffarin.
    Votre position me réjouit.
    Je pense que vous êtes un des rares plitiques à faire un diagnostic, non de calcul electoral, mais de réalité opérationnelle.
    Nous SAVONS que nous DEVONS réagir.
    - Pour réagir, les actions doivent être radicales, audacieuses.
    - Les sondages, mais aussi curieusement le vote FN, montre que les français sont prêts à des actions audacieuses, pour peu qu’elles ne soient pas vues comme partisannes.
    - Une politique audacieuse pour l’emploi implique une majorité suffisament large pour vaincre les reactions conservatrices inévitables.
    - Il ne faut pas une politique « au centre » compromis entre deux, mais une politique uniquement centrée sur les objectifs.
    - Cette politique doit être vers une baisse spectaculaire des charges des entreprises, des engagements fort pour favoriser leur commerce et en même temps pour amortir un modele social efficace, sans création de précarité(plaie de la consommation et la croissance) et enthousiasmant.
    - A mon sens un « pacte » est insuffisant car maintenant les intérêts électoraux mutuels. Il faut réellement un mouvement politique de progrès, qui n’a pas forcément vocation de pouvoir mais labellisant les partis traditionnels. … Il sera toujours temps de se diviser … dans 10 ans sur des points clivants.

    Cette idée est développée (en cours) dans le Parti Social Républicain. ( http://www.parti-social-republicain.fr/ )

  4. jlt dit :

    Monsieur Dominique M.
    Permettez-moi d’apporter des objections :
    Dans le système traditionel de l’emploi dans nos democraties occidentales, le chômage n’est que très indirectement lié à la politique. C’est pourquoi nous sommes dans l’absurdité de juger une politique sur le chômage.
    Il serait d’ailleurs complètement inconscient de promettre, sans changer radicalemnt(ce que propose PSR) quelque amélioration si nous restons dans ce système. Et en effet plus personne n’y croit en France ! D’où le vote suicidaire pour le FN : Ecoutons les arguments des votants FN : « detoute façon, ils ne peuvent faire pire … », « on les a pas essayé ». Personne chez les votants FN n’a eu le courage d’aller examiner le simili programme du FN : en fait, vide !
    Pour revenir au chômage, le chômage est le résultat de l’absence de croissance et de la compétitivité de la main d’oeuvre francaise vis à vis de la concurrence.
    Et la droite n’a rien d’autre à proposer qu’un dumping social pour concurencer ceux qui l’ont déjà fait ! Et que feront alors allemands, britanniques ?
    Il peut être atténué par un « traitement social » coûteux … qui rend encore moins compétitif … d’où spirale infernale dont on ne pourra sortir en saupoudrant à coup d’aides payées par un déficit budgétaire.
    Il faut donc l’aborder sérieusement en sortant d’une spirale et en jouant un autre jeu, sur un autre terrain. Jouer un dumping social européen (Allemagne, UK) est suicidaire.
    La concurence dest vis à vis de l’extérieur.
    Nous devons donc avoir des entreprises EUROPEENNES compétitives et des ressources de COMPETENCES humaines compétitives.
    Et nous avons d’immenses atouts en Europe et en France dans ce domaine, mais que nous devons encore cultiver et accroître. Si nous arrêtons de nous fixer sur le chômage, le FN, le terrorisme, nous pouvons créer une spirale vertueuse :
    Des entreprise compétitives ont besoin de compétences haut de gamme, justement ce que nous devons cultiver. Ce qui accroîtra leur chiffre et leurs besoins en … etc.
    Utopique ? Pas du tout ! C’est le fonctionnement banal de l’économie. Et ce n’est ni de gauche, ni de droite !

Laisser un commentaire